là où il n’y a pas de docteur


Afficher l'image d'origine  Afficher l'image d'origine

Ouvrage: là où il n’y a pas de docteur

Auteur: David Werner

Année: 2011

traduit et adapté par :
Y.  L. Germosen-Robineau :
Maria-Laura MBow
Christine ETCHEPARE

 

 

Avant-propos
Ce livre s’adresse aux villageois qui se trouvent loin des centres
médicaux. Il essaie de répondre au besoin qu’ils éprouvent d’un
livre simple qui leur explique ce qu’il faut faire pour se soigner. Il
est écrit dans un langage simple, à la portée des gens qui ont peu
d ‘instruction. Les mots qui présentent un problème de compréhension
sont expliqués dans le courant du livre (se reporter à l’index).

Au début, le guide explique quels sont les bons et les mauvais
remèdes et pourquoi. Il parle du bon et du mauvais emploi des
médicaments que l’on trouve sur le marché sans ordonnance
médicale. Il explique l’importance d’un bon régime et des soins
corporels pour éviter de nombreuses n1aladies. Il explique aussi
aux parents pourquoi il faut faire vacciner les enfants. En plus des
explications sur ce qu’il faut faire pour résister à certaines maladies
ou pour les soigner là où il n’y a pas de docteur, le guide décrit
clairement les maladies qui nécessitent sans faute une attention
médicale urgente. Il explique ce qu’on doit faire et ce qu’on ne doit
pas faire en attendant l’arrivée du médecin. Il indique aussi les
situations urgentes qui justifient qu’une personne sans expérience
fasse une piqûre. Il explique comment la faire et met en garde sur
les précautions et les risques.

Étant donné que ce guide parle, bien que simplement, de sujets qui
sont normalement réservés aux médecins, il est possible que
certaines personnes le critiquent en disant que jouer au médecin
sans formation intensive c’est courir un danger ; mais il se trouve
que les paysans courent déjà ce risque. Ils pratiquent la médecine
comme ils peuvent en se servant des plantes de la brousse et de
médicaments modernes. Tous ceux qui connaissent la vie paysanne pensent qu’en dehors des accoucheuses, herboristes,
sorciers et guérisseurs, la paysannerie est truffée de « docteurs » qui
pratiquent la médecine. Quelques-uns d’entre eux s’y connaissent
peu en médecine et travaillent plus ou moins bien, mais bien
d’autres sont complètement dépourvus de connaissances médicales.
Ils donnent n’importe quel médicament dans le but de
gagner de l’argent et les pauvres gens ne peuvent pas se défendre.
Des boutiques à la campagne vendent à n’importe qui des médicaments
qui portent l’indication « ce médicament n~ peut être vendu
sans ordonnance ». Nombreux sont les médicaments qui sont
employés de façon incorrecte. Il y a aussi beaucoup de gens qui
savent faire des piqûres tant bien que mal et qui perçoivent une
certaine somme par piqûre. Ces paysans ignorent souvent la composition
et les effets du produit que contient la piqûre. Cela colporte
des risques. J’ai déjà vu des douzaines d’abcès dont quelques-uns
très graves causés par des piqûres faites avec des aiguilles mal
stérilisées ou par des médicaments qui doivent être administrés par
voie intraveineuse et qui sont injectés dans la fesse.

La rareté des services médicaux oblige le paysan à pratiquer la
médecine comme il peut, et comme de toute façon il va la
pratiquer, il serait souhaitable qu’il le fasse suivant les instructions
d ‘un guide simple comme celui-ci, plutôt qu’en suivant des
conseils souvent mauvais.
Bien entendu, l’idéal serait que les médecins viennent à la campagne
aider leurs frères paysans; ainsi un guide comme celui-ci ne
serait plus nécessaire. Un médecin vaut mille guides mais_, malheureusement,
jusqu’à cette date, les paysans ont toujours besoin
de ce guide.

Ce livre est le fruit de huit ans passés par l’auteur dans les montagnes
de Sinaloa au Mexique où il a exercé dans une région
montagneuse où, étant donné la pauvreté et les distances énormes,
les paysans voient rarement un médecin. Ils utilisent les plantes de
la brousse et les remèdes « de bonnes femmes »_, mais ils sont loin de
posséder un large répertoire de remèdes efficaces.

