Les Jésuites, espions et assassins du Vatican



Auteur : LeDuc Jean
Ouvrage : Les jésuites Espions et assassins du Vatican
Année : 2012

L’origine des Jésuites
Les Jésuites sont connus dans la Franc-maçonnerie comme « les Illuminatis » et en Amérique
comme « les Robes Noires ». En 1625, une trentaine de Jésuites français sont envoyés au Canada

comme missionnaires de la Grande Prostituée de Rome. C’est avec un coeur de feu remplit du
zèle de leur fondateur démoniaque qu’ils répondent à cet appel et se rendent au Canada. Ils
évangélisent les peuples autochtones dans les voies tortueuses du catholicisme. Ils ont
rencontré d’innombrables difficultés, et avec raison. Les uns accueillirent le message, et
heureusement d’autres non. Huit d’entre eux furent martyrisés à cause de leur tentative
d’exploiter le peuple autochtones avec une croyance faussement chrétienne. L’Église Catholique
appelle ce genre de vipères «des saints».
Dans leurs rapports envoyés à leurs supérieurs, les Jésuites décrivent les événements qui se
sont passés dans leurs Missions. Réunies en 73 volumes, les Relations des Jésuites sont une
source de renseignements très précieux sur l’histoire d’une prétendue évangélisation du
Canada. Le rédacteur s’y réjouit « que le feu est si grand dans nos collèges [en France], qu’il est
difficile d’apaiser les larmes de ceux qu’on éconduit et auquel on refuse de nous venir nous
ayder ». Il instruit les nouveaux venus, de la dureté du voyage (depuis la ville de Québec
jusqu’au pays Huron), de l’inconfort des canots en écorce, du danger de verser ou de se briser
sur les rochers, de la frugalité des repas, de l’isolement, du silence éternel de la nature…, sur
les dangers de la guerre, des bandes d’Iroquois (ennemis des Hurons) razziant des villages, des
« sauvages mal intentionnés » qui peuvent vouloir vous tuer sous prétexte que votre robe noire
est responsable de la sécheresse ou tout autre événement désagréable. Plusieurs des Jésuites
furent capturés et torturés par les Iroquois. Dans un sens il est dommage qu’ils ne les
exterminèrent pas tous de la Nouvelle France. Ces serpents venimeux sont, depuis le temps de
la Réforme jusqu’à nos jours, les ennemis les plus dangereux du Christianisme Authentique et
de la pure Parole de Dieu. Les Jésuites ont contribué puissamment à répandre la croyance à la
magie et à la sorcellerie; ils portent la responsabilité de la mort de milliers de personnes,
victimes innocentes de l’Inquisition.
Comme des nids d’insectes venimeuses, toutes sortes d’organisations et d’associations pullulent
au sein de l’Église Catholique: les Augustins, les Bénédictins, les Capucins, les Dominicains ou
Chiens de Dieu, les Illuminatis ou Illuminés du Serpent, l’Opus Dei, le Club de Rome, les
Chevaliers de Colomb, etc. Nous pouvons même y compter ses affiliations secrètes avec la
Maçonnerie, la Mafia dont le Pape est le Parrain (Godfather), la Banque Internationale, et le
mouvement Nouvel Age.
Les Bénédictins furent fondé vers l’an 540, par l’Italien Benoît de Nursie, qui érigea un

