Les maîtres des éléments


LLP

par le Bouc Émissaire

2 février 2016

I

Introduction

 


Si vous êtes encore dans l’attente d’un premier contact avec une entité venue d’une galaxie lointaine, eh bien, il serait temps de vous mettre à la page, c’est déjà arrivé. Mais c’est normal que vous ne soyez pas au courant dans la mesure où l’info a été royalement ignorée par tous les médias mainstream de la planète. Ce genre d’information mériterait pourtant d’être rappelé à la face du monde. Étonnant ? pas vraiment.

Si l’explication qui va suivre, fondée sur les enseignements islamiques, vous pose problème, que vous êtes allergique à toute explication faisant intervenir l’islam ou que vous êtes tout simplement islamophobe (c‘est votre droit) alors je vous déconseille fortement de lire ce qui va suivre. Cependant je ne peux m’empêcher dans le même temps de vous conseiller malgré tout de poursuivre la lecture, sans quoi, vous passerez à côté d’informations qui changeront définitivement votre perception du monde dans lequel vous vivez.

À vrai dire le premier contact avec une forme de vie intelligente dite « extra-terrestre » a eu lieu il y a plusieurs… milliers d’années, voire plus. Jusqu’ici rien d’étonnant puisqu’il y a foison de livres, d’articles et de sites internet qui affirment la même chose. Ce que je dis n’est donc en rien un scoop. Et pourtant c’en est un ! C’est même le scoop « secret » le mieux gardé, car il est exposé en pleine lumière, et ce depuis toujours.

Mais avant d’aller plus loin, une petite précision s’impose. Ce ne sont pas les « extra-terrestres » qui sont entrés en contact avec les Humains, mais les Humains qui ont été « déposés » sur le lieu de résidence des « extra-terrestres ». Ces « extra-terrestres » ne le sont finalement pas puisqu’ils sont les autochtones de la Terre. Il s’agit du premier peuple doué de raison et du libre arbitre. Ce peuple banni se nomme « Djinns ».

Sourate 15 versets 26-27 :
« Nous avons certes créé l’homme d’une argile sonnante, extraite d’une boue malléable. Quant aux Djinns, Nous les avions créés, auparavant, d’un feu sans fumée, d’une chaleur ardente. »

Toute l’humanité les connaît sous divers noms, l’islam explique clairement leur interaction avec les humains, leurs multiples capacités et le monde dans lequel ils vivent actuellement. Ils ne viennent donc pas d’une autre planète, mais bien de la Terre, la seule différence c’est qu’ils vivent dans un espace-temps différent du nôtre. Ils sont d’une nature différente, étant constitués d’un feu sans fumée, tandis que nous sommes issus d’argile. Ils sont esprit et en cela restent invisibles à nos yeux.


L’escroquerie de l’ange déchu, fondement du mensonge initial


Le monde des Djinns comporte plusieurs catégories. Ils sont tous doués du libre arbitre et décident en connaissance de cause de choisir le bien ou le mal, d’être croyants ou athées, etc ; ceci compose la première catégorie de Djinns. La seconde catégorie n’est autre que la descendance du plus illustre des Djinns qui n’est autre qu’Iblis, Satan le lapidé.

Sourate 18 Verset 50 :
« Et lorsque Nous dîmes aux Anges : “Prosternez-vous devant Adam”, ils se prosternèrent, excepté Iblis [Satan] qui était du nombre des djinns et qui se révolta contre le commandement de son Seigneur. »

Ils sont les descendants directs d’Iblis et agissent en opposition totale avec Dieu. Ils ne jurent que par la mécréance, le mal et la nuisance envers les hommes. Ils sont ce que l’on nomme les Démons. Dans cette même catégorie de démons figure un groupe que Dieu a lié directement aux hommes et que l’on nomme les Qarine. Chaque être humain dispose de son Qarine, c’est donc un démon lié à tout être humain de la naissance à sa mort . C’est lui qui nous incite par le waswas, l’inspiration de la mauvaise action, qui nous pousse à transgresser les règles divines par la petite voix intérieure

Les Djinns sont donc une création bien distincte des Humains et des Anges. Ces derniers n’ont aucun libre arbitre, ils sont dévoués à Dieu, ne lui désobéissent jamais, passant leur temps à le glorifier et appliquant ses ordres à la lettre. Cela implique qu’ils ne seront pas jugés comme les Hommes et les Djinns le jour du jugement dernier. Les Anges n’auront aucun compte à rendre, ce qui est logique compte tenu de leur liberté d’opinion inexistante. En outre ils sont constitués d’une lumière pure, une autre forme spirituelle. Ce qui en fait un point commun avec les Djinns. De ces trois créations, seul l’Homme est incarné.

Les anges sont donc les messagers et les acteurs positifs de la volonté divine sur Terre et dans les Cieux. Ce sont des créatures remarquables en tout point. Iblis était le djinn (mais peut-être y en avait-il d’autres) parmi les anges qui a eu le privilège d’assister à la création d’Adam. Car c’est un privilège d’assister en compagnie des anges dévoués entièrement à la gloire de Dieu, à sa nouvelle création. Il n’est pas donné à tout le monde d’être un rapproché de Dieu à ce niveau. Iblis devait être un djinn dévoué à son seigneur alors même qu’il disposait, de son libre arbitre, ce qui rendait sa dévotion hautement méritoire comparativement aux anges. Lorsque Dieu annonce aux anges son intention de créer l’Homme et d’en faire un vicaire sur Terre, les anges émettent alors une remarque très importante :

Sourate 1 verset 30 :
« Lorsque Ton Seigneur confia aux Anges : “Je vais établir sur la terre un vicaire “Khalifa”. Ils dirent : “Vas-Tu y désigner un qui y mettra le désordre et répandra le sang, quand nous sommes là à Te sanctifier et à Te glorifier ?” – Il dit : “En vérité, Je sais ce que vous ne savez pas !”. »

Les propos des anges sont pleins d’enseignements. Ils font apparaitre qu’avant la création d’Adam il y avait déjà eu sur Terre un peuple qui a mis le désordre et répandu le sang. Car il est évident qu’ils ne parlent pas des actions futures des Humains sur Terre, mais d’événements passés dont ils ont été témoins. Les anges ne connaissent pas l’avenir, si ce n’est ce que Dieu veut bien leur donner comme action à exécuter, mais aucunement ce qui adviendra de l’Humanité.

Si ce n’est pas des Hommes, alors de qui parlent les anges ? Des Djinns évidemment. Des informations rapportées dans « la chronique » de Tabari et dans l’ouvrage Bidaya wa nihaya d’Ibn Kathir nous donnent des précisions sur le sujet. Néanmoins, il faut les prendre avec précautions, car rien ne prouve leur véracité. Cependant dans la mesure où ils ne contredisent aucunement le Coran, rien ne nous interdit non plus de les reprendre :

« Les djinns vivaient sur terre 2000 ans avant Adam. Ils avaient pour rôle d’adorer Allah et de peupler la terre tout comme l’homme par la suite. Or ces derniers ont semé le désordre et ont répandu le sang durant 2 millénaires. La corruption sur terre avait atteint une telle ampleur qu’ils attirèrent sur eux la colère d’Allah. Dieu ordonna qu’une armée d’anges descende sur terre pour combattre les djinns. Cette armée avait décimé la race des djinns, certains ont pu s’enfuir et trouvèrent refuge sur les îles des océans. D’ailleurs il est rapporté que les plus grandes populations de djinns jusqu’à nos jours se trouvent sur les îles, ainsi que le royaume d’Iblis et de ses sujets parmi les diables et les démons. Iblis qui fut le seul adorateur et soumis à Dieu avait été épargné. D’ailleurs, il joindra les rangs de l’armée des anges pour combattre ses propres frères djinns criminels et corrompus. Pour sa piété et sa soumission à Dieu, Allah gratifia Iblis en lui donnant la terre et les cieux comme royaume. Ainsi Iblis comme un bon serviteur d’Allah pouvait se pavaner sur terre et au paradis et côtoyer les anges qui devinrent ses compagnons. »

Lorsque la création fut terminée, Dieu demande aux anges et à Iblis de se prosterner devant Adam, ce qu’il refusa de faire. C’est la raison de son bannissement du paradis. Dès lors Satan a dû ruser pour atteindre ses objectifs de tromperie définis comme suit :

Sourate 7 versets 16-17 :
« Puisque Tu m’as mis en erreur, dit [Satan], je m’assoirai pour eux sur Ton droit chemin, puis je les assaillirai de devant, de derrière, de leur droite et de leur gauche. Et, pour la plupart, Tu ne les trouveras pas reconnaissants ».

Sourate 4 versets 118-120 :
« Allah l’a (le Diable) maudit et celui-ci a dit : “Certainement, je saisirai parmi Tes serviteurs, une partie déterminée. Certes, je ne manquerai pas de les égarer, je leur donnerai de faux espoirs, je leur commanderai, et ils fendront les oreilles aux bestiaux; je leur commanderai, et ils altéreront la création d’Allah. Et quiconque prend le Diable pour allié au lieu d’Allah, sera, certes, voué à une perte évidente. Il leur fait des promesses et leur donne de faux espoirs. Et le Diable ne leur fait que des promesses trompeuses. »

Tout comme Adam est le père de toute l’Humanité, Iblis est le père de tous les démons. Mais attention, tous les Djinns ne sont pas des démons et tous les démons ne sont pas forcément des Djinns. En effet Allah swt affirme qu’il existe des hommes parmi les démons. Il existe des démons rebelles de la race des Djinns issue de la lignée d’Iblis tout comme il existe des démons rebelles de la race humaine, issue de la lignée d’Adam. Chacun disposant de ses propres caractéristiques physiques et mentales.

Le plan d’Iblis est immédiatement mis en pratique. Sa première action fut de faire chuter Adam et Ève en se « grimant » en serpent afin de les faire chuter. Suivant les Hommes dans leur déchéance terrestre, comme établi dans son plan initial, Iblis a dissimulé sa nature de Djinn en se faisant passer pour un ange déchu et est toujours considéré comme tel chez les juifs et les chrétiens. Ce qui n’est absolument pas le cas chez les musulmans. En islam il est un djinn rebelle, qui du fait de sa rébellion est devenu Satan, le premier démon de l’Histoire.

Ainsi le mythe de l’ange déchu permet de ne parler que des Hommes et des anges et d’occulter les Djinns, l’autre créature, doué de raison, aux formidables capacités de transformations qui partage la Terre avec les humains. On évacue le problème des origines de Satan qui est à la base un racialiste. Il s’estime supérieur à Adam de par sa nature issue d’un feu sans fumée alors qu’Adam est fait d’argile, donc moins noble que la sienne. Le premier raciste de l’Histoire c’est Iblis. Le titre du premier mythomane de l’Histoire lui revient également puisqu’il se crée une fausse origine en se faisant passer pour un ange. Non content de disposer de deux titres il réussit à s’en octroyer un troisième en étant le premier transformiste de l’Histoire lorsqu’il prend l’apparence d’un serpent et tente Adam et Ève, les faisant croquer le fruit défendu (en Islam il n’est nul fait mention quant à la sorte de fruit défendu, seule la Thora fait référence à la pomme, en tant que musulman nous ne pouvons infirmer la pomme comme étant le fruit défendu). À la lecture de ce plan diabolique, on peut aisément lui attribuer un quatrième titre, celui du premier false flag de l’Histoire, dans la mesure où il fait porter le chapeau de la chute d’Adam et Ève sur le dos d’un serpent alors que ce reptile est innocent de tout cela.


Premier raciste, premier mytho, premier transformiste, premier conspirateur. Il a tout pour déplaire Satan le lapidé !


Les Djinns ont la capacité de se transformer en un peu près n’importe quel être vivant. Homme ou animal (peut-être même une plante, un arbre, etc.). Pour avoir cette capacité, ils disposent des connaissances précises qui permettent de s’incarner. Autrement dit, ils commandent les éléments chimiques de sorte qu’ils puissent les assembler de manière harmonieuse pour former un être vivant, selon leurs volontés. Ils peuvent s’incarner en une fraction de seconde et se désincarner de la même manière. Ils maîtrisent les textures, les formes et les sons à la perfection. Un djinn pourrait ainsi apparaître en un clone de vous-même en tous points semblable et qu’il serait impossible pour une tierce personne de vous différencier. Mais la faculté d’incarnation des Djinns dépend, à l’instar des humains, du niveau de maîtrise de « l’assemblage chimique » et de l’expérience. Ainsi certains sont particulièrement doués et sont très recherchés par les « sorciers ».

