Sommes-nous menacés par l’islam ou l’inverse ? par P. Dortiguier


lelibrepenseur.org

6 mars 2016 – 19:12

Chroniques de Pierre Dortiguier

Sommes-nous menacés par l’islam ou l’inverse ?


Chacun, du fanatique habillé en lycéen sérieux, M. Zemmour, qui se réserve comme Apollon l’intelligence et la voyance jusqu’à l’Homo sapiens de l’idée républicaine qui, sans rire, comme un cyclope s’adressant aux marins d’Ulysse, clame que la France est une machine à produire des Français, comme le grain des peuples une farine à la Monsanto, proposition que notre meilleur auteur, pour le style et la logique, du milieu du XIXe siècle, Hippolyte Taine, eût traitée d’insanité ou de délire jacobin, ou une éruption cérébrale des loges enflammées par la démence ou névrose révolutionnaire, le dit Mélenchon, veulent, chacun avec sa rhétorique qui est l’art de séduire, faire barrage au flot montant de l’islam en France. Il faudrait, selon le premier, le canaliser, comme Napoléon l’a fait, parmi des courtisans réunis pour la circonstance, avec le judaïsme, en oubliant de préciser que ce dernier a prospéré en Allemagne derrière le Code Civil français et s’est développé sous les rois francs-maçons (Louis XVIII et Charles X) et laisser les Arabes et les croyants qui ont compté toujours des Européens parmi eux, et un érudit ami du Coran, tel un Goethe en Allemagne, par exemple, marcher comme nos Parisiens le long des berges du canal Saint-Martin, fort discrètement ! Le tribun gauchiste pour sa part, déclare, ce qui l’eût fait enfermer aux temps anciens de l’Empire du Bon Sens, que de même qu’un enfant n’existe pas pour être né de sa mère, mais sorti de l’école du décervelage républicain, l’école des sans-dieu, comme on ne le dit malheureusement plus, un croyant n’est pas le fruit d’une famille ou d’une communauté mais de l’accord de l’idée de Dieu avec l’école républicaine ! Sauf que l’on se demande où ils ont vu pareil péril islamique, mis à part ce ruisseau discret des croyants ondulant dans des jardins de l’esprit !

Une statistique devrait être connue d’eux, donnée par l’Office Mondial de la Santé, fin décembre 2014 qui place au premier rang mondial des États alcooliques, loin devant la Russie, ou la Pologne et la Moldavie connues pour cette habitude vicieuse, les trois États parfois chrétiens et surtout prétendus musulmans d’Afrique. Viennent d’abord le Tchad, avec trente quatre litres par buveur, et la Gambie avec vingt-neuf litres, la Russie déjà citée, offrant le chiffre de vingt-deux litres, et leur succède enfin le Mali qu’on nous présente comme un foyer d’islamisme justifiant la présence permanente d’une France otanienne ne pouvant opérer qu’avec ses alliés, qui est à égalité avec la Russie !


Oui, un flot envahit l’Europe, un océan mondial de corruption et de bêtise, laissant s’effondrer toutes les dignités, une fois la digue de la culture et de la philosophie brisée.


