Les Anges, nos puissants médiateurs et leurs inestimables missions pour le monde


 
Auteur : Anonymes
Ouvrage : Les Anges, nos puissants médiateurs et leurs inestimables missions pour le monde

Introduction
Le 21 septembre et le 1er novembre 1982, un démon devait nous donner des informations inattendues
sur le grand secours que les Saints Anges, Saint Joseph et les Saints peuvent nous apporter en cette
époque de fin des temps qui est la nôtre. Il devait aussi nous montrer les outrages et le mépris dont
est victime l’Immaculée, en particulier à Lourdes, ainsi que la négligence coupable de la part des
fidèles dont souffrent les âmes du Purgatoire.
Critères d’authenticité
Nous procédons en suivant les paroles et l’exemple même de Saint Paul : « Examinez tout et ne retenez
que ce qui est bon » (l.Thes. 5,21). Cela seul peut constituer un critère de jugement pour savoir si le
contenu est bon ou mauvais. Personne ne rejettera une chose qui est utile et bénéfique au salut éternel
en objectant le fait que Dieu puisse se servir de démons qui, par nature, sont contre Lui, mais qui
restent néanmoins soumis à Sa toute puissance et doivent par conséquent Lui obéir. Déjà dans
l’Évangile, nous pouvons lire qu’un mauvais esprit dut rendre témoignage en faveur de Jésus. Jésus
permet ce témoignage mais Il montre aussi sa puissance sur le mauvais esprit (Marc. 1,23 et svt).
Le mépris des messages du ciel a des conséquences imprévisibles
Certes, les circonstances par lesquelles nous recevons ces messages et les appels du Ciel sont
extraordinaires. Mais notre époque est elle aussi extraordinaire et a besoin de signes extraordinaires
pour une humanité qui a renié la foi, qui vit dans le péché, dans l’égarement et qui est même mal
dirigée. Depuis bien longtemps déjà, tous les avertissements et les demandes que le Ciel adresse aux
humbles et aux petits sont passés sous silence et même en partie sciemment rejetés ; comme nous le
démontre le célèbre journaliste Claus Peter Clausen en prenant l’exemple du lieu d’apparitions de
Heede et d’autres lieux d’apparitions mariales qui furent interdits par l’Église, et tout ceci à tel point
que même la seconde guerre mondiale aurait pu être évitée (cf. « Lettre Noire » no 42/82). Même après
la seconde guerre mondiale, en Allemagne par exemple, le grand message de l’Immaculée à
Marienfried, à Heroldsbach, etc.., fut rejeté par l’Église malgré des preuves théologiques irréfutables
ainsi que des expertises scientifiques irréprochables. C’est pourquoi, il est blâmable et même
dangereux de rejeter le contenu positif de messages en objectant leur origine et de suivre ainsi
l’exemple des Juifs qui refusèrent Jésus à cause de son origine modeste.
Des messages provenant de différents voyants ne sont pas contradictoires
Déjà dans l’Ancien Testament, on peut lire des passages sur la vénération envers les Anges et sur
l’aide qu’ils apportent. Pour illustrer cela, on trouve souvent dans les messages des appellations et des
descriptions diverses et c’est pourquoi, on doit en conclure qu’un Ange a souvent plusieurs missions
et que plusieurs Anges aussi peuvent avoir une mission en commun. Pour toute nouvelle science dont
il veut acquérir la connaissance, l’homme doit d’abord accorder sa confiance aux choses les plus
petites et les plus simples. C’est ainsi que les âmes privilégiées ont eu le plus souvent et ceci dès le

début la révélation de cette catégorie d’Anges qui sont dans l’entourage le plus proche des hommes,
les Anges gardiens. Par la suite, elles ont été introduites dans la connaissance des degrés supérieurs
de la hiérarchie des Anges.
Depuis plus de 250 ans, les sept Saints Archanges sont vénérés par leurs noms respectifs
Dans la paroisse de Mettenheim près de Mùhldorf dans le diocèse de Mùnchen-Freising, les sept
Archanges sont vénérés et appelés par leurs noms respectifs comme l’atteste la consécration de
l’Église le 18 octobre 1720 par son Excellence Franz Anton Adolf Graf von Wagensberg, Évêque de
Chiemsee et Coadjuteur de Salzbourg. Les sept Archanges, chefs des choeurs dans le combat contre
les Anges déchus de l’Enfer sont représentés par des statues de taille humaine, ils portent les noms
suivants : Michel, Gabriel, Raphaël, Uriel, Jehudiel, Sealtiel et Barachiel.
Les Anges sont les plus puissants protecteurs en cette époque de fin des temps
Bien que beaucoup de Saints au cours de l’histoire eurent toujours de magnifiques visions des Anges
et purent bénéficier de leur secours et d’événements vécus grâce à eux, la vénération envers les Anges
diminua et même à notre époque, l’existence des Anges eux-mêmes est niée par des théologiens. Mais
précisément, au moment même où l’Enfer a presque tout détruit, en déployant ses forces de ténèbres,
le Ciel nous montre à nouveau la vérité. Dans son amour, le Seigneur nous montre, par l’intermédiaire
de nombreuses âmes privilégiées, la puissance et les secours dont sont capables les Anges et nous
incitent en particulier à notre époque à faire connaître ce secours aux hommes pour le salut des âmes.
L’Immaculée, rocher de la foi catholique, est aujourd’hui méprisée
A Lourdes où l’apparition de la Mère de Dieu en 1858 confirma elle-même le Dogme de l’Immaculée
Conception proclamé auparavant par le Pape Pie IX en 1854, ce titre d’honneur « Je suis l’Immaculée
Conception » qui était inscrit en cercle autour de la tête de la statue a été enlevé. A propos de ce
manque de respect et des outrages envers la Mère de Dieu à Lourdes en particulier, les démons durent
souvent parler sur l’ordre du Ciel. Le 1er novembre 1982, nous avons eu à nouveau des nouvelles de
ce triste fait et des conséquences qui en résultent pour la jeunesse. La misère des jeunes et même de
ceux induits en erreur par l’Église, s’étend quasiment partout, presque dans chaque famille. A Fatima,
la Mère de Dieu disait déjà en 1917 que beaucoup d’âmes se perdaient à cause de l’impureté plus que
par tous les autres péchés. Que dirait-elle donc aujourd’hui ?
Après que le Ciel se soit plaint auprès des âmes privilégiées des offenses et du scandale de Lourdes,
un groupe de pèlerins suisses fit confectionner une nouvelle inscription en forme de couronne avec
le titre d’honneur de la Sainte Vierge : mais l’Évêque du lieu refusa de remettre l’inscription sur la
statue.
Nous nous demandons tous ce que nous pouvons faire pour changer cet état de chose très grave par
des pénitences, des sacrifices, des prières et par notre attitude courageuse peut-être pouvons-nous,
individuellement ou de manière collective nous adresser aux Évêques et leur montrer leur grande

responsabilité jusqu’à ce que l’Évêque du lieu autorise finalement à ce que le vénérable titre de
l’Immaculée, symbole tout particulièrement significatif pour les jeunes resplendisse à nouveau sur la
statue de la Sainte Vierge à Lourdes ainsi que sur toutes les autres statues de Notre Dame de Lourdes.
Ce scandale est une offense faite au Ciel tout entier et tout spécialement à Saint Joseph, son très chaste
époux, qui après Marie, est le plus grand des Saints du Paradis. La vie et les vertus de Saint Joseph
doivent nous servir d’exemples en particulier pour connaître la volonté de notre Père Céleste. Il
souffrit beaucoup du fait qu’il avait accueilli spontanément sa fiancée immaculée et il dut lutter, jour
et nuit, dans la prière pour savoir ce qu’il devait faire, étant donné qu’il ne voulait pas la répudier.
Dans sa très grande misère, un Ange lui apparut soudain et lui révéla le secret de l’incarnation de
Notre Seigneur Jésus Christ (Matth. 1,18 et svt) (voir aussi le livre « Das Leben des hl. Joseph » de
Maria Càcila Baij, Editions Reisinger, Wels). En suivant son exemple et en implorant son intercession,
nous voulons examiner ces révélations, dans la prière, afin que Dieu puisse nous faire connaître aussi
la vérité sur ses messages.
La grande misère et le délaissement des âmes du purgatoire aujourd’hui
Sur le portail d’un cimetière, on peut lire les mots suivants: « Ne passe pas devant le cimetière sans
prier car bientôt tu seras celui qui demandera que l’on prie pour toi. » Puissions-nous toujours nous
souvenir de ces paroles lorsque nous passons devant un cimetière. Un écrivain ecclésiastique très
connu, le père jésuite espagnol Rodriguez, nous parle d’un père franciscain qui bénéficia de
l’apparition d’un confrère défunt qui était en Purgatoire et alors qu’il souhaitait un signe, il lui fut
demandé de tendre la main, c’est alors que l’apparition laissa tomber une petite goutte de sueur sur
sa main et la goutte ne perfora pas seulement sa main mais aussi le sol et, pendant deux ans, le pauvre
père en ressentit les plus vives souffrances, jour et nuit.
La sanctification personnelle est le premier devoir
Lors d’un exorcisme, le Ciel nous rappelle à notre premier devoir: la sanctification personnelle; c’est
ce que l’Église nous a toujours annoncé comme premier devoir : le salut de notre âme.
Le Saint Père Paul VI, lors de son audience générale du 1er octobre 1972, nous a indiqué clairement
le chemin à suivre, en prononçant ses paroles inoubliables: « Vous devez vivre votre foi et pratiquer
votre religion comme on vous l’a enseignée et de la manière dans laquelle vous avez été élevé.
N’écoutez pas ceux qui sèment la confusion. »
Mais, fidèles à ces paroles et fermement attachés à la Sainte Église catholique, nous voulons aussi
prier pour le Saint Père afin que « Toi Seigneur, Tu puisses le fortifier, le consoler, le guider, le diriger
pour le salut de l’Église et des âmes. Amen. » Pour obtenir des grâces, l’humilité est toujours la
condition décisive comme nous l’enseigne l’Église et comme nous le montre l’exemple des saints.
Dans de nombreux exorcismes, les démons durent recommander des prières spéciales pour obtenir
l’humilité, ces prières sont rassemblées dans la petite brochure intitulée: « Die hl. Brigitta von

Schweden » Editions Ruhland, D-8262 Altôtting.
Que chacun puisse connaître le grand secours que le Ciel nous envoie par ses révélations et que
chacun puisse prendre conscience de sa propre responsabilité en vue de l’accomplissement de la
volonté divine et y travailler selon ses possibilités.
Heinrich Kreuzer

Exorcisme du 21 septembre 1982
E : Exorciste
D : Démon

E : Dis la vérité, seulement la vérité. Dis ce que le Ciel te commande de dire au nom du Très Saint
Sacrement. Dis la vérité et seulement la vérité pour l’honneur de Dieu, pour le salut des âmes et garde
le silence sur toute autre chose ! Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. Amen.
Saint Michel archange et les innombrables légions d’Anges louent Dieu et sont au service des
hommes
D : Nous savons qu’au-dessus de nous et qu’au-dessus de l’Enfer se tient en ce moment Saint Michel
Archange. A sa droite, nous voyons le Saint Archange Jehudiel, à sa gauche le Saint Archange
Barachiel et de loin en loin les sept Archanges qui viennent compléter sa gauche et sa droite. Derrière
lui, en demi-cercle, un peu en avant, d’innombrables légions d’Anges, des légions interminables et
qui s’étendent à l’infini, des Anges, des Archanges, des Trônes et des Principautés selon leur
dénomination. Ce sont des légions d’Anges que nous voyons, que nous sommes obligés de voir. Nous
sommes aussi obligés de dire que nous les voyons, parce que cela doit être ainsi, parce que le TRES-HAUT
(il montre le ciel) et la TRINITE le veulent ainsi. Ce sont d’interminables légions qui louent le
TRES-HAUT, qui le louent et qui l’ont loué de toute éternité, depuis la création de tous ces choeurs
d’Anges.
D’innombrables légions, mais il y a beaucoup de légions d’Anges qui sont toujours consacrés au
service des hommes en leur qualité d’Anges gardiens. Bien plus, ils peuvent venir en aide aux
hommes, leur porter assistance et secours lorsque ces hommes s’adressent à eux ou bien lorsqu’ils
s’adressent à tous les choeurs des Anges, tous indistinctement, d’abord les sept Archanges et tous les
Saints choeurs des Anges, c’est alors qu’ils sont tous mobilisés pour ainsi dire, et répondent à la prière
des hommes, et de même qu’ils reçoivent l’ordre du TRES-HAUT d’exécuter ce voeu pour Lui ou de
Lui rendre hommage, de même, ils répondent aux bonnes prières ou aux voeux de la personne qui
s’est adressée à eux. Mais il y a tant d’hommes et même peut-on dire des millions d’hommes qui
oublient que les Anges gardiens existent toujours et qu’il y a beaucoup d’anges qui doivent empêcher
les malheurs d’arriver et aider les hommes. Les Anges portent l’univers et le dirigent selon la volonté
de DIEU TRINITAIRE.
Les Anges doivent aussi contribuer, sur l’ordre du Ciel, au développement de la nature, à conduire la

