Le monde occulte des comic books


   Afficher l'image d'origine
Auteur : Lehut Jérémy
Ouvrage : Le monde occulte des comic books
Année : 2016

Merci à Johan Livernette, les gérants de la page Noaches sur
le réseau social Facebook , Guillaume et à quelques amis pour
leur aide.

1 Jean 2:18 « Mes petits enfants, c’est ici la dernière heure ; et
comme vous avez entendu dire que l’antéchrist doit venir, il y a
dès maintenant plusieurs antéchrists ; ce qui nous fait
connaître que nous sommes dans la dernière heure. »

Introduction
Le comic book ou graphic novel est le terme américain pour
désigner les bandes dessinées. Les premières publications
narraient des histoires de cow-boy, d’aventurier, de détective
mais aussi horrifiques ou érotiques. En 1935, la maison
d’édition DC Comics est créée par Harry Donenfeld et Jack
Liebowitz. Elle se contente au départ d’éditer des publications
moins sulfureuses car les bandes dessinées érotiques étaient
mal vues. En 1938 Harry Donenfeld et Jack Liebowitz décident
de publier un nouveau personnage de bande dessinée inventé
par deux jeunes immigrés de l’Europe de l’est, Jerry Siegel et
Joe Shuster. Sans le savoir les quatre hommes allaient
révolutionner le monde des comic books en éditant le premier
super-héros de l’histoire, Superman. Le kryptonien déchaîne les
passions dès ses premières apparitions. Le héros capé était à
peine arrivé sur le format papier que ses histoires étaient
contées à la radio et à la télévision. Le fourbe Bob Kane,
dessinateur de comic book, proposa Batman à Harry Donenfeld
et Jack Liebowitz en 1939. Le personnage est accepté, il est
édité et deviendra le héros le plus rentable de l’histoire de DC
Comics. Suit Wonder Woman en 1941, inventée par le
psychologue William Moulton Marston. En 1939 une autre
maison d’édition est créée par Martin Goodman et une armée
de dessinateurs, Marvel. En 1941, en plein second conflit
mondial l’écurie surfe sur la vague de super-héros qui déferle
sur l’Amérique et invente Captain America. Les deux géants de
l’industrie du comic book étaient nés. Au fil des années leurs

univers vont s’étoffer et proposer plus de super-héros. Le
succès du comic book est si important que l’empire
hollywoodien tourne son regard vers ces justiciers aux pouvoirs
improbables. Aujourd’hui les super-héros agissent aussi bien
sur papier qu’au cinéma ou sur grand écran. On les retrouve
notamment sur du textile, dans des jeux-vidéos, en jeux de
société, en figurines etc. Les Iron-Man, Batman et autre Hulk
déplacent des millions de personnes au cinéma. Les films de
super-héros battent des records de budgets mais aussi de
bénéfices engrangés. Ils ne concurrencent même plus des
franchises comme Le seigneur des anneaux ou encore Matrix,
ils les dépassent largement. Si des millions de personnes se
ruent dans les cinémas pour découvrir les aventures
cinématographiques de ces personnages, c’est parce que des
millions de comic books sont vendus. Le succès de cette
industrie est sous-estimé, voire totalement occulté. Pourtant,
même si vous n’aimez pas ces super-héros vous connaissez au
moins leur nom et un minimum leur histoire. Il convient de
s’arrêter le temps de quelques pages sur sa genèse et les
principaux acteurs de cette industrie. En réalité le comic book
est un organe de propagande puissant. Depuis ses débuts il
véhicule des messages malsains. Ses auteurs ont des références
douteuses qu’ils aiment insérer dans leur publication. Derrière
ce pseudo combat contre le mal et ces actes héroïques se cache
en réalité un fond beaucoup plus sombre. D’origine juive, nous
verrons que l’industrie des comics est morbide à bien des
égards. L’histoire raconte que les hommes ont adoré des idoles.
Ce qui fut justement dénoncé par Dieu dans la Bible. Pourtant,
de nos jours il existe encore des idoles qui sont adorées par
l’homme. Si ce ne sont plus des statues ce sont des acteurs, des
chanteurs, des sportifs et des super-héros.

Chapitre 1 : Une création juive
ans les années 1930 le comic book était connu pour ses
histoires de détectives mais aussi et surtout pour ses
publications érotiques. Alors que la seconde guerre mondiale
s’installait, plusieurs immigrés de l’Europe de l’est allaient
bouleverser l’histoire de l’industrie de la bande dessinée.
Apparemment persécutés et marqués par leur histoire, deux
juifs inventent un personnage qui va révolutionner les comic
books. Ces deux immigrés sont aidés par deux membres de leur
communauté qui sont les fondateurs de la première enseigne de
super-héros, DC Comics.

