Le survivaliste Bienvenue en enfer



Auteur : Anonyme
Ouvrage : Le survivaliste Bienvenue en enfer

Si la vie était un jeu… la seule règle serait de survivre

L’homme qui répond aux questions
ci-dessous, raconte comment
lui et son clan ont survécu
pendant un an dans une ville de
60 000 habitants durant l’effondrement
de la Bosnie en 1992.
Sans eau, sans électricité, sans pétrole, sans système de santé, sans protection
civile, sans systèmes de distributions ou de réseaux traditionnels,
ce survivant devenu par la suite survivaliste, témoigne sans détours d’une
survie urbaine crue et pragmatique.
L’échange est long, et ce qui est présenté ici n’est qu’une ligne droite
pouvant nous faire conscientiser certaines lacunes, ou encore remettre
en cause certaines idées quant à l’effondrement de la normalité dans un
univers urbain.

L’avantage de ce retour d’expérience, est qu’il est bâtit sur un questionnement
purement survivaliste issu du forum « Survivalist Boards », et
que l’orientation de l’entretien est donc extrêmement ciblé sur les réalités
d’une survie urbaine durant un effondrement de la normalité.
Même si ce témoignage reste d’une situation extrême, il nous permet
d’entrevoir certaines réalités, et de rétablir une certaine priorité au
sein de nos préparations.
Je suis de Bosnie, et comme vous le savez, c’était l’enfer la bas de
1992 à 1995. Pendant 1 an, j’ai vécu et survécu dans une ville de 60 000
habitants sans électricité, sans pétrole, sans eau courante, sans services
traditionnels de distribution de nourriture et de consommables, et sans
aucune organisation gouvernementale.
Notre ville était encerclée par des forces armées pendant 1 an, et
dans cette ville, c’était la merde.
Nous n’avions pas de police ou d’armée organisée… il y avait des
groupes armés, et ceux qui étaient armés défendaient leurs maisons et
leurs familles.
Quand tout a commencé, certains d’entre nous étaient mieux préparés
que d’autres, mais la plupart des familles voisines n’avaient de la
nourriture que pour quelques jours.
Certains d’entre nous avaient des pistolets, et très peu étaient ceux
qui avaient des AK47 et des fusils.
Apres 1 ou 2 mois, les gangs ont commencés leur destruction : les
hôpitaux par exemple, se sont rapidement transformés en abattoirs.
Les forces de police n’étaient plus présentent, et l’absentéisme du
personnel hospitalier était de plus de 80 %.
J’ai eu de la chance, ma famille était large à cette époque (15 membres
dans une grande maison, 6 pistolets, 3 AK47), et donc nous avons survécu…
tout du moins la plupart d’entre nous.
Les Américains balançaient des MRE (Meals Ready to Eat – Rations
de combat) tous les 10 jours pour aider les villes encerclées comme la
notre, mais ce n’était jamais assez. Quelques maisons avaient des petits
jardins potager, mais la plupart n’en avaient pas.

Apres 3 mois, les premières
rumeurs de décès par famine
commençaient… mais
aussi les décès par exposition
au froid.
Nous avons démonté toutes
nos portes, l’encadrement
des fenêtres des maisons
abandonnées, notre parquet…
et j’ai aussi brûlé
la totalité de nos meubles
pour nous tenir chaud.
Beaucoup sont mort de maladies, surtout à cause de l’eau (2 membres de
ma famille), nous buvions principalement l’eau de pluie, nous mangions
du pigeon et même du rat.

La monnaie est vite devenue de la merde…

Nous faisions du troc ; pour une boite de boeuf, tu pouvais avoir une
fille pour quelques heures (c’est dur, mais c’était la réalité), je me rappel
que la plupart des femmes qui vendaient leurs corps étaient des mères
désespérées.
Armes à feu, munitions, bougies, briquets, antibiotiques, pétrole,
piles et nourriture… on se bâtaient comme des animaux pour ça.
Dans une situation comme celle-la, tout change, et la plupart des
gens deviennent des monstres… c’était moche.
La force était dans le nombre. Si vous étiez tout seul à vivre dans une
maison, ce n’était qu’une question de temps avant d’être pillé et tué… peu
importe si vous étiez armé.
Moi et ma famille, nous sommes prêt maintenant ; je suis bien armé,
j’ai un bon stock et je suis « éduqué ».
Ce n’est pas important ce qui va se passer ; tremblement de terre,

guerre, tsunami, extra-terrestres, terrorisme, pénurie, effondrement économique,
émeute… l’important c’est que quelque chose va se passer !
De mon expérience, vous ne pouvez pas survivre seul, la force est
dans le nombre, soyez proche de votre famille, préparez avec elle, choisissez
vos amis sagement et préparez-vous avec eux aussi.