créature dans le bon chemin, à guider les animaux, à s’occuper aussi des pierres, des montagnes, du
soleil, et de toute la création. Pour tout cela, le TRES-HAUT a ses Anges qui Le servent. Assurément,
c’est Lui qui porte l’univers : Mais pour sa plus grande gloire, il a créé les Anges qui Le servent dans
ce but, ici-bas, comme exécutants de ses volontés sur l’univers. Il l’a voulu ainsi, cela sert à sa plus
grande gloire. Par exemple, l’Ange gardien de l’homme lui sert de protection et même les Anges
doivent protéger les animaux pour qu’ils ne courent pas trop de danger. On pourrait même dire, moi,
démon, je dois dire que les hommes pourraient prier pour que les animaux ne meurent pas, prier ces
Anges qui sont chargés de conduire et de diriger les animaux ainsi que les vallées, les montagnes,
etc.. Les hommes feraient bien de prier pour que l’univers soit dirigé d’une façon plus parfaite, je veux
dire, qu’ils le dirigent l’univers, certes, selon la volonté du TRES-HAUT, mais ils pourraient le faire
d’une façon encore plus complète, et il y aurait encore plus d’Anges qui viendraient en aide aux
hommes pour que tout soit dirigé selon le plan du TRES-HAUT, si les hommes voulaient bien prier. –
Il n’y aurait pas, par exemple, une si grande mortalité de poissons, ni d’oiseaux, dans le monde
actuellement. Il y aurait encore beaucoup de poissons dans les mers, comme cela devrait être, et
comme cela était depuis toujours. Si les hommes faisaient appel aux Anges, aux Anges gardiens, aux
Anges de l’univers et aux Anges qui leur viennent en aide et qui sont à leur service, et qui leur
demanderaient à juste titre de les aider afin qu’ils contribuent à ce que l’univers vous reste dans la
plénitude de sa beauté originelle telle que le Très-Haut l’a créé. Mais l’humanité ne le fait pas, voilà
ce que je suis obligé de dire sur l’ordre du Ciel.
Des millions d’anges attendent en vain que les hommes les invoquent
D : Il n’y a que très peu de gens qui prient leur Ange gardien et encore bien moins ceux qui prient
l’Ange du jour parce qu’ils ne le connaissent même pas; il y en a très peu qui prient les Anges, les
choeurs des Anges et les Anges de l’univers, voilà ce que je devais vous dire. C’est pourquoi vous ne
devriez pas vous étonner s’il y a tant de malheurs qui arrivent aux hommes, tant d’accidents, de
tremblements de terre, tant d’animaux qui meurent, de catastrophes, d’inondations, d’incendies et
toute chose du même genre. Les Anges sont puissants et portent secours et assistance à tout l’univers
pour empêcher ces accidents. Mais si on ne les invoque pas, ils ne peuvent vous aider que de temps
en temps et dans une faible mesure. Tout ce qu’ils doivent faire et tout ce qu’ils doivent rendre comme
service à l’univers d’une façon habituelle, cela ils le font en effet. Mais il revient aussi à chaque fidèle
d’avoir une dévotion envers les Anges et de les invoquer pour obtenir leur secours, pour que moins
de malheurs se produisent et que l’univers vous soit ainsi sauvegardé. Mais, puisque l’Église et les
hommes ont déjà pris une mauvaise direction, il s’ensuit que tout se détériore, de sorte que l’univers,
lui aussi, subit beaucoup de dommages. Je ne veux pas en dire plus!
E : Au nom de Jésus !
D : Je suis forcé de vous dire et ceci contre ma volonté, que des milliers et même des millions d’esprits,

dont la mission est de servir, seraient prêts à intervenir et à rendre service à tout l’univers, si au moins
les hommes les invoquaient. Quand ils ne servent pas, ils louent le TRES-HAUT ; ils attendent d’obtenir
l’ordre du TRES-HAUT. C’est le TRES-HAUT lui-même qui souhaite que l’on invoque Ses esprits créés
pour qu’ils puissent servir. Mais ils ne le peuvent pas, parce que l’on ne les invoque pas, on ne les
prie pas parce qu’ils sont pratiquement oubliés (à haute voix) parce que, en général, presque plus
personne ne pense aux Anges, voilà ce que je suis obligé de dire. Je ne veux pas en dire davantage!
E : Au nom de Jésus… !
L’ange du jour a un grand pouvoir d’intercession
D : On m’a forcé à vous révéler tout cela au sujet des Anges, mais ce n’est qu’un bref aperçu, car il y
aurait, à ce sujet beaucoup plus de choses à dire, à expliquer, et à commenter. Mais je dois encore
ajouter – comme nous avons déjà dû le dire, que, le jour de sa fête, l’Ange du jour est celui dont on
peut obtenir des grâces toutes particulières pour soi-même, pour l’humanité et pour l’Église. Je ne
veux pas en dire plus!
E : Au nom de Jésus… !
D : On peut même invoquer l’Ange du jour en disant :
« Donne-nous toutes les grâces que nous pouvons implorer pour nous, pour l’Église et les hommes.
Mais demande aussi aux autres Anges qu’ils implorent eux aussi des grâces toutes particulières pour
nous en ce jour qui est celui de ta fête. »
Et ils le feront, oui, ils le feront, ils y sont obligés. Ils sont les serviteurs du TRES-HAUT et à ce sujet,
je dois encore vous dire ceci : invoquez aussi l’Ange du jour qui, le jour de sa fête, a une puissance
toute spéciale pour toucher le coeur du TRES-HAUT. Ces Anges et ces Saints du jour ont, le jour de
leur fête, de même que la Reine du Ciel, le jour où on célèbre une de Ses fêtes, une puissance et un
privilège tout particulier pour demander des grâces au coeur du TRES-HAUT. Celui qui ne demande
pas ces grâces se conduit comme un insensé. Il faut être fou et aveugle pour ne pas demander le plus
de grâces possibles pour l’Église et pour soi-même. Je voudrais encore ajouter que… . Je ne veux pas
vous en dire plus.
E : Dis la vérité et seulement la vérité, au nom de… !
On devrait dire aux fidèles quels sont les Anges et les Saints que l’on fête en ce jour, et on devrait
les invoquer avant chaque célébration de la Messe
D : Je dois vous dire, moi, démon, moi qui occupe le second rang dans la hiérarchie des mauvais
esprits, bien que cela constitue pour moi une terrible humiliation, je suis obligé de vous dire – parce
que je suis un Ange déchu occupant un rang si élevé – que l’on perd des quantités incalculables de
grâces quand on n’invoque pas les Anges et les Saints du jour. Chaque fois qu’il célèbre la Messe, tout
prêtre devrait s’adresser aux fidèles, avant de commencer, et leur dire à haute voix, avant de se rendre
à l’autel : « nous célébrons aujourd’hui la fête de tel Ange et de tel Saint ou de tel martyr. » Invoquez

les aussi pendant la Sainte Messe surtout afin qu’ils vous obtiennent les grâces qui vous sont réservées
en ce jour par l’intercession des Anges et des Saints du jour. Vous obtiendrez alors des grâces
supplémentaires. Unissez l’Ange et le Saint du jour au sacrifice de la Messe. Bien sûr, les choeurs des
Anges y sont déjà présents, mais ce sont surtout ces Anges du jour que l’on doit invoquer.
Invoquez aussi, avant que la Messe ne commence, l’Ange qui est chargé de veiller sur l’Église, la
chapelle ou sur le lieu où la Messe est dite, ou celui qui protège le diocèse du lieu. Comme vous le
savez déjà certainement, chaque diocèse et chaque Église, c’est-à-dire chaque paroisse, a son propre
Ange local. Chaque diocèse a aussi son propre Ange qui occupe un rang plus élevé dans la hiérarchie
des Anges. Chaque paroisse a aussi son propre Ange qui veille sur l’Église paroissiale, sur chaque
curé, sur chaque fidèle, qui en font partie. Quand on invoque l’Ange avant le début de l’office, il
obtiendra alors pendant la Messe des grâces encore plus grandes, pour le curé de la paroisse et ses
fidèles : il pourra aussi obtenir et vous donner de grandes grâces. Mais si personne ne l’invoque, il est
bien sûr toujours présent mais il dira au TRES-HAUT : ô …, je ne veux pas vous en dire plus !
E : Parle au nom de Jésus !
D : Ô DIEU TOUT-PUISSANT ! Ô divine Majesté dont nous vénérons tous avec soumission la grandeur
et la sublimité, nous nous recommandons à Toi. Nous recommandons toute la paroisse à Ta protection
toute spéciale. Regarde, ce curé a oublié de m’invoquer, moi Ton Ange. Vois, tous ces fidèles qui ont
oublié de m’invoquer, moi qui suis Ton pauvre Ange à qui cette paroisse ou ce diocèse est confié et
qui, conformément à Tes décrets éternels, veille tout particulièrement sur cette paroisse, cette Église,
cette chapelle. Mais Tu sais, ô Seigneur, que les hommes sont faibles, c’est pourquoi, ne les laisse pas
courir à leur perte. Je voudrais suppléer à tout ce qui leur fait défaut. Ne retiens pas trop leurs fautes
et leurs négligences. C’est ainsi que doit prier l’Ange de la paroisse et il prie même davantage. Voilà
ce que j’ai été obligé de dire en résumant le plus possible. Je ne veux pas vous en dire plus!
E : Au nom du Père, du Fils, et du Saint Esprit !
Si on ne les invoque pas, les Anges ont les mains liées
D : Malheureusement, moi, démon, je suis obligé de dire que les Anges des paroisses et des diocèses,
ainsi que ceux qui se trouvent là où une Messe est célébrée dans une chapelle, sont obligés de prier,
alors qu’au lieu de cela, ce sont les fidèles qui devraient prier cet Ange et le TRES-HAUT. L’Ange
pourrait leur obtenir des grâces beaucoup plus grandes. Il a aussi une très grande puissance pour
toucher le coeur du Très-Haut. Comme nous avons déjà dû le dire à propos de l’Ange du jour, l’Ange
de la paroisse a aussi une grande puissance, mais l’Ange qui veille sur une paroisse ou un diocèse, etc.
peut et doit être toujours invoqué d’une manière spéciale lorsqu’une Messe est célébrée, et chaque fois
que des prières sont dites dans l’Église dont l’Ange a la charge. L’homme est exaucé beaucoup plus
vite, lorsque sa prière correspond à la volonté du TRES-HAUT, que lorsqu’il prie tout seul et pour lui-même,
car les Anges sont toujours de très purs esprits au service du TOUT-PUISSANT, qu’ils aiment

d’un amour ardent. Le plus souvent, ce sont des princes qui sont chargés de veiller sur une paroisse
ou sur un diocèse. Étant donné que les Anges veillent sur cette paroisse avec des sentiments très
nobles et très élevés ainsi qu’avec un très grand amour, ils portent dans leur coeur, pourrait-on dire,
chaque membre de cette paroisse : ils voudraient aider les hommes, mais, la plupart du temps, ils ont
les mains liées parce que l’on ne les invoque pas et encore moins s’adresse-t-on aux Anges qui sont
chargés de veiller sur les paroisses et les diocèses. C’est une chose qui est tout à fait propre au monde
des Anges. On ne dira jamais assez qu’il faut faire connaître tout cela. Que les hommes sont bêtes de
ne pas vouloir l’accepter et de ne pas y croire. A chaque époque, le TRES-HAUT a toujours donné des
révélations de ce genre: on peut en prendre connaissance, les relire: il existe, du reste, une révélation
très authentique donnée par le Ciel lui-même au sujet de ces Anges de paroisse dont j’ai parlé à la fin.
Je ne veux pas en dire davantage.
E : Au nom du Père… !
D : Cette révélation fut faite à une certaine « Ancilla » (Mechtilde Thaller de Munich). Elle n’est pas la
seule à avoir reçu des révélations.
Il faut faire connaître la grande puissance des Anges!
D : Puisqu’on ne prête plus attention à ces grandes révélations, je dois vous le redire : il faut faire
connaître la grande puissance des Anges. Dites-le lorsque vous célébrez la Messe et lorsque vous
prêchez. Dites-le aux prêtres qui sont disposés à le dire aussi.
On devrait le crier sur les toits ! Je dois me répéter, tout cela fut révélé de la même manière à la
religieuse. Si les hommes savaient la puissance de ce grand Ange, s’ils connaissaient la majesté du
TOUT-PUISSANT qui trône dans cette Église, dans laquelle l’Ange doit le servir, ils marcheraient sur
les genoux pendant des kilomètres avant d’arriver à l’Église, ils invoqueraient cet Ange avant d’arriver
à l’Église, afin que celui-ci puisse leur donner des grâces plus grandes et des bénédictions plus fortes.
Je ne veux pas en dire davantage.
E : Au nom de Jésus… !
D : De la même façon que les démons peuvent nuire aux hommes d’une manière redoutable, de même
les Anges ont un pouvoir tout aussi redoutable, devrais-je même dire, moi qui suis un Ange déchu,
ils ont une puissance redoutable sur le coeur du TRES-HAUT. Étant donné qu’à aucun moment, ils ne
peuvent faillir, et qu’à aucun moment, ils ne peuvent pas ne pas être au service du TRES-HAUT ; on
comprend alors qu’ils aient une puissance tout à fait redoutable, surtout les Archanges, les Anges qui
veillent sur les diocèses, les Anges du jour, et les Anges gardiens bien sûr. Cela aussi est une
caractéristique tout à fait propre aux Anges. Je ne veux pas en dire davantage.
E : Au nom du Père… !
D : Mais à l’époque actuelle, on en parle beaucoup trop peu. Dans votre Église actuelle telle qu’elle
est devenue maintenant, on ne parle pratiquement plus des Anges. Ces révélations à la religieuse ainsi

