Tous victimes d’une mascarade organisée


Auteur : Sander Alec « roi des sorciers »

Le Pacte international relatif aux droits civils et politiques :
Article 19

1 –  » Nul ne peut être inquiété pour ses opinions.

2. Toute personne a droit à la liberté d’expression; ce droit comprend la liberté
de rechercher, de recevoir et de répandre des informations et des idées de toute
espèce, sans considération de frontières, sous une forme orale, écrite, imprimée
ou artistique, ou par tout autre moyen de son choix.

3. L’exercice des libertés prévues au paragraphe 2 du présent article comporte
des devoirs spéciaux et des responsabilités spéciales. Il peut en conséquence
être soumis à certaines restrictions qui doivent toutefois être expressément
fixées par la loi et qui sont nécessaires :
a) au respect des droits ou de la réputation d’autrui;
b) à la sauvegarde de la sécurité nationale, de l’ordre public, de la santé ou de
la moralité publiques.

La Convention européenne des droits de l’homme :
Article 10 Liberté d’expression.

1. Toute personne a droit à la liberté d’expression. Ce droit comprend la liberté
d’opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des
idées sans qu’il puisse y avoir ingérence d’autorités publiques et sans
considération de frontière. Le présent article n’empêche pas les États de
soumettre les entreprises de radiodiffusion, de cinéma ou de télévision à un
régime d’autorisations.

2. L’exercice de ces libertés comportant des devoirs et des responsabilités peut
être soumis à certaines formalités, conditions, restrictions ou sanctions prévues
par la loi, qui constituent des mesures nécessaires, dans une société
démocratique, à la sécurité nationale, à l’intégrité territoriale ou à la sûreté
publique, à la défense de l’ordre et à la prévention du crime, à la protection de
la santé ou de la morale, à la protection de la réputation ou des droits d’autrui,
pour empêcher la divulgation d’informations confidentielles ou pour garantir
l’autorité et l’impartialité du pouvoir judiciaire. »

INTRODUCTION
Cet ouvrage n’est pas un « livre » dans le sens où je l’entends. C’est-à-dire que pour réaliser
un dossier de ce genre, nul besoin d’avoir des talents d’écrivain. C’est plutôt un travail de
recherche, un exposé, un rapport portant sur des sujets allant de l’histoire à l’occultisme, de la
politique à la religion. J’ai puisé des informations dans des livres, des revues, des sites internets. Je
compare des faits, j’expose, j’analyse des documents et j’en arrive à des conclusions fondée.
Un des thèmes abordé dans ce dossier est la franc-maçonnerie. Plus de 70 000 ouvrages ont
déjà été écrit à son sujet. Autant d’informations que de désinformations. Que n’a-t-on pas dit à son
propos ? Les uns y voient une société secrète diabolique oeuvrant pour l’instauration d’un nouvel
ordre mondial et les autres, une société secrète initiatique oeuvrant pour l’amélioration de
l’humanité. Qu’en est-il ? Réponses sera données à ces questions au travers de documents. Dans ce
dossier, le lecteur européen aura accès pour la première fois à deux documents inédits sur la franc-maçonnerie,
parmi d’autres.
Ce travail ne vient pas s’inscrire sur la liste des ouvrages antimaçonnique ou antisémitique
ou autres. Dans certains ouvrages antimaçonniques que j’ai eu l’occasion de consulter, chaque
auteur avait plus ou moins sa « théorie ». Ceux qui tiraient les ficelles c’était les Illuminatis pour
certains, les Rothschilds pour d’autres ou encore un groupe de sages juifs. D’autres disaient encore
le Sanhédrin ou les 3 kabbalistes de la Loge de Jérusalem, sans oublier les « reptiliens » et les
« extra-terrestres. » Il y avait beaucoup d’affirmations mais peu de preuves et pas mal de
contradictions. En exemple les Protocoles des Sages de Sion. Pour Aron Monus, écrivain
hongrois, traducteur de Mein Keimpf, l’auteur serait Theodore Herzl, pour d’autres, un groupe de
sages juifs lors du premier congrès sioniste de Bâle en 1897, et pour d’autres encore les
Rothschilds alors que cet ouvrage n’est qu’un plagiat. Autre exemple, l’appartenance maçonnique
de Karl Marx. Certains disent qu’il était maçon du 33°, d’autres disent qu’il était du 32°, sans
apporter aucune preuve concrète de ce qu’ils avancent, ni documents ni quoi que ce soit. Ils ne se
contentent que de le dire.
Ce dossier, qui se veut être un dossier sérieux, ne laisse aucune place aux théories
fantaisistes abordé par certains auteurs, entre autres, David Icke avec sa théorie sur les
« reptiliens ».
Dans la plupart des ouvrages qui traitent de la théorie des complots, les juifs sont souvent
les tireurs de ficelle, ceux qui gouvernent dans l’ombre, ceux qui dirigent le monde. Ils seraient la
cause de beaucoup de malheurs. Il est vrai que certaines familles juives ont une place importante
dans le milieu de la haute finance internationale : les Rothschilds pour ne citer qu’eux. Beaucoup
de gens croient que tous les juifs sont « riche » ce qui est faux. Les Rothschilds sont juifs mais tous
les juifs ne sont pas des Rothschilds. Qu’entend-t-on par le mot « juif ». Quand on dit « juif », de
quel juif parle-t-on ? Du juif religieux, du laïc, du juif orthodoxe, du juif ultra-orthodoxe, du néo-othodoxe,

du juif réformé, du juif sioniste, du juif athée ou encore du juif Karaïte, du Samaritain,
du Dönmeh ? Les juifs ne forment pas un bloc homogène et nous verrons dans ce dossier les
rivalités qui existent entre eux. Il n’y a pas de complot judéo-maçonnique, il y a « complot » tout
court, où prennent part des gens de toutes nationalités et de toutes religions.
Je ne dis pas que ce sont les juifs qui contrôle la franc-maçonnerie, bien que les faits nous
font penser le contraire, ni qu’ils en sont les inspirateurs, bien que la franc-maçonnerie puise son
idéologie dans la Bible et la Kabbale. Il y a aussi des « ingrédients » emprunté à l’Egypte ancienne,
à Babylone, et au christianisme. Je ne fais pas de références non plus au fameux « Protocoles des
Sages de Sion », que je viens de citer, qui, malgré l’exactitude de son programme, est un faux
manifeste plagié du livre « Dialogues aux enfers entre Montesquieu et Machiavel » de Maurice
Joly. Disons que les Protocoles sont véridiques mais pas authentique. Beaucoup de groupes
s’obstinnent encore à accorder un certain crédit à ces Protocoles. Il existe toutes une série de
documents de ce genre fabriqués de toute pièce que vous aurez l’occasion de découvrir au premier
chapitre. Bref. Je compare aussi à travers la symbolique, l’organisation des Témoins de Jéhovah et
la franc-maçonnerie. Existe-t-il un lien entre ces deux organisations qui en apparence n’ont rien
avoir entre-elles ? Charles Taze Russel était-il maçons ? Même question à propos des Mormons et
de leur « prophète » Joseph Smith.
A toutes ces questions je tenterai de répondre en étant le plus exhaustif possible. Vous
comprendrez la difficulté d’une telle démarche puisque les ramifications de cette société secrète
sont nombreuses car il n’y a pas une maçonnerie mais des maçonneries qui peuvent paraître
opposés en apparence mais qui vont dans la même direction. Ces rivalités sont artificielles ainsi
que nous le verrons plus loin. Par exemple, l’opposition apparente entre l’anarchiste Bakounine et
le révolutionnaire Karl Marx, touts deux maçons.
Nous retrouvons cette même rivalité entre Atatürk et les communistes. Atatürk ne cachait
pas son animosité envers le communisme. Ce qui est étrange c’est qu’Atatürk, aussi bien que
Marx, Staline ou Lénine étaient maçons. Abraham Lincoln, maçon, fut assassiné par un francmaçon.
Ou encore à la Bataille de Waterloo où l’on voit s’affronter des francs-maçons, Napoléon
face à Wellington et Blücher. Ou encore l’opposition apparente entre le bloc capitaliste et le bloc
communiste, deux blocs à la tête desquels se trouvent des juifs non sémite et des francs-maçons
comme nous le verrons plus loin. Ce sont des plans machiavéliques qui sont appliqué et l’homme
de la rue, l’homme ordinaire n’est pas tout à fait capable d’en saisir la portée, plongé qu’il est dans
un monde d’illusion, où sa vie défile au travers de schémas, de modèles imposé à son esprit par les
moyens de télécommunications qui sont entre les mains des « soldats » de la contre-initiation, que
dénonce René Guénon.
Vous constaterez que cet ouvrage comporte beaucoup d’images. Une image vaut mille mots
disent les chinois. Ma part d’écriture dans ce dossier est faible, mais ce dossier n’est pas un travail
d’écriture. C’est une approche des événements par des documents et des photos. Parfois des

photos peuvent vous faire comprendre plus de chose que des dizaines de pages, dans la mesure où
la photo n’est pas truquée. Nous verrons quelques photos truquées de l’époque des soviets. Ce
dossier est original dans son genre car il a la prétention de faire la lumière sur des points qui sont
occultés.
Pour tous ceux qui ont reçu un enseignement conventionnelle, ce dossier pourra les
« déstabiliser ». Ils se heurteront à la véracité des faits et pourront difficilement sortir de leur
conditionnement. Des gens peuvent se trouver face à des réalités, mais s’obstineront et refuserons
de voir la vérité en face. Soit, les faits sont là, les documents aussi.
Ce dossier s’adresse à un public déjà « initié » mais les « profanes » pourront satisfaire leurs
curiosités et découvrir des choses qu’ils n’imaginent même pas. De par son style, son approche et
son contenu, ce dossier est différent de tout ce qui a été fait jusqu’à présent.
Brièveté et concision ont été les mots d’ordre pour la réalisation de ce travaille. Un dossier
percutant qui vient mettre les points sur les i.
Tout ce que je dis dans ce dossier, je le dis d’après des preuves. Je n’invente rien. Je ne rentre
pas dans des analyses détaillées, mais je vais à l’essentiel. Et c’est ce qui compte. J’ai privilégié le
fond plutôt que la forme, le contenu plutôt que le contenant, la qualité plutôt que la quantité.
Enfin, j’espère avoir réussi.
Ce n’est pas une haine quelconque qui m’a poussé à entreprendre ce travail mais le souci de
faire connaître au public le fruit de mes petites recherches effectuée au cours des ces dernières
années, ce qui c’est concrétisé par ce que vous allez lire et voire. Ce dossier n’est pas une oeuvre de
polémique. Je n’attaque pas, j’expose. Je décris un phénomène. J’étudie un système. J’examine des
conséquences. Rien de plus.
Alec Sander.