1. — Comment vous déplaciez-vous en sécurité ?
En fait la ville était divisée en communauté de rues. Dans ma rue
(15 / 20 maisons) nous avons organisé des patrouilles (5 hommes armés
chaque soir) pour garder un oeil sur les gangs et les ennemies.
On troquait entre nous dans la rue. A 5 kilomètres il y avait une
rue très organisée pour le troc, mais c’était trop dangereux de s’y rendre
pendant la journée à cause des tireurs d’élite. En plus on avait plus de
chance de se faire dépouiller la bas que de troquer, et je n’y suis allé que
2 fois, et seulement quand j’ai vraiment eu besoin de quelque chose de
particulier et d’important (il parle principalement ici de médicaments, et
notamment d’antibiotiques).
Personne n’utilisait les voitures en ville parce que les routes étaient
bloquées avec des débris, ou d’autres voitures abandonnées… et le pétrole
valait de l’or !
Si je devais aller quelque part c’était de nuit. Ne jamais se déplacer
seul, mais jamais en groupe important non plus (2 / 3 hommes). Toujours
armé, très vite, et toujours dans les ombres au travers des ruines, jamais
dans les rues.
Il y avait beaucoup de bandes organisées, 10 / 15 personnes, parfois
50… mais il y avait aussi des gens comme toi et moi, des pères, des grands
pères, des gens bien avant la merde, qui maintenant tuais et pillais.
Il n’y avait pas vraiment de bons et de méchants… la plupart étaient
entre les deux ; c’est à dire prêt à tout, au bon comme au moins bon.

2. — Et le bois ? Il me semble qu’il y a beaucoup de forêts
autour de ta ville, pourquoi avez-vous brûlé vos
meubles et vos portes ?

Autour de ma ville il n’y a pas beaucoup de bois. Ma ville était une
très belle ville, elle ressemblait à n’importe qu’elle autre ville avec ses cinémas,
ses restaurants, ses écoles, son aéroport, ses centres culturels…
Nous avions des arbres dans la ville, des parcs et des arbres fruitiers…
mais tous les arbres ont été brûlé en moins de 2 mois.
Quand tu n’a pas d’électricité pour préparer la nourriture et te
chauffer, tu brûles ce que tu as sous la main ; tes meubles, tes portes, ton
parquet (et ça brûle vite ce bois là !).
Nous n’avions pas de banlieue et de fermiers. Dans les banlieues
c’était l’ennemie, et nous étions encerclés. Et dans la ville, tu ne savais pas
qui était ton ennemi.

3. — Quelles sorte de savoir-faire as-tu utilisé durant
cette période ?
Tu peux imaginer que d’une certaine manière c’est le retour à l’âge de
pierre ! Par exemple, j’avais une bouteille de gaz. Mais je ne l’utilisais pas
pour faire chauffer ou préparer notre nourriture, c’était trop précieux !
J’ai bidouillé la bouteille pour pouvoir y attacher un tuyau pour recharger
les briquets. Les briquets, ça n’a pas de prix !
Une personne m’amenait un briquet vide, je le rechargeais, et je prenais
une boite de conserve ou une bougie en échange par exemple.
J’espère que tu comprends mon exemple.
Aussi, je suis infirmier. Dans ces conditions, mes connaissances
étaient mon argent.
Soyez éduqués et entraînés… durant un tel effondrement, tes
connaissances valent de l’or si tu sais réparer certaines choses.
Les objets et les stocks vont disparaitre un jour, c’est inévitable…
mais tes connaissances peuvent être ta nourriture.
Je veux dire… apprend à réparer les choses ; les chaussures ou les
gens…
Par exemple, mon voisin savait faire du pétrole pour les lampes… il
n’a jamais eu faim.