qu’à cette âme privilégiée qui devait faire connaître les Anges du jour sont passées sous silence. On
ne parle plus du tout de cela, dois-je dire. Je ne veux pas en dire plus !
E : Parle, dis la vérité, seulement la vérité pour l’amour de Dieu et l’honneur des Saints Anges !
D : Plus personne n’en parle, sauf quelques personnes qui connaissent davantage la doctrine des Anges
ou qui croient encore en l’existence de leur Ange gardien. Mais c’est une erreur de mettre la lumière
sous le boisseau, et, pour finir, de laisser brûler le boisseau par la chaleur, au lieu de faire resplendir
la lumière dans toutes les Églises et le monde entier.
Mais je dois dire que c’est une erreur de ne pas propager cette doctrine ou ces révélations partout.
Celle qui est là-HAUT et la SAINTE TRINITE m’obligent à dire que si des vérités si grandes et si sublimes
furent communiquées à cette âme privilégiée remplie d’humilité qui reçut les révélations sur l’action
des Anges, ce n’est que justice que le monde entier en ait connaissance ! On fait beaucoup trop peu
de choses dans ce but. Je dois parler de la part de la TRES SAINTE TRINITE et de la Reine des Anges
qui veille avec majesté sur les Anges, et qu’eux-mêmes honorent comme leur mère et leur reine très
aimable et très sublime parce qu’elle l’est en effet et parce qu’elle possède toutes les vertus. C’est une
erreur, en ces temps très durs de grande confusion pour l’Église, de ne pas faire connaître ce livre
ainsi que les noms des Anges du jour uniquement à ceux qui bénéficient déjà de la bonne influence
des Anges. On se trompe en pensant que seules ces personnes ont la possibilité et le droit d’invoquer
ces puissants Anges du jour et qu’eux seuls connaissent leurs noms. Le TRES-HAUT n’existe-t-il pas
(il montre le ciel) pour tout le monde ? N’a-t-il pas créé les Anges pour tout l’univers et non pas
seulement pour ceux qui sont déjà entrés dans ce monde de prière pour obtenir les faveurs des Anges,
dont on a déjà parlé ! C’est une très grave responsabilité.
On devrait faire prendre conscience de cette très grande responsabilité aux Évêques et aux prêtres :
l’existence de l’Enfer qui ne peut plus être anéanti, l’existence du Purgatoire qui peut parfois en ses
zones les plus profondes être plus épouvantable que l’Enfer, parce que là, nous, les démons n’avons
finalement plus aucun droit sur ces âmes, et puisqu’elles nous ont échappé de justesse, nous pouvons
alors les éprouver davantage que celle qui sont avec nous en Enfer pour l’Éternité, comme nous avons
déjà dû le dire.
Voilà ce que vous devez dire aux Évêques. Le fait de se damner ou de se sauver n’est certes pas une
mince affaire, une bagatelle, bien au contraire, c’est un très grand drame lorsqu’on est condamné à
brûler, à languir et à se consumer pendant des siècles au Purgatoire en soupirant de voir le TRES-HAUT
et les Anges, que l’on n’a pas fait connaître sur la terre, en aspirant après leur secours que l’on ne peut
plus alors obtenir, puisqu’on a passé sous silence ce que l’on aurait dû faire connaître au monde. Ce
n’est pas moi qui ai voulu vous dire cela, mais j’y fus contraint par la Toute Puissance et la majesté du
TRES-HAUT, je ne voulais pas avouer tout cela (il pousse des cris), cela ne peut que nous faire tort,
mais ce n’est que la vérité, toute la vérité, l’irrévocable et entière vérité à laquelle vous aussi vous ne

pouvez vous soustraire.
Oui, il y a un monde des Anges, de même qu’il y a un Enfer
Tout comme on doit propager les noms que portent les Anges, on doit aussi faire connaître l’existence
de l’Enfer, je dois vous le dire, il faut faire connaître l’existence des bons Anges, des Anges déchus et
de l’Enfer. Ils existent. Les noms des Anges du jour et des Archanges devraient aussi être connus. On
peut, bien sûr, invoquer les Anges sans plus. Mais lorsque l’on sait à quel jour et pour quelle mission
tel Ange fut précisément doté de puissance, alors on l’appellera volontiers à l’aide, en toutes
circonstances, et avec plus de ferveur, oui on l’invoquera davantage que si on ne sait rien de tout cela.
On sait si peu de choses de lui ; la connaissance que l’on en a est aussi faible que celle que l’on a, étant
sur la lune, de l’autre côté de l’univers, de même qu’on connaît très peu les planètes qui sont très
éloignées de nous. On admet que tout cela existe bien. On voit tout cela, de là-haut dans le ciel, tous
ces astres qui brillent au firmament, mais, en fin de compte, on ne sait pas à quoi ils servent. Il en va
de même pour les Anges.
Les hommes sont toujours dépendants, dans leur vie, de certaines impressions et de certaines
connaissances qu’ils pensent avoir ; c’est pourquoi ces Anges furent révélés à une âme privilégiée, qui
menait une vie très droite, précisément pour cette époque de fin des temps qui est la vôtre et dans le
but d’une diffusion dans le monde entier. Le Ciel et le TRES-HAUT ne veulent pas que ce soient
uniquement ceux qui ont la connaissance de ces faits et réalités qui puissent invoquer ces Anges du
jour. Une telle attitude serait, ou plutôt est mesquine. Le TRES-HAUT n’a-t-Il pas institué les Anges
pour le service de tous ? Ne fait-Il pas pousser l’herbe pour tout le monde ? De même qu’il a créé pour
tout le monde aussi les montagnes, le soleil, les animaux, les arbres et les champs, il en est de même
pour les Anges.
L’importance capitale des Anges pour cette époque de fin des temps qui est la nôtre
Le fait que les Anges doivent être connus et invoqués pour faire contrepoids à l’Enfer, en cette époque
de fin des temps qui est la nôtre, voilà bien une vérité d’une valeur incomparable.
D : Aujourd’hui j’ai dû dire beaucoup de choses sur les Anges. C’est pourquoi depuis le début, j’ai
été tellement excité, aussitôt que je suis entré dans cette pièce. C’est pourquoi, je ne voulais pas parler.
Ce sont des vérités d’une valeur inestimable, que je hais parce qu’elles nous font beaucoup de mal, à
nous qui sommes en Enfer, et qu’elles ne peuvent que nous porter préjudice. Mais j’ai été obligé de
vous les faire connaître, sur l’insistance de la Reine des Anges et sur l’ordre du Ciel et de la TRINITE
parce que, nous, qui sommes en Enfer, nous provoquons tant de malheurs, surtout en ce moment, et
parce que grâce aux Anges vous augmentez votre force contre nous et que jamais vous n’invoqueriez
assez les Anges et surtout aussi les Anges du jour, ainsi que, comme je l’ai déjà dit, l’Ange d’une
paroisse, d’un diocèse et celui de la chapelle ou de la salle où se célèbre une Messe. Là aussi, un Ange
tout particulier est présent pendant cette Messe. Voilà ce que j’avais à dire.

Remerciez le TRES-HAUT et ne reculez devant aucun sacrifice ni aucune peine pour faire connaître
cela, même si vous deviez être l’objet de malversations ou devenir la risée de tout le monde. Voilà la
vérité, la vérité entière telle que j’ai dû le dire sur l’ordre du Ciel et d’une manière terriblement forcée.
Je ne voulais pas le dire. J’aurais mieux aimé aujourd’hui avoir été tourmenté toute la journée par
Lucifer lui-même, en Enfer, plutôt que d’avoir dû dire ces révélations qui, pour vous, sont une
bénédiction, et qui, pour nous, sont une malédiction.
Mais, puisque nous avons la permission de vous nuire et de vous poursuivre en cette terrible époque
actuelle, je dois vous dire en contrepartie ce que vous devriez vraiment faire pour que vous puissiez
vivre quand même dans l’imitation du Christ et persévérer dans cette voie. Voilà ce que je devais dire.

Exorcisme du 1er novembre 1982
E : Exorciste
D : Démon
E : Au nom de la Sainte Trinité, Dieu le Père, le Fils, et le Saint Esprit. Au nom de Marie, l’Immaculée
Conception. Dis-nous ce que Dieu t’a commandé de dire et ne dis que la vérité et seulement la vérité
et ne parle pas d’autre chose. Au nom du Père, du Fils, et du Saint Esprit.
Les sept Archanges et les puissants choeurs des Anges
D : Je dois dire qu’on doit invoquer les sept Archanges, surtout en ce moment, par leurs noms
respectifs. La grande valeur de leur intercession, leur puissant secours et leur nature particulière sont
inestimables et sublimes. Certes, ce n’est pas moi qui veux vous dire cela, mais je dois le faire, je suis
terriblement forcé aujourd’hui de vous parler des sept Archanges, de leur secours, de leur grandeur et
combien, tout particulièrement, ils prodiguent leurs secours, et quel puissant choeur d’Anges se tient
derrière chacun d’eux. Derrière chacun de ces sept Archanges, se tiennent de puissants choeurs
d’Anges qui sont tous plus ou moins grands mais même les Anges les plus petits possèdent une dignité,
une noblesse incomparablement grande. Je dois avouer que nous les craignons. Nous craignons
terriblement même ces Anges les plus petits sans parler de ceux qui sont plus grands et des Archanges
eux-mêmes. Voilà pourquoi on doit les invoquer.
C’est pour la même raison que les Anges et les Saints du jour doivent être connus, parce que toutes
les légions d’Anges et chaque Ange du jour est à la disposition de tout le monde, parce que nous
sommes à une époque de grande confusion et que nous pouvons davantage nuire aux hommes et les
faire tomber beaucoup plus en ce moment qu’il y a dix, vingt, ou trente ans. Les temps actuels sont
devenus maintenant beaucoup plus mauvais ainsi que les attaques de l’Enfer. C’est pourquoi, tous les
jours, on devrait invoquer ces puissants Anges et ces Anges du jour.
Le prince angélique Lechitiel, l’Ange du Mont des Oliviers, vient en aide à tous ceux qui sont
désespérés
On devrait invoquer tout particulièrement l’Ange Lechitiel. Il a réconforté le TRES-HAUT dans son