Autour de la question juive

Sémite, hébreu, juif, judéen, israélite, israélien, sioniste, quels différence ?

Comme il sera question des « juifs » dans ce dossier, une clarification s’impose à propos de
certains termes qui sont : sémite, hébreu, juif, israélite, israélien, sioniste, judéen. Sans
cela, des « ignorants » ou des personnes mal intentionnés pourraient taxer cet ouvrage
« d’antisémite ». Dès qu’on parle des juifs, on s’aventure sur un terrain glissant et pour éviter
de « glisser », nous devons faire la distinction entre ces termes qui ne sont pas synonymes.

Ci-dessous, vous pourrez lire les définitions données par un site internet :

Sémite : – personne appartenant à un des peuples originaires d’Asie occidentale (ancienne
Mésopotamie et du Moyen-Orient), que la tradition fait descendre de Sem, fils de Noé, et qui
ont parlé ou parlent les langues dites sémitiques (l’hébreu, l’arabe, l’araméen, le babylonien,
l’assyrien, et l’amharique). Le terme « sémite » désigne plus particulièrement les peuples et les
tribus bibliques ainsi que leurs descendants actuels, incluant aussi bien les Hébreux que les
Arabes. Il n’est donc pas synonyme de juif. Ce mot est tombé en désuétude.

Hébreux : – selon la tradition juive, de l’hébreu ivri, dérivé de Eber, descendant de Sem qui
était le fils de Noé, ou de ever, « au-delà » [du fleuve Euphrate]) : personne appartenant au
peuple des Hébreux. La Bible nomme Hébreux les tribus sémitiques semi-nomades qui
vivaient en Syrie depuis le XIXe ou XVIIIe siècle avant JC et qui, après avoir traversé
l’Euphrate, se sont installées en terre de Canaan (la Palestine) sous la conduite d’Abraham.
Cet épisode est relaté par la Genèse, Chapitre XII. Ceux qui plus tard s’installèrent en Egypte
avec Joseph furent contraints à l’esclavage (L’Exil) jusqu’à ce que Moïse les libère et les
amène sur la Terre Promise. A partir du VIe siècle avant JC, ils se désignent comme les
Judéens d’où dérive le mot « juif ».
Dans les évangiles, les Hébreux sont les Juifs de Palestine qui parlent l’araméen.
L’hébreu est aussi la langue, d’origine sémitique, de l’ancien peuple d’Israël (de la Bible
Hébraïque) ainsi que la langue officielle de l’Etat actuel d’Israël.

Juif : – de l’hébreu Yehoudi, habitant de Judée, l’un des deux royaumes rivaux après le
schisme du royaume d’Israël) personne appartenant à la communauté du « peuple juif »,
descendant des Hébreux ou de ceux « qui les ont ralliés » au cours des époques. Bien qu’il se
confonde parfois avec le sens d’appartenance religieuse, le mot « juif » a plutôt une
signification d’appartenance ethnique. La grande majorité des Juifs se considèrent comme
formant un peuple unique et membres d’une nation disséminée dans les pays du monde
(Diaspora).
Dans la pratique moderne, le terme « juif » inclut à la fois l’individu qui pratique le judaïsme et
l’individu qui, même sans pratiquer cette religion, s’identifie comme juif en vertu de son
héritage familial et culturel.
Longtemps considérés comme déicides par les chrétiens, les Juifs ont été, très souvent au
cours de l’histoire, victimes de brimades, de discriminations, de pogroms (émeutes
antisémites) et de persécutions… L’antisémitisme a atteint son point culminant dans la
première moitié du XXe avec le racisme anti-juif des nazis et leur entreprise d’extermination,
un génocide appelé Shoah (« catastrophe » en hébreu), qui a provoqué la mort de 5 à 6
millions de personnes selon les estimations des historiens.

Israélien : – habitant de l’Etat (actuel) d’Israël.

Israélite : – descendant du peuple d’Israël formé par les douze fils de Jacob dont l’histoire,
décrite dans la Bible, commence à la sortie d’Égypte avec Moïse. Après le schisme qui suivit
le règne du roi Salomon, le terme « israélite » (du royaume d’Israël) s’oppose à « judéen » (du
royaume de Judée) d’où dérive le mot « juif ». De nos jours, « israélite » est souvent utilisé
comme euphémisme pour éviter d’employer le mot « juif ».

Sioniste : – (de l’hébreu Sion, l’une des collines de Jérusalem) partisan du sionisme. Le
sionisme est un mouvement né à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, visant à la création
d’un Etat juif indépendant en Palestine. Il s’est développé sous la pression de l’antisémitisme
et des pogroms d’Europe centrale, mais aussi à cause du choc provoqué par l’affaire Dreyfus.
Plus politique que religieux, le sionisme trouve cependant son inspiration dans le sentiment
mystique de l’avènement messianique (voir Messie) et du retour du peuple juif sur la Terre
Promise. Le sionisme, dont Theodore Herzl fut le principal organisateur (premier congrès à
Bâle en 1897), rencontra des oppositions au sein même de la Diaspora juive, mais devint
l’espoir pour les communautés persécutées d’Europe orientale. La déclaration Balfour, en
1917, permit la création d’un Foyer juif en Palestine. Il fut à l’origine de la création de l’État
d’Israël en 1948. »

Sur un autre site, Alfred Lilienthal qui est juif, nous donnes ces définitions :

« Quelle est la différence entre un Sémite, un Hébreu, un Israélite et un « Juif » ?

Un sémite est un descendant de Shem, un des fils de Noé. Un hébreu est un descendant de
Heber, un des arrières petit fils de Shem. Ainsi, tous les hébreux sont sémites mais tous les
sémites ne sont pas hébreu.

Six générations après Heber, Abraham naquit de sa lignée, ainsi Abraham était à la fois
hébreu et sémite.

Isaac naquit d’Abraham, et Jacob d’Isaac. Le nom de Jacob fut changé en « Israël », et il eut
12 fils. Ses fils et ses descendants sont appelés israélites, et ils sont à la fois sémite et hébreu.
Toutefois, cela ne fait pas d’Abraham ni d’Isaac des israélites. Certains, qui font un
amalgame avec le mot « juif » et « israélite », disent qu’Abraham était juif, bien qu’Abraham
ne fût même pas un israélite, et le mot « juif » est utilisé dans la Bible 1000 ans après
Abraham.

Un des enfants de Jacob-Israël était Judah (Yehuda en hébreu). Ses descendants étaient
appelés Yehudim (« Judahite »). En grec nous lisons Ioudaioi (« Judéen »)

Le facteur de confusion provient du fait que presque toutes les traductions de la Bible
emploient le mot « Juif », qui est une forme moderne, raccourcie du mot « Judahite » ; A
chaque fois que vous tombez sur le mot juif dans les anciennes Ecriture, vous devez lire
« Judahite » ; et chaque fois que vous tombez sur le mot juif dans le Nouveau Testament, vous
devez lire « Judéens »

Une fois que vous avez correctement les traductions à l’esprit, alors nous devons interpréter
ces mots plus loin, car ils peuvent avoir plusieurs sens selon le contexte.
Dans l’Ancien Testament, le mot « Judahite » a 3 utilisations différentes :
Personne appartenant à la Tribu de Judah au sens racial

Personne citoyenne de la « Maison de Judah », incluant les Tribus de Benjamin et de Levi.
Ainsi, ce mot peut être utilisés soit du point de vue tribale (race) ou géographique
(nationalité)
Une fois que vous avez correctement les traductions à l’esprit, nous devons interpréter ces
mots plus loin, car ils peuvent avoir plusieurs sens selon le contexte. Dans l’Ancien
Ce mot est aussi utilisé dans un sens religieux pour ceux qui suivent la religion de Judah. Au
temps d’Esther, beaucoup de non israelite, devinrent « juif » (Judahite). Esther 8 :17.
Dans le Nouveau Testament, le mot grec Ioudeos devrait être traduit « Judéen ». A nouveau,
ce terme était utilisé de la même manière :
Personne appartenant à la Tribu de Judah au sens racial;
Personne citoyenne de la province de Judée (par opposition à Galilée et Samarie), ainsi
décrit dans Jean 7 :1. Cet usage est géographique, et il s’applique aussi au citoyen non-
Israélite de Judée qui ont été incorporé à la nation en 135 av. J.C
Personne suivant la religion de Judah, donnée par Moïse et les prophètes. Cet emplois se
trouve dans le livre des Romains (Bible) 2 :28 et 29.
Par conséquent, nous pouvons dire:
Tous les Israélites sont Hébreux et Sémites.
Seulement une minorité des Israélites était appelé Juif (Judahites, Judéens)
Beaucoup de non-Israélites étaient appelés Juifs (Judahite, Judeans) simplement parce qu’ils
vivaient en Judah ou prétendaient suivre la religion des Judéens. »
En résumé, un sémite est un descendant de Sem, un des fils de Noé (PSL). Un hébreu est un
descendant de Heber, un des arrières petit fils de Sem. Donc, tous les hébreux sont sémites
mais tous les sémites ne sont pas hébreu. Par exemple, le Prophète Abraham (PSL) est à la
fois sémite et hébreux mais il ne serait en aucun cas un juif ou un israélite.
Le Prophète Isaac non plus n’étaient ni juif ni israélite. Le nom de son fils Jacob (PSL) fut
changé en Israël et il eut 12 fils. Ses fils et ses descendant sont appelé Israélite ou fils d’Israël
et ils sont à la fois sémite et hébreux. La majorité des juifs dans le monde, ne sont ni hébreux,
ni sémite encore moins israélite, c’est-à-dire descendant des fils d’Israël (Jacob-Yacoub
(PSL)). »