4. — Si tu avais 3 mois pour
te préparer aujourd’hui,
qu’est ce que tu ferais ?
Si j’avais eu 3 mois pour me préparer
? Hmmm !… fuir à l’étranger ?
(blague). Aujourd’hui, j’ai conscience
que les choses peuvent s’aggraver
très très rapidement.
J’ai de la nourriture, des produits
pour l’hygiène, de l’énergie etc. Un
approvisionnement de 6 mois.
Je vis en appartement avec une bonne sécurité. J’ai une maison avec
un abris dans un village à 5 kilomètres de mon appartement, et dans cette
maison j’ai encore 6 mois d’approvisionnement.
Ce village est une toute petite communautés, la plupart des habitants
sont préparés… ils ont appris avec la guerre. J’ai 4 différentes armes
à feu avec 2 000 munitions chacune.
J’ai un bon jardin avec la maison et des connaissances en jardinage.
Aussi, j’ai un don maintenant pour sentir la merde… tu sais, quand tout
le monde autour de toi dit que tout va bien se passer, mais que toi tu sais
qu’en fait tout va s’effondrer ?
Je pense que j’ai la force de faire tout ce que je dois faire pour survivre
et protéger ma famille, parce que quand tout s’effondre, soit sûr, si tu
n’a rien, tu vas faire des choses qui ne sont pas très jolies pour sauver tes
gosses… tu veux juste survivre avec ta famille.
Survivre seul ; aucune chance (c’est mon opinion), peu importe si tu
es armé et préparé, au final, si tu es seul tu vas mourir, je l’ai vu… plein
de fois.
Des groupes et des familles avec énormément de préparation
et de connaissances variées, c’est le mieux.

5. — Quel matériel devrions-nous stocker ?
Ça dépend. Si tu veux survivre comme un voleur, la seule chose dont
tu as besoin se sont des armes et beaucoup de munitions.
A part des munitions, de la nourriture, du matériel pour l’hygiène et
de l’énergie (piles etc.), tu peux te pencher sur des petites choses faciles à
troquer ; couteaux, briquets, savon, pierres à feu…
Aussi, avoir beaucoup d’alcool, le genre qui se garde longtemps,
comme du whisky par exemple, la marque n’est pas importante, ça peut
être le truc le moins chère possible, mais c’est très bien pour le troc dans
les moments difficiles ou pour désinfecter des blessures.
Le manque d’hygiène a fait beaucoup de morts.
Tu vas avoir besoin de choses très simples, mais en quantités importantes,
comme énormément de sacs poubelle, je veux dire, énormément !
Et beaucoup de rubans adhésifs toilés (duct tape). Des assiettes et des
gobelets en plastique ou en carton… tu vas en avoir besoin ; beaucoup !
Je sais, parce que nous n’en avions pas du tout.
Mon opinion est que le matériel pour l’hygiène est peut être encore
plus important que la nourriture. Tu peux facilement tuer un pigeon, ou
trouver quelques plantes à te mettre sous la dent, mais tu ne peux pas
tuer du produit désinfectant pour les mains par exemple.
Plein de produit pour nettoyer, désinfecter, beaucoup de savon, de la
Javel, des gants, des masques… tout ce qui est jetable.
Aussi, un entraînement dans les premiers soins, apprendre à nettoyer
une plaie, une brûlure ou même une blessure par balle, car il n’y a
pas d’hôpital… même si tu trouves un médecin quelque part, il n’aura pas
de médicaments, ou tu n’auras rien pour le payer.
Apprendre à utiliser les antibiotiques, et en avoir beaucoup.
Pour les armes il faut rester simple.
Maintenant je porte un Glock 45, parce que j’aime bien, mais c’est
pas une arme ou un calibre répandu ici, donc j’ai aussi deux 7,62 mm TT
pistolets russes cachés, parce que tout le monde à cette arme ici, et beaucoup
de munitions.

Je n’aime pas les Kalachnikov, mais c’est pareil, tout le monde en a
une… donc…
Il faut avoir des choses petites et discrètes.
C’est bien d’avoir un générateur par exemple, mais c’est mieux d’avoir
1 000 briquets BIC. Le générateur, dans une situation merdique, va attirer
l’attention. 1 000 briquets ne prennent pas de place, c’est pas chère, et
tu peux toujours les troquer pour quelque chose.
Pour l’eau, la plupart du temps on récupérait l’eau de pluie dans
4 gros tonneaux, après on la portait à ébullition… on avait aussi une rivière
pas loin, mais l’eau est vite devenue trop polluée.
Le matériel pour l’eau est très important. Il faut avoir des tonneaux,
des seaux et des récipients pour stocker et transporter l’eau.

6. — Est-ce que l’or et l’argent métal t’ont aidé ?
Oui. Personnellement, j’ai échangé tout mon or pour des munitions.
Parfois on était capable d’utiliser de la monnaie (Mark et Dollars)
pour acheter certaines choses, mais ces occasions étaient rares, et le
prix était toujours exorbitant. Par exemple, une boite de haricots valait
30/40 $. La monnaie courante s’est très vite effondrée.
Simplement, on troquait quelque chose pour autre chose.