effroyable abandon au Mont des Oliviers, ainsi qu’Oriphiel et d’autres Anges encore. Il est revêtu d’un
vêtement sacerdotal, comme nous avons déjà dû le dire, il a une étole, une croix et sur le vêtement,
un image représentant la Passion du Christ, ainsi qu’un calice surmonté de la Sainte Hostie ; c’est
l’Ange qui s’occupe des désespérés, des découragés, et de ceux qui ont envie de se suicider. C’est
l’Ange de ceux qui sont complètement anéantis, de ceux qui sont tombés et qui n’ont plus aucune
force pour se relever. C’est l’Ange qui veut et qui peut venir en aide à tous ces gens-là, qui ne veulent
plus avancer et qui veulent se suicider. Il a la puissance et le don de retenir au dernier moment ceux
qui sont dans ce cas-là. Quand on l’invoque, ne serait-ce que quelques fois par an, il est alors si
puissant qu’il peut retenir et qu’il retient vraiment ces âmes, de la tentation du suicide, alors que la
même personne qui ne l’invoquerait pas succomberait à la tentation du suicide.
Mais quand une personne qui cherche à se suicider invoque l’Ange Lechitiel, ne fût-ce que quelques
fois par an, en lui disant :
« Saint Lechitiel, aide-moi, soutiens-moi, relève-moi ! »
Alors, nous, les démons, nous n’avons plus aucun pouvoir pour entraîner cette personne au suicide ;
l’Ange Lechitiel a aussitôt la main au-dessus de ces personnes-là pour les protéger et ceci durant toute
l’année. Nous ne pouvons plus les entraîner au suicide. L’Ange a une puissance et une force toutes
spéciales. C’est donc à bon droit que l’on peut invoquer cet Ange et implorer son secours.
À côté de Lechitiel se trouve aussi le prince angélique Orphar qui vient en aide aux toxicomanes
Lechitiel est aussi un Ange puissant pour les drogués, car ils sont vraiment dans une situation tout à
fait désespérée. N’est-il pas en effet désespérant quand on ne trouve plus aucune issue, après avoir
absorbé toutes sortes de drogues, sans avoir pu s’arrêter ? Ils sont dans le bain et ils ne peuvent plus
s’en sortir. A eux aussi, l’Ange Lechitiel vient en aide et tout particulièrement l’Ange de la nuit dont
le nom est Orphar. Orphar est l’Ange de la nuit, celui qui, si je puis dire, écoute tous les bruits de la
terre, qui les écoute avec attention, pour éloigner les mauvaises influences. Aux hommes qui risquent
de devenir des toxicomanes, il peut encore apporter de l’aide et éloigner le danger quand on l’invoque
et quand on le prie dans ce but-là. Il est tout aussi capable de sauver ceux qui sont déjà tombés dans
la toxicomanie. Orphar est l’Ange des ténèbres et de la nuit. Lechitiel est l’Ange contre le désespoir.
C’est l’Ange très puissant qui vient en aide aux accablés, il les prend avec lui, les réconforte et les
remet sur le bon chemin. Je ne veux pas en dire davantage.
L’Immaculée est le plus grand secours pour les jeunes dans leur combat pour la pureté
E : Au nom de Jésus, au nom du Père… !
D : Je dois à nouveau parler de l’Immaculée. Il y a un fait d’une immense tristesse, comme nous avons
déjà dû le dire, c’est que l’Immaculée n’est plus vénérée en tant que telle et avec autant de ferveur
qu’autrefois. Il est terriblement triste et incroyablement déprimant de voir qu’à Lourdes, la statue qui
devrait pourtant porter le titre de l’Immaculée Conception, n’a plus le droit de le porter autour de sa

tête, uniquement parce que les hommes lui ont enlevé ce titre ou parce qu’ils veulent lui donner moins
d’importance. C’est une affaire très grave et qui est presque inexpiable. Tant de jeunes qui cherchent
du secours, ont tourné leur regard vers cette vierge d’une pureté absolue, et ont bénéficié de son aide.
Mais, maintenant qu’on a enlevé de la statue de Lourdes, le titre d’honneur qu’elle portait autour de la
tête, il s’ensuit inévitablement qu’il n’y a plus autant de grâces qu’auparavant. Elle est la plus grande
Sainte du Ciel.
Saint Joseph est, après l’Immaculée, le grand Saint du paradis
Après elle, vient son très chaste époux, Saint Joseph, qui – comme nous avons déjà dû le dire, est,
après elle, le plus grand Saint du Ciel, après La SAINTE TRINITE Elle-même et l’Immaculée. En tant
qu’homme, il est, après elle, le plus pur, le plus grand, de loin au-dessus de tous les Saints. Il eut bien
plus d’épreuves et de souffrances à supporter qu’on se l’imagine. Les épreuves ont accablé Saint
Joseph avec force et violence dès sa jeunesse jusqu’au moment où il put se fiancer avec elle LA-HAUT.
Il eut à subir d’immenses épreuves, d’immenses douleurs, et ce afin qu’il soit jugé digne par le Très-
Haut, de devenir le fiancé de la créature la plus pure qui ait jamais existé. Il n’est personne, excepté
lui, qui fut trouvé digne, et aussi personne en dehors de lui aurait été trouvé digne, et, peut-on dire,
qui aurait été tant soit peu digne d’une épouse divine, si élevée en sainteté ; et c’est au titre d’honneur
de cette vierge si noble, si pure et si sainte, qu’ils osent, ici-bas, donner moins d’importance. Ce n’était
pas assez avec les Kùng, les Haag, que sais-je encore… Ce sont les Évêques et les modernistes qui
osent lui ravir ce titre d’honneur. Saint Joseph lui-même est affligé de voir tout ce qui est arrivé. Je ne
veux pas en dire davantage.
E : Au nom de Jésus… !
D : Il est après elle, le plus grand Saint qui trône au Ciel, oui infiniment plus grand que tous les autres
Saints qui viennent après lui, comme nous avons déjà dû le dire une fois.
L’immense cohorte des Saints inconnus
Il existe aussi au Ciel des milliers de Saints dont le nom n’est guère connu mais qui ont enduré de
longues et pénibles souffrances et qui ont sauvé beaucoup d’âmes, et cela, l’humanité ne le sait pas et
n’en a même aucune idée. On devrait les invoquer, eux aussi, après les Saints du jour. Cette cohorte
d’humbles Saints qui ont, comme succédé au Très-Haut dans sa Passion au Mont des Oliviers, dans
les heures de détresses les plus dures de la nuit, tout en supportant de souffrir, d’être humiliés, et de
patienter et tout cela au milieu d’immenses épreuves, dont les hommes ne savent rien ou si peu de
choses.
Les Saints du jour ont une puissance d’intercession toute spéciale le jour de leur fête
Les Saints du jour doivent être invoqués et les fêtes célébrées selon l’ancienne coutume originelle,
parce que ce sont ces jours de fête-là qui sont toujours en vigueur au Ciel. Nous, ici en Enfer, nous
savons très bien que tel jour, c’est tel Saint qui célèbre sa fête et nous devons alors redoubler

d’attention car il a ce jour-là une grande puissance d’intercession etc. Nous devons, nous autres en
Enfer, nous armer tout particulièrement et être sur nos gardes ce jour-là. Les jours de fête qui ont été
fixés par les modernistes tels qu’ils sont actuellement et tels qu’ils ont été complètement changés, ces
jours-là, ce n’est pas la peine que nous soyons sur nos gardes. Nous disons : Ah ! c’est encore un Saint
qu’ils ont changé de place. Au Ciel, on ne célèbre pas sa fête aujourd’hui, donc nous devons moins y
faire attention. Je ne veux pas en dire davantage.
E : Au nom du Père… !
D : Bien sûr, ceux qui n’en savent rien, peuvent aussi invoquer les Saints le jour où le Ciel ne célèbre
pas leur fête officiellement. Ces Saints leur obtiendront quand même des grâces, mais un Saint obtient
plus de grâces du Coeur du TRES-HAUT le jour même de sa fête. Le plus souvent, ces fêtes tombent le
jour du décès de ces mêmes Saints. Et il en va de même avec les fêtes de l’Immaculée et celles de
Saint Joseph, celle du 19 mars et celle de Joseph artisan, etc. Ces fêtes-là ne peuvent pas être
modifiées car, au Ciel, elles sont célébrées précisément ces jours-là, comme elles ont été célébrées
depuis toujours. Mais il est très important d’invoquer les Saints ces jours-là et de célébrer les fêtes sur
la terre les mêmes jours où le Ciel les célèbre également. Tout homme de bonne volonté devrait donc
être en possession d’une liste des Saints du jour et de leur fête suivant l’ancien calendrier. Voilà ce que
je dois dire sur les Saints et leurs fêtes. On m’a chargé de vous dire cela, aujourd’hui, en ce jour de
leur fête, la grande fête de la Toussaint, où le Ciel exulte de joie et où ils sont portés en triomphe
parce que ces grands et puissants Saints ont vraiment gagné la victoire sur le mal. Je ne veux pas en
dire davantage.
Les âmes du Purgatoire sont abandonnées ; toutes les anciennes indulgences restent valables
E : Parle au nom du Père… !
D : Mais je dois à nouveau insister tout particulièrement aujourd’hui sur le fait que vous les hommes,
vous êtes des sots et des nigauds quand, le jour de la Toussaint, vous ne priez pas tout spécialement
pour les âmes du Purgatoire, parce que ce jour-là, on peut beaucoup obtenir pour ces pauvres âmes
grâce à l’intercession des Saints. C’est pour elles une journée pas comme les autres, très importante,
les Saints leur obtiennent des faveurs. Mais elles en retirent le plus d’avantages quand on peut prier
le plus possible sur leurs tombes, pendant toute cette journée, comme on faisait autrefois. Elle est
toujours valable, l’indulgence qui fut promulguée autrefois, c’est une indulgence plénière obtenue
quand on prie sur les tombes des défunts dans cette intention. Je dis cela contre mon gré. Les
indulgences que les papes ont promulguées autrefois sont valables à partir du jour où elles ont été
promulguées et elles ne peuvent plus être abrogées.
Le grand secours que l’on donnait autrefois aux défunts
Autrefois, il y avait des milliers, oui, des milliers d’âmes du Purgatoire qui pouvaient quitter le
Purgatoire ces jours-là, grâce à ces indulgences que les papes d’alors avaient promulguées. Oui,

autrefois, les âmes du Purgatoire recevaient vraiment beaucoup plus de secours parce que les hommes,
surtout les catholiques, passaient souvent toute la nuit en prière, sur les tombes ou près des cercueils,
comme c’était l’usage. Les défunts recevaient alors beaucoup de soulagement dans leurs souffrances,
grâce aux prières de leurs parents et voisins. Souvent, c’était la moitié des habitants du village qui
venaient prier pour les défunts. La moitié ou même tout le village se réunissait en prière quand il y
avait eu un décès au village. Et ces défunts avaient alors infiniment plus de secours, et ces âmes
pouvaient à leur tour obtenir des grâces du Ciel pour leurs connaissances d’ici-bas, grâces qu’ils ne
reçoivent pratiquement plus actuellement. Je dois dire cela, parce que, demain, c’est le Jour des Morts,
en fait, je ne voudrais pas le dire, mais Elle, LA-HAUT, m’y oblige, parce qu’elle a pitié des âmes du
Purgatoire, et les Saints aussi. Autrefois, c’est en pleurant et en priant beaucoup que l’on pensait à ces
pauvres défunts. Je ne veux pas en dire davantage.
Les morgues deviennent des lieux de supplice pour les défunts, parce que plus personne ne prie
pour eux
E : Au nom du Père, du Fils… !
D : La nuit, à plusieurs reprises, on les aspergeait d’eau bénite. On était, pour ainsi dire, presque avec
eux en Purgatoire. Aujourd’hui, il en va tout autrement : on amène les défunts très rapidement à la
morgue, de sorte que l’on ne peut plus les voir et qu’on les oublie très vite, et on peut lors vaquer à
d’autres occupations. Il y avait un très grand avantage quand le corps restait ou pouvait rester à la
maison.
Les âmes du Purgatoire se plaignent d’être actuellement emmenées à la morgue, dans ces endroits
frais et dotés de tout le confort. Qu’est-ce que cela peut bien leur faire d’être ainsi déposées dans ces
endroits réfrigérés ? Cela ne leur apporte rien du tout. Elles aimeraient beaucoup mieux que l’on
rafraîchisse leur âme, car elles doivent supporter des tourments et souffrir en Purgatoire. Elles seraient
soulagées si on voulait bien ne pas cesser de prier près de leur cercueil. Il en était ainsi autrefois,
lorsque la plupart des personnes qui se rendaient à la maison mortuaire ou venaient simplement faire
une visite, récitaient un ou même plusieurs Notre Père. Elles étaient encouragées à prier pour les
défunts, parce qu’elles les voyaient en face d’eux. Aujourd’hui, bien peu de gens peuvent se rendre à
la morgue. Car, la plupart du temps, et même presque toujours, elle est fermée. Le plus souvent, il
faut commencer par demander la clef, de sorte que l’on n’y va plus si souvent. On dit : « Ma foi, je l’ai
souvent vu de son vivant, je sais bien comment il était. » On repousse alors l’idée d’aller à la morgue
et on ne prie pas. Mais autrefois, on se rendait au domicile et on s’associait à la douleur des parents
qui pleuraient autour du corps de leur défunt. Et puis, cela incitait tout le monde à prier pour cette
âme et c’était, au moins, l’occasion de venir en aide aux proches du défunt et de les réconforter. On
faisait dire aussi beaucoup plus de Messes, même si, à l’époque, les hommes étaient beaucoup moins
riches que maintenant. C’est le monde moderne qui vous a apporté tout cela. Ces morgues ne sont pas