Ce sont des Arabes, ou assimilés, direz-vous, qui sont visés par les nouveaux Démosthène, ceux qui comme le légendaire Athénien avertissait du danger de quelque père du futur Alexandre le Grand, Philippe, habillé en Calife de Macédoine, sauf que ces foyers musulmans prétendus qui les nourrissent, dépassent ces chiffres en consommation d’alcool, et, laissons à l’organisation suisse la responsabilité de cette statistique, les Émirats arabes unis sont en bonne place (plus de trente litres) dans le peloton des alcooliques et il est vrai que nous pouvons le remarquer, ne parlons pas du peuple, mais de la crème du pays, sur nos Champs-Élysées ! Et l’on pourrait, ce que je ne fais point pour ne pas aggraver mon chagrin, citer un autre grand État musulman, que chacun peut découvrir dans la liste ! Ce n’est pas desservir l’islamité que de le dire, à moins que le rôle du médecin soit de flatter le malade, son faux sentiment d’euphorie, sous prétexte d’être réformateur de son moral !
Prenons deux exemples, la Tunisie est réputée consommer vingt six et quelque de litres d’alcool, le Kazakhstan vingt cinq et quelque, statistiquement, par personne, annuellement. À ce chiffre tout le monde est menacé ! Où est l’islam ? En fait, tous les pays que l’on dit musulmans sont visés par ce phénomène de détérioration mentale et physique, et ce qui n’est pas toujours apparent, est, si l’on nous permet cet humour, derrière le voile.
Comment trouver dans la polémique un secours, si les faits ne sont point avérés, ou alors parlons de voyoucratie et de dégénérescence, concepts plus proches de cette égalité dont nous entretiennent les Mélenchon et les nouveaux éducateurs ou défenseurs du christianisme moderne formés au séminaire de Zemmour !
Oui, un flot envahit l’Europe, un océan mondial de corruption et de bêtise, laissant s’effondrer toutes les dignités, une fois la  digue de la culture et de la philosophie brisée. La puissance principale étatique européenne brisée, et c’est aux applaudissements des noyés enivrés que l’entente des peuples se fera, sous un Déluge universel !
L’Occident n’est plus, tout comme l’Orient, à sa place : le marché est ouvert, l’alcoolisme élargit ses voies, sous toutes  ses formes, seuls les vendeurs d’alcool se frottent les mains, et à eux, comme on doit savoir, le Déluge est familier !

Archives des chroniques :

 

MICRO-ONDES ET CONTRÔLE DE LA PLANETE TERRIFIANT !


 http://www.micheldogna.fr/micro-ondes-et-guerres-invisibles-article-1-3-242.html

Interview n° 1 : Des révélations exceptionnelles du Dr. Barrie Trower

Le Dr. Barrie Trower, un grand Monsieur et un VRAI HEROS, s’est battu pour l’humanité pendant de nombreuses années. Après cette interview exclusive accordée à l’ICAACT, notre respect et notre admiration à son égard ont atteint de nouveaux sommets.

Lors des deux jours de l’interview, nous avons abordé de nombreux sujets, mais le thème principal a été l’utilisation abusive des micro-ondes en tant qu’arme furtive secrète et clandestine, existant depuis au moins 50-60 ans. Au cours du temps, ce type d’arme a revêtu de nombreux visages, et elle est toujours utilisée sur des cibles différentes dans le monde, jusqu’à causer la mort. L’interview commence par évoquer des connaissances de base sur les micro-ondes et sur leur influence sur le corps et l’esprit. Cela nous permet ensuite de revenir sur la longue carrière du Dr. Barrie Trower, et de finalement parler de l’utilisation abusive des armes à micro-ondes et des moyens que l’on a pour se protéger.

Armes à micro-ondemicro onde 1

Transcription de l’interview de mai 2012

Lars Drudgaard : Bonjour ! Je m’appelle Lars Drudgaard, et je suis très honoré d’avoir la chance de vous interviewer, avec mon collègue danois Stephen Bell, pour l’ICAACT.

Dr. Barrie Trower : Avec plaisir.

LD : Pouvez-vous vous présenter ?

BT : Je vais vous dire comment j’en suis arrivé là. Au cours des années 60, dès le tout début des années 60, j’ai été formé à l’usage militaire des micro-ondes par le gouvernement. J’en ai étudié tous les aspects, et une fois ma formation à l’armée terminée, comme j’avais une grande expertise dans le domaine des micro-ondes, on m’a demandé si je voulais poursuivre ces recherches. […] J’étais un agent. Je n’aime pas le mot agent secret, car quand vous dites agent secret, vous pensez à James Bond, qui n’était ni un agent secret, ni un espion. Ce personnage de fiction faisait partie du renseignement militaire, et je n’étais pas dans là-dedans. J’étais un agent. Je collectais secrètement des informations, et j’ai passé 11 ans à collecter des informations des espions, ce qui n’était qu’une petite partie, une très petite partie de mon travail. J’interrogeais aussi les terroristes internationaux, les criminels internationaux, j’interrogeais quiconque présentant un immense intérêt. Pour ce faire, je me suis formé pendant de nombreuses années.