Le jour de la bataille de Badr, Iblis lui-même s’est présenté sous la forme humaine de Souraqa Ibn Malik un vieillard du Najd. D’après Ibn Djourayh – qu’Allâh lui fasse Miséricorde -, Ibn ‘Abbas – qu’Allâh l’agrée – a dit : « Au cours de la bataille de Badr, Iblis se présenta à la tête de ses soldats, drapeau à la main, pour apporter son soutien aux polythéistes. Il fit croire à ces derniers que personne ne pouvait les vaincre et leur fit savoir qu’il était leur protecteur. Quand les belligérants se rencontrèrent et que Satan se rendit compte que les anges étaient venus en renfort, il prit la fuite en disant : « Je vois ce que vous ne voyez pas… ». » [Source : Tafsir Ibn Kathir, tome 2, page 318].

Sourate 8 Verset 48 :
« Et quand le Diable leur eut embelli leurs actions et dit : “Nul parmi les humains ne peut vous dominer aujourd’hui, et je suis votre soutien.” Mais, lorsque les deux groupes furent en vue l’un de l’autre, il tourna les deux talons et dit : “Je vous désavoue. Je vois ce que vous ne voyez pas ; je crains Allah, et Allah est dur en punition.»


Comment les Djinns maîtrisent-ils les règles de la physique et de la chimie ?


Il faut avant tout comprendre la structure de la matière et ses interactions fondamentales. Les particules élémentaires sont les plus petits objets physiques dont sont constituées la matière et les forces de l’univers. Le modèle standard de la physique des particules explique qu’Il y a 2 sortes de particules :

1Les particules qui sont de la matière, comme les électrons, les protons, les neutrons ou les quarks. Les neutrons et les protons (les nucléons) sont composés de particules élémentaires appelés quarks.
2Les particules qui véhiculent les forces, comme les photons. Chaque type de force est « véhiculé » par une particule messagère. Le photon, par exemple, pour la force électromagnétique.

Le modèle standard explique que les fermions sont les briques de base de la matière. Il existe douze fermions élémentaires : six quarks et six leptons et que toutes les particules observées peuvent être obtenues à partir de ces 12 constituants élémentaires. Ainsi les Djinns sont capables d’interagir et de combiner les particules élémentaires qui les composent et d’en modifier l’assemblage afin de s’incarner comme bon leur semble. C’est ce que l’on appelle la transmutation des éléments. Le chimiste Walter « Eisenberg » White de la série Breaking Bad peut aller se rhabiller. Les Djinns sont les meilleurs chimistes des êtres doués du libre arbitre.

Les Alchimistes ont tenté par tous les moyens de maîtriser la transmutation des éléments. En vain. La quête de la pierre philosophale n’est rien d’autre que la quête du savoir des Djinns. Tous les traités d’alchimie et autres livres de « recettes » ne sont rien d’autre que des manuels de sorcellerie qui explique la marche à suivre pour invoquer un djinn, afin d’obtenir quelque chose de lui. Il est dès lors relativement aisé d’imaginer ce que peut faire un djinn sur un organe malade ou l’interaction qu’il peut avoir sur une maladie génétique. Les djinns peuvent agir, parmi des milliers d’autres choses, sur les nerfs optiques afin de provoquer une cécité ou susciter une hallucination. Faire entendre des voix est un jeu d’enfant pour eux. Jeanne d’Arc étant sans doute leur jouet le plus célèbre. Ils peuvent reproduire n’importe quel son, n’importe quelle voix, et peuvent créer de toutes pièces des sons et des formes physique inexistantes. Si un djinn souhaite se reconvertir parmi les Humains, je lui conseille de se lancer dans la carrière de transformiste ou d’imitateur, il ferait un carton. Sans doute cela a déjà existé, allez savoir. Leurs capacités de « bienfaits » et de nuisances sont sans limites. Il n’y a aucune place aux miracles, tout est le fruit d’opérations physico-chimiques. Les magnétiseurs et autres rebouteux n’utilisent que les capacités des Djinns, la fameuse « énergie » qu’ils ressentent tous sans exception et dont ils se disent « investis ». Leurs dons, c’est d’être la « marionnette » d’un djinn qui agit à travers eux en back-office.

Les alchimistes tout comme Iblis ont ce point commun qu’ils ont lamentablement échoué, pour les premiers à transformer le Plomb en Or ou pour Satan, dans une moindre mesure, à transformer un djinn en ange.

À suivre…

 

 

II

à la poursuite du Plan


« En Occident nous les trouvons risibles. Nous savons fort peu de choses sur la race véritable, celle des Djinns, et nous ne les craignons pas du tout. Les cultures moyen-orientales ont toutefois un point de vue considérablement différent sur les Djinns. Dans plusieurs maisonnées islamiques, le seul fait de prononcer le mot fera fuir les plus braves d’effroi. En effet, on juge les Djinns tout à fait réels et une grande menace pour l’humanité, responsables des malheurs, des maladies, des possessions et même de la mort. Les Djinns se dissimulent dans l’ombre, prenant leur mal en patience en nous observant, guettant les occasions de frapper, entrant en contact avec les humains uniquement quand cela sert leur dessin. Les Djinns sont capables de formidables métamorphoses et peuvent vivre des milliers d’années. Provoquer la colère des Djinns équivaut à ouvrir la porte à la destruction. » Philip J. Imbrogno.


A lire :  Les maîtres des éléments, Introduction


 

La logique du Plan d’Iblis est d’une simplicité enfantine. Il s’opposera systématiquement aux ordres d’Allah (swt). La meilleure façon de mettre son Plan à exécution c’est de répéter ce qui a déjà fait ses preuves. Le False Flag du jardin d’Eden fut, à ses yeux, une réussite totale. Son Plan est rapidement couronné de succès, puisque dès l’entame il parvient à provoquer le premier meurtre de l’Histoire entre les deux garçons d’Adam et Ève1.

Dieu ordonne la justice, la fidélité, le respect, interdit le meurtre, etc. Tel un miroir irréfléchi Satan sanctifiera l’injustice, se fera chantre des libertaires, annihilera toute forme de respect en attaquant la morale de toutes parts, etc. Avançant masqué, il prendra systématiquement l’apparence d’un réformateur avec le bien-être et le progrès de l’Humanité comme seul carburant. L’idéologie dite des « droits de l’Homme » est sans doute le meilleur de ses false flag.

Un épisode de la série anthologique La quatrième dimension « l’homme qui hurle » retranscrit admirablement la ruse satanique séculaire. Cependant au regard de la raison première de la création des Hommes et des Djinns par Allah (swt), à savoir «…que pour qu’ils M’adorent » 2 Iblis va mettre toute son énergie pour détourner le culte d’Allah (swt) vers d’autres divinités.

Faire adorer d’autres divinités qu’Allah (swt) fut la principale activité des « maîtres des éléments ». La vénération des étoiles, du soleil et de la Lune est sans doute la tromperie la plus aisée qu’ils aient accomplie. Bien qu’il reste encore des peuplades à divers endroits de la planète qui vénèrent encore ces astres, cette hérésie a eu tendance à ne pas tenir le choc face aux révélations divines successives. Pour durer dans le temps Iblis a dû innover en permanence. L’adoration indirecte a prouvé ses limites, désormais il fallait avoir la maîtrise des événements. Mettant à profit leurs capacités hors normes, les Démons ont franchi une étape dans la tromperie en se faisant adorer eux-mêmes à la place de Dieu. Pour ce faire, il était nécessaire de scénariser les choses avant d’agir.

Ainsi, si Dieu est unique, alors Iblis va imaginer une multitude de divinités dans les cieux. Si Dieu n’est ni homme, ni femme, Iblis va sexualiser la nature de ces nombreux dieux et déesses, les marier, leur donner une filiation. Si Dieu a créé les cieux et la Terre avec précision et en toute logique, Iblis proposera la théorie de l’évolution et la création issue du hasard. Dieu ne souffre ni de faim, ni de soif, ni de fatigue, Iblis instaurera le repos du 7e jour, etc.

De cette manière Iblis et ses cohortes démoniaques se sont lancés dans la création de la plus grande œuvre mythologique jamais imaginée. Aux quatre coins du globe, dans toutes les langues, à toutes les époques, d’Adam jusqu’à nos jours, ils ont noyé l’Humanité dans un flot ininterrompu de croyances, de théories sur les origines du monde, de religions à mystères, de coutumes ancestrales, de rituels secrets et autres superstitions.

Les faunes, les êtres mi-hommes mi-animaux tels que représentés dans les civilisations égyptienne, assyrienne, aztèque, asiatique et autres sont autant de Djinns se faisant déifier en s’incarnant en créatures extraordinaires mêlant habilement zoomorphisme et anthropomorphisme. Les exemples sont nombreux comme Quetzalcóatl, le fameux serpent à plumes du Mexique, Anubis divinité égyptienne à tête de Chacal, l’esprit « protecteur » assyrien Shedu, disposant d’un corps de taureau, des ailes d’aigle et d’une tête humaine où Hanuman, le dieu-singe de l’Hindouisme.


« À Atfih, Hathor, déesse de l’amour, avait figure de femme , mais laissait passer de sa perruque des oreilles de vache. Héracléopolis rendait un culte au dieu-bélier Harsaphès. Thot, à tête d’ibis, était patron d’Hermopolis. À Siout, Ophoïs se montrait sous l’apparence d’un chacal. Horus d’Edfou avait pour animal sacré un faucon dont les imagiers adaptaient la tête à son corps humain. Khnoum, à Esna ou à Éléphantine, présentait une tête de bélier. » Que sais-je ? de F. Daumas relatif aux Dieux de l’Égypte (PUF 1977)


La déification des Djinns n’est pas leur seule arme même si elle est d’une redoutable efficacité et qu’elle fonctionne encore de nos jours. Le Plan d’Iblis prévoit un deuxième « champ de bataille » dans son combat contre l’Humain. Un terrain désavantageant totalement les Humains : celui de la possession.

Le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : « Satan circule dans l’homme comme circule le sang dans les veines; c’est pourquoi j’ai craint qu’il ne sème le mal dans vos cœurs ou ne dise quelque chose » Et dans une autre version : « Il atteint du fils d’Adam ce qu’atteint le sang ». Rapportés par Al Bukhâri n° 2035, Mouslim n° 2175.

Pour maîtriser un humain, il faut avoir accès aux commandes. Atteindre ce qu’atteint le sang dans un corps c’est toucher à l’entièreté des organes et du système nerveux. En 1959 dans son ouvrage Notions Fondamentales d’Endocrinologie et de Criminologie l’occultiste Samaël Aun Weor (de son vrai nom Víctor Manuel Gómez Rodríguez), idéologiquement très proche d’Helena Blavatsky explique indirectement, de manière simple et limpide, comment posséder une personne. « Les sécrétions des glandes endocrines sont absorbées directement dans le courant sanguin. Le sang apporte les sécrétions des glandes endocrines aux autres organes et glandes qui alors se voient incités à un plus grand effort, à un travail plus intense. Le mot hormone, ne l’oublions pas, vient d’un mot grec qui signifie : « exciter ». En fait, les hormones ont le pouvoir d’exciter ou stimuler tout l’organisme, de l’obliger à travailler. »

Les informations viennent souvent de ceux que nous combattons. En l’occurrence les occultistes nous livrent très souvent les clefs des maux qu’ils répandent. Le système endocrinien répond à tous les prérequis d’une possession à part entière.


http://i1.wp.com/www.lelibrepenseur.org/wp-content/uploads/2016/02/Sch%C3%A9ma_principales_glandes_endocrines.png?w=300


Une mainmise sur le système endocrinien permet de contrôler et d’interagir sans limites sur une personne. Les Djinns pourront à loisir et selon leur capacité propre, modifier/altérer les informations transmises par les différents neurotransmetteurs endocriniens. Quand on sait, par exemple, que l’hypophyse déclenche l’ovulation et stimule la sécrétion de la progestérone et des œstrogènes, on peut aisément imaginer ce qu’un Djinn peut causer comme blocage chez une femme. Comme l’empêcher d’enfanter.

Elle sécrète également la somatotrophine, l’hormone de croissance qui stimule les tissus et le métabolisme énergétique ou la prolactine qui agit sur les glandes mammaires en stimulant leur production de lait. Chez l’homme l’hypophyse favorise la sécrétion de testostérone.

De son côté la thyroïde stimule l’apport d’oxygène aux cellules et la sécrétion d’adrénaline (qui est produite par les glandes surrénales). L’adrénaline qu’est-ce que c’est ? C’est l’hormone sécrétée lors d’un stress (peur, excitation, etc.) avec pour conséquences, par exemple, une augmentation des capacités pulmonaires; le cœur bat plus vite pour mieux irriguer les muscles ; le travail des organes internes est ralenti ; l’esprit est plus éveillé, plus alerte. La Thyroïde agit également sur la sécrétion hépatique du cholestérol, sur la synthèse des protéines, mais également sur le cœur, les muscles, le squelette, le système digestif, le système génital et la peau, par optimisation de la croissance et par stimulation des différentes fonctions sécrétrices (sucs digestifs, lactation, sébum …).