la meilleure invention, loin de là !
Cela ne leur ferait pas tort, aux hommes, de sentir l’odeur d’un cadavre. Ils verraient qu’ils sont peu
de chose ici-bas, et qu’un jour aussi, ils se décomposeront et qu’ils n’ont aucune raison d’être
orgueilleux. Cela ne leur ferait vraiment pas tort. Ce serait, somme toute, une bonne chose si le corps
du défunt pouvait rester à la maison, même s’il devait y avoir des odeurs nauséabondes. Certes, à
morgue, il n’y a pas d’odeur, mais aussi pas de prière pour secourir les défunts. On se rendrait compte
aussi qu’un jour il nous faut mourir, qu’on va à la morgue et puis aussi que plus personne ne prie. C’est
une terrible vérité qui devrait faire réfléchir les hommes et qui devrait les remuer. Même si les
hommes devaient veiller un cadavre nauséabond pendant trois nuits en priant pour son âme, cela
vaudrait beaucoup mieux pour eux plutôt que de s’enfoncer dans leur orgueil, voilà la vérité. Quand
dans leur fol orgueil qui monte jusqu’au Ciel, ces hommes meurent et qu’ensuite ils doivent rester en
Purgatoire quelques années, une dizaine, des centaines ou même des milliers d’années, selon les cas,
pour y expier leurs péchés, et qu’ils n’ont jamais prié devant un cadavre nauséabond et qu’ils ne
pensent plus du tout que chacun doit retourner en poussière, à l’exception de quelques Saints qui, par
permission divine, ont été préservés de la putréfaction. Mais eux, ils sont déjà Saints. Ils ont beaucoup
moins besoin de prières que ceux qui viennent de mourir et qui sont comme des malheureux allongés
dans leur cercueil, et pour lesquels personne ne prie, et qui, si je puis dire, meurent de froid dans cette
morgue où on les a déposés.
L’incinération des corps n’est pas acceptée par le Ciel
Le Ciel n’aime pas non plus que l’on incinère les corps. Après l’incinération du corps, il n’en reste plus
grand chose. Il n’est plus possible, de ce fait, d’accompagner le corps à l’Église ou au cimetière. Il ne
reste plus qu’un peu de poussière et de cendre. Le TRES-HAUT ne veut pas de l’incinération des corps.
Il y aurait bien assez de place sur la terre pour construire des cimetières. On ne devrait pas construire
tant d’autoroutes, qui ne sont pas vraiment utiles, et qui sont aussi l’occasion pour les hommes de
commettre des péchés. Au lieu de construire des autoroutes, on devrait plutôt réserver ces endroits,
ou d’autres zones libres, pour y aménager des cimetières, où ces pauvres morts pourraient reposer. On
ne devrait pas non plus occuper tant de terrains pour les courses de chevaux et il ne faudrait pas
beaucoup de place pour construire des cimetières. En fait, si on le voulait vraiment, on aurait assez
de place pour enterrer les défunts, sans que l’on soit obligé de les incinérer. Mais, – comme
malheureusement cela est déjà passé dans les moeurs de votre monde moderne et dans la mentalité
de l’Église progressiste, on devrait, au moins, s’imposer le devoir, en guise de pénitence, de prier et
de faire des sacrifices pour ces pauvres âmes.
On est coupable quand on oublie de prier pour les âmes du Purgatoire
E : Au nom de Jésus… !
D : Moi, je dois vous expliquer cette maudite vérité. Je dois parler parce que je vois, et que je sais ce

qu’elle est. Parce qu’ils m’y obligent, ceux qui sont là-haut, à vous dire cela, ce que je vois, ce que je
sais déjà de la sphère céleste, pour ainsi dire. Je dois parler. Chacun ne pense qu’à soi et veut sauver
sa peau. Chacun voudrait, le plus possible, éviter de regarder la mort en face. Quelques fleurs,
quelques préparatifs, cela, on veut bien le faire, parce qu’on y est obligé. Cela, il suffit de le payer
avec de l’argent. On préfère, en fin de compte, payer 20, ou 50, ou même des centaines de francs,
plutôt que de s’agenouiller soi-même près de ce défunt et de prier le TRES-HAUT et les Saints pour
aider cette pauvre âme et lui procurer quelque soulagement.
« Seigneur, donne-leur le repos éternel, et que la Lumière brille sur eux à jamais. – Seigneur, accordeleur
de reposer en paix. »
C’est encore et toujours l’une des prières les plus efficaces qu’on puisse dire en faveur d’une pauvre
âme tourmentée, car pour nous, en Enfer, vous ne pouvez plus rien obtenir. Nous sommes perdus pour
toujours, pour l’éternité, pour toujours, pour l’éternité (ces paroles sont dites en criant, et avec un
atroce désespoir). On n’a plus besoin d’aide, nous ici, ce n’est plus la peine de nous aider. Par contre,
ces âmes du Purgatoire, elles, supplient qu’on leur vienne en aide, elles crient après les hommes, et
ceux-ci passent aveuglément devant ces pauvres âmes tourmentées qui étaient pourtant parmi eux,
jadis, ou même qui étaient leurs amis ou leurs parents. Quelle attitude lamentable, qui crie vengeance
au Ciel ! Quel comportement peu fraternel ! Quelle façon d’agir répugnante et dégoûtante au possible !
Aucun amour, aucun sentiment pour ces pauvres âmes ! Les hommes ne viennent pratiquement pas
en aide à ces pauvres âmes. Que peuvent bien représenter quelques misérables prières, récitées à la
hâte, ainsi que quelques fleurs, en comparaison avec ces souffrances infligées par le Feu du
Purgatoire ?… En outre, ces défunts devraient rester dans la mémoire des survivants. De plus, ce
visage, désormais inanimé, mais toujours vivant dans l’âme qui survit en Purgatoire, ce visage devrait
rester gravé dans la mémoire de ceux qui restent. Les hommes, et l’Église aussi, sont tombés bien bas,
à tel point qu’ils en sont venus à ne plus penser du tout aux pauvres âmes du Purgatoire !
L’Église elle-même, c’est comme si elle ne pouvait plus leur accorder la paix qu’elle leur accordait
autrefois. Ces morts se retourneraient dans leurs tombes, s’ils le pouvaient encore. Mais ils ne peuvent
que soupirer, gémir et se tordre de douleur, dans l’au-delà, au Purgatoire. Dites-le aux hommes,
proclamez-le ! Dites-le dans vos sermons ! Je ne veux pas en dire davantage !
E : Parle au nom de… !
À chaque Messe, on doit faire mémoire des âmes du Purgatoire qui sont les plus tourmentées
D : Les hommes devraient aussi, en particulier lorsqu’ils assistent à la Messe, penser aux âmes du
Purgatoire qui appellent au secours, secours qu’elles ne peuvent pas recevoir si ce n’est de la part des
hommes qui prient pour elles. Elles reçoivent de l’aide du Ciel quand on prié pour elles, et aussi
d’ELLE là-haut parce qu’elle a pitié de ces pauvres âmes, à condition toutefois qu’elles l’aient honorée
de leur vivant, sinon il ne lui est même pas permis à ELLE, là-haut, de les aider, parce que cela est tout

à fait contraire à la loi et à la justice. Les hommes ont un privilège incomparable. Ils peuvent à tout
moment demander des secours pour les âmes du Purgatoire. Bien sûr, ELLE, là-haut, elle peut aussi
les consoler, implorer le TRES-HAUT, et leur procurer quelque consolation, mais elle peut le faire d’une
manière beaucoup plus forte, quand les hommes lui adressent des prières, ainsi qu’au TRES-HAUT,
aux Anges gardiens. Les âmes du Purgatoire vous appellent, si je puis dire, moi, Belzébuth, je suis
obligé de vous le dire, c’est la SAINTE TRINITE, la Sainte Vierge et les Archanges qui le veulent, parce
qu’ils ont pitié des tourments et des lamentations de ces pauvres âmes pour que celles-ci puissent, au
moins, obtenir une petite prière ou une simple pensée de la part des hommes. Dites aux fidèles qu’ils
doivent, chaque fois qu’ils assistent à la Messe, appeler à l’aide les Saints du jour, les Anges du jour,
le TRES-HAUT qui a souffert sur la Croix, La Très SAINTE TRINITE dans toute sa majesté, en faveur de
ces pauvres âmes dont vous voulez et devez faire mémoire. Bien sûr, dans les missels, on en parle un
peu, les fidèles peuvent toutefois penser à ces pauvres âmes tourmentées, particulièrement lors de la
Sainte Communion où il peuvent réciter une prière supplémentaire en mémoire des défunts : ils
pourraient dire :
« O Seigneur aujourd’hui, j’ai eu la joie de Te recevoir. Toute la Cour céleste s’est ainsi approchée de
moi. Je n’en suis pas digne. J’offre cette Sainte communion pour telle ou telle personne et pour l’Église.
Mais souviens-Toi aussi tout particulièrement des âmes du Purgatoire et de celles ‘qui sont les plus
délaissées. »
Voilà ce qu’on devrait rappeler aux hommes, car les âmes du Purgatoire sont si facilement oubliées.
Elles sont déjà presque totalement tombées dans l’oubli.
Tous les hommes doivent savoir et ne doivent pas oublier de prier sur les tombes, puisque c’est là
qu’on peut si facilement les délivrer. Ils pourraient dire un Notre Père, un Je vous salue Marie, un
Gloire au Père et ajouter : « Seigneur, donne-leur le repos éternel. » Qu’ils récitent donc ces prières
avec ferveur et qu’ils implorent le Ciel afin que le TRES-HAUT délivre l’âme du défunt. Ainsi, dans sa
miséricorde, Il la délivrera, et si elle se trouve déjà au seuil du Paradis, elle peut être délivrée tout de
suite. Ce faisant, vous rendez à cette pauvre âme du Purgatoire un service d’une valeur inestimable
puisque même quelques jours ou quelques heures leur paraissent des périodes de temps d’une
longueur infinie, au milieu de leurs tourments. Alors que vous, il vous suffit de faire si peu de chose
pour les aider.
Les cierges bénis et l’eau bénite soulagent les âmes du Purgatoire
Ce mois-ci tout particulièrement ainsi que le jour de la Toussaint et le jour des morts, on devrait faire
brûler des cierges et des bougies bénites. Elles en auraient plus de consolation. Il vaudrait mieux le
faire toute l’année et on devrait aussi verser beaucoup d’eau bénite pour les âmes du Purgatoire. Tout
doit avoir été bien béni auparavant. A chaque fois qu’on fait brûler un cierge béni, même si ce n’est
qu’un petit bout de cierge, elles sont consolées et soulagées. Elles ont tant besoin de secours. Cela

représente beaucoup pour elles, bien plus que ce que l’on peut penser. Elles sont dans une situation
semblable à celle de quelqu’un qui serait dans une épouvantable prison, attaché par les mains et les
pieds subissant bien des tourments et qui ne pourrait plus se déplacer. Et c’est comme si, grâce à ce
cierge béni, ce prisonnier voyait une petite lueur pénétrer dans sa cellule par la fenêtre et que
quelqu’un lui disait ceci :  » un jour, tu pourras sortir. Tiens bon ! tiens bon ! prends patience, persévère
avec beaucoup de patience ! C’est bien de ta faute, si tu es là, c’est bien toi qui as péché, mais regarde
cette lumière qui te fait comprendre qu’un jour tu quitteras cet endroit.  » Voilà comment un cierge
béni et de l’eau bénite peuvent soulager efficacement les douleurs et les supplices des âmes délaissées
du Purgatoire.
N.B : Autrefois, dans de nombreuses régions, on faisait mémoire des âmes du Purgatoire en priant et
en faisant brûler des cierges bénis sur les tombes, surtout pendant la veillée de Noël et le Jour de Noël.
Plus qu’à tout autre moment de l’année, des âmes quittent le Purgatoire pendant la nuit de Noël,
comme cela a déjà été révélé par le Ciel à différentes âmes privilégiées.
A nos prières, les Anges gardiens descendent en Purgatoire
On peut aussi envoyer au Purgatoire son Ange gardien, et les autres Anges aussi. Ils veulent consoler
les âmes du Purgatoire, et c’est ainsi qu’ils le font : ils ne vont pas directement dans les degrés les plus
bas, car ils n’en ont pas le droit. Ils ne peuvent y aller que si le TRES-HAUT les y autorise, parce que
de telles âmes ont beaucoup, beaucoup péché. Mais, en dehors de ces cas-là, ils peuvent accéder à
tous les degrés du Purgatoire pour consoler les pauvres âmes qui s’y trouvent.
Les secours procurés par la prière aux âmes du Purgatoire profitent à ceux qui prient pour elles
Comme nous devrions nous efforcer de changer de vie ! Ô vous, les hommes, vous avez tant de
pouvoir entre les mains et vous faites si peu de choses, vraiment si peu de choses ! Vous passez devant
les tombes de ceux que vous avez connus, comme des aveugles et des indifférents, devant ceux, qui,
pourtant, ont vécu aussi, qui peut-être ont eu autant de succès que vous, dans la vie, et qui peut-être,
eux aussi, ont été beaux, vivants, impulsifs et pleins de cordialité. On les oublie, ou plutôt, on oublie
de prier pour eux. On ne les oublie peut-être pas habituellement, mais, on prie beaucoup trop peu pour
eux. On devrait, en cette époque de l’année… Je ne veux pas en dire davantage… !
E : Au nom de la Très Sainte Trinité… !
D : On devrait, en ce mois des défunts, et tout particulièrement demain ou cette nuit, on devrait
consacrer quelques heures à la prière pour les âmes du Purgatoire, si on en est capable et si on a une
santé qui permet de le faire. Il y a un très bon petit livre de prières pour les âmes du Purgatoire, avec
beaucoup d’indulgences, et où chaque indulgence est efficace, qu’elle soit de 300, 500, 700 jours ou
de 5, 7, ans, etc.. On devrait réciter toutes les prières de ce petit livre, plusieurs fois, ces jours-ci. On
ne pourrait pas faire de plus belle et de plus grande offrande. Mais les âmes du Purgatoire recevraient
une aide considérable, elles vous en seraient éternellement reconnaissantes et cela vous serait compté

en retour pour vous, car elles prieraient pour vous, afin que, vous aussi, vous puissiez devenir
meilleurs et persévérer dans le bon chemin, et pour que plus tard, vous ayez beaucoup moins de
Purgatoire à faire. Voilà ce que vous pouvez et devez faire. Celui qui ne ferait pas tout ce qu’il peut
pour ces pauvres âmes du Purgatoire, ne serait qu’un fou, un sot, un individu sans coeur, un paresseux.

