Sous le signe du scorpion


 
Auteur : Lina Jüri
Ouvrage : Sous le signe du scorpion
Année : 2000

Ce texte est la reproduction d’articles parus dans la revue Sous la
Bannière. Article paru en plusieurs parties dans les numéros : 84,
85, 86, 87 de Juillet 1999 à Février 2000 du bulletin bimestriel.
Sous la Bannière, Les Guillots ; 18260 Villegenon – France.

“ L‘empire soviétique fut instauré à 14h04, le 8 novembre 1917, dans la capitale de
la Russie, Saint-Pétersbourg. En astrologie, le soleil était précisément juste au centre du
signe du Scorpion. Ainsi, le Scorpion peut être considéré comme le symbole et le gardien
du pouvoir soviétique. ”

C’est en ces termes que Jüri Lina, journaliste suédois, athée de
surcroît, voire anti-catholique, introduit son ouvrage “ Sous le signe du
Scorpion ” consacré aux origines obscures et à la geste effroyable du communisme,
responsable du plus gigantesque holocauste de l’histoire humaine
… au moins 85 millions de morts, si l’on en croit les rapports du
C.N.R.S.
Placé donc sous le signe du diable … et ce officiellement ! Car tous
les leaders fondateurs du matérialisme historique pratiquaient … l’astrologie !

C’est une des découvertes de Jüri Lina qui eut accès à une bonne
partie des archives soviétiques secrètes dès la période de la Pérestroïka.
Notons cette extraordinaire confirmation tirée des mêmes archives,
concernant l’influence du “ Scorpion ”. La fameuse planète Pluton, découverte
en 1930, c’est-à-dire entre l’achèvement de l’implantation du communisme
en Russie et la deuxième guerre mondiale, fut associée immédiatement
au signe du Scorpion par les dirigeants soviétiques et assuma,
dans le système astrologique, la place de … Mars ! Que voilà de biens
étranges “ matérialistes historiques ”, n’est-ce pas ? — qui soumirent dans
l’espace et dans le temps toutes leurs décisions destinées à recomposer un
pouvoir messianique à leur profit et à celui de leur Maître, à un système
planétaire, à des croyances superstitieuses et obscures.
Mais nos magiciens “ athées ” et matérialistes ne s’arrêtent pas en si
bon chemin. Trotski (Bronstein) par exemple avait transféré le pentacle
(l’étoile de Kiev) dans l’étoile rouge de la Tchéka. Il pratiquait les sciences
secrètes. Staline, qui avait été initié dans un monastère tibétain, était un
adepte de l’art du Yi-King. Tous les criminels responsables communistes
s’en sont remis à la numérologie kabbalistique pour mythifier leurs actes
et leur conférer une valeur “ sacrée ”. Quelle explication pourrait nous en
fournir l’adhérent de base de Gardanne ou de Vaulx-en-Velin ? Car la
métamorphose des dieux marxistes continue. Ainsi le P.C.F. vient curieusement,
à la veille de l’an 2000, de décréter Jésus-Christ superstar social
de la fête de “ l’huma ” 1999 ! “ Le Monde ” écrit à ce propos “ Jésus-Christ
sera l’une des vedettes de la prochaine fête de l’Humanité en septembre
1999. A sa manière, le P.C.F. qui tiendra son trentième congrès en Janvier
2000 va s’associer à la célébration de ce que Jean-Paul II appelle le Jubilé
de l’an 2000, c’est-à-dire l’entrée dans le 3e millénaire du christianisme.
Dirigé par Antoine
Casanova, le secrétariat chargé des relations avec les
croyants (tiens, tiens !) lance des invitations
! ” Décidément, l’an 2000
sera bien totalement
“ christo-centré ” !
Pour en finir avec le chapitre astrologique Jüri Lina souligne que les
Fils du Scorpion seraient caractérisés par les pires vices. Leur véritable
nature est nimbée de mystère. La couleur (astrologique) du Scorpion est