Le Pancréas quant à lui excrète dans la lumière intestinale, le suc pancréatique qui contient des enzymes indispensables à la digestion. Il sécrète également l’insuline et le glucagon dans le sang. L’insuline et le glucagon sont utilisés par l’organisme pour régler la glycémie (taux de glucose ou « sucre » dans le sang) et dans les tissus, en particulier le foie et les muscles. Il est assez aisé d’imaginer les actions réalisables en intervenant sur le pancréas

Les surrénales synthétisent, à partir du cholestérol, une trentaine d’hormones corticoïdes. Elles régulent la concentration des sels minéraux sanguins, Sodium et Potassium, et influent sur le métabolisme cellulaire et contribuent à la résistance au stress.

La communication endocrine est une communication qui relie des cellules situées à distance les unes aux autres. Les hormones dites messagers chimiques sont déversées par les glandes endocrines (et plus marginalement par d’autres cellules endoctrines isolées) directement dans le sang et diffusées ensuite à tout l’organisme. Ces dernières atteignent par la circulation sanguine les cellules cibles.


communication endoctrine schema


La fenêtre d’action d’un Djinn se trouve précisément à cet endroit. Il agit directement sur les hormones messagers chimiques. Deux hypothèses sont envisageables quant à sa manière concrète d’agir :

  • Soit le Djinn se clone littéralement en une hormone contradictoire afin de provoquer le dérèglement d’une fonction organique ou l’aggravation de son état. Inversement il pourra remédier une anomalie et restaurer l’état d’une fonction ou d’un organe en se clonant « hormonalement » comme il se doit. Et cela explique, en partie, les « guérisons miraculeuses » car « inexplicables dans l’état actuel des connaissances médicales » et qui font la notoriété (et la richesse) de villes comme Lourdes.
  • Soit le Djinn modifie directement auprès de la glande endocrine l’ordre d’émission de l’hormone messager chimique. Il falsifie les ordres et fait en sorte, soit d’envoyer la mauvaise hormone, soit en trop grand nombre, soit en trop petite quantité, etc. il crée un dérèglement hormonal. Il peut même annuler purement et simplement l’ordre d’envoi d’Hormone. La glande ne fonctionne tout simplement pas.

Pour pouvoir corrompre l’ordre d’envoi d’hormones, le Djinn doit corrompre le signal de sécrétion de la glande endocrine. Celui-ci est soit un signal chimique et donc le Djinn le réalise de la même manière que précédemment, soit de type influx nerveux et alors le Djinn recréera une charge électrique en s’incarnant en autant de protons, neutrons et électrons que nécessaire.


http://i0.wp.com/www.lelibrepenseur.org/wp-content/uploads/2016/02/Le-corps-humain-5e-editions-adolf-Faller-Pierre-SprumontMichael-Schunke.png?resize=610%2C272


Le corps humain, 5e édition, A.Faller, P. Sprumont, M.Schunke.

Dans les deux cas « Satan circule dans l’homme comme circule le sang dans les veines ».

Rendre stérile, provoquer une fausse couche, faire perdre la raison, contrôler la langue, l’ouïe, la vue, l’esprit, les mouvements, rendre incontinent, faire perdre/prendre du poids, etc. la liste des options est infinie. La Médecine moderne ne parviendra jamais à expliquer les guérisons miraculeuses, les possessions et autres troubles de la personnalité multiples avec une approche purement scientifique. Ça tombe bien, ce n’est justement pas le but recherché.

À suivre.


1- Selon la Thora ils se prénomment Habil et Qabil. En islam aucune source interne ne précise leurs prénoms.
2- Sourate 51 Verset 56 : « Je n’ai créé les Djinns et les hommes que pour qu’ils M’adorent ».


III

les rois de l’effraction

http://i2.wp.com/www.lelibrepenseur.org/wp-content/uploads/2016/02/Quetzalcoa-FINAL.jpg?resize=768%2C465


« L’islam a toujours affirmé l’existence de mondes transcendantaux invisibles qui existent au-delà de l’observation (normal) et, par conséquent, la recherche scientifique, dans les dimensions d’espace-temps autre que le nôtre (al-Ghaïb), a toujours exigé des croyants qu’ils croient en ces mondes invisibles. Les anges et les djinns sont sur la terre, et pourtant ils ne peuvent être vus par les êtres humains. Le Coran déclare qu’il y a deux anges (sur les épaules de) chaque être humain. Même si nous ne pouvons pas voir les anges et les djinns qui sont autour de nous, chaque croyant croit en leur existence ici-bas ! Ceci est la preuve de notre croyance dans les dimensions de l’existence, et, par conséquent, des mondes de l’espace-temps autre que le nôtre, existant aux côtés de notre propre monde ici sur terre.

Non seulement nous croyons en ces dimensions qui transcendent notre expérience normale, mais nous disposons également des preuves irréfutables qu’un ange peut entrer dans notre dimension et apparaitre dans notre espace-temps et ainsi le voir avec nos yeux. Cela a été démontré à plusieurs reprises par l’Ange Gabriel (as). (NDT : en référence au hadith de Jibril1 ). Cet événement est considéré comme l’occasion la plus incroyable dans l’histoire où un ange assume une forme humaine en entrant dans la dimension de l’espace-temps dans lequel les êtres humains existent, devenant ainsi visibles et tangibles pour eux. » Sourate Al Kahf et l’époque moderne, Sheikh Imran Hosein, 2007. Non traduit à ce jour.


Les rois de l’effraction


En parallèle à leurs multiples travaux d’égarement et d’adoration d’autres divinités, les Djinns recourent à leur arme de destruction massive, à savoir la possession pure et simple d’une personne.

Il est important de connaître les raisons qui poussent un Djinn à posséder une personne. Il en existe principalement deux. La première est motivée par la vengeance qui répond à un mal (réel ou supposé) qu’un humain lui a fait subir. C’est une réparation qu’il juge nécessaire. Soit le Djinn prend possession effective de la personne soit il la terrorise et lui rend la vie impossible. La personne est possédée et/ou tourmentée de manière continue ou par intermittence. Dans les cas les plus extrêmes, elle est poussée à la folie et au suicide. Il faut savoir que les Djinns peuvent se venger d’une personne toute sa vie durant et parfois même sur les générations suivantes.

La deuxième raison quant à elle se situe dans la continuité du Plan initial d’Iblis. Les possessions sont de la pure défiance envers Allah (swt). Elles servent à nuire aux Humains, à leur faire du mal simplement pour le mal.

À noter que l’acte de possession, quel qu’il soit est un péché en islam et à ce titre les djinns y recourant seront jugés pour cela. La possession est un acte d’une grande violence, une injustice et une oppression envers celui qui la subit. C’est une effraction de votre propre personne qui va bien au-delà de l’atteinte à l’intégrité physique. Allah (swt) punit sévèrement ceux qui s’adonnent à l’injustice et à l’oppression. Le Coran propose de nombreux versets relatifs à l’injustice, comme ceux-ci :


Sourate 14 Verset 42 « Et ne pense point qu’Allah soit inattentif à ce que font les injustes. Il leur accordera un délai jusqu’au jour où leurs regards se figeront. »
Sourate 42 Verset 42 « Il n’y a de voie [de recours] que contre ceux qui lèsent les gens et commettent des abus, contrairement au droit, sur la terre : Ceux-là auront un châtiment douloureux.»


Les Djinns accèdent à la possession par trois modes opératoires qui sont autant de clefs donnant accès au contrôle total d’une personne à savoir la sorcellerie, les drogues/l’hypnose/le spiritisme et les traumatismes.


La sorcellerie


C’est la méthode la plus connue. Elle implique un sorcier, qui ordonne au Djinn de prendre possession d’une personne. Le sort que le sorcier compose est une clef qui ouvrira la porte d’entrée au Djinn. Sans cette clef, le djinn ne pourra pas agir. On appelle sorcellerie l’ensemble des procédés (rituel), des pratiques et des pensées fondées sur l’invocation et la manipulation, faisant intervenir des démons qui agiront sur les hommes et les événements de leurs vies. C’est le moyen d’obtenir des informations, des conseils et d’influencer des événements, des gens et/ou des phénomènes physiques. Lancer un sort est le procédé le plus connu en sorcellerie. Le sorcier étant celui qui lance concrètement les sorts, il est le relais entre le commanditaire, la victime et les exécutants.


Skull and bones
« Crâne et os »322

Tout ou presque a été dit et écrit sur la société secrète Skull and bones. Anthony Sutton et Alexandra Robbins y ont grandement contribué grâce à leurs ouvrages. Il est fréquemment fait mention d’occultisme, des pratiques païennes et de sorcellerie au sein des Skull and bones. Celui qui s’intéresse un tant soit peu à cette secte, n’ignore pas que toutes ces affirmations sont bien réelles. Il suffit pour cela d’étudier l’origine de la société qui est fondée dans l’adoration des Djinns.


« En 1833, les jeunes membres adoptent la tête de mort et les ossements comme emblème. À la même époque, le chiffre 322 devient le « chiffre clef » de l’organisation. C’est en effet en 322 av. J.-C. qu’est mort l’orateur grec Démosthène. Selon la « tradition Skull and Bones », la déesse Eulogie aurait alors rejoint le paradis, avant de redescendre en 1832 et de rejoindre la société secrète.Skull and bones, l’élite de l’Empire »


Le but et les intentions des Skull and bones ne sont en réalité secrets que pour celui qui ne veut pas voir. Ces membres ne sont finalement que la version moderne des sorciers et des sorcières du Moyen-Âge. À la différence qu’aujourd’hui, ils ont troqué le balai et le chat noir contre le costard cravate. Soirée satanique privée, tenue correcte exigée ! Les apparences changent, mais le fond reste le même.

À propos de balai, petite info qui vaut son petit pesant de Shekels et qui concerne l’origine du fameux balai magique sur lequel les sorcières se déplacent dans les airs. C’est dans la Kabbale et dans le Talmud qu’on trouve son origine. On peut remercier notre cher Rav von chaya pour l’information qui est visible ici. Il explique que les hauts initiés à la Kabbale sont capables de se déplacer instantanément n’importe où dans le monde grâce à un nom de Dieu qu’ils inscrivent sur un parchemin avant de le glisser dans le creux d’un bambou. Ils enfourchent ensuite le bambou en prononçant la destination souhaitée et aussitôt ils se dématérialisent et se rematérialisent à l’endroit voulu. C’est « magique » ! J’aborderai dans un prochain chapitre un thème semblable au sujet des Djinns qui travaillaient sous le règne de Salomon (as) .


Le Tombeau


L’ex-étudiante de Yale, Alexandra Robbins a écrit en 2002 un livre intitulé « Skull and bones » dans lequel elle fait de stupéfiantes révélations issues de ses propres observations et de témoignages de personnes ayant fréquenté le Tombeau. Qu’est-ce que le Tombeau ? C’est une petite habitation de pierres brunes, sans fenêtres, pourvue d’un toit servant de piste d’atterrissage pour l’hélicoptère privé de la société situé sur le campus de l’université de Yale. C’est le lieu de rencontre des Bonesmen pour leur « rite initiatique occulte », qui a lieu deux fois par semaine.

Alexandra Robbins explique par exemple qu’il y’ a à l’intérieur du Tombeau « des dizaines de squelettes et de crânes, aussi bien d’hommes que d’animaux, accrochés aux murs.» […] le décor du Tombeau, est constitué d’objets et notamment d’emblèmes nazis gardés comme des reliques y compris un ensemble de plats en argent ayant appartenu à Hitler, de douzaines de crânes et d’un assortiment d’objets décoratifs: des cercueils, des squelettes et des entrailles. Page 13.

Cette société secrète approuve aussi la profanation des tombes : dans les « entrailles du « tombeau », on trouve les crânes volés du chef apache Geronimo, de Pancho Villa et de l’ancien président Martin Van Buren. Page 16.
Dans cette pièce se trouve aussi une énorme caisse contenant un squelette que les skullboniens appellent, avec une irrévérence chevaleresque, « la Madame », à cause de leur conviction qu’il s’agit de celui de madame de Pompadour, la maîtresse mondaine et élégante du roi Louis XV. Page 107.

Les plus grands criminels de ce siècle et celui passé font partie des Skull and bones, comme le Frankiste John Kerry ou la triplette gagnante dite du « buisson ardent » la famille Bush : Prescott le banquier d’Hitler, Georges « 1ère guerre du Golfe » père et W « guerre contre le terrorisme/les deux tours magiques » fils. La trinité luciférienne faite homme !

On peut également ajouter Pierre Jay premier chef de la Banque de Réserve fédérale de New York ou l’ordure Paul Bremer à qui l’on doit le chaos en Irak. Ces personnes ne sont rien d’autre que des adorateurs d’Iblis, ceux que l’on nomme les Shayatines parmi les hommes. Définitivement, on reconnaît l’arbre Zaqqoum à ses fruits.

