QUOTIDIEN ECONOMIQUE GRATUIT de Charles SANNAT – Édition du 5-6-10-11-12-13 juin 2014


Charles SANNAT

 

http://www.lecontrarien.com

 

 

« La grande remise à zéro du système est officiellement admise. Elle aura lieu. Préparez-vous ! »

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Comme vous le savez, je conteste la réalité de la reprise mondiale que l’on tente de nous vendre actuellement et depuis maintenant presque deux années.

La croissance n’est pas au rendez-vous. Certes les bénéfices augmentent comme l’explique très bien Martin Prescott dans sa dernière vidéo que je vous fais découvrir dans l’édition d’aujourd’hui du Contrarien Matin. Pour lui, et je partage totalement son analyse (mais c’est toujours important de vous montrer qu’un Olivier Delamarche ou un Charles Sannat ne sont pas les seuls dans le monde à penser ce que l’on pense), l’augmentation des bénéfices des entreprises est réel certes, mais il résulte en très grande partie des licenciements et des réductions de coûts dans les sociétés. Les chiffres d’affaires, eux, sont sans doute possible orientés à la baisse. Or le chiffre d’affaires est le seul véritable indicateur des volumes de transaction et bien évidemment une des composantes essentielles du calcul du PIB et donc de la croissance économique générale.

Le grand « reset » est officiellement admis par le FMI

Mais ce n’est pas tout, ou en tout cas pas le plus important. Cela va vous demander un effort. J’en suis conscient car Christine Lagarde, la patronne du FMI, y parle en anglais dans le texte pendant 30 minutes. Mais je vous demande vraiment de consacrer au moins une demi-heure de votre temps à regarder cette vidéo. L’avantage c’est que dame Christine est un peu française sur les bords et que sa prononciation de la langue de Shakespeare nous est parfaitement familière. Disons que vous avez plus de chance de comprendre ce que raconte Lagarde que ce que tentera de vous dire avec son accent pourri le texan moyen.

L’avantage c’est que même si vous ne parlez pas l’anglais, vous n’avez qu’une chose à retenir. Qu’un seul mot. Le mot « reset », que l’on peut traduire par « remise à plat » en français. Ecoutez et cherchez et comptez simplement le nombre de fois où elle va prononcer ce mot en trente minutes. Il s’agit d’une intervention lors du forum économique de Davos.

Nos dirigeants sont donc censés être pleinement informés de ce qu’il va se passer dans les années ou les mois à venir et nous allons vivre en vrai une grande remise à plat du système monétaire mondial car au bout du chemin, il n’y aura aucune autre solution. N’imaginez pas que cela ne sera pas douloureux. Cela le sera. Cela fera mal et encore plus aux patrimoines.

C’est la raison principale pour laquelle vous devez vous préparer. Cette vidéo est accessible pour vous dans cette édition du Contrarien Matin et je remercie notre camarde contrarien du Quebec Martin Prescott d’avoir mis en avant cette vidéo de Christine Lagarde car elle est effectivement essentielle.

L’Italie se fait retoquer par Bruxelles

Pendant ce temps, nous avons appris aujourd’hui que l’Italie s’était fait taper sur les doigts par Bruxelles car finalement il manque des sous dans la caisse mais cela n’est pas une surprise et il faudrait que Renzi (qui a gagné les élections européennes en redonnant des sous aux Italiens) augmente les impôts de 9 milliards d’euros, soit deux fois plus que ce qu’il vient de rendre à sa population.

Mais maintenant que les élections sont passées, les Italiens vont pouvoir se faire tondre tranquillement et sans conséquences « démocratiques » désagréables possibles. C’est beau la politique et l’art de prendre les peuples pour des cons.

L’enquête ADP sur l’emploi aux États-Unis révèle un climat de morosité

Une dépêche Reuters nous a appris que d’après « l’enquête mensuelle ADP, le secteur privé américain n’a créé que 179 000 postes le mois dernier alors que les économistes interrogés par Reuters en attendaient en moyenne 210 000 ».

C’est évidemment une déception supplémentaire mais cela n’empêchera probablement pas les marchés boursiers américains de terminer la séance à nouveau en hausse tellement tout va mieux que bien dans ce bas monde.

Le grand « reset » de Lagarde sera votre grande ruine

Comprenez-moi bien, je n’éprouve aucun plaisir à vous annoncer de mauvaises nouvelles. Je préférerais vous annoncer un avenir radieux, plein de joie, de bonheur et de richesse, hélas tous les éléments factuels dont nous disposons démontrent très clairement à qui accepte de ne pas faire l’autruche que nous sommes engagés sur une pente dangereuse et vraisemblablement sans retour.

L’ultime étape de cette crise sera monétaire et je vous repose le mécanisme que nous avons, que vous avez vécu depuis 2007 (même si les causes de cette crise sont multiples et plus profondes, pour ceux qui veulent mieux comprendre, lisez le hors-série « Les vraies raisons de la crise » accessible gratuitement en téléchargement sur le site du Contrarien Matin).

La crise immobilière américaine a entraîné la crise des subprimes. Les impayés de crédit ont conduit à une crise bancaire. Elle s’est transformée en crise financière et boursière. Cela a engendré une crise économique et une récession d’ampleur historique. Les États sont intervenus, ce qui a amené une augmentation exponentielle de l’endettement des pays pour la plupart déjà largement endettés, d’où une crise de l’endettement des États confinant à l’insolvabilité généralisée. Du coup, les banques centrales interviennent et émettent de plus en plus de monnaie. Au bout du compte et pour faire face à un niveau de dette jamais atteint, l’ultime étape de la crise sera monétaire. À l’effacement des dettes correspondra un effacement de l’épargne et l’arrivée de nouvelles monnaies. Les compteurs auront été remis à zéro et le grand « reset » aura eu lieu. Vous serez probablement ruiné. Puis les choses repartiront comme avant jusqu’à la prochaine grande ruine. Car l’économie est cyclique et une crise majeure frappe le système tous les siècles.

Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement http://www.lecontrarien.com.

Source pour le chômage US ici

Source pour l’Italie et Bruxelles ici

 

« Les Français surveillent de près leur budget », vous êtes limite de gros vilains radins… !!

Voilà comment commence cet article assez scandaleux : « Prévoyants, économes, voire proches de leurs sous… La crise économique semble avoir modifié nettement le comportement des Français, qui surveillent de très près le budget, selon une étude de l’institut BVA pour Cetelem. Ils sont 84 % à surveiller régulièrement leurs comptes et 45 % à avoir… read more.

 

Les États-Unis abusent des mesures compensatoires : ministère du Commerce

BEIJING, 4 juin – La décision préliminaire des États-Unis touchant les produits photovoltaïques importés de Chine représente un abus de mesures compensatoires, a déclaré mercredi le ministère chinois du Commerce. Le département américain du Commerce a fixé mardi des taux de subvention préliminaires concernant les produits photovoltaïques chinois, signalant ainsi qu’il pourrait imposer des droits punitifs… read more.

 

L’UE lance un programme civil ambitieux sur la robotique

BRUXELLES, 3 juin – La Commission européenne, avec 180 entreprises et organisations de recherche, a lancé mardi le plus grand programme mondial d’innovation et de recherche civile en robotique. Le programme devrait beaucoup contribuer à créer des emplois au niveau de l’Union européenne (UE), a indiqué l’UE dans un communiqué. Cette nouvelle initiative dénommée SPARC, qui… read more.

 

Chine : les centrales nucléaires sont généralement sûres

BEIJING, 4 juin – Les réacteurs en service des centrales nucléaires ont un niveau de sécurité relativement bon, et la qualité des réacteurs en construction est bien contrôlée, a déclaré mercredi Li Ganjie, chef de l’Administration nationale de la Sûreté nucléaire (ANSN). Li Ganjie, vice-ministre de la Protection de l’Environnement et chef de l’ANSN, a indiqué… read more.

 

Pour Christine Lagarde, l’économie mondiale a besoin d’un… « reset » !

Je vous conseille cette vidéo hallucinante – qui m’avait échappé mais pas à notre camarade Martin Prescott qui en parle justement dans sa vidéo – où Christine Lagarde, lors du dernier sommet de Davos, a exprimé le plus clairement du monde mais aussi le le plus crûment la situation dramatique dans laquelle se trouve l’économie mondiale. Vous… read more.

 

Voici ce que nous sommes devenus avec nos « portables » indispensables….

Libérons-nous de la dictature technologique qui nous ôte notre vie et notre liberté la plus importante, à savoir vivre en humain l’instant présent. C’est la totalité du système économique qui, pour s’enrichir encore plus, joue sur ce qu’il y a de pire dans l’âme humaine. Charles SANNAT

 

La dernière vidéo de Martin Prescott, notre ami du Quebec, qui dénonce les « menteries économiques »

Prenez un petit quart d’heure pour visionner la dernière vidéo de notre ami canadien Martin Prescott de MoneyMakerEdge. Toujours de bonnes analyses avec de belles informations et une vision nord-américaine en français dans le texte, en tout cas dans le français totalement charmant et dépaysant de nos amis québécois. Un grand merci à lui pour… read more.

 

 

« Les taux d’intérêt négatifs de la BCE. Une première historique ! »

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Rassurez-vous mes amis, un taux négatif ce n’est pas vous payer pour emprunter, ce serait un beau cadeau et n’oubliez jamais que les États et encore moins les banques sont là pour vous faire des cadeaux. Non, ce qu’ils vous font ce sont les poches…

L’information du jour c’est donc évidemment les annonces remarquées et remarquables de Mario Draghi, le gouverneur de la Banque centrale européenne, l’institution qui veille consciencieusement à la ruine de tous les États membres.