le … rouge. Sa symbolique : le vautour, le serpent et le désert ! Dans le
règne animal, il est une créature venimeuse, vivant de préférence dans les
ténèbres. Il est réputé pour piquer ceux de son espèce … qui se mettent en
travers de son chemin.
Jüri Lina est tenace. Il dit être remonté des archives soviétiques à
celles disponibles dans les principales capitales d’Europe Centrale relatives
à l’origine du complot communiste, ainsi qu’à son prédécesseur et
inspirateur direct, le complot des “ Illuminés de Bavière ” du grand frère ..
Adam Weishaupt !
Mais avant de remonter le temps, et de nous pencher sur quelques
fragments de la véritable histoire secrète du communisme, gardons à l’esprit
les faits suivants.
L’auteur ne s’est pas seulement appuyé sur les archives secrètes auxquelles
il a eu accès. Il nous confirme que la presse russe (locale, régionale,
nationale), la presse spécialisée (revues géopolitiques etc.) et les
médias ont déjà donné communication d’une partie non négligeable des
informations révélées dans son ouvrage ! Il en résulte qu’aujourd’hui l’environnement
culturel du citoyen russe et son niveau de connaissances
historico-politiques, malgré son état de déchéance et de misère, sont
certainement sans rapport avec ceux du citoyen républicain … français …
moyen !
Ces révélations publiques ont bien pu provoquer, dans ce pays matériellement
et spirituellement ravagé, un traumatisme générateur d’une
véritable apocalypse de l’esprit. Jüri Lina estime qu’un quart des Russes
au moins garde un ressentiment profond vis-à-vis du peuple élu dont
certains membres ont pris la tête, propagé et maintenu cette situation infernale
pendant 75 ans. La Russie est une bombe à retardement terrible
pour l’Ordre Mondial Secret, le “ Novus Ordo Saeclorum ”, et ce en dépit
de sa décomposition avancée. Tout ceci nous est bien évidemment soigneusement
caché ! La menace russe, cette menace contre laquelle Notre
Dame de Fatima nous a mis en garde est donc plus actuelle que jamais.
Elle a simplement subi une métamorphose formelle. Ainsi, nous pourrions
bien nous trouver confrontés un jour au déferlement de blindés

noirs prétendument panslaves ou paneuropéens, “ antidémocratiques ”, le
tout sur fond de croisade social-nationaliste.

Des Illuminati … à l’Internationale communiste.

Notre journaliste suédois, lors de ses recherches, a constamment recoupé
l’ordre des Illuminés de Bavière. Les origines, les méthodes, la finalité,
la soumission aux sciences kabbalistiques, tout plaide en faveur d’une
filiation directe dans le plan de mise en oeuvre de la cité des Illuminés par
le régime soviétique.
Cette Continuité prouve bien que l’Ordre des Illuminés de Bavière
dérive, par la Rose+Croix templière, du serment rabbinique dit du
Temple de Jérusalem, proféré en 70 après Jésus-Christ à l’occasion de
la destruction de la ville. Ce serment est constitutif de la Synagogue de
Satan unissant tous les successeurs de Caïphe dans une conjuration antichrétienne
qui doit culminer dans l’avènement et la défaite de l’Antéchrist.
C’est bien ce que suggère indirectement notre auteur (dont nous
rappellerons qu’il n’est pas croyant) lorsqu’il fait remonter l ‘Ordre des
Illuminés aux cercles des Alumbrados fondés en 1492, à l’occasion de l’expulsion
des Juifs de la catholique Espagne. Ces Alumbrados (illuminés)
seraient des Juifs marranes (baptisés pour la circonstance mais conservant
leur foi talmudique). Fidel Castro serait issu d’une famille d’Alumbrado
initié, d’où ses bonnes relations avec Tatie Mitterrand, entre autres !
Adam Weishaupt (tête sage !) juif d’origine, aurait été lui-même initié à
23 ans à l’ordre ultra secret des Alumbrados et à la kabbale … par un kabbaliste,
Kolner, adonné au rite d’Osiris
Notre grand “ sage ” choisit donc pour son ordre le symbole de la
pyramide et fixa pour date de fondation le 1er mai, correspondant au jour
sacré de Yahvé (5+1=6). Selon Goethe, Rose+Croix lui-même, le 1er mai,
succédant à la nuit de Walpurgis du 30 avril (jour du suicide d’A. Hitler !)
serait celui de la célébration des forces mystiques obscures !
Jüri Lina nous apprend également que c’est Amschel Mayer, du
ghetto de Francfort, fondateur de la dynastie des Rothschild, qui confia
au “ super doué ” Weishaupt le soin de réactiver l’ordre des Alumbrados.

