Dictateur et Roi



Auteur : Maurras Charles
Ouvrage : Dictateur et Roi
Année : 1899

« Croiriez-vous que, dans la fièvre des premiers jours,
j’étais presque devenu légitimiste, et que je suis encore
bien tenté de l’être s’il m’est démontré que la
transmission héréditaire du pouvoir est le seul moyen
d’échapper au césarisme, conséquence fatale de la
démocratie, telle qu’on l’entend en France. »
Ernest Renan (Lettre du 14 janvier 1852).

Dictateur et Roi a été rédigé dans l’été de 1899, peu de jours après
les arrestations du 13 août. Un certain nombre de nos amis étaient
prévenus de complot. Il nous avait donc paru juste, convenable et
nécessaire, de répondre au défi de la Haute Cour par des entreprises
nouvelles.
On avait jusque là beaucoup parlé de royauté, mais toujours en
termes si vagues ou si expéditifs que le mot ne représentait rien de net à
l’esprit ou figurait des images de l’archaïsme le plus pur. Il paraissait
urgent de rendre des couleurs vivantes au nom d’une institution dont la
nécessité se faisait sentir de plus en plus chaque jour à tous les Français
réfléchis. Mon ami Frédéric Amouretti, que je consultai le premier,
m’approuva et m’encouragea vivement. On verra, par mes notes, qu’il a
collaboré à ce travail, et dans quelle mesure. La meilleure forme d’un
acte de ce genre nous parut être une déclaration des écrivains royalistes,
établissant avec clarté quel serait le rôle momentané et quelle était
l’essence perpétuelle du régime monarchique traditionnel. J’entrepris
aussitôt de rédiger un texte. MM. Charles Vincent et Jacques de La
Massue furent nos premiers adhérents. Un suffrage du plus haut prix
nous était venu dès la même heure : c’était celui d’un vétéran de la cause
royale, homme de haute intelligence, d’un caractère ferme, d’un savoir
étendu, M. Auguste Cordier, alors directeur du Nouvelliste de Bordeaux.
La France et le Roi ont perdu en lui un grand serviteur. Les nouveaux
royalistes, alors bien inconnus ou bien contestés, n’oublieront pas les
précieux encouragements qu’ils reçurent dès la première heure
d’Auguste Cordier.
Un quiproquo fâcheux, suivi de quelques discussions toutes verbales
(absolument en dehors de la direction du monde royaliste), se mit en travers
de la publication projetée. De retard en retard, on traîna jusqu’à la fin du
printemps suivant. L’Enquête sur la Monarchie commença à Bruxelles et

continua à Paris. Or, comme elle était faite sur le même plan et selon les
mêmes doctrines que Dictateur et Roi, le premier document devenait
superflu. Il resta donc à l’état d’ébauche, qu’il arriva de mettre au jour de
temps en temps pour satisfaire la curiosité d’un ami ou pour éclaircir
quelque discussion. Mais plus d’une conversion royaliste fut hâtée et
mûrie par cette lecture. Le jour où l’on renonça sérieusement à la
publication immédiate, une voix dit : « C’est dommage, c’était
clair ! » … Jamais une oraison funèbre ne me fit autant de plaisir.
Voici l’essentiel de ce document.

Les adhésions nous viennent de tous les groupes de l’opinion et de
tous les points du pays. Elles arriveraient plus nombreuses encore sans
un malheureux préjugé : quantité d’antidreyfusiens et d’antisémites,
patriotes aussi énergiques que passionnés, se représentent la Restauration
monarchique comme un régime trop effacé, trop tempéré, trop
parlementaire pour mettre fin aux entreprises des factieux. Par la
déclaration que voici, nous nous proposons notamment(1) de détruire ce
préjugé et de définir ce que nous entendons et avons toujours entendu par
la Royauté.
Il faut que tous les Français en âge et en état d’apprécier une doctrine
politique connaissent la Royauté dans la double fonction qu’elle doit
exercer, l’une transitoire et l’autre constante : d’abord faisant justice des
criminels d’État, procédant ensuite à la reconstitution et à la gestion du
pays.

I. La dictature royaliste : ses principes.

Les soussignés écrivains royalistes, parlant en leur seul nom, mais
invoquant, outre les traditions et constitutions de l’ancienne monarchie
française, les discours et lettres de M. le comte de Chambord, de
Monseigneur le comte de Paris et de Monseigneur le duc d’Orléans, en
particulier les récents manifestes de celui ci, affirment premièrement que
le chef de la Maison de France leur apparaît Dictateur nécessaire autant
que Roi légitime.
Ils affirment, secondement, que le gouvernement du Roi de France
ne peut manquer d’être répressif et vengeur dans ses premiers actes de
dictature, afin de pouvoir être réparateur dans ceux qui suivront.

Ils affirment enfin que la répression exercée par le roi évitera de
multiplier inutilement les rancunes. Il ne doit pas se former en France un
nouveau parti de vaincus et de parias. La vengeance publique doit
frapper les meneurs et tous les meneurs, mais eux seuls : c’est la paix,
c’est l’oubli qu’apportera le Roi aux séduits et aux égarés. Son aïeul
Henri IV, qui ne s’attardait guère aux séditions du menu peuple, n’hésita
point à faire exécuter cinquante mille gentilshommes d’une seule
province, coupables de préparer la guerre civile. Ainsi l’action royale ne
doit s’attacher qu’aux grands criminels, mais elle doit les rechercher avec
une froide et méthodique énergie, sans autre sentiment que l’amour du
pays et la haine des ennemis de la Nation. Après la Commune, on a
fusillé des milliers d’ouvriers et laissé échapper les chefs : un Roi de
France aurait frappé ces derniers sans miséricorde mais il eût épargné le
peuple.