Diversité des juifs
« Il existe environs huit millions de Juifs, répandus sur la superficie du globe. Dont les sept
huitièmes environs habitent l’Europe. Parmi ces Juifs figurent les Juifs bédouins qui vivent
sur les confins du Sahara, les Daggatouns du désert, les Falachas de l’Abyssinie, les Juifs
noirs de l’Inde, les Juifs mongoloïdes de Chine, les Juifs Kalmouks et Tatares du Caucase,
les Juifs blonds de Bohême et d’Allemagne, les Juifs bruns du Portugal, du Midi de la
France, de l’Italie et de l’Orient, les Juifs dolichocéphales, les juifs brachycéphales et sous-brachycéphales,
tous Juifs que, d’après la section de leurs cheveux, d’après la forme de leur
crâne, d’après la couleur de leur peau on pourrait classer, en vertu des meilleure principes
de l’ethnologie, dans quatre ou cinq race différentes, ainsi que nous venons de montrer. »
(L’Antisémitisme son Histoire et ses Causes, Bernard Lazare, Aux Editions de la Différence, p.137, 138.
(Bernard Lazare est juif.))
« Aussi, cette race juive, présentée par les Juifs et les antisémites comme la plus inattaquable,
la plus homogène des races, est-elle fort diverses. Les anthropologistes pourraient tout

d’abord la diviser en deux partie bien tranchées : les dolichocéphales et les brachycéphales.
Au premier type appartiennent les Juifs Séphardim, Juifs espagnols et portugais, ainsi que
la majeure partie des Juifs d’Italie et du Midi de la France ; au deuxième on peut rattacher
les Juifs Askenazim, c’est-à-dire les Juifs polonais, russes et allemands. Mais les Sephardim
et les Askenazim ne sont pas les deux seules variétés de Juifs connus ; ces variétés sont
nombreuses.
En Afrique, on trouve des Juifs agriculteurs et nomades, alliés aux Kabyles et aux Berbères
près de Sétif, de Guelma et de Biskra, aux frontières du Maroc, ils vont en caravane
jusqu’à Tombouctou, et quelques-unes de leur tribus, sur les confins du Sahara, sont des
tribus noires, ainsi les Daggatouns, comme sont noirs les Falachas Juifs de l’Abyssinie.
Dans l’Inde, on trouve des Juifs blancs à Bombay, et des Juifs noires à Cochin, mais les
Juifs blancs ont du sang mélanien. » (L’Antisémitisme son Histoire et ses Causes, Bernard Lazare,
Editions de la Différence, p.135, 136.)
« Ce qui unit entre eux tous les Juifs du monde, c’est qu’ils sont de même race. Cette
affirmation ne soutient pas l’examen. Le Juif russe au nez écrasé , aux pomettes saillantes,
aux yeux bridés, le Juif espagnole au nez recourbé, à la bouche charnue, le petit Juif brun au
nez droit et le petit Juif roux d’Allemagne, ont-ils le même ancêtre, descendent-ils d’un
même couple ? » (Publication du kadimah N° 1, Le nationalisme juif, Bernard Lazare)
Explications en images. Est-ce que d’après vous, les juifs qui figurent sur les photos
suivantes, sont sémites ? Il suffit de regarder leur teint, pour s’aperçevoir qu’ils n’ont rien à
voir ni avec les sémites ni avec les fils d’Israël. Ils ne sont pas du Proche Orient, ce sont tous
des juifs d’origine européenne (Allemagne, Pologne, Ukraine, Roumanie, Hongrie,
Biélorussie, Russie etc…). Fait paradoxal, les fondateurs du sionisme politique (Moses Hess,
Theodor Herzl, Charles Nettler etc, ainsi que les futurs dirigeants d’Israel, n’étaient ni croyant
ni sémite.)

Qui sont les Khazars ?
« Origines : Les khazars étaient un peuple originaire d’Asie centrale, peuple de Crimée. On
dit qu’ils avaient les cheveux roux avant même les conquêtes mongoles. Au début, ils
croyaient au chamanisme, parlaient le turc et étaient nomades. Plus tard ils adoptèrent le
judaïsme, l’islam et le christianisme, apprirent l’hébreu et le slave et s’installèrent dans des
villes au nord du Caucase et de l’Ukraine. Ils avaient une grande tradition d’indépendance
ethnique s’étendant environ pendant 800 ans du 5° au 13° siècle. »
Nous lisons dans le Dictionnaire Encyclopédique du Judaïsme, à la rubrique KHAZARS,
page 562 :
« Peuple apparenté aux Turcs du sud de la Russie, dont l’empire situé entre la mer Caspienne
et la mer Noire connut son apogée entre le VIIè et Xè siècle, selon les sources arabes,
chinoises et hébraïques. Les Khazars avaient un régime de double royauté, comprenant un
khaqan et un roi. D’après des lettres échangées au Xè siècle entre Hasdaï ibn Charpout –
ministre juif du calife de Cordoue – et le roi des Khazars, Joseph, une partie du peuple se
serait convertie au judaïsme autour de 740…..La correspondance entre Ibn Charpout et le roi
Joseph, publiée par Isaac Aqris dans Kol Mevasser (Constantinople, 1577) a vu également
son authenticité confirmée par les scientifiques…..Le royaume khazar fut détruit au XVè
siècle, mais les Khazar continuèrent à être mentionnés épisodiquement. L’absence de toute
information concernant leurs descendants a donné naissance à la théorie, sans fondement,
selon laquelle les Juifs d’Europe de l’Est en seraient issus. »
Je tiens d’abord à rectifier une erreur. D’après cet article, le livre Kol Mevasser, d’Isaac
Aqris, a été écrit à Constantinople en 1577. Or depuis 1453, date de la prise de Constantinople
par les Turcs, Constantinople ne s’appelle plus Constantinople mais Istanbul, et le nom
Constantinople n’a plus de raison d’être. Bref. Soit dit en passant. D’après l’article, la théorie
selon laquelle les Juifs d’Europe de l’Est seraient issus des Khazars est sans fondement.
Pourtant, Arthur Koestler, dans son livre « La Treizième Tribu », nous dis le contraire.
L’auteur est juif. Même si les juifs d’Europe de l’Est ne seraient pas issus des Khazars, ça
n’en ferait pas des sémites. En réalité les juifs sémites sont une minorité. La grande majorité
des juifs dans le monde, n’ont absolument rien avoir avec le sémitisme. Isémites et les antisémites.
Ce qui unit entre eux tous le du monde, c’est qu’ils sont de même race. Cet“ affation ne soutient pas l’examen* Le
Les Khazars d’après Roger Garaudy :
« Au VIIème siècle, le peuple des Khazars, d’origine turque, russe et magyar, constituait un
grand royaume sur le territoire de l’Ukraine actuelle. Aux environs de 740, le roi des
Khazars, Bulan, qui entendait ne dépendre ni des Byzantins chrétiens, ni des Perses
musulman, se convertit au judaïsme, et entraîna avec lui une grande partie de son peuple.
Environ un tiers, si l’on juge par la composition du Tribunal suprême du royaume, où
siégeaient deux juifs, deux chrétiens, deux musulmans et un païen.
Du XIème au XIIIème siècle ce royaume s’effrita sous les assauts des Russes et des Byzantins,
et surtout des mongoles de Gengis Khan. Les Khazars furent ainsi refoulés vers la Pologne, la
Hongrie et la Transylvanie, où, avec des coreligionnaires venus de France et des Balkans, ils
formèrent les grandes communautés juives d’Europe Centrale et Orientale. » (Palestine Terre
des Messagers Divin, Roger Garaudy, Editions Al-Fihrist, Beyrouth-Liban, 1998, p.220).

L’antisémitisme, l’antijuaisme et l’antisionisme, quelle différence ?
Etre antisémite c’est être contre la race sémite, tout simplement !

Etre antijuif c’est être contre le judaïsme c’est-à-dire être contre une religion.

Etre antisioniste c’est être contre le sionisme, contre une politique.

Une personne peut être antisémite sans être antijuive ou antisioniste et l’Etat d’Israël en est le
meilleur exemple. Ou alors, être antijuive sans être antisémite ou encore, être antisioniste sans
être antisémite ou antijuive. (Ex : les Neturei Kerta)

Je vais à présent retranscrire des passages d’un livre très connu qui dit des juifs, qu’ils sont :
– un peuple mauvais et déraisonnable.
– Un peuple abruti.
– Un peuple insensé.
– Une nation coupable.
– Un peuple chargé de crimes.
– Une race de malfaiteurs.
– Des enfants vicieux.
– Un peuple qui aime le mal.
– Un peuple qui exècre la justice.
– Peuple qui tort tout ce qui est droit.
– Qui construit Sion dans le sang.
– Des enfants de sorcières.
– Une race adultère
– Une race prostituée
– Des enfants désobéissant.
– Une race menteuse
– Un peuple stupide.
– Des enfants sans cervelle.
– Expert pour faire le mal.
– Des rebelles endurcis.
– Tous des malfaiteurs.
– Des enfants de « putain »
– Des tueurs de Prophètes.
– Des enfants du Diable.

A coups sûr, ce livre d’où proviennent ces passages serait censuré pour propos raciste et
antisémite. Mais paradoxalement, ce livre est la Bible Ces critiques s’adressent à des juifs à
un moment donné du passé. Ils ont été critiqués à cause de leur mauvaise conduite, à cause de
leur désobéissance. Voici les passages entiers avec les références. A chacun d’aller vérifier.
« Le Seigneur est un rocher protecteur. Il agit de manière parfaite, toutes ces décisions
sont légitimes, toujours fidèle, jamais injuste, il est plein de droiture et de vérité. Mais vous,
peuple mauvais et déraisonnable, vous avez offensé le Seigneur. Honte à vous ! Vous n’êtes

plus ses enfants ! Peuple abruti, peuple insensé, peut-on se conduire ainsi envers lui ? N’est-il
pas votre père, votre créateur, celui qui a fait de vous son peuple ? » (Deut. 32, 4-6.)
« Quel malheur, nation coupable, peuple chargé de crimes, race de malfaiteurs,
enfants vicieux que vous êtes ! Vous avez abandonné le Seigneur, vous avez dédaigné
l’unique vrai Dieu, le Dieu d’Israël, vous lui avez tourné le dos. » (Esaïe 1, 4)
« Vous avez beau faire prière sur prière, je refuse d’écouter, car vos mains sont
couvertes de sang. Nettoyez-vous, purifiez-vous, écartez de ma vue vos mauvaises actions,
cessez de faire le mal. » (Esaïe 1, 15-16)
« Puis je dis : Écoutez donc, chefs de la maison de Jacob et commandants de la
maison d’Israël ! N’est-ce pas à vous de connaître le droit, vous qui haïssez le bien et aimez
le mal, qui leur arrachez la peau, et la chair de sur leurs os !
Écoutez donc ceci, chefs de la maison de Jacob et commandants de la maison d’Israël, vous
qui exécrez la justice et qui tordez tout ce qui est droit, vous qui construisez Sion avec le
sang et Jérusalem avec le crime !
« Ses chefs jugent pour des présents, ses prêtres décident pour un salaire, ses prophètes
vaticinent à prix d’argent. Et c’est sur Yahvé qu’ils s’appuient ! Ils disent :  » Yahvé n’est-il
pas au milieu de nous ? Le malheur ne tombera pas sur nous. » (Livre de Michée, chapitre 3)
« Embouche la trompette ! Comme un aigle, le malheur fond sur la maison de Yahvé. Car ils
ont transgressé mon alliance et ont été infidèles à ma Loi. » (Osée 8 ,1)
« Approchez ici, vous autres, enfants de sorcière, race adultère et prostituée ! De qui
vous moquez-vous ? A qui faites vous des grimaces et tirez-la langue ? N’est-il pas vrai que
vous êtes des enfants désobéissants, une race menteuse ? » (Esaïe 57, 3-4)
« Mon peuple est stupide, il m’ignore, dit le Seigneur d’Israël. Ce sont des enfants
sans cervelle, ils ne comprennent rien. Ils ne sont experts que pour mal faire. Mais pour ce
qui est de bien faire, ils n’y comprennent rien. » (Jérémie 4, 22)
« Ce sont tous des rebelles endurcis, des calomniateurs, durs comme le bronze ou le
fer, ce sont tous des malfaiteurs. » (Jérémie 6, 28).
« Accusez Israël, votre mère, ne vous en privez-pas, dit le Seigneur, car elle n’est
plus ma femme et je ne suis plus son mari. Qu’elle ôte de son visage les marques de sa
prostitution ! Qu’elle enlève d’entre ses seins les signes de son adultère. Sinon je la mettrai
toutes nue, dans l’état où elle était au jour de sa naissance !… Je n’aime pas ses enfants : ce
sont des enfants de prostituée, car leur mère s’est prostituée, celle qui les a mis au
monde s’est conduite honteusement. » (Osée 2, 4-7)
« Que n’ai-je au désert une cabane de voyageurs! J’abandonnerais mon peuple et m’en
irais loin d’eux; car ce sont tous des adultères, c’est une troupe de perfides. » (Jérémie 9, 2)
« Leur langue est un trait meurtrier qui profère le mensonge; chacun a la paix dans
la bouche avec son prochain, mais au-dedans il lui dresse des embûches.