Un élément apparaît comme essentiel au sein de cette secte. Les os. Leur univers n’est qu’un empilement d’os, de crânes et de squelettes. À croire qu’ils les vénèrent. Nombre de rituels de sorcellerie et de contacts avec les Djinns utilisent comme médian les os humains ou d’animaux, notamment en Afrique . Les osselets par exemple sont à l’origine un jeu divinatoire mongol dénommé Shagai. L’astragalomancie (prédire l’avenir avec des osselets) fait référence à l’Astragale, l’os provenant du tarse d’un animal. La pratique des osselets était très répandue dans la Grèce antique, on en a trouvé en grandes quantités dans les tombes.

En y regardant de plus près on peut se poser la question du pourquoi des ossements ? On peut également se poser la question du pourquoi des autres médians que sont par exemple les plantes, le sang, les ongles, les cheveux, etc. dans les processus de sorcellerie ? Les réponses sont nombreuses, mais concernant les os, un début de réponse apparaît au détour d’un hadith et qui éclaire lumineusement la pratique des Skull and bones.

Al Bukhari rapporte un hadith dans lequel il est mentionné que le Prophète (saw) demanda à Abu Hurayra de lui apporter des pierres avec lesquelles il puisse se nettoyer. Il dit : « N’apporte pas d’os ni d’excréments » plus tard, Abu Hurayra lui demanda la raison de cette interdiction. Le prophète (saw) dit : « Ils font partie de la nourriture des djinns. Une délégation des djinns Nasibi, qui sont les meilleurs parmi les djinns, est venue me demander des vivres pour un voyage. J’ai alors invoqué Allah en leur faveur afin qu’ils ne passent pas à proximité d’un os ou d’un excrément sans pouvoir en tirer quelque nourriture ».

Autrement dit les os sur lequel le nom d’Allah (swt) a été prononcé servent de nourriture aux Djinns croyants tandis que les excréments d’animaux servent de nourriture à leurs animaux étant bien entendu que les Djinns disposent d’animaux à l’instar des hommes. Quant aux os sur lequel on n’a pas prononcé le nom d’Allah (swt) il sert de nourriture aux non-croyants et aux démons. Incontestablement les os font partie de l’alimentation des Djinns.


Le sabbat des sorciers en Europe XVe-XVIIIe siècle , Nicole Jacques-Chaquin


En recoupant ces informations, il apparaît que les pratiques de sorcellerie impliquant des ossements sont autant d’invitations faites aux Démons de passer à table, en échange de faveur que ces derniers, accorderont ou pas, selon leur bon vouloir. Sans doute les Djinns consomment d’autres aliments tels que des plantes, du sang, cheveux, ongles, etc.la liste doit être longue puisque qu’il s’agit des « ingrédients » qui sont utilisés lors de pratiques occultes. Toutes ces compositions servent d’appâts et d’offrandes aux djinns. Qui peut encore nier que les Skull and bones ne sont pas de vulgaires sorciers ? Tout converge, que ce soit dans les actes cultuels ou dans les faits sur le terrain vers une pratique de sorcellerie de ses membres.

La secte des skull and bones , de par sa symbolique et ses pratiques occultes, n’est en réalité qu’une succursale de sorcellerie. C’est Harry Potter à l’école des Sorciers transposés dans la réalité. Ce qui est le plus terrifiant dans ce constat c’est que les hommes qui « dirigent » le monde sont tous issus de cette crypte démoniaque. Satan a réussi l’exploit de mettre ses pions à la tête des Nations et l’Humanité dans son assommante majorité n’y voit que du feu.


Les drogues, l’Hypnose et le Spiritisme


Ces méthodes annihilent toutes les protections naturelles et ouvrent d’une manière différente la porte aux Djinns. Elles ont été promues et mises en avant par notre société moderne. Les drogues telles que l’opium, le LSD, l’héroïne, la consommation d’alcool, le cannabis et les médicaments psychotropes sont autant de manières d’abolir notre psychisme et d’ouvrir la porte aux Djinns. Inutile de lancer un sort, les Djinns sont cordialement invités à vous hanter, et ils ne s’en privent pas. Les lourds traitements psychiatriques infligés aux malades souffrant de pathologie hallucinatoire, de bouffées délirantes et autres schizophrénies ne font en réalité qu’aggraver le mal en ouvrant davantage les portes déjà grandes ouvertes aux hordes d’Iblis.

L’hypnose fut très en vogue à l’époque post-révolutionnaire jusqu’au début du 20è siècle et ce n’est pas un hasard. Cette science occulte issue du magnétisme animal a ouvert la voie au concept d’« inconscient » chez Freud, engendrant par la même occasion, la fameuse psychanalyse. Ce dernier ne déclarait-il pas, en 1937, deux ans avant sa mort « il n’y a pas de substitut à l’Hypnose ! » Mais c’est à Pavlov, sans son chien, découvreur des réflexes conditionnés qui a réhabilité l’hypnose alors considérée comme marginale, relevant de la fantaisie et de la superstition, pour la faire entrer par la grande porte dans la médecine scientifique. Le film Hypnose sorti en 1999 avec Kevin Bacon traite spécifiquement du sujet. Il vaut le coup d’être visionné dans la mesure où il explique le mécanisme fonctionnel de l’hypnose de manière accessible, saupoudrée d’une intrigue plutôt intéressante.

L’hypnose n’a qu’un seul but, masqué par l’habit thérapeutique, la manipulation de l’esprit pour offrir un accès volontaire à la possession des Djinns. Nombre d’hypnotiseurs ne travaillent pas avec les Djinns, loin s’en faut, mais le simple fait de se faire hypnotiser suffit à un djinn pour vous posséder rend de facto cette pratique hautement nuisible. Ne dit-on pas qu’il ne faut pas tenter le diable ?

Voici l’avis religieux (fatwa) qu’ Ibn Baz a promulgué concernant l’Hypnose.


« L’hypnose est une sorte de divination qui utilise un djinn par lequel l’hypnotiseur a un pouvoir sur l’hypnotisé en lui faisant parler par sa langue, en lui donnant une capacité pour accomplir certains actes, et cela si ce djinn était honnête avec l’hypnotiseur. Le djinn se sert de l’hypnotisé au service de l’hypnotiseur pour accomplir les tâches qu’il lui demande ou pour lui transmettre les nouvelles dont il a besoin à l’aide de djinn si celui-ci est honnête. Il n’est donc pas permis d’utiliser l’hypnose ni de la considérer comme un moyen ou une voie pour rechercher la place d’une chose volée ou perdue, pour guérir un malade ou accomplir un travail quelconque à l’aide de l’hypnotiseur. Cela est même considéré comme un « chirk » polythéisme, selon ce qui a été mentionné ci-dessus et parce qu’il est un recours à un autre qu’Allah, et, car cela dépasse les causes naturelles qu’Allah a révélées à Ses créatures. »


Le spiritisme quant à lui relève d’un jeu dangereux. À l’instar de l’hypnose, il a fortement été mis en avant lors du siècle dernier et reste toujours d’actualité. Il consiste à entrer en contact avec des Djinns et des démons, ces derniers se faisant faussement passer pour les esprits de défunts. Le risque de possession est plus qu’élevé et les conséquences peuvent être gravissimes dans la mesure où vous risquez d’importuner un démon qui n’attendait qu’une occasion pour vous nuire. La littérature et le cinéma lui ont accordé une place de choix dans les pratiques occultes. Il est pratiqué par des adolescents en quête de sensations fortes, d’expériences paranormales ou par simple curiosité.

Cependant les personnes ayant perdu un être cher qui espère entrer contact avec lui par-delà la mort se tourne vers le spiritisme avant d’éventuellement se tourner vers l’écriture automatique et la Transcommunication. Toutes ces pseudo « sciences » ne sont que des outils de communication avec les Djinns. Le film Les autres sorti en 2001 avec Nicole Kidman traite en filigrane du spiritisme.


Les traumatismes


Autres brèches émotionnelles (violence, pornographie, images et films choquants…). Le but étant l’abolition totale ou partielle, tout comme les drogues, de la protection naturelle par un choc d’une très grande violence.

Le traumatisme est sans aucun doute le moyen le plus efficace et le plus « économique » permettant d’accéder au contrôle mental d’une personne. En effet un traumatisme provoque un affaissement des protections naturelles dont nous disposons tous. Ainsi la meilleure opportunité offerte à un Djinn d’entrer en vous réside dans un trauma, qu’il s’agisse d’une dépression, d’être témoin ou victime d’une agression, d’un viol ou d’exactions en tout genre. Les traumatismes ainsi générés sont autant d’ouvertures donnant accès à votre esprit, votre centre de commandement.

Plus le traumatisme est grand, plus l’ouverture est importante et plus la personne deviendra une proie accessible. Imaginez une maison dont on a retiré la porte d’entrée. L’attente sera courte avant que l’on ne vienne la visiter, la cambrioler et puis fatalement la squatter. Concernant l’esprit, les conséquences sont beaucoup plus graves, car c’est une porte ouverte au syndrome de personnalités multiples. Il est assez aisé de reconnaitre une personne atteinte de ce syndrome par le fait qu’elle présente différentes personnalités, persuadées qu’elles sont les seules occupantes des « lieux ». Il est possible d’en trouver deux, trois, quatre voir jusqu’à des dizaines à la fois. Personnalités qui sont autant de Djinns. Chacun d’eux ayant son caractère propre, la personne naviguera alors entre tous ces « hôtes ». En fonction du djinn qui sera au poste de commandement et la personnalité changera subitement. Ces « hôtes » prennent le contrôle grâce à des mots clefs, des images ou des sons spécifiques propres à chacun d’eux.

Pour se faire une idée du fonctionnement d’une personne souffrant de personnalités multiples, je vous conseille l’excellent film  Identity  de James Mangold sorti en 2003. Il relate la tentative de l’avocat d’un condamné à mort de convaincre les jurés que non seulement son client est innocent du crime dont on l’accuse, mais surtout que le crime est le fait d’une de ses dix personnalités multiples qui cohabitent en lui. L’avocat obtient un dernier recours afin de prouver ses dires quelques heures avant l’exécution. Il tentera alors face à eux de faire se rencontrer les dix personnalités dans l’esprit de son client afin de les interroger et de découvrir quelle personnalité est le véritable coupable.

Un grand nombre de récits de rescapés d’abus et de cultes sataniques ont tous fait l’objet d’une programmation de type Manchurian Candidate (voir le film du même nom avec Denzel Washington) à savoir l’intégration dans la psyché des victimes d’un certain nombre de personnalités, dont l’une au moins est conditionnée pour remplir une mission d’assassinat. Missions qui, une fois remplies, seront aussitôt oubliées et cachées derrière un voile d’amnésie. L’usage de la violence et de la torture est capital : « chaque trauma et chaque torture servent un but précis. Pour générer des alters (parties dissociées de l’esprit), au pire le trauma est, et plus efficace sera le mur d’amnésie. Autant les programmeurs ont passé un si grand nombre d’années à se surpasser les uns les autres pour créer les pires traumatismes du monde, autant ils ont pu programmer efficacement les gens » souligne à ce sujet Fritz Springmeier.

Il est dès lors assez aisé de comprendre que tous ces pseudo djihadistes qui se font (ou que l’on a fait) exploser, au sein d’une foule, sont le fruit d’un trauma. Il est d’ailleurs une constante dans la vie de ses djihadistes qui veut que tous aient eu une enfance et un passé dissolus faits de drogue, de vol, de violence et de déchéance familiale.

Les acteurs principaux ayant travaillé à traumatiser en masse sont en premier lieu Sigmund Freud. Il a posé les fondations en commençant par pratiquer l’Hypnose avant de passer à l’étape du concept, clef en mains, en développant la Psychanalyse.

Mais la palme revient sans conteste à Sidney Gottlieb alias « Joe from Paris ». Le spécialiste des poisons de la CIA. Moins connu que Freud, mais tout aussi nocif. Entre autres faits d’armes, il a tenté de liquider Lumumba à l’aide d’un dentifrice empoisonné. Il a expérimenté tour à tour les drogues, la torture et le monde occulte. Juif aux origines hongroises, à l’instar de l’inénarrable rabbin de la mafia européenne Tibor Rosebaum, Gottlieb s’est adonnée à des expériences et des simulacres d’expériences sur le paranormal, l’ésotérisme, les pratiques rituelles, religieuses, la magie noire, la démonologie et de vision à distance. Des informations de ses pratiques ont été obtenues via des documents déclassifiés, de témoignages d’anciens membres de l’agence ou de militaires à la retraite. Le journaliste Gordon Thomas reprend certains faits dans son ouvrage « les armes secrètes de la CIA ». Gottlieb finança par exemple des recherches sur le lavage de cerveau, basé sur la destruction du psychisme de telle manière que le sujet puisse admettre n’importe quoi.