II. Le régime royal.
La dictature royaliste ayant résolu cette crise, il nous reste à prévoir
ce que sera le gouvernement normal du royaume.
Nous le concevons comme le régime de l’ordre. Nous concevons cet
ordre comme conforme à la nature de la nation française et aux règles de
la raison universelle.
En d’autres termes, ce régime nous apparaît comme le contre-pied de
celui que nous subissons.
Aujourd’hui, on rencontre la liberté et ses périls en haut, nous
voulons dire dans les affaires capitales qui engagent l’avenir de la nation
et la sûreté de l’État ; quant à l’autorité, dans ses plus extrêmes rigueurs,
on l’a placée, bien inutilement ! en bas, dans les sujets où, au contraire,
la discussion, la diversité, l’initiative de chaque citoyen seraient, non
seulement sans périls, mais avantageuses ; on a mis cette autorité
souveraine et décisive dans le moindre détail des rapports des particuliers
avec l’administration !
Intervertir cet ordre, placer les libertés en bas, l’autorité en haut, c’est
proprement reconstituer l’ordre naturel et rationnel ; la constitution royaliste,

c’est donc proprement la constitution naturelle et rationnelle du pays
enfin retrouvée ; et le règne du Roi n’est que le retour à notre ordre.

III. Les libertés, en bas.
Il n’y a point de vexations soit légales, soit illégales, que
l’Administration française ne se trouve permises contre le contribuable et
l’administré. Il n’est point d’insolences que n’osent les bureaux contre
les citoyens. Un César anonyme et impersonnel, tout puissant, mais
irresponsable et inconscient, s’applique à molester le Français depuis le
berceau. Soit qu’il vive seul, soit qu’il veuille s’associer, le citoyen
français est assuré de rencontrer à tous les pas de son chemin le César
État, le César bureau, qui lui impose ou lui propose soit ses directions
avec ses prohibitions, soit ses marchandises avec ses subventions.
Celles des affaires publiques que le citoyen connaît le mieux sont
soumises à la surveillance ou au bon plaisir de l’État. Sans l’État, un père
de famille, un conseil municipal, un bureau de société, un simple comité
de fêtes ne peuvent décider presque rien en ce qui les touche de plus près
et qui les intéresse immédiatement. Associations volontaires, comme les
sociétés morales et politiques, ou associations naturelles, comme la
famille, la commune et la province, tous les rassemblements de citoyens
sont tantôt frappés d’inertie par les lois de l’État, tantôt même interdits
par le caprice des chefs temporaires de l’État…
Non seulement l’État ennuie et tracasse le citoyen français, mais il
lui inflige des commodités dangereuses. Il le sert en des cas où celui ci
devrait se servir lui même. Il le déshabitue de la réflexion et de l’action
personnelle. Ainsi l’État endort et atrophie chez le citoyen la fonction
civique. Le citoyen devient ignorant, paresseux et lâche. Il perd le sens et
l’esprit public. Traité en mineur, il devient digne de retomber en tutelle.
Les intérêts prochains de sa communauté ne le touchent ni ne l’occupent.
Des curateurs gérant l’avoir communautaire, il les laisse faire ; il s’isole
de ses concitoyens. Il retourne à la condition individualiste du sauvage et
du primitif.
Par une suite naturelle de ce régime, des villes de dix mille âmes ne
renferment souvent pas un seul de leurs citoyens qui soit digne d’elles.

Pourquoi faire des citoyens, en des lieux où l’État centralisé prend à
forfait toutes les besognes civiques ? Mais ces besognes, il est vrai que
l’État les fait mal, étant mal outillé pour les faire. Nos différentes
communautés glissent ainsi à une décadence profonde, où l’État lui
même les suit : pauvre d’hommes, la France sera bientôt pauvre de tout.
Considérant que les âges de vraie et solide prospérité nationale
furent, en France, ceux où le Pouvoir royal, indépendant et maître des
attributions propres de l’État, n’empêchait point les différents corps,
compagnies et communautés de la nation de gérer librement leurs
intérêts particuliers ;
Considérant que la décadence de la Monarchie nationale suivit sous
les Bourbons la décadence de ces corps, compagnies et communautés :
chaque empiétements du pouvoir royal sur leur autonomie étant aussi
marqué par l’amoindrissement secret de ce pouvoir ;
Considérant que ces éclatantes leçons donnés au Roi et à la France
par huit siècles d’expérience historique ne seront point perdues pour la
France ni pour le Roi :
Le Pouvoir royal ne peut désormais manquer de tendre, avec fermeté,
quoique avec sagesse et moyennant les délais et précautions
indispensables dans la pratique, à rétablir l’usage de ces libertés partout
où l’intérêt supérieur de la Patrie et de l’État n’exigera pas le
déploiement de l’autorité.
C’est à dire que :
Les familles s’organiseront comme il leur plaira. On testera comme
on voudra. Les pères qui voudront constituer à la suite de leurs
descendants des biens héréditaires, incessibles et insaisissables, en auront
toute liberté. Reconnues enfin pour des associations naturelles, les
familles pourront acquérir des droits analogues à ceux des citoyens,
posséder en commun un avoir honorifique et moral comme un avoir
matériel.
Les communes et les pays (ou arrondissements), par une suite de
mesures libératrices prudemment sériées, deviendront maîtres de régler

