Le désir de la guerre s’impose en Occident !


Par Jean-Yves Jézéquel

mondialisation.ca

Les médias, comme un essaim d’abeilles qui s’agglutine, suspendu à une branche morte, entourent leur reine : Emmanuel Macron, afin de la protéger de toutes parts des attaques et du danger venus de « l’inconscience du peuple ».

Macron est « un homme libre et indépendant », répètent-ils à volonté, mais le gamin refuse la publication des noms de ses sponsors financiers qui ont porté sa campagne électorale. D’ailleurs, cette campagne s’est déroulée dans un confort hallucinant de moyens sortis de son chapeau de magicien !

Il serait plus juste de dire qu’il est plutôt la marionnette d’un spectacle pitoyable donné au peuple français par une caste d’oligarques qui n’a plus aucun complexe dans l’expression de son mépris pour le peuple, du moment que ce dernier comprenne bien que c’est elle, la caste au pouvoir, qui fait la pluie et le beau temps à sa guise en se moquant éperdument de la revendication démocratique! La démocratie n’est plus d’actualité, ces gens là la nie même ouvertement et ne s’encombrent plus l’esprit à dissimuler un langage et un point de vue devenus ouvertement intolérants, adressés au plus grand nombre en lui donnant le seul droit de se taire et de se soumettre.

Macron, candidat « anti-système » est déjà sur le perron de l’Elysée à la demande des seigneurs de la haute finance. Puis, ce sont les Attali, Minc, BHL, et les milliardaires détenant l’essentiel de nos grands medias, qui ont transporté du jour au lendemain ce dauphin du capitalisme parasitaire financier, sur le siège de la monarchie absolue du royaume de France rétabli, à l’occasion ! Les oligarques étaient avant tout soucieux de soigner leur place de courtisans privilégiés du jeune roi, porté sur le trône de France, par la nouvelle noblesse du monde de l’aristocratie ultra libérale et prédatrice de cette cour de la corruption et des privilèges rétablis. Le roi Macron 1er est le fils ou le clone du roi Hollande 1er : il est le successeur légitime du trône, puisqu’il a déjà été l’un des principaux artisans de la politique désastreuse de Hollande 1er.

Il s’agissait donc d’assurer une « belle continuité » entre le règne précédent et le règne suivant.

Un bilan économique désastreux

Du 15 mai 2012 au 15 juillet 2014, Macron était Secrétaire général de l’Elysée ; il était chef du pôle Economie et finance. Du 26 août 2014 au 30 août 2016, il devint ministre de l’Economie et de l’industrie.

En mai 2012, la France comptait moins de 5 millions de chômeurs toutes catégories confondues. En août 2016, on pouvait compter 11 millions de personnes sans ressources! Aux 6,5 millions de chômeurs, il fallait ajouter plus de 5 millions d’exclus des statistiques.

Quant à la dette publique, elle passait de 1800 milliards d’euros à plus de 2200 milliards d’euros en août 2016. Les impôts explosaient de 900 milliards d’euros par an à 1000 milliards d’euros par an dès août 2016.

63 081 entreprises faisaient faillite en 2015. En 2016, dans l’agriculture, la sylviculture et la pêche, le nombre de faillites augmentait de 4,5 %, passant de 1365 mises en liquidation fin 2015 à 1427 fin 2016 !

Macron était donc déjà « en marche » arrière pour l’application de son programme !

C’est lui qui se chargeait de solder le meilleur du patrimoine industriel français.

Il bradait l’aéroport de Toulouse-Blagnac, de Nice- Côte d’Azur, de Lyon… des lignes d’autobus.

Il exaltait le travail du dimanche et de nuit ! Il limitait le rôle des prud’hommes et dézinguait le code du travail. Il a même déréglementé la profession des notaires ! L’industrie de l’armement et des aéroports est passée dans des mains privées.

Macron, c’est moins d’Etat, moins de protection sociale, moins de droits syndicaux, moins de règles pour les entreprises, moins de contrôle public, moins de souveraineté, moins d’indépendance, plus de vulnérabilité face aux multinationales américaines qui attendent impatiemment que leur missionnaire, à l’œuvre en France, en bon cheval de Troie qu’il est, leur ouvre grand les portes du pillage annoncé !

Ce grand bon de « la marche arrière » de Macron, témoigne d’une aggravation de la situation économique et sociale de la France, car ce qui est recherché c’est la richesse du sérail des privilégiés du système, pas celle du peuple qui peut se contenter de ce qu’il a ! En prétendant « libérer le travail », nous savons déjà ce que cela signifie puisque la loi « Valls/El-Khomri/Macron » nous a déjà été infligée ! Et pourquoi ne serait-il pas tenté, comme son père Hollande, de jouir tout seul dans son coin en caressant l’organe de la toute-puissance, l’instrument phallique du 49-3, pour un orgasme politique absolu?!