À ce rythme, notre agonie risque d’être encore un peu plus longue puisque c’est de nature à faire « tenir » ce système moisi un peu plus longtemps encore. Mais au bout du compte, tout cela finira mal et l’estimation donnée par Jacques Attali d’une durée de 18 mois avant la prochaine grande crise me semble fondamentalement l’échéance sur laquelle nous baser pour notre préparation personnelle.

La déflation est bien là !

Mario a beau tourner autour du pot, il est évident que la déflation n’est pas un risque à venir mais un problème avéré. La déflation est là et d’ailleurs Draghi se prépare à ce qu’elle soit là encore longtemps.

La raison est simple. Comme je l’ai expliqué à de multiples reprises, avec l’euro aucun pays ne peut faire ce que l’on appelle une « dévaluation monétaire » pour retrouver de la compétitivité. Pour en retrouver, la seule solution est la dévaluation salariale, c’est-à-dire la baisse généralisée du niveau des salaires comme c’est le cas en Grèce (le pays le plus en avance si l’on peut dire), en Espagne, au Portugal, en Italie et même en France dans une moindre mesure pour l’instant (c’est plus un gel des salaires avec augmentation du chômage et une légère baisse du salaire réel en raison de la hausse des impôts et des prélèvements).

Lorsque les salaires baissent, il est évident qu’un phénomène déflationniste ne peut qu’avoir lieu. C’est une évidence économique.

Il faut donc comprendre que la seule solution pour éviter la déflation ce n’est pas fondamentalement de baisser les taux mais bien d’augmenter les salaires.

Les causes profondes de ce phénomène c’est évidemment l’euro et le carcan qu’il représente mais pas uniquement. Dans une économie mondialisée et sans barrière de protection afin de lutter contre les phénomènes de concurrence déloyale liés à des distorsions de salaires évidentes, nous ne pouvons arriver qu’à un ajustement généralisé vers le moins-disant salarial et social. C’est exactement ce qu’il se passe puisque nous nous refusons à imposer des droits de douane.

Nous ne pouvons donc vivre qu’une déflation majeure, renforcée qui plus est par des aspects démographiques eux-aussi déflationnistes.

Les mesures annoncées par Mario Draghi

Elles sont globalement au nombre de trois.

1/ Le principal taux d’intérêt directeur passe de 0,25 % à 0,15 %. En gros, nous allons pouvoir emprunter un poil moins cher de l’argent que nous ne voulons pas emprunter puisque nous ne sommes pas sûrs de pouvoir le rembourser en particulier pour ceux qui n’ont pas de visibilité sur leur emploi. Cela ne changera donc pas grand-chose. Je n’emprunte pas parce que les taux viennent de baisser de 0,10 %, j’emprunte parce que j’en ai besoin ou parce que je vais réaliser un investissement rentable.
Retenez donc que le taux directeur est celui qui fixe en gros le prix d’emprunt de l’argent.

2/ Le taux de dépôt de la BCE, lui, est devenu carrément négatif et c’est une grande première historique pour la BCE. Il y a bien eu quelques expériences de ce genre il y a quelques années en particulier dans des pays nordiques, mais cela n’a pas réellement fonctionné. Disons que sur ce sujet-là nous n’avons pas de recul suffisant pour être affirmatifs dans nos appréciations. Néanmoins, mon point de vue est que là encore, cela ne va pas fonctionner.

Avant de vous expliquer pourquoi, expliquons ce qu’est le taux de dépôt. Lorsqu’une banque commerciale comme la Société Générale ou la BNP dispose d’un excédent de trésorerie, elle peut prêter ces fonds par exemple à d’autres banques qui, elles, seraient en manque ponctuel de liquidités. Le problème c’est que depuis 2007 plus personne n’a confiance en personne, donc les banques en excédent déposent leur argent directement à la BCE qui, jusqu’à présent, rémunérait ses fonds (bien que de moins en moins).

Désormais, une banque qui placera son argent à la BCE aura moins à la sortie de son placement qu’à son entrée. En clair, les banques vont devoir payer pour placer leur épargne à la BCE !!

L’idée c’est de forcer les banques en excédent à prêter et à financer l’économie… enfin officiellement !

Pourquoi cela ne va sans doute pas marcher ?

Les raisons sont multiples. Tout d’abord, le problème de fond est la confiance. Certaines banques préféreront perdre très légèrement plutôt que d’aller prendre des risques inutiles.

La réalité c’est que les banques vont préférer prêter à des États surendettés et en situation d’insolvabilité théorique pour la raison simple que la BCE devrait intervenir en cas de pépin grave (en tout cas c’est le pari), donc plutôt que de financer l’économie réelle, moi banquier, je préfère prêter mes sous à l’Espagne à moins de 3 % !! Et c’est d’ailleurs exactement ce qu’il se passe depuis quelques semaines où nous constatons un effondrement des taux d’emprunts des États, ce qui constitue une énorme bulle obligataire.

Évidemment, 3 % cela rapporte plus que de payer 0,10 % !! Le calcul est donc vite fait pour nos rapaces de banquiers.

Enfin, certes les banques se montrent réticentes à financer l’économie réelle, en revanche ce n’est qu’une partie de ce problème. Il y a l’offre de crédit (côté banque) mais il y a aussi une demande de crédit (côté client). Or la demande de crédit est orientée dramatiquement à la baisse depuis plus de deux ans. La raison est simple. Les particuliers, qui ont peur pour leur emploi, ne veulent pas emprunter. Logique. Les entreprises, qui n’ont pas de visibilité, ne veulent pas investir… donc elles n’empruntent pas. Logique aussi.

Enfin, et c’est le dernier élément, les banques garderont tout simplement leur argent sur leur propre compte et préféreront plutôt ne rien faire que d’en perdre !

3/ Comme nous l’apprend la dépêche dont je vous mets le lien source, « selon les analystes, il pourrait annoncer entre autres un nouveau crédit à long terme (LTRO) aux banques, soumis cette fois à la condition qu’elles prêtent à leur tour contrairement à deux LTRO à trois ans lancés précédemment par la BCE ». C’est le fameux « crédit easing » européen que j’avais déjà évoqué à plusieurs reprises et qui se précise. Cependant, Mario Draghi garde des « cartouches » et des munitions pour plus tard et continue sa politique qui, essentiellement, vise simplement à gagner du temps. Pour quoi faire ? Nul ne le sait. Disons que nous gagnons du temps ou plus précisément nous achetons du temps non pas tant pour ce que cela nous permettra de faire que pour ce que cela nous évitera de vivre.

Nous n’en sommes plus, et depuis longtemps, à vouloir améliorer la situation puisque nous n’avons rien fait depuis 7 ans pour changer véritablement les modes de fonctionnement de notre système. Nous en sommes juste à vouloir éviter les conséquences désastreuses d’un effondrement et les autorités tentent désespérément d’organiser une lente descente plutôt qu’une chute violente.

Je laisse donc le mot de la fin qui m’a fait beaucoup rigolé à Carsten Bzreski, économiste de la banque ING, qui a déclaré à propos des annonces de Mario Draghi que :

« Mais cela aidera-t-il à faire repartir l’économie ? Probablement pas mais la BCE a montré sa détermination et sa capacité à agir » !

Ce qui peut être traduit par un lapidaire « ce que fait la BCE ne servira à rien mais tout le monde fait semblant de croire que ce que l’on fait sera efficace » ! Si la situation n’était pas aussi dramatique, ce serait drôle.

Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement http://www.lecontrarien.com.

Source dépêche AFP sur le site Boursorama.com ici

 

L’affaire BNP Paribas « va poser beaucoup de problèmes entre les deux gouvernements »

Je vous invite à lire cet article d’Europe 1. Voici ce que vient de déclarer Montebourg, notre ministre de l’Économie avec qui je suis parfaitement d’accord : « C’est un risque considérable (pour la banque, ndlr) et nous n’accepterons pas de le courir. Et cela va évidemment poser beaucoup de problèmes entre les deux gouvernements. » « Il… read more.

 

L’Allemagne prête à autoriser le gaz de schiste

« L’Allemagne dépend à 35 % des importations russes, pour ses besoins en gaz. Le gouvernement allemand va autoriser la fracturation hydraulique sur 86 % du territoire. Un premier pas vers l’exploitation de ressources qui pourraient réduire, faiblement, la dépendance au gaz russe. » C’est par ces quelques lignes que commence cet article du Figaro dont je… read more.

 

Gaz : les livraisons US à l’Europe ne régleront pas les problèmes (Barroso)

Les livraisons de gaz américain à l’Europe ne régleront pas les problèmes énergétiques de l’UE, a indiqué jeudi le président de la Commission européenne José Manuel Barroso à l’issue du sommet du G7 à Bruxelles. « Il faut être réaliste et ne pas s’illusionner en croyant que le gaz livré par les États-Unis réglera nos problèmes »,… read more.

 

Sanctions contre la Russie : les USA constatent les contrecoups

Les sanctions décrétées par les pays du G7 contre la Russie ont provoqué des « complications » dans l’économie de ces pays, a déclaré mercredi Ben Rhodes, conseiller adjoint du président américain pour la sécurité nationale. « Dans différents pays européens il y a des domaines où ces pays entretiennent des relations légales avec la Russie. En Allemagne,… read more.

 

OCDE : l’inflation augmente de 2,0 % en avril 2014

PARIS, 4 juin – Les prix à la consommation ont augmenté de 2,0 % entre avril 2013 et avril 2014 dans les 34 pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), contre 1,6 % entre mars 2013 et mars 2014, selon les chiffres publiés mercredi par l’organisation à Paris. Hors alimentation et énergie,… read more.

 

La Russie et la Chine créent une agence de notation financière

La Russie et la Chine ont décidé de créer une agence de notation financière conjointe, a annoncé mardi à Pékin le ministre russe des Finances Anton Silouanov. « Nous créerons une agence de notation financière russo-chinoise qui utilisera les mêmes instruments et critères d’évaluation des projets d’investissements nationaux et régionaux que ceux utilisés par les meilleures… read more.

