Feu sur « Al-Qaida »


ImageImage

par

Sher Sacha

MANIPULATIONS FUMEUSES ET SANS
SCRUPULES AU SERVICE D’UN NOUVEL
ORDRE ORIENTAL ET MONDIAL
Observations sur les attentats de New York,
Londres, Madrid, etc., écrites après
« 11-septembre : le grand bluff ? »
– texte lui-même reproduit en annexe
http://www.lulu.com, juillet 2007, 274 p.

CES MAUVAIS COMPLOTS QUI TOURNENT AU
FIASCO
juillet 2007

« Mieux vaut de bons réseaux qu’un mauvais complot »,
Emmanuel Ratier (Le choc du mois, n°4, septembre 2006, p.31)

« Après avoir été horrifié par ces attentats, je me suis tout de suite
posé la question du cui bono [à qui cela profite ?] (…) Je n’exclue
plus l’idée d’une opération “sous faux drapeau” d’un ou de
plusieurs services secrets (…) il n’y [a] pas d’enregistrement vidéo
des terroristes lors de leur approche vers les avions (…) Très
probablement, les pilotes ont dû perdre le contrôle des avions sous
l’action d’une commande à distance (…) Toutes les personnes
défaillantes lors du 11 septembre ont été promues et récompensées.
Il reste par conséquent l’hypothèse selon laquelle le cercle le plus
étroit du gouvernement Bush a été le complice, voire l’auteur de
ces faits (…)»
Andreas von Bülow, ex-secrétaire d’Etat à la Défense allemand (Le choc
du mois, n°4, septembre 2006, p.6).

« Deux géants américains
s’associèrent avec la DEFENSE via l’AGENCE DE PROJETS DE
DEFENSE AVANCÉE sur un projet destiné a faciliter la
récupération « à distance » d’avions américains détournés. Brillant à
la fois dans l’opération et la conception, le projet qu’on a appelé a
tort « HOME RUN », permettait à un contrôleur d’entendre les
conversations dans le cockpit, sur un avion-cible puis de prendre le
contrôle total de l’appareil à travers un système entièrement
informatisé, le tout, dirigé a distance. (…) En évitant de rendre public
les boîtes noires, il est donc impossible d’entendre des
conversations qui auraient peut-être indiqué que les « pilotes
n’arrivaient plus a contrôler leurs appareils !!!»
Normand Villeneuve, La pyramide du WTC, 2006.

Il était un temps où, quand l’utilisation des réseaux ne suffisaient plus à
fortifier un pouvoir, on avait recours à des complots sanglants.

JFK le lumineux aveuglait-il les hommes de l’ombre mafieux de la finance
et le pouvoir de l’ombre du complexe militaro-industriel ? Arrosé de balles…
Corps refroidi…
Bush était-il trop isolationniste, trop proche en affaires des Saoudiens
(contrairement à Gore), bronzait-il insouciant au soleil de Floride sans souci de
renflouer les caisses des services secrets et de la police, et de conquérir le
Monde ? Douche glaciale… Et une fois mouillée, la poule – pour ne pas dire le
pigeon –, était cernée d’une nuée sombre de conseillers venus l’exciter, la
pomper, la piquer et lui donner l’aspect rougi et repoussant du vautour
charognard.
Mais, à force de « smoking guns » (pistolets laissés fumants), les
moustiques intrigants allaient finir par s’évanouir ou se montrer plus discrets, ne
réservant leurs coups montés qu’avant des échéances importantes (en France ou
en Algérie). Les coupables, trop visibles après des opérations trop voyantes, ou
laissant trop la place au soupçon à l’égard des autorités, faute de preuves et de
revendications associées à un code, allaient se heurter à trop de vigilance et trop
de colère, de la part des militants comme des autorités, et il en était bientôt
terminé de ce monde trop complaisant qui menait à d’impitoyables complots.
Le signal avait été donné par le ministre de l’Intérieur algérien Noureddine
Yazid Zerhouni, qui, après la découverte de détonateurs à distance dans les
véhicules avait remis en cause la thèse de l’attentat suicide classique: « il est fort
probable que les terroristes conducteurs des trois voitures aient sauté avec leurs
charges d’explosifs à leur insu » (Al-Qaïda recrute chez les marginaux de
l’Algérie AP | 18.04.2007 | 16:45 ).
Une nouvelle catégorie était enfin abondamment utilisée. Celle des
« kamikazes malgré eux », déjà en vogue après les attentats de Londres.
Décidément, ces attentats d’Alger du 11 avril 2007 n’avaient ni queue ni
tête. Comme tous ces attentats commis des « 11 ». Cette obsession des dates et
des anniversaires n’a d’ailleurs rien d’arabe ou de musulman – ils ne fêtent pas
leurs anniversaires – allait souligner le 2 juillet 2007 sur Radio classique Alain
Bauer, le spécialiste en sécurité et membre de l’IRIS, récemment rapproché de
Sarkozy, en pleine vague d’attentats déjoués par la police britannique, plus
vigilante que jamais, après avoir déjà flairé une main cachée derrière les faux
kamikazes deux ans auparavant, et à l’approche de l’anniversaire des attentats du
7 juillet de Londres. A travers Bauer, la France semblait prévenir les futurs
auteurs d’un coup tordu qu’elle ne se laisserait pas embobiner.

suite…

https://mega.co.nz/#!LYVl3L6A!ioolx4E-HoTuMYDvVNxmxAJ_ryfdRy2asKUVU-4SnNk

Laisser un commentaireLes articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections. Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site https://systemophobe.wordpress.com, ainsi que celui des traducteurs.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s