La matrice de Gog


  Afficher l'image d'origine
Auteur : Patrick Daniel
Ouvrage : La matrice de Gog

De la terre de Magog vinrent les Khazars afin de détruire et piller
Année : 2014

Traduction française de Roch Richer

Introduction de Texe Marrs

 

 

 

Gog, de Magog, a-t-il déjà conquis la terre d’Israël ?
Ézéchiel 38-39 prophétise que, dans les derniers jours, Gog, dirigeant démoniaque de
la terre de Magog, va monter contre Israël, lequel sera mis au monde du sein des
nations. Il fondra comme une tempête et conquerra le pays aux villages sans murs, et
il le retiendra en otage.
Cette conquête de Gog et de ses armées tournera éventuellement en spirale, se
transformant en une guerre mondiale si catastrophique que Dieu Lui-même devra y
mettre fin.
Qui est Gog ? Où est la terre de Magog ? Maintenant, grâce à de nouvelles et
stupéfiantes découvertes archéologiques et génétiques, nous possédons d’incroyables
preuves qu’en fait, Magog est situé dans le sud de la Russie, dans le Caucase, et Gog
est le nom du grand dirigeant du Royaume de la Khazarie. La Khazarie est la terre de
peuples turcs non sémites qui se proclament faussement juifs. De la Khazarie du 8e
siècle, ces peuples païens, s’étant convertis au judaïsme, s’enfuirent en Europe pour
échapper aux guerriers envahisseurs russes.
En 1948, les Khazars arrivèrent en Palestine où ils conquirent les paisibles
Palestiniens et mirent sur pied un prétentieux nouveau « Royaume d’Israël ». Les
Khazars, se disant « Juifs », proviennent de Magog. Conduits par le Gog de Satan
dans les derniers jours, ils sont destinés à plonger le monde entier dans des bains de
sang, le chao et la guerre. Ézéchiel 38-39 s’accomplit devant nos yeux !

Daniel Patrick est né au Missouri et a servi dans la Marine américaine
durant la guerre du Vietnam. Il a étudié les arts en Europe, a gradué au
Collège de la Bible, a lu des centaines de livres, a écouté des milliers de
sermons et en est venu à la conclusion que le sionisme chrétien n’est pas
biblique et qu’il a terriblement éconduit le christianisme. Après presque
quinze ans de recherches, beaucoup de prière et la conduite du Saint-Esprit,
ce livre, La matrice de Gog, fut créé.

INTRODUCTION

La matrice de Gog — l’accomplissement
de la prophétie biblique
Ézéchiel 38 et 39 sont une clé de la compréhension des événements des derniers
jours. Or, dans Ézéchiel, nous lisons qu’apparaîtra un puissant leader mondial : « Gog
au pays de Magog ». Lui et ses forces armées descendront et conquerront Israël, puis
ils continueront leur route et précipiteront une horrible guerre mondiale.
Qui est « Gog » et où est « Magog » ? Jusqu’à tout récemment, ces questions
fondamentales demeurèrent un mystère. Or maintenant, la science de l’ADN,
l’histoire et l’archéologie nous apportent des réponses. Magog est le territoire de la
Khazarie, dans le Caucase, au sud de la Russie. Alors que Gog est le leader ou roi
démoniaque de ce grand pays.
La Khazarie s’avère le pays d’origine des « Juifs » d’aujourd’hui qui — la science
de l’ADN le confirme — ne sont pas de la descendance d’Abraham et donc, pas
Israélites ni Sémites. Le peuple que nous appelons « Juifs » est, en fait, de lignée
turque.
Ce livre très important, La matrice de Gog, nous donne l’information concernant
Gog, Magog et les Juifs. Nous y découvrons que la Sainte Bible se montre précise et
que les « Juifs » d’aujourd’hui sont la « Synagogue de Satan » d’Apocalypse 2 et 3.
De plus, les Khazars d’Europe qui se proclament Juifs sont descendus en Israël en
grand nombre, lors des dernières décennies, tel que prophétisé. Ils ne possèdent aucun
lien familial et aucun ancêtre provenant des anciens Israélites. De telle sorte qu’ils ne
constituent pas la semence d’Abraham, quoiqu’ils prétendent. Par une stupéfiante
tournure des événements, les « Juifs » d’aujourd’hui sont, en réalité, rien d’autre que
les partisans de Gog, du pays de Magog.
— Texe Marrs, auteur
de La science de l’ADN et la lignée juive
Austin, TX 78733