Il nous confirme par-là le rôle et la finalité dévolus à cet ordre introduire
la gnose kabbalistique et “ messianiser ” l’ensemble des franc-maçonneries
européennes. En effet, une partie non négligeable de la
Franc-Maçonnerie, coiffée par une aristocratie plutôt élitiste et frivole
— pensons au cardinal de Rohan ainsi qu’à d’autres têtes poudrées et
légères du même acabit — avait certainement tendance à conférer à leur
loge les caractéristiques de clubs anglais. Ainsi, à la cour de Versailles,
Marie-Antoinette en tête, traversait régulièrement en carrosse les bois
de Versailles et Marly pour venir se faire initier dans le domaine de
Monsieur de Monville, la folie de Retz. Là, passant de “ l‘ombre à la lumière
”, la cour vivait des heures exquises entre les concerts, les feux d’artifices,
quelques tours de prestidigitation, voire de sorcellerie, certes plus
ou moins inquiétants, de ce bon philanthrope aux enseignements aussi
insolites que divertissants.
Fini de rire ! avec Weishaupt, Amschel Mayer et consorts, la coagulation
des maçonneries “ élitistes ” allait provoquer une fracture ouverte.
En 10 ans (1775-1785) la révolution et l’épuration des loges européennes
seraient accomplies. Il en serait de même des loges américaines grâce à la
famille du banquier Samuel Moses Warburg. Le cercle rouge de la kabbale
se referma alors sur l’Europe chrétienne. En effet, nous confirme
Jüri Lina, le contrôle des maçonneries fut solennellement scellé au château
de Wilhelmsbad (relire le Balsamo d’A. Dumas), château propriété
de … Mayer Amschel Rothschild, le 16 juillet 1782. C’est à cette occasion
que la Révolution décida la mort de Louis XVI et de Gustave de Suède.
La tête de l’empereur Léopold d’Autriche fut également mise à prix. Ces
trois assassinats furent exécutés. Un comité secret de la Révolution fut
par la même occasion constitué.
On y retrouve un certain nombre des futurs “ vedettes ” politiques de
cette période, notamment Talleyrand, Mirabeau côtoyant des magiciens
ou philosophes Mesmer, Cagliostro, Lavater, L. C. de St Martin etc.,.
Quant aux invisibles, ils entourèrent notre Weishaupt tout au long de sa
carrière, tels Moses Mendelssohn, successeur de Rômer en science de la
Kabbale, parmi d’autres.

Goethe resté probablement suspendu entre les invisibles qu’il
pressentait et la Rose+Croix dans sa partie céleste, voyait approcher
l’orage avec une certaine appréhension, d’autant que le caractère maçonnique
de l’assassinat du poète Schiller n’avait pu lui échapper ! Voilà ce
qu’il écrivit à un ami à propos de l’ordre des Illuminati : “ Notre monde
moral est sapé par des tunnels, des caves et des égouts , bien que chacun affecte
de ne jamais faire allusion à ces réseaux souterrains. Pour ma part, comme
pour tout illuminé, je comprends que de la fumée puisse jaillir parfois d’une
fissure ou que d’étranges voix remontent des entrailles de la terre ” !
Avant de quitter notre collège des Illuminés, rappelons les points
fondamentaux de son programme, en tout domaine conforme à celui des
soviets communistes.
1) Suppression de toute religion, y compris toutes communautés et
doctrines qui ne pourraient servir d’outils pour l’ordre.
2) Suppression de tous sentiments de patrie et nationalité. Abolition
des nations. Création d’un État Mondial Illuminé.
3) Transfert successif de tout le patrimoine privé et public entre les
mains des Illuminati (tâche qui devait être confiée à une administration
spécialisée chargée d’instaurer un impôt sur le revenu
progressivement alourdi et des impôts sur les successions à
caractère confiscatoire. Nos Enarques ne devraient-ils pas ériger
une statue à leur grand ancêtre visionnaire sur le sommet du
bunker de Bercy ?)
Instauration d’un système de délation et d’espionnage dont les “ frères
insinuateurs ” ont constitué l’archétype et le prototype. La symbolique de
ce système était l’oeil omniscient du sommet de la pyramide.
Un code moral global, standardisation de la volonté, des souhaits et
des aspirations du peuple, le tout subordonné en fait à une seule volonté :
celle des illuminés.
A la fin du XVIIIe siècle, la première révolution des illuminati avait
secoué toute la planète. L’action des frères redevint secrète mais, selon
Jüri Lina, elle se poursuit dans le cadre du même plan jusqu’à l’explosion
de la révolution d’octobre 1917.

