L’éthique sexuelle, une discipline négligée


lelibrepenseur.org

par Pierre Dortiguier

Chroniques-Dortiguier

L’éthique sexuelle, une discipline négligée


Elle fut, cette Éthique en question, qui donna lieu à plusieurs livres en Allemagne du début du XXe siècle et à des plaisanteries en France, une source de litige, entre un inspecteur des thèses, peut-on dire, hybride, à savoir mi-catholique et mi-psychanalyste, et l’auteur de ces lignes, puisque mon auteur autrichien — dont le fils universitaire d’Heidelberg, sera une notabilité musulmane ayant écrit sur l’Inde et l’Afrique orientale en ethnologue — avait consacré sa vie trentenaire de professeur à l’université allemande de Prague — comme elle se nommait (car Prague fut au début des Temps Modernes la plus importante université allemande, le pendant de la Sorbonne !), à la fin du XIXe siècle jusqu’au lendemain du premier conflit mondial, à dénoncer la dégénérescence morale et son parallèle, l’orgueil positiviste. Ce Christian Ehrenfels (1859-1932), d’une famille de propriétaires terriens, éleveurs et d’apiculteurs anoblis sous le règne de Marie-Thérèse à la fin du XVIIIe siècle, pillés et ruinés par l’occupation napoléonienne, soutenait que le monde un jour raffermi sur des bases saines « tolérerait » la polygynie ou mariage régulier avec plusieurs femmes, et défendit cette proposition dans ses œuvres dramatiques, qui sont la moitié de sa production. C’était une époque ou le juste se mêlait à l’injuste, mais  où l’on travaillait, et c’est pourquoi elle est effacée de la mémoire des hommes, cette amnésie étant qualifiée de progrès, de changement des mœurs, de nécessité d’évoluer. Cette même démocratie que l’on a, du reste, bâtie, à la manière maçonnique, la main sur le cœur et l’autre sur le portefeuille, a ses résultats, ceux des fruits dont parle Issa (béni soit-il), pour dire la qualité de l’arbre, sont, en pleine paix républicaine — terme substitué à la France et à l’Europe même ! — comme celui-ci, cueilli hier sur l’arbre de la démocratie française : un gendarme endetté se suicidant avec son arme et entraînant, sa femme réclamant le divorce, leurs deux enfants de 11 et 15 ans dans sa mort ! Mais voyons les choses non pas en orateur ou en avocat défendant celui qui le nourrit, mais dans le style de cet autre dont l’art est le plus proche de l’idéal virilement philosophique, le médecin vrai — non pas le pensionné de Big Pharma  qui lui paye ses vacances en fonction de la quantité de drogues de laboratoire qu’il propose à ses clients !

La réforme sexuelle proposée par l’Autrichien, de mère protestante et de père catholique, selon une mixité religieuse fréquente dans tout l’Empire germanique, au sens large, se proposait d’éradiquer des maux dont souffre la société et que reflète le théâtre boulevardier ou notre entreprise extraordinaire de pourrissement par l’image, j’ose le dire dogmatiquement, qu’est le cinéma, par lequel, comme sur tout écran, le mouvement et la succession rapide — ce que signifie le grec kinésis — étouffe la réflexion, car elles absorbent la capacité de perception distincte et de réflexion, à la différence du théâtre. Ces maux sont si fréquents qu’il sont confondus avec la nature humaine, au point qu’observant certain commentaire sur deux saints personnages légendaires du Christianisme oriental, saint Serge et saint Bacchus, nom illustre qui fut même assimilé à la plus haute divinité, dans lesquels l’on veut, dans notre modernité, suggérer, sinon une apologie, du moins une justification, voire une excuse, une permissivité, disent les barbares révolutionnaires, les Daechistes de la plume, de l’homosexualité, c’est-à-dire d’une sexualité sans finalité de procréation ; simplement pour le plaisir ou tuer le temps, comme on joue aux cartes par incapacité, disait Schopenhauer, d’échanger des idées, l’on tirerait la conséquence que la célébration simultanée des saints et également fictifs, du reste, Come et Damien – suite ou traduction ecclésiastique de celle des Gémeaux ou jumeaux de la mythologie ayant donné leur nom à la Constellation de ce nom,  Castor et Pollux (l’un mortel, l’autre immortel), ont une pareille signification d’égoïsme érotique : tout cela est bas de plafond, selon une formule polémique de l’auteur allemand si profond, Oswald Spengler, dans son  excellent Déclin de l’Occident (1918-22).