L’homme formaté Anti-manuel de manipulation mentale


Afficher l'image d'origine  onvautmieuxqueca

 

on-vaut-mieux-que-ca

Remerciements

Merci à mes parents pour m’avoir donné conjointement l’amour des livres et celui des ordinateurs. Merci pour m’avoir donné ce qui fait aujourd’hui mon flow quotidien, j’en serais éternellement reconnaissante. Désolée d’être si pudique quant à mes activités écrites, c’est une question de tic, ne vous en faites pas 🙂
Merci à Gull. Les mots me manquent pour exprimer toute la gratitude que j’ai pour lui. Sans notre rencontre, cet ouvrage n’aurait pas existé, bien d’autres choses n’auraient pas vu le jour. Merci.
Merci à mon ancienne école masquée. Ce fut dur, ce fut grandiose, ce fut parfois violent, ce fut une expérience que je n’oublierai jamais, qui m’a profondément marquée. J’ai débuté les recherches pour cet ouvrage là-bas, je leur suis redevable – à notre ancien regroupement – pour tout ce qu’ils m’ont apporté directement et indirectement. Je suis désolée, je pense et j’espère que le temps a dû apporter ses réponses aux personnes que j’appréciais sincèrement.
Merci aux incroyables correcteurs. Quand nous avons posté notre demande d’aide, jamais on n’aurait imaginé que cela se passerait si merveilleusement bien, en toute simplicité, avec une efficacité incroyable. Merci donc à la première vague : Supertraducteur, Grumeau, Big Brother, Caligula (il a appliqué un de nos principes – le chômage comme solution à la crise – et tenait à ce qu’on le signale), Bobby, Brest Beat, Lioss, Carey, Taos, Léo, Oléna, Sameclaire, Christelle, Marion, Mister Miaouh, Julien, Amon.. et la deuxième vague : Hélina, Cheutfleur, Vilerio62, The_Roschan, DrakeRoxas, Xubdy, Yann… Je crois que vous avez été tellement épatants que je ne suis pas prête de quitter le mode « OMG » :D.

Introduction
La littérature étiquetée « manipulation mentale » se trouve à foison dans les librairies.
Si l’on écarte les manuels de psychologie, cette littérature prend parfois l’aspect de coaching
pour lutter contre les techniques des manipulateurs ou pour apprendre ces techniques, l’excuse
éthique étant « manipuler pour ne plus être manipulé » ou « manipuler les manipulateurs ».
Ces livres prennent en exemple des situations ponctuelles et individuelles, dans lesquelles
il s’agit de renverser le pouvoir : soit arrêter le manipulateur et empêcher son emprise ; soit
prendre sa place dominante.
Ce ne sera pas notre point de vue.
Cet ouvrage n’est pas non plus un manuel, ni un essai. Le terme le plus vraisemblable pour
le désigner serait « Anti-manuel ».
Nous parlerons de manipulation mentale via trois domaines fortement imbriqués : le commercial,
avec ses marques, ses produits, ses magasins et ses techniques de vente ; les médias,
tout particulièrement la télévision ; et le travail, à travers le prisme de l’expérience de Milgram,
dont l’expérience essentielle introduira cet ouvrage.
Nous sommes tous consommateurs, spectateurs, et travailleurs. Même les chômeurs et les
étudiants ne sont considérés qu’en fonction du travail, l’un étant en recherche d’emploi, l’autre
en préparation de son emploi.
Ces trois domaines que nous aborderons, tentent de nous influencer, nous orienter, nous
convaincre, nous persuader, nous séduire et enfin de nous manipuler afin de nous exploiter :
il s’agit là de pomper nos ressources financières (le commercial), nos ressources attentionnelles
(les médias) et enfin nos ressources physiques et mentales (le travail). Ce n’est pas une
manoeuvre qui se fait en un clin d’oeil, car nous zappons, nous changeons de marque de produit,
nous n’acceptons plus le statut d’esclave. Alors les structures ont rivalisé d’astuces, au fil du
temps, pour nous faire dépenser plus que ce dont nous avons besoin, pour nous scotcher devant
l’écran plus que de raison, pour nous faire travailler comme des esclaves mais sans qu’on le
perçoive ainsi. Notre comportement s’est modelé, transformé à la faveur des structures exploitantes
: nous voici formatés.
C’est ce formatage qui sera ici notre finalité d’étude, car il impacte toute la société, empêche
l’évolution, bride les comportements et les élans qui pourraient être profitables à l’individu,
son entourage et toute la société. Cependant, malgré l’obscurité des thèmes que nous
aborderons, nous avons eu le plaisir de constater que le « non » au formatage a déjà bien
commencé, que certains individus isolés ou en groupe se sont d’ores et déjà libérés des laisses
mentales des structures exploitantes, dans un domaine ou un autre.
Mais pour comprendre le formatage, il faut d’abord comprendre comment on est influencé
puis manipulé, à savoir comment les structures exploitantes se basent sur notre fonctionne

