Histoire de ma nation !


Source: livresnumeriquesgratuits.wordpress.com

https://livresnumeriquesgratuits.files.wordpress.com/2013/02/c_andre_lefebvre_1a_265_72ppp1.jpg?w=605  Résultat de recherche d'images pour "André Lefebvre Fondation littéraire Fleur de Lys,"

Auteur: André Lefebvre

Ouvrage: Histoire de ma nation !

Année: 2014

 

 

 

Préambule
Je me présente : Mon nom est André Lefebvre. Je suis originaire
de Montréal, dans la province de Québec faisant partie d’un pays
appelé le Canada. Voilà qui je suis en ce jour du 17 avril 2013; et je
le suis depuis le 24 mai 1943. Je suis donc un « montréalais québécois
canadien ».
Est-ce que cela vous dit quelque chose sur « qui je suis »?
Avouez que cela ne vous donne que mon identité « géographique
». Quant à mon identité « historique », cela n’en dit absolument
rien. Certains croiront qu’en ajoutant le qualificatif de « francophone »,
j’y glisserais une indication sur mon histoire originelle. Par contre, si
j’étais un « montréalais québécois canadien chinoisophone», j’obtiendrais
le même résultat, mais qui n’aurait aucune relation avec l’histoire
de ma nation. Donc être un montréalais, québécois, canadien, francophone
n’est pas beaucoup plus significatif pour identifier mon appartenance
« nationale historique ».
Finalement, si je m’identifie avec ces qualificatifs géographiques
et linguistiques, je ne me donne aucune « identification » nationale
historique.
Essayons, alors, avec le qualificatif de « Canadien-français ».
Ce nouveau qualificatif laisse surtout entendre qu’il y a
d’autres « genres » de Canadiens. Il détermine alors que les Canadiens
sont multiethniques et que je fais partie de l’ethnie d’origine française.
C’est « historiquement » un peu mieux, mais cela n’indique rien
d’autre que mon père, ou l’un de ses prédécesseurs, était anciennement
de nationalité « Française ». Cela n’indique aucunement l’historique
de la « nation » dont je suis membre.

Pour parvenir à m’identifier historiquement, je dois donc
me contraindre à m’adresser à la généalogie afin de déterminer l’origine
de ma famille et mettre le doigt sur mon identité nationale. Ce
faisant, je découvre le nombre de générations familiales qui sont
nées au Canada. J’en arrive à remonter historiquement jusqu’à une
époque où mes ancêtres se donnaient le nom de « Canayens ».
Ce nom peut s’avérer quelque peu « gênant » à me servir parce
qu’il « résonne » comme un mot « grivois » digne d’une personne
plus ou moins bien éduquée. En fait, ce mot semble être une prononciation
vulgaire du nom « Canadien ». Mais, en réalité, ça ne peut
pas être le cas puisque ce nom de « Canayens » est apparu beaucoup
plus tôt, dans l’histoire, que le mot « Canadien ». Par contre, l’avantage
est que, si je dis que je suis « Canayen », je m’identifie instantanément
à une nation historique très précise qui possède sa date
de naissance dans notre histoire, qui possède, indiscutablement, sa
propre langue, ses propres us et coutumes et ses propres faits historiques,
qu’aucun autre « genre » de Canadiens ne puisse revendiquer.
Si vous me demandez qui je suis « historiquement », je suis
obligé de vous répondre que je suis « Canayen ». Reste à savoir ce
qu’est un « Canayen » dans l’histoire de l’Amérique du Nord. Ce serait
là l’histoire de ma « Nation » et c’est celle que je vais vous raconter
dans cet écrit. Vous remarquerez que cette histoire explique exactement
ce que nous sommes devenus aujourd’hui et ce que nous avons
perdu de notre « culture » qu’il est indispensable de retrouver. Vous
en resterez, cependant, toujours le seul juge.
Par contre, je ne vais pas vous la raconter en un flux continu
comme un sermon, mais plutôt par une succession d’histoires spécifiques
qui formeront les chapitres du livre. Vous pourrez alors accéder
à l’histoire de ma nation sans être obligé de lire le bouquin d’un
seul trait pour ne pas en perdre le fil. Certains décideront peut-être
d’en faire leur livre de chevet puisqu’ils pourront arrêter leur lecture
sans nuire au fil de l’histoire qu’il raconte. Je ne veux cependant
pas, ainsi, vous empêcher de faire votre « devoir » conjugal, qui doit
rester un « sacrement » prioritaire; mais je vais tenter, quand même,
de ne pas être trop « endormant ».
Voici donc l’Histoire de Ma Nation.

CHAPITRE 1
La naissance de ma nation

PDF iCi