Ne les punirais-je pas pour ces choses-là, dit l’Éternel? Mon âme ne se vengerait-elle
pas d’une telle nation ? » (Jérémie 9, 8)
« L’Éternel a dit: C’est parce qu’ils ont abandonné ma loi, que j’avais mise devant
eux, et qu’ils n’ont pas écouté ma voix et ne l’ont pas suivie;
Mais qu’ils ont suivi la dureté de leur coeur et les Baals, comme leurs pères.
C’est pourquoi, ainsi a dit l’Éternel des armées, le Dieu d’Israël: Voici, je vais nourrir ce
peuple d’absinthe, et je lui ferai boire des eaux empoisonnées.
Et je les disperserai parmi des nations qu’ils n’ont connues, ni eux ni leurs pères; et
j’enverrai après eux l’épée, jusqu’à ce que je les aie consumés. » (Jérémie 9, 13-16)
D’après ces versets, ce sont les juifs qui sont responsables de tout ce qui leur est arrivé.(Exils,
expulsions, progroms, shoah.)
Même Hitler n’a pas été aussi loin dans ses critiques contre les juifs. Comparons à
présent les deux passages qui vont suivre. Le premier est tiré d’un livre d’Herman Raushning,
ancien chef National-Socialiste du Gouvernement de Dantzig :
« Je lui demandai s’il fallait déduire de ses paroles que la race juive devait être totalement
anéantie.
– Non, répondit Hitler, au contraire, si le Juif n’existait pas, il nous faudrait l’inventer. On a
besoin d’un ennemi visible et non pas seulement d’un ennemi invisible. » (Hitler m’a dit,
Confidences du Führer sur son plan de conquête du monde, Hermann Rauschning, Editions Coopération, Paris,
1939, p. 265.)
La Bible va plus loin que Hitler puisqu’il y est écrit ce qui suit :
« J’avais l’intention de les détruire (les juifs) complètement et d’effacer tout
souvenir d’eux de la Terre. Mais j’ai eu peur que leurs ennemis se moquent de moi, en
imaginant avoir accompli eux-même cet exploit, en pensant que je n’y suis pour rien. »
(Deutéronome 32, 27.)
Ce que confirme André Chouraqui dans une interview accordés au quotidien « Dernières
Nouvelles d’Alsace » :
« – On cite parfois des passages du Coran très durs, qui justifieraient le fanatisme ? –
– C’est une mauvaise interprétation. La même erreur que celle qu’a commise le christianisme
avec l’Inquisition. Même dans la Bible hébraïque, vous avez des passages qui traitent Israël
plus durement que ne l’ont jamais imaginé tous les antisémites du monde ! » (Interview
d’André Chouraqui, par Jacques Fortier, Dernières Nouvelles d’Alsace Jeudi 7 Juin 2001.)

Le Messie et les juifs
Voyons maintenant dans le Nouveau Testament, comment Jésus (psl), qui est sémite,
s’adresse aux scribes et au Pharisiens, qui sont pourtant sémites :
 » Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, qui fermez aux hommes le Royaume des
Cieux ! Vous n’entrez certes pas vous-mêmes, et vous ne laissez même pas entrer ceux qui le
voudraient !
 » Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, qui parcourez mers et continents pour
gagner un prosélyte, et, quand vous l’avez gagné, vous le rendez digne de la géhenne deux
fois plus que vous !
Malheur à vous, guides aveugles, qui dites : « Si l’on jure par le sanctuaire, cela ne compte
pas ; mais si l’on jure par l’or du sanctuaire, on est tenu.  »
Insensés et Vous dites encore : « Si l’on jure par l’autel, cela ne compte pas ; mais si l’on jure
par l’offrande qui est dessus, on est tenu.  »
Aveugles ! quel est donc le plus digne, l’or ou le sanctuaire qui a rendu cet or sacré ? Aussi
bien, jurer par l’autel, c’est jurer par lui et par tout ce qui est dessus, jurer par le sanctuaire,
c’est jurer par lui et par Celui qui l’habite ; jurer par le ciel, c’est jurer par le trône de Dieu
et par Celui qui y siège.
 » Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, qui acquittez la dîme de la menthe, du
fenouil et du cumin, après avoir négligé les points les plus graves de la Loi, la justice, la
miséricorde et la bonne foi ; c’est ceci qu’il fallait pratiquer, sans négliger cela.
Guides aveugles, qui arrêtez au filtre le moustique et engloutissez le chameau.
 » Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, qui purifiez l’extérieur de la coupe et de
l’écuelle, quand l’intérieur en est rempli par rapine et intempérance !
Pharisien aveugle ! purifie d’abord l’intérieur de la coupe et de l’écuelle, afin que l’extérieur
aussi devienne pur.
Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, qui ressemblez à des sépulcres blanchis :
au-dehors ils ont belle apparence, mais au-dedans ils sont pleins d’ossements de morts et de
toute pourriture ; vous de même, au-dehors vous offrez aux yeux des hommes l’apparence de
justes, mais au-dedans vous êtes pleins d’hypocrisie et d’iniquité.
 » Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, qui bâtissez les sépulcres des
prophètes et décorez les tombeaux des justes, tout en disant : « Si nous avions vécu du temps
de nos pères, nous ne nous serions pas joints à eux pour verser le sang des prophètes.  »
Ainsi, vous en témoignez contre vous-mêmes, vous êtes les fils de ceux qui ont assassiné les
prophètes !
Eh bien ! vous comblez la mesure de vos pères

Serpents, engeance de vipères ! Comment pourrez-vous échapper à la condamnation de la
géhenne ?
C’est pourquoi, voici que j’envoie vers vous des prophètes, des sages et des scribes : vous en
tuerez et mettrez en croix, vous en flagellerez dans vos synagogues et pourchasserez de ville
en ville, pour que retombe sur vous tout le sang innocent répandu sur la terre, depuis le sang
de l’innocent Abel jusqu’au sang de Zacharie, fils de Barachie, que vous avez assassiné
entre le sanctuaire et l’autel !
En vérité, je vous le dis, tout cela va retomber sur cette génération !
 » Jérusalem, Jérusalem, toi qui tues les prophètes et lapides ceux qui te sont envoyés,
combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants à la manière dont une poule rassemble ses
poussins sous ses ailes…, et vous n’avez pas voulu !
Voici que votre maison va vous être laissée déserte.
Je vous le dis, en effet, désormais vous ne me verrez plus, jusqu’à ce que vous disiez : Béni
soit celui qui vient au nom du Seigneur ! (Evangile selon Matthieu 23, 13-39.)
Jésus va encore plus loin puisqu’il traite les juifs pharisiens de fils de Diable :
« Ils lui répondirent: Notre père est Abraham. Jésus leur dit: Si vous étiez enfants
d’Abraham, vous feriez les ouvres d’Abraham.
Mais maintenant vous cherchez à me faire mourir, moi, un homme qui vous ai dit la vérité
que j’ai apprise de Dieu; Abraham n’a point fait cela.
Vous faites les ouvres de votre père. Ils lui dirent donc: Nous ne sommes point issus de la
fornication; nous avons un seul Père, c’est Dieu.
Jésus leur dit: Si Dieu était votre Père, vous m’aimeriez, parce que c’est de Dieu que je suis
issu, et que je viens; car je ne suis pas venu de moi-même, mais c’est lui qui m’a envoyé.
Pourquoi ne comprenez-vous point mon langage? C’est parce que vous ne pouvez écouter ma
parole.
Le père dont vous êtes issus, c’est le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père.
Il a été meurtrier dès le commencement, et il n’a point persisté dans la vérité, parce qu’il n’y a
pas de vérité en lui. Lorsqu’il dit le mensonge, il parle de son propre fonds; car il est menteur,
et le père du mensonge. » (Evangile selon Jean 8, 39-44.)

Le Messie serait-il « antisémite » ?

Les juifs dans le Coran
Certains juifs et certains chrétiens et d’autres, soutiennent que le Coran est antisémite
vu qu’il comporte des passages qui critiquent les juifs.
Comment le Coran pourrait être « antisémite » étant donné qu’il dit à propos de la Torah :
« Nous [Allah] nous avons donné à Moïse le Livre de la Torah en totalité… ce livre est
béni » (Coran 6 ,155-156.)
« Nous donnâmes à Moïse le Livre de la Loi et la distinction, afin que vous soyez dirigés
dans la droite voie. » (Coran 2, 50.)
Encore une fois, comment est-ce que le Coran peut-il être « antisémite » alors qu’il dit des
juifs et des chrétiens :
« Mais ils ne sont pas tous pareils. Il est, parmi les gens du Livre, une communauté droite
qui, aux heures de la nuit, récite les versets de Dieu en se prosternant. Ils croient en Dieu et
au Jour dernier, ordonnent le convenable, interdisent le blâmable et concourent aux
bonnes oeuvres. Ceux-là sont parmi les gens de bien. Et quelque bien qu’ils fassent, il ne
leur sera pas dénié. Car Dieu connaît bien les pieux. » (Coran 3, 113-115.)
Ou encore ces verset :
« Ô enfants d’Israël ! Souvenez-vous des bienfaits dont je vous ai comblés, souvenez-vous
que je vous ai élevés au-dessus de tous les humains. » (Coran 2, 44.)
« nous avons apporté aux enfants d’Israël le Livre (la Tora), la sagesse et la prophétie et
nous les avons préféré aux autres peuples. » (Coran 45,16.)
« (Souvenez-vous) lorsque Moïse dit à son peuple: ‹Ô, mon peuple! Rappelez-vous le bienfait
d’Allah sur vous, lorsqu’Il a désigné parmi vous des prophètes. Et Il a fait de vous des rois.
Et Il vous a donné ce qu’Il n’avait donné à nul autre aux mondes. » (Coran 5, 20)

Les juifs tueurs de Prophètes
L’Ancien Testament dit :
« Pourquoi vous en prendre à moi ? demande le Seigneur. Tous, vous m’avez été
infidèles. Je vous ai frappé, mais ça n’a servit à rien, et vous n’avez pas accepté cet
avertissement. Au contraire comme des lions féroces, vous avez tué vos prophètes. » (Jérémie 2,
29-30.)
« … Ils [nos pères] se soulevèrent et se révoltèrent contre Toi. Ils jetèrent Ta loi derrière leur
dos, ils tuèrent Tes prophètes qui les conjuraient de revenir à Toi, et ils se livrèrent envers
Toi à de grands outrages. Alors Tu les abandonnas entre les mains de leurs ennemis, qui les
opprimèrent. » (Néhémie, 9: 26-29.)