DC COMICS ET LA TRINITÉ
Intéressons-nous donc à DC Comics ainsi qu’à ses trois
personnages clés. En 1935 en Amérique, deux juifs immigrés,
Harry Donenfeld1 et Jack Liebowitz, éditeurs de bandes
dessinées mais surtout de pulps érotiques, s’associent à l’ex-majeur
de l’armée américaine Malcolm Wheeler-Nicholson. Il
éditait également des Pulps érotiques et avait besoin de publier
des revues moins osées. Leur collaboration se nomma National
Allied Publication (puis DC Comics). Ils publièrent les bandes


1 Dans le documentaire Super-héros, l’éternel combat diffusé sur Arte en
2013 il est rapporté que Harry Donenfeld entretenait des liens avec la
pègre.


dessinées Fun Comics, des histoires policières. En 1937, la BD
changea de nom et devint Detective Comics. Moins d’un an
après c’est la rencontre de Joe Shuster et Jerry Siegel qui
changera leur destin. Shuster et Siegel présentèrent un nouveau
personnage de comic book au duo de DC Comics, un héros
invincible et capable de voler. Donenfeld et Liebowitz furent
convaincus et engagèrent les deux hommes. Superman fit donc
son apparition en avril 1938 dans Action Comics numéro 1.
Rapidement, ce que DC Comics appelle la « supermania »
s’installa. Des bandes dessinées furent éditées, des histoires de
Superman furent également diffusées à la radio, le héros fut
aussi imprimé sur du textile. Selon les dessinateurs de DC
Comics, le monde avait besoin d’un héros fictif à cause de la
première guerre, de la montée des crimes dans les rues et de
l’arrivée de ce second conflit mondial. Superman est devenu un
personnage plus que populaire. Il s’inscrit presque dans
l’histoire de l’Amérique (ce qui jette une fois de plus un froid
sur son histoire). Le premier personnage clé de l’univers de DC
Comics était né. Dès ses débuts, Superman gagnait le coeur du
peuple américain, bénéficiant des relais des organes de
propagande de l’époque comme la radio ou la télévision. Mais
bien avant que Superman ne soit un héros capé en collant, une
toute autre version, toujours des juifs Siegel et Shuster, existait.
Superman était au départ un extraterrestre envoyé sur terre
dans le but de détruire l’humanité avec ses pouvoirs2. C’est avec
l’arrivée du national-socialisme que Siegel et Shuster
inventèrent le Superman que nous connaissons. Pour résumer
l’histoire de Superman voici un cours synopsis : La planète
Krypton sur laquelle vivent les kryptoniens est sur le point


2 Reportez-vous à la galerie page 24


d’être détruite. Jor-El et Lara-El décident de sauver leur
unique fils Kal-El de cette destruction. Ils placent leur enfant
dans un vaisseau et envoient ce dernier sur la planète terre.
L’enfant est recueilli par un couple de fermier du Kansas. Au
fil des années, le jeune kryptonien rebaptisé Clark Kent
découvre qu’il possède des pouvoirs qui le placent au-dessus
du genre humain. Il utilisera ses pouvoir pour sauver la veuve
et l’orphelin en devenant Superman.
Dans les premiers numéros les parents adoptifs de Superman
se nomment Mary (Marie) Kent et Jonathan Joseph Kent, puis
les noms changèrent en Martha Kent et Jonathan Kent. Si
Superman fut plus d’une fois comparé au Christ, les fans du
personnage font également souvent le parallèle entre l’histoire
de Moïse et celle du héros. En réalité ce héros est un messie
juif, pas une référence à Jésus-Christ, c’est un antéchrist. Les
juifs rejettent le Christ et lui vouent une haine démesurée, ils se
fabriquent régulièrement de faux messies. Il faut inverser le
schéma de Superman. Ce dernier arrive sur terre pour abolir
toute croyance religieuse. C’est ce qui est rapporté plus d’une
fois dans les comics ainsi qu’au cinéma. Par exemple, dans le
film Superman Returns de Bryan Singer sorti en 2006 de
l’officine Warner Bros, le héros déclare ceci :
« Vous dîtes ne pas avoir besoin d’un sauveur comme moi,
pourtant le soir dans vos prières je vous entends tous
demander la venue d’un élu ».
Dans ce même film, Superman se sacrifie lors d’une scène.
Il est présenté en position christique avant de mourir. Après ce
sacrifice l’homme d’acier revient à la vie et sauve la terre. La