L’HISTOIRE DES ARMES A MICRO-ONDES

[Il est question ici d’expériences menées par les soviétiques sur l’ambassade américaine durant la Guerre Froide]. Ils ont découvert qu’il y avait un taux anormal de cancers du sein, d’enfants atteints de leucémies… et d’autres cancers, et ils ne comprenaient pas pourquoi. Alors ils ont changé certains employés, et les nouveaux ont aussi eu des leucémies et des cancers. Ils ont une nouvelle fois changé l’équipe, et ils se sont rendus compte qu’ils étaient exposés à des micro-ondes.

C’est là que les Etats-Unis ont mal agi. Ils ont décidé de ne rien dire. Les américains ont utilisé leur propre peuple comme des rats de laboratoire pour développer leurs propres armes. Quand on a découvert ce qu’il se passait, il y a bien sûr eu un démenti, comme toujours. Puis il y a eu un rapport secret. Et finalement un professeur de renom, John Goldsmith, qui je crois avait environ dix-huit chaires, rédigea le rapport définitif et a découvert que les micro-ondes de faible intensité provoquaient une énorme quantité de cancers, de leucémies, et d’autres troubles. A l’époque, il y avait un engouement généralisé pour les micro-ondes en tant qu’arme furtive, et on les retrouve depuis lors (les années 50) jusqu’à aujourd’hui.

DES MANIFESTANTS PACIFIQUES ATTAQUES PAR DES ARMES A MICRO-ONDES

suite : http://www.micheldogna.fr/micro-ondes-et-guerres-invisibles-article-1-3-242.html

Interview n° 2 du Dr. Barrie Trower, octobre 2012

micros-ondesExpériences sur des humains

Au cours des années 50 et 60, pendant la guerre froide, on a compris par accident que les micro-ondes pouvaient être utilisées comme des armes invisibles contre les soviétiques. Ceux-ci avaient bombardé l’ambassade U.S de micro-ondes et tous les employés de l’ambassade avaient développé différents cancers, cancers du sein mais aussi des leucémies chez les enfants. On réalisa que les micro-ondes de faible intensité étaient l’arme invisible parfaite à utiliser contre les groupes dissidents partout dans le monde, car on pouvait les rendre malades, leur provoquer des cancers, induire en eux des attitudes mentales différentes des leurs, tout cela en silence sans qu’ils puissent soupçonner être victime de radiations.

Pendant un an, mon travail a consisté à interroger des espions capturés, je devais apprendre les fréquences particulières des micro-ondes qu’ils avaient utilisées sur telle ou telle autre victime et quel était le résultat obtenu. J’ai commencé à monter un dossier et je suis probablement la seule personne au monde à posséder une liste aussi complète. Je connais les fréquences exactes des micro-ondes pulsées qui causent telle ou telle maladie physiologique, neurologique ou psychiatrique chez un être humain. Les gouvernements et les compagnies technologiques doivent être tenus responsables de leur collaboration à l’empoisonnement massif de l’humanité et de toutes les autres formes de vie, animale et végétale.

INTRODUCTION DE L’EMISSION DE VERITAS RADIO

Nous vivons dans un bain de micro-ondes, même pendant notre sommeil. On y trouve les téléphones portables, les téléphones sans fil, le WiFi et plus encore. La population qui est le plus en danger avec cette technologie, ce sont les jeunes filles. Le matériel génétique des cellules présentes dans leur corps qui deviendront par la suite des ovules fécondés est dangereusement altéré, et lorsqu’elles auront des filles, leurs anomalies génétiques seront transmises et leurs enfants, filles et garçons, naîtront avec les tares que nous observons aujourd’hui chez les animaux étudiés : malformations congénitales, trisomies, mucoviscidoses et autres maladies génétiques. Peut-on se protéger et protéger nos enfants du danger mortel des micro-ondes ?