7. — Est-ce que le sel avait de la valeur ?
Oui, mais pas autant que le café ou les cigarettes. J’avais beaucoup
d’alcool, et j’ai troqué avec sans problème. La consommation d’alcool était
plus de 10 fois supérieur qu’en temps normal.
Maintenant, c’est probablement mieux de stocker des cigarettes, des
briquets et des piles pour le troc parce que ça prend moins de place.
Je n’étais pas un prepper (1) à l’époque, on a pas eu le temps de se préparer…


1 — Apprendre à faire pousser des légumes, faire son pain, élever des poules,
récolter ses semences, se soigner avec les plantes, coudre, réparer moteurs et
autres, cordonnerie, récupérer l’eau de pluie et de puits, devenir autonome en
énergies diverses, etc. Pour les adeptes du prepping, « préparation », il s’agit, d’un
entraînement pour un futur probable.


 quelques jours avant que la merde atterrisse dans le ventilateur,
les politiciens à la télé répétaient que tout allait bien.
Quand le ciel nous est tombé sur la tête, on a juste pris ce qu’on
pouvait.

8. — Est ce que ça a été difficile
d’obtenir une arme à
feu durant l’événement et
qu’est ce que vous avez pu
troquer pour les armes et les
munitions ?
Après la guerre, chaque maison
avait une arme.
La police a réquisitionnée pas mal d’armes au début de la guerre…
mais la plupart des gens ont caché leurs armes quelque part.
J’ai une arme légale (licence), et les autorités ont une loi qui s’appelle
« collection temporaire ». Dans une situation de trouble (émeutes par
exemple…), le gouvernement a le droit de temporairement confisquer
toutes les armes… donc tu gardes ça en tête. Tu sais, il y a des gens qui ont
une arme légale, mais ceux qui ont des armes légales ont aussi des armes
illégales cachées quelque part, juste au cas ou il y aurait une confiscation.
Si tu as de bonnes choses à troquer, c’est pas compliqué de trouver
une arme pendant une situation difficile, mais ce qu’il faut savoir, c’est
que les premiers jours sont les plus dangereux en terme de chaos et de
panique, et que peut être que tu ne vas pas avoir le temps de trouver une
arme pour défendre ta famille. Ne pas être armé durant la panique, le
chaos et les émeutes… c’est pas bien.
Dans mon cas, à un moment un homme avait besoin d’une batterie
de voiture pour sa radio, et il avait des fusils… j’ai troqué la batterie pour
2 fusils. Pour les munitions… parfois je troquais des munitions pour de
la nourriture, et quelques semaines plus tard de la nourriture pour des
munitions.

Par contre, je ne faisais jamais de troc chez moi, et jamais dans des
quantités importantes. Très peu de gens (voisins) savaient combien de
choses j’avais chez moi.
Le truc, c’est de stocker le plus possible en rapport avec l’espace et
l’argent… et après, suivant la situation, tu vois ce qui est le plus demandé.
Correction, munitions et armes auront toujours la première place
pour moi… mais qui sait, numéro deux c’est peut être des masques à gaz
avec des filtres.

9. — Et la sécurité ?
La défense était très primitive. Encore une fois, nous n’étions pas
prêt… et nous avons utilisé ce que nous pouvions.
Les fenêtres étaient cassées, les toits étaient en piteux états à cause
des bombardements. Toutes les fenêtres étaient bloquées avec quelque
chose : sacs de sables, pierres. J’ai bloqué ma porte de jardin avec des débris,
et j’utilisais une échelle en aluminium pour passer au dessus du mur.
Quand je revenais chez moi, j’appelais quelqu’un pour qu’il me passe
l’échelle.
Un mec dans notre rue a complètement barricadé sa maison. Il a
fait un trou dans un mur connecté à la maison de son voisin qui était en
ruine… une entrée secrète. Ça va paraître étrange, mais toutes les maisons
les plus sécurisées ont été pillées et détruites en premier. On avait de
belles maisons dans mon quartier, avec des murs, des chiens, des alarmes
et des barres de fer aux fenêtres.
Les foules ont attaquées ces maisons en premier… certaines étaient
défendues et ont tenues, d’autres non… ça dépend combien d’armes et de
bras ils avaient à l’intérieur.
Je pense que la sécurité c’est important, mais il faut là savoir garder
un profil bas… oublies les alarmes par exemple. Si tu vies en ville et que
la merde arrive, tu vas avoir besoin d’un endroit simple et sobre, avec
beaucoup d’armes et de munitions.
Combien de munitions ? Le plus possible.
Il faut garder ton domicile le plus inintéressant possible.

