VACCINS, MENSONGES ET PROPAGANDE – Des Informations Indépendantes et claires


 Afficher l'image d'origine
Auteur : Simon Sylvie
Ouvrag : Les contradictions des autorités de santée : Vaccins, mensonges et propagande Les vrais risques des vaccins  Les grands secrets de l’industrie pharmaceutique
Année : 2009

 

 

 En deux siècles d’histoire, la vaccination a connu succès et scandales. Aujourd’hui il est bien difficile de savoir si les données scientifiques sont suffisantes pour créer sans cesse et sans risque de nouveaux vaccins. Contrairement aux médicaments, les vaccins sont destinés aux bien-portants pour prévenir une hypothétique maladie. Il semble donc important que chacun connaisse les risques de ces maladies ainsi que ceux induits par les vaccins. Saviez-vous que la population vaccinée contre la grippe est passée aux États-Unis de 15 % en 1980 à 65 % aujourd’hui, sans qu’aucune diminution des décès liés à cette maladie n’ait été observée ? Pourquoi les autorités de santé taisent-elles le fait que le nombre de décès par rougeole n’a pas diminué depuis 1988 en dépit d’une couverture vaccinale beaucoup plus étendue ? Peut-être parce que les vaccins, loin d’être les parents pauvres des médicaments, sont à l’origine de plus de 20 % du chiffre d’affaires de certains laboratoires pharmaceutiques… Écrit par une spécialiste de la désinformation en matière de santé, ce livre contient les données les plus parlantes sur les vaccins des informations dont bon nombre de médecins n’ont même pas connaissance. Par recoupements de chiffres, de dates, Sylvie Simon démontre magistralement comment l’industrie pharmaceutique, les médias et les gouvernements nous manipulent dès lors qu’il est question de vaccin. Pour qu’on ne puisse plus dire « si j’avais su… ». Sylvie Simon est journaliste et écrivain. Elle a déjà publié plusieurs essais sur différents scandales sanitaires (sang contaminé, vaches folles, amiante, hormones de croissance, vaccins, etc.)

« Vous le savez mieux que moi, toute la médecine officielle, depuis la
variole, la tuberculose, jusqu’à la plus vulgaire entérite, est la proie
de systèmes préconçus qui, pour se soutenir, cherchent des faits et au
besoin, en inventent, ou en imaginent. Vous avez beau faire, contre le
bon sens, on vaccinera, on injectera, { … } pour tuer le microbe et la foule
inconsciente approuvera gouvernementalement. On a beau écrire pour
prouver qu’on se trompe et que l’on trompe, rien n’y fait : pauvre esprit
humain! »
Pr Antoine Béchamp
(à son confrère le Dr Vindevogel)

« Il existe toujours une solution simple pour chaque
problème humain – nette, plausible, et fausse. »
SOMERSET MAUGHAM

AVANT-PROPOS

LORSQUE LES ÉDITIONS THIERRY SOUCCAR M’ONT CONTACTÉE
pour écrire un ouvrage sur les vaccins, ma première réaction
fut de refuser, car je pensais avoir déjà diffusé toutes
mes connaissances sur cette question. Mais à bien y réfléchir, ce sujet
est sans cesse alimenté par de nouvelles déclarations des « autorités »
vaccinales, la sortie de nouveaux vaccins, et la multiplication exponentielle
des accidents, ce qui concourt à réactualiser sans cesse la
matière.
Étant donné mon entêtement à récidiver sur ce thème, certains
pourraient croire que je suis une victime qui veut se venger de ses
prédateurs, ce qui n’est absolument pas le cas. Je tiens à signaler
que je ne suis pas vaccinée, ayant eu la chance d’avoir une mère très
informée sur la santé et un médecin de famille comme il n’en existe
presque plus, qui nous ordonnait des infusions ou des bouillons de
légumes et jamais de médicaments, puisque, à l’époque, on ne donnait
des médicaments qu’aux gens malades. Or, personne n’a jamais
été malade dans ma famille qui vivait et mangeait sainement.
Je persiste dans ce combat parce que je constate chaque jour
que la plupart des gens – y compris ceux qui vaccinent – sont
totalement désinformés au sujet des vaccinations. Ils croient que
les microbes les guettent sans répit, que des maladies bénignes sont
mortelles, que le vaccin est le seul remède à toutes ces menaces, et
que, de toute façon, s’ ils ne sont pas utiles, ils ne présentent aucun
danger. En outre, au cours des ans et de mes nombreuses conférences,

j’ai rencontré des milliers – j’insiste sur le mot « milliers » alors
qu’on prétend qu’il y en aurait au maximum quelques centaines –
de gens blessés par les vaccins, certains cloués à vie sur des chaises
roulantes, qu’on refuse de reconnaître, et qui n’ont qu’un regret :
« Si j’avais su ! » Aussi, je fais de mon mieux pour que les autres
«sachent».
Pourtant, nombreux sont ceux qui sont avertis que les grands
médias nous mentent et que nos dirigeants nous assènent des « vérités
» qui ne sont en fait que des mensonges, mais peu de journalistes
pratiquent leur métier avec discernement. Ils se contentent
de reprendre – sans les vérifier – les communiqués des agences de
presse ou de répéter ce qu’ont publié leurs confrères. C’est ainsi que
non seulement les mensonges perdurent, mais qu’ils grossissent et
se multiplient au fur et à mesure qu’ils sont repris. Des multitudes
de mensonges répétés à l’envi sont devenus des dogmes qui déclenchent
des crises d’hystérie dès lors qu’on ose les remettre en cause.
Pourtant, ces dogmes ne sont pas des vérités car, comme l’enseignait
Gandhi, « une erreur ne devient pas une vérité quel que soit le
nombre de fois que vous la répétez. La vérité reste la vérité, même si
personne n’en entend jamais parler». En outre, l’information s’est
peu à peu transformée en marchandise dont la valeur varie en fonction
de l’offre et de la demande, pour en arriver au point extrême de
la désinformation actuelle ou, ce qui est sans doute pire, la contre information.
Mais les médias ne sont pas les seuls responsables et ne sont
que les porte-parole d’un ensemble d’institutions qui contrôlent
les opinions et les comportements et maintiennent les gens dans
l’ignorance. Comme l’explique Noam Chomsky, philosophe radical
de réputation internationale et professeur au MIT (Massachussers
Instituee ofTechnology): « Les médias ne représentent qu’une toute petite
partie de la vaste machine de propagande. Il existe un système d’endoctrinement
et de contrôle beaucoup plus vaste, dont les médias ne sont qu’un rouage:

l’école, l’intelligentsia, toute une panoplie d’institutions qui cherchent à
influencer et à contrôler les opinions et les comportements, et dans une large
mesure à maintenir/es gens dans l’ignorance. »
Comme le signalait Rabelais, « l’ignorance est la mère de tous
les maux ». Or celle qui concerne la vaccination est souvent consternante.

« Du fait des vaccinations, les individus sont
devenus de véritables réservoirs à virus et leurs défenses
immunitaires sont tellement amoindries que
de nouvelles affections incurables et gravissimes
apparaissent chaque jour. »
DR LOUIS BON DE BROUWER
Vous ET VOTRE SANTÉ

LA LONGUE HISTOIRE
DE LA VACCINATION

suite…

Vaccins-mensonges-et-propagande