selon leur gré leurs affaires propres, disposant de leur ordre intérieur sans
intervention de l’État, décidant des affaires qui sont familières ou qui
peuvent l’être à chacun de leurs membres et n’étant bornés, dans cet
honnête et raisonnable liberté, que par le bien commun et la sûreté du
royaume.
Ces vastes régions qui s’étendent autour de nos grandes villes (Lyon,
Bordeaux, Marseille, Lille, Nancy, Toulouse, Rouen, Montpellier,
Grenoble, Besançon, Limoges, Clermont, etc.) seront reconnues par la
loi et délivrées du sectionnement départemental, qui est absurde et
anarchique ; les territoires agglomérés autour de ces capitales naturelles
obtiendront progressivement l’autonomie, en tout ce qui touche leurs
affaires particulières, sans engager l’intérêt national ; de grands conseils
provinciaux, sous le contrôle, supérieur mais éloigné, de l’État,
concourront au réveil et à la renaissance du corps entier de la patrie que
la politique jacobine a diminué.
Les associations professionnelles, confessionnelles et morales
jouissant de la plus complète liberté, seront soumises au droit commun,
et considérées comme des personnes civiles autonomes, faisant leur
police elles-mêmes par cet esprit de corps qui est le principe de tous les
progrès ; elles seront capables de posséder, d’acquérir, d’aliéner,
d’acquitter des impôts, de payer des amendes et d’être même, en cas
d’indignité légale, retranchées de la vie commune à temps ou à
perpétuité.
Au résumé, le citoyen, dans toute la sphère où il est compétent et
intéressé directement, dans tout ce qu’il a le pouvoir de connaître et donc
de juger, est présentement un esclave. Le pouvoir royal lui rendra la
disposition et la souveraineté de ce domaine qui lui fut arraché sans droit,
sans utilité, et au péril même de la force de la patrie.
Voilà ce que fera le roi pour les libertés. Il les rendra aux citoyens. Il
en sera le garant, le défenseur et le gendarme. Examinons ce qu’il fera
pour l’autorité, ainsi chassée du détail intérieur de la vie civile.

IV. L’autorité en haut.
Il la relèvera, la définira, l’utilisera pour des fins purement
nationales.
L’État français qui se mêle de tout aujourd’hui, même de faire des
écoles et de vendre des allumettes, et qui, en conséquence, fait tout
infiniment mal, vendant des allumettes ininflammables et distribuant un
enseignement insensé, l’État est lui même impuissant à remplir sa
fonction d’État. Il est abandonné aux représentants du pouvoir législatif.
Les ministres ne sont que les commis et serviteurs des sénateurs et
députés et ne songent qu’à leur obéir pour défendre leur portefeuille.
Selon une énergique formule, « l’électeur mendie les faveurs chez le
député, qui les mendie chez le ministre, lequel mendie les votes du
député, qui mendie les suffrages de l’électeur »(2).
Une classe de citoyens, profondément méprisée du pays entier, fait
métier, fait commerce de l’influence et de l’intrigue ; sénateurs, députés,
courtiers électoraux, c’est hasard si l’on trouve un caractère indépendant
sur mille individus de cette profession. Ceux d’entre eux qui passent
pour avoir les mains propres sont des sots avérés. Le matin même de
l’élection Loubet, un de nos maîtres pouvait écrire que le futur élu du
Congrès brillait surtout par l’insuffisance intellectuelle.
Toujours ignares et bornés, souvent faméliques et corrompus, voilà
les maîtres de la France. On nous dit qu’on les changera. Changer le
personnel ne servira de rien. Une Assemblée composée, par hasard, de
gens éclairés serait nécessairement remplacée, à bref délai, comme
l’Assemblée de 71, par une horde d’agitateurs, captateurs du suffrage
populaire. Si ces nouveaux venus sont honnêtes à l’arrivée, ils seront
gâtés par le mécanisme du régime. Le comte de Paris l’avait observé : de
pareilles institutions corrompent leurs hommes, quels qu’ils soient.
Qu’est donc un tel gouvernement ? Un fantôme, un jeu de syllabes !
Ses divers chefs se valent les uns et les autres pour se surpasser et se
vaincre jamais définitivement. Dix, vingt ou trente mois, c’est tout ce
que dure à peu près la victoire d’un de leurs groupements ministériels ;
un cabinet républicain, chargé de subvenir aux plus graves nécessités
politiques et économiques de la nation, ne peut pas durer davantage.

Quel grand ou petit magasin, quelle échoppe de fruitière ou de savetier
survivrait à ce changement continuel et systématique de direction ?
Quelle industrie ne serait ruinée si le personnel directeur en était
bouleversé tous les dix, vingt ou trente mois ? (3)
Aucun ministre n’a le temps d’étudier les services qu’il est censé
diriger. C’est à peine s’il les connaît de vue. Le pauvre homme laisse
donc ses chefs de bureau décider de tout. De temps en temps sur
l’injonction de quelque groupe parlementaire, il les bouscule avec une
passion ignorante et violente. On passe ainsi de la Routine à la
Révolution, sans moyenne heureuse possible. Ni contrôle sérieux, solide,
personnel, ni sûre tradition. Aussi notre administration ne fait elle plus de
progrès : trop heureuse quand elle évite la déchéance.
Car cette direction ministérielle instable est, de plus en plus, divisée
contre elle même jusqu’à la folie. Point d’unité de vues entre les
membres du même ministère. Point même d’unité de vues chez le même
ministre. Il a, d’une part ses amis politiques à combler, d’autre part ses
adversaires à apaiser. La manoeuvre parlementaire opprime ainsi sa
politique générale ; celle ci est subordonnée absolument à celle là.
Comme la plupart des ministres sont tirés de la classe honteuse qui vit de
nos budgets, comme ils n’ont d’existence que par la classe de leurs
souteneurs électoraux, les ressources de la nation sont mises au pillage.
La dépense inutile et d’origine électorale augmente chaque jour, et les
recettes se réduisent du même mouvement. Défense nationale, industrie
et commence de la nation, tout est sacrifié aux petits intérêts de nos
fabricants de scrutins. Si l’on creuse un port, c’est pour eux. C’est pour
eux qu’on trace une route. C’est pour eux que l’on construit un chemin
de fer. L’intérêt général n’y a qu’une part misérable. Notre puissance
financière s’épuise à satisfaire la clientèle électorale des députés et des
sénateurs influents, absolument comme notre puissance politique à
asseoir fermement et à défendre obstinément l’influence de ces gens là.
Impuissant pour le bien public, le régime, quand il a la prétention d’être
fort, dépense ses ressources fiscales et ses instruments de police à établir
ses hommes ou à consolider l’anarchie qui règne avec eux.
Par ces gaspillages, et aussi faute d’une direction compétente et
continuée, le commerce diminue et l’industrie baisse malgré la crue factice
déterminée par l’Exposition. L’agriculture ne vend point ou vend mal