 

L’UE s’attend à la réduction du nombre de chômeurs de 1,6 million en trois ans

BRUXELLES, 4 juin – L’Union européenne (UE) s’attend à la réduction du nombre de chômeurs de 1,6 million durant la période 2013-2015, a affirmé mercredi le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, peu avant un sommet extraordinaire du G7 (États-Unis, Allemagne, Japon, France, Royaume Uni, Italie, Canada plus l’UE) à Bruxelles. La perspective de l’économie… read more.

 

 

« Des surprises inattendues ! »

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Vous savez à quel point j’aime me moquer de la dialectique de ceux qui nous dirigent et qui, à travers les mots et leur utilisation, cherchent à diriger nos pensées.

Si les mots ont un sens, il n’en demeure pas moins assez facile de déjouer les pièges sémantiques pour peu que l’on fasse attention.

Les crises, quelles qu’elles soient, sont toujours « imprévues », elles ne sont jamais « la faute » à quelqu’un mais toujours « la faute » à pas de chance. On ne pouvait pas savoir, c’était imprévisible, on ne pouvait pas imaginer que etc.

Une crise immobilière en 1990 ? La faute à la première guerre du Golfe. Une crise boursière majeure en 2001 ? La faute aux attentats du 11 septembre ! Une crise économique dévastatrice en 2007 ? La faute aux subprimes américains, j’vous jure on pouvait pas prévoir… Impossible d’imaginer qu’une spéculation bancaire poussée à outrance pendant 10 ans puisse un jour poser des problèmes…

La future faillite des États occidentaux totalement surendettés ? Rassurez-vous, ce sera là encore la faute à quelque chose, que ce soit la « guerre en Ukraine », le très vilain Poutine ou encore la chute d’un astéroïde sur Wall Street… mais comme à chaque fois, on vous expliquera le plus gros des mensonges, à savoir que le propre d’une bulle est de révéler son existence qu’une fois qu’elle a éclaté ! J’en rigole encore. Nous avons tout plein de bulles, boursières ou obligataires, et je peux vous assurer qu’elles sont bien là. Je peux même vous garantir qu’elles éclateront ! Je ne sais juste pas quand exactement. Ce jour-là, on vous dira… c’est la crise (une nouvelle) et on ne pouvait pas s’y attendre, c’est pas ma faute ma brave ménagère au chômage.

Vous remarquerez aussi que chaque crise est « nouvelle ». Aucune continuité. Non. Alors qu’évidemment, tous ces événements sont liés et depuis des décennies et s’enchaînent finalement de façon assez prévisible en dehors de l’agenda qu’aucun analyste ne peut maîtriser.

Alors que je faisais ce matin le point sur les « zactualités », quelle ne fut pas (encore une fois) ma surprise que de lire la surprise des autres ! Et aujourd’hui, ils ont été sacrément surpris.

Par exemple voir des pays européens en récession, c’est vraiment surprenant et inattendu.
Par exemple voir le « moral » de tel ou tel agent économique en berne, c’est vraiment surprenant et inattendu !

D’ailleurs vous pourrez être surpris en lisant dans l’édition du Contrarien du jour qu’en Espagne les choses ne vont pas mieux sauf peut-être dans le secteur automobile, surtout lorsque le gouvernement espagnol qui n’a pas la queue d’un rond fait des primes à la casse de 2000 euros… Vous serez surpris aussi par l’avis très négatif de S&P sur l’Italie qui aurait beaucoup de dettes… (à lire aussi dans le Contrarien du jour).

Alors vraiment, c’est la journée des surprises. Je ne pouvais pas toutes vous les mettre dans cet édito! Mais je vous en ai sélectionné deux bien croustillantes!

Portugal : le PIB recule de 0,6 % au premier trimestre

Voilà ce que dit l’AFP (Agence France Presque, comme la surnomment certains de nos camarades lecteurs à l’esprit chagrin et qui trouvent manifestement qu’il y a quelques « approximations ») :

« Le recul de 0,6 % du PIB, expliqué par une baisse des exportations, confirme la rechute surprise de l’économie portugaise après la reprise entamée au printemps 2013. »

Mais quelle tristesse mes chers amis le Portugal dont la même Agence (et toutes les autres soyons justes avec notre AFP nationale) vantait la reprise jusqu’à la veille des élections européennes et qui une fois les élections passées (mais il n’y a aucun lien évidemment) découvre avec « surprise » que non seulement le Portugal n’est pas en croissance mais qu’en plus l’économie, « contre toute attente », est en récession.

Pendant ce temps, et grâce à l’AFP, je suis passé pour un imbécile lors des dîners en famille… « Mais Charles, arrête avec ton pessimisme, regarde, j’ai entendu à la télé que ça allait beaucoup mieux en Espagne, en Grèce et au Portugal. » Ils sont même « sortis d’affaire » !

Comment voulez-vous que cela puisse aller mieux au Portugal et ailleurs alors que l’on continue à baisser les salaires des pauvres Portugais pour qu’ils retrouvent de la « compétitivité ». Alors le PIB baisse, bonne blague. Lorsque le Portugais vaudra un Chinois, je peux vous assurer qu’il sera très compétitif. Bon, le PIB aura baissé de 70 % mais il sera compétitif. Le même raisonnement est valable pour les Espagnols, les Grecs, les Français ou les Allemands. Tous à 400 euros/mois sans assurance retraite, chômage, et maladie… et là, vous verrez ce que vous verrez !

En attendant, la triste réalité est que les autorités, avec l’aide bienveillante des agences de notations dont les dépêches sont reprises en boucle par les différents médias sans la moindre modification, on « pilote » le sentiment des gens et on les mènent par le bout du nez à croire que tout va de mieux en mieux ce qui est faux.

Baisse inattendue du sentiment des investisseurs en zone euro

Pour l’Agence de presse Reuters, « l’indice Sentix du sentiment des investisseurs a, contre toute attente, reculé en juin, les acteurs du marché n’ayant pas été enthousiasmés par les mesures de soutien à la croissance annoncées jeudi par la Banque centrale européenne (BCE) ».

L’Agence de presse souligne même que ce recul du « sentiment » des investisseurs est d’autant plus « remarquable » que la BCE a annoncé la semaine dernière tout plein de mesures pour lutter contre la déflation, alors comment se fait-il qu’ils n’aient pas le moral bon sang !

Là encore, c’est inattendu, surprenant, bref, c’est la surprise.

Pourtant, après 7 années de crise, avec un chômage de masse et des défis multiples auxquels font face nos économies, il n’y a aucune raison objective pour être optimiste.

Néanmoins, regarder la réalité dans les yeux est nettement moins confortable que de faire l’autruche, encore un peu. Le réveil sera brutal pour tous ceux qui auront préféré croire aux belles histoires.

Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement http://www.lecontrarien.com.

Baisse surprise du PIB du Portugal pour être surpris par la source c’est ici!!

Pour être surpris par la baisse inattendue du moral des investisseur la source est ici…

 

S&P confirme les perspectives économiques négatives de l’Italie malgré les « intentions encourageantes » de son gouvernement

ROME, 6 juin – L’agence de notation Standard and Poor’s (S&P) a confirmé vendredi la note BBB pour l’Italie, ajoutant que les perspectives économiques du pays demeurent négatives, malgré les « intentions encourageantes » du gouvernement actuel. L’agence de notation américaine, qui a abaissé la note de solvabilité de l’Italie à trois reprises depuis mai 2011, a affirmé… read more.

 

Le gouvernement espagnol renouvelle l’aide financière au secteur automobile

MADRID, 6 juin – Le gouvernement espagnol a prolongé le plan PIVE qui accorde une aide financière au secteur automobile du pays, a annoncé vendredi la vice-Première ministre Soraya Saenz de Santamaria. La haute responsable a fait cette annonce lors d’une conférence de presse à l’issue d’une réunion ministérielle. Elle a indiqué aux journalistes que le… read more.

 

Est de l’Ukraine : un lance-roquettes Grad détruit par les insurgés

DONETSK, 9 juin – RIA Novosti Les combattants des forces d’autodéfense de Slaviansk ont détruit un des lance-roquettes multiples (LRM) BM-21 Grad utilisés par l’armée ukrainienne contre cette ville dans l’est de l’Ukraine, a annoncé lundi à RIA Novosti un porte-parole de l’État-major des insurgés. « Nous avons détruit un lance-roquettes multiples Grad au tournant de la… read more.

 

La Russie coopérera avec la Chine sans préjudice pour l’UE (sénatrice)

La Russie développera ses relations avec la Chine et les États d’Asie-Pacifique sans préjudice pour ses liens avec les pays européens, a déclaré samedi la présidente du Conseil de la Fédération (sénat russe) Valentina Matvienko sur la chaîne de télévision TV Centre. « Nous n’envisageons en aucune façon de développer notre coopération avec l’Asie-Pacifique et notre… read more.

 

Ukraine/gaz : Moscou peut réduire ses livraisons en Europe

DEAUVILLE, 6 juin – RIA Novosti La Russie peut réduire le volume de gaz qu’elle fournit à l’Europe si cette dernière alimente l’Ukraine en flux inversés, a déclaré vendredi à Deauville le président russe Vladimir Poutine, en visite de travail en France. « Il y a de grands risques. Si un pays souhaite régler les problèmes de… read more.