Le Macron « patriote et défenseur des croyants » nous inflige ses fables et se permet une arrogance décomplexée…

Avec lui, on est certain de voir venir très rapidement le TAFTA /TTIP qui placerait l’Etat Français et les entreprises françaises sous la loi des « tribunaux d’arbitrage », donnant systématiquement raison aux multinationales américaines, puisque ces traités sont faits pour elles !

Avec Macron, c’est l’UE totalitaire qui fera définitivement la loi sur toute la vie locale et nationale de la France. Avec ce nouveau roi de France, il faudra se soumettre encore plus à l’OTAN, c’est-à-dire, entrer plus loin dans la vassalité à « l’imperator et dictator, pantocrator et basileus rex » de l’Empire, infiniment désireux de plus de guerre, de plus de feu, de plus de sang, de plus de saccage et de plus d’esclaves à son service, pour le triomphe de l’aigle prédateur des nations! Il maintient et défend sans sourciller ce mensonge que « les Russes nous provoquent » alors que tout le monde sait que l’OTAN provoque les Russes et veut à tout prix la guerre avec la Russie…

Le jeune roi a déclaré « qu’il n’y a pas de culture française »! C’est un imposteur…

Dans son programme on peut lire : « Réduction des dépenses publiques » : 50 milliards d’économie comme contrepartie du « pacte de responsabilité ». Par expérience, nous savons, lorsqu’on ne vient pas de naître et qu’on a fini de porter des couches, que toucher aux dépenses publiques a toujours conduit tout droit à la récession économique.

Il faut redéfinir « la portée de l’action des pouvoirs publics ». Traduction en clair : privatiser à tours de bras, brader, solder, piller, détruire notre système de santé et l’ensemble des services publics qui assurent l’efficacité du modèle social français.

Il faut organiser « d’importantes économies à court terme, économies qui ne peuvent être réalisées sans une réduction significative de l’augmentation des dépenses de sécurité sociale».

Traduction en clair : baisse massive des remboursements de santé et privatisation subtile de la Sécurité sociale par le débridage des mutuelles privées. Puis, hausse de l’âge de départ à la retraite et des annuités cotisées; gel du montant des pensions ; appauvrissement galopant de millions de Français venant rejoindre la cohorte des 9 millions de personnes vivant déjà sous le seuil de pauvreté. Quant au chômage, ce qui est prévu par le roi Macron 1er, c’est la « dégressivité des allocations »! C’est un autre contingent de maltraités par l’idéologie esclavagiste de l’Empire du couchant qu’il faudra ajouter à tous les autres « déportés » du système dans le camp de l’extermination programmée!

Il faut « Simplifier les différents échelons administratifs » : il n’est pas question de clarifier les lourdeurs bureaucratiques, mais d’écarter les citoyens des pôles de décision. Il s’agit en clair de liquider la République Française en restaurant la monarchie absolue mais vassalisée à l’impérialisme des USA.

Sur le coût du travail, « il convient que le salaire minimum continue d’évoluer d’une manière propice à la compétitivité et à la création d’emplois » : en clair, bloquer le SMIC et aller vers sa suppression pure et simple.

«Une attention particulière devrait être accordée aux dispositions réglementaires du Code du travail ou aux règles comptables liées aux seuils spécifiques en matière d’effectifs, qui entravent la croissance des entreprises françaises ».

Traduction en clair: il faut libérer la « liberté d’exploitation » par le grand patronat! C’est la loi El-Khomri. Le grand patronat, (le petit patronat n’est pas concerné par cette politique du mépris), est tellement fier des valeurs de la République, qu’il ne veut pas des conquêtes sociales pour le peuple, qu’il ne veut pas d’un haut niveau de qualification des ouvriers, car ce qui compte c’est la main-d’œuvre à bon marché, c’est la disparition du syndicalisme.

Avec les Sarkozy et Hollande qui se sont jetés dans des guerres illégales et meurtrières, nous devons maintenant nous attendre à encaisser un choc de « trois millions de personnes supplémentaires qui devraient arriver prochainement dans l’Union européenne», du fait de ces guerres insensées et criminelles sur les peuples Lybien, Syrien, et Sub-Sahariens…

Il faut « Accroître la souplesse des conditions de travail en cas de difficultés économiques provisoires ».

Traduction en clair: poursuivre la démolition systématique des contrats de travail CDI et installer les statuts précaires.

Il faut « qu’une majorité reste confrontée à d’importantes barrières à l’entrée ou à l’exercice » selon les directives des traités de l’UE : les taxis, secteur de santé, notaires et les professions juridiques en général…

« Les tarifs réglementés restent d’application pour les ménages et, en ce qui concerne l’électricité, ils sont fixés en-dessous des niveaux de coûts et l’accès pour les autres fournisseurs est limité.»