PRÉFACE
La matrice de Gog est destinée à l’auditoire le plus naïf qui soit jamais entré dans une
église, les prétendus sionistes chrétiens. Ce livre aurait pu s’appeler : Et si TOUTES vos
prophéties bibliques soutenant le sionisme étaient fausses ?
Ce fantasme prophétique des sionistes chrétiens n’est pas le genre de question théologique
obscure que se posaient les moines médiévaux, comme « combien d’anges peuvent danser sur
la pointe d’une aiguille », mais une question mondiale, économique et politique, qui a déjà
coûté la vie de millions de gens et qui est prête à lancer la Troisième Guerre Mondiale.
La plupart des sionistes chrétiens ont l’esprit engagé à soutenir l’état d’Israël de manière
inconditionnelle à cause d’un paradigme prophétique qu’ils croient totalement appuyé par les
Écritures. Voici un exemple personnel des conséquences de cette croyance. En 1968, peu
après que je sois devenu chrétien, je fréquentais une église évangélique du sud de la
Californie. Mon pasteur fit le pèlerinage requis en Israël pour voir de ses propres yeux
« l’accomplissement de la prophétie » qu’il supposait y arriver. Le seul problème, c’est qu’il
finit par demeurer chez une famille chrétienne palestinienne à laquelle il s’attacha beaucoup.
Un jour, le père de famille lui demanda : « Pourquoi les chrétiens américains soutiennent-ils
les Israéliens qui détruisent tant de Palestiniens chrétiens ? » Mon pasteur me dit plus tard
qu’il resta sans voix face à la question. Il me confia : « Je ne savais quoi lui répondre.
J’aimais vraiment les chrétiens palestiniens que je rencontrais et je vis leur situation critique,
mais la réalité veut que toutes les prophéties soient contre eux. »
Eh bien, je suis ici pour vous dire que les prophéties ne sont pas contre les Palestiniens. En
fait, la prophétie favorite des sionistes chrétiens concernant Gog et Magog, dans Ézéchiel, aux
chapitres 38 et 39, se tourne contre les sionistes eux-mêmes !
Donc, s’il se trouve que vous comptez parmi les dupes, comme je l’étais, j’espère que vous
aurez le courage de poursuivre votre lecture afin que soit déracinée cette « puissante illusion »
de votre esprit, une fois pour toutes.
— Daniel Patrick

CHAPITRE UN

Qui est Gog ?

« La parole de l’Eternel me fut encore adressée, en disant : Fils d’homme, tourne ta
face vers Gog au pays de Magog, Prince des chefs de Méshec et de Tubal, et
prophétise contre lui. »
(Ézéchiel 38:1-2)