plupart du temps Clark Kent devient Superman autour de ses
33 ans. Dans le film Man of Steel du réalisateur Zack Snyder,
Superman est plus que jamais un messie juif. Il se révèle
justement au monde en tant que Superman à l’âge de 33 ans et
produit ce qu’on pourrait appeler des miracles (il vole, vient au
secours du peuple, il est invincible). Dans ce long-métrage, Le
héros est régulièrement représenté comme l’élu. À la fin du
film, le père biologique de Superman s’adresse à son fils : « Tu
peux les sauver, Kal. Tu peux tous les sauver ». Suite à cette
phrase, le héros se tient dans une position christique avant de
voler au secours de la journaliste Lois Lane. Cette scène se
déroule dans l’espace à bord d’un vaisseau spatial. La planète
terre est en arrière plan, symbolisant un dialogue entre le Père
et son Fils. Superman est souvent présenté comme une voie à
suivre, un exemple. L’homme avant Dieu. Sur la planète de
Superman les kryptonniens vouent un culte au dieu soleil Rao.
Sa parole est contenue dans une Bible qui raconte comment un
élu sera envoyé sur une planète lointaine afin de la sauver d’une
catastrophe. Dans les comics cette catastrophe n’est autre que le
jugement de Dieu auquel Superman s’oppose. Cette menace se
nomme Apokolips qui rappelle évidemment le livre
l’Apocalypse de la Sainte Bible. C’est une menace venue du
ciel, la planète de Darkseid (le côté obscur) qui vise à détruire
le monde des hommes. Superman, en tant qu’antéchrist
s’oppose donc au jugement divin qui doit s’abattre sur tous les
hommes. Il faut comprendre que, pour les satanistes, Dieu est
l’ennemi, celui qu’ils appellent Dieu est le Diable. Le Diable est
la lumière et Dieu l’obscurité. On pourrait faire le parallèle en
parlant du Moyen-Âge qui était en réalité une période plus
éclairée sur le plan spirituel que notre monde moderne car
l’Église pouvait parfaitement jouer son rôle qui consiste à

sauver des âmes. Alors que dans l’histoire officielle, cette
période est sombre et elle a pris fin lorsque la philosophie des
Lumières est arrivée, à savoir la franc-maçonnerie. Un profane
qui devient franc-maçon dit également qu’il reçoit la lumière,
qu’il sort de l’obscurité. En se basant sur ce schéma, Superman
est clairement un antéchrist. Les auteurs de Superman insinuent
même clairement que le personnage est juif. Dans un
documentaire3, l’auteur de comic book Michael Chabon
déclarait : « Superman est un immigré, il a quitté sa planète
sans espoir de retour, sa fausse identité est Clark Kent, nous
lui avons trouvé un nom qui fait bien goy ». Lors d’une
convention sur les comics une question avait été posée par un
membre du public au sataniste, adepte d’Aleister Crowley et
auteur de comics, Grant Morrison :
« – Au vu de tous ces éléments concernant Superman, est-ce
que vous voulez dire que Superman est Dieu ?
– Oui, Superman vous aime, cela ne vous plaît donc pas ? Ce
Dieu prend beaucoup plus d’initiatives, répondit Grant
Morrison ».
En 1939, sous la demande de DC Comics qui souhaite plus
de super-héros, donc plus d’argent, Robert Kahn (qui se fit
appeler Bob Kane) est invité à créer un nouveau héros. Avec
Bill Finger, son ami et scénariste, ils inventent donc Bat-Man.
À l’origine Robert Kahn avait griffonné sur une feuille un
super-héros qui avait pour emblème et inspiration une chauvesouris,
mais, mauvais en dessin, sa première ébauche dont il