 

Jean-François sur BFM Business vous parle de l’argent métal

Retrouvez en vidéo Jean-François Faure, le président fondateur d’AuCOFFRE.com, parlant de l’argent métal comme placement alternatif à l’or en conservant l’aspect valeur tangible d’une part mais également les avantages de l’argent comme métal industriel dont les ressources sont en train de se raréfier. Charles SANNAT

 

« THE » Revue de l’or du Web du 6 juin : argent métal et cours de l’or

Pour commencer cette revue du Web, on fait le point sur l’interview de Jean-François Faure, le président fondateur d’AuCOFFRE.com, à BFM Business autour de l’argent métal. Mais comme c’est également le sujet de la semaine, le cours de l’or fait également l’objet de plusieurs articles cette semaine. On les décrypte dans cette revue du Web…. read more.

 

 

« De la civilisation à la vicilisation ! »

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Je viens de terminer un ouvrage dont je souhaitais vous parler et partager avec vous quelques réflexions.

Son titre ? Vicilisation, du latin « vicus », signifiant « le village », et nous reviendrons longuement sur cette partie-là.

Le résumé

«Vicilisation – La Chute est un roman d’aventures qui se déroule de nos jours.

La crise économique s’aggrave, les tensions sociales et les attentats se multiplient, le monde occidental vacille, puis s’effondre brusquement.

Les villes en proie aux pénuries et aux émeutes sont les premières touchées.

Jacques, un jeune architecte parisien jeté sur les routes de l’exode, tente de survivre à l’impensable. Son errance spectaculaire au travers d’un monde qui sombre dans l’anarchie lui révèle ce que beaucoup n’auront pas l’occasion de voir : le crépuscule d’une civilisation.

Pourtant, au milieu des doutes et de la violence, un fragile espoir semble renaître…

Jusqu’où ira-t-il pour le défendre ? Que sera-t-il capable d’accomplir pour émerger de ce chaos ? »

Voilà donc pour l’histoire qui, sans être un trésor littéraire (ce qui n’est en aucun cas un reproche), se lit bien et facilement (ce qui est un compliment), ce qui est évidemment fort agréable. On a tout simplement envie de lire la suite et de tourner chaque page ! J’ai passé un bon moment de lecture et cet ouvrage doit nous amener à nous poser quelques questions de fond, en tout cas il peut sans conteste servir de support à une réflexion beaucoup plus large sur notre modèle de civilisation.

La ville tentaculaire comme modèle de développement

Notre modèle actuel de développement est hérité de la révolution industrielle. L’exode rural est, avec le recul, un phénomène particulièrement logique dans la mesure où les usines qui avaient besoin d’une masse considérable de main-d’œuvre se sont installées à proximité des villes donc de leurs clients. Chemin faisant et temps passant, la population très majoritairement rurale dans notre pays à la sortie de la guerre à la fin des années 40 est devenue majoritairement urbaine puis péri-urbaine avec le développement pas franchement réussi de banlieues tentaculaires.

Il est donc essentiel de poser un constat particulièrement fondamental. Ce qui justifie l’existence des villes ce sont les usines et donc les bassins d’emplois liés à cette révolution industrielle.

Aujourd’hui, nous devons bien nous rendre compte, au-delà de la crise actuelle, que nous sommes rentrés dans une ère « post-industrielle », que les usines ferment et que celles qui ne ferment pas ont de moins en moins besoin de bras grâce aux progrès technologiques. La même chose est à l’œuvre dans le secteur des services et évidemment Internet, les réseaux informatiques et autres technologies jouent un rôle considérable dans la raréfaction des emplois disponibles. C’est par exemple cruellement le cas pour les agences bancaires condamnées rapidement à disparaître au profit de la banque en ligne nettement plus rémunératrice pour les banques et qui occupent tout de même environ 480 000 personnes rien que dans les agences de France et de Navarre.

Alors la question que l’on doit se poser est que la ville telle que nous la connaissons aujourd’hui est l’héritage de cette révolution industrielle d’il y a deux siècles, héritage balayé en l’espace de quelques décennies notamment par la mondialisation, les délocalisations et les progrès techniques, cette ville donc a-t-elle encore un sens économique, un sens social, est-elle un avenir possible ou au contraire un vestige de notre passé récent voué à la décadence et à la disparition comme peut nous le montrer de façon assez dramatique l’évolution de la ville de Détroit aux USA qui n’est même plus l’ombre d’elle-même mais un champs de ruines à ciel ouvert ?

Le cas particulier des écoquartiers !

Ma tendre épouse, avec qui je partageais ces réflexions, évoquait que ce que je pensais pouvait être relativisé, que la ville est capable de se transformer d’ailleurs, « regarde mon chéri, maintenant on construit en BBC et on bâtit des écoquartiers ». C’est vrai, et pourtant cela ne me semble pas être une solution mais justement bien une confirmation et une démonstration que les villes actuelles ne sont plus adaptées et le seront de moins en moins. Il s’agit là, en tout cas j’en ai la désagréable impression, de tentatives désespérées de « changer » la ville sans la remettre en cause ! En clair, c’est une réformette urbaine ou quelques esprits éclairés glosent doctement autour d’idées fumeuses du type écoquartier, potager participatif de 200 m² aussi vite abandonné que construit, ou encore toitures végétalisées. C’est très beau, c’est très bien, c’est très séduisant et alors ! Combien de millions de personnes habitent-elles dans un écoquartier ? Et qu’est-ce qu’un écoquartier ? Ce n’est rien en réalité, juste un ensemble immobilier perdu au milieu d’un océan de béton et censé avoir un impact plus léger sur l’environnement. Comprenez par là qu’il y a quelques panneaux solaires, une isolation que personne ou presque ne pourra plus se payer dans 5 ans si la crise et le chômage se poursuivent ainsi, et en cherchant bien sans doute quelques arbres tout petits et qui auront besoin de 20 ans avant de fournir de l’ombre… le tout en général assez loin des centres-villes (qui sont déjà construits depuis belle lurette) !

Bref, l’écoquartier est à l’avenir des villes ce que la ligne Maginot était à la protection de la France en 1940. Nous continuons à raisonner ville, à raisonner extension, emprise étalement urbain que les nouvelles constructions soient BBC ou pas ne changera rien ou presque à l’autonomie de leurs habitants.

Le retour du « rural » une tendance lourde et une nécessité économique

S’entasser dans les villes a donc une logique lorsqu’il s’agit avant tout d’une logique d’emploi et de travail. Vous travaillez en ville, vivez en banlieue (en général) et payez généralement très cher le fait d’y être. Même pour ceux qui travaillent, et je pense en particulier aux classes moyennes, désormais le coût économique de la vie en ville mérite d’être calculé, ce que les gens ne font pas encore assez. En gagnant moins à la campagne, on peut vivre mieux qu’en gagnant un peu plus en ville.

En revanche, pour ceux qui sont sans emploi et avec peu de chance d’en retrouver un convenablement payé, la ville est très clairement la plus mauvaise affaire financière. Pas d’argent = les quartiers les plus défavorisés, les problèmes scolaires ou de délinquance, ou encore un éloignement assez fort du centre-ville. Bref, un rmiste a-t-il intérêt à vivre en ville et à s’entasser dans des banlieues dortoirs toutes aussi déprimantes les unes que les autres. Économiquement, la réponse est évidemment non.

Vivre avec un RSA à la campagne c’est presque possible, en aucun cas en ville, encore moins à Paris. La ville, enfin, vous prive de toute autonomie ou presque, les solidarités n’y sont pas les mêmes et les possibilités d’échanges sont très différentes.

En Grèce, comme dans tous les pays du sud de l’Europe, on observe un mouvement très fort confinant à l’exode urbain où les gens par milliers quittent des villes devenues des pièges financiers pour se replier sur des zones rurales ou à défaut de « carrières » professionnelles, ils sont en mesure de subvenir à leurs besoins fondamentaux de se loger, de se nourrir et aussi de se chauffer avec quelques stères de bois au moment où les feux de cheminées sont désormais interdits dans toute l’Île-de-France.

Ces néoruraux représentent à mon sens une forme de solution de « survie » évidente face à la crise économique et au chômage endémique.

Il y a quelques mois j’avais eu l’outrecuidance d’écrire au sujet d’une dame qui dormait dans sa voiture (dans le 15e arrondissement de Paris) alors qu’elle avait une pension de 800 euros, était à la retraite et se plaignait de son sort que rien ne l’empêchait de faire rouler sa voiture jusqu’à Tulles, ville de Corrèze et accessoirement de notre président de la République, pour y dénicher un appartement en excellent état pour moins de 300 euros par mois, ce qui lui laisserait environ 500 euros pour finir le mois. Certes ce n’est pas Byzance, mais au moins on finit son mois et on n’est pas SDF.

J’ai reçu un abondant courrier de lecteurs m’accusant de vouloir « déplacer les gens de force ». Mais il ne s’agit pas de cela. Les gens finiront par se déplacer d’eux-mêmes tout simplement parce qu’ils n’auront aucun autre choix. Encore une fois, être en ville sans travail c’est un suicide financier et familial et l’assurance d’être malheureux. Après, il doit tout de même être possible de parler de ce genre de possibilité et d’inciter les gens à se redéployer sur le territoire sans pour passer tout de suite pour un horrible stalinien…

L’intérêt économique de la revitalisation rurale

Et c’est là que ce livre Vicilisation est très actuel et passionnant car effectivement l’intérêt du village et du redéveloppement rural est évident.

Humainement tout d’abord, nous avons besoin de ralentir le temps, d’alléger les pressions psychologiques, de redonner du sens et le sens provient aussi du rôle que chacun peut tenir dans sa communauté immédiate par et pour les autres.

Économiquement, remettre un café dans chaque village, un coiffeur, un épicier, un boucher ou encore un boulanger ce sera autant de travail créé en plus et donc une petite vie économique locale.

Mettre tous ces villages en réseaux, développer le télétravail, favoriser les échanges locaux de biens et services, de réparation comme de production dans le cadre de ce que certains appellent « l’économie circulaire » fera évidemment partie des solutions post-crise que nous devrons mettre en place.