Gog est la force tapie derrière la création de la Matrice au pouvoir monétaire
mondial et dans laquelle nous vivons tous aujourd’hui. Gog oeuvre avec une armée de
fanatiques s’étant associés aux gouvernements depuis des centaines d’années comme
prêteurs sur gages. Au début du dernier siècle, l’armée de Gog a commencé à prendre
le contrôle total des pays qu’elle a envahis. Depuis le 11 septembre 2001, elle a
entamé le stade final de sa guerre de conquête de la terre entière, prenant le pouvoir
de tous les gouvernements et des ressources naturelles afin d’introduire son Nouvel
Ordre Mondial.
Ces fanatiques envisagent de s’asseoir comme élite monarchique au-dessus de
sujets complètement contrôlés, dépeuplés, rendus esclaves et dont l’unique fonction
sera de les servir. Ce qui pourrait conduire à la pire destruction que le monde ait
connue.
Or, toute cette information concernant Gog se trouve dans l’ancienne prophétie
d’Ézéchiel, prédiction prononcée il y a près de 2 500 ans. Le prophète Ézéchiel prédit
une guerre, initiée par un certain Gog, et dans laquelle : « …tous les hommes qui sont
sur le dessus de la terre seront épouvantés … les montagnes seront renversées, les
tours et les murailles seront abattues » (Ézéchiel 38:20). La plupart de ceux qui
enseignent cela le relie aux prophéties que l’on retrouve dans le Livre de
l’Apocalypse et ils aiment l’appeler Bataille d’Armageddon. On dit que ce sera la
dernière conflagration, le dernier holocauste, le cauchemar nucléaire, le tremblement
de terre mondial, la frappe des météorites et la destruction de tous les royaumes de la
terre, tout cela enroulé dans un même gros paquet.
Des millions de gens croient que l’accomplissement final de cette prophétie est sur
le point d’arriver. Si vous pensez que j’exagère pour vous faire peur, ou vous faire
perdre du temps en débitant un vieux baragouin cru seulement par une poignée de
dingues — réfléchissez-y encore. Dans les sermons hebdomadaires du dimanche, on
sert comme fourrage cet enseignement des temps de la fin à des millions de
pratiquants de par le monde. Des livres sur le sujet se vendent par millions et des
douzaines de films et de documentaires, soit religieux, soit en provenance
d’Hollywood, illustrent les cataclysmes décrits dans cette ancienne prophétie.

Syntonisez les canaux télévisés religieux et le sujet de Gog surgira invariablement
presque chaque jour. Même si les télévangélistes parlent souvent de cette horrible
guerre d’Armageddon qu’ils croient être à nos portes, habituellement, ce n’est pas à
propos de la guerre à venir en tant que telle, mais plutôt de ce que les chrétiens
doivent faire pour soutenir Gog et tous les Goguistes, et ce que les États-Unis doivent
faire pour envoyer davantage de support militaire et économique à Gog. Alors, même
si vous ne croyez pas à l’affaire, eux, ils y croient !
Et non seulement y croient-ils, mais ils versent des millions de dollars de leur
propre poche pour supporter Gog, et ils incitent leurs gouvernements à donner des
milliards de dollars de plus en soutien économique et militaire pour Gog, et ils
écument littéralement de rage en anticipant « l’Armageddon » ! « Qu’on l’amène ! »
comme l’a dit un de leurs célèbres leaders fous.
Savez-vous ce que leurs loufoques télévangélistes et prêcheurs utilisent pour rallier
leurs congrégations dans un soutien frénétique malsain de Gog et ses armées de
fanatiques, non seulement au Proche-Orient, mais dans le monde entier ? Eh bien, ils
emploient les chapitres mêmes d’Ézéchiel 38 et 39 ! Le problème, c’est qu’ils les ont
complètement mis sens dessus-dessous et ils ont fini par bénir Gog à la place. Vous
demanderez : « Comment cela se peut-il ? » À cause d’un manque total de
compréhension à savoir qui est exactement Gog.

***
Ces « chrétiens » goguistes
comprennent John Hagee, Pat
Robertson, Hal Lindsey, Chuck Smith,
le Pape, God TV, TBN, les baptistes et
à peu près 90 % de toutes les
confessions chrétiennes. Ces gars-là se
prétendent chrétiens et ils disent croire en Dieu et à ce qu’Il dit dans la Bible, et
pourtant, les voilà soutenant Gog, et bénissant Gog, et faisant exactement le contraire
de ce que Dieu a dit de faire au prophète Ézéchiel.
Mais on peut difficilement les blâmer, car l’identité de « Gog » fut un des plus
grands mystères de tous les temps. Comment pouvez-vous prophétiser contre
quelqu’un quand vous ne savez même pas qui il est ? Si le prophète Ézéchiel avait été
comme un chrétien d’aujourd’hui, je peux entendre sa réponse au commandement de
Dieu de « prophétiser contre Gog » : « D’accord, Seigneur, je vais le faire !… Mais…
euh… d’abord, pourrais-tu me dire qui est GOG ? »

