LA THÉORIE DE DARWIN: LE HASARD IMPOSSIBLE


Résultat de recherche d'images pour "LA THÉORIE DE DARWIN: LE HASARD IMPOSSIBLE"

Auteur: KESKAS MOHAMMED (professeur agrégé de biologie-géologie)

Ouvrage: LA THÉORIE DE DARWIN: LE HASARD IMPOSSIBLE La théorie de l’évolution des êtres vivants analysée par un croyant

 

 

 

NOTE DE L’AUTEUR CONCERNANT LA 2ème ÉDITION

Cet ouvrage en est à sa deuxième édition. J’ai actualisé certaines parties de ce fascicule, notamment le chapitre concernant l’évolution de l’homme car vous vous doutez que les recherches vont bon train sur ce sujet. J’ai aussi rajouté des chapitres pour que vous compreniez mieux cette théorie de Darwin et surtout pour que vous distinguiez bien ses faiblesses. Pour cela, je me suis inspiré d’un certain nombre d’arguments proposés par les non-évolutionnistes comme le docteur Mickaël Denton qui a écrit deux livres très intéressants à ce sujet : « Évolution : une théorie en crise » et « L’évolution a-t-elle uns sens ? » J’ai fait lire la 1ère édition de cet ouvrage à un professeur de biologie non croyant. Je lui ai ensuite demandé ce qu’il en pensait. Il m’avait répondu qu’il n’avait aucune critique à faire sur le contenu scientifique du livre mais plutôt sur l’interprétation que je fais : que c’est Dieu qui a créé les êtres vivants et qui dirige leur évolution. Je lui ai alors demandé : « Avez-vous une autre interprétation à me proposer qui puisse expliquer l’apparition de toutes ces fantastiques adaptations ? » Il m’a dit : « Non ! »… Le Coran dit : « Car ce ne sont pas les yeux qui s’aveuglent, mais, ce sont les coeurs dans les poitrines qui s’aveuglent » (22/46). J’espère donc que cette deuxième édition plaira à tous les jeunes et moins jeunes en quête de découverte de la vérité. Puisse Dieu m’aider dans ce travail car Dieu est plus savant !

INTRODUCTION

1) Une interrogation instinctive : nos origines

a) Nature, Évolution et Sélection naturelle Depuis tout petit, lorsque je demandais à mes enseignants: «Qui a fait que telle plante soit ainsi ou que tel animal soit ainsi?» on me répondait: «C’est Dame Nature, car la Nature fait bien les choses!» Je m’imaginais alors cette Dame Nature telle une fée qui créait les choses par coups de baguette magique, mais pas au hasard. Non, le monde vivant qui nous entoure est trop bien fait, trop bien harmonisé pour qu’il soit fait au hasard. Ainsi cette Dame Nature était pour moi une Dame d’une intelligence suprême. Puis lorsque je suis entré à la faculté des Sciences, les enseignants ne me disaient plus que c’était la Nature qui faisait les choses. Cela faisait trop enfantin de dire que c’est une dame qui a créé et qui organise la Vie qui nous entoure. On me disait alors c’est l’Évolution. Pourquoi? Car les découvertes ont montré que la Vie qui existe sur terre est sur un même fil évolutif, c’est-à-dire que les espèces vivantes n’apparaissent pas spontanément comme par un coup de baguette magique, mais que chaque espèce est issue de l’évolution d’une espèce précédente, et donc tous les êtres vivants appartiennent à une même famille! Les différences existant entre les êtres vivants seraient dues à l’évolution. Mais comme nous le verrons par la suite, cette personne qu’est l’Évolution est encore plus intelligente que Dame Nature car Madame Évolution transforme les êtres vivants avec une perfection étonnante! Elle leur fait apparaître ou disparaître des structures choisies à des moments choisis de leur histoire! De plus Madame Évolution fait très fort puisqu’elle fait évoluer ensemble les mondes végétal, animal et même géologique! Par exemple: au cours de l’histoire de la terre, après une longue évolution du monde animal et végétal, les plantes à fleurs apparaissent en même temps que les insectes sociaux que sont les abeilles. Les connaisseurs en ce domaine savent très bien l’importance capitale des abeilles dans la pollinisation des plantes à fleurs. En fait, pour être clair, le monde animal et le monde végétal ont dû évoluer en parallèle; si les abeilles n’existaient pas lors de l’apparition des plantes à fleurs, ces dernières auraient disparu de la surface de la terre! De plus Madame Évolution ne travaille pas seule, elle est aidée par sa collègue Madame Sélection Naturelle. Cette gentille Dame, au cours de l’histoire de la Vie, aurait fait pression sur les êtres vivants pour que Madame Évolution puisse les perfectionner sans cesse, pour que l’évolution de la Vie se fasse dans le sens où c’est l’être vivant le mieux adapté au milieu de vie dans lequel il se trouve, qui sera à l’origine d’un futur être vivant encore plus évolué. Tout cela fait bien du monde! Mais pourquoi les scientifiques arrivent-ils aujourd’hui à manier des concepts et des données de haut niveau mais n’ont pas de scrupules à expliquer la merveilleuse complexité de la Vie par une bande de Dames super-intelligentes?!