NOTA : Dans les années 60, Barrie Trower a été formé à l’usage militaire des micro-ondes par le gouvernement. Désormais retraité, il enseigne la physique, les mathématiques et la physiologie humaine.

EXTRAITS DE L’INTERVIEW

Cela a commencé avec la loi sur les secrets officiels, établie pendant mes années de travail et faite pour protéger les citoyens des dangers émanant de pays ennemis, mais depuis, les gouvernements ont inversé la vapeur et ils utilisent cette loi pour protéger leurs propres opérations secrètes contre le public. Ils s’en servent également pour protéger les corporations et pour que ces industries ne soient pas victimes de procès intentés par les citoyens. Cette loi s’exerce maintenant contre le public pour le bénéfice des agences gouvernementales et des industries.

Au cours de la formation que j’ai suivie, vous apprenez tout, vous apprenez le mal que font ces ondes dans le corps et comment elles sont produites. Le WiFi est de loin la chose la plus mortellement dangereuse actuellement sur la planète. Dès 1976 les gouvernements savaient que les téléphones portables et le Wifi allaient causer des cancers et des détériorations neurologiques et physiologiques. Je travaillais à l’époque et un document top-secret émanant des États-Unis, conseillait à tous les gouvernements occidentaux de définir une norme de temps d’exposition qui serait profitable aux industries concernées, et qui les protégerait des procès.

La norme de temps d’exposition choisie était si élevée qu’il était impossible d’intenter un procès aux sociétés en utilisant ce document. Ils n’ont pas vérifié l’interaction des ondes de très faible intensité avec la cellule humaine. Ce mémo est toujours d’actualité et sert de référence, c’est pourquoi nous sommes maintenant dans cette pagaille. Les industries ont mené leurs propres expériences et ont communiqué leurs résultats aux gouvernements, c’est-à-dire que ces ondes, à un niveau très faible, déclenchent des cancers et différentes maladies.

La phrase suivante vient du gouvernement américain, en 1986, et concerne les ondes émises par un téléphone à votre oreille ou bien par le Wifi lorsque vous êtes assis devant un écran.
« Nous pouvons changer le comportement des cellules, des tissus et des organismes entiers, avoir une mortalité infantile 6 fois plus importante, des malformations congénitales, et induire des tumeurs malignes dans la cellule humaine. »

Sur une période de 40 ans, 500.000 personnes ont été testées (sans leur consentement et sans qu’elles le sachent), des étudiants, des militaires, des patients psy, des pauvres, des enfants de plus de 4 ans, des femmes enceintes, des musulmans et des catholiques. Un document rapporte qu’il s’agit d’une « réussite  d’avoir découvert comment influencer une personne pour qu’elle finisse par aller voir un psy, être étiquetée  schizophrène ou paranoïaque puis confinée dans un hôpital psychiatrique. »

De nombreuses personnes sont mortes après avoir subi, avec leur famille, des années de souffrance, et ce uniquement parce que les gouvernements voulaient faire des tests. Les scientifiques des États-Unis, du Royaume Uni, d’Australie et du Canada ont maintenu ces expériences secrètes.

D’OU VIENT CETTE GUERRE DES MICRO-ONDES ?

suite : http://www.micheldogna.fr/micro-ondes-et-guerres-invisibles-article-1-3-242.html

Les nanoparticules sont cancérigènes !


http://www.lelibrepenseur.org/2015/03/18/les-nanoparticules-sont-cancerigenes/

On en parle depuis des années et comme toujours ça ne sort que maintenant ! C’est dingue le retard scientifique des médias par rapport au web ! On a au moins 10 ans d’avance sur eux et ceci est très inquiétant. Bref, avant, on passait pour des fous paranos, maintenant c’est à la Une de vos journaux.