ment, physique et mental, en percent les failles ou en détournent les objectifs, et s’y infiltrent
pour nous guider sur la voie qui les arrange. Une grande partie de cet ouvrage décortiquera
les techniques de persuasion, les processus sur lesquels elles se basent (les fameuses failles
qui sont également des atouts dans d’autres contextes). À l’instar des tours de magie dont on
connaîtrait les « trucs », la compréhension des situations de manipulations peut être une bonne
prévention contre certaines techniques.
Bien que nous ayons rédigé ces plusieurs centaines de pages sur le sujet, nous ne nous
considérons pas à l’abri des influences, des manipulations ou du formatage : au contraire, c’est
parce que nous savons pertinemment que nous courons sans cesse le risque d’être exploités,
manipulés et transformés, que nous avons consacré tant de travail bénévole à la question. Se
croire au-dessus de ces techniques d’influence, se croire capable de résister à l’autorité serait
le meilleur moyen d’être manipulé à souhait. Il n’y a pas d’exception, l’être humain est ainsi
fait que ses plus beaux mécanismes de fonctionnement peuvent être utilisés à son encontre.
Si intelligent, si cultivé ou si raisonnable soit-il, l’humain peut être poussé à tuer quelqu’un
(l’expérience de Milgram). Nul besoin d’être un psychopathe, un sociopathe ou avoir une
quelconque pathologie : notre normalité suffit à nous faire obéir à des ordres meurtriers.
Cet ouvrage n’est pas rallié à un parti politique, ni à quelconque drapeau ou mouvement.
Le seul ralliement est celui avec Hacking social, dont nous sommes également les auteurs.
Nous n’avons pas d’autre but que de partager nos recherches avec vous et nous espérons
qu’elles puissent vous être utiles. Nous espérons cet ouvrage accessible à tous, nous espérons
qu’il puisse servir au quotidien. Nous ne prétendons pas faire avancer la réflexion ni apporter
quelque chose de nouveau : nous avons simplement trié les informations, les recherches, nous
avons tenté de clarifier cet aspect mécanique de la société pour aider à l’action, aider à y voir
plus clair.
Cet ouvrage est gratuit et doit le rester. Son contenu est libre d’utilisation, du moment
que les sources sont citées et que le contenu n’est pas transformé sans demande.
Dernier détail. Nous sommes pragmatiques : nous n’avons ici exploré que les horizons les
plus proches des individus, des horizons que chacun d’entre nous peut observer, décortiquer
puis contrer s’il y a tentative d’exploitation par manipulation mentale. L’action, vous le verrez,
peut être extraordinairement simple pour démanteler de puissants formatages. La difficulté
réside principalement dans la décision de se défaire de certains formatages, ceux-ci étant aussi
moelleux qu’une couette lorsque l’on est épuisé et qu’il fait froid. Mais ce ne sera pas notre
propos, car personne ne peut vous retirer la couette. Celui qui s’octroierait le droit de vous arracher
la couette ne vaudrait pas mieux que ceux qui vous ont incités à vous y nicher. Nous ne
fournissons avec cet ouvrage que quelques outils, quelques matériaux permettant d’observer
d’une manière différente la couette. Vous êtes libre de les saisir ou non.
Bonne lecture !

Milgram
la soumission à l’autorité

suite…

 l’homme formaté.pdf