POUR UNE POLITIQUE PUBLIQUE DE PREVENTION ACTIVE DES CANCERS


 

Auteur : Docteur Jacques Lacaze, Diplômé de cancérologie – Docteur Jean-Claude Meuriot,
Médecin inspecteur général de Santé Publique honoraire
Ouvrage :  Pour une politique publique de prévention active des cancers

INTRODUCTION
Les cancers sont la première cause de mortalité en France. L’incidence des cancers a doublé en 30 ans et la mortalité a
augmenté d’environ 13%. La maladie cancéreuse représente donc un problème majeur de santé publique. Le cancer
concerne, a concerné ou concernera chacun d’entre nous. De nombreux plans de lutte contre ce fléau ont été mis en
place. La faillite, des recherches et politiques entreprises pour prévenir et guérir les cancers, est régulièrement
constatée. Les appels à la charité publique contre cette maladie sont tout aussi régulièrement organisés, et le message
central reste le même : « la recherche avance. » Cette faillite est constatée par de nombreuses autorités scientifiques,
médicales ou politiques.1
Le but de ce travail est d’examiner le problème d’un point de vue de santé publique, puis de poser la question la plus
fondamentale, est-il possible de prévenir le cancer ? Et si la réponse est oui, il faut s’y mettre sans tarder !

Il faut se mobiliser pour que soit mise en place une vraie et grande
politique publique de prévention générale du cancer.

La découverte par le Docteur André Gernez (fin des années soixante) du mécanisme cellulaire de la cancérogenèse et
de la cancérisation,2 ouvre aujourd’hui une voie de prévention des cancers qu’il est urgent d’explorer. La théorie de
Gernez sera exposée dans ses grandes lignes puis les principes d’une proposition de prévention active des cancers. La
validation de cette prévention et son éventuelle mise en oeuvre est du domaine de la santé publique, donc de
l’institution médico-scientifique et des autorités publiques de la santé.
Comme cette mise en oeuvre est accessible à tout le monde, nous en proposerons les grandes lignes.
La prévention reste la voie royale dans la lutte contre les maladies qui ont l’incidence des cancers. Dans une première
partie, nous allons examiner ce qu’est la prévention (et ce qu’elle n’est pas), comment ça fonctionne, ce qu’il faut en
attendre, qui elle concerne, si les politiques mises en place actuellement répondent aux nécessités de la lutte contre les
cancers, bref il sera question de santé publique au sens fort du terme.


1 Du Congrès d’Houston (1970) « de la désespérance et du renoncement » à la déclaration du cancérologue Laurent Schwartz (La
Recherche, novembre 2008) qui confirme la déclaration d’un magazine étatsunien selon lequel « on était en train de perdre la
bataille contre le cancer » et déclare : « Plusieurs livres récemment parus aux Etats Unis, affirment les limites des thérapeutiques et
démontrent l’absence de réelles avancées sur le front du cancer. »
Le professeur BELPOMME, cancérologue réputé, affirme de son coté : « On est en train de perdre la bataille et la guerre. »
2 Ce mécanisme est aujourd’hui enseigné dans la plupart des Facultés de Médecine. Voir à la fin de la brochure quelques
références qui le montrent.


Première partie :

LES CANCERS : PROBLÈME MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE

I – Incidence et mortalité par cancers en France.

suite…

https://mega.co.nz/#!6QUQEawb!zclIgdhABim4T5PQLWOiorSYtWqyqMlYuzrBteJXuzA

Pour toutes informations et pour soutenir notre action, voici les coordonnées de l’APAG :
Siège: 24 rue des Acacias 62750 LOOS-EN-GOHELLE
Secrétariat : 28 rue d’Alsace 34500 Béziers Tél. 04 99 430 431
Site : http://www.gernez.asso.fr (en construction)
E-mail : contact@gernez.asso.fr
Blog : www.prevention-cancer.net
E-mail : prevention.cancer@gmail.com