b) La réponse de Darwin ? Selon Darwin, la vie lorsqu’elle est apparue sur terre n’était pas du tout celle que l’on trouve aujourd’hui. Les êtres vivants au commencement auraient été des êtres primitifs, puis ils se seraient complexifiés et auraient donné naissance à d’autres espèces pour arriver à l’immense diversité des plantes et des animaux que l’on connaît aujourd’hui. Les êtres vivants seraient donc apparus et se seraient développés progressivement par le jeu combiné du hasard et de la sélection naturelle. Je m’explique : selon Darwin, une plante ou un animal aurait donné naissance à un animal doté par hasard d’une particularité absente chez ses parents. Dans certains cas, cette particularité serait devenue un avantage pour cet individu. Sous la pression de la sélection naturelle, ce nouvel individu, étant mieux adapté au milieu environnant, va survivre et être à l’origine d’une nouvelle espèce alors que son ancêtre qui ne possède pas d’adaptation avantageuse va périr. Ceci était une théorie qu’il proposait, il lui fallait donc des preuves, et la plus importante à trouver était les formes intermédiaires. Qu’est-ce que c’est ? Une forme intermédiaire est un être possédant à la fois les caractéristiques de deux êtres. Par exemple, l’archéoptérix est une créature qui possède à la fois des caractères de reptile (écailles, dents…) et d’oiseau (ailes, plumes…). Donc, si comme le suppose Darwin, cette évolution s’était faite par hasard, alors le nombre de ces formes intermédiaires entre tous les êtres ayant existé devrait être immensément grand, et il devrait être facile de retrouver ces multitudes d’êtres chaînons. Plus de cent ans après la publications du livre de Darwin « L’origine des espèces », est-ce que ces preuves ont été trouvées ? Est-ce bien le hasard et la sélection naturelle qui sont à l’origine de tous les êtres vivants ? est-ce que cette théorie peut s’appliquer à l’homme ?

c) La réponse de ce livre «Que doit penser un croyant de cette théorie? Darwin avait-il raison ou tort?…» Ce sont les questions que se posent un grand nombre de jeunes. L’enjeu est capital! Pourquoi? Car dans un premier temps, les scientifiques pensaient que la théorie de Darwin permettait de substituer la science et la Nature à Dieu! Ce livre a pour objectif d’élucider ce point. Pour reprendre brièvement, l’énoncé de la théorie est le suivant: les êtres vivants subissent des mutations accidentelles qui leur font apparaître des caractères nouveaux. Il apparaît alors une multitude d’espèces modifiées par rapport à l’espèce d’origine. La sélection naturelle élimine les espèces désavantagées et il reste parfois une espèce modifiée possédant un avantage sur l’espèce d’origine. Ainsi, graduellement, une espèce subit une chaîne de transformations progressives. Les espèces ont ainsi évolué, c’est-à-dire qu’ils se sont transformés et diversifiés, au cours de l’histoire de la terre, pour adopter des formes et des structures remarquablement choisies, car adaptées à leur milieu de vie, tout ceci dirigé par le hasard. L’homme est le résultat de cette évolution. Cette théorie possède un point d’appui et cinq failles. Nous allons donc traiter ces six points : – Le point d’appui de la théorie de Darwin est la découverte de quelques formes intermédiaires. Nous allons les étudier et nous demander si ce sont des accidents dus au hasard ou des merveilles de la création de Dieu. – La première faille est dans le mécanisme d’apparition de caractères nouveaux. Que sont les mutations et quelles transformations peuvent-elles apporter ? – La deuxième faille est que depuis l’émission de cette théorie en 1859, personne n’a encore découvert la multitude de formes intermédiaires requise pour la prouver. – La troisième faille : lorsque quelques formes intermédiaires ont été trouvées, leur perfection ne laissait aucune chance au hasard. Tous les êtres vivants ou fossiles connus ont une particularité étonnante : ils sont parfaits ! Est-ce là l’effet du hasard ? – La quatrième est qu’elle n’explique pas qui fait évoluer les êtres vivants? Qui les transforme pour qu’ils soient admirablement adaptés à leur milieu de vie, que ce soit sur terre, dans la mer ou dans les airs? Et qui veille à ce que les mondes végétal et animal évoluent en même temps? L’exemple du cheval sera la base de cette analyse. – Enfin, la cinquième faille est que cette théorie bute quant à expliquer l’origine de l’Homme. Nous nous attarderons donc sur ces six points en six chapitres. Mais avant d’attaquer le vif du sujet, je vais faire un bref historique de la théorie de Darwin pour que le lecteur saisisse mieux de quoi il s’agit.