Ainsi notre journaliste prétend que les illuminati ont oeuvré pour
que les U.S.A. s’inspirent du système bancaire des pays européens et
confient l’émission et la circulation de leur monnaie à des organismes
privés afin d’endetter l’État à des taux d’intérêt non maîtrisables ! Lincoln
aurait refusé de confier les rênes de l’économie américaine aux Rothschild.
Il aurait donc été assassiné, une fois la victoire sur les sudistes acquise,
par un Illuminati juif — J. W. Booth, manipulé lui-même par un agent
du clan Rothschild, J. P. Benjamin. A la même date, Albert Pike achevait
l’infiltration de toutes les loges américaines et implantait son organisation
secrète à Charleston, aujourd’hui toujours, capitale initiatique des
États-Unis, et y introduisait les rites sataniques. Le général assassin pendant
la guerre de sécession, massacreur de sudistes et de noirs, fondateur
et infiltrateur du Ku-Klux-Klan, le général Pike trône aujourd’hui aux
U.S.A. où les “ frères ” lui ont érigé une magnifique statue au centre de
Washington. La plaque insérée dans la statue présente le “ brave ” général
comme un “ soldat ” et un “ poète ”
Inutile de préciser qu’aujourd’hui les Illuminati successeurs des marranes
Alumbrados, contrôlent depuis le Bnaï Brith et l’alliance Israélite
Universelle au “ Lions ” et au “ Rotary Club ”, (le Rotary fut fondé par
P. Harris, membre du B’naï B’rith, à Chicago en 1905. Sa spécialité : la
vaccination.) en passant par les groupes internationaux les plus discrets.
Avant d’en venir à la deuxième révolution des Illuminati, celle de
1917, entièrement placée sous le signe du Scorpion, comme nous allons
le voir, attachons-nous à ses inspirateurs ésotériques et ses préparateurs
exotériques. Là encore, quelques surprises nous attendent.
Karl Marx, pour commencer, lequel se tourna vers Satan dès l’adolescence.
Karl Marx avait un guide secret qui l’enseignait, Moïse Hess, un
des inspirateurs de Théodore Herzl. C’est lui qui lui présenta F. Engels,
lequel avait aussi professé le catholicisme dans sa jeunesse. F. Engels perdit
aussi la foi sous l’influence de Moïse Hess, par ailleurs auteur d’un
“ catéchisme rouge pour le peuple allemand ”. Le second guide secret de K.
Marx fut Levi Baruch, talmudiste qui lui révéla que la Révolution devait
viser à concentrer le capital et la propriété entre les mains des kabbalistes