Il ne faut pas s’imaginer que la croissance reviendra comme par magie. Elle baisse tendanciellement depuis 40 ans maintenant et chaque décennie voit sa croissance moyenne inférieure à celle de la décennie précédente. Désormais nous sommes à croissance zéro sans même vous parler de « croissance négative » et du tombereau de dettes que nous ne rembourseront jamais. Pour ceux qui ne l’ont pas lu, téléchargez si vous souhaiter en savoir plus mon ouvrage sur les « vraies raison de la crise » disponible gratuitement sur le site du Contrarien Matin colonne de droite sur votre écran d’ordinateur.

Vicilisation est une partie de la solution

Il nous faudra dans les prochaines années choisir entre ce que nous voudrons faire croître et ce qui devra décroître par la force des choses, il nous faudra passer de la production de masse et de la consommation de masse à l’économie circulaire où tout se répare car conçu pour cela et où tout se recycle. Nous devrons réinvestir nos espaces ruraux car nous disposons encore de place et de ressources. Nous avons même de vastes espaces sous-utilisés. Nous devrons prendre soin de nos sols et de nos environnements. Nous devrons changer nos méthodes agricoles en généralisant des techniques comme celle de la permaculture bio dont les rendements sont excellents et permettront quand même, quoi qu’en disent les Monsanto et consorts, de nous passer de toute cette chimie mortifère, nous devrons réapprendre à vivre ensemble dans des communautés à taille humaine.

Nos villes, nos grandes villes devront décroître par la force des choses, c’est ainsi. Elles sont en réalité totalement dépassées et ne survivront vraisemblablement pas dans leur taille actuelle à l’aggravation de la crise économique.

Le village redeviendra pour un temps l’unité de vie principale. Ce ne sera pas le village ou le hameau de nos grands-parents, loin de tout, enclavé. Non, ce sera, je l’espère, le village moderne et post-industriel, où nous saurons y investir de la technologie et des savoir-faire, des services de transports et de distribution qui rendront les échanges aisés.

Nous pourrions donc inventer un modèle de société totalement différent, beaucoup plus « doux », plus humain, plus efficient économiquement et environnementalement parlant. Nous ne devrons pas opposer technologie et ruralité mais bien faire coexister les deux pour mettre la technologie au service de l’homme et non plus subir l’inverse, à savoir l’asservissement de l’homme aussi bien par la technologie que par le système économique.

La véritable question est saurons-nous le faire avant ou après la chute, car dans ce roman de Chris Antone, la vicilisation ne peut naître que des cendres de la « civilisation » et j’ai bien peur qu’il ait parfaitement raison.

Je vous souhaite donc une excellente lecture de ce que peut être la chute de notre système et de notre pays, du chaos que nous pourrions devoir vivre mais aussi de nos capacités à rebondir comme l’être humain a toujours su le faire.
Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement http://www.lecontrarien.com.

Pour commander le livre Vicilisation, la chute que je vous conseille de lire c’est ici

 

Ukraine : création d’un centre pour l’évacuation des civils de l’est

KIEV, 10 juin – RIA Novosti Le gouvernement ukrainien crée un centre de coordination auprès du Service ukrainien des situations d’urgence chargé d’aider les personnes qui souhaitent quitter la zone des hostilités dans de l’Est de l’Ukraine, a annoncé mardi le ministère ukrainien de l’Intérieur. « Un centre de coordination se chargera du sort des personnes qui… read more.

 

SCOOP : Ukraine, à Donetsk des volontaires italiens viennent appuyer les insurgés

C’est l’Agence de Presse RIA Novosti qui nous apprend aujourd’hui que des volontaires italiens sont venus grossir les rangs des forces d’autodéfense du Donbass, a annoncé mardi le « gouverneur populaire » de la région de Donetsk, Pavel Goubarev, sur sa page Facebook. « Des membres de l’organisation italienne Millenium sont arrivés à Donetsk pour contribuer à l’organisation… read more.

 

Chine : des mesures exigeantes seront prises pour faire des économies d’énergie

BEIJING, 9 juin – Alors que la Chine est encore loin d’atteindre ses objectifs fixés pour la période 2011-2013, des mesures exigeantes seront prises pour économiser l’énergie, a indiqué lundi Xie Zhenhua, vice-ministre chargé de la Commission nationale du Développement et de la Réforme. M. Xie a indiqué lors d’un forum que des efforts devaient être… read more.

 

Chine : la production et les ventes de véhicules en baisse en mai

BEIJING, 10 juin – La production et les ventes de véhicules en Chine ont baissé en mai en glissement mensuel, marquant le deuxième déclin en base mensuelle consécutif, selon les nouvelles données publiées mardi. En mai, la production de véhicules a chuté de 4,4 % en base mensuelle à 1,98 million d’unités, alors que les ventes… read more.

 

Gaz de schiste : le nouveau rêve américain anéanti. 96 % de réserves en moins finalement !!

C’est un excellent papier publié par nos amis d’Économie Matin qui font un excellent travail pédagogique sur l’économie pour tous. Le sujet ? Les gaz de schistes qui sont en train de se révéler, comme nous l’annonçons depuis plusieurs mois, comme un vaste mirage qui plus est dramatiquement nocif pour l’environnement. Nous n’échapperons donc pas… read more.

 

Les USA « nettoient » le marché de l’UE pour y vendre leur gaz de schiste

MOSCOU, 10 juin – RIA Novosti Les États-Unis cherchent à affaiblir l’Europe et à « nettoyer » le marché européen pour y vendre du gaz de schiste américain, a déclaré mardi à Moscou le conseiller du président russe Sergueï Glaziev. « Les Américains ont pour but d’affaiblir l’Union européenne, de provoquer la faillite de toute une série de banques… read more.

 

SCOOP : Bien-être : l’Asie déclassera l’Europe en 2014

MOSCOU, 10 juin – RIA Novosti La région Asie-Pacifique (sans le Japon) dépassera cette année l’Europe de l’Ouest en termes de bien-être de sa population et pourrait devenir la plus riche région du monde d’ici quatre ans, indique le rapport Global Wealth 2014 publié mardi par la société de conseil Boston Consulting Group (BCG). L’an dernier,… read more.

 

 

« Enquête exclusive du Contrarien Matin sur la loi Alur et la parano de Duflot, pauvre Calimero c’est trop zinjuste ! »

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Qu’est-ce que j’ai rigolé en lisant les réactions courroucées de Cécile « Duflop » qui nous fait un psychodrame suite aux attaques en règle et répétées sur l’héritage qu’elle nous a laissé avec sa loi Alur qui bloque totalement le marché des transactions immobilières, emmerde tout le monde, ne rassure en aucun cas plus un acquéreur éventuel ni ne le protège mieux, et coûte une fortune à la collectivité pour strictement rien du tout.

Mais qui veut torpiller la loi Duflot ? L’ombre des lobbyistes

C’est le titre d’un article assez complaisant à l’égard de l’ancienne ministre et qui fleure bon le soutien « abusif » tant là encore c’est drôle, avec un mélange de fiction de peur et de réalité… alors que les faits sont beaucoup plus simples que cela. Voici ce que nous raconte cette « gentille » journaliste qui lutte sans merci avec Duflot contre les lobbies… On se demande, comme l’ancienne ministre, qui les paie, surtout Nicolas Doze de BFM ainsi que Charles SANNAT du Contrarien Matin parce que je vais dire exactement la même chose en allant un peu plus loin que ce que permet le format très court d’un édito télévisé.

« Sur le point d’être «détricotée» avant même d’avoir vu le jour, la loi Duflot sur le logement, qui prévoit notamment un encadrement des loyers, subit une attaque en règle, que l’ancienne ministre soupçonne d’être téléguidée par les professionnels de l’immobilier, aidés par des lobbyistes.

Ce mercredi matin, pas très surprise de voir l’édito de Nicolas Doze sur BFM Business parler de loi «impraticable et néfaste» et d’autres médias évoquer la nécessité de «rassurer le marché de l’immobilier», l’ex-ministre écologiste a lancé un tweet aussi vague qu’accusateur. »

« Duflop » stop !

Voici la liste officielle, grâce à la nouvelle loi, des documents nécessaires à la signature d’une promesse de vente. On ne parle pas d’un acte authentique, juste d’une promesse de vente. Un vague formulaire sur lequel jusqu’à présent nous écrivions les noms et prénoms des vendeurs et des acquéreurs, la désignation du bien et le prix sur lequel tout le monde était d’accord. On filait au passage la liasse de diagnostics et zou, c’était dans la boîte dans l’heure ou presque.

Désormais, signer une promesse de vente c’est un peu comme signer l’acte authentique lui-même puisqu’il faut sensiblement tous ces documents avant même d’avoir acheté pour être bien sûr de vouloir acheter.

Je vous laisse méditer cette liste je le précise envoyée par un notaire et confirmé par deux autres dans le cadre de mon enquête sur ce sujet.

Comme convenu vous trouverez ci-dessous la liste des pièces à réunir :
– Les questionnaires vendeurs complétés (ci-joint) ;
– Si vous avez effectué des travaux, la photocopie des autorisations nécessaires, le cas échéant ;
– La photocopie des pièces d’identité;
– La photocopie du livret de famille, le cas échéant ;
– La photocopie du contrat de mariage ou du PACS, le cas échéant ;
– Coordonnées complètes ;
– Titre de propriété (copie authentique de la vente ou de l’attestation de propriété en cas de succession) et si possible titres antérieurs ;
– Règlement de copropriété et état descriptif de division (souvent dans le même document) ;
– Modificatifs du règlement de copropriété ;
– Plans originaires des lots ;
– Les procès verbaux d’assemblées générales des 3 dernières années ;
– La photocopie de la Taxe foncière 2013 ;
– La photocopie du dernier appel de charges de copropriété ;
– La photocopie du bail le cas échéant ;
– La photocopie du congé du ou au locataire le cas échéant;
– Pré-état daté à faire remplir par le syndic (document ci-joint) ;
– Carnet d’entretien de l’immeuble;
– Diagnostics parties communes ;

– Diagnostic :
• Mesurage (Loi Carrez),
• Amiante,
• Termites,
• Saturnisme,
• Gaz,
• État des risques,
• Performance énergétique,
• Électricité,

– Un R.I.B ;
– Liste des meubles, le cas échéant ;
– Tout renseignement susceptible d’intéresser l’acquéreur.