Nous espérons que ce guide aidera à améliorer la santé de nos
paysans, qui manquent si cruellement d’aide médicale.
David WERNER

Note des éditeurs
Il n’est pas simple d’adapter un texte pour l’ensemble de l’Afrique
noire francophone quand on a une idée de sa diversité, en
particulier dans le domaine ethna-médical ; aussi ne devra-t-on pas
s’étonner d ‘une allusion à une coutume ou encore aux vêtements
d ‘un personnage qui ne correspondraient ~pas à une réalité du pays
où se trouve le lecteur.

Le livre original de David WERNER dont nous sommes partis avait
été rédigé en espagnol pour les paysans mexicains du Sinaloa, un
cas très particulier donc, et dans un souci d ‘adaptation utile, nous
n’avons pas pu respecter certqines indications intéressantes mais
trop spécifiques. Cependant l’ouvrage portant la signature de David
WERNER, nous nous sommes efforcés de respecter son point de vue
même lorsque nous étions d ‘un avis quelque peu différent. Une
exception à cette règle :nous n ‘avons pas jugé bon de divulguer
librement en milieu rural africain la technique d ‘injection intramusculaire
au risque de voir ce geste pratiqué sans réel apprentissage.
Nous enverrons toutefois gratuitement la traduction de ces
pages aux superviseurs qui nous en feront la demande.
Notons enfin que si l’essentiel de la traduction est issue de la
ver sion originale, nous avons parfois ajouté des informations
puisées dans la traduction anglaise.

Avertissement
Le sentiment d ‘avoir fait oeuvre utile est réconfortant. Ce sentiment
est justifié par l ‘épuisement très rapide des première et
deuxième éditions, mais surtout par les nombreux commentaires
et critiques qui sont venus de tous les pays francophones, et nos
remerciements vont tout particulièrement aux docteurs Philippe
COLLET, Silvia BERTHOUD et Jean-Michel NDIAYE; mais comme
l’écrivait ce dernier : il s’agit d’un livre destiné aux agents de santé
communautaire et, pourquoi pas, à une vulgarisation de la
médecine. Ainsi chaque spécialiste risque de voir son domaine
négligé, pour ne pas dire escamoté. C’est pourquoi notre souci
principal est de recueillir les propositions permettant de faire
passer le message en direction du plus grand nombre, tout en
évitant les hérésies.
Lionel ROBINEAU

Nous avons largement tenu compte de ces critiques et suggestions
qui ont suivi les première et deuxième éditions françaises, et nous
avons ajouté quelques chapitres concernant la pathologie propre à
l’Afrique, pour mieux adapter ce livre à ses utilisateurs. Il a fallu
également mettre à jour la liste des médicaments en facilitant leur
usage par des exemples des spécialités pharmaceutiques qu’on
trouve dans ces pays. Ces mentions ne sont qu’indicatives; il va de
soi que les spécialités médicales citées par leur nom ont été choisies
uniquement en fonction des facilités d’accès à_ ces produits, et en
dehors de tout contact avec les firmes qui les vendent et, d’autre
part, qu’il existe d’autres produits d ‘efficacité équivalente que
l’agent de santé peut tout aussi bien choisir.
Dans le même esprit qui avait conduit les traducteurs à supprimer
le chapitre sur la technique d ‘injection intramusculaire, nous
avons laissé de côté les sutures, étant donné que les inconvénients
qui résultent d ‘une mauvaise pratique sont plus grands que les
bienfaits qu’on peut en attendre. Nous avons développé le chapitre
sur la malnutrition protéino-calorique, à cause de sa fréquence
dans les pays concernés ; sa prévention et son traitement ne
nécessitent pas de médicament, mais une bonne connaissance des
besoins alimentaires de l’enfant.
Pour le planning familial, bien qu’il soit d’une certaine importance
pour le bien-être des populations, nous avons mis en garde contre
les conséquences de certains moyens contraceptifs, pour que les
couples puissent choisir en connaissance de cause.
Enfin, pour satisfaire une demande, et poursuivre dans l’esprit du
livre, nous avons ajouté des renseignements sur l’utilisation des
plantes médicinales africaines traditionnelles, puisque, comn1e
l’écrit D. WERNER , « la combinaison de ce qu’il y a de bon dans la
médecine moderne et dans la médecine populaire est plus efficace
que l’emploi séparé de l’une ou de l’autre ».
Maria-Laura MBow
et Christine ETCHEPARE

Mode d’emploi de ce livre

suite…

pdfarchive.info