3 Super-héros, l’éternel combat – Arte, 2013.


semblait fier ne ressemblait en rien à un super-héros4. Son ami
Bill Finger arrangea le croquis, faisant de Batman le héros capé
et masqué que nous connaissons tous. Robert Kahn présenta
donc Bat-Man à la maison d’édition, il fut publié pour la
première fois en 1939. Robert Kahn développa donc la série
Batman avec DC Comics sans leur parler de son ami Bill
Finger qui avait dessiné le héros et même inventé son univers.
Bob Kane avoua plus tard à DC Comics qu’il travaillait déjà
avec un scénariste. La maison d’édition engagea alors Bill
Finger mais son nom n’apparaîtra jamais comme créateur du
personnage. Tous les produits de la franchise Batman portent la
mention « créé par Bob Kane » mais le nom de Bill Finger
n’apparaît jamais comme créateur du personnage. Le milieu du
comic book raconte que Robert Kahn était un mauvais
dessinateur et qu’il s’était servi du talent de son ami pour
s’enrichir, il se serait même arrangé pour que seul son nom soit
crédité à la création du personnage. Il ne voulait pas se faire
appeler Robert Kahn mais Bob Kane. Il se fit d’ailleurs
rapidement refaire le nez après avoir gagné de l’argent grâce
aux premiers numéros de Batman. L’auteur faisait à peu près
tout pour ressembler au personnage de Bruce Wayne. Il tentait
d’adopter une vie de plus en plus luxueuse et rêvait d’appartenir
à des cercles privés du tout New-York5. Batman est le
personnage le plus rentable de DC Comics. Si il appartient à la
maison d’édition, Robert Kahn a largement profité de ce succès
en créditant son nom à la création du super-héros. Nul besoin
de s’étaler sur les millions que représente Batman. Robert Kahn
est décédé en 1998, on lui a récemment attribué à titre


4 Chapitre galerie page 25.
5 Super-héros, l’éternel combat – Arte, 2013.


posthume son étoile sur Hollywood Boulevard, sur le fameux
Walk of Fame. Le Walk of Fame et ses étoiles sont le parfait
symbole de ce qu’est l’Amérique. Le culte de l’homme dans
toute sa splendeur, l’idolâtrie y est poussée à son paroxysme.
Des personnages fictifs comme Donald Duck, Mickey Mouse
mais encore Lassie ou Rintintin jonchent le sol d’Hollywood
Boulevard. Ces étoiles sont décernées à des acteurs majeurs de
l’industrie du divertissement. La musique, la radio, le cinéma,
la télévision mais aussi le théâtre sont les secteurs représentés.
Comprenez que les personnes les plus rentables possèdent leur
étoile. Deux auteurs de comic book ont leur nom sur le Walk of
Fame, Robert Kahn et Stan Lee (Stanley Lieber).
L’histoire de Batman est simple et je crois, connue de tous :
Un soir la richissime famille Wayne sort d’une séance de
cinéma. En rentrant chez elle, cette dernière est attaquée par
des malfrats. Les parents sont tués, seul le jeune Bruce survit
et hérite de la fortune de sa famille. Voyant sa ville sombrer
dans le chaos il décide d’utiliser cet héritage pour devenir
Batman. Très vite ce personnage sera accompagné du jeune
Robin. Son apparition dans Batman numéro 1 lança la mode
des « side kick 6». Batman a un fils qui porte le nom de
Damian, ou Damien, comme le prénom du fils du diable. Ce
fils est né d’une union avec la fille du maître d’une société
secrète7. Dans la bande dessinée Batman numéro 666, Batman
à Bethléem scénarisée par le sataniste écossais Grant Morrison


6 Chapitre 3 : Révolution sexuelle.
7 Damian Wayne apparaît pour la première fois dans le Batman numéro
655. 11 numéros avant le fameux Batman numéro 666. Le personnage
de Damian a été inventé par Grant Morrison et Joe Kubert.


et dessinée par Andy Kubert8, Bruce Wayne est décédé. C’est
son fils Damian qui a repris le costume après avoir vendu son
âme au diable. L’ennemi juré de Batman, car il en faut un, se
nomme le Joker et l’histoire de sa création est aussi farfelue que
celle de Batman. Jerry Robinson a créé ce méchant avec l’aide
de Bill Finger et de Bob Kane. Mais une fois de plus Robert
Kahn déclarait qu’il était le seul créateur du clown maléfique, il
faut certainement comprendre le contraire. De son côté, Jerry
Robinson affirme que c’est lui qui a inventé le Joker en
référence au personnage qui se trouve sur les cartes. Bill Finger
défend également sa position en expliquant qu’il est celui qui a
inventé le Joker après avoir visionné le film The man who
laughs. Ce triste personnage apparaît dans Batman numéro 1 en
1940. À l’origine il devait être tué mais DC Comics savait
qu’elle tenait là un personnage de grande envergure. Le Joker
sera donc sauvé par l’équipe éditoriale. Ce clown maléfique qui
tue sans raison n’a pas d’origine, pas de nom et la seule raison
qui le pousse à agir est l’existence de Batman. Dans les derniers
comics publiés entre 2012 et 2015 par Greg Capullo (qui se
déclare athéiste convaincu) et Scott Snyder, respectivement
dessinateur et scénariste, l’histoire raconte que le Joker est tout
simplement sorti de l’enfer9. Le duo Capullo/Snyder inventera
même une société secrète qui utilise le hibou comme emblème
et qui dirige la ville de Gotham10. Le hibou rappelle la société
secrète du Bohemian Club qui compte en son sein des
personnalités influentes11 et qui a l’habitude de se réunir au