2) Naissance de la théorie de Darwin

a) Darwin remet en cause la Bible Avant de faire son long voyage, Darwin reconnaissait lui même qu’il était un fervent croyant en Dieu et en la Bible. Il avait même fait des études de théologie pour servir l’Église. Dans son livre, il nous le dit en ces termes : « Je n’avais pas alors le moindre doute sur la vérité stricte et littérale de chaque mot de la Bible ». Mais après son départ d’Angleterre en 1831 et durant ses cinq années de traversée du monde, il a été émerveillé devant des phénomènes naturels qui l’ont poussé à voir des contradictions entre la nature et la Bible. À l’époque de Darwin, l’immense majorité des gens, y compris les scientifiques, étaient persuadés que la Bible, et plus particulièrement le livre de la Genèse, révélait l’origine des plantes des animaux et des hommes : chaque espèce a été créée séparément par Dieu, aucune espèce n’a changé depuis l’origine du monde. Au cours de son périple, des foules de questions se pressaient dans la tête de Darwin, notamment devant ce qu’il voyait lorsqu’il explorait le continent sud-américain, comme il nous le raconte lui-même : « Quelle est donc la force qui a réussi à creuser un tel sillon (canyon) dans le paysage (…) ? Qui peut s’empêcher d’être frappé d’étonnement devant la force qui a soulevé ces montagnes (…) ? On reste étonné devant l’intensité de la force créatrice, si on peut employer une telle expression, qui s’est manifestée sur ces petites îles stériles et rocailleuses (l’archipel des Galapagos) ». Il a aussi constaté des ressemblances entre des animaux, comme les pinsons du Galapagos, qui poussaient à penser que de nombreuses espèces à localisation géographique différente auraient un lien de parenté. Toutes ces observations ont abouti à le faire douter de la conception biblique de l’origine des êtres vivants : il ne croyait plus en la théorie de la fixité des espèces. C’est ainsi qu’est née dans son esprit l’idée que les espèces n’étaient pas immuables, mais qu’elles pouvaient évoluer. Concept qui selon lui était en contradiction avec la notion de Dieu créateur ! ?

b) L’erreur faite par Darwin Pourquoi Darwin est-il allé jusqu’à remettre en cause l’action de Dieu sur la nature ? Pourtant le livre de la nature est le livre de Dieu ! L’erreur de Darwin est d’avoir voulu séparer Dieu et la science, comme si Dieu était dans « son monde », et nous, les hommes, dans notre monde avec la science qui explique tout ! Lorsqu’on a la foi en Dieu et que l’on reconnaît la science, que peut-on penser de cette théorie de Darwin ? En réalité, cette théorie de l’évolution de Darwin est en total accord avec la foi en ce qui concerne sa partie descriptive des incroyables phénomènes d’adaptation. Est-ce un blasphème que de dire que les espèces ont pu évoluer, c’est-à-dire se transformer admirablement pour s’adapter avec perfection à leur milieu de vie ? Au contraire, se rendre compte que le Créateur veille au bien-être de ses créatures ne peut qu’augmenter notre admiration pour lui. Mais là où je ne suis pas d’accord ainsi qu’un bon nombre de scientifiques, c’est au niveau des explications proposées par Darwin : l’origine de la vie et de cette fantastique diversité des êtres vivants ne serait que le fruit du hasard ! !