ses produits, et le prestige politique de la France suit la même dépression
que sa puissance économique. Un pouvoir sans vigueur, qui administrait
faiblement l’armée et ne la commandait point du tout, l’a laissé insulter
depuis deux ans entiers. Ce pouvoir, dans l’ordre diplomatique, ayant,
non sans incohérence, engagé l’entreprise de Fachoda, n’en a pu sortir
qu’à notre honte commune. L’alliance russe(4) a même cessé de paraître
dans le vocabulaire des conversations de l’Europe.
M. de Bismarck prévoyait sans doute plusieurs de nos malheurs
présents quand il fit tout pour nous vouer au système républicain.
Bismarck n’ignorait pas que la force d’un État suppose l’unité de vues et
l’esprit de suite, la cohésion et l’organisation. Et comme le régime de la
République n’est que l’absence d’une volonté directrice et d’une pensée
continue au centre du pouvoir, il sentait combien ce régime divise et
condamne au changement perpétuel le peuple qui s’y abandonne.
On nous dit bien, chez les républicains parlementaires et aussi chez
les plébiscitaires, que ce pouvoir instable et débile repose sur une assise
ferme. L’assise qu’ils trouvent si ferme, c’est la volonté nationale,
s’exprimant par les élections législatives ou les plébiscites. D’elle vient,
puisqu’en elle réside, disent-ils, l’autorité gouvernementale. Les mêmes
hommes qui refusent au citoyen le droit de traiter des questions qu’il
connaît et de gérer les intérêts qui lui sont les plus proches, les mêmes
hommes qui refusent à l’électeur municipal le droit de changer une
fontaine de place ou d’ouvrir un chemin sans la permission de l’État,
prêtent, par la plus étonnante des fictions constitutionnelles, au même
citoyen et au même électeur le pouvoir absolu de faire un choix sensé et
d’émettre un avis utile sur les questions les plus lointaines, les plus
profondes et les plus épineuses de la politique générale : cet électeur, ce
citoyen, dont on suspectait tout à l’heure la compétence en des sujets fort
modestes, est tout d’un coup censé posséder les lumières des classes de
l’Institut, puisqu’on propose à ce citoyen de choisir entre la politique
radicale et l’opportuniste, entre l’autoritaire et la libérale, entre le
socialisme et le capitalisme, et qu’il a le droit d’orienter par son choix,
par son vote, la législation, la haute justice, la diplomatie, l’organisation
militaire et navale du pays tout entier !
Jamais une si grande chimère n’a été réalisée avec probité. Au lieu de s’en
plaindre, il faut voir qu’elle est irréalisable et prévoir que, même indépendant,

même probe, même intelligent, l’électeur sera toujours incompétent sur
la plupart des sujets qui lui seront soumis. Cette incompétence le rend ou
violent et aveugle, ou hésitant et versatile, souvent même ceci et cela tout
à la fois.
L’électeur français passe son temps à délivrer des blancs seings à des
inconnus, sans autre garantie que la nuance des affiches sur lesquelles les
candidats ont inscrit leurs déclarations. Ce système intéresse, excite,
détermine les partis d’opposition, même honnêtes, à plus forte raison
ceux qui ne le sont pas, à provoquer le plus grand nombre possible de
scandales et de catastrophes, de manière à causer le plus de mutations
possibles à chaque renouvellement électoral. L’intérêt de parti remplace
ainsi le bien public. C’est ainsi que l’on décompose la France.
Qu’y devient l’État ? Un esclave. Esclave des Chambres. Esclave des
partis parlementaires, des coteries électorales. Esclave même de ces
événements imprévus qui, sous un tel régime, déchaînent avec la
panique, des changements d’opinion, donc de personnel et de direction,
mais qui sont justement ceux qui exigeraient, au regard du salut public,
le maximum de fermeté, de stabilité et de possession de soi même : on
est conduit nécessairement à tout ébranler quand il faudrait tout
affermir ; on destitue Varron à l’heure précise où il le faudrait accabler,
même incapable et même indigne, des témoignages de la confiance de
l’État.
Par ce triple et quadruple esclavage à l’intérieur, l’État français tend
à la servitude extérieure ; les autres États ne tolèrent son indépendance
apparente que pour le mieux laisser fléchir, dégénérer et fondre de lui
même.
Considérant que les écrivains soussignés se savent pénétrés des
nécessités politiques qui peuvent échapper à leurs concitoyens et qu’ils
agissent en fondés de pouvoirs et aînés de la Race, dans le plein exercice
des devoirs et des droits qui leur sont conférés par les malheurs publics ;
Considérant qu’ils sont conscients de l’obligation de veiller et de
pourvoir au salut commun ;