Nous devons connaître la réponse à cette question. Pourquoi ? Avant tout, parce
que si nous savons qui est Gog, cela nous évitera d’être un de ces dupes qui suivent
aveuglément les prêcheurs jusqu’au bord du gouffre ; nous serons plutôt parmi ceux
qui voient au-delà de la manipulation des mass media et de la propagande politique de
ces charlatans. Ensuite, cela va nous aider à être prêt pour ce qui s’en vient, parce que
Gog et ses armées de fanatiques vont amener une guerre d’une telle amplitude qu’elle
va déchirer notre monde !
Donc, qui est « GOG » ?
Le prophète Ézéchiel appelle GOG : le « Prince des chefs de Méshec et de Tubal »,
du « pays de Magog », et qui, selon sa prophétie « dans les dernières années » et
« aux derniers jours » rassemblera « une grosse armée » « ramassé[e] d’entre
plusieurs peuples » et dirigera l’invasion contre les « montagnes d’Israël ».
La vaste majorité des enseignants juifs et chrétiens croient que cette invasion de
Gog et de ses armées décrit une future invasion de la nation d’Israël lancée, soit par
les Russes, soit par les nations arabes musulmanes, ou les deux. De mon examen de ce
que disent les autorités juives et mon intime familiarité avec l’eschatologie
évangélique chrétienne, je puis vous dire que la majorité ne connaît absolument pas
l’identité de Gog. Et, parce qu’ils ont tout faux, leurs interprétations élaborées
construites sur cette erreur sont également fausses. Cette invasion n’est pas à venir,
elle a déjà commencé et approche rapidement de sa fin cataclysmique !
Le premier indice pour découvrir qui est Gog se trouve dans le déchiffrage du nom
même de GOG. Je ne veux pas porter préjudice à l’argumentaire, comme aimeraient
m’accuser certains, et, donc, afin d’éviter cela, tournons-nous vers une source juive
pour découvrir ce que les Juifs eux-mêmes pensent qu’est Gog. La première source
que nous allons consulter, c’est la version des Septante, traduite de l’hébreu par 72
érudits juifs environ 300 ans av. J.-C.. La première citation ci-après provient d’une
traduction moderne de Nombres 24:7 qui était une prophétie contre Agag. La seconde
citation est aussi tirée de Nombres 24:7, mais provient, celle-là, de la version des
Septante qui traduit le même mot hébreu, que la plupart des Bibles rendent par Agag,
mais en le traduisant par Gog.
D’abord, la version David Martin :

« …son Roi sera élevé par-dessus Agag, et son royaume sera haut élevé. »
Maintenant, la version des Septante :

« …son royaume sera élevé au-dessus de Gog, et son royaume s’accroîtra. »

Selon la version des Septante, comme nous le voyons dans les deux versets ci-mentionnés,
Gog est synonyme d’Agag. Agag est un terme générique employé pour

