La fondation de la France du quatrième au sixième siècle


  Afficher l'image d'origine
Auteur : Lecoy de La Marche Albert
Ouvrage : La fondation de la France du quatrième au sixième siècle
Année : 1893

PREFACE
Au moment où je termine ce livre, la France catholique
s’ apprête à célébrer le quatorzième centenaire du
baptême de Clovis, qui est, à proprement parler, celui de
sa naissance comme nation. Le 25 décembre 1896, il y
aura quatorze siècles que le roi des Francs, en descendant
dans la piscine sacrée, a ouvert au pays dont il
était devenu le maître la destinée glorieuse que l’on
sait. On ne l’oublie pas à Reims, et l’on y prépare une
commémoration de ce grand événement, à laquelle voudront
s’associer tous les Français qui comprennent leur
vrai titre de noblesse.
Il ma semblé qu’à la veille de cette fête nationale,
unique en ce genre, il était à propos de reporter nos
yeux sur les circonstances qui ont préparé, amené ou
consommé la fondation de notre patrie. Cet otivrage !
a donc un caractère d’actualité qui, indépendamment
de 1importance intrinsèque du sujet, me donne lieu
d’espérer pour lui tm accueil favorable de la part du
public intelligent.
L’établissement de la nationalité française est dû à
une double lignée de fondateurs. La première appartient
à l’Eglise : elle se compose principalement d’une
série d’évêques gallo-romains ou gallo-francs, qui ont été
Fondation de la France.

les pères Spirituels du nouveau peuple, qui l’ont tenu,
pour ainsi dire, sur les fonts du baptême, et, en le
vouant pour jamais à la sublime mission de soldat du
Christ, lui ont donné, avec son caractère distinctif, sa
véritable raison d’être. La seconde est des chefs politiques
et militaires qui ont eu le bon esprit de se soumettre
loyalement à l’Eglise catholique, pour régner
par elle sur les diverses populations de la Gaule et les
unifier. En tête de l’une, rayonne le nom vénéré de saint
Martin, à l’oeuvre duquel j’ai consacré naguère une
étude détaillée. Au premier rang de Vautre, brille la
grande figure de Clovis, qui tiendra dans ces pages une
place importante. De là, la division du présent livre
en deux parties distinctes: la fondation de la France
religieuse, et la fondation de la France politique.
Mais ces deux parties sont étroitement rattachées par
l’unité de pensée et d’action. Tous les personnages que
Dieu a jadis appelés à l’honneur de travailler avec lui
à la constitution de la nation très chrétienne ont été,
prêtres ou laïques, animés d’un même esprit, d’une
même foi, d’un même amour. Et l’on voudra peut-être
aussi reconnaître à l’auteur le faible mérite d’avoir toujours
poursuivi, dans le cours d’une carrière littéraire
déjà longue, le même but, le même idéal, à savoir le
triomphe de la vérité catholique par la démonstration
de la vérité historique.

PREMIERE PARTIE
FONDATION de la FRANCE RELIGIEUSE.

suite…

La-fondation-de-la-France-du-quatrieme-au-sixieme-siecle