Considérant que le salut commun, condition de tous les droits,
impose un devoir essentiel envers la communauté nationale ;
Considérant que la communauté nationale, la Patrie, l’État ne sont
point des associations nées du choix personnel de leurs membres, mais
oeuvres de nature et de nécessité ;
Considérant aussi que l’unité de la France n’est pas formée par un
certain nombre d’individus vivant à un moment donné et ayant en
commun certaines idées, ou certains goûts éphémères, mais bien par un
certain nombre de familles se développant d’âge en âge et ayant en
commun certains intérêts permanents : intérêts du sol à défendre, de la
race à perpétuer, capital économique et moral à développer ;
Considérant que l’absence fatale de toute autorité permanente sous le
régime républicain menace et compromet ces profonds intérêts qui sont
généralement la force française, des volontés, des idées et des sentiments
propres aux Français ;
Le citoyen français abandonnera par un fidéicommis solennel et
irrévocable(5) à la branche survivante de la famille Capétienne l’exercice
de la souveraineté. Par là, l’autorité se reconstituera au sommet de l’État.
Le pouvoir central sera délivré des compétitions des partis, des
assemblées, des caprices électoraux : l’État aura son libre jeu. Sous sa
responsabilité, dans l’indivisible intérêt de sa famille et de son peuple, le
Roi, chef de l’État, régnera et gouvernera. Son Arbitraire conscient, légal
et responsable, et celui de ses successeurs assureront l’unité, la
constance, la permanence des desseins, moyennant l’assistance des
hommes compétents, siégeant dans les conseils techniques et dans les
assemblées locales.
Expliquons le détail de cette fonction de l’État :
Il n’y aura plus de Parlement à l’anglaise. L’expérience
parlementaire, tentée de 1815 à 1830 et de là jusqu’en 1848 par les plus
honnêtes gens et même les plus éclairés, a échoué. S’il s’est accompli
des progrès considérables sous la Restauration et le Gouvernement de
Juillet ; si l’on peut dire que notre capital moral et économique s’est
refait à ce moment là et que nous vivons de cet ancien capital,

l’histoire fait voir clairement que le bien s’opéra malgré le régime
parlementaire, grâce à l’esprit politique des princes ou à de véritables
dictatures ministérielles (le duc de Richelieu, Villèle, Guizot) : dictatures
qui n’étaient du reste possibles que sous la monarchie.
Il faut au Prince, une responsabilité définie. Comme dit Renan : « La
royauté nous montre une nation concentrée en un individu ou, si l’on
veut, en une famille, et atteignant par là le plus haut degré de la
conscience nationale, vu qu’aucune conscience n’égale celle qui résulte
d’un cerveau », quelle que soit, au reste, la valeur propre de ce cerveau.
Les ministres seront responsables devant le prince. Tous les ans, une
délégation des assemblées provinciales se réunira à Paris pour voter et
contrôler les finances communes. Paris sera le siège ordinaire de la Cour
et le rendez vous permanent de tous les grands corps de l’État.
Nous appelons ainsi tous les corps dignes de ce nom : Chambres
industrielles et commerciales, Union des corporations, Société des
agriculteurs de France, Institut, etc. Les conseils du Roi seront
naturellement recrutés dans ces hautes Chambres techniques, véritables
témoins de l’action et de la production de la France, n’ayant rien de
commun avec cette cohue de polissons, d’intrigants et de bavards qui,
sous prétexte d’un mandat électoral, grouillent dans le Palais Bourbon et
le Luxembourg : étrangère au Pays, sépale du Pays, tant du chef de ses
intérêts que du chef de ses sentiments.
Le pays producteur, le pays travailleur sera ainsi mis en contact
perpétuel avec le pouvoir politique. Celui ci, devenu organe spécial, sera
le maître de sa spécialité. On le conseillera et on l’éclairera, mais au nom
du principe de la division du travail, on ne l’entravera point dans ses
actes propres. Ces conseils techniques du trône, ces assemblées
professionnelles, pourraient former plus tard les éléments de quelque
Sénat nouveau ; mais, outre qu’un Sénat, création historique, ne
s’improvise point, mieux vaut peut être aussi que les conseils techniques,
expression de compétences particulières, soient tenus normalement isolés
les uns des autres, pour que chacun exerce pleinement son autorité
respective : au besoin l’on pourra soit les assembler en des congrès, soit
en former certaines commissions mixtes dont le Roi, en personne ou par
ses commissaires, sera le modérateur, l’initiateur et l’arbitre.

Quant aux usurpations des assemblées locales ou professionnelles sur
les droits régaliens de l’État, un châtiment déterminé par les lois du
royaume les rendra impossibles ou les réprimera avec la dernière
vigueur. De même le Prince pourra-t-il être invoqué en dernier appel,
comme arbitre suprême et comme grand juge, par les citoyens qui se
trouveront lésés par les pouvoirs inférieurs. Son rôle sera de départager,
de concilier et de modérer les uns et les autres. Il ne se mêlera pourtant
de leurs affaires qu’à la dernière extrémité et sur l’appel des intéressés,
car des soucis plus importants l’appelleront ailleurs.
Au résumé, l’État, représenté par le pouvoir royal dans toutes les
hautes et lointaines questions de politique générale qui échappent à la
compétence et à la réflexion des particuliers, sera rétabli dans ses droits
naturels et rationnels, qui sont l’Indépendance et l’Autorité. Le citoyen
les lui abandonnera d’autant plus volontiers que, étant lui même dans
l’impossibilité d’exercer ces pouvoirs nécessaires, il est aujourd’hui le
premier à souffrir, dans sa fortune aussi bien que dans sa fierté, de
l’absence de protection et de direction nationale.
L’État aura des conseillers, mais n’aura désormais qu’un Maître.
Ainsi seront conciliées dans le nouveau royaume de France,
conformément à ses traditions nationales, une autorité et des libertés qui
sont, au même degré, nécessaires.