Ce qui est chouette avec une liste aussi longue, c’est que je vais pouvoir moins écrire et vous en aurez le même nombre de pages ! Merci Cécile !!

Plus sérieusement, pour certains documents c’est facile, faire la photocopie de ma pièce d’identité c’est à ma portée (lorsque je ne l’ai pas perdue). En revanche, le plan d’origine des lots c’est nettement plus compliqué. Comme ça, la ministre elle a pas dû se poser la question lorsqu’un abruti de conseiller lui a soumis le papelard de 900 pages car la loi Alur c’est à peu près ce volume sans doute dans une optique d’optimiser le « choc de simplification ». Ça peut sembler simple un plan… le problème c’est que la loi elle dit le plan « d’origine »…

Et le problème vient de ce mot « d’origine ». Le premier quoi. Là encore, c’est assez simple pour le type qui a fait construire sa maison il y a 1 an. Mais pour tous les couillons qui habitent en région parisienne dans des immeubles pierre de taille qui ont trois siècles… il n’y a plus de plan d’origine bande d’abrutis. La France a été envahie 10 fois, on a eu 50 guerres, bref… on en a sauvé quelqu’uns aux archives.

Mais aux archives, ils sont 10 et comme tout le monde a besoin des plans « d’origine », il faut prendre la file d’attente… Comptez environ 1 mois, et encore ce sera sans doute pire avec les mois d’été où les archivistes vont sans doute vouloir partir en vacances…

La Duflot, qui nous sort sa théorie du complot, nous explique donc qu’on veut abattre sa loi. Non, qu’elle se rassure, on veut juste abattre la connerie, ce qui en l’espèce, et je suis navré pour elle, revient effectivement à abattre sa loi à la con.

Donc pour vous démontrer que je ne suis pas vulgaire pour rien (quitte à dire un gros mot autant qu’il soit justifié), prenons l’exemple du règlement de copropriété lui-aussi « d’origine ». Bon, moi, j’ai de la chance, mon notaire a réussi à le faire parvenir jusqu’à moi je ne sais par quel miracle (un beau document datant de 1958). Mais pour l’immeuble d’il y a deux siècles… Retour à la case archives nationales… et délai d’attente !

Et puis à propos de règlements intérieurs, il faut toutes les modifications de règlements depuis l’origine. C’est vrai qu’il est essentiel pour un acheteur de savoir que le règlement de copro en 1815 interdisait de garer son cheval dans le hall de l’immeuble mais qu’aujourd’hui y parquer son scooter est toléré…

Il faut aussi que je vous parle du certificat de conformité d’assainissement pour les immeubles. Il vous faut un courrier stipulant que votre assainissement est aux normes et que vous avez le tout-à-l’égout (ce qui est généralement le cas en Île-de-France). Un grand moment. J’ai donc simulé la vente de mon appartement (en région parisienne avec tout-à-l’égout). J’ai téléphoné à ma mairie, qui m’a donné un numéro de téléphone d’un autre service. Ce service m’a dit de contacter le « Grand Paris »… (C’est quelque chose le Grand Paris, personne ne sait plus qui gère quoi.) Bref, au Grand Paris on m’a demandé de contacter le concessionnaire privé qui s’occupe de savoir si le tuyau d’évacuation de votre caca est bien conforme aux dernières normes en vigueur. Résultat, 4 jours après j’ai reçu un document (gratuitement je le précise mais uniquement parce que la Mairie de ma ville avait pensé à négocier la gratuité de ces choses-là auprès du concessionnaire privé dans le cadre d’un appel d’offre) m’expliquant qu’un tel certificat de conformité à mon adresse n’était pas obligatoire… Ouf !

Comprenez bien que tout est à l’avenant dans cette loi. Il n’y a, dans mes propos, aucune exagération. Faites l’expérience. Appelez un notaire, dites-lui que vous voulez vendre votre appartement. Vous avez un acheteur et vous voudriez signer la promesse de vente cette semaine ( comme cela se passait avant la loi Alur). Attendez 1 seconde l’éclat de rire du notaire. Il vous répondra : « Mon brave monsieur, va falloir prendre votre temps en patience, comptez un à deux mois… Vous avez besoin de déménager pour la rentrée et de scolariser les enfants ?  Il doit bien y avoir un hôtel Formule 1 là où vous allez non ? »

Alors qui est derrière cette offensive contre la loi Duflot ?

Il faut le dire à notre copine Cécile. Il n’y a personne et tout le monde. Tous les couillons de ce pays à qui il reste deux sous de jugeote, qu’ils passent à la télé comme Nicolas Doze, qu’ils soient notaires confrontés à ces ânerie quotidiennement, qu’ils s’agissent des syndics de copro qui n’en finissent plus de remplir des liasses de documents débiles que personne ne va lire où l’on reporte dans un récapitulatif les informations que l’on trouve dans d’autres documents obligatoire eux aussi. Il y a, ma chère Cécile, des gens comme moi qui contemplent tous les jours la bêtise d’une classe dirigeante déplorable et nuisible et qui en font la chronique de la mort annoncée de notre pays, il y a tous les anonymes, vendeurs et acheteurs, qui ne peuvent pas réussir à déménager à temps pour la rentrée des gamins à cause de la connerie insondable d’une loi stupide incompréhensible et ingérable sur le terrain.

Il n’y a encore une fois aucun complot là-dedans, mais la simple constatation que cela ne fonctionne tout simplement pas. Cette loi est l’une des plus belles usines à gaz jamais conçue par un gouvernement et l’on attend dès à présent les ravages de l’encadrement des loyers ou encore la soi-disant garantie universelle des loyers…

L’incarnation de l’incompétence et de la méconnaissance !

Voilà ce qui restera de votre loi ma chère Cécile lorsque les gens sains d’esprit de ce pays auront eu sa peau (pour la police de la pensée du ministère de l’Amour, il s’agit d’une référence à loi concernée et aucun cas d’une incitation de quelque sorte à une violence quelconque à l’égard de qui que ce soit, au Contrarien Matin nous sommes des pacifistes).

C’est ce qui restera car dans toute l’action de notre ancienne ministre, une règle d’or a été oubliée : primum non nocere… du latin « d’abord ne pas nuire » (le principe des médecins à l’époque où ils tuaient souvent leurs patients en les saignant pour un oui ou un non, ce que nos politiciens continuent à faire depuis des siècles).

Alors oui cette loi est nuisible, supprimons-là dans le cadre du choc de simplification ordonné par Mamamouchi Premier, notre grand nodocéphale lumineux élyséen…

Comme tous les mauvais élèves, Cécile Duflot cherche un bouc émissaire, mais la réalité est beaucoup plus prosaïque, Cécile Duflot a tout simplement très mal travaillé et fourni une copie exécrable qui n’aurait jamais dû être acceptée à ce niveau. La responsabilité n’est pas à chercher du côté de ceux qui dénoncent cette loi intrinsèquement contre-productive, mais du côté de tous les lâches et les imbéciles qui l’ont laissé passer. Le gastéropode de l’Élysée ou l’ectoplasme de Matignon aurait dû stopper cette loi que tout le monde savait néfaste dès le départ, tout le monde l’a dit.

Les gens n’investissent plus dans l’immobilier locatif (que je déconseille vu cette nouvelle loi), du coup l’offre se raréfie. Les loyers augmentent encore plus vite ! Duflot voulait faire baisser les prix. Résultat ? Moins de ventes, moins de transactions, moins de biens disponibles, c’est une raréfaction de l’offre là encore et une offre faible, c’est plutôt des prix là aussi en hausse ou qui risquent de monter alors qu’il faut effectivement les faire baisser progressivement.

Il se passe donc exactement ce que nous avions écrit, à savoir que cette loi allait altérer le marché immobilier ainsi que faire baisser l’offre et donc pénaliser ceux qu’elle était censée défendre.

Comme l’a dit très justement Nicolas Doze, c’est le syndrome de l’eau ça mouille et le feu ça brûle….

Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement http://www.lecontrarien.com.

Source Nouvel Obs, avec le tweet de Duflot ici

L’Edito de l’excellent Nicolas Doze ici

 

France : la production manufacturière se stabilise en 2013, selon l’Insee

PARIS, 11 juin – La production manufacturière française se stabilise en 2013, après avoir diminué de 15 % en volume entre 2000 et 2013, a rapporté mercredi l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) sur son site Internet. « De janvier 2000 à avril 2008, la production manufacturière était restée, globalement, relativement stable (+2… read more.

 

Bénéficices en chute libre de 20 % en 4 ans, Danone ferme trois usines de produits laitiers en Europe

Danone, qui n’est pas n’importe quelle entreprise mais une immense multinationale, a décidé de fermer 3 de ses usines. Voici ce qu’il faut retenir de l’évolution des bénéfices de cette grande maison pilier du capitalisme français depuis 4 ans : – bénéfices 2010 :  2 034 000 ; – bénéfices 2011 :  1 855 000 ;… read more.