Jésus (PSL) ne dit pas autre chose dans l’Evangile selon Matthieu :
« C’est pourquoi, voici que j’envoie vers vous des prophètes, des sages et des
scribes : vous en tuerez et mettrez en croix, vous en flagellerez dans vos synagogues et
pourchasserez de ville en ville, – pour que retombe sur vous tout le sang innocent répandu sur
la terre, depuis le sang de l’innocent Abel jusqu’au sang de Zacharie, fils de Barachie, que
vous avez assassiné entre le sanctuaire et l’autel !
En vérité, je vous le dis, tout cela va retomber sur cette génération !
Jérusalem, Jérusalem, toi qui tues les prophètes et lapides ceux qui te sont envoyés,
combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants à la manière dont une poule rassemble ses
poussins sous ses ailes…, et vous n’avez pas voulu ! » (Evangile selon Matthieu, 23, 34-37.)
« Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, qui bâtissez les sépulcres des prophètes
et décorez les tombeaux des justes, tout en disant : « Si nous avions vécu du temps de nos
pères, nous ne nous serions pas joints à eux pour verser le sang des prophètes.  » Ainsi,
vous en témoignez contre vous-mêmes, vous êtes les fils de ceux qui ont assassiné les
prophètes ! »

Dans le Coran :
« Nous avons donné à Moïse le livre de la Loi et l’avons fait suivre par d’autres envoyés. Nous
avons accordé à Jésus, fils de Marie des signes manifestes de sa mission (ses miracles) et
l’avons fortifié par l’esprit de sainteté. Toutes les fois que nos prophètes vous apporteront
une doctrine qui froisse vos passions, leur résisterez-vous orgueilleusement en les accusant
une partie de mensonges et en tuant les autres ? » (Coran 2, 81.)
« Lorsqu’on leur dit : croyez à ce que Dieu a envoyé du ciel, ils répondent  » Nous croyons aux
Ecritures que nous avons reçues et ils rejettent le (Coran) livre venu depuis et pourtant … ce
livre confirme leurs Ecritures.  » Demande-leur : pourquoi donc avez-vous tué les envoyés du
Seigneur si vous aviez la foi ? » (Coran 2, 85.)
« Nous les avons maudits à cause de leur rupture de l’engagement, leur mécréance aux
révélations de Dieu, leur meurtre injustifié des prophètes… » (Coran 4, 155.)
Ainsi donc, L’Ancien Testament, le Nouveau Testament et le Coran, disent tout trois que des
juifs ont tué des Prophètes.

A propos de la malédiction des juifs.

Dans le Coran :
« Et les Juifs disent : ‹La main de Dieu est fermée !› Que leurs propres mains soient
fermées, et maudits soient-ils pour l’avoir dit. Au contraire, Ses deux mains sont largement
ouvertes : Il distribue Ses dons comme Il veut. Et certes, ce qui a été descendu vers toi de la
part de ton Seigneur va faire beaucoup croître parmi eux la rébellion et la mécréance. Nous
avons jeté parmi eux l’inimitié et la haine jusqu’au Jour de la Résurrection. Toutes les fois

qu’ils allument un feu pour la guerre, Dieu l’éteint. Et ils s’efforcent de semer le désordre sur
la terre, alors que Dieu n’aime pas les semeurs de désordre. » (Coran 5, 64.)
« (Nous les avons maudits) à cause de leur rupture de l’engagement, leur mécréance aux
révélations de Dieu, leur meurtre injustifié des prophètes, et leur parole : ‹Nos coeurs sont
(enveloppés) et imperméables›. En réalité, c’est Dieu qui a scellé leurs coeurs à cause de
leur mécréance, car ils ne croyaient que très peu. » (Coran 4, 155.)
« Et puis, à cause de leur violation de l’engagement, Nous les avons maudits et endurci
leurs coeurs : ils détournent les paroles de leur sens et oublient une partie de ce qui leur a été
rappelé. Tu ne cesseras de découvrir leur trahison, sauf d’un petit nombre d’entre eux.
Pardonne-leur donc et oublie [leurs fautes]. Car Dieu aime, certes, les bienfaisants. » (Coran
5, 13.)

Dans l’Ancien Testament :
« Vous êtes sous le coup d’une grave malédiction parce que vous me trompez, vous, le
peuple entier. » (Malachie 3, 9.)
« Dans tout ce que vous entreprendrez, le Seigneur vous enverra la malédiction, la terreur
et les tracas, et vous ne tarderez pas à être complètement exterminés à cause du mal que vous
aurez commis en l’abandonnant. » (Deutéronome 28, 20.)
« C’est pourquoi je reste en procès contre vous, et le serai encore avec vos descendants,
déclare le Seigneur. » (Jérémie 2, 9.)
« Mais si tu n’obéis pas à la voix de l’Éternel ton Dieu, pour prendre garde de pratiquer tous
ses commandements et ses statuts que je te prescris aujourd’hui, voici toutes les malédictions
qui viendront sur toi, et t’arriveront: Tu seras maudit dans la ville, et tu seras maudit aux
champs;
Maudite sera ta corbeille, et ta huche. Maudit sera le fruit de tes entrailles, et le fruit de ton
sol, la portée de tes vaches et de tes brebis.
Tu seras maudit dans ton entrée, et tu seras maudit dans ta sortie.
L’Éternel enverra sur toi la malédiction, l’effroi et la ruine, dans tout ce à quoi tu mettras la
main et que tu feras, jusqu’à ce que tu sois détruit et que tu périsses promptement, à cause de
la méchanceté des actions par lesquelles tu m’auras abandonné. » (Deutéronome 28, 15-20.)
« Et toutes ces malédictions viendront sur toi, et te poursuivront, et t’atteindront, jusqu’à ce
que tu sois exterminé; parce que tu n’auras pas obéi à la voix de l’Éternel ton Dieu, pour
garder ses commandements et ses statuts qu’il t’a prescrits.
Et elles seront sur toi et sur ta postérité à jamais, comme un signe et un prodige. »
(Deutéronome 28, 45-46.)
« Regarde, je mets aujourd’hui devant vous la bénédiction et la malédiction :
la bénédiction, si vous écoutez les commandements de l’Éternel, votre Dieu, que je vous
commande aujourd’hui ; la malédiction, si vous n’écoutez pas les commandements de
l’Éternel, votre Dieu, et si vous vous détournez du chemin que je vous commande

aujourd’hui, pour aller après d’autres dieux, que vous n’avez pas connus. » (Deutéronome 11,
26-28)

D’autres versets coraniques à propos des juifs :
« Ô enfants d’Israël ! Souvenez-vous des bienfaits dont je vous ai comblés, souvenez-vous que
je vous ai élevés au-dessus de tous les humains. » (Coran 2, 44.)
« Ne revêtez pas la robe du mensonge, ne cachez point la vérité quand vous la connaissez. »
(Coran 2, 39.)
Le Coran nous dis qu’ils n’ont pas tous désobéi :
« Quand nous reçûmes « l’Alliance des enfants d’Israël », nous leur dîmes : N’adorerez qu’un
seul Dieu, respectez vos pères et vos mères, aidez les orphelins et les pauvres.  » Ayez des
paroles de bonté pour TOUS les hommes, acquittez-vous de vos prières, faites l’aumône.
Excepté un petit nombre, vous vous êtes montrés récalcitrants et vous vous êtes détournés de
mes commandements. » (Coran 2, 77.)
« C’est à cause des iniquités des Juifs que Nous leur avons rendu illicites les bonnes
nourritures qui leur étaient licites, et aussi à cause de ce qu’ils obstruent le sentier d’Allah, (à
eux-mêmes et) à beaucoup de monde, et à cause de ce qu’ils prennent des intérêts usuraires –
qui leur étaient pourtant interdits – et parce qu’ils mangent illégalement les biens des gens. A
ceux d’entre eux qui sont mécréants Nous avons préparé un châtiment douloureux. »
(Coran 4, 160-16.)
« Nous avions décrété pour les Enfants d’Israël, (et annoncé) dans le Livre: ‹Par deux fois
vous sèmerez la corruption sur terre et vous allez transgresser d’une façon excessive. »
(Coran,17, 4.)
Dans sa traduction du Coran, André Chouraqui a falsifié la traduction .

Les Neturei Karta, juifs antisioniste
Et que dire de ces juifs qui manifestent contre l’Etat d’Israël, ces juifs orthodoxes qui
brûlent le drapeau israélien ? Sont-ils antisémites ? Je vous pose la question. Non. Ils
protestent contre une politique, le sionisme, qui est une dérive du judaïsme. Les Neturei Kerta
ne sont pas les seuls, il y a d’autres organisations juive qui affiche sans ambages leur
antisionisme.