monastère au Mont Cassin, au début du 61, siècle. Un moine Bénédictin devait à son abbé une
obéissance aveugle comme s’il était Dieu même*, et cela sans aucun délai dans l’exécution d’un
ordre. Chaque branche avait des milliers, et même, des dizaines de milliers de membres.
Mentionnons les Augustins par exemple, qui, du temps que Martin Luther en faisait parti,
avaient environ 35,000 membres. Chaque organisation existe dans un but spécifique et est
sous l’ordre direct du Pape. Ils envahissent toutes les nations de la terre et forment l’armée
militante de la Papauté. Les Jésuites prédominent sur toutes ces organisations infernales, à un
tel point que le général des Jésuites, surnommé souvent « le Pape Noir », les surpasse toutes en
autorité.
Environ 35 ans après que Luther cloua ses thèses sur la porte de la cathédrale de Wittenberg,
et s’attaqua aux erreurs et à la corruption de Rome, la Réforme était solidement enracinée. Le
facteur principal de ce soulèvement spirituel fut la traduction Allemande du Nouveau Testament
Grec d’Érasme par Luther. Éveillée de sa léthargie, la Papauté réalisa qu’en très peu de temps
la Réforme s’était emparé de presque tout l’Europe. Consternée, elle cherchait de l’aide dans
toutes les directions. Si les Jésuites ne s’auraient pas présenté pour offrir au Pape de régler la
situation, l’Église Catholique n’existerait plus aujourd’hui. Quelle fut l’offre et quelles
furent les armes des Jésuites qu’ils forgèrent dans le feu de l’enfer ?
Le fondateur des Jésuites fut un Espagnol du nom de Ignace de Loyola (1491-1556), que
l’Église Catholique canonisa comme un de ses saints fictifs. Dévoué à la vie militaire, il
combattit dans la guerre que le roi Ferdinand livra en Espagne contre les forces Islamiques, au
temps que Colomb découvrit l’Amérique. A la suite d’une blessure, ses pensées se tournèrent
vers des conquêtes spirituelles, et il voua sa vie au mysticisme et au service du Pape. Il
consacra plusieurs années à des études et à un ascétisme terrible d’une rigidité sévère. Ses
concepts d’entraînement militaire spirituel se trouvent dans son livre intitulé « Exercices
Spirituels » où nous voyons son mysticisme fanatique. Ce livre fit plus que n’importe quel autre
pour favoriser et établir l’infaillibilité du Pape. En 1540, le pape Paul III promulgua la Bulle
d’institution du nouvel ordre, appelé « Compagnie de Jésus », terme militaire des forces mobiles
de la Gestapo de la Papauté, et chaque membre devait faire un voeu d’obéissance absolue au
Pape.
Ayant, avec son ordre, fait voeu de pauvreté et d’humilité perpétuelle, Loyola ne recherchaient
la fortune et le pouvoir que pour les faire servir à la suppression du Protestantisme et au
rétablissement de la suprématie papale sur le monde entier. L’un des principes fondamentaux
de cette horde de scorpions est que « la fin justifie les moyens ». En vertu de ce principe, le
mensonge, le vol, la parjure, la torture et le meurtre étaient non seulement pardonnables, mais
méritoire quand ils servaient les intérêts de l’Église et du Pape.
Lorsque Loyola se présenta au Pape pour lui offrir ses services, il lui dit en substance: « Que les
Augustins continuent à faire des monastères pour que les esprits contemplatifs s’y retirent; que
les Bénédictins continuent à se donner à l’oeuvre littéraire; que les Dominicains maintiennent la
responsabilité de l’Inquisition; mais nous, les Jésuites, nous allons capturer les collèges et les
universités. Nous prendrons le contrôle de l’instruction sur la loi, la médecine, la science,
l’éducation, ainsi nous extirperons tous les livres d’instruction injurieux à Rome. Nous
moulerons les pensées et les idées de la jeunesse. Nous nous engagerons comme des
prédicateurs Protestants et des professeurs dans les diverses croyances du Protestantisme. Tôt
ou tard, nous réussirons à faire discréditer l’autorité du Nouveau Testament Grec d’Érasme,
ainsi que les traductions de l’Ancien Testament qui osent s’opposer à la Tradition. De même
nous déprécierons la Réforme Protestante ».
Le succès des Jésuites fut fulgurant et dévastateur. En très peu de temps les grands