Traduction en clair: les tarifs EDF vont être revus à la hausse et sa privatisation accomplie. Ce qui aura pour effet assuré, une totale libéralisation de ce marché avec une flambée du coût de l’électricité et la pénalisation automatique des millions de pauvres déjà survivants de ce système mis volontairement en place pour les achever.

« Dans le secteur ferroviaire, des barrières à l’entrée continuent d’entraver le bon fonctionnement du marché ».

Traduction en clair: la privatisation de la SNCF et sa mise en concurrence forcée sont absolument obligatoires. On connaît déjà les dégâts que la privatisation partielle de la SNCF a répandus, les actionnaires des sociétés privées trouvant trop coûteux les investissements nécessaires pour un bon fonctionnement du réseau. C’est donc un délabrement progressif qui va advenir comme ce fut le cas en Grande Bretagne qui faisait ce triste constat après la privatisation de ses chemins de fer. L’idéologie ultra libérale c’est l’argent rapide avant tout, le profit ici et maintenant tout de suite et « après c’est le déluge » on en a rien à foutre !

Quant à l’écologie ! « C’est quoi ce truc là, s’interrogerait Macron ? Ah bon ! Il y a un changement climatique ? Le niveau des Océans est entrain de monter ? Il y a des réfugiés climatiques qui arrivent ? Mais en quoi tout cela me concerne, moi Macron : s’il fait trop chaud j’ai la clim et je peux aussi tomber la veste de mon costard pour trôner en chemise blanche à boutons de manchettes ! »

Voilà le programme du roi Macron 1er.

CONCLUSION : La fin du contrat social français et la guerre

Nous allons, tambours battants vers la dislocation du contrat social français et la guerre contre la Fédération de Russie.

Nous avons déjà expliqué, dans un article précédent, que l’objectif de la stratégie du camp Macron était de mettre François Fillon hors jeu en ménageant scrupuleusement Marine Le Pen. Le report massif aurait lieu ensuite sur le dauphin du roi Hollande et de sa bande de criminels bellicistes, tortionnaires du peuple Syrien via les criminels de Daech qu’ils soutiennent en les félicitant pour avoir« fait du bon boulot en Syrie » et pour être « les seuls qui ont un sens de la démocratie en Syrie ».

Quant à Benoît Hamon faisant campagne sous les couleurs du camp « socialiste », il est clair que son rôle était bien de torpiller le camp Mélenchon devenu trop fort. La diabolisation du Front national pouvait donc reprendre à cœur joie, entre les deux tours. Même l’UE est venue à la rescousse pour aggraver le sort de Marine Le Pen et dissuader les Français de voter pour elle. Voilà comment se fera l’intronisation du roi Macron 1er sur le trône de France.

Jacques Sapir écrivait : «… la candidature d’Emmanuel Macron précède le programme, alors que la logique imposerait l’inverse. Car, se présenter à l’élection présidentielle, ce n’est pas rien, même si ce n’est que pour briguer le poste de gouverneur d’une France soumise à l’Allemagne (et aux USA). On attend d’un candidat un programme et une vision, qui ne se limite pas à des effets de manche dans des salles de réunions et devant des auditoires conquis d’avance. On attend du fond ; et le fond ici, contrairement à la fable du laboureur et de ses enfants, c’est bien ce qui manque le plus.»

La victoire de Macron, c’est ce qui va entraîner la France dans l’aggravation de la situation économique et financière du pays par la poursuite de la politique de déréglementation et de privatisation avec pour conséquence une précarisation sociale sans précédent.

Macron est un ancien collaborateur du criminel François Hollande face au droit international. Macron s’est déclaré favorable à la guerre contre la Syrie et a pris position contre la Fédération de Russie. Mais « que peut faire d’autre un candidat de la grande finance apatride alors que les milieux atlantistes de Washington et de Bruxelles cherchent à provoquer un nouveau conflit majeur pour effacer leur endettement et sauver leur système en crise ? » s’interrogeait le journaliste d’investigation, Jean-Loup Izambert.

Les 23% de Français qui ont voté Macron, c’est-à-dire une minorité de Français, sont inconscients de la catastrophe qu’ils ont d’ores et déjà joyeusement cautionnée pour le malheur de tous!

Nous allons donc nous opposer de toutes nos forces à ce dauphin du système et l’empêcher de gouverner, en rétablissant la République, si par malheur il était placé par une minorité d’inconscients sur le trône de France. De toute façon, vu le choix qui nous reste, la conjoncture électorale nous prédit le chaos quoi qu’il arrive! Courage, Françaises, Français, le peuple a toujours le dernier mot, même si la « conversation » paraît longue !

Jean-Yves Jézéquel

Le dimanche 30 avril 2017