Histoire des Jacobins – LIVRE RARE



Auteur : Lombard de Langres Vincent
Ouvrage : Histoire des Jacobins, depuis 1789 jusqu’à ce jour, ou État de l’Europe en novembre 1820
Année : 1820

PRÉFACE.

Il n’y a pas encore un an que nous
tracions l’histoire des Sociétés secrètes ;
nous disions ces propres paroles :

 Les Sociétés d’Illuminés doivent
subjuguer l’univers, il n’est plus
question de leur résister; elles ont
déjà le glaive et le pouvoir ; la vaste
conjuration quelles ourdissent a
encore besoin d’être soutenue quelque
temps par l’artifice, la séduction
et la perfidie … Des écrits
immoraux, des maximes incendiaires,
où l’on flatte les vices de
la multitude , où l’on attaque , sous

toutes les formes, les idées saines,
les cultes et les rois, préparent le
complément d’une résolution universelle
méditée depuis long-temps,
arrêtée tout-à-coup par une main
puissante, et rendue à son activité
dévorante par une suite d’événement
qui échappent à la prudence
humaine.
Profonds politiques, songez que
les Sociétés secrètes disposent
aujourd’hui des quatre parties du
monde ; que leurs missionnaires ont
pénétré sous la zone brûlante d’un
autre hémisphère, et que le
bouleversement de tous les peuples est
inévitable. Songez qu’ils sont
partout, dans les armées, dans les

conseils, dans les congrès
Les rois sommeillent !…
Et quand ils se réveilleraient ?…
Il est trop tard. Les cabinets n’ont
plus de secrets pour la secte ; elle
a des millions d’adeptes répandus
en Europe, Avant cinquante ans,
nous aurons un nouveau culte et
de nouveaux maîtres,
Depuis que notre livre a paru , trois
révolutions ont éclaté en Espagne, à
Naples ; en Portugal ; une quatrième
et une cinquième ont pensé réussir à
Paris. Nous n’aurons peut-être pas
écrit cette page que Milan et Berlin
seront en insurrection. Encore une
fois ; souverains : « Regardez en haut et levez la tête,
parce que la chute est proche.
La prophétie est dure ; nous l’avouons ;
la vérité a toujours quelque
chose d’amer : un malade à l’agonie
n’aime point entendre parler de la mort.
Cet ouvrage sera jugé diversement ; il
fera peur, j’en préviens d’avance. Il ne
reste plus qu’à placer, à l’entrée de la
caverne des révolutions, l’inscription
funeste qui ordonne de laisser l’espérance.
Les polices, les alliances, les arrestations
; les supplices, n’y feront rien.
L’état social tombe en dissolution sous
la hache d’une secte ennemie de tous
les pouvoirs ;
qui, d’une main, tient le livre de sang,

et, de l’autre, le glaive.

Les Illuminés ne seront pas les derniers
à se récrier sur ce qu’ils appellent
des visions. Il y a un an, lorsque l’histoire
des Sociétés secrètes parut, ils
demandaient des preuves : eh bien ! les
voilà, ces preuves ; qu’ils les nient. Pour
toute réponse, je leur montrerai Cadix,
Valence, Paris, Naples, Berlin ; je ferai
apporter le poignard tout sanglant des
Sand, des Ibel et des Louvel ; je
rappellerai les manœuvres des Burgenschafft,
du Tugendbund, des Carbonari,
et de toutes les affiliations de
l’Illuminisme. Quant aux incrédules, s’il
en est encore de bonne foi, il faut les
plaindre d’avoir des yeux pour ne point

voir, et des oreilles pour ne pas entendre :
ils aiment l’erreur ? comme les
compagnons d’Ulysse aimaient leur
abrutissement.

CHAPITRE PREMIER.
Considérations générales

suite…

https://mega.co.nz/#!LANU0ByZ!P9Qdyttp-vPGZhTCHC8xKZk4i8rXgeVt0sxmCfTX2g8