parler des rois d’Amalek. Dans la Genèse, il est écrit qu’Amalek était le petit-fils
d’Ésaü, qu’on appelait aussi Édom.
Sautons des anciennes traductions bibliques juives à une source juive moderne sur
Internet. Cela provient de « JAHG » (Jews And Hasidic Gentiles – « Juifs et Gentils
hassidiques »), site web sioniste qui offre la preuve que Gog est Ésaü/Édom.
« Je me suis extrêmement intéressé à votre article
http://www.noahide.com/reds2.htm mentionnant le ıRoi de Gog/Amalek” … Si
cela ne vous dérange pas, pourriez-vous me révéler la source historique qui relie le
Roi amalécite Agag à ıGog” ? Je n’ai pas été capable de trouver un lien direct
dans la Bible, donc, je me demandais s’il y avait une autre source première
concernant ce lien… » – Jeff au TX
« Notre réponse : On fait allusion à l’identité du Roi Gog … descendant de la
semence d’Amalek, dans une variété de sources de la tradition orale juive. Des
sources telles que le Targum de Yonasan ben Uziel dans Ésaïe 11:4, Bereishis
Rabba et autres mentionnent que le Roi Gog fut des descendants d’Ésaü/Édom
(ce qui incluait Amalek). Ce qui signifie particulièrement qu’Amalek tel que
suggéré par le Rabbi de Loubavitch (e.g., Likkutei Sichos 1, Parshas Yisro, no.
9). » (http://www.noahide.com/newsletter/news03.htm)
Voici un autre site juif appelé Ask Moses qui confirme le rendu de la version des
Septante d’Agag par Gog :
« La Version des Septante identifie Agag à Gog … Agag est un nom générique
qualifiant les rois d’Amalek … Amalek est une tribu descendue d’Ésaü. »
(www.askmoses.com).
Ces sites Internet juifs référant à leurs propres traditions orales juives montrent
qu’ils croient que Gog est Agag et que la version des Septante assimile le nom
d’Agag à celui de Gog. Ils soulignent également le fait qu’Agag fut le Roi d’Amalek,
partie d’Édom. À part la version des Septante, d’autres traductions bibliques, dont les
versions du Pentateuque Samaritain, en Vieux Latin, en Anglais moderne, de Moffat,
de la Bible d’Aquila, etc., traduisent aussi « Agag » par « Gog ».

Pour résumer : GOG est synonyme d’Agag — AGAG est le TITRE du Roi des
Amalékites/Édomites — comme « pharaon » était le titre du dirigeant d’Égypte ou
« tzar » le titre du dirigeant de la Russie. On entend parler d’Agag pour la première
fois dans Nombres 24:7, à l’époque de Moïse. Ensuite, des siècles après qu’ait été
écrit le livre des Nombres, nous lisons que, durant le règne du roi Saül, le prophète
Samuel tua « Agag, roi d’Amalek » (1 Samuel 15:32). Ce qui nous démontre qu’Agag
fut un titre transmis aux rois d’Amalek/Édom. Et, comme nous allons vous le

