La médecine Prophétique


La-medecine-Prophetique.jpg  Afficher l'image d'origine

Ouvrage: La médecine Prophétique

Auteur: Jalâl Ad-Dîn As-Souyoûtî

Le citron

Le citron, gros citron, ou « Outrouj » en arabe (citrus médicat).

Le Prophète salla allahou aleyhi wa salam aimait fixer ses regards sur le citron, et disant :« L’exemple du vrai croyant, est tel q’al outrouj ; il a une saveur agréable et un parfum excellent ». (Rapporté par Al-Bukhari)

Le citron acide est froid (rafraîchissant) et sec. On ne prépare une boisson acide, d’un effet avantageux pour les estomacs échauffés ; elle ranime, fortifie et réjouit le cœur, donne de l’appétence, apaise la soif, éveille le besoin de manger, fait cesser les dévoiements bilieux, les vomissements bileux, les palpitations, chasse le chagrin.

Le suc ou acide, pris en nature, détruit la couleur des cheveux blanchissants, les tâches de rousseur de la face ; il nuit aux nerfs et à la poitrine.

La pulpe blanche est froide, humide, difficile à digérer, mauvaise pour l’estomac.

Mangée, elle occasionne des coliques.

Les graines, l’écorce, la feuille, la fleur du citron, sont chaudes sèches, sont chaudes sèches.

Les graines sont des anti-poisons, lorsque l’on en écrase un poids de deux mithqâl, et qu’on les met sur la piqûre du scorpion, ils soulagent ; si l’on en avale deux mithqâl, ils sont utiles contre tout venin et poison. De l’écorce jaune on prépare l’électuaire de citron, employé avantageusement contre les coliques, comme tonique, comme apéritif, comme carminatif. Les fleurs ont des effets plus actifs et plus doux. L’odeur du citron sert avantageusement dans les moments de maladies épidémiques, et dans le cas où l’air est vicié ou pollué.

Tamarin (éthel)
L’éthel sorte de tamaris, est un arbre d’assez haute taille, et dont les feuilles sont
en aiguilles, comme celles du tarfâ ou tamaris ordinaire.
Le fruit est un grain appelé a’dabah, analogue au pois chiche, et ayant la
propriété ou force de la noix Galle. Il est froid sec ou troisième degré. Il agit sur
les intestins comme astringent ; il est hémostatique.
Allah ta’ala a nommé l’éthel dans le Coran, Il a dit :
« Ils se détournèrent de Notre voie. Nous déchainâmes alors sur eux
l’immense flot provenant des digues rompues, et changeâmes bientôt leurs
deux vergers en maquis n’offrant que des arbustes aux fruits amers, des
tamaris et quelques rares jujubiers. »
(Sourate 34, verset 16)

Sulfure de plomb (la galène)

C’est le Kouhl ou Keuhl d’Ispahan, c’est-à-dire la galène ou sulfure de plomb, ou
encore sulfure d’antimoine natif, l’alquifoux. On le réduit en poudre impalpable
et on l’incorpore à de l’eau de rose, puis on le laisse sécher. On le pulvérise de
nouveau pour s’en servir, c’est-à-dire pour s’en noircir les bords des paupières en
passant entre elles un petit bâtonnet bien poli et que l’on a plongé d’abord dans le
petit vase qui renferme le kouhl en poudre. C’est donc une sorte de collyre.
Il fortifie les nerfs de l’oeil et le maintient en état normal. Le Prophète salla
allahou aleyhi wa salam a dit : « Le meilleur conservateur des yeux (on ne
veut pas dire ici le meilleur médicament anti-ophtalmique) est le collyrium
athmes. Il entretient la netteté de la vue et fait croître les cheveux et les
poils. » (Rapporté par Ibn Mâjah, d’après Sâlim, d’après son père.)
Le Prophète salla allahou aleyhi wa salam avait un petit vase à collyrium, et
chaque soir, il en appliquait trois fois à chaque oeil. Rapporté par Ibn Majâh et
autres, d’après Ibn Abbâs
D’après ‘Abd-Al-Latîf, le kouhl fait croître les cils, fortifie les yeux et provoque
des émotions tendres au coeur.

suite…

la-medecine-prophetique

bibliotheque-islamique-coran-sunna.over-blog.com