En 1969 il lance l’opération Often qui a pour but d’élargir les connaissances sur la conscience humaine et l’influence du fonctionnement du cerveau par le biais des ondes et de l’électricité. Le but final étant d’obtenir le contrôle de l’esprit et du comportement. Ou comment posséder quelqu’un sans être un Djinn. Pour y parvenir, il faut engendrer chez l’individu un traumatisme (via la torture par exemple) qui créera plusieurs personnalités. La personne souffrira du syndrome de personnalités multiples. Disposer de plusieurs personnalités permet à une seule personne, programmer mentalement, d’accomplir différente mission en fonction des besoins comme l’assassinat, le trafic de drogue, la prostitution l’espionnage, etc.

Le Dr Gottlieb est un homme surprenant, déroutant, qui explore toutes les possibilités aussi bien scientifique qu’ésotérique. Peu lui importe la manière, il veut arriver à ses fins, quel qu’en soit le prix. C’est sans doute ce qui explique qu’un beau jour il entre en contact avec des sorciers et sorcières de la Wicca, la plus importante association de sorcellerie et de rituels magiques.


 


Massive attack


L’abandon (officiellement) des opérations secrètes de la CIA sur le contrôle et la manipulation mentale n’a pas pour autant sonné la fin du « traumatiser plus pour contrôler plus » une autre forme de traumatisme a depuis vu le jour. À l’instar de la consommation de masse, elle s’est répandue avec le développement des médias que sont la télévision et le cinéma, auxquels se sont ajoutés les jeux vidéo. Elle touche des milliards de personnes qui se soumettent de leur plein gré aux diktats du modernisme audiovisuel. Ce traumatisme est de loin le plus efficace qui soit. S’inspirant des travaux de Sydney Gottlieb et autres agents sataniques du même acabit, les productions cinématographique, télévisuelle et du jeu vidéo ont pour finalité de traumatiser à domicile. La profusion de scènes de violence, de meurtres, de guerres, de sexe diffusés en continu a permis de traumatiser petit à petit et à grande échelle, ce que ne pouvait pas accomplir le Dr Gottlieb, les populations mondiales, occidentales en particulier.

Il n’est en rien étonnant de comprendre la passivité des Occidentaux ( je m’inclus dans le terme « occidentaux ») quand leur gouvernement bombarde et extermine un pays comme la Libye ou l’Irak. La plupart d’entre nous ont assisté par écran interposé à des milliers de meurtres, de viols, de massacres sanglants au point d’être devenus insensibles à la réalité. En principe la violence dans une société est quelque chose d’exceptionnel et de choquant qui provoque une réaction de rejet et d’indignation, aussitôt suivie d’une réaction pour l’annihiler. C’est ainsi que nous luttions contre ce fléau par le passé. Mais ce siècle nous a couverts de violence traumatique au point de nous submerger. Il en découle un trop-plein qu’il aurait été impossible de subir toute une vie durant, mais le « modernisme » et les nouvelles technologies nous l’ont offert sur un plateau. À partir du moment où « le sexe est de nos jours disponible aussi facilement que les rayons du soleil » comme le rappelle Sheikh Imran Hosein, on comprend que le mal s’est confortablement installé et n’est pas près de desserrer son étreinte.

Provoquer un choc doublé d’une satisfaction des plus bas instincts, telle est la méthode traumatique qui nous a rendus aveugles. Il n’est même plus nécessaire d’avoir recours à la sorcellerie ou aux drogues pour nous manipuler. Cela fonctionne d’autant plus qu’au préalable, l’idée du divin fut efficacement éradiquée. Absence de divin, perte des repères moraux, traumatisme et satisfaction des besoins physiques les plus bas, doublés d’une surabondance, c’est l’équation mortelle. Les Djinns s’en donnent désormais à cœur joie pour nous égarer davantage. Toutes ces violences artificielles nous ont lobotomisés face à la véritable violence que l’on peut observer aux quatre coins du monde et exécutés par nos propres gouvernements. Le piège est remarquablement bien structuré. Sous prétexte de libéralisation des mœurs, de l’interdit d’interdire, nous avons plongé, la tête la première, dans le piège abyssal qui nous engloutit à l’heure actuelle.

L’effraction satanique a rempli sa mission… pour le moment !

À suivre.


1 « Un jour, alors que nous étions assis auprès du Messager d’Allâh, se présenta un homme vêtu d’habits d’une blancheur resplendissante, et aux cheveux très noirs. On ne pouvait distinguer sur lui aucune trace de voyage, alors que personne d’entre nous ne le connaissait. Il prit place face au Prophète. Il plaça ses genoux contre les siens, et posa les paumes de ses mains sur ses cuisses, et lui dit : « Ô Muhâmmad, informe-moi sur l’Islam. » Le Messager d’Allâh dit alors : « L’Islam, consiste en ce que tu témoignes qu’il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allâh, et que Muhâmmad est le Messager d’Allâh (1), que tu accomplisses la Sâlat (2), verses la Zakât (3) et jeûnes le mois de Ramadân (4), et que tu effectues le pèlerinage à la Maison d’Allâh (la Kaaba, à la Mecque) si tu en as les moyens (5). » Son interlocuteur lui répondit : « Tu as dit vrai », et nous de nous étonner qu’il l’interroge pour ensuite l’approuver. Puis, il reprit : « Informe-moi sur la Foi (imân). » Le Prophète répliqua : « La foi (al imân) consiste en ce que tu dois croire en Allâh, en Ses Anges, en Ses Livres, en Ses Prophètes, au Jugement Dernier. Tu dois croire encore au destin, qu’il te soit favorable ou défavorable. » L’homme lui dit encore : « Tu as dit vrai ». Et il reprit : « Informe-moi sur la bienfaisance (al ihsân) », et le Prophète lui répondit : « La bienfaisance consiste à adorer Allâh comme si tu Le voyais, car si tu ne Le vois pas, certes, Lui te voit. » L’homme lui dit encore : « Informe-moi sur l’heure (du Jugement Dernier) », et le Prophète lui répondit : « Sur l’heure du Jugement, celui qui est interrogé n’est pas plus savant que celui qui l’interroge. » Là-dessus, l’homme lui dit : « Mais informe-moi sur ses signes précurseurs. » Et le Prophète lui répondit : « Ce sera lorsque la servante engendrera sa maîtresse, lorsque tu verras les va-nu-pieds, ceux qui vont nus, les miséreux, les bergers se concurrencer dans les constructions de bâtisses de plus en plus hautes. » Là-dessus, l’homme partit. Je demeurai là un long moment, puis le Prophète [me] dit : « Ô ‘Umar, sais-tu qui m’a interrogé ? » « Non », répondis-je. « Allâh et Son Envoyé sont plus savants. » [il me dit alors] « Cet homme était l’Ange Jibril. Il est venu pour vous enseigner votre religion. » Ce hadith est rapporté par Muslim selon ‘Umar, et par Al Bukhari et Muslim selon Abou Houreyra.


IV

escrocs, sales & méchants

http://i0.wp.com/www.lelibrepenseur.org/wp-content/uploads/2016/02/V_Propaganda_Poster_-_The_Alien_Visitors_Our_Friends.jpg?resize=768%2C557

Il est une constante chez Iblis c’est d’avoir fait passer la vérité pour légende et inversement. Il s’est plu durant des milliers d’années à décomposer les faits historiques, comme la naissance miraculeuse de Jésus (as), reprenant les éléments-clés de l’histoire, en les réattribuant à des personnages légendaires comme le dieu Horus, un démon sans doute copain d’Iblis, peut-être même qu’Horus n’est autre qu’Iblis lui-même.

On retrouve par exemple dans Le monde occulte de Mu de l’occultiste James Churchward « qu’Horus naquit d’une vierge un 25 décembre. Il était affublé de 12 compagnons ou disciples. Il fut enterré et ressuscita. Il était désigné comme la voie, la vérité, la lumière, le Messie, le fils oint de Dieu, le bon berger, et troisième personne de la trinité divine (Osiris-Isis-Horus). Il faisait des miracles, et éleva un homme, El-Azar-us, d’entre les morts. Horus était encore désigné comme « le KRST, » ou « Oint, » longtemps avant que les chrétiens n’en aient reproduit l’appellation. Matériellement, à Rome dans les catacombes, on peut encore contempler des images d’Horus-enfant porté par Isis, sa mère vierge, la « Madonne et l’enfant  » originels.» p. 366-397.

L’islam ne reconnaît pas la trinité, ni la divinité de Jésus (as). Quant à sa naissance le 25 décembre, le Coran nous informe qu’elle aurait eu lieu à la fin de l’été, période qui correspond en Palestine à l’arrivée à maturité des Dattes.

Sourate 19 Verset 23-25. Puis les douleurs de l’enfantement l’amenèrent au tronc du palmier, et elle dit : “Malheur à moi ! Que je fusse morte avant cet instant ! Et que je fusse totalement oubliée !” Alors, il l’appela d’au-dessous d’elle, [lui disant : ] “Ne t’afflige pas. Ton Seigneur a placé à tes pieds une source. Secoue vers toi le tronc du palmier : il fera tomber sur toi des dattes fraîches et mûres. »

Autrement dit, Jésus (as) serait né entre fin juillet et le mois d’octobre. Des faits historiques (le récit islamique concernant Jésus (as)) qu’Iblis s’est acharné à transformer en mythologie religieuse. On retrouve des histoires similaires à celle de Jésus (as) aussi bien chez les Égyptiens, les Romains, les Indiens, en Scandinavie, en Amérique du Sud, etc.

Dès que l’on parle de la naissance miraculeuse de Jésus comme preuve divine, on a aussitôt le droit au sobriquet de plagiaire, puisque ces légendes sont reprises dans différents mythes à travers le monde. Dans la mesure où Jésus (as) arrive chronologiquement longtemps après toutes les civilisations citées, son récit ne peut être qu’un copié/collé de ces derniers. Reste qu’Iblis n’a rien fait d’autre que fabriquer de toutes pièces ces fausses histoires dans ce but précisément.

Par exemple, la figure de Bouddha a ceci de commun avec le Christ qu’il fut lui aussi préservé du péché en naissant de la Vierge Maya. Il accomplissait des miracles et des merveilles. Il écrasa la tête d’un serpent. Il mit fin à l’idolâtrie. Il accéda au Nirvana, ou aux « cieux ». Il était regardé comme le « bon pasteur ». Helena Blavatsky, Isis dévoilée, pp. 209, 537-538

Il n’est pas étonnant que ce soit un occultiste tel James Churchward ou la sataniste de très haut niveau Helena Blavatsky, qui nous rapporte ce genre d’informations. Ils sont partie prenante du monde des Djinns, en étant leur relais dans le monde humain.

Toujours dans la mythologie, mais dans un autre genre voici David Icke. L’homme qui murmurait à l’oreille des lézards peut poursuivre tranquillement son hibernation intellectuelle. Ce pauvre ère, sans doute à l’insu de son plein gré, ne se rend pas compte qu’il est un idiot utile servant à discréditer toute tentative d’explication rationnelle et factuelle du monde qui nous entoure. Ainsi vous ne l’entendrez jamais évoquer le monde parallèle qu’est celui des Djinns et qui est en interaction avec les élites gouvernantes. David Icke fait la moitié du travail en dénonçant les élites mondialistes de manière pertinente d’un côté, tout en se tirant une balle dans le pied avec ses théories totalement absurdes sur les reptiliens, de l’autre. En même temps, qu’attendre d’une personne qui affirme sur un plateau de télévision qu’il est le fils de Dieu ? Les reptiliens qu’il traque sans relâche sont sans doute bien plus proches de lui qu’il ne l’imagine.

David Icke répond sur de nombreux points aux caractéristiques typiques d’une personne habitée par des Djinns. Son « pétage de plomb christique » correspond à la période de son basculement dans le monde du « complot ». Pour enfoncer le dernier clou de son cercueil intellectuel, David Icke nous affirme droit dans les yeux que la Lune fut construite par les extra-terrestres. Et qu’il en a eu confirmation en se renseignant auprès de son « oracle », Credo Mutwa, un chaman zoulou. Autrement dit un sorcier. C’est d’autant plus dommage que Icke a parfaitement bien défini les méthodes et pratiques des Djinns. Quelque chose dans son inconscient refuse pourtant de voir la réalité qui se trouve juste sous ses yeux. Que son esprit critique repose en paix.

Dans un autre genre, mais tout autant nuisible, on retrouve l’escroc pro-israélien Alex Jones, l’homme qui grognait à l’oreille des internautes. Faux prophète des temps modernes, piètre orateur, cet archétype du beauf américain a gagné sa crédibilité en « s’infiltrant » lors d’une cérémonie du Bohemian club à l’été 2000. C’est son sésame validant officiellement son statut de dissident. S’infiltrer, comme il a soi-disant fait pour réaliser son reportage, relève de la science-fiction, du mythe, à mettre au même niveau que le passeport ignifugé de Mohamed Atta retrouvé intact dans les décombres du WTC .