« Le sionisme peut-être considéré comme une sécularisation de l’idée messianique, le
peuple juif lui-même prenant l’initiative d’un changement radical plutôt que d’attendre
l’arrivée du Messie. Le fait que le sionisme se soit approprié le messianisme traditionnel aide
à comprendre la très vive hostilité des groupes ultra-orthodoxes à son égard, de même que
la condamnation d’un Etat juif instauré sous des auspices naturels et séculiers. »
(Dictionnaire Encyclopédique du Judaïsme, Editions Robbert Laffont, Paris, 1996, p. 664.)
Voici une liste de groupes juifs orthodoxe anti sioniste :

· Bene Yoel
· Breslov
· Brisk
· Hazon Ish
· Kasho
· Krasna
· Kretcheniff
· Malochim
· Munkach
· Neturei Karta
· Nitra
· Pupa
· Satmar
· Skullene
· Slonim (Weinberg)
· Toldoth Aharon
· Toldoth Avrohom Yitzchok
· Tosh

· Wiznitz Hassidic sect based in Monsey, NY
http://www.jewsnotzionists.org/groups.htm
Liste d’organisation juive orthodoxe antisioniste :
· Edah HaCharedith lekol Makhelot Ha’Ashkenazim
Rabbinical High Court for all Ashkenazic communities, Jerusalem
· Edah HaCharedith HaSefaradit, Sefaradic Rabbinical High Court, Jerusalem
· Hisachduth HaRabbonim DeArtzos HaBris VeKanada – Central Rabbinical Congress of the United
States and Canada (CRC)
· Yeshivath Ahavath Shalom
http://www.jewsnotzionists.org/organizations.htm
Liste partielle de quelques rabbin hassidique anti-sioniste bien connu :
· the Toldos Aharon Rebbe, Grand Rabbi Duvid Kohn
· the Toldos Avrohom Yitzchok Rebbe, Grand Rabbi Shmuel Yaakov Kohn
· the Munkatcher Rav Shlit »a – Grand Rabbi Moshe Leib Rabinowitz, leader of the international Munkacs
Hassidic movement based in Brooklyn NY
http://www.jewsnotzionists.org/contemporaryHassicLeaders.htm
Liste partielle de rabbins orthodoxe antisioniste:
· His Holiness Sidna Baba Sali – ADMoR HaHaham Hakadosh Rabi Yisrael Abu Hasera
· Rabbi Elchonon Wasserman
· the Brisker Rav, HaGaon Reb Cahyim Soloveitchik
· the Brisker Rav, HaGaon Reb Velvel Soloveitchik
· the Brisker Rav, Hagaon Reb Moshe Yehudah Leib Diskin
· the Chief Rabbi of Jerusalem, HaGaon Reb Yoseph Chayim Sonnenfeld
http://www.jewsnotzionists.org/rabbisPastGenerations.htm
Nous pouvons donc critiquer Israël puisque des juifs le font, et notre critique sera légitime.
Et ce qui est paradoxale dans cette affaire, c’est que c’est l’Etat d’Israël qui est antisémite
(Les fondateurs et précurseurs du sionisme politique ainsi que les dirigeant de l’Etat hébreu
n’étaient ni sémite ni croyant. Charles Nettler, Moses Hess, Theodor Herzl, Nahum Goldman,
Chaim Weizman, Yosef Sprinzak, Yitzhak Ben-Zvi, Zalman Shazar, Menachem Begin,
Yitzhak Shamir etc…

Autre gros paradoxe, l’athéïsme (Il le dit lui-même dans ses écrits, « Je suis un agnostique »,
Diaries (Mémoires), Théodore Herzl, Editions Victor Gollancz, 1958, p. 54.) du fondateur du
sionisme politique, Théodor Herzl, qui brandit la Bible pour justifier sa politique coloniale.
Fait étrange, Hans Herzl,le fils de Theodor Herzl s’était convertit au christianisme et s’est
suicidé suite à la mort de sa soeur d’une overdose.
Autre fait paradoxal : d’après la Bible, Isaac épouse une araméenne, Esaü épouse une femme
arabe, le roi Saül est né de mère cananéenne, l’aïeule de David, Ruth, était Moabite, Salomon,
est de mère Hittite. La mère du Prophète Abraham était égyptienne.
Voyons ce que dit le Dictionnaire Encyclopédique du Judaïsme :
« Historiquement, la définition du Juif a été conçue selon les lois de la Halakha, pour laquelle
est juive toute personne née de mère juive, ou toute personne convertie au judaïsme dans
les conditions précisées par la Halakah. » (Dictionnaire Encyclopédique du Judaïsme, Editions
Robbert Laffont, Paris, 1996, p. 548).
S’il fallait appliquer la législation israélienne actuelle, Abraham, Isaac, Jacob, Saül, David,
Salomon ne pourraient entrer dans l’état Hébreux parce qu’ils n’étaient pas juifs !

Diviser pour mieux régner…
Diviser pour mieux régner, tout le monde connaît cette devise ou presque. Nous allons
reproduire un document où l’on voit Israël mettre en pratique cette fameuse devise.
Le n° 14, de février 1982, de la revue KIVOUNIM (Orientations), contient un article d’Oded
Yinon publié par l’ « organisation sioniste mondiale » qui expose une « stratégie pour Israël
dans les années 80 ». Voilà donc les causes des troubles au Proche-Orient : Israël !
« La reconquête du Sinaï, avec ses ressources actuelles, un objectif prioritaire, que les
accords de Camp David et accords de paix empêchaient jusqu’ici d’atteindre… Privés de
pétrole et des revenus qui en découlent, condamnés à d’énormes dépenses en ce domaine, il
nous faut impérativement pour retrouver la situation qui prévalait dans le Sinaï avant la visite
de Sadate et le malheureux accord signé avec lui en 1979. La situation économique de
l’Égypte, la nature de son régime, et sa politique panarabe, vont déboucher sur une
conjoncture telle qu’Israël devra intervenir… L’Egypte, du fait de ses conflits internes, ne
représente plus pour nous un problème stratégique, et il serait possible, en moins de 24
heures, faire revenir à l’état où elle se trouvait après la guerre de juin 1967[allusion à la
destruction du barrage d’Assouan]. Le mythe de l’Égypte « leader du monde arabe » est
mort… et, face à Israël et au reste du monde arabe, elle a 50% de sa puissance. A court
terme, elle pourra tirer avantage de la restitution du Sinaï, mais cela ne changera pas
fondamentalement le rapport de force. En tant que corps centralisé l’Égypte est déjà un
cadavre, surtout si l’on tient compte l’affrontement de plus en plus dur entre musulmans et
chrétiens. Sa division en provinces géographiques distinctes doit être notre objectif politique
pour les années 1990, sur le front occidental. Une fois l’Égypte ainsi disloquée et privée de
pouvoir central, des pays comme la Libye, le Soudan, et d’autres plus éloignés, connaîtront
la même dissolution. La formation d’un état copte en Haute-Égypte, et celle de petites entités
régiona1es de faible importance, est la clef d’un développement historique actuellement
retardé par l’accord de paix, mais inéluctable à long terme.

En dépit des apparences, le front Ouest présente moins de problèmes que celui de l’Est. La
partition du Liban en cinq provinces… préfigure ce qui se passera dans l’ensemble du
monde arabe. L’éclatement de la Syrie et de l’Irak en régions déterminées sur la base de
critères ethniques ou religieux, doit être à long terme, un but prioritaire pour Israël. La
première étape étant la destruction de la puissance militaire de ces Etats. Les structures
ethniques de la Syrie l’exposent à un démantèlement qui pourrait aboutir à la création d’un
Etat chiite le long de la côte, d’un Etat sunnite dans la région d’Alep, d’un autre à Damas, et
d’une entité druze qui pourrait souhaiter constituer son propre Etat -peut-être sur notre
Golan- en tout cas avec l’Houran et le nord de la Jordanie… Un tel Etat serait, à long, terme,
une garantie de paix et de sécurité pour la région. C’est un objectif qui est déjà à notre
portée.
Riche en pétrole, et en proie à des luttes intestines, l’Irak est dans la ligne de mire
israélienne. Sa dissolution serait, pour nous, plus importante que celle de la Syrie, car c’est
lui qui représente, à court terme, la plus sérieuse menace pour Israël. Une guerre syroirakienne
favoriserait son effondrement de l’intérieur, avant qu’il ne soit en mesure de se
lancer dans un conflit d’envergure contre nous.
Toute forme de confrontations interarabe nous sera utile et hâtera l’heure de cet
éclatement… Il possible que la guerre actuelle contre l’Iran précipite ce phénomène de
polarisation.
La Péninsule arabique tout entière est vouée à une dissolution du même genre, sous des
pressions internes. C’est le cas en particulier de l’Arabie Saoudite : l’aggravation des
conflits intérieurs et la chute du régime sont dans la logique de ses structures politiques
actuelles. La Jordanie est un objectif stratégique dans l’immédiat. A long terme, elle ne
constituera plus une menace pour nous après sa dissolution, la fin du règne d’Hussein, et le
transfert du pouvoir aux mains de la majorité palestinienne. C’est à quoi doit tendre la
politique israélienne. Ce changement signifiera la solution du problème de la rive
occidentale, à forte densité de population arabe. L’émigration de ces Arabes à l’Est- dans des
conditions pacifiques ou à la suite d’une guerre -et le gel de la croissance économique et
démographique, sont les garanties des transformations à venir. Nous devons tout faire pour
hâter ce processus. Il faut rejeter le plan d’autonomie, et tout autre qui impliquerait un
compromis ou une participation des territoires,
et ferait obstacle à la séparation des deux nations : conditions indispensables d’une véritable
coexistence pacifique.
Les Arabes israéliens (sous-entendu : Palestiniens) doivent comprendre qu’ils ne pourront
avoir de patrie qu’en Jordanie…et ne connaîtront de sécurité qu’en reconnaissant la
souveraineté juive entre la mer et le Jourdain… Il n’est plus possible, en cette entrée dans
l’ère nucléaire, d’accepter que les trois quarts de la population juive se trouvent concentrée
sur un littoral surpeuplé et naturellement exposé ; la dispersion de cette population est un
impératif majeur de notre politique intérieure. La Judée, la Samarie, et la Galilée, sont les
seules garanties de notre survie nationale. Si nous ne devenons pas majoritaires dans les
régions montagneuses, nous risquons de connaître le sort des croisés, qui ont perdu ce pays.
Rééquilibrer la région sur le plan démographique, stratégique et économique, doit être notre
principale ambition ; ceci comporte le contrôle des ressources en eau de la qui va de
Beersheba à la Haute-Galilée et qui est pratiquement vide de juifs aujourd’hui. » (Revue
KIVOUNIM (Orientations.), Oded Yinon, Organisation Sioniste Mondiale, n° 14, de février 1982.)
This essay originally appeared in Hebrew in KIVUNIM (Directions), A Journal for Judaism and Zionism; Issue
No, 14–Winter, 5742, February 1982, Editor: Yoram Beck. Editorial Committee: Eli Eyal, Yoram Beck, Amnon
Hadari, Yohanan Manor, Elieser Schweid. Published by the Department of Publicity/The World Zionist
Organization, Jerusalem.