démontrer plus loin, ce gars-là est encore dans le coin aujourd’hui, seulement, pas là
où vous vous y attendriez, et il se montrera dans votre futur !
Le prochain indice pour reconnaître GOG repose sur l’identification de l’endroit
exact où la prophétie d’Ézéchiel prédit que GOG/ÉDOM sera le « prince » ou le
« dirigeant ». Or, c’est ici que cela devient un peu sinistre, parce que le prophète dit
maintenant que ce GOG, cet AGAG, ce roi d’ÉDOM, provenant d’une petite tribu de
la Palestine, sera prince ou dirigeant de « Rosh, Méshec et Tubal ». Ce sont
d’anciennes appellations nommant Moscou, Tobolsk et la Russie. Maintenant, c’est
tout un voyage, peu importe comment vous le figurez.
Donc, regardons la prophétie originale. Plusieurs traductions modernes d’Ézéchiel
suivent la version anglaise de la King James et traduisent l’hébreu pour qu’on lise que
« Gog » est le « PRINCE des chefs de Méshec et de Tubal ». D’autres traductions
rendent Gog comme « le prince de ROSH/ROS, de Méshec et de Tubal ». La
controverse est centrée sur le fait de savoir si le mot hébreu « rosh » devrait être
traduit ou translittéré. Traduire, c’est donner le sens d’un mot dans une autre langue.
Translittérer signifie que l’on transcrit phonétiquement un mot – sa manière de sonner
– dans une autre langue. Habituellement, on utilise la translittération pour les noms de
personne, les noms d’endroit, de pays, etc.
Le mot hébreu « rosh » se traduit généralement dans l’Ancien Testament par un
nom commun comme chef, leader, tête, le plus haut, etc. Or, parce que « rosh » est, à
la base, identique à « Rus/Rosh/Rhos », d’anciens noms du pays de Russie, certains
disent que translittérer « rosh » comme nom propre, c’est essayer de faire en sorte
que la Bible s’accorde avec votre interprétation de la prétendue prophétie des « temps
de la fin ».
Toutefois, en 300 av. J.-C., les 72 traducteurs juifs de l’Ancien Testament en grec
(appelé la Version des Septante) n’avaient aucune théologie des temps de la fin à
mettre de l’avant et ils translittérèrent « rosh » en un nom propre, un nom comme
« Gog, prince de Rosh, Méshec et Tubal ».
Le Dr John Thomas, qui écrivit « Gogue and Magogue » en 1848, nous dit que les
traducteurs de la Version des Septante :
« Furent sensibles qu’à cet endroit il ne s’agissait pas d’un nom appellatif [ou
commun], mais un nom propre et ils le traduisirent en conséquence par Ros. Mais
Jérôme [qui traduisit l’Ancien Testament en latin] ne trouvant pas de tel nom
propre parmi les familles-nations mentionnées en Genèse, contesta plutôt la
correction de la Version des Septante et préféra considérer le mot Ros comme un
nom commun [chef] ; et son interprétation, établie dans la traduction latine de la
Vulgate a prévalu de manière universelle dans tout l’occident. Cependant, Jérôme
fut plus scrupuleux que les éditeurs de versions subséquentes qui l’ont rejeté de

façon inqualifiable comme nom propre, car, bien qu’il ait été enclin vers l’autre
rendu, il ne se sentit pas autorisé à en rejeter complètement un si ancien, et ils les a
donc préservés tous les deux, traduisant ainsi le passage : « Gogue, terram,
Magogue, principem capita (sive Ros), Mosoch et Thubal ».

Thomas révèle plus loin que Ros, ou Rosh, est le mot souche de Russie :
« (L’historien) Bochart, autour de l’an 1640, observa, dans ses recherches
élaborées en Géographie Sacrée, que Ros est la forme la plus ancienne sous
laquelle l’histoire fait mention du nom de la RUSSIE ; et il prétendit que … la
nation russe était appelée Ros par les Grecs, dans la toute première période où
on en trouve mention. Les Ros sont une nation scythe en bordure du nord de
Taurus. Et leurs propres historiens disent : ıOn raconte que les Russes (que les
Grecs appelaient Ros, et parfois Rosos) tirent leur nom de Ros, homme vaillant qui
libéra son pays du joug de leurs tyrans.”

« Il n’est pas difficile de reconnaître en Tobl, Tubl, ou Thobel, un nom qui se relie
naturellement à … la rivière Tobol qui donna son nom à la ville de Tobolium, ou
Tobolski, métropole de la région étendue de la Sibérie. »