 

Belgique : plan de transformation chez Delhaize, 2 500 emplois et 14 magasins menacés

BRUXELLES, 11 juin – Coup de massue dans le monde belge de la distribution, le groupe Delhaize a présenté mercredi son « plan de transformation », menaçant 2 500 emplois et 14 magasins dans les trois années à venir, selon un communiqué du groupe. Lors d’un conseil d’entreprise extraordinaire mercredi matin, l’entreprise y a annoncé des mesures avec… read more.

 

Donetsk : les insurgés demandent l’intervention d’une force de paix

Lorsque l’un des camps demande une force d’interposition, c’est qu’en général sa situation militaire sur le terrain n’est pas la meilleure. Les insurgés russophones sont donc vraisemblablement en train de se faire laminer par le gouvernement de Kiev aidé par de nombreux mercenaires (payés « indirectement » avec les fonds du FMI et de l’Europe, c’est-à-dire avec… read more.

 

Images de la guerre civile en Ukraine, saisissantes, impressionnantes et d’une tristesse infinie

Le village de Semionovka, situé près de Slaviansk, a été gravement touché par les tirs de l’armée. Les résidents locaux affirment qu’aucune maison n’est restée intacte dans la localité. Diaporama à voir ici  

 

La Banque mondiale abaisse la perspective de l’économie mondiale de cette année à 2,8 %

WASHINGTON, 10 juin – La Banque mondiale a abaissé mardi la perspective de l’économie mondiale de cette année, alors que les pays en voie de développement anticipent une croissance décevante et que les pays à revenus élevés retrouvent leur élan. La banque basée à Washington prévoit une croissance de 2,8 % pour l’économie mondiale cette année,… read more.

 

L’OCDE indique un ralentissement de l’activité dans les principales économies émergentes

PARIS, 10 juin – L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) regroupant 34 pays, qui a publié ce mardi ses indicateurs composites avancés (ICA), a indiqué un ralentissement de l’activité dans les principales économies émergentes et en même temps une dynamique de croissance stable dans la zone OCDE. « Pour la zone OCDE dans son ensemble,… read more.

 

 

« L’avenir radieux que vous n’aurez pas… »

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Suite à mon article intitulé « De la civilisation à la vicilisation », j’ai reçu un courrier abondant et je vous remercie, chacune et chacun, de vos réflexions qui en alimentant la mienne peuvent servir je l’espère modestement à faire avancer celles du plus grand nombre sur ces sujets complexes.

Nous parlons bien ici d’un sujet complexe. Le « logement » au sens large est très structurant pour l’avenir d’un pays. L’habitat c’est un choix collectif et sous contrainte, c’est également une vision du futur, et une projection sur l’avenir car comme nous le montrent nos villes et nos anciens, on ne construit pas pour 5 ans mais pour des siècles, on façonne notre paysage, notre terre, nous la modelons.

Le logement d’aujourd’hui doit nous aider à préparer et à façonner le monde de demain, notre monde. Locataire comme propriétaire, riche comme pauvre, nous sommes tous concernés directement par ces problématiques, par le logement ou son absence. Rêve pour beaucoup, cauchemar de pauvreté pour d’autres de plus en plus nombreux, évolution du monde et de la société, bâtir le logement de demain, construire nos villes de demain, c’est avant tout inventer notre futur commun.

Alors oui, c’est un sujet très complexe et de très nombreux défis nous attendent tant le logement tient une place cardinale dans les systèmes économiques (et aussi dans les crises). Nos choix d’organisation impactent directement notre société dans son ensemble et son fonctionnement.

Si je suis convaincu que l’avenir n’appartient plus aux villes tentaculaires, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y aura plus de ville du tout puisque comme me l’ont fait remarquer de nombreux lecteurs, les villes étaient préexistantes à la révolution industrielle. C’est vrai et ce n’est pas incompatible. Une ville qui décroît n’est pas forcément une ville qui disparaît, même si certaines ne deviendront que de vastes champs de ruine parce que devenues tout simplement inhabitables, comme c’est le cas par exemple pour Las Vegas qui ne tient qu’avec une débauche d’énergie. Notre monde est rempli de citées disparues, désertées ou englouties car ainsi sont les « organismes vivants », ils vivent, grandissent, vieillissent et meurent. D’autres survivent et s’adaptent parce qu’ils le peuvent à leur environnement. Historiquement, la « sélection naturelle » est un principe vieux comme notre planète, qu’il nous plaise ou non, telle n’est pas la question.

Je suis convaincu que les solutions à la crise que nous traversons existent, qu’elles sont somme toute assez faciles à cerner et beaucoup plus difficiles pour ne pas dire impossibles à mettre en œuvre.

Capitalisme circulaire (écoconception, recyclage, réparation, upgrade et un gâchis minimal), re-ruralisation de notre pays en se réappropriant l’ensemble de nos territoires, économie d’énergie parfaitement possible y compris sur les véhicules, puisque la société MDI de Marseille a revendu un brevet sur la voiture à air comprimé à TATA Motors (le plus gros constructeur indien) dont le pauvre directeur général a trouvé la mort malencontreusement en tombant accidentellement de la fenêtre de sa chambre d’hôtel au 17e étage alors que cette dernière était fermée à clef à 48 heures du lancement de la première voiture à air comprimé de grande série… qui donc ne consomme pas une goutte d’essence… (Raison pour laquelle je vous parle d’impossibilité.) Décroissance, même si cela ne plaît pas à tous les amoureux de shopping, qui ne rime cependant pas avec pauvreté mais avec simplicité volontaire et retour aux choses simples.

Au bout du compte, l’alternative est assez simple à comprendre. Soit nous partagerons tous le peu qui reste en en prenant soin et nous pourrons vivre dignement, soit nous nous entre-tuerons pour la dernière goutte de pétrole, chemin que nous prenons sans conteste possible depuis maintenant 13 ans et les attentats du 11 septembre 2001 avec des guerres sans merci qui ravagent le monde, des guerres de l’énergie. Tel est leur nom.

Je laisse donc la place au témoignage de notre camarade.

Le témoignage

Je reviens vers vous puisque, ayant participé à l’élaboration du programme de F. Hollande sur le sujet de la rénovation thermique du bâtiment, j’ai en quelque sorte fait partie des « quelques esprits éclairés qui glosent doctement autour d’idées fumeuses ». Je le dis sans le prendre mal puisque je suis en partie d’accord avec ça.

Étant donné que ce n’est plus un secret pour personne, je vous joins en PJ, le résumé du résumé que j’ai fourni en tant que contribution à Marie Hélène AUBERT qui a dirigé le pôle Environnement Développement Durable et Énergie de la campagne de FH.

Conclusion technique :

– Si nous ne diminuons pas notre consommation d’énergie nous finançons les pays dans lesquels nous achetons notre énergie (et nous appauvrissons d’autant).

– Si nous voulons diminuer notre conso, le logement est la cible la plus facile (en étant caricatural, faire des km à énergie 0, je ne sais pas faire autrement qu’avec un cheval et encore il lui faut quand même du foin).

– Les incitations, c’est très bien et consensuel mais sur un programme de travaux de cette ampleur, c’est insuffisant et ça ne marche pas (assez vite). Il faut 40 à 50 ans pour reconstruire une ville avec des bâtiments neufs au rythme actuel. Autant ne rien faire vu les échéances auxquelles nous faisons face.

– Pour ce qui est des écoquartiers, ils sont censés être des figures de proue pour tester ce qui marche et ce qui ne marche pas. À mon avis, c’est bien de le faire mais cela ne résoudra pas le problème de fond.
Le problème de fond c’est la rénovation énergétique des logements existants. Pour les villes nouvelles, je suis assez sceptique sur la capacité de l’État pour organiser ce type de migration.
Bien que l’idée est séduisante, je ne vois pas comment la mettre en œuvre « en vrai ».

– Enfin, les politiques dites de renouvellement urbain (on casse les cités pour reconstruire du neuf un peu plus performant) ne servent à rien et coûtent énormément d’argent.
Le problème ce ne sont pas les immeubles avec des hautes tours. Il paraît que Manhattan est très agréable à vivre.
Le problème de fond des cités, c’est le chômage. On n’empile pas des gens sans boulots sans qu’une « économie » ne se crée d’elle-même. J’en sais quelque chose car je travail dans le monde des bailleurs sociaux et pilote ce type de programme.

Bref, techniquement, il faut pas confondre enjeux énergétiques et « politique de la ville » (terme que je ne comprends pas bien dans le fond, puisqu’il n’y a pas de continuité de la politique à l’échelle de 20 ans ou 30 ans).

Conclusion personnelle sur la politique :
On m’a demandé de faire partie de ce pôle de campagne, avec réunion à l’Assemblée nationale et tout le tintouin, sur recommandation d’un élu que je ne connaissais pas (mais lui oui, visiblement).
J’ai été très déçu car je m’attendais à rencontrer des experts et des hauts fonctionnaires calés sur ces sujets. Malheureusement, même si je reconnais volontiers qu’il y a des gens beaucoup plus intelligents que moi à Paris (nous étions chapeautés par une polytechnicienne), il n’y a eu aucune ambition long terme ou vue stratégique.

On nous a demandé des chiffres macro sans rentrer dans les « détails » et tout ce que nous avons eu en mesure de long terme c’est une phrase au discours du Bourget qui promettait « 1 million de logements thermiquement efficaces ». Le pôle a d’ailleurs été mis au courant pendant le discours du Bourget puisque nous travaillons sur des fiches le samedi soir précédent (2 jours ou 3 jours avant).
Sachant qu’en tant que technicien, je ne sais pas ce qu’est un logement « thermiquement efficace » (neuf ? ancien ? quelle consommation ? quel financement ? … ), j’ai été déçu car je savais bien que le candidat non plus n’en savait pas tellement plus.
En réalité, le plan c’était quelque chose du genre 500 000 logements neufs et 500 000 réhabilitations en gros (sur quel rythme et à quelle échéance, cela reste un mystère).
Bon, de toute façon, comme rien n’a été prévu, rien ne se fera je pense (ou si peu).