Les sept Saints Archanges
Michel – Gabriel – Raphaël – Uriel – Jehudiel – Sealtiel – Barachiel
On trouve dans la Bible deux passages qui nous parlent déjà des sept Archanges :
1/ Dans l’Ancien Testament, cela se trouve dans le Livre de Tobie (XII,15) : « Moi, je suis Raphaël,
un des sept Anges qui se tiennent et entrent devant la GLOIRE du Seigneur. »
2/ Dans le Nouveau Testament, Saint Jean écrit dans son Apocalypse (1,4) : « A vous grâce et paix de
la part de Celui qui est, qui était et qui vient, de la part des SEPT ESPRITS qui sont devant son trône. »
Les sept Saints Anges ont déjà été invoqués et honorés dans l’Eglise primitive et en particulier les
Saints Archanges : Michel, Gabriel et Raphaël qui sont mentionnés par leur nom dans l’Evangile. Les
autres Saints Anges furent également connus par leur nom grâce à des révélations privées, et ils furent
aussi honorés dans l’Eglise.
Les sept Saints Anges ont le privilège particulier de se tenir devant le trône de Dieu. Par leur profonde
humilité et leur grande fidélité dans l’accomplissement de la volonté divine, ils ont gagné ce privilège
grâce à leur victoire personnelle lors de l’épreuve qu’ils ont dû subir. Ils étaient et sont encore toujours
ceux qui commandent aux Armées célestes, fidèles exécutrices des volontés divines, et ce sont eux
qui les commanderont encore lors du combat final. Saint Michel, qui est à leur tête, ainsi que Gabriel,
Raphaël, Uriel, Jehudiel, Sealtiel et Barachiel dirigent leurs légions contre les puissances infernales
et combattent pour Marie, qui est leur Reine. Ils combattent particulièrement les sept grands dénions
qui, depuis le commencement, répandent parmi les nommes, les vices et les sept péchés capitaux, à
savoir : l’orgueil, l’avarice, l’envie, la colère, la gourmandise, la luxure et la paresse. L’invocation faite
aux sept Saints Archanges et à leurs légions apporte une bénédiction particulièrement grande, et il est
d’autant plus nécessaire d’avoir recours à eux en cette époque de fin des temps qui est la nôtre.
Saint Michel Archange
« Quis ut DEUS ? – Qui est comme DIEU ? » C’est lui qui combat l’esprit d’orgueil, de superbe, héritage
du péché originel, l’esprit du Lucifer. Par l’humilité, nous abattons l’orgueil et la superbe. L’humilité
est un abaissement de soi-même, que l’on fait volontairement, à partir du moment où nous
reconnaissons notre faiblesse extérieure (Saint Bonaventure).
Alors que les Anges étaient encore indécis dans le choix qu’ils devaient faire, on entendit retentir le
cri de St Michel : Qui est comme Dieu ? Dans sa foi inébranlable dans les promesses de Dieu, il se
précipita sur Lucifer, il exhorta à la réflexion les Anges qui faisaient toujours confiance à Dieu et il
sépara les deux camps : Ici le camp de Dieu, Là-bas celui de Lucifer. Ce n’est pas avec sa propre force

mais avec celle de Dieu qu’il se lança dans le combat. Puissant toute sa force d’origine divine dans
l’amour de Dieu, il se jeta sur Lucifer et le transforma en un serpent, en un effroyable dragon, et rempli
de force et d’amour divins, il précipita dans l’Abîme le dragon, l’antique serpent qui y restera jusqu’à
la fin des temps où Saint Michel le précipitera alors sur l’ordre de Marie, sa Reine, en un endroit qui
soit le plus éloigné de Dieu. Il était déjà présent au début du combat qui eut lieu au sein de la création
et il participera jusqu’à la fin au combat qui se déroule sur la terre. C’est ainsi qu’il est aussi le patron
des soldats et des agonisants. Il accompagne les âmes au Tribunal de Dieu et il est aussi le patron du
sacrement de l’Extrême Onction. De même qu’il fut le protecteur des Israélites, Saint Michel Archange
est aujourd’hui le protecteur de la Sainte Eglise. Le Pape Léon XIII eut la vision du déchaînement que
le diable allait susciter dans tous les pays contre l’Eglise à la fin des temps et il vit ensuite Saint Michel
Archange précipiter à nouveau le diable et tous ses complices dans les Abîmes de l’Enfer.
Voilà pourquoi le pape composa lui-même une prière à Saint Michel Archange et ordonna qu’elle soit
récitée à la fin de la Messe.
Aussi, ce n’est pas par hasard, si la destruction de l’Eglise et de la Sainte Messe réussirent pleinement
après la suppression de cette prière, ainsi que l’élimination de Saint Michel des paroles du Confiteor
(Je confesse à Dieu). En guise de symboles, il tient une balance dans sa main gauche et un glaive de
feu dans sa main droite. On célèbre sa fête le 29 septembre.
Prière :
« Saint Michel Archange, venez à notre secours avec tous vos Saints Anges ! Apprenez-nous à garder
la Foi en ces temps de ténèbres ! Apprenez-nous à combattre avec votre humilité ! Apprenez-nous à
vaincre dans le silence et l’obéissance à Dieu ! Apprenez-nous à aimer et à être fidèle comme Marie !
Amen. »
Saint Gabriel Archange
« La puissance de DIEU », combat Mammon, l’esprit de l’avarice et de l’appétit du gain (Matth 6,19-34 ;
Luc 16,1-17). C’est en étant généreux, par amour pour DIEU, qu’il est possible d’extirper un tel vice.
« Car Dieu aime celui qui donne avec joie. » (Prov. 11,24 ; 22,9 ; 2 Cor 9,6 et svt.) « Car c’est avec la
mesure que vous employez qu’en retour on mesurera pour vous. » (Luc 6,38) « Il y a plus de bonheur
à donner qu’à recevoir. » (Actes des Apôtres 20,33)
Saint Gabriel est le messager de DIEU. Il lui confia le plus grand message de joie que l’humanité ait
jamais eu à recevoir, le message de l’Espérance. En cet instant de plénitude, à ce moment le plus
crucial de l’histoire de la création, il fut le messager de Dieu, celui auquel Dieu confia la bonne
exécution de son plan. Il lui confia la mission d’apporter à Marie, la servante du Seigneur la plus pure
et la plus humble de toute l’humanité, le message de l’Incarnation du FILS DE DIEU, qui est Lui-même
DIEU, le FILS Bien-aimé du PERE. Il entra chez Marie et dit : « Je vous salue Marie, pleine de Grâces,
le SEIGNEUR est avec vous. » Mais, à ces mots, Marie fut bouleversée (Luc 1,28 et svt.). C’est lui qui,

le premier, adora le FILS DE DIEU qui venait de prendre chair en la vierge Marie, et le grand messager
de DIEU s’agenouilla. Mais c’est Zacharie qui devait faire l’expérience de sa force et de sa puissance.
Quand il douta de ses paroles lui prédisant la naissance de Saint Jean-Baptiste, l’Archange le frappa
de surdité (Luc 1,18 et svt.). Il est le fidèle messager et le bienfaiteur des prêtres, des consacrés, des
serviteurs et des servantes de DIEU. Il tient dans sa main gauche la rose sans épine qu’il apporta à
Marie et qui se mit à s’épanouir dans sa maison. On célèbre sa fête le 24 mars.
Prière :
« Saint Gabriel Archange, vienez à notre secours avec vos légions d’Anges ! Aidez-nous à devenir de
bons serviteurs et servantes du Seigneur. Aidez-nous à devenir purs et disponibles. Faites en sorte que
nos âmes deviennent des havres de paix, où Notre-Seigneur et Notre Dame aiment à venir se reposer.
Amen. »
Saint Raphaël Archange
« Le médecin de DIEU » « Celui qui soigne DIEU », « Flèche d’amour de DIEU », combat l’esprit de
l’impureté, de l’immoralité et de l’indiscipline. Déjà à La Salette, en 1846, la Mère de DIEU avait dit:
« de nombreux couvents ne sont plus des maisons de DIEU, mais des pâturages d’Asmodée. » En
dirigeant notre regard vers l’Immaculée, en implorant sa protection et son aide, nous serons purs de
corps et d’esprit et nous triompherons du vice de l’impureté. Saint Raphaël est l’Ange de l’amour, de
la consolation, de la guérison et du discernement. C’est une ancre de salut. Tout comme son amour,
notre coeur doit monter comme une flèche jusqu’au coeur de DIEU, s’y plonger et y rester à jamais
solidement ancré. Saint Raphaël nous aide à distinguer le véritable amour et celui d’ici-bas, qui n’est
pas éternel. Le véritable amour enveloppe tout dans la douceur, « Elle (la Charité) croit tout, espère
tout, supporte tout, elle ne passera jamais (1 Cor 13,7 et svt.). Elle se réjouit toujours dans le
Seigneur. » Il accompagna le jeune Tobie dans son voyage. Il est le patron des voyageurs, des médecins,
des jeunes, des époux et des prêtres. Il communique le don de la sagesse, de l’intelligence, de la
science, du conseil, de la force, de la piété et de la crainte de DIEU. Il doit être invoqué quand de
grandes décisions doivent être prises, quand on voyage, quand on doit subir une opération, quand on
a pris une mauvaise décision, quand on a consommé des aliments ou des médicaments empoisonnés,
quand on a des peines de coeur. Il tient dans sa main droite le bâton du voyageur et dans sa gauche
une ampoule de baume. On célèbre sa fête le 24 octobre.
Prière :
« Saint Raphaël Archange, venez à notre aide avec vos Anges, les bienfaisants serviteurs ! Faites
grandir en nous votre force et votre amour. Faites en sorte que l’amour de Dieu et de l’Immaculée
règnent dans nos coeurs, et triomphent de la haine et de l’impureté répandues dans le monde. Amen. »
Saint Uriel Archange
« Le feu de DIEU », « La lumière de DIEU », combat l’esprit de la colère, de la haine et de l’impatience.