V. Comparaison des deux régimes royaliste et républicain.
Nous avons un gouvernement républicain et une administration
monarchique : le bien public exige que cet ordre paradoxal soit renversé.
L’administration doit être républicaine, puisqu’elle doit servir le
public ; le gouvernement, monarchique, puisqu’il doit le gouverner. Ce
qui importe, en effet, à la vie des administrés, c’est la liberté ; ce qui
importe à la vie politique d’une nation, c’est l’autorité, condition de
l’esprit de suite, de la décision et de la responsabilité.
L’autorité en haut, en bas les libertés, voilà la formule des
constitutions royalistes.

L’absurde République une et indivisible ne sera plus la proie de dix
mille petits tyrans invisibles et insaisissables ; mais des milliers de
petites républiques de toute sorte, républiques domestiques comme les
familles, républiques locales comme les communes et les provinces,
républiques morales et professionnelles comme les associations,
s’administreront librement, garanties, coordonnées et dirigées dans leur
ensemble par un pouvoir unique et permanent, c’est à dire personnel et
héréditaire, par là même puissant et sage, étant intéressé au maintien et
au développement infini de l’État.
Il est à observer que cet État si fort dans sa propre fonction
gouvernementale sera très faible pour rien entreprendre contre le citoyen.
Car, au lieu que le citoyen de la République française se trouve réduit à
ses pauvres forces individuelles pour lutter contre le mécanisme énorme
de l’État, le citoyen du nouveau Royaume de France se trouve engagé
dans toutes sortes de libres et fortes communautés (sa famille, sa
commune, sa province, sa corporation, etc…), qui emploieront leurs
forces à le sauver de tout arbitraire injustifié.
Les garanties du citoyen dans l’État républicain sont absolument
théoriques, mais sont déduites, il est vrai d’une théorie (les Droits de
l’homme) qui conduit à méconnaître les droits de l’État : dans la
pratique, elles s’évanouissent absolument. Respectueuse des droits
supérieurs de l’État, la théorie monarchiste confère au citoyen des
garanties pratiques, des garanties de fait : celles ci ne sont pas
théoriquement inviolables, mais elles sont pratiquement très difficiles à
violer.
La liberté est de droit sous la République, mais elle y est seulement
de droit : sous la royauté nationale, les libertés seront des faits, certains,
réels et tangibles.

VI. Conséquences : la politique royaliste.
De cette autorité royale, ainsi superposée aux libertés civiques sortira
nécessairement plus d’aisance privée et plus de force nationale.

Nous allons essayer de dire comment les trois questions les plus
épineuses de la politique française, pourront selon toute vraisemblance,
être réglées.
1° Question religieuse.
Par la liberté d’association et la renaissance des grands corps,
compagnies et communautés autonomes, on tendra nécessairement à la
suppression du budget des cultes et de celui des universités. Les
universités et les cultes doivent suffire à eux mêmes à leurs besoins.
Le catholicisme, religion traditionnelle de la France, recouvrera tous
les honneurs auxquels il a droit. Un gouvernement d’illettrés et de
furieux pouvait seul les lui marchander et, par exemple, exclure de la
Sorbonne Louis XI et de Gerson l’enseignement de la théologie. Ce
régime de petitesse sera clos. Mais il est évident que la liberté
intellectuelle la plus complète régnera sur le sol français. Loin de
troubler l’oeuvre de recherche scientifique et philosophique, il faut que
l’État en seconde et en facilite le cours, au moyen de libéralités et de
dignités accordées à tous les hommes qui s’y seront distingués.
D’ailleurs, sur le ferme terrain de l’organisation et de la direction des
sociétés, il ne peut y avoir conflit entre les esprits religieux et les esprits
scientifiques. La politique catholique exclut l’idéologie révolutionnaire
qui est en horreur chez les positivistes ; quant à la politique positiviste,
ses sympathies et ses affinités avec le catholicisme sont évidentes. L’État
aura seulement à pratiquer envers lui même le devoir étroit de ne point
favoriser ni subventionner, comme l’a fait l’inimitable République
présente, des théories qui ont pour fin prochaine ou pour objet immédiat
le renversement de l’État : l’anarchie politique et ses théoriciens seront
donc surveillés, et s’il existe des confessions religieuses qui tendent à
cette anarchie, elles seront soumises à cette surveillance, qui est de droit
naturel. Il en serait de même pour les confessions qui tendraient à
desservir l’intérêt national au profit de l’Étranger.
2° Question militaire.
Le roi de France constituera, lui seul ayant autorité pour entreprendre
une telle réforme(6), une armée de métier, signe vivant de sa force et de notre
unité, aussi nombreuse, aussi exercée que possible. Le reste des contingents
nationaux serait soumis à six ou huit mois d’exercice, avec appel d’un
mois, de deux ans en deux ans. Le principe de la division du travail