Le coup de gueule de José Bové contre les M&M’s et les chewing-gums Hollywood, potentiellement cancérigènes

Nanoparticules-DangerÉcologiste obstiné, José Bové a poussé un nouveau coup de gueule contre la malbouffe au micro de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV ce mardi. L’eurodéputé a particulièrement mis en garde les téléspectateurs contre deux produits américains, les bonbons M&M’s et les chewing-gums Hollywood, qu’il appelle clairement à boycotter. La raison ? Ces friandises contiennent du dioxyde de titane, une molécule qui peut avoir un effet désastreux sur la santé.

Actuellement en promotion de son livre L’alimentation en otage, paru aux éditions Autrement, José Bové poursuit son combat contre les géants de l’agroalimentaire. Sur le plateau de BFMTV, il a encore une fois prôné les bienfaits de l’agriculture biologique sur la santé et sur l’environnement. « Je suis inquiet parce qu’on voit que l’agro-industrie, et l’agro-chimie sont en train de prendre le pouvoir. Les citoyens ne sont informés de rien et se retrouvent menacés, y compris dans leur santé » a-t-il déclaré.

« Boycotter cette merde »

Pour étayer ses propos, José Bové a pris pour exemple deux produits consommés chaque jour par des milliers de Français, les M&M’s et les chewing-gums Hollywood. « Là-dedans, on ne le voit pas marqué, E171, ce sont des nanoparticules, le dioxyde de titane. Pour rendre ça plus grand, plus brillant, l’agro-industrie, Mars, cette entreprise énorme, a rajouté ce produit » explique le député européen. Et d’ajouter : « Les seules études, qui ont été faites par des laboratoires français et suisses, ont montré qu’il y avait des risques de cancer car ces nanoparticules, aujourd’hui, ça a des conséquences graves ». « Vous n’avez pas besoin d’acheter tous ces produits. Boycottez cette merde », a lancé l’ex-syndicaliste agricole pour finir.

Vaccination, la vérité indésirable – Michel Georget


http://www.lelibrepenseur.org/2014/04/08/vaccination-la-verite-indesirable-michel-georget/

Encore un autre scientifique qui remet en cause le dogme sacralisé de la vaccination.

Michel GeorgetL’expression « Majeur et vacciné » traduit parfaitement le fait que les vaccinations sont depuis longtemps entrées dans les mœurs. Ces vingt dernières années, leur nombre s’est considérablement accru puisque le calendrier vaccinal officiel ne prévoit pas moins de quarante immunisations avant l’âge de 18 ans.
N’est-on pas allé trop loin ? La récente campagne massive de vaccination contre l’hépatite B, en France, nous a donné l’impression désagréable que nous étions désinformés quant à l’authenticité de sa justification réelle. Malaise…
Quelles sont les clefs pour comprendre le problème des vaccinations ? Quels sont les différents types de vaccins et comment sont-ils fabriqués ? A quels risques nous exposent les vaccinations ? Quels sont les accidents observés, vaccin par vaccin ? L’éthique du marché des vaccins n’est-elle pas déficiente ? Devons-nous réviser nos concepts ?
Luttons pour obtenir la liberté totale de choix comme c’est le cas dans la plupart des pays européens.

 

 

 