Les Protocoles des Sages de Sion, un faux manifeste.
Les Protocoles des Sages de Sion serait un programme en 24 chapitres décrivant le
plan de conquête du monde par les juifs. Mais ce document est un faux, plagiés d’un livre de
Maurice Joly « Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu. ». Il suffit de comparer
quelques extraits tirés des deux ouvrages. Les Protocoles des Sages de Sion ne sont pas
authentiques mais ils sont « véridiques ». C’est-à-dire qu’on a l’impression, quand on lit les
Protocoles des Sages de Sion, que c’est une description du monde actuelle avec toutes ses
dérives. Même Hitler savait que les « Protocols » n’étaient pas authentique :
« Quand j’ai lu il y a longtemps, les « Protocols des Sages de Sion », j’en ai été boulversé.
Cette dissimulation dangereuse de l’ennemi, cette ubiquité ! J’ai compris tout de suite qu’il
fallait faire comme eux, à notre façon bien entendu.
Je demandai à Hitler s’il ne s’exagérait pas l’importance des Juifs.
-« Non, non, s’écria-t-il, le Juif n’est pas un ennemi qu’on puisse surestimer. »
Je luis fis remarquer que les « Protocoles des Sages de Sion » étaient une falsification
manifeste. En 1920, je les avais déjà lus sur les conseils d’un certain Muller von Hausen.
J’avais tout de suite reconnu qu’ils étaient apocryphes.
-« Et pourquoi pas ? » s’emporta Hitler. « Que le document soit authentique ou non, au sens
historique du mot, que m’importe ? » (Hitler m’a dit, Confidences du Führer sur son plan de conquête du
monde, Editions Coopération, Paris, 1939, p. 265, 266).
Dans la colonne de gauche, vous pourrez lire les dialogues du livre de Maurice Joly et à
droite, les dialogues des protocols et voyez la ressemblance.

(Aperçu des exemples sur le PDF)

Il existe un autre document, un discours qu’aurait prononcé le rabbin Reichorn sur la tombe
du Grand Rabbin Simeon ben Yehuda en 1869, au cimetierre de Prague. Là aussi, à la lecture
de ce discours, on sent qu’il est apocryphe et il l’est.

Voici le texte :
« Tous les cent ans, nous les Sages d’Israël, avons coutume de nous réunir en sanhédrin afin
d’examiner nos progrès vers la domination que nous a promise Jéhovah, et nos conquêtes sur
la Chrétienté ennemie. Cette année, réunis, sur la tombe de notre vénéré Siméon-Ben-Jéhuda,
nous pouvons constater avec fierté que le siècle écoulé nous a rapproché du but, et que ce but
sera bientôt atteint. L’or a toujours été et sera toujours la puissance irrésistible. Manié par
des mains expertes, il sera toujours le levier le plus utile pour ceux qui le possèdent, et l’objet
d’envie pour ceux qui ne le possèdent pas. Avec l’or on achète les consciences les plus
rebelles, on fixe le taux de toutes les valeurs, le cours de tous les produits, on subvient aux
emprunts des états, qu’on tient ensuite à sa merci. Déjà les principales banques, les bourses
du monde entier, les créances sur tous les gouvernements sont entre nos mains.
L’autre grande puissance est la presse. En répétant sans relâche certaines idées, la presse les
fait admettre à la fin comme des vérités. Le théâtre rend les services analogues. Partout le
théâtre et la presse obéissent à nos directions. Par l’éloge infatigable du régime
démocratique, nous diviserons les Chrétiens en partis politiques, nous détruirons l’unité de
leurs nations, nous y sèmerons la discorde ; impuissants ils subiront la loi de notre banque,
toujours unie et toujours dévouée à notre cause. Nous pousserons les Chrétiens aux guerres
en exploitant leur orgueil et leur stupidité, ils se massacreront et déblaieront la place, où
nous pousserons les nôtres.
La possession de la terre a toujours procuré l’influence et le pouvoir. Au nom de la justice
sociale et de l’égalité, nous morcellerons les grandes propriétés aux paysans qui les désirent
de toute leur force, et qui seront bientôt endettés par l’exploitation. Nos capitaux et nos prêts
nous en rendront bientôt maîtres. Nous serons à notre tour les grands propriétaires, et la
possession de la terre nous en assurera le pouvoir.

Efforçons-nous de remplacer dans la circulation l’or par le papier monnaie ; nos caisses
absorberont l’or et nous réglerons la valeur du papier, ce qui nous rendra maîtres de toutes
les existences. Nous comptons parmi nous des orateurs capables de feindre l’enthousiasme et
de persuader les foules ; nous les répandrons parmi les peuples pour leur annoncer les
changements qui doivent réaliser le bonheur du genre humain. Par l’or et par la flatterie nous
gagnerons le prolétariat qui se chargera d’anéantir le capitalisme chrétien. Nous promettrons
aux ouvriers des salaires qu’ils n’ont jamais osé rêver, mais nous élèverons tellement le prix
des choses nécessaires que nos profits seront encore plus grands.
De cette manière nous préparerons la révolution que les Chrétiens feront eux-mêmes et de
laquelle nous cueillerons les fruits. Par nos railleries et par nos attaques, nous rendrons les
prêtres ridicules puis odieux, leur religion aussi ridicule, aussi odieuse que le clergé. Nous
serons alors maîtres de leurs âmes. Nous avons déjà établi nos hommes dans toutes les
positions importantes. Efforçons-nous de fournir aux goyim des avocats et des médecins ; les
avocats sont au courant de tous les intérêts ; les médecins, une fois dans la maison,
deviennent des confesseurs et des directeurs de conscience.
Mais surtout accaparons l’enseignement. Par là nous répandrons les idées qui nous seront
utiles, et nous pétrirons les cerveaux à notre gré.
Si l’un des nôtres tombe malheureusement dans les griffes de la Justice chez les Chrétiens,
courons à son aide ; trouvons autant de témoignages qu’il en faut pour le sauver de ses juges,
en attendant que nous soyons nous-mêmes les juges.
Les monarques de la Chrétienté, gonflés d’ambition et de vanité, s’entourent de luxe et
d’armées nombreuses. Nous leur fournirons tout l’argent que réclame leur folie et nous les
tiendrons en laisse. Gardons-nous d’empêcher le mariage de nos hommes avec les filles
chrétiennes, car par elles nous pénétrerons dans les cercles les plus fermés. Si nos filles
épousent des goyim, elles ne nous seront pas moins utiles, car les enfants d’une mère juive
sont à nous. Propageons l’idée des unions libres pour détruire chez les femmes chrétiennes
l’attachement aux principes et aux pratiques de leur religion.
Depuis des siècles, les fils d’Israël, méprisés et persécutés, ont travaillé à se frayer une voie
vers la puissance. Ils touchent au but. Ils contrôlent la vie économique des Chrétiens maudits
; leur influence est prépondérante sur la politique et sur les moeurs. A l’heure voulue, fixée
d’avance, nous déchaînerons la révolution qui, ruinant toutes les classes de la Chrétienté,
nous asservira définitivement les Chrétiens. Car ainsi s’accomplira la promesse de Dieu faite
à son Peuple. » ( Gringoire 16/10/1942.)

Le texte suivant aurait été retrouvé dans une loge maçonnique à Budapest et il sonne
comme le précédent :
« 1- Rien ne serait plus erroné et nocif pour le bien de notre peuple que d’attendre
l’élimination de notre ennemi, avant qu’il n’ait été reconnu, qu’il soit célèbre, et que ses
paroles puissent influencer la jeunesse.
Nous devons surveiller la jeunesse chez nos ennemis. Quand nous voyons le plus infime signe
de résistance à notre puissance, nous devons le détruire, avant qu’il ne devienne dangereux
pour notre peuple.
2- Comme nous contrôlons la presse, notre devoir primordial est d’empêcher que des

personnes dangereuses aient accès à des postes, d’où ils pourraient exercer une influence
favorable à nos ennemis, par la parole ou par les actes. Nous devons garder le silence et être
attentifs, quand nous voyons un homme dangereux s’élever parmi nos ennemis. La plupart en
seront détournés dès leur plus jeune âge par l’insuccès de leurs entreprises, ils devront
gagner leur pain dans un métier qui les empêche de commettre des actes nuisibles à notre
peuple élu.
3- Si un individu devait persister dans son entreprise nuisible, il serait temps d’agir contre lui
avec plus de détermination, pour faire échouer ses plans. Nous lui proposerons du travail et
un bon salaire, pour qu’il arrête ses actions nuisibles et qu’il travaille pour nous. Quand il
aura connu la solitude et la faim, l’or et les belles paroles que nous lui donnerons le
détourneront de ses mauvaises pensées. Et quand il connaîtra soudain le succès et la richesse,
l’apparat et les honneurs, il oubliera son inimitié et apprendra à paître sur les pâturages que
nous tenons à la disposition de ceux qui suivent notre voie et se soumettent au pouvoir du
peuple élu.
4- Si cela ne sert toujours à rien et qu’il persiste encore dans son opposition rigide, nos
hommes veilleront à ce que le déshonneur le poursuive et à ce que ceux pour qui il se bat et se
sacrifie se détournent de lui dans la haine et le mépris. Il sera seul et comprendra l’inutilité
de ses actions. Il finira par désespérer de son combat sans fin contre notre peuple, et il
périra.
5- Si cela ne nous conduit pas à notre objectif, s’il est assez fort pour poursuivre son chemin
en poursuivant des buts qui nous sont hostiles, nous disposons toujours d’un moyen efficace
de le paralyser et d’anéantir ses projets. Esther n’a-t-elle pas vaincu le roi des Perses, Judith
n’a-t-elle pas tranché la tête de l’ennemi de notre peuple? N’y a-t-il pas assez de filles d’Israël
qui sont assez intelligentes et séduisantes, pour gagner leur coeur et entendre leurs pensées,
afin qu’aucune parole ne puisse être dite, aucun plan mûri, qui ne vienne à temps aux oreilles
de notre peuple?
S’il a une position sociale, la confiance de ses amis et de tout un peuple, et que nous lui
envoyions une fille d’Israël, pour l’enjôler, son plan nous sera livré et son pouvoir annihilé.
Car là où les filles de notre peuple sont les reines de nos ennemis, les entreprises nuisibles
seront détruites avant qu’elles ne se réalisent.
6- S’il découvrait nos stratagèmes et échappait à nos filets, si son esprit mauvais devait
trouver des disciples parmi nos ennemis, il doit disparaître définitivement de ce monde. La
mort est le passage obligé pour tout le monde. Il vaut mieux l’accélérer pour ceux qui nous
sont nuisibles, plutôt que d’attendre qu’ils nous touchent, nous les créateurs de l’Oeuvre.
Dans les loges maçonniques, nous procédons aux punitions de telle façon, que personne, en
dehors de nos frères de pensée, ne puisse avoir le moindre soupçon, pas même les victimes
elles-mêmes ; elles meurent s’il le faut, mais de mort apparemment naturelle. Les membres de
la loge le savent, mais ils n’osent rien dire. Ce type de punition sans pitié a permis de tuer
dans l’oeuf toute opposition à l’intérieur de nos loges. Tout en continuant à prêcher la libre
parole pour ceux qui ne sont pas Juifs, nous tenons notre peuple et ses hommes de confiance
en parfaite obéissance.
7- Comme nous vivons une époque instable, que le crime et les pillages ont rendu la vie
incertaine, il ne sera pas dur pour nos frères d’éliminer l’ennemi le plus dangereux, par une
attaque à l’improviste par exemple. N’avons-nous pas à notre disposition une armée
d’indigents chez nos ennemis, qui sont prêts à tout pour de l’or et un secret qu’ils garderont ?
Si nous voulons éliminer l’ennemi, répandons des rumeurs sur l’endroit où il se trouve et là où