intellectuels de l’Église Catholique se retrouvent tous à l’intérieur de cette Société diabolique.
Vers 1582, lorsque la Bible Jésuite fut produite pour détruire la version anglaise de Tyndale et
la version française d’Olivetan, les Jésuites dominaient sur 287 collèges et universités à travers
l’Europe. Leur système d’éducation et d’entraînement rigoureux était comparé, dans leur
Constitution, à réduire un membre comme « un cadavre maniable »; ainsi ils pouvaient tous être
manipulé et assujetti à la volonté de leurs supérieurs. Ainsi nous dit, J.M. Nicole (Précis
d’Histoire de l’Église) »:
« Pour être admis dans la société, il faut d’abord passer par un noviciat sévère, ensuite faire des
études prolongées comme « scolastique », puis être un certains temps « coadjuteur spirituel ».
Après cela seulement, le candidat prononce le quatrième voeu, prend le titre de « profès » et est
initié aux « règles secrètes ». Les profès sont organisés hiérarchiquement; chacun a « une autorité
illimitée » sur ses subordonnés et doit être « docile comme un cadavre » en face de ses
supérieurs. A la tête de l’organisation se trouve un général nommé à vie, appelé parfois « le
pape noir » à cause de son influence, et qui d’ailleurs est étroitement espionné par d’autres
Jésuites … Par l’ordre des Jésuites, Rome pouvait ainsi opposer au Protestantisme conquérant
une forme de Catholicisme tout aussi enthousiaste et tout aussi expansif ».
Sous des déguisements divers, les Jésuites s’insinuaient dans les bureaux de l’État et
devenaient conseillers des rois et des chefs des nations et en dirigeaient la politique, comme ils
le font encore d’ailleurs aujourd’hui. Ils fondaient des collèges pour les fils des princes et des
nobles et, pour le peuple, des écoles, où ils attiraient les enfants de parents protestants, qu’ils
accoutumaient à observer les rites de l’Église Catholique. « Cette pratique existe encore dans
notre temps moderne, particulièrement ici au Québec » (J.L.). L’ordre des Jésuites se répandit
rapidement, comme des « sauterelles » qui se répandant sur la terre; et partout on assistait une
renaissance du papisme. Il n’est pas surprenant de voir que la description des Jésuites
correspond exactement au symbolisme de l’Apocalypse:
« …des sauterelles qui sortent du puits de l’abîme, qui furent donnés le pouvoir des scorpions de
la terre; et qui ont au-dessus d’elles, l’ange de l’abîme appelé Abaddon et Apollyon,
l’Exterminateur », (Apo. 9:1-11).
Les Jésuites sont les agents les plus discrets et les plus efficaces de la Papauté; ils sont les
champions de sa politique et de l’unité Catholique, des maîtres de la déception, l’armée secrète
du Vatican. Ils justifient pleinement le terme choisi par le pape Paul III pour décrire cet ordre:
« Regimen Ecclésiae Militantis », le Régiment Ecclésiastique Militaire de la Papauté.
Par les « Exercices Spirituels » de Loyola, les Jésuites devinrent des experts dans la distorsion de
la volonté. Ce système de mysticisme témoigne de toutes sortes de phénomènes occultes
étranges. Les mystères, la méditation, les visions, les apparitions qui proviennent des
sensations d’illuminations y jouent un grand rôle. Ce fut cette forme de mysticisme qui fut
infiltrée au sein de groupes de réveils d’un christianisme contrefait (Irvingistes, Méthodistes,
Pentecôtistes, Charismatiques) avec des dons ou capacités surnaturels fortement en vague de
nos jours. Ces différentes formes d’illuminations occultes furent orchestrées par Loyola dans
une idéologie grandiose qu’il nomma « les Illuminatis », c’est à dire « les Illuminés ». Un ancien
Jésuite, le Dr. Alberto R. Rivera, nous dit:
« Lorsque les soupçons se firent entendre que Loyola avait fondé les Illuminatis, les Jésuites
utilisèrent un de leurs membres pour enlever toutes suspicions que ce groupe d’Illuminés fut
relié à l’Église Catholique. Ainsi, prétendant qu’il n’était pas un Jésuite, Adam Weishaut devint
connu aux yeux du monde, comme le fondateur des Illuminatis ».

Avec l’aide d’un Directeur, les fils de Loyola se dévouent aux « Exercices Spirituels » et
deviennent imprégné de ses forces psychiques dans un but très précis, dévoilé par H. Boehmer
(Les Jésuites):
« Nous injectons dans l’homme des forces spirituelles qu’il trouvera très difficile de se
débarrasser plus tard; des forces plus tenaces que tous les meilleurs principes ou doctrines. Ces
forces reviendront à la surface même après plusieurs années, et deviendront si importantes que
la volonté ne pourra plus s’y opposer et elle en suivra les moindres impulsions ».
« Pour ajouter à la puissance des Jésuites », nous dit, Edmond Paris (Histoire Secrète des
Jésuites): « une bulle papale remit l’inquisition entre leurs mains. Tels étaient les moyens
auxquels Home recourait pour éteindre la lumière de la Réforme, et pour enlever aux hommes
la Parole de Dieu qui engendrait la liberté de conscience, si longtemps interdite par la Papauté.
Ignace de Loyola écrivit lui-même: – Ce que nous voyons noir, nous devons le voir blanc, si
l’Église Romaine le dit ».

 La doctrine du libre-arbitre

suite…

http://www.histoireebook.com/index.php?post/LeDuc-Jean-Les-jesuites