condamne le système de la nation armée, fondée en théorie sur une grave
erreur historique (les volontaires de 1792) et obtenu pratiquement par
une détestable contrefaçon du système allemand.
3° Questions économiques.
L’usure sera poursuivie. Réprouvant toute philanthropie hypocrite,
on défendra le peuple laborieux contre les agitateurs et les démagogues
aussi bien que contre les agioteurs. Les abus du capitalisme, étant le
prétexte de l’agitation révolutionnaire, seront observés avec vigilance.
L’industrie nationale, le travail national seront protégés contre le travail
et l’industrie de l’étranger, mais aussi contre les spéculateurs
cosmopolites établis au milieu de nous. Un peuple sain et fort élimine de
lui-même ces parasites. La « bonne politique » lui rétablira ses finances.
L’administration, arrachée enfin au contrôle révolutionnaire du
Parlement et à la somnolente routine des bureaux, pourra devenir un
auxiliaire utile.
Responsables de ces administrations devant la Couronne, les divers
ministres sont pressés d’y introduire les réformes souhaitées du public.
Une police financière sera constituée sur le type de la police politique,
non pour ralentir les transactions, mais pour épargner aux citoyens ces
ruines subites dont le pays entier subit le contrecoup. La propriété sera
défendue et encouragée sous toutes ses formes, depuis le simple livret de
caisse d’épargne, organe élémentaire de la défense personnelle, jusqu’à
la propriété territoriale, qui forme la base physique de la patrie.

Conclusion.
Quoi qu’on ait prétendu, cet espoir d’une renaissance française n’est
point une chimère, car la vitalité du pays, si elle est menacée, ne parait
pas très gravement atteinte. Moralement, physiquement et
financièrement, nous sommes très riches encore ; mais on gaspille nos
richesses et on les administre mal. Celui qui guérira les deux plaies
politiques qui nous ont été faites depuis cent ans, panarchisme
administratif, anarchisme d’État, l’État sans maître, l’Administration
maîtresse de tout, guérira le principe de nos misères. Nous sommes
royalistes parce que nous considérons que la royauté est seule capable
d’opérer l’une et l’autre médication.

Un parlement, créé par l’élection, dépend aussi de l’élection. Un
Parlement ne confère donc à l’État ni l’autorité ni l’indépendance. Mais
un chef d’État plébiscité se trouve dans les mêmes conditions qu’un
Parlement. Si on le nomme à temps, quelle prime on offre aux plus
vastes agitations électorales ! Et quel trouble périodique dans l’État ! Le
président des États Unis d’Amérique n’ose, même dans les conjonctures
d’une très haute gravité, prendre une seule décision, trancher un débat
important, donner un ordre précis, aussitôt qu’approche la date de
l’élection présidentielle : le malheureux craint, en effet, en fournissant un
avis quelconque, de s’aliéner un groupe quelconque d’électeurs(7). Si on
nomme à vie ce président quelle prime on offre à l’assassinat et, en tout
cas, quelles révolutions, quelle agitation, quels transports de fièvre
malsaine on prépare pour l’instant de sa succession ! C’est le régime qui
perdit la malheureuse Pologne ; car au lieu de réduire et de circonscrire
la compétition gouvernementale à une classe, à une caste, à une famille,
il l’étend au pays entier !
De plus, ce dictateur n’est responsable que pour un temps, au
maximum le temps de sa vie complète. S’il évite les fautes et les
imprudences d’un ordre trop direct et trop immédiat, rien ne l’empêche
de compromettre, de grever et de sacrifier l’avenir du pays. Tel est le
propre de la dictature personnelle. Voilà pourquoi nous demandons le
pouvoir souverain non pour un homme, non pour un peuple, mais pour
une famille représentante de ce peuple et elle même représentée par un
homme.
Nous espérons qu’on ne nous répondra point de sornettes sur le
hasard de la naissance. Comme si l’élection n’avait point ses hasards !
Comme si ces derniers hasards n’étaient point pires que les premiers !
On élève un Dauphin en vue du trône ; on ne fait pas l’éducation d’un
candidat à la présidence de la République. Jamais d’ailleurs, ni en aucun
pays, non point même chez les tribus les plus sauvages, le hasard naturel
de l’hérédité n’éleva sur le trône une succession de médiocrités
comparables à la série Carnot – Périer – Faure – Loubet. Ce quadruple
néant fut cependant porté au fauteuil présidentiel par le choix de deux
assemblées unies en Congrès solennel.
Le système de l’hérédité monarchique suppose, d’après un
sentiment naturel de prévoyance domestique (qui peut manquer une fois

mais qui se retrouve neuf fois sur dix), que le chef de l’État ne jouera
point facilement l’avenir de sa dynastie et dans tous ses calculs appellera
la prudence et la réflexion. Ces vertus vraiment paternelles, propres aux
pères et aux chefs de famille, ont précisément distingué la Maison
Capétienne dans son oeuvre de constitution de la France. Ses princes se
sont appliqués, d’un règne à l’autre, à ne point trop gagner dans une
seule entreprise, de crainte de trop perdre ultérieurement comme il est
arrivé à des Napoléon. Mais, à la différence de Napoléon Ier et de
Napoléon III, qui tous deux laissèrent la France plus petite qu’ils ne
l’avaient trouvée, les descendants d’Hugues Capet ont tous transmis leur
héritage tel qu’ils l’avaient eu de leurs devanciers ou augmenté de
quelque province.
Si donc, en vue de nous éviter les inutiles et périlleuses compétitions
électorales, pour prévenir le retour périodique des agitations et enfin pour
avoir la paix, si, disons nous, l’on convient de confier le pouvoir à une
famille, il est évident que c’est à la plus digne, à la plus ancienne et à la
plus illustre des familles françaises que doit revenir cet honneur. Ni la
famille Bonaparte, quelque glorieux qu’ait été son rôle historique, ni
aucune autre maison française, quelques services qui aient été rendus à la
nation, n’offre de garanties comparables à celle de la race des Capétiens.
Elle n’a même point d’aînée en Europe, et elle est à nous. Bien mieux
que cela, elle est Nous. Son histoire est la nôtre. La figure de notre terre
porte partout son nom et son souvenir. Comme Ivan le Grand fut
surnommé le Rassembleur de la terre russe, cette dynastie peut être
appelée Rassembleuse de la terre française(8). Sans elle, il n’y aurait point
de France. Cela est d’une rigueur absolue.
Les souvenirs de Rome ont fait l’unité italienne. La réalité de la race
et de la langue germanique, unie aux traditions de Charlemagne et du
Saint Empire, a fait l’unité allemande. L’unité britannique est résultée de
la condition insulaire. Mais l’unité française, oeuvre de politique, de la
plus souple, de la plus longue et de la plus ferme politique autoritaire,
résulte et résulte exclusivement de desseins continués pendant 1 000 ans
par la Maison de France. Cette unité, si solide qu’elle semble aujourd’hui
spontanée et naturelle, est l’oeuvre unique de nos princes. La nature
s’était contentée de rendre cette unité possible, non nécessaire, ni fatale :
ces princes l’ont formée et façonnée comme un artisan donne un tour
personnel à quelque matière choisie.