Bref, j’ai été très déçu.

J’ai eu le sentiment que l’on cherchait plus à faire des petites mesurettes plutôt que poser des grands enjeux.
Par exemple, nous n’avons jamais mis en face d’une consommation nationale les objectifs à atteindre dans chaque secteur de l’économie pour arriver au fameux facteur 4.

Pourtant, nous y arriverons par la force des choses même si nous n’assumons pas de faire des choix assumés.

Mais attention à bien situer des enjeux et ne pas les jeter avec l’eau du bain politique.
Quant à l’avenir des villes, je pense qu’il ne fait pas bon habiter en banlieue à long terme.
Ni à la ville, ni à la campagne, ce seront sûrement les premières zones à se paupériser plus vite que la moyenne. De toute façon, ce n’est même pas une prédiction puisque cela a déjà commencé.

Sur cette note d’espoir et d’optimisme, bonne journée tout de même.

Lançons le débat !

Oui notre camarade contrarien, que je ne peux pas nommer pour des raisons évidentes que vous comprendrez mais son témoignage est à prendre en compte sans réserve, a raison sur de nombreux points.

La politique de la ville actuelle et menée depuis plusieurs années maintenant avec l’ANRU est la rénovation urbaine qui consiste à dépenser des dizaines de milliards d’euros pour exploser des tours forts laides mais parfaitement habitables pour faire de l’habitat plus petit mais dans lequel on « stocke » les mêmes gens portant les mêmes problèmes et les mêmes difficultés. Dix ans après et des milliards plus tard, aucun des enjeux de la vie de nos banlieues n’a été réglé. Pire, l’ensemble des problèmes se sont aggravés et le constat est le bon. Le problème n’est pas la hauteur des tours mais l’absence de perspectives économiques. C’est une évidence et pourtant nous continuons à laisser rentrer sur notre territoire des centaines de milliers de nouveaux étrangers chaque année à qui nous n’avons rien à proposer si ce n’est un enterrement de première dans des citées moisies.

Deuxième sujet abordé ou plutôt évoqué, la compétence de nos élites et l’absence de vision. Évidemment, il ne s’agit pas d’être fort en math ou pas. On peut être très fort en math sans pour autant faire des étincelles. L’intelligence est une chose complexe et ne peut se limiter à des concours aussi difficiles soient-ils. Il y a donc un problème de suffisance de ces gens qui se pensent très supérieurs certes mais manquent cruellement d’intelligence pratique, de bon sens et de sens des réalités, sont dépositaire d’une pensée conventionnelle, gère une « carrière » (où l’on doit plaire au sérail) et où l’absence de créativité (et donc de prise de risque) est patente.

Nous sommes donc dirigés par des forts en math qui ont décidé de s’asseoir sur toutes leurs capacités au profit de leurs ambitions personnelles. Ils sont donc condamnés à prendre les plus mauvaises décisions, ce qu’ils font avec une grande constance depuis 40 ans maintenant.

De façon encore plus générale, nos dirigeants et c’est le cas de l’administration PS actuelle, ne travaillent pas. Ils sont de gros, gras et grands paresseux passant plus de temps à ripailler et à occuper le temps médiatique pour exister qu’à lire un dossier. Ils réfléchissent peu ou pas, alors que vous exprimez une vision il ne faut pas se leurrer, il est indispensable de réfléchir très longuement aux différents sujets. Diriger c’est travailler.

Le problème énergétique est soulevé par notre camarade qui explique que l’on ne sait pas se déplacer sans consommer de carburant à part le cheval et que donc il faut économiser l’énergie sur les bâtiments. Certes, sauf que l’on sait se déplacer sans carburant. Qu’il s’agisse des véhicules électriques ou encore des voitures à air comprimé (technologie française), cela fonctionne et fort bien, d’ailleurs faire le plein d’une voiture à air comprimé nécessite juste à la place de pompes à essence d’installer un simple compresseur de chez Leroy Merlin à 100 euros… et ne prend pas plus de temps que de remplir votre réservoir de gasoil. Non, la question c’est pourquoi ne veut-on pas utiliser l’ensemble de ces nouvelles techniques issues de millénaires de recherche, d’acquisition de compétences et de connaissance de l’espèce humaine ?

La réponse est simple. Ne pas déplaire aux lobbies et maintenir les niveaux de taxation. Comment taxer l’air à la place de l’essence ? Comment taxer l’énergie solaire ou celle du vent ? La TIPP, qui est la taxe sur les produits pétroliers, rapporte beaucoup plus que la TVA ou encore l’impôt sur le revenu et c’est pareil dans tous les pays. Les entreprises comme EDF ou GDF ne veulent surtout pas que nous économisions trop car elles veulent gagner de l’argent. Soit, mais cela va plus loin, avec un parc de 60 réacteurs nucléaires, EDF est condamné à gagner de l’argent pour entretenir à très grand frais désormais un parc vieillissant si l’on ne veut pas prendre de risques inconsidérés… Alors que faire ? Économiser mais pas trop ! Un peu mais pas passionnément !

C’est évidemment la même chose avec les engrais et les producteurs de pesticides, avec les laboratoires pharmaceutiques, entreprises privées mais dont les bénéfices ne proviennent que des fonds publics à travers les remboursements de la sécu dont nous bénéficions. Aux USA… les labos vivent des assurances privées. Dans tous les cas, les gens n’achètent pas leur médicament, quand ils doivent les payer ils ne se soignent pas ! La réalité c’est que le système d’assurance soit privé ou public au bout du compte, ce sont les gens qui paient soit une assurance soit une couverture sociale à travers des impôts… mais personne n’achète vraiment son médicament. Les enjeux sont tels des médecins aux labos que l’ensemble du système est vicié.

Toujours la même sclérose si l’on prend le sujet du complexe militaro-industriel qui a besoin de guerres pour faire tourner les usines, le lobby agricole qui doit recevoir des subventions pour cultiver surtout pas bio et soi-disant nous garantir des rendements nécessaires… nous pourrions produire totalement différemment, mais les semenciers veulent que nous achetions des semences tous les jours… pas que nous les fassions nous-mêmes !

Complètement figés, nous sommes condamnés à mourir !

Bloqués par des lobbies et un degré de corruption rarement atteint, nous sommes en plein dans les problématiques d’effondrement des sociétés complexes et je vous invite à relire cet édito pour ceux qui ne l’auraient pas déjà lu.

Alors oui un monde bien meilleur, bien plus juste, bien plus humain, bien plus écologiste est parfaitement possible sans parler d’utopie. Nous avons les technologies et les savoirs nécessaires. Le problème c’est qu’une telle société signifie la fin des rentes centenaires pour nos très riches milliardaires planétaires. Ils détiennent le pouvoir financier et politique et il ne faut pas compter sur eux pour se tirer une balle dans le porte-monnaie.

Ils ne feront donc rien pour régler les problèmes, ils en sont par définition la cause.

Leur capacité de nuisance ne pourra être annihilée qu’après qu’ils aient perdu le pouvoir.

Le pouvoir, ils le perdront de deux façons différentes possibles.

Soit sous le poids de la complexité et de la crise le système actuel s’effondre de lui-même, soit nous l’aidons un peu et suite à une révolution tous ces parasites sont mis à la porte !

Dans tous les cas, nous arrivons au bout du bout d’un système et d’un modèle et la fin ne sera pas heureuse. Pourtant un avenir presque radieux est possible pour notre pays et l’humanité. Mais dans ce monde… la consommation et donc l’argent devrait tenir une place moindre. Et là, non seulement ce n’est pas gagné, mais c’est presque perdu, pour notre plus grand malheur à tous.

Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement http://www.lecontrarien.com.

 

La France se couche ! BNP : premier départ d’un haut dirigeant, réclamé par les Américains

La France se couche devant les USA et sacrifie le délégué général de la BNP, Georges Chodron de Courcel… L’idée ? Tenter de calmer les Américains… mais les Américains ne seront pas calmés par une simple exécution, fut-elle en place publique. Ils veulent sanctionner la France pour l’affaire Alstom et pour la vente des navires… read more.

 

Le premier hub intégré sino-européen EuroSity inauguré au centre de la France

PARIS, 11 juin – EuroSity, le premier hub intégré sino-européen développé par la zone de coopération économique sino-française (SFECZ) à Châteauroux, une commune située au centre de la France, a été inauguré mercredi en présence des représentants de l’ambassade de Chine en France, du maire de Châteauroux, de la direction de Beijing Capital Group et de… read more.

 

La Russie accueille près de 8 000 réfugiés ukrainiens en 24 heures

L’or est en hausse de plus de 1 %, des rumeurs font état du franchissement de la frontière ukrainienne par des chars russes, le gouvernement de Kiev massacre en toute impunité son peuple fut-il séparatiste comme la dernière des dictatures nord-coréennes, et évidemment les civils sont jetés sur la route de l’exode, en 2014 en… read more.

 

La dernière vidéo de notre ami du Canada Martin Prescott

Merci beaucoup Martin pour cette vidéo avec des analyses graphiques passionnantes et des explications claires et limpides. Je ne suis pas forcément d’accord avec mon camarade Martin sur le fait que les terres arables pourraient baisser pendant la déflation et les métaux forcément exploser à la hausse. Les choses pourraient être moins claires que ça… read more.

 

ALERTE pétrole et or

Mes chers lecteurs, attention, suivez de près les cours du pétrole en forte hausse en raison de l’effondrement du régime irakien de Bagdad en train de se faire balayer par les islamistes. Le régime de Bagdad ne tient plus qu’à un fil et seul un soutien militaire américain massif pourra le sauver du naufrage. Fin… read more.