3) Le parcours de la théorie de Darwin

a) Au 19è Siècle La théorie de Darwin a très vite été acceptée après sa publication en 1859 puisque c’était la seule explication non-religieuse proposée et ceci malgré ses faiblesses comme nous allons le voir. Ce n’était plus Dieu qui avait créé et organisé la vie mais le hasard ! Déjà en astronomie, le monde scientifique en avait fini avec les explications religieuses erronées. Les Copernic, Galilée, et bien d’autres avaient réussi à balayer les faux concepts chrétiens relatifs à la terre et à notre système solaire. Il restait donc encore le domaine des sciences de la vie, la biologie, où des théories religieuses illogiques dominaient. Darwin est alors apparu pour beaucoup comme un sauveur qui venait les libérer de l’oppression intellectuelle religieuse. Ainsi, bon nombre de scientifiques, aveuglés par le fait qu’il existait enfin une explication capable de contredire les idées bibliques de la biologie ont accepté cette théorie sans essayer de trouver un terrain d’entente entre les conceptions religieuse et naturaliste de l’histoire de la vie sur terre.

b) Une théorie dédiée à la gloire du hasard Au cours des siècles, les esprits ont évolué : – avant Darwin, les esprits étaient butés car limités à la seule lecture des textes bibliques. – Pendant Darwin, les esprits se sont ouverts à la lecture du livre de la nature qui nous entoure mais ils se sont fermés devant la lecture des textes religieux. – Aujourd’hui, après Darwin, nos esprits doivent s’ouvrir à la fois à la lecture du livre de la nature et du livre de Dieu. Pourquoi ? Car le livre de la nature est un des livres de Dieu. C’est un livre ouvert à tout le monde. Il est universel car quelle que soit la langue que vous parlez, vous pouvez le comprendre. Renier Dieu ou refuser de le reconnaître n’est pas une solution. Se satisfaire à dire que c’est le hasard qui est à l’origine de tout n’est qu’une fuite devant la réalité, c’est donner le pouvoir à une entité supérieure. Cela fait peut-être moins peur de dire que c’est le hasard qui fait tout ? Mais peut-être que « Hasard » n’est qu’un autre nom qu’ils veulent attribuer à Dieu ? On retombe alors sur nos pieds pour revenir sur la case de départ ! Ils pensaient s’éloigner de Dieu avec une théorie qui donnait au hasard une puissance et une intelligence infinies, mais si le hasard n’est autre que Dieu, alors plus d’un siècle de fuite n’a servi à rien ! Ce labyrinthe de l’esprit qu’est cette théorie de l’évolution n’a pour point d’arrivée que son point de départ : Dieu !

En réalité, cette théorie peut avoir deux conséquences extrêmes selon la personne qui l’étudie : – Celui qui veut fuir Dieu trouvera son « bonheur » dans cette théorie, puisqu’au premier degré, c’est une théorie dédiée à la gloire du hasard. – Celui qui veut se rapprocher de Dieu trouvera aussi son bonheur dans cette théorie puisqu’elle démontre de manière fantastique comment Dieu régit la vie sur terre à travers les adaptations phénoménales dont Il a doté les plantes et les animaux. À vous de choisir votre camp ! Mais sachant que derrière le mot « hasard » on veut cacher Dieu, toute personne douée de bon sens saura dans quel camp il vaut mieux se placer. Si Darwin pouvait revenir de là où il est, il nous dirait lui-même quel camp est le meilleur ! Que faut-il garder ou laisser de la théorie de l’évolution? Pour ce qui se base sur des faits d’observation, nous sommes d’accord. Mais il arrive, notamment pour l’explication de l’origine de l’Homme, que les Évolutionnistes (les adeptes de cette théorie) fassent des hypothèses! Comprenons bien que des hypothèses ne sont pas des vérités, mais des propositions de réponses à un problème donné. Ces hypothèses peuvent s’avérer vraies comme elles peuvent s’avérer fausses! Mais là, un grand nombre de personnes tombent dans le piège en croyant fermement que ces hypothèses sont des vérités. Ainsi, à la moitié du 19è siècle, une hypothèse a été émise: l’Homme descend du singe! Aujourd’hui, tous les scientifiques savent très bien que cette hypothèse est fausse, mais elle a pourtant été pendant plus d’un siècle ancrée dans les esprits comme étant une vérité.

I. LES QUELQUES FORMES INTERMÉDIAIRES DÉ-COUVERTES JUSQU’À PRÉSENT:

UN ARGUMENT POUR OU CONTRE LA THÉORIE DE DARWIN?

suite…

le hasard impossible – Mohamed Keskas