La force de nuisance de « ceux qui nous dirigent » trouve ses racines dans le commerce avec les démons auprès desquels ils obtiennent leurs inexplicables pouvoirs sur les peuples. Tout cela ne se fait pas par la simple volonté du Saint-Esprit, mais plutôt par celles d’esprits malsains. Les Démons travaillent pour « ceux qui nous dirigent » de manière globale, à l’aide d’une feuille de route de subjugation collective. Il s’agit de lancer un sort de masse, à des millions, voire des milliards de personnes à la fois. Le dollar américain illustre parfaitement le propos. Dans un précédent article, je disais à son sujet :


Pour comprendre comment le Dollar américain a pu coloniser l’économie mondiale, il faut en premier lieu connaitre sa nature primordiale. Une rapide observation d’un billet suffit à le comprendre. Les explications sur sa symbolique maçonnique, cabalistique sont légion sur le net et dans la littérature. L’un des premiers à révéler le côté occulte du Dollar c’est William Guy Carr dans son livre Des pions sur l’échiquier. C’est d’ailleurs le billet le plus chargé ésotériquement au monde. Ce sont justement ces symboles qui font sa force et l’ont rendu « indispensable » dans le commerce mondial. Le Dollar américain n’est en réalité qu’un « talisman ». Pour les arabophones il est l’équivalent du Kteb, ce document ésotérique que rédigent les sorciers. Autrement dit le Dollar c’est la feuille de route qui permet de communiquer avec le monde occulte, celui des démons, afin de les solliciter. Le Dollar moderne a été conçu spécifiquement dans ce but. Et au vu de la situation économique mondiale, tout laisse à penser que le sortilège qu’il véhicule a bien fonctionné.


À l’instar de ce qui s’est fait pour le dollar américain, les Djinns ont collaboré à l’élaboration de talismans dans de nombreux autres domaines. Le développement de l’identité visuelle des Marques et des Sociétés est par exemple le fruit de leurs collaborations. Un soin tout particulier fut apporté pour la conception de leurs logos. Les cercles, carrés, points, triangles sont autant de code de liaison avec les entités démoniaques. Couplé avec la gématrie (ou guématrie) partie de la cabale juive fondée sur l’interprétation arithmétique des mots de la Bible. Elle permet de rapprocher des mots dont la somme des lettres qui les composent est identique.

Par exemple A=1, B=2, etc. L’association des formes et des lettres compose la plupart des talismans magiques de par le monde. Les talismans incorporent des Hex Signs qui sont des symboles magiques plus ou moins rudimentaires. Lors des rituels ces symboles sont gravés sur des bougies. Ils peuvent également être dessinés sur le sable, sur du papier ou cousu sur différents tissus et support… Le symbole est un code comprenant différentes informations qui fonctionnent comme une balise, indiquant au Djinn l’endroit et l’action (« bonne » ou mauvaise) à mener envers celui qui porte le symbole. C’est un langage, celui du commerce avec les Démons et les Djinns. Un symbole signifie une action précise. Plus il y a de symboles dans un talisman plus le sort sera complexe.


V

les adeptes de « l’insensé »

 

http://i1.wp.com/www.lelibrepenseur.org/wp-content/uploads/2016/02/Adam-Kadmon-anatomie-occulte.jpg?resize=610%2C846

Au commencement, il y avait la Bible, mais ses passages obscurs on fait naître l’esprit de l’incompréhension qui se mouvait au-dessus d’elle. Les Rabbins dirent qu’il fallait une clef pour y apporter la lumière. Cette clef c’est la Kabbale qui sépara la lumière des ténèbres. Ils la nommèrent Kabbalah ma’asit. Ainsi il y eut mélange entre le Livre divin et des paroles d’hommes, ce fut le début des ténèbres.

Suite à la destruction du temple de Salomon par Nabuchodonosor, les israélites furent déportés à Babylone. Durant cet exil est apparue cette étrange pratique occulte que l’on nomme Kabbale ou l’art et la manière de pratiquer la sorcellerie. Tout le reste, ce n’est que « garniture » qui accompagne commodément la chose détestable qu’est la Kabbale. Une diversion qui se dissout immédiatement face à la lumière du Coran. La Kabbale a vu le jour durant l’exil de Babylone. La légende voudrait pourtant nous faire croire qu’Abraham aurait défini le principe de la Kabbale et qu’elle fut concrètement révélée à Moise en même temps qu’il recevait la Thora. Cette dernière aurait finalement été rassemblée par les scribes israélites durant leur captivité à Babylone. Elle est présentée comme la loi orale secrète. Le Coran nous informe de sa véritable nature.


Sourate 2
101. Et quand leur vint d’Allah un messager confirmant ce qu’il y avait déjà avec eux, certains à qui le Livre avait été donné jetèrent derrière leur dos le Livre d’Allah comme s’ils ne savaient pas ! 102. Et ils suivirent ce que les diables racontent contre le règne de Solayman. Alors que Solayman n’a jamais été mécréant, mais bien les diables : ils enseignent aux gens la magie ainsi que ce qui est descendu aux deux anges Harout et Marout, à Babylone; mais ceux-ci n’enseignaient rien à personne, qu’ils n’aient dit d’abord : “Nous ne sommes rien qu’une tentation : ne soit pas mécréant”; ils apprennent auprès d’eux ce qui sème la désunion entre l’homme et son épouse. […]


Allah (swt) désigne nommément le lieu où sont descendus les anges1 afin d’enseigner la sorcellerie. Il se trouve qu’un seul peuple ayant intégré dans sa pratique religieuse « monothéiste » l’art et la manière d’utiliser la sorcellerie fut un temps exilé à Babylone. Rien ne dit que les israélites furent les contemporains d’Harout et Marout, mais rien ne dit le contraire non plus. Le fait est que Babylone fut un des hauts lieux de la sorcellerie. La présence des israélites à Babylone durant les presque soixante-dix années de leur exil reste hautement suspecte.


La Kabbale

(ou comment cashériser le commerce avec le Diable !)


La kabbale se définit comme étant la doctrine ésotérique juive. Kabbale signifiant « recevoir » en rapport à la coutume de transmettre oralement la tradition ésotérique. Son but est d’enseigner comment diriger ses intentions en priant Dieu, quels anges invoquer pour obtenir leur intercession et comment se prémunir contre les esprits malfaisants.

Par anges il faut comprendre Djinns. La Kabbale réintroduit le polythéisme au sein du judaïsme, à supposer que celui-ci l’ait un jour quitté. Cela rejoint le verset 31 de la sourate 9 : Ils ont pris leurs rabbins et leurs moines ainsi que le Christ fils de Marie comme seigneurs en dehors d’Allah, alors qu’on ne leur a ordonné que d’adorer un Dieu unique. Pas de divinité à part Lui. Gloire à Lui. Il est au-dessus de ce qu’ils Lui associent.

Pour comprendre le degré d’étrangeté qu’est la kabbale dans un dogme monothéiste voici un bref aperçu « historique » :


« La Kabbale fut enseignée par Dieu Lui-même à une compagnie choisie d’anges, qui formait une école théosophique au Paradis. Après la Chute, des anges communiquèrent très gracieusement cette doctrine céleste aux enfants obéissants de la terre afin de fournir aux protoplastes les moyens de retourner à leur noblesse et félicité immaculées. D’Adam, elle passa à Noé et puis à Abraham, l’ami de Dieu, qui émigra avec elle en Égypte où les patriarches autorisèrent qu’une parcelle de cette doctrine mystérieuse soit communiquée à l’extérieur. C’est de cette manière que les Égyptiens obtinrent une connaissance de la Kabbale et que les autres nations orientales purent l’introduire dans leurs propres systèmes philosophiques. Moïse, à qui fut enseigné toute la sagesse de l’Égypte, fut d’abord initié à la Kabbale dans son pays natal, mais il en devint encore plus savant lors de la marche dans le désert, lorsque non seulement il se voua à l’étude de la Kabbale pendant les heures de loisirs de ces 40 années, mais reçut également des leçons d’un ange.

Grâce à cette science mystérieuse, celui qui donna la Loi au peuple hébreu fut capable de surmonter les difficultés qui surgirent lors de la conduite des israélites et ce, en dépit des guerres et de la misère de la nation. Il cacha les principes de cette doctrine secrète dans les quatre premiers livres du Pentateuque, excluant le Deutéronome. Moïse initia également les Soixante-dix Anciens aux secrets de cette doctrine et ils la transmirent à leur tour de bouche à oreille. De tous ceux qui formèrent la chaîne continue de la tradition, David et Salomon furent les plus profondément initiés à la Kabbale. Aucun, cependant, n’osa la coucher sur le papier, jusqu’à Siméon Bar Yochaï, qui vécut au temps de la destruction du second Temple… Après sa mort, son fils, Rabbi Éléazar et son secrétaire, Rabbi Abba, ainsi que ses disciples, collectèrent les traités de Siméon Bar Yochaï et composèrent le célèbre ouvrage זהר, Zohar, la Splendeur, qui est le grand dépôt du Cabalisme. » Essai sur la Kabbale du docteur Christian Ginsburg .



Lilit, mère de tous les démons, incarne la brutalité d’une nature hostile à l’être humain. L’Alphabet de Ben Sira raconte qu’elle fut la première Ève et qu’elle refusa de se soumettre à Adam et à son Créateur. Son effigie et son nom se trouvent sur quantité d’amulettes et d’objets apotropaïques (protecteurs) : bols incantatoires destinés à être posés au sol ou enterrés dans la maison, longues amulettes en papier ou en parchemin enroulées et dissimulées au regard dans des étuis de cuir ou de métal, pendentifs en argent gravé. Sur nombre de ces objets apparaissent les figures et les noms de trois anges,Sanoï, Sansanoï et Semangelof, qui tiennent la démone à distance.Comme les démons, les morts sont dangereux, mais peuvent se révéler utiles. Plusieurs livres de recettes leur sont consacrés, décrivant les moyens de les chasser ou de les convoquer et de les interroger (nécromancie) . Magie, anges et démons dans la tradition juive.

La Kabbale propose de nombreux visages, mais celui qui est le plus connu est celui de la Kabbale Pratique dite Ma’asith , c’est-à-dire la Kabbale magique. Elle a essaimé son poison dans la plupart des peuples du monde. Mais c’est au sein du monde musulman, au vu de la promiscuité entretenue avec les communautés juives au travers des siècles, qu’elle a pris racine et diffusé son mal en profondeur. Des kabbalistes « musulmans » ont permis par leurs livres de disperser ce venin dans les masses islamiques sous couvert de protection divine. Un des grands kabbalistes musulmans, si ce n’est le plus grand, répond au doux nom d’Al Buni (Ahmad ibn ‘Ali al-Buni ). À ne pas confondre avec Al Bundy, le père de famille dépressif de la série « marié, deux enfants ».

Célèbre soufi et écrivain ésotérique, il est sans aucun doute le kabbaliste « musulman » le plus influent qui n’ait jamais sévi en terre d’Islam. Personnage intrigant et mystérieux dont on sait finalement très peu de choses, il est originaire d’Algérie ( Bône). Il a passé l’essentiel de sa vie en Égypte. C’est à lui que l’on doit les fameux carrés magiques. Ou du moins les a t’il repris, puis adaptés au sein de la sphère islamique. Comme il a pu le faire pour la Gématrie Juive dont il était un fervent adepte puisse qu’il fut l’auteur de plusieurs ouvrages ésotériques sur la valeur des lettres et des sujets liés aux mathématiques, sur le sihr (sorcellerie) et la spiritualité. Ce contemporain d’Ibn Arabi est surtout connu pour avoir écrit un des livres les plus importants de son époque; le Shams al-Ma’arif , un livre considéré comme occulte traitant notamment sur les talismans et la divination . Au lieu de sihr , cette discipline magique a été appelé Ilm al-Hikmah (connaissance de la Sagesse), Ilm al-simiyah (étude des noms divins) et Ruhaniyat (Spiritualité).Le but étant clairement de tromper et cacher la nature maléfique de ses enseignements.

La plupart des mujarrabât ( « méthodes éprouvées»), des livres sur la sorcellerie dans le monde musulman sont des extraits simplifiés du Shams al-ma`ârif. Le livre reste l’ouvrage de référence sur la Théurgie et l’art ésotérique de cette époque. Les écrits d’al-Bûnî sont toujours utilisés de nos jours pour des prescriptions de rituels et textes magiques dans de nombreux pays musulmans. Ils sont caractérisés par l’utilisation de noms provenant du corpus islamique, de symboles et matériaux astrologiques. Les carrés magiques numériques d’al-Bûnî sont composés avec les 99 noms divins.