par le truchement du prolétariat. Le peuple slave lui semblait le meilleur
“ égout ethnique ” pour une telle expérience. L’affiliation de Marx et Engels
à l’ordre des Illuminati est liée à cette double conviction. Marx fut missionné
pour écrire le manifeste du Parti Communiste qui n’était que le
nouveau nom de code du programme des Illuminés.
Un convent maçonnique fut organisé à Strasbourg pour lancer les
Révolutions européennes de 1848. Parmi les délégués on trouve Alphonse
Lamartine, illuminé, futur ministre des affaires étrangères, Crémieux,
Léon Gambetta, Simon et Louis Blanc délégués pour la France.
Le grand jour révolutionnaire était fixé au 18 mars dans les pays
nordiques parce que cette date était la date commémorative de l’exécution
par le bûcher du grand maître des chevaliers du Temple, Jacques de
Molay. (C’est également un 18 mars que fut proclamée la Commune de
Paris !).
Voilà comment Lord Disraëli jugea cette période de grand trouble :
“ Lorsque les sociétés secrètes surprirent l’Europe en février 1848, elles
furent elles-mêmes surprises par cette occasion qui s’ouvrait. Elles furent d’autant
moins à même de saisir cette opportunité que sans les juifs, qui de longue
date étaient malheureusement reliés à ces associations profanes, si stupides
que soient les gouvernements, cette explosion gratuite n’aurait pas réussi à
ravager l’Europe “ .
Le souci du Mythe et du symbole était si poussé chez les illuminés
qu’ils choisirent le 1er mai pour la fête des travailleurs, jour de la révolution
permanente succédant à la Nuit de Walpurgis. Pour “ sacraliser ”
cette date, une émeute fut organisée à Chicago en 1886, le 1er mai, 110e
anniversaire de la fondation des Illuminati. “ Malheureusement ”, la police
ne réagit que le 3 mai lorsqu’un groupe de “ travailleurs ” attaqua quelques
briseurs de grève. Il y eut quatre morts. “ Martyrs ” … censés être disparus
depuis 3 jours ! L’instigateur de l’opération, l’illuminé millionnaire
Samuel Gourperg, président des Trade-Unions arrangea l’affaire.

Venons-en à Lénine (alias Vladimir Ulyanov) dont, pour des raisons
astrologiques, on ne connaîtrait pas encore aujourd’hui la véritable
date de naissance Jüri Lina nous affirme que les recherches discrètes
continueraient sur ce sujet en 1998, ce qui en dit long sur le contexte
actuel dans lequel vit la Russie. Il parlait l’allemand, langue qu’il héritait
de sa famille son vocabulaire russe était limité et sa prononciation défectueuse.
Sa connaissance de la littérature russe était plus que déficiente.
La mythologie entourant Lénine est la mieux défendue et préservée
auprès de l’opinion russe elle-même. Il importe pour la Révolution de
faire de lui un visionnaire dépassant l’horizon et la dialectique marxiste,
probablement afin de faciliter le transfert du flambeau de la gnose à un
prince messianique “ rouge-brun ” quelconque … Toujours est-il que son
affiliation à la Maçonnerie — notamment l’ordre des Illuminati et celui
du Bnaï Brith — fut précoce. Lénine avait pour mission de faire du prolétariat,
pour le compte des loges, l’outil de la Révolution permanente.
Tous les grands révolutionnaires russes furent, du reste, des agents de
la maçonnerie Lénine (Vladimir Ilitch Oulianov), Trotsky (Bronstein),
Zinoviev (Radomyslsky), Kamenev (Rosenfeld), Radek (Sobelshon),
Litvinov (Wallakh), Sverdlov (Solomon), Martov (Zederbaum) et
Maxim Gorky (Peshkov) entre autres.
Les premières loges furent fondées en Russie en 1730. Catherine I
interdit les organisations maçonniques en 1792. Alexandre I, lui-même
tenté par l’occultisme, les réintroduit en 1801 mais, conscient du danger,
les interdit à nouveau en 1822. Cette décision lui coûta la vie. Elle conduisit
la franc-maçonnerie russe à se durcir et à se transformer en un mouvement
terroriste clandestin d’une part, et à se tourner vers les thèmes
cosmopolites et judéo-kabbalistiques d’autre part. Ce sont les leaders de
ces loges terroristes, notamment Léon Deutsch et Alexandre Parvus, qui
inspirèrent Lénine et Trotsky, secrètement d’abord puis moins discrètement
à partir de la révolution de 1905.
Venons en maintenant à la plus gigantesque imposture d’ordre magique
(cosmogonique et astrologique) et méta-politique de la première moitié du
XXe siècle, la pseudo prise de pouvoir par les soviets, le 8 décembre 1917.

En route vers l’âge d’or

suite…

https://mega.co.nz/#!fRsXGBZB!x1ATLHy2FHWgwN_8TdKJDveJDdPprj77NKBV_eqNDME