L’art de manipuler


 
Auteur : Raynaud Pierre
Ouvrage : L’art de manipuler ou comment ne plus être manipulé
Année : 1996

PRÉFACE
En 1972, par un beau soir de printemps je fus pris d’une
soudaine inspiration, comme on dit : si les règles qui
régissent les relations humaines pouvaient être connues
d’un servomécanisme extérieur, alors celui-ci pourrait, de
l’extérieur, prendre les commandes de toute personne. Une
nouvelle science était née que j’appelais provisoirement
« cybernétique des relations humaines ». Enthousiaste, je
m’attaquais avec vigueur à la recherche de ces règles.
En 1974, je rencontrais Palo Alto, ou plutôt le premier livre
de Paul WATZLAWICK, traduit en français sous le titre : Une
Logique de la communication ; déception et enthousiasme :
ils avaient déjà trouvé ce que je cherchais. Ma voie fut
depuis lors toute tracée : j’appliquerai les principes de Palo
Alto au management d’entreprise, à la vie quotidienne et
aux différents groupes de problèmes que l’on désigne
habituellement sous le nom générique de « problèmes de
société ».
En 1978 parut le premier Art de manipuler. Il ne parlait
guère de manipulation (là résidait d’ailleurs la vraie
manip’), mais évoquait une conception de la réalité basée
sur les principes de la sémantique générale, de Palo Alto et
du zen.
Le livre étant depuis longtemps épuisé, on m’a demandé de
récidiver, je récidive ; mais différemment. Je pense qu’il est
temps aujourd’hui d’engager d’authentiques changements,
aussi bien en nous-mêmes que chez ceux que l’on aime ou
dans les systèmes sociaux. Pour cela les Orientaux, dans
leurs textes anciens, comme dans leurs entreprises
actuelles, nous montrent une certaine voie. Il ne s’agit pas
de copier, il s’agit de procéder à une synthèse de deux
philosophies considérées jusqu’ici comme inconciliables.
Cette tentative de synthèse, je l’avais appelé en 1972 :
« Communication directive » ; « communication » dans le sens

de « séquences de communication interindividuelle » et
« directive » car toute communication poursuit un objectif,
va vers une direction : obtenir quelque chose d’autrui.
« Directif » a mauvaise presse chez nous, alors que « diriger »
semble rester un acte honorable. Aussi quand nous voulons
jouer les hypocrites qui se cachent pour exercer leurs
talents, nous nommons l’art de manipuler du nom plus
doux de « techniques de communication directive ».
Ce livre n’est qu’un développement d’une seule phrase, que
vous pouvez lire dans les titres des principaux chapitres :
« Nous ne pouvons pas ne pas manipuler ; or, nous sommes
déjà manipulés ; donc, apprenons à manipuler ».
Notre thèse est simple : « Tout est communication » ; cela,
c’est Palo Alto qui nous l’a appris. « Toute communication
est en même temps une manipulation ». Donc, la
manipulation est partout, et il ne sert à rien de vouloir
l’interdire, l’éradiquer, au nom de valeureux principes
toujours bafoués dans les faits.
Que se passe-t-il si nous acceptons ce fait ? Voilà le sujet
de ce livre, véritable résumé et précurseur des autres livres
qui traiteront chacun d’un sujet plus précis. La
manipulation dans l’Éducation nationale, en politique, dans
le couple, dans les entreprises, le « problème » du racisme, la
démocratie… Pour chaque sujet que nous traiterons
ultérieurement, nous apporterons un début de solution, sous
la forme d’une nouvelle « façon de fonctionner », et non pas
sous la forme de nouveaux concepts. N’importe quel
énarque peut inventer de nouveaux concepts, alors qu’il
faut une méthode rigoureuse pour « faire marcher » un
système, même s’il ne s’agit parfois que d’un modèle
réduit.


NOTE : ce n’est pas par nombrilisme que l’auteur se cite souvent dans
ce petit livre, ni même par paresse, quoique… Mais à quoi bon
s’efforcer de dire, peut-être de façon maladroite, ce qui fut bien dit en
1978. D’où le nombre imposant de citations de L’Art de manipuler,
1978, sous le signe AM 78.


Chapitre premier :
ON NE PEUT PAS NE PAS MANIPULER

I. Les définitions de la manipulation

suite…

http://www.histoireebook.com/index.php?post/Raynaud-Pierre-L-art-de-manipuler