8 Fils de Joe Kubert, également dessinateur de comics. Ce sont des juifs
de l’Europe de l’est qui ont fait carrière aux États-Unis.
9 Batman New52, End game.
10 Batman New52, la cour des Hiboux.
11 Valérie Giscard d’Estaing, ancien président de la république française,

les banquiers David et Nelson Rockefeller, les ex-présidents Bush père
et fils… Pour ne citer qu’eux.


Bohemian Grove afin d’y pratiquer d’étranges rituels12. Batman
possède une équipe qui l’aide malgré son individualisme
prononcé. En France il existe un représentant du chevalier noir,
ce dernier se prénomme Bilal Asselah. Il décide de devenir
« Nightrunner » après une bavure policière dans laquelle son
meilleur ami Arif est tué. Ces derniers avaient attaqué un
commissariat de police suite à un passage à tabac par des
policiers. Leur quête vengeresse mènera donc au décès d’Arif.
Notez l’image de la France au passage. Bilal Asselah est de
confession musulmane et vit à Barbès. Le Batman français est
musulman, symbole de la disparition des racines chrétiennes de
la France. Tout comme Batman, Nightrunner a des ennemis
dont une version française du Joker qui se nomme The son of
man (le fils de l’homme). Des conservateurs américains avaient
déploré le fait qu’un super-héros français soit de confession
musulmane. Cette polémique relayée par les médias de masse
aux États-Unis a largement contribué au succès du personnage
qui était jusqu’alors inconnu du grand public. Nightrunner fut
inventé en 2010 par des auteurs de comic books britanniques.
Juste après Batman, une héroïne fait son apparition :
Wonder Woman. Dans un premier temps suggéré par William
Moulton Marston, un psychologue, le personnage est
rapidement édité par DC Comics. Marston s’inspira de sa
femme Elizabeth Holloway Marston pour créer son héroïne.
Son côté libéral plaît à Marston qui injecte cette particularité à


12 L’animateur, réalisateur et acteur américain Alex Jones s’était infiltré au
Bohemian Grove lors d’une cérémonie à l’été 2000. La vidéo est
disponible ainsi qu’un reportage consacré à cette société secrète.


Wonder Woman. Marston était un adepte de la polygamie, étant
marié à Elizabeth Holloway il vivait également avec Olive
Byrne, une étudiante, sous le même toit. Les deux femmes
eurent des enfants avec le psychologue. La tante de Olive
Byrne, Margaret Sanger, fut une figure du féminisme. Elle
milita en faveur de l’avortement et du droit de vote pour les
femmes. C’est par elle que fut inventé le « planning familial »
qui se nommait autrefois « l’American Birth Control League ».
Le personnage de Wonder Woman est donc teinté du féminisme
qui ne s’abattra réellement sur le monde qu’à partir des années
1960. Elle possède une force surhumaine, des bracelets en
métal qui lui servent à arrêter les balles mais aussi un lasso qui
force les malfrats à dire la vérité lorsque ces derniers sont
attachés. Clin d’oeil au détecteur de mensonge dont William
Moulton Marston est l’inventeur.
À la base Wonder Woman est la fille d’une déesse nommée
Hippolyta, elle vient d’un monde uniquement peuplé de
femmes dans lequel l’homme n’est pas nécessaire pour procréer.
Rapidement, Wonder Woman fut sujet à controverse. Sur
chaque page Moulton Marston s’arrangeait pour qu’un
personnage soit représenté ligoté, menotté, dans des positions
curieuses :
« Le seul espoir de paix est d’apprendre aux personnes
pleines d’énergie et de force d’apprécier la soumission.
Seulement lorsqu’être contrôlé par d’autres devient plus
plaisant que l’insoumission il est possible d’aspirer à une
société humaine stable et paisible. Donner aux autres, être
contrôlé par eux, s’y soumettre, tout ça n’est pas envisageable
sans un fort élément érotique. Donnez aux hommes une femme