Quelques exemples des méthodes d’Al-buni valent mieux qu’un long discours :

« Celui qui dresse un carré de 4 x 4 et qui y inscrit des rapports numériques le lundi, alors que la lune est en conjonction avec la planète Jupiter, à trois degrés dans le Taureau et ce à l’heure de la lune, celui qui l’écrit (kataba), après avoir fait des ablutions puis une prière de deux rak’a puis la récitation de la (sourate) Fâtiha puis encore la Fâtiha et ensuite la sourate al-Ikhlâs, s’il l’écrit (le carré) sur une peau non souillée et s’il le porte en amulette (hamalahu) alors Allah augmentera sa compréhension, sa mémoire, sa « sagesse » et embellira sa destinée parmi les gens, dans le monde supérieur (‘alwî) et inférieur (suflî). S’il le donne à porter à un prisonnier, celui-ci s’échappera rapidement. S’il le suspend au drapeau de l’armée, il la fera vaincre ses ennemis mécréants et ceux qui leur font allégeance. Celui qui le porte en amulette vaincra son adversaire, par la volonté d’Allah très Haut. Voici sa configuration » (al-Bûnî 1962 : IV, 526). Celui qui l’incruste (le nom divin qâbid) sur une feuille de plomb, à l’apogée de Saturne, etc. (suivent les résultats que l’on obtient) (al-Bûnî, op. cit., II, 168). Celui qui le grave (autre nom d’Allah) sur une bague d’argent, à la première heure du vendredi, etc. (id., I, 87); al-Bûnî indique ailleurs que « la première heure du vendredi est dédiée à Vénus et qu’on y travaille les questions de passion amoureuse, de fiançailles et de mariages des femmes» (id., I, 17).



Plus encore accessible que les talismans et les carrés magiques, la Kabbale nous offrent les Ségoulotes ( Ségoulat au singulier ) . Une Ségoulat consiste en une action à faire qui n’a aucune explication rationnelle. Elle permet par exemple de retrouver un objet perdu, de trouver chaussure à son pied, facilite les gains, éloigne les mauvaises choses, etc.pour attirer la bonne chance sur soi il faut réciter une formule couplée avec une action à exécuter, ou lire certains passages de la bible à l’endroit et à l’envers dans un certain lieu et à vous la bonne chance .

Les ségoulotes sont en définitive de la pure invocation démoniaque. Ce n’est pourtant pas l’avis de notre barbu préféré, Rav Von Chaya, en direct live depuis sa yeshiva de Jérusalem qui affirme que contrairement à la sorcellerie les Ségoulotes font intervenir des forces magiques pures, alors que pour la sorcellerie, ce sont des forces impures. Ce ne sont rien d’autre que des combines « magiques » permettant d’aider dans certains cas.

 

Al Bûni et ses semblables au sein des autres religions ont introduit le commerce avec les identités démoniaques en les amalgamant aux pratiques religieuses. Tout comme un poison est composé à 95% de bonnes choses, ce sont les 5% qui restent qui tuent. Les kabbalistes œcuméniques ont œuvré de la même manière en empoisonnant les religions. Ils n’ont pas conscience que le remède existe et qu’il est en train d’agir en ce moment même contre eux. Celui qui suit les pas de l’insensé ne peut être qu’un inconscient.


La maîtrise des éléments


Les Démons vouent à l’Homme une haine sans fin, mais s’il y a un homme qui est probablement le plus détesté, c’est sans conteste, le prophète Salomon (as). Pourquoi ? Pour la simple raison qu’il a maintenu les Démons, avec la permission d’Allah (swt), dans l’état servile d’esclaves.


Sourate 21
82. et parmi les diables il en était qui plongeaient pour lui et faisaient d’autres travaux encore, et Nous les surveillions Nous-mêmes.

Sourate 34
12. […] Et parmi les Djinns il y en a qui travaillaient sous ses ordres, par permission de son Seigneur. Quiconque d’entre eux, cependant, déviait de Notre ordre, Nous lui faisions goûter le châtiment de la fournaise.
13. Ils exécutaient pour lui ce qu’il voulait : sanctuaires, statues, plateaux comme des bassins et marmites bien ancrées. […]
37. De même que les diables, bâtisseurs et plongeurs de toutes sortes.
38. Et d’autres encore, accouplés dans des chaînes.


Animés d’une haine incommensurable ils ont répandu après sa mort d’innombrables mensonges, « ce que les diables racontent contre le règne de Solayman », en particulier en attribuant ses pouvoirs exceptionnels par des pratiques magiques.

Concernant l’action des Démons envers Salomon( as) Ismâ’îl As Suddî (qu’Allah lui fasse miséricorde) nous donne quelques précisions sur le sujet :

« [À l’époque de Sulaymân], les shayâtîn accédaient à des endroits du ciel où ils pouvaient entendre les propos des Anges sur ce qui surviendraient plus tard sur terre […]. Ils transmettaient ensuite ces propos aux devins qui les révélaient ensuite aux gens. Une fois que les devins eurent constaté que ces choses se réalisaient et qu’ainsi leur confiance à l’égard des shayâtîn était bien confortée, ceux-ci commencèrent à leur mentir en introduisant des propos qu’ils n’avaient pas du tout entendus, au point d’ajouter à chaque mot véridique 70 mots supplémentaires. Or, les hommes consignaient ces propos dans des écrits et le bruit se répandit parmi les Banî Isrâîl que les jinns connaissaient le monde invisible (al ghayb).

Sulaymân envoya alors des émissaires dans le peuple afin qu’ils réunissent tous ces récits. Lorsque cela fut terminé, il plaça ces textes dans un coffre qu’il fit enterrer sous son trône, et aucun démon ne pouvait alors s’en approcher sans être aussitôt consumé. Sulaymân avertit alors que quiconque prétendrait que les jinns connaissent le monde invisible (al ghayb) serait mis à mort.

Après sa mort et une fois que tous les savants qui connaissaient cette affaire moururent, Satan se présenta sous l’aspect d’un être humain à un groupe des Banî Isrâ°îl et leur dit : « Je vais vous indiquer un trésor que vous n’épuiserez jamais ! »
Ils lui répondirent : « D’accord ! »
Il dit : « Creusez donc sous le trône [de Sulaymân]. »
Il s’y dirigea alors avec eux, et, tout en restant à l’écart (afin de ne pas être consumé), leur indiqua l’endroit où ils devaient creuser. [Comme ils s’étonnaient de son attitude], ils lui demandèrent pourquoi il ne s’approchait pas. [Il esquiva leur question en disant] « Je suis ici entre vos mains, si vous ne trouvez rien, alors tuez moi ! »
Ils creusèrent et trouvèrent les textes en question. Satan leur dit alors : « C’est par cette sorcellerie [consignée dans ces textes] que Sulaymân exerçait son influence sur les hommes, les diables et les oiseaux. »
Et c’est ainsi que se répandit parmi les Banî Isrâ°îl l’opinion selon laquelle Sulaymân aurait été un sorcier, et les Banî Isrâ°îl conservèrent ces écrits jusqu’à l’arrivée de Muhammad (que Le Salut et La Paix d’Allâh soient sur lui) et s’en servirent pour controverser avec lui […] » [Tafsîr At Tabarî].

Si réellement Salomon (as) avait dissimulé les livres de sorcellerie sous son trône, cela donnerait du sens à la raison d’être des Croisades et aux actions menées par les Templiers.



Les Démons ont colporté des mensonges contre lui en affirmant qu’il était un magicien. Le fameux sceau de Salomon (as) semble de toute évidence être l’un de ces mensonges. Ce sceau lui donnait dit-on le pouvoir de commander les démons, les djinns, les vents et de parler avec les animaux. Or il paraît évident qu’utiliser un talisman afin d’acquérir un pouvoir de la sorte, relève explicitement de la sorcellerie. Le hadith suivant se réfère au sceau de Salomon (as), est d’une authenticité des plus douteuses.

Selon Abou Hourayra, le prophète (sws) a dit : « La Bête apparaîtra munie du bâton de Moise (as) et du Sceau de Salomon (as), elle marquera du sceau le nez du mécréant et fera resplendir le visage du croyant en le touchant du bâton, au point que les gens se réuniront à une même table et qu’ils diront les uns aux autres : Ô toi, le croyant Ô toi le mécréant « . (Ahmad)


http://i2.wp.com/www.lelibrepenseur.org/wp-content/uploads/2016/02/sceau-salomon-1.jpg?w=225


Un signe kabbalistique tel que le sceau de Salomon ne peut en aucun cas avoir été utilisé par ce dernier.

« Les esprits s’attirent et se régissent hiérarchiquement les uns les autres. Ils s’unissent par chaînes et par cercles. Entrer dans un cercle, c’est conjurer, c’est-à-dire jurer avec les esprits du cercle. En conjurant les esprits supérieurs, on ne les attire pas à soi, on s’élève vers eux. La conjuration par évocation ne peut s’exercer qu’envers les esprits inférieurs. Pour conjurer les esprits supérieurs, il faut se donner à eux. Pour conjurer par évocation les esprits inférieurs, il faut les contraindre de se donner à nous. On évoque les esprits supérieurs en leur faisant des sacrifices, ou plutôt on les engage de cette manière à nous évoquer.On évoque les esprits inférieurs en flattant leurs cupidités ou leurs attraits. Les paroles ne sont que des formules qui servent à fixer la volonté. Les esprits inférieurs à l’homme sont les esprits élémentaires et les errants du dernier ordre. Ce sont eux que les anciens théurges appelaient des démons. Ces démons sont mortels et cherchent à vivre à nos dépens; ils recherchent les effusions spermatiques et sanguines, la vapeur des viandes, les enveloppes vides, et ils, craignent la pointe et le tranchant des épées. » Pdf

Définitivement, les maîtres des éléments nous ont assaillis de toute part, suivant à la lettre le mot d’ordre de leur insensé, de maître Iblis.


Téléportation


Le Coran nous relate dans la sourate Les Fourmis (27) un événement assez étrange dont on parle finalement assez peu .

Sourate 27
38. Il dit : “ô notables ! Qui de vous m’apportera son trône avant qu’ils ne viennent à moi soumis ? ”
39. Un djinn redoutable dit : “Je te l’apporterai avant que tu ne te lèves de ta place : pour cela. je suis fort et digne de confiance”.
40. Quelqu’un qui avait une connaissance du Livre dit : “Je te l’apporterai avant que tu n’aies cligné de l’oeil”. Quand ensuite, Salomon a vu le trône installé auprès de lui, il dit : “Cela est de la grâce de mon Seigneur, pour m’éprouver si je suis reconnaissant ou si je suis ingrat. Quiconque est reconnaissant. C’est dans son propre intérêt qu’il le fait, et quiconque est ingrat… alors mon Seigneur Se suffit à Lui-même et est Généreux”.

Dans le verset 39 le djinn qui répond à Salomon (as) « Je te l’apporterai avant que tu ne te lèves de ta place » fait preuve d’une grande puissance. C’est cependant le verset suivant, le 40, qui nous intéresse. En effet il fait mention d’un personnage désigné sous l’appellation « quelqu’un qui avait une connaissance du livre » qui affirme pouvoir apporter le trône « avant que tu n’aies cligné de l’œil ». Plus rapidement encore que le Djinn. C’est de l’instantané. Il n’est pas précisé si ce quelqu’un fait partie des Djinns ou s’il s’agit d’un humain. La seule certitude c’est que grâce à la connaissance pointue des enseignements divins, cette personne devait disposer de capacités extraordinaires au point de transporter un trône à une vitesse fulgurante, sur des milliers de kilomètres.

Si les Djinns ont la capacité de transformer les particules élémentaires de leur propre corps et de déplacer des objets incroyablement lourds sur de grandes distances, cet érudit du livre les surpassait. En effet il possédait la connaissance de ce que le monde de la science-fiction à vulgarisé (la décrédibilisant au passage) comme étant la téléportation. Là où les Djinns doivent agir physiquement pour déplacer un objet, l’érudit doit probablement se contenter de formuler une demande verbale et l’action est exécutée. Aucun déplacement physique n’est requis de sa part. Autrement dit, il pouvait décomposer la structure moléculaire d’un objet et la recomposer où bon lui semblait. De cette façon l’opération était réalisable instantanément et sans effort.

Allah (swt) nous informe que grâce à la connaissance de livres sacrés (inaltérés) un croyant peut surpasser les « maitres des éléments ». À l’époque de Salomon (as) cela était une réalité et si Dieu le veut ce sera également le cas dans un futur proche avec le retour de Jésus (as). N’oublions pas qu’à son retour, les pierres parleront et désignerons les criminels, les oppresseurs qui squattent la Terre sainte, autrement dit, les colons israéliens spécifiquement et leurs alliés et protecteurs…Ce jour-là, les éléments de la Terre auront choisi leur camp, celui de la vérité et de la justice, car le véritable Maître des éléments n’est autre qu’Allah (swt), le Créateur de toute chose, le Vrai, le Juste.

À suivre.