L’étymologie est l’étude de l’origine des mots. On remonte aussi loin que la
version des Septante, en 300 av. J.-C., pour trouver le mot Ros/Rosh comme nom
propre, en d’autres termes, le nom d’un pays géographique. Nous voyons également
des historiens de tout temps ayant vu dans le « Rosh, Méshec et Tubal » d’Ézéchiel
l’origine des mots Russie, Moscou et Tobolsk. Gardez à l’esprit que ces anciens
écrivains n’avaient pas non plus à l’idée un quelconque scénario de prophétie des
temps de la fin à propager. Méshec, Tubal et Magog sont mentionnés dans la Genèse,
au chapitre 10, comme descendants de Japhet, un des trois fils de Noé. « Les fils de
Japhet sont Gomer, Magog, Madaï, Javan, Tubal, Méshec, et Tiras » (v. 2).
Ros/Rosh, Méshec, Tubal et Magog sont d’anciens noms de ceux dont les descendants
s’installèrent dans la région territoriale de la Russie moderne.
De nombreux érudits bibliques présument généralement que la Russie lancera
éventuellement dans le futur un massif mouvement d’invasion contre l’état moderne
d’Israël. Enfin, c’était du moins la prédiction populaire jusqu’en 1987 quand le vieil
empire soviétique s’effondra ostensiblement. Ensuite, les érudits portèrent leur regard
sur l’Irak, et maintenant, ils émettent l’hypothèse de l’Iran et même de la Chine. Mais
ils sont bien loin de la cible, comme nous allons le démontrer. Cette invasion n’est pas
pour le futur ; elle a commencé quand Gog est devenu le prince, ou le dirigeant, de la
Russie. Ça s’est passé le 7 novembre 1917 et nous entrerons dans tous les détails au
chapitre 5. Voilà pourquoi j’ai numéroté cet indice du chiffre 6.
Je crois que la clé pour déchiffrer cette prophétie repose sur la découverte de la
véritable identité de Gog. Le Seigneur a dit : « …tourne ta face vers Gog, au pays de

Magog, vers le prince de Rosh, de Méshec et de Tubal, et prophétise contre lui. Et
dis : Ainsi a dit le Seigneur, l’Éternel : Voici, j’en veux à toi » (Ézéchiel 38:2-3). La
plupart des « experts » en prophétie ont pointé du doigt le mauvais gars pour désigner
Gog et ont, par conséquent, laissé le vrai coupable s’esquiver en douce. Et parce
qu’ils se trompent complètement sur l’identité de Gog, leur interprétation de cette
prophétie est également tordue.
Les anciennes autorités juives, comme les modernes, disent que Gog est synonyme
d’Agag, roi d’Amalek et d’Édom, de vieux noms bibliques qui ne veulent pas dire
grand-chose pour l’individu moyen d’aujourd’hui. Donc, voici une petite leçon
d’histoire. Le patriarche de l’Ancien Testament, Abraham, eut un fils, Isaac, qui eut
une paire de jumeaux, Ésaü et Jacob. Le nom de Jacob fut par la suite changé en
celui d’Israël et il eut 12 fils qui devinrent les 12 tribus d’Israël qui colonisèrent la
terre de Palestine autour de l’an 1450 av. J.-C. Le nom d’Israël servit plus tard, dans
la Bible, à décrire les 10 tribus du nord que l’on appelait parfois Éphraïm, lequel
était le petit-fils de Jacob/Israël.
Le nom de Juda, duquel on a tiré le mot Juif, fut employé pour indiquer les deux
tribus du sud de Juda et de Benjamin, ainsi que leurs Lévites, ou prêtres. Ésaü, le
frère jumeau de Jacob, vit aussi son nom changer. On l’appelait parfois Édom, ce qui
veut dire « rouge » ou « roux » en hébreu. Ésaü eut aussi plusieurs fils que l’on
connut sous le nom d’Édomites et, plus tard, Iduméens par les Grecs.
Amalek fut le petit-fils d’Édom. De la même manière qu’Éphraïm, petit-fils de
Jacob, devint chef d’une tribu dirigeante d’Israël, ainsi en fut-il d’Amalek qui devint
la tribu dirigeante d’Ésaü/Édom. Agag fut le roi des Amalécites. Comme nous
l’avons dit, Agag n’est pas le nom de quelqu’un, c’est un titre, comme roi ou tzar.
Agag était le dirigeant de la tribu édomite d’Amalek.
De tout cela, ce que vous devez principalement fixer dans votre esprit, c’est que
« Gog » est synonyme « d’Agag » et que cet Agag est le Roi d’Édom/Amalek. Et
cette compréhension nous amène à notre premier indice pour identifier Gog.
Gog est Agag, roi d’Édom/Amalek.

CHAPITRE DEUX

Gog, Agag et Édom/Amalek

suite…

La-matrice-de-Gog