Par la douceur et la patience, nous vaincrons ce grave défaut. Il est doux et patient celui qui, par
amour pour DIEU, ne s’énerve pas quand il est victime d’une injustice, ne cherche pas à se venger et
supporte avec patience et docilité les contrariétés de la vie. « Apprenez de Moi que Je suis doux et
humble de coeur et vous trouverez du soulagement pour votre âme » (Matth. 11,29).
En nous entourant de sa couronne de feu, Saint Uriel nous comble d’amour, de patience et de bonté.
Il protège tous les lieux de grâces et d’apparitions. Dans l’un de ses messages, Jésus affirma : « Lorsque
les armées rouges arriveront, elles ne franchiront qu’au prix de leur vie, la couronne de feu que
formeront les divers lieux de la terre où ma Mère est apparue. » Dès le 4ème siècle, il est mentionné
dans le martyrologe, il tient dans la main gauche une couronne de feu, une torche brûlante,
symbolisant l’ardent brasier de l’Amour de Dieu.
Prière :
« Saint Uriel communiquez-nous la chaleur de votre couronne de feu. Venez à notre secours avec vos
légions célestes et apprenez-nous à agir comme Jésus lorsqu’il était sur la terre parmi les hommes.
Amen. »
Saint Sealtiel Archange
« La prière de DIEU », combat l’esprit de l’intempérance et de l’ivrognerie. L’intempérance conduit à
tous les vices et à tous les crimes. Le Sauveur nous adresse cette exhortation avec ces paroles de
l’Écriture : « Tenez-vous sur vos gardes : que vos coeurs ne s’alourdissent pas dans la débauche,
l’ivrognerie, et les soucis matériels, et que ce jour-là ne tombe pas sur vous à l’improviste » (Luc 21,34).
Les vertus de tempérance et d’abstinence nous permettent de combattre ce vice. Elles éclairent notre
intelligence, affermissent notre volonté, nous procurent d’autres vertus, ainsi que le pardon des
offenses, la réalisation de nos prières, des grâces extraordinaires et pour finir la récompense éternelle.
Dans les pays de mission, des régions entières ont été libérées de ce vice de l’ivrognerie, grâce à son
intercession. Un missionnaire est parvenu à ce résultat dans les régions où il a fait connaître ce grand
Archange et imploré son aide. En tant que porteur et distributeur des grâces divines, il tient dans sa
main droite une corbeille de fleurs, symbole de la joie, de la vie en DIEU. Jésus a dit à Soeur Josefa
Menendez : « La joie en DIEU est la clef de toutes les grâces » (d’après le livre : « Un appel à l’Amour »).
Prière :
« Saint Sealtiel Archange, venez à notre secours avec vos Anges! Apprenez-nous à prier comme le
Seigneur a prié et comme Il nous l’a enseigné. Amen. »
Saint Barachiel Archange
« La bénédiction de DIEU », combat l’esprit de la paresse, de l’indifférence et de la tiédeur religieuses.
C’est par notre zèle pour le bien, et en nous attachant le plus possible à réaliser notre sanctification
personnelle, que nous pouvons écarter ce vice. Le zèle pour le bien est nécessaire pour la béatitude,
car le « Royaume des Cieux est l’objet de violence, et ce sont les violents qui s’en emparent » (Matth.

11,12). Ailleurs, Jésus dit encore : « Ce ne sont pas ceux qui me diront : Seigneur, Seigneur ! qui
entreront dans le Royaume des Cieux ; mais celui qui fera la volonté de mon PERE qui est dans les
Cieux » (Matt. 7,21).
Les âmes tièdes sont, aux yeux du Seigneur, pires que les âmes froides. Il dit encore : « Ainsi, puisque
tu es tiède, et ni chaud ni froid, je vais te vomir de ma bouche » (Apoco. 3,16). On doit l’invoquer pour
les prêtres, afin qu’il y ait de nouveau beaucoup de Saints prêtres, « car tout est attaché à la bénédiction
de Dieu » (Ps. 127,1). Il tient dans sa main droite le rituel, symbole de la bénédiction du Seigneur, car
« c’est la bénédiction du Seigneur qui procure la richesse » (Prov. 10,22).
Prière :
« Saint Barachiel Archange, venez avec vos Anges nous tirer de notre torpeur ! Aidez-nous à faire le
bien et à croître dans l’amour de Dieu et de Marie. Amen. »
Saint Jehudiel Archange
« La louange de DIEU », combat l’esprit de la jalousie et de l’envie, qui en succombant à la jalousie, se
révolta de voir la préférence que DIEU accordait à Marie, sur toute autre créature, puisque c’est par
Elle que devait se produire l’Incarnation de la deuxième Personne Divine. Sa jalousie l’entraîna jusqu’à
la haine des décrets de DIEU. Dans plusieurs exorcismes, le démon s’est fait connaître comme étant
l’adversaire privilégié de Jehudiel.
Le vice de la jalousie nous fait envier le bien du voisin. Jadis, dans l’Ancien Testament, les frères de
Joseph, poussés par la jalousie, ont voulu l’assassiner parce qu’il était le fils préféré de Jacob. C’est la
jalousie qui aveugla et empêcha les Pharisiens de reconnaître la sainteté et la puissance surnaturelle
du FILS DE DIEU. Leur jalousie se transforma en haine du Seigneur et les amena à Le livrer à mort.
Avec l’amour de DIEU, de ses commandements et notre bienveillance envers notre prochain en
l’acceptant et en le reconnaissant comme tel, nous triomphons de la jalousie, de la haine et du
fanatisme.
L’Archange Saint Jehudiel est notre meilleur guide et notre plus grand bienfaiteur. Son acceptation
inconditionnelle des décrets divins et son zèle à exécuter les ordres du TRES-HAUT scellèrent son
alliance éternelle avec DIEU. Ainsi glorifie-t-il DIEU depuis toute éternité et personnifie-t-il, dans la
charité, la vivante louange de DIEU. Le peuple élu a brisé et rejeté l’ancienne alliance. Dans le
Nouveau Testament, nous sommes tous appelés à recevoir la couronne, celle que Jehudiel tient dans
sa main droite, symbole de la récompense de ceux qui auront été fidèles à DIEU et de ceux qui auront
adoré DIEU. Comme Saint Paul l’écrit à Timothée : « Désormais m’est réservée la couronne de justice.
Le Seigneur me la remettra en ce jour-là, Lui le Juste Juge, et non seulement à moi, mais à tous ceux
qui auront attendu sa venue avec amour » (2 Tim. 4,8).
Prière :
« Saint Jehudiel Archange, vous, l’Ange puissant et le redoutable adversaire de Belzébuth, venez à

notre aide avec toutes vos légions d’Anges ! Accompagnez-nous dans le combat contre les terribles
attaques de l’Enfer, qui menacent d’anéantir l’Église. Éloignez toute jalousie de nos coeurs et faites en
sorte que chacun de nous, par l’accomplissement de la Volonté Divine, devienne une vivante louange
à la gloire de Dieu. Amen. »
Pour honorer les sept Archanges
Lorsque nous avons quelque chose d’important à faire, nous pouvons aussi expérimenter, en ayant
recours à elle, la puissance des sept Archanges, que nous n’invoquerons jamais assez. Celui qui vénère
les Anges, vénère aussi leur Reine, Marie, et reçoit un secours efficace dans le combat contre les sept
péchés capitaux. Pour honorer les sept Archanges, prenons la résolution de dire, le plus souvent
possible : Sept Notre Père, Ave Maria et Gloria en ajoutant :
« Vous, les saints Anges, venez à nous avec vos légions et toute votre puissance, montrez-nous, à nous,
ainsi qu’à tous les hommes, votre aide et votre force, pour la seule gloire de Dieu et de Marie, votre
Reine, et pour le salut éternel de toutes nos âmes. Amen. »
Extrait de démonologie
D’après la doctrine de Saint Psellius (t 1050). Cette doctrine est celle sur laquelle s’appuie l’Église
Catholique en la matière. Saint Psellius classe les démons en six catégories :
1. Les démons du feu – 2. Les démons de l’air – 3. Les démons de la terre – 4. Les démons de l’eau
– 5. Les démons souterrains – 6. Les démons de la nuit
1/ Les démons du feu : ont leur domaine d’action situé dans les planètes et les étoiles et se servent des
radiations de ces astres pour nuire aux hommes. Toutes ces mauvaises influences que produisent les
démons ne se font que dans les limites voulues par Dieu seul, mais dont l’ampleur exacte nous reste
toujours inconnue. Sous l’influence de ces démons, on trouve les adeptes de la magie noire, les
astrologues, les cartomanciennes, ceux qui font des horoscopes, les spirites aux pratiques les plus
diverses, tous ces gens-là nient l’exercice du libre-arbitre de chacun. Aveu d’un démon : « cela nous
est bien égal si ces pratiques sont faites à titre d’objet d’étude, par curiosité, ou pour s’amuser, etc.
Pour nous, ce qui est capital, c’est que ces actions engagent la volonté de ceux qui les font, car nous
avons, alors, une brèche pour nous introduire dans leur esprit. »
2/ Les démons de l’air : Ils se servent des éléments déchaînés de la nature : la foudre, la grêle, le vent,
la tempête, la tornade, etc. pour nuire aux hommes ou pour qu’ils y périssent. Dans son Épître aux
Éphésiens (6,12) Saint Paul écrit :  » Il ne s’agit pas pour nous, en effet, de lutter contre des hommes
de chair et de sang, mais contre les Principautés, contre les Puissances, contre les Souverains de ce
monde de Ténèbres, contre les esprits mauvais qui sont dans les airs. » – C’est pourquoi ce fut une
pratique constante dans l’Église Catholique, en cas de tempête, d’orage, de faire sonner les cloches
bénites, de procéder à des bénédictions et d’utiliser des cierges bénis pour que le temps soit favorable,
et surtout d’employer de l’eau bénite, dont l’usage remonte aux temps des Apôtres.

3/ Les démons de la terre : Ils exercent leurs méfaits dans certaines contrées, forêts, grottes, et de nos
jours, ils agissent aussi dans la circulation automobile, afin que les hommes s’égarent et soient
attaqués par des animaux sauvages ou venimeux. Selon le témoignage rapporté par un missionnaire
en Équateur, là où il y a tant de serpents venimeux, aucun homme portant sur lui la médaille bénite
de Saint Benoît, ou plus exactement la médaille de la Sainte Croix, ne fut mordu par un serpent
venimeux. Jésus dit un jour à une âme privilégiée : « Malheur à ceux qui ne portent pas d’objets
religieux bénis sur eux.  » Un démon dut nous révéler lors d’un exorcisme :  » Si les hommes, en ce
moment, invoquaient davantage les Anges gardiens, qui ont pourtant une si grande puissance sur nous,
il se produirait moins d’accidents, car nous sommes toujours près des lieux d’accidents. »
On ne recommandera jamais assez le port des médailles bénites de Saint Benoît, qu’on appelle aussi
médailles de la Sainte Croix, car lorsqu’elles sont bénites, elles reçoivent un exorcisme spécial.
4/ Les démons de l’eau : poursuivent les hommes dans les cours d’eau, les lacs et les mers, en
provoquant des noyades, des naufrages de navires, ou encore en excitant les requins à les dévorer,
etc.. Dans la forêt vierge de l’Équateur, on a pu voir des chiens noirs qui couraient sur la surface de
l’eau et même, dit-on, des cavaliers noirs.
5/ Les démons souterrains : tentent plus spécialement les chercheurs d’or, les mineurs, etc. Ils les
excitent beaucoup à blasphémer. En 1937, il s’est produit dans la région de la Ruhr, une catastrophe
minière qui tua 120 mineurs, et qu’une voyante, Mère Hibbeln, avait prédite. Le plus dramatique,
assura-t-elle, c’est que la plupart des tués furent damnés, parce qu’ils descendaient au fond de la mine
en blasphémant, continuaient de blasphémer pendant leur travail, et blasphémaient encore lorsqu’ils
quittaient la mine.
6/ Les démons de la nuit : entraînent les hommes à commettre tous ces nombreux péchés et crimes
qui se produisent surtout la nuit. Nous devons invoquer et vénérer spécialement l’Archange Saint
Orphar, l’Ange de la nuit, pour qu’il nous aide et nous défende contre ces ennemis. Le Rituel romain
contient environ 150 bénédictions et consécrations. Au moyen de toutes ces bénédictions et
consécrations, l’Église, par la force de Notre Seigneur Jésus-Christ, neutralise la faculté que possèdent
les mauvais esprits de se servir de ces objets bénis et consacrés dans le but de nuire aux hommes.
Ce court extrait de démonologie nous montre bien l’importance que nous devons accorder à
l’invocation des Saints Anges.
INRI – Prière. Une prière très efficace que Jésus Lui-même a recommandé de réciter le plus souvent
possible en ces temps très durs que nous vivons :
« Jésus de Nazareth, roi souverainement juste, roi de justice et de tous les justes, par la force et la
puissance de ce titre de victoire – préservez-nous de tout danger, et protègez-nous contre tout ennemi
visible et invisible. Amen. »
Prière pour les défunts