Aujourd’hui ma porte est en acier pour des raisons de sécurité, mais
seulement pour me sauvegarder de la première vague de chaos… après
ça, je pars pour retrouver un groupe plus important (famille et amis) à la
campagne.
A la maison, on a eu des situations pendant la guerre, pas besoin de
rentrer dans les détails… on a toujours eu plus de puissance de feu, et le
mur en brique.
Aussi on avait toujours quelqu’un qui surveillait la rue… une bonne
organisation au cas ou les gangs viennent est primordial.

Il y avait toujours des coups de feu en ville.

Encore une fois, la défense de notre périmètre était très primitive…
toutes les issues étaient barricadées, avec juste des petites ouvertures pour
les fusils, et toujours au minimum 5 membres de la famille à l’intérieur
prêt à se battre, et une personne dans la rue, cachée.
Pour éviter les tireurs d’élite, on restait à la maison toute la journée.
Dans les premiers temps, les faibles meurent, et les autres se battent.
Il n’y avait presque personne dans les rues durant la journée à cause
des tireurs d’élite… la ligne de défense était extrêmement rapprochée.
Beaucoup sont mort parce qu’ils voulaient aller se renseigner sur la
situation par exemple… c’est très très important, il faut se rappeler que
nous n’avions pas d’informations, pas de radio, pas de télé… rien, juste
des rumeurs. Il n’y avait pas d’armée organisée… mais nous étions tous
des soldats.
On était forcé.
Tout le monde portait une arme et essayait de se protéger.
Dans la ville, tu ne peux pas porter de truc de qualité parce que
quelqu’un va te tuer et te prendre tes affaires.
Tu ne peux même pas avoir un beau fusil, et ainsi attirer l’attention.
Je vais te dire ; si c’est la merde demain, je veux rester sobre, et ressembler
à tout le monde dehors, peureux, désespéré, confus, et peut être
que je vais crier et pleurer un peu…

Pas de vêtement chic… je ne vais pas sortir avec mes super habits
tactiques tout neuf et crier : « je suis la, vous êtes tous mort maintenant les
méchants ! ».
Je vais rester profil bas, lourdement armé et bien préparé en attendant
et en évaluant mes options, avec mon meilleur ami ou mon frère à
mes cotés.
Ça n’a pas d’importance d’avoir une super sécurité, un super fusil…
si les gens voient que tu es rentable, qu’ils devraient probablement te voler,
ils vont te voler.
C’est seulement une question de temps, et de combien de bras et
d’armes vont être de la partie.

10. — Quelle était ta situation
avec les toilettes ?
On utilisait une pelle et n’importe
quel bout de terre à proximité de
la maison faisait l’affaire… ça a l’air
sale, mais c’était sale. On se lavait
avec l’eau de pluie récupérée, ou
alors à la rivière, mais la plupart du
temps c’était trop dangereux.
On avait pas de papier hygiénique… et même si j’en avais je le troquais.
C’était une sale situation.
Si je peux te donner un conseil ; en premier, il faut avoir des armes
et des munitions… après tout le reste, et je veux dire tout !
Ça dépend de la place que tu as et de ton budget bien sur.
Si tu oublies quelque chose, c’est pas grave, il y aura toujours
quelqu’un pour troquer… mais si tu oublies les armes et les munitions, tu
ne pourras pas avoir accès au troc.
Aussi, je ne vois pas les grandes familles comme plus de bouches
à nourrir, je vois les grandes familles comme plus d’armes et plus de
forces… après, c’est dans la nature des gens de s’adapter.

11. — Et les soins pour les gens malades ou blessés ?
Les blessures étaient principalement des blessures par balles.
Sans les spécialistes et tout le reste, si la victime avait la chance de
trouver un docteur quelque part, il avait 30 % de chance de s’en sortir. Ce
n’était pas comme dans les films, les gens mourraient… beaucoup sont
morts de petites blessures infectées.
J’avais des antibiotiques pour 3 ou 4 traitements, bien sur, seulement
pour ma famille.
Des choses très bêtes tuaient les gens.
Une simple diarrhée est capable de te tuer en quelques jours sans les
médicaments et l’hydratation nécessaire… surtout les enfants.
On a eu beaucoup de maladies de la peau, et des empoisonnements
alimentaires… on pouvait pas faire grand chose.
On faisait beaucoup avec les plantes locales et l’alcool, et pour le
court terme ça allait, mais sur le long terme c’était horrible.
L’hygiène est primordiale… et avoir le plus de médicaments possible,
surtout les antibiotiques.

FIN.

http://www.the-savoisien.com/blog/index.php