Tiers-mondiste à part entière


leboucemissaire.com

https://i2.wp.com/leboucemissaire.com/wp-content/uploads/2018/03/tiers-monde.jpg

Créer l’illusion. Quoi de mieux pour travestir la vérité d’une société fictivement opulente que de créer une illusion pour dissimuler son état aux yeux des naïfs qui y vivent. On s’accordera pour dire que les sociétés modernes occidentales sont les plus prospères que l’humanité n’ai jamais connues. Un concentré de richesse, de savoir-faire, de bien-être et de maîtrise technologique réunis au sein d’une seule société humaine observée nulle part ailleurs sur terre jusqu’à notre époque moderne au point de supplanter et d’imposer ses règles à toutes les autres.

En tout temps le bien-être et la domination militaire et économique a été l’apanage de plusieurs sociétés/civilisations à intervalles réguliers, parfois simultanément où se succédant les unes aux autres. Seul notre siècle a permis de concentrer tout le savoir, les richesses et la puissance au sein d’une même et unique société. La société occidentale a en parallèle exclu le reste de l’humanité, la plongeant dans une classe qu’elle a elle-même nommée monde sous-développé, le fameux tiers-monde. Dans ces contrées il ne fait pas bon vivre. Tout est compliqué, de l’accès à la culture, à l’éducation, aux soins, aux besoins de première nécessité, tout fait défaut à tous les niveaux. Les industries et les services sont déficients, les nations ne sont pas fonctionnelles, la corruption y est en général endémique, quant aux libertés elles sont le plus souvent inexistantes. Le cours de leur économie et de la valeur de leurs devises est attenant au sous-développement de leurs pays respectifs et les rend automatiquement inférieurs aux économies occidentales. Ce qui explique qu’à travail égal, un habitant d’un pays tiers-mondiste sera souvent payé 60, 70 voire 80 % de moins qu’un Occidental, voire beaucoup moins dans de nombreux pays. Le coût de la vie pour se nourrir, se loger, se vêtir, se déplacer, se soigner, sont du même ordre. Ainsi un ressortissant français pourra par exemple aller s’installer au Sénégal et vivre avec un salaire ou une retraite française pendant des mois. Un salaire français permettra par exemple de disposer en Thaïlande d’une belle villa avec piscine et de plusieurs domestiques à son service et il lui restera encore la moitié du salaire en poche. Ce déséquilibre financier a été mis en place par ces mêmes sociétés occidentales pour dissimuler le vol économique de ses propres d’habitants. La réussite du vol réside dans le fait qu’il y ait d’autres nations où il est possible à l’Occidental floué, qui s’ignore, de pouvoir aller dépenser son obole gracieusement laissée par ses employeurs et lui donner l’illusion d’être prospère . En réalité il va simplement dépenser le peu qu’il lui reste auprès de personnes infiniment plus pauvres encore ce qui à ses yeux lui donnera l’impression d’être riche. C’est comme si une personne de taille moyenne allait se promener au pays des nains elle aurait réellement l’impression d’être un géant. À l’identique dans le système scolaire afin de cacher l’écroulement du niveau des élèves (voulu depuis des décennies) on rabaisse les critères de sélection, on accorde plus facilement de bonnes notes, le redoublement disparaît, alors même que l’enfant n’a absolument pas le niveau. Si on descend les critères de sélection année après année on camoufle l’effondrement du niveau.

S’offrir un voyage à l’autre bout du monde au soleil en pensant faire une bonne affaire et s’imaginer être partie prenante des gens aisés voilà le piège qui hélas fonctionne. S’habiller de vêtements cheap en provenance d’usines à esclaves asiatiques ou africaines, se nourrir d’aliments empoisonnés aux pesticidex d’Amérique du Sud, du Maroc, d’Espagne, d’Égypte, d’Afrique du Sud, d’Italie, d’Israël et d’ailleurs, produite par des hordes d’esclaves sans papiers très peu payés, voilà le piège. Le piège est tous azimuts dans la plupart des domaines de la vie. L’Occidental s’est petit à petit retrouvé cerné par une multitude de situations qu’il ne maîtrise pas et n’appréhende pas à sa juste valeur. Accepteriez-vous de travailler pour 2 € par jour ? Accepteriez-vous de vous endetter sur plusieurs années pour financer une opération médicale ? Accepteriez-vous de faire travailler vos enfants en plus de vous-même pour simplement essayer de vous nourrir de manière plus que frugale ? Toutes ces situations et bien plus encore sont le quotidien de l’immense majorité des personnes qui nous permettent d’avoir notre mode de vie si confortable. En réalité nous avons simplement délocalisé l’esclavage et le vol sur le reste de l’humanité et nous sommes aveuglés par la propagande de nos élites qui détourne nos regards des tenants et des aboutissants de ce dont on profite au quotidien depuis des années. Nous sommes les bourreaux de nos semblables. Ils sont à l’instar de ce que dit le proverbe : loin des yeux loin du cœur.

Pour se donner une réelle idée du vol organisé par nos sociétés occidentales, inutile d’aller bien loin, il suffit de se tourner vers nos propres agriculteurs qui sont les premiers à subir ce tiers-mondisme alors que nous restons pour la plupart silencieux face à cela.

Il est bien beau de parler en France de l’égalité des sexes, de l’équité salariale et du respect entre hommes et femmes quand, en parallèle, il n’y a pas d’égalité des Hommes dans le sens humain du terme entre les Occidentaux et le reste de l’humanité.

Il est surtout aisé de comprendre les raisons pour lesquelles les pays du tiers-monde doivent être maintenus dans la précarité. S’ils ont accès au développement économique et qu’ils prospèrent, alors l’illusion occidentale s’écroulera de facto. Cette tiers-mondisation est maintenue et sera systématiquement recherchée par les dirigeants criminels, ceux qui nous dirigent[1], ces imposteurs qu’il faudra, si nous voulons un réel changement de paradigme, chasser d’une manière ou d’une autre. Faute de pouvoir le faire, alors, il nous reste possible la dénonciation de leurs délits.


[1] Petit groupe d’hommes et de femmes d’origine indéterminée, mais ayant une connivence par-delà les nations les religions et l’appartenance ethnique. Ils sont regroupés en associations idéologiques qui peuvent s’apparenter à la franc-maçonnerie, aux clubs de pensée philosophiques ainsi qu’aux sectes religieuses, voire un ensemble de tout cela, au sein desquels ils définissent notre mode de vie et décrètent les lois régissant nos nations. Existant au sein de toutes les grandes nations et ayant diffusé ses métastases dans le reste des régions du monde il chapeaute les guerres, les conflits et les intérêts économiques en créant de toutes pièces des antagonismes qui, dans les faits, n’existent pas. Il mène une fiction dramatique où les téléspectateurs/ acteurs/victimes sont les peuples du monde entier.