1: Il apparait que Harout et Marout pourraient ne pas être des anges mais des djinns. L’article suivant en donne les raisons. Article

 

 

http://i1.wp.com/www.lelibrepenseur.org/wp-content/uploads/2016/02/oil_addict_large.gif?resize=625%2C456

VI

Oil m’a tuer

 

« Nous disposons de méthodes capables de provoquer des changements climatiques, de créer des sécheresses et des tempêtes, ce qui peut affaiblir les capacités d’un ennemi potentiel et le pousser à accepter nos conditions. Le contrôle de l’espace et du climat a remplacé Suez et Gibraltar comme enjeux stratégiques majeurs. » Zbigniew Brzezinski


N’apparaissant jamais aux yeux humains sous leurs véritables apparences, les Djinns sont constamment déguisés, s’incarnant tantôt en humain, en animal ou en petit-gris, le « gentil » extra-terrestre dont fait partie celui de Roswell. Vous ne vous souvenez pas de lui ? Mais si voyons, c’est lui qui s’est soi-disant fait disséquer dans un laboratoire de l’armée américaine. Jacques Pradel avait eu la brillante, je dirais même géniale idée de la diffuser en prime time sur TF1. La question qui s’impose alors, c’est de savoir pourquoi TF1 a entrepris de diffuser ce canular ? Sans doute est-ce dû à la convergence des modes pour le paranormal qui a vu apparaître à la même époque la fameuse série X files ou, toujours sur TF1, l’émission Mystères (et ses fameuses pommes volantes). Où est-ce simplement un heureux hasard ? Le fameux hasard qui fait si bien les choses.

Si l’on en croit l’escroquerie évolutionniste communément admise, le hasard serait créateur de vie à partir du chaos. C’est une chose relativement étonnante quand on sait que le hasard est par définition aléatoire, imprévisible et dénué de toute logique constructive. Comment, en pareille situation, peut-on accepter cette idée farfelue qu’il ait pu concevoir un univers régi par de multiples lois que nous, humains, avons découvert (et continuons de découvrir). Notez bien le découvert, en aucun cas nous n’avons conçu une loi, nous constatons simplement son existence. Comme l’a fait par exemple Newton en découvrant la loi universelle de la gravitation ou Lavoisier avec la conservation de la masse loi fondamentale de la chimie et de la physique. Ces lois établies avec une extrême précision existaient avant leur découverte. Les observer ne signifie en aucun cas en être l’auteur.

Le hasard aurait-il pu établir une loi constante, immuable et stable concernant par exemple la chute des objets sur Terre avec la même accélération quelle que soit leur masse ou que l’eau bout toujours à 100 °C sous la pression atmosphérique normale ? Sans parler de la mort qui est une constante parmi les plus connues sinon la plus connue, et que la « science » moderne tente de vaincre. Au fil des découvertes des lois établies qui réglementent notre univers, donc mû par une intelligence créatrice, rien n’y fait, on continue à parler de hasard.


L’idée de concevoir une intelligence supérieure créatrice ayant défini les lois qui ont engendré l’univers et auquel nous sommes soumis, bon gré mal gré, semble donner des nausées à certains. En revanche, « imaginer » qu’une intelligence extraterrestre hydrocéphale soit à l’origine de l’espèce humaine, là aucun souci, c’est cohérent !


Par conséquent ce n’est absolument pas un hasard si les plus grosses réserves mondiales de pétrole se trouvent dans les sous-sols du Moyen-Orient (péninsule arabique, Iran, Irak) avec 60 % des réserves mondiales conventionnelles exploitables. Ça, c’est selon que l’on croit ou non à la doxa officielle. Il est fort possible que cela soit vrai comme cela peut être totalement faux. Mais soit, disons qu’il y a effectivement 60% des réserves mondiales de pétrole dans les sous-sols du Moyen-Orient. Si le paradis se trouve sous les pieds des femmes, l’or noir se trouve sous les pieds des Arabes ! Vous voulez être riche et gagner le paradis ? Épouser une femme arabe du Moyen-Orient !


http://i2.wp.com/www.lelibrepenseur.org/wp-content/uploads/2016/02/oil-reserve.jpg?resize=487%2C340


La question légitime, que l’on peut se poser, c’est de savoir si le « hasard » a bien fait les choses dans ce cas précis ? La réponse est oui. La « providence » a placé près des 2/3 du pétrole mondial dans une zone géographique restreinte. En cela, il y a une concordance parfaite avec un plan global de domination établie par nos chers adorateurs du borgne.

Un plan directeur qui s’adapte au fil des siècles et des découvertes aussi bien scientifiques que géologiques. La confirmation de ces réserves arabo-persiques est perçue comme une bénédiction pour « ceux qui planifient ». C’est l’occasion qui fait le larron. Les premiers gisements de pétrole sont découverts en Iran en 1908. Entre 1910 et 1930, c’est en Irak et dans la péninsule arabique qu’on les découvre.

Mais avant cela il faut se tourner vers les Amériques, l’université de Yale pour être précis. Dans ce haut lieu de la sorcellerie élitiste, centre de formation des démons parmi les hommes, il est un jeune homme répondant au doux nom de Benjamin Silliman Jr. Initié en 1837, il est un bonesmen qui fréquente le Tombeau, la crypte allouée aux rites sataniques de l’université de Yale.

Il faut croire que prier Satan paie puisqu’en reprenant les travaux sur la distillation du pétrole initié par son père, il développera des produits tels que « le naphte, les lubrifiants, le goudron, les solvants (notamment pour les peintures) et, parent pauvre, l’essence. Cette dernière est surtout utilisée comme détachant ! »

Est-ce un hasard si l’essence et tous les produits dérivés du pétrole furent découverts par un adorateur de Satan ? Non, bien évidemment. Le Plan est établi depuis des siècles et s’ajuste au fur et à mesure que l’Histoire se déroule. Ce n’est clairement pas un projet humain. L’homme n’est que l’employé, l’outil qui réalise sur le terrain un plan fomenté par d’Autres et dont tout lui échappe. Les idées de Génie ne tombent pas du ciel, mais des Djinns eux-mêmes. Un Plan qui prend forme à l’abri des regards. Il n’a nul besoin d’être occulté par un artifice physique. Prenant lieu et place dans un autre espace-temps il nous est fatalement inaccessible. Satan et ses acolytes définissent le Plan sous l’œil avisé du Borgne, alias le Charlatan, L’antéchrist. C’est lui le Mastermind. Satan n’est rien d’autre qu’un exécutant, comme l’homme est un exécutant pour Satan. Le borgne est au sommet de la pyramide. Chacun son rôle, Satan sera bien lapidé ! La transmission d’informations entre Satan et les hommes se fait par le biais d’endroits divers de par le monde comme La Tombe, où se réunissent les membres de la confrérie démoniaque des Skulls & Bones.

Pour vous donner une idée des capacités des Démons et de leur implication dans le Plan du Charlatan, voici une explication tirée d’un hadith. À ce propos, si vous disposez du hadith en question et de sa chaîne de transmission n’hésitez pas à me les communiquer et à les diffuser.



En fonction des actions à mener figurant sur le Plan on suscite les événements qui seront favorables à son accomplissement. Ainsi si vous ne disposez pas des bonnes raisons naturelles vous permettant de dominer les nations sans que ces dernières n’y trouvent à redire, ce qui est le cas pour l’état imposteur d’Israël, eh bien vous les créez.

Le plan prévoyait à l’origine de n’utiliser comme ressources que le pétrole en développant en parallèle les transports et les outils nécessitant majoritairement ce dernier : engrais agricole, objets, textiles, industries…rendant l’humanité hautement dépendante du pétrole et de ses produits dérivés. C’est alors que l’empêcheur de planifier en rond est arrivé, un certain Nikola Tesla.

À la même époque où les découvertes de gisement de pétrole se multipliaient au Moyen-Orient, Tesla développait le principe des énergies libres. Ses travaux anticipaient une question qui allait fatalement surgir et à laquelle il fallait par avance remédier : pourquoi développer les énergies fossiles polluantes quand on peut utiliser l’énergie libre gratuite, non polluante, inépuisable et accessible en tout point sur Terre ?

Le hasard, encore lui, a voulu que Tesla soit soutenu et financé dans ses recherches par un certain JP Morgan. Le banquier a toujours reconnu que son travail sur les énergies illimitées pour tous et sans câble était réaliste et réalisable. JP Morgan cessa dès lors de le financer. La version officielle voudrait que l’innovation sans fil de Tesla entrât en concurrence directe avec les activités de JP Morgan qui était le premier fournisseur de câble de cuivre des États-Unis. Morgan n’allait « logiquement » pas financer un projet qui allait mettre fin à son business.

La véritable raison est simple et entre parfaitement dans le Plan : le pétrole devait s’imposer coûte que coûte. Il est l’outil de base de la prison aux énergies fossiles que l’humanité était programmée à connaitre. Tout obstacle se dressant sur le chemin devait être éradiqué.

JP Morgan n’était pas membre des Skulls & Bones , mais quatre de ses proches collaborateurs membres de l’équipe dirigeante du Morgan’s Guaranty Trust l’étaient. Harold Stanley fréquentait le Tombeau de Yale depuis 1908. W. Averell Harriman, de la promotion 1913, également, tout comme H.P. Whitney et son père, W.C. Whitney.

Les consignes sont donc venues d’en « haut » quant à la suite à donner aux travaux révolutionnaires de Tesla. Les découvertes qu’il venait de faire entraient en confrontation directe avec le projet principal de l’établissement du grand Israël. Ce dernier est conditionné, entre autres, aux contrôles des hydrocarbures. Qui contrôle le Moyen-Orient contrôle le monde. Et justement le grand Israël s’étend sur les principaux pays producteurs de pétrole : Irak et l’Arabie saoudite. Dans la mesure où le Koweït, Bahreïn, le Qatar et tous les émirats du Golfe sont déjà soumis à Israël. Quant à la république maçonnique d’Iran, tout prouve que cette création anglo-saxonne s’alliera énergétiquement au grand Israël de gré ou de force.

Il est tout de même assez remarquable que cette immensité de pétrole se trouve à l’endroit le plus stratégique pour l’établissement du Grand Israël. Il aurait été dommage que cet océan d’or noir se soit trouvé dans les sous-sols du Lesotho, de l’Argentine ou de l’Australie par exemple. Ça fait quand même un sacré bout de chemin de Jérusalem. Fort heureusement tout ce précieux pétrole dort enfoui sous les sables du désert arabo-persique. Mieux encore, puisque la plus grande partie de ces réserves se situe sur le futur territoire du « Grand Israël ». À ce niveau, ce n’est plus un hasard, un concours de circonstances, ni même une conjonction de coordination, mais tout simplement la providence « divine » qui s’est manifestée !

De quelle manière ? C’est très simple, elle a offert aux élus la possibilité qu’ils puissent eux-mêmes donner un coup de pouce au hasard. Le coup de pouce n’étant évidemment rien d’autre qu’un mensonge monumental qu’ils ont fabriqué de toute pièce. Un mensonge sur les prétendues réserves de pétrole dans le sous-sol arabo-persique. Pour ceux, comme moi, qui pensent que le pétrole est d’origine abiotique, il est évident qu’il est disponible en grande quantité un peu partout sur Terre et sans risque de pénuries.

Le fait d’avoir mis à la marge les énergies libres en empêchant toute innovation, tout en mystifiant l’origine du pétrole, sa future disparition, son abondance exclusive au Moyen-Orient, saupoudré du fameux peak oil, cher à notre escroc racialiste des alpages Suisse Pierro Falotti (San Giorgio), tout cela s’explique par la future création du Grand Israël. Tesla avait développé un système qui coupait l’herbe sous les pieds de la bête de la Terre. Il a donc fallu y remédier. Ou comment planifier contre l’humanité en flux tendu. Si vous voulez des réponses à ces questions, c’est du côté de Yale, de son Tombeau et d’autres lieux démoniaques du même acabit de par le monde que tout se joue.

On a préféré sacrifier la santé, l’écologie et le bien-être de milliards de personnes sur Terre dans le seul but de laisser la voie intacte à la dictature de l’état imposteur d’Israël.

L’alliance Djinns-Hommes est l’ennemi mortel de l’Humanité. Un cancer qui revient sans cesse à la charge, mais dont les jours sont comptés. Il sera éradiqué de fond en comble, sans chimiothérapie, de manière naturelle, selon les règles fondamentales établies par le Tout-Puissant.


Sourate 6
128. Et le jour où Il les rassemblera tous : “ô communauté des djinns, vous avez trop abusé des humains”. Et leurs alliés parmi les humains diront : “ô notre Seigneur, nous avons profité les uns des autres, et nous avons atteint le terme que Tu avais fixé pour nous.” Il leur dira : “l’Enfer est votre demeure, pour y rester éternellement, sauf si Allah en décide autrement.” Vraiment ton Seigneur est Sage et Omniscient.


FIN