pleine de panache plus forte qu’eux et ils seront fiers de
devenir ses esclaves ! » déclarait Marston13.
Moulton Marston qui était derrière chaque aventure de
l’héroïne fut écarté et le ton de la bande dessinée changea. Cette
dernière devint même un emblème du féminisme pendant la
révolution sexuelle. Suite à la création de Wonder Woman de
nombreuses héroïnes virent le jour : des Supergirl, Powergirl,
Spider-Woman…
Les trois icônes de DC Comics (Superman, Batman, Wonder
Woman) étaient nées. Les fans et la maison d’édition appellent
aujourd’hui ces trois personnages « la trinité ». Depuis leur
parution des années 1940 à nos jours, ces trois héros (et
d’autres) sont publiés chaque mois. Il faut noter la forte
représentation de la communauté juive dans cette industrie.
Laissons ses acteurs s’exprimer à ce propos. Dans un reportage
diffusé sur Arte en 201314 on y apprend que les créateurs de
tous les personnages majeurs de l’industrie du comic book sont
juifs. Joe Simon déclarait même à ce sujet : « Un des éditeurs
était même surnommé le goy maison car il fallait une façade
non juive ». Superman fut inventé et dessiné par deux jeunes
immigrés juifs, mais la réussite de Superman émane d’un
homme qui se fait appeler Max Gaines. Cependant son
véritable nom reste incertain (Maxwell Ginsburg ou Max
Ginsberg). C’est lui qui édita les premières aventures de
Wonder Woman avec sa propre maison d’édition All-American
Comics. C’est Max Gaines qui présenta les créateurs de


13 Article La sexualité dans les comics du site DCPlanet.fr, publié le 24
février 2014.
14 Super-héros, l’éternel combat. Arte, 2013.


Superman à Harry Donenfeld et Jack Liebowitz (les créateurs
de DC Comics). Un des ses amis (Sheldon Mayer) lui avait
parlé de Jerry Siegel et Joe Shuster et du Superman qu’ils
cherchaient à faire publier. Ces derniers se faisaient jeter de
toutes les maisons d’édition et Gaines, qui avait apprécié
l’histoire de Superman avait donc fait les présentations. Max
Gaines est considéré comme étant le père des comics qui, à la
base, narrent des histoires horrifiques, policières ou érotiques.
La violence et les connotations sexuelles étaient omniprésentes.
C’est pourquoi le comic book fut attaqué dans les années 50.
Max Gaines avait déclaré en montrant la couverture d’un de ses
comic books sur laquelle une femme était décapitée que c’était
« de bon goût ». C’est avec l’arrivée de Superman que le comic
book narre des aventures de super-héros. Si au départ les
histoires policières ou aventurières ont résisté, petit à petit et
avec l’arrivée de Batman et Wonder Woman, elles se sont
effacées. L’arrivée de Superman a changé beaucoup de choses.
Le secteur de la bande dessinée marchait très bien avant
l’apparition du héros capé, mais la publication du Action
Comics numéro 1 changea la donne. Le succès du premier
super-héros était tel que les spécialistes de la bande dessinée
disent que la « beatlemania » fut moins importante que la
« supermania » qui déferla sur les États-Unis lorsque ce dernier
apparu à la fin des années 30. Une véritable révolution dans le
monde des bulles et des cases, et c’était un homme déraciné et
au dessus du genre humain qui en était le fer de lance. La
marque Superman était déjà exploitée au début des années 40,
des trousses, des cartables, des t-shirts, des pulls et des jouets
pullulaient. Des émissions de radio qui racontaient ses
aventures étaient diffusées après les heures de sortie d’école.
De 1952 à 1958 Superman eut même droit à son dessin-animé

produit par Max et David Fleischer, deux juifs de l’Europe de
l’est qui ont rivalisé avec Disney dans les années 1920. Ils sont
à la base, entre autres, de Betty Boop et de Popeye.
L’intégration de Superman dans la société américaine
s’explique aussi avec la montée du nazisme dans le monde et la
peur que cette idéologie suscitait. Cependant un autre
personnage eut un rôle beaucoup plus important dans cette
guerre entre le capitalisme et le national-socialisme, c’est
Captain America des édition Marvel, le concurrent de DC
Comics, inventé tout spécialement pour combattre le Führer et
ses armées.

MARVEL

suite…

Le-monde-occulte-des-comic-books