« Je vous offre, ô Père, pour tel défunt, la fidélité du Coeur de Jésus. Seigneur, daignez accepter les
mérites de tous vos Saints pour suppléer à ce qui manque aux mérites de tel défunt. Seigneur, je vous
offre pour lui tout le bien que votre tendresse a daigné opérer en moi ou accomplir par moi. Par un
effet de votre pieuse libéralité, daignez y ajouter encore, accueillir de bonne grâce cette offrande dont
la valeur sera ainsi doublée, et lui en appliquer le mérite pour sa récompense éternelle. » (Sainte
Gertrude)
Des sept Messes grégoriennes pour les âmes du Purgatoire
La tradition de nos anciens assure que cette pratique a été révélé au pape Saint Grégoire. Elle est d’une
étonnante efficacité et vertu pour délivrer de leurs peines les âmes du Purgatoire, sans doute parce
qu’elle s’appuie principalement sur les mérites du Christ, grâce auxquels toute leur dette se trouve
acquittée.
Si on le peut, qu’on allume à l’heure de ces Messes, sept lampes (ou cierges), en l’honneur de la Passion
du Christ. Que l’on dise pendant 7 jours : 75 Pater et Ave Maria ; que l’on fasse 7 aumônes chaque
jour et que l’on dise, chaque jour aussi, un Nocturne de l’Office des défunts.
La première Messe est Domine, ne longe, avec la Passion en entier, comme au jour des Rameaux. On
implore en même temps le Seigneur, en faisant mémoire de sa captivité : car Il s’est livré spontanément
aux mains des pécheurs, afin de libérer cette âme de captivité, et du châtiment qu’elle a mérité par sa
propre volonté.
La deuxième Messe est celle du mardi après les Rameaux : Nos autem gloriari, avec la Passion. Cette
fois on supplie le Seigneur par son injuste condamnation à la mort ; par cette Messe Il délivre l’âme
du juste jugement qu’elle a mérité en se rendant coupable par sa libre volonté.
La troisième Messe est du mercredi après les Rameaux : In nomine Domini, avec la Passion. On
implore le Seigneur en lui rappelant comment Il fut attaché et pendu à la croix si douloureusement,
afin de libérer cette âme qui s’est comme volontairement attachée à la peine qu’elle subit maintenant.
La quatrième Messe est encore la Messe : Nos autem gloriari, mais avec la Passion Egressus Jésus,
comme au Vendredi Saint. On demande, ici, au Seigneur, par sa mort très amère et son coeur transpercé,
qu’il veuille bien guérir cette âme des peines et blessures qu’elle a librement contractées par ses péchés.
La cinquième Messe est celle du Requiem eternam. On y demande au Seigneur, au nom de sa sépulture
sainte (car Lui, Créateur du ciel et de la terre, a daigné reposer au sein de la terre), d’arracher cette
âme à la fosse dans laquelle, volontairement, ses péchés l’ont fait tomber.
La sixième Messe est la Messe Resurrexi. On demande au Seigneur, par la gloire de sa très joyeuse
Résurrection, qu’il daigne purifier l’âme de toutes les souillures du péché, et la faire participer à sa
gloire.
La septième Messe enfin est la Messe Gaudeamus, comme au jour de l’Assomption de la Bienheureuse
Vierge Marie. On implore le Seigneur Jésus et Sa Mère par la joie que ressentit, au jour de son

Assomption, la Mère de miséricorde, afin que Dieu accorde à cette âme, grâce aux prières et aux
mérites de la glorieuse Vierge, d’être déchargée de tout ce qui la retient encore, et heureusement unie
à son époux céleste. Si vous faites cela pour le prochain à l’heure de sa mort, votre prière retournera
vers vous, avec une efficacité plus grande encore. Si vous le faites pour vous-même pendant votre
vie, ces suffrages vous seront bien plus profitables que si vous comptiez sur les autres pour vous les
appliquer après votre mort. Quant au Seigneur toujours fidèle et qui ne cherche que l’occasion de nous
faire du bien, il en conservera le souvenir et vous le réservera pour le temps qu’il a choisi. (Sainte
Gertrude)
Prières aux Saints Anges
Les courtes prières qui suivent ont été recommandées par le Ciel pour obtenir beaucoup de grâces et
de secours pour l’humanité, l’Église et les âmes du Purgatoire :
« Saint Ange du jour N.N (étant donné qu’il n’est pas connu, on doit dire : ton nom, Dieu le connaît,
ainsi que mon Ange gardien), Saint du jour N.N et tous les autres Saints du jour, obtenez-nous toutes
les grâces que nous pouvons implorer pour nous, l’Église et l’humanité. Mais demandez aussi à tous
les autres Anges et Saints de nous obtenir des grâces toutes spéciales en ce jour où l’on célèbre votre
fête. Amen »
Après la Sainte communion
« O Seigneur, j’ai eu la joie de Vous recevoir en ce jour. C’est tout le Ciel qui s’est ainsi rapproché de
moi. Je n’en suis pas digne. J’offre cette Sainte communion pour tous les hommes, chacun en
particulier, et pour la Sainte Église. Mais souvenez-Vous aussi tout spécialement des âmes du
Purgatoire, de celle que je Vous recommande en particulier, et de toutes celles qui sont les plus
délaissées et auxquelles plus personne ne pense. Amen. »
L’ancre de salut pour ceux qui sont dans le désespoir, pour ceux qui cherchent à se suicider, pour ceux
qui sont victimes de la drogue, pour les futures mamans en détresse, etc..
C’est Saint Lechitiel, l’Ange du Mont des Oliviers !
O Saint Lechitiel, vous le puissant Ange du Mont des Oliviers, vous qui étais aux côtés du Christ
durant sa terrible agonie au Mont des Oliviers – Venez ! -Restez près de moi (nous, lui, eux). Donnez-moi
le courage de me relever, et réconfortez-moi dans cette situation désespérée où je me trouve.
Préservez du suicide le grand nombre des désespérés et délivrez de l’esclavage de la drogue tant de
pauvres victimes, afin que, réconfortés par vous , ils retrouvent le courage de vivre et qu’ils acceptent
de porter la croix que Dieu leur a envoyée. Amen. (composée par le Père E. F.)
Le « Notre Père »
De Sainte Mechtilde pour les âmes du Purgatoire
Le récit suivant, qui raconte ce qui arriva à une dame, une âme privilégiée, le 2 février 1968, jour de
la Chandeleur, nous montre la très grande valeur et l’abondant usage que l’on peut faire du  » Notre

Père  » composée par Sainte Mechtilde pour le soulagement des âmes Purgatoire.
Cela se passa en Suisse, à Einsiedeln, un lieu de pèlerinage marial ; c’était en hiver, un jour de semaine,
et l’Église était presque vide, pendant que Mme Aloisia y priait avec ses parents. En regardant vers
l’autel privilégié, elle remarqua la présence d’une religieuse très âgée, habillée d’un costume religieux
fort ancien, datant d’une époque lointaine. Elle alla vers elle, et cette religieuse lui remit un feuillet
de prières qu’elle mit machinalement dans sa poche. Et il se produisit alors quelque chose d’étrange :
la porte d’entrée s’ouvrit soudain et, elle vit entrer une immense foule de pèlerins, tous pauvrement
vêtus et qui marchaient à pas feutrés, comme des fantômes : un flot de pèlerins d’une longueur presque
interminable pénétraient dans l’Église, un prêtre se tenait là et leur montrait le chemin. La paysanne
se demandait avec étonnement comment cette foule immense allait-elle trouver assez de place dans
l’Église. Elle se tourna ensuite sur le côté, pendant un court instant, pour allumer un cierge, et,
lorsqu’elle regarda derrière elle, l’Église était à nouveau aussi vide qu’au début. Remplie de
stupéfaction, elle demanda à ses parents où donc tous ces gens étaient passés. Pourtant aucun de ceux
qui l’accompagnaient n’avait remarqué le défilé des pèlerins et personne non plus n’avait aperçu la
religieuse. N’en croyant pas ses yeux, elle chercha dans sa poche le feuillet qu’on lui avait donné et
ce feuillet qu’elle tenait dans ses mains lui prouvait bien qu’elle n’avait pas du tout rêvé. Il contenait
le texte d’une prière que jadis Notre-Seigneur avait enseignée à Sainte Mechtilde, lors d’une apparition.
C’était le  » Notre Père  » de Sainte Mechtilde pour les âmes du Purgatoire. A chaque fois que Sainte
Mechtilde récitait cette prière, elle voyait des légions d’âmes du Purgatoire monter au Ciel.
Notre Père qui êtes aux Cieux
Je vous en prie, ô Père Céleste, pardonnez aux âmes du Purgatoire, car elles ne vous ont pas aimé ni
rendu tout l’honneur qui vous est dû, à vous, leur Seigneur et Père, qui par pure grâce, les avez
adoptées comme vos enfants ; mais au contraire, elles vous ont, à cause de leurs péchés, chassé de
leur coeur où vous vouliez pourtant toujours habiter. En réparation de ces fautes, je vous offre l’amour
et la vénération que votre Fils incarné vous a témoignés tout au long de sa vie terrestre, et je vous
offre toutes les actions de pénitence et de satisfaction qu’il a accomplies et par lesquelles Il a effacé
et expié les péché des hommes. Ainsi soit-il.
Que votre Nom soit sanctifié
Je vous supplie, ô Père très bon, pardonnez aux âmes du Purgatoire, car elles n’ont pas toujours honoré
dignement votre saint Nom, mais elles l’ont souvent prononcé en vain et elles se sont rendues indignes
du nom de chrétien par leur vie de péchés. En réparation de ces fautes qu’elles ont commises, je vous
offre tout l’honneur que votre Fils bien-aimé a rendu à votre nom par ses paroles et par ses actes, tout
au long de sa vie terrestre. Ainsi soit-il.
Que votre Règne arrive
Je vous en prie, ô Père très bon, pardonnez aux âmes du Purgatoire, car elles n’ont pas toujours

recherché ni désiré votre Royaume avec assez de ferveur et d’application, ce Royaume qui est le seul
lieu où règnent le véritable repos et l’éternelle paix. En réparation de leur indifférence à faire le bien,
je vous offre le très saint désir de votre divin Fils par lequel il souhaite ardemment qu’elles deviennent,
elles aussi, héritières de Son Royaume. Ainsi soit-il.
Que votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel
Je vous en prie, ô Père très bon, pardonnez aux âmes du Purgatoire, car elles n’ont pas toujours soumis
leur volonté à la vôtre, elles n’ont pas cherché à accomplir votre volonté en toute chose, et même elles
ont souvent vécu et agi en ne faisant que leur volonté. En réparation de leur désobéissance, je vous
offre la parfaite conformité du coeur plein d’amour de votre divin Fils avec votre sainte volonté et la
soumission la plus profonde qu’il vous témoigna en vous obéissant jusqu’à sa mort sur la croix. Ainsi
soit-il.
Donnez-nous aujourd’hui notre pain quotidien
Je vous en prie, ô Père très bon, pardonnez aux âmes du Purgatoire, car elles n’ont pas toujours reçu
le Saint Sacrement de l’Eucharistie avec assez de désir, mais elles l’ont souvent reçu sans
recueillement ni amour, ou même indignement, ou encore elles ont même négligé de le recevoir. En
réparation de toutes ces fautes qu’elles ont commises, je vous offre l’éminente sainteté et le grand
recueillement de Notre-Seigneur Jésus-Christ, votre divin Fils, ainsi que l’ardent amour avec lesquels
Il nous a fait cet incomparable don. Ainsi soit-il.
Pardonnez-nous nos offenses, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés
Je vous en prie, ô Père très bon, pardonnez aux âmes du Purgatoire toutes les fautes dont elles se sont
rendu coupables en succombant aux sept péchés capitaux, et aussi en n’ayant pas voulu, ni aimer, ni
pardonner à leurs ennemis. En réparation de tous ces péchés, je vous offre la prière pleine d’amour
que votre divin Fils vous a adressée en faveur des ses ennemis lorsqu’il était sur la croix. Ainsi soitil.
Et ne nous laissez pas succomber à la tentation
Je vous en prie, ô Père très bon, pardonnez aux âmes du Purgatoire, car trop souvent elles n’ont pas
résisté aux tentations et aux passions, mais elles ont suivi l’ennemi de tout bien et se sont abandonnées
aux convoitises de la chair. En réparation de tous ces péchés aux multiples formes, dont elles se sont
rendu coupables, je vous offre la glorieuse victoire que Notre-Seigneur Jésus-Christ a remportée sur
le monde ainsi que sa vie très sainte, son travail et ses peines, sa souffrance et sa mort très cruelles.
Ainsi soit-il.
Mais délivrez-nous du mal
Et de tous châtiments en vertu des mérites de votre Fils bien-aimé et conduisez-nous, ainsi que les
âmes du Purgatoire, dans votre Royaume de gloire éternelle qui s’identifie à vous. Ainsi soit-il.
Prière de Saint Michel Archange à Fatima

Mon Dieu, je crois, j’adore,
J’espère et je vous aime,
Je vous demande pardon pour ceux
Qui ne croient pas, qui n’adorent pas,
Qui n’espèrent pas,
Qui ne vous aime pas.
Très Sainte Trinité, Père, Fils et Saint Esprit,
Je vous adore profondément,
Et je vous offre les très précieux corps,
Sang, âme et Divinité de Notre Seigneur Jésus-Christ
Présent dans tous les tabernacles du monde,
En réparation des outrages, sacrilèges et indifférences
Par lesquels il est lui même offensé.
Par les mérites infinis de son très Saint Coeur
Et du coeur douloureux et immaculé de Marie,
Je vous demande la conversion des pauvres pécheurs.
Ainsi soit-il.

FIN.

http://www.histoireebook.com/index.php?post/Les-Anges-nos-puissants-mediateurs-et-leurs-inestimables-missions-pour-le-monde