Dynastie véritablement terrienne et paysanne, puisqu’elle a arrondi
sa terre et composé notre pays, mais dont on ne peut dire au juste si c’est
l’audace ou la sagesse qui l’ont mieux caractérisée ! La politique des
Hohenzollern, si fatale à la France, mais si avantageuse à tout le peuple
allemand, n’est elle même qu’un bon décalque et un plagiat raisonné de
la politique des Capétiens.
Bien que partie d’un certain point du pays, cette dynastie populaire et
militaire s’est peu à peu étendue jusqu’aux confins de l’ancienne Gaule ;
sa tradition s’est amalgamée à toutes les nôtres. Les libertés que nous ont
fait perdre cent ans de césarisme et d’anarchie sont celles que nos pères
conquéraient autrefois sous le règne des Capétiens et que ceux-ci
reconnaissaient en de solennelles consécrations. La royauté et les libertés
sont mortes ensemble. Tout annonce qu’elles devront renaître de concert.
Il est une France idéale, disent dans leur mauvais langage, les
rhéteurs, d’origine anglaise, allemande, helvétique, qui président à
l’Église républicaine. Nous sommes citoyens d’une France réelle. Par la
France, nous entendons une réalité plus chère et plus belle que tout, et
non une idée nuageuse. Pulcherrima rerum, comme disait de sa propre
patrie le Romain : nous entendons le sol et ses variétés, le sang et ses
riches nuances, les traditions, les intérêts, les sentiments. Nous songeons
aux maisons, aux autels, aux tombeaux où dorment de saintes dépouilles.
Cette France réelle, étant ce qu’elle est et ayant besoin de Monarchie,
postule, par définition, ayant été ce qu’elle fut, la Monarchie du chef de
la Maison de France. Celui-ci, étant ce qu’il est, correspond à ces
convenances et à ces nécessités. Le peuple est prêt à le sentir. Puissent
les esprits cultivés reconnaître ce rapport naturel d’une grande nation et
d’une longue souche de princes, en comprenant enfin la formule de notre
avenir national :

« Ce que nos ancêtres ont fait par coutume et par
sentiment, le poursuivre nous mêmes avec l’assurance
et la netteté scientifiques, par raison et par volonté ».

Notes
1. Ce mot « notamment » est de la main de Frédéric Amouretti.
2. Les morts qui parlent, par le vicomte de Vogué.
3. Ces délais ont été portés à trente-six ou quarante mois par les longs ministères
Waldeck-Rousseau, Combes et Clémenceau ; leur ridicule insuffisance persiste,
comme l’atteste bien l’état de nos grands services techniques, la Marine par
exemple. (Note de 1909).
4. Cette alliance nous avait amenés à une sorte d’entente avec l’Allemagne (18 juin
1895, Kiel) qui aboutit au krach de Fachoda. A notre tour, par nos coquetteries
inconsidérées avec l’Angleterre, nous avons contribué à égarer la Russie vers
Moukden. (Note de 1909).
5. On peut nous objecter ici que ce fidéicommis ou cet abandon sera lui même un
acte de la volonté populaire et que nous rentrons par là dans le système que nous
condamnons. Cette objection d’ordre logique ne nous sera point faite par des
logiciens corrects. Autre chose, en effet, est une doctrine de mythologie politique
en vertu de laquelle la volonté populaire est souveraine, par ce seul fait qu’elle est
la volonté populaire, autre chose est un acte déterminé de cette même volonté,
s’exerçant une fois, et, au lieu d’ être prise elle même pour fondement, fondée sur la
raison et l’intérêt public. Tant vaudront cette raison et cet intérêt, tant vaudra cet
acte particulier de la volonté populaire : il sera donc logiquement antérieur et
supérieur à l’acte de cette volonté.
6. Est-il utile de répéter que dans un sujet aussi délicat, la volonté du Dictateur et
Roi s’exerce avec plus d’indépendance encore que dans les autres ? Nous
n’indiquons que le principe. En République, les intérêts de l’État et ceux de l’armée
sont divergents et rivaux. En Monarchie, ils sont alliés et convergents. L’État peut
s’y préoccuper d’avoir une armée plus solide et de meilleure qualité en même
temps que d’alléger le fardeau économique et social du militarisme.
7. Les six lignes depuis « Le Président » sont de Frédéric Amouretti.
8. Phrase de Frédéric Amouretti.