il réside, pour qu’il vive dans la peur et le danger, et que sa vie soit menacée à chaque instant
du jour et de la nuit. Si nous voulons sa mort, organisons des pillages là où il habite, et
répandons des rumeurs de danger permanent dans son entourage. Quand le jour de sa
disparition sera venu, les gens que nous payons travailleront parfaitement, quand il sera
mort, ils le dépouilleront de ses richesses et pilleront le cadavre. Jamais l’auteur ne sera
retrouvé, et le monde entier pensera qu’il a été victime d’un accident. Nos ennemis ne sauront
jamais que c’est par la volonté de nos frères qu’il a péri, pour que le nom de notre Dieu ne
soit jamais désacralisé et traîné dans la boue.
8- Pour que le nom de notre Dieu ne soit pas traîné dans la boue, les sages de notre peuple
ont fait ce qu’il fallait, depuis des siècles. Nos frères russes ont trouvé des moyens en
interrogeant la science, pour détruire nos ennemis sans que ceux-ci ne s’en rendent compte.
N’ont-ils pas trouvé un gaz qui tue instantanément, et un autre que l’on répand juste après, et
qui se mélange à lui pour effacer toute trace? Ne connaissons-nous pas les propriétés des
courants sans fil, qui mettent en péril l’esprit de la personne dangereuse? Nos médecins n’ontils
pas découvert les effets des poisons invisibles à travers leur microscope, et le moyen de les
dissimuler dans le linge de notre ennemi, afin qu’il agisse sur son cerveau et détruise son
esprit? Ne pouvons-nous pas nous charger également de l’autopsie, par la qualité de notre
savoir, de sorte que personne ne puisse savoir de quoi il est mort? N’avons-nous pas appris à
l’approcher, par un serviteur, par un voisin ou comme invité à sa table? Et ne sommes-nous
pas omniprésents et tout-puissants, unis ensemble par le silence, prêts à travailler jusqu’à la
destruction complète de l’ennemi? Quand nous venons avec nos paroles douces et un discours
inoffensif, un seul des peuples de la Terre a-t-il réussi à découvrir nos réelles intentions et à
empêcher nos décisions?
9- Si toutefois, il arrivait à échapper aux pièges que nous lui tendrons et aux stratagèmes de
nos frères, et qu’il connaisse et sache déjouer nos plans, vous ne devez pas désespérer et
succomber à la peur, devant le regard clair du «méchant». Car celui qui ose parler dans ce
pays de nos actions secrètes et de la destruction imminente, ne trouve-t-il pas sur son chemin
des hommes qui connaissent l’art d’espionner tous ceux à qui il parle pour connaître leurs
intentions? Avant qu’il ne parle à nos ennemis, nous l’aurons fait. Nous les mettrons en garde,
contre son esprit perturbé et le désordre qui règne dans ses sens. Quand il viendra raconter
sa souffrance et décrire les dangers qu’il vient de surmonter, ceux que nous aurons mis en
garde l’écouteront, souriants et pleins de condescendance et de mépris, et ils seront
convaincus de sa folie. Nous travaillerons pas à pas, jusqu’à ce que les portes de l’asile se
referment derrière lui. Quand il sortira et qu’il cherchera à mettr e en garde le monde contre
nous, nous lui aurons ôté la confiance des siens, il sera honni et maudit, ses paroles et ses
écrits n’auront plus aucun poids. Ainsi, le peuple élu peut vaincre même le plus dangereux
ennemi.
10 -Notre plus grand art et notre premier devoir est d’empêcher que beaucoup ne connaissent
les objectifs secrets que nous poursuivons. Quand beaucoup entendront la vraie parole, notre
défense sera anéantie et le danger sera grand que les peuples se libèrent de notre joug. C’est
pourquoi je vous recommande d’être vigilants, mes frères. Agissez partout, endormez
l’ennemi, fermez ses oreilles et rendez ses yeux aveugles, pour que jamais ne vienne le jour de
la destruction du royaume de Sion, que nous avons fait croître jusqu’à la perfection, et qui
doit nous mener à la victoire et à la vengeance finale sur les peuples asservis du monde
entier. Nous ajoutons à cet endroit que pour chaque délit il y a une façon appropriée de
mourir. Que ce soit dans une baignoire, dans une voiture, par pendaison (Calvi), par
défenestration, chaque type de punition illustre la raison pour laquelle la personne devait

mourir. «Il est impératif d’entretenir l’esprit de révolte parmi les travailleurs, car c’est par
eux que nous opérerons les révolutions dans tous les pays. Les travailleurs ne doivent jamais
être à court d’exigences, parce que nous aurons besoin de leur mécontentement, pour mettre
en pièces la société chrétienne et encourager l’anarchie. Nous devons en arriver au point où
ce sont les chrétiens qui implorent les Juifs de prendre le pouvoir».

Voici le discours, tout aussi faux, qu’aurait prononcé le Rabbin Emmanuel
Rabbinovitch, avant le début du Conseil Européen des Rabbins le 12 janvier 1952.

 » Salutations, mes enfants ; vous avez été appelés pour récapituler les pas principaux de notre
nouveau programme. Comme vous savez (connaissez), nous avions espéré avoir vingt ans
entre des guerres pour consolider les grands bénéfices (acquisitions) que nous avons faits de
la Deuxième Guerre mondiale, mais nos nombres croissant dans des certains secteurs
essentiels nous réveillent l’opposition et nous devons maintenant travailler avec tous les
moyens à notre disposition pour précipiter la Troisième Guerre mondiale dans cinq ans [Ils
n’ont pas précipité de Troisième Guerre mondiale mais ils ont vraiment incité la Guerre
coréenne quand le 25 juin 1950 ils ont ordonné (commandé) à l’armée nord-Coréenne de
lancer une attaque de surprise sur la Corée du Sud. Le 26 juin, l’ONU le Conseil de sécurité a
condamné l’invasion comme l’agression et a ordonné (commandé) le retrait des forces
d’envahissement. Alors le 27 juin 1950, notre Président américain juif Trumana ordonné
(commandé) aux unités aériennes et navales dans l’action de mettre en application l’ordre
d’ONU. Ne réalisant (réalisation) pas leurs pleins buts, ils ont alors incité le renversement de
Sud le Viêt-Nam Ngo Dinh Diem, le Premier ministre sous Bao Dai, qui a déposé le
monarque en 1955 et a établi une république avec lui comme le Président, Diem a utilisé le
support d’Etats-Unis fort pour créer un régime autoritaire, qui s’est bientôt développé en
guerre grandeur nature, avec la pression juive intensifiant la participation (l’engagement)
américaine].
Le but pour lequel nous avons lutté si concrètement pendant trois mille ans est enfin à notre
portée et parce que son accomplissement est si apparent, il nous convient pour augmenter nos
efforts et notre avertissement décuple. Je peux sans risque vous promettre qu’avant que dix
ans n’aient passé, notre race prendra sa place légitime dans le monde, avec chaque Juif un
roi et chaque Païen un esclave (des Applaudissements de la réunion). Vous vous rappelez le
succès de notre campagne de propagande pendant les années 1930, qui ont réveillé des
passions anti-américaines en Allemagne en même temps nous réveillions des passions anti-allemandes
en Amérique, une campagne qui a culminé dans la Deuxième Guerre mondiale.
Une campagne de propagande semblable est maintenant faite intensivement dans le monde
entier. Une fièvre de guerre est élaborée en Russie par un barrage anti-américain incessant
tandis qu’une alarme anti-communiste nationale balaie l’Amérique. Cette campagne force
toutes les nations plus petites de choisir entre l’association de la Russie ou une alliance avec
les Etats-Unis.Notre problème le plus urgent est à l’heure actuelle d’enflammer l’esprit
militariste traînant des Américains. L’échec de l’Armée (des Militaires) Universelle Formant
l’Acte était une grande rechute à nos plans, mais nous sommes assurés qu’une mesure
appropriée sera le Congrès fait parvenir de toute urgence immédiatement après les élections
1952. Les russes, aussi bien que les peuples Asiatiques, sont bien sous contrôle et n’offrent
aucune objection à la guerre, mais nous devons attendre pour garantir les Américains. Cela
nous espérons faire avec la question (publication) d’Antisémitisme, qui a travaillé si bien
dans l’union des Américains contre l’Allemagne. Nous comptons lourdement sur les rapports
d’atrocités anti-sémitiques en Russie pour fouetter l’indignation aux Etats-Unis et produisons
un front de solidarité contre le pouvoir (la puissance) soviétique, Simultanément, pour
démontrer aux Américains la réalité d’antisémitisme, nous nous avancerons par de nouvelles

sources les grandes sommes d’argent aux éléments franchement anti-sémitiques en Amérique
pour augmenter leur efficacité et nous organiserons (mettrons en scène) des éruptions Antisémitiques
dans plusieurs de leurs villes les plus grandes. Cela servira le but double
d’exposer des secteurs réactionnaires en Amérique, qu’alors on peut faire taire et de souder
les Etats-Unis dans une unité anti-russe consacrée. Dans cinq ans, ce programme réalisera
son objectif, la Guerre du Tiers-Monde, qui surpassera dans la destruction tous les concours
précédents. L’Israélien, bien sûr, restera neutre et quand les deux côtés sont dévastés et
épuisés, nous arbitrerons, envoyant nos Commissions de Contrôle dans tous les pays détruits.
Cette guerre finira pour toujours notre lutte contre les Païen.
Nous révélerons ouvertement notre identité avec les races de l’Asie et l’Afrique.Je peux
déclarer avec l’assurance que la dernière génération d’enfants blancs est maintenant née.Nos
Commissions de Contrôle feront (seront), dans les intérêts de paix et bien essuyant
(anéantissant) inter – des rapports tendus raciaux.
Interdisez les Blancs au second avec des Blancs. Les Femmes Blanches doivent cohabiter
avec les membres des races sombres, les Hommes Blancs avec des femmes noires. Ainsi la
Race Blanche disparaîtra, pour le mélange de l’obscurité avec le Blanc signifie la fin du
Blanc et notre ennemi le plus dangereux deviendra seulement une mémoire (un souvenir).
Nous nous lancerons dans une ère de dix mille ans de paix et d’abondance, la Paix Judaica et
notre race régnera incontestée sur le monde. Notre intelligence supérieure nous permettra
facilement de conserver la maîtrise sur un monde de peuples sombres.
http://www.rense.com/general45/full.htm

CHAPITRE II
FRANC-MAÇONNERIE.

suite…

https://mega.co.nz/#!2QMmlawb!J5DoWTk6-anCyE8OwX5cd-2q-LAbSufIJkouCKM1NSI