LE TÉLÉPHONE PORTABLE, GADGET DE DESTRUCTION MASSIVE


Éditions L’échappée,
32, av. de la Résistance 93100 Montreuil
lechappee@no-log.org
Collection Négatif
dirigée par Pièces et main d’œuvre
Négatif ! Comme on dit « non ! je ne marche pas ! ». Refus de
croire et d’obéir.
Négatif. Parce qu’on ne peut qu’être contre tout, parce qu’il n’y a
rien de bien dans une société négative dès son principe. Négatif.
Comme l’envers, la réalité et la révélation des apparences pseudo
positives.
Nous tâcherons d’être purement négatifs et d’exprimer ici les raisons
de notre refus total.
Verlaine à Rimbaud, le 12 décembre 1875 : « J’en appelle à ton dégoût
lui-même de tout et de tous, à ta perpétuelle colère contre
chaque chose, juste au fond cette colère, bien qu’inconsciente du
pourquoi. »
De Grenoble à Chambéry, la vallée du Grésivaudan se déroule
entre les massifs de Chartreuse et de Belledonne, suivant les
méandres de l’Isère. Jusque dans les années 1960, le promeneur y découvrait
un « verger magnifique », une nature qui parlait « à l’imagination
et la pensée » : « Sous les vignes courant en feston entre les
arbres fruitiers, se succèdent de petits carrés de luzerne, blé, chanvre,
maïs : une merveille de petite culture »1.
Les villages de Crolles et Bernin, à vingt kilomètres de Grenoble,
ont aujourd’hui des allures de zone commerciale américaine – môles
commerçants, publicités criardes, bretelles d’autoroute, parkings et
lotissements. Nous sommes au coeur de la « Silicon Valley à la française
», dans une agglomération de « statut international » dont les
métastases colonisent les derniers prés, où les enfants ignorent que
leurs ancêtres se baignaient dans les chantournes, les vieux canaux
d’irrigation. C’est à Crolles 2, zone industrielle à cheval sur les deux
communes, qu’est implantée « l’Alliance », unité de production de
STMicroelectronics – associé durant quelques années à Philips et
Freescale Semiconductors (Motorola)2.
Crolles 2, ce sont des investissements colossaux, les plus importants
depuis la construction des dernières centrales nucléaires
(2,8 milliards d’euros, dont 543 millions d’aides publiques) ; c’est
l’importation à grands frais d’ingénieurs américains et hollandais et
son corollaire immobilier, l’explosion du prix des logements ; le
pillage des ressources et la pollution du voisinage ; les contrôles
d’identité à l’entrée de l’Alliance ; la soumission des chercheurs du
Commissariat à l’énergie atomique (CEA) de Grenoble et des élus locaux
aux exigences des industriels ; la visite régulière des autorités –
Chirac, Sarkozy, Devedjian, etc.
LA fierté du technogratin.
Pour quoi faire ? Des téléphones portables.
*
Allô, c’est moi. J’suis dans le bus. J’arrive. À tout de suite.
*
Ne souriez pas. Si vous trouvez dérisoire le résultat de ces sacrifices,
gaspillages et destructions, c’est que vous n’entendez rien à la
réalité économique. Le téléphone portable, c’est une innovation, et
comme l’a expliqué Michel Destot, maire de Grenoble, avec l’innovation
« apparaît le développement des activités économiques qui génère
lui-même des emplois pour l’ensemble de nos concitoyens. Il y a
là une véritable mine d’or, prenons-en conscience »3.
Le téléphone portable génère bien d’autres choses que des emplois
et de l’or. Non seulement il accélère la destruction de la planète, mais
il contribue à la technification du monde. Des effets dont jamais les
chercheurs du CEA, sous-traitant de Nokia, ne parlent dans leurs
conférences mensuelles à la Fnac, ce débitant de téléphones prétendument
« agitateur d’idées ».
SEMI CONDUCTEURS
MAXI NUISANCES
Contrairement à ce qu’elle prétend, la microélectronique est
aussi polluante que bien des industries low-tech. Derrière sa façade
clinquante, le téléphone portable est un concentré de nuisances.
D’abord à cause de ses puces électroniques. Eric D. Williams, chercheur
à l’université des Nations unies, à Tokyo, a mesuré les éléments
nécessaires à la fabrication d’une puce de 2 grammes. Résultat :
1,7 kilo d’énergie fossile, 1 mètre cube d’azote, 72 grammes de produits
chimiques et 32 litres d’eau. Par comparaison, il faut 1,5 tonne
d’énergie fossile pour construire une voiture de 750 kilos. Soit un ratio
de 2 pour 1, alors qu’il est de 630 pour 1 pour la puce4.
Comme leurs homologues guyanais, les orpailleurs high-tech
chers au maire de Grenoble s’enrichissent en pillant les ressources
naturelles et en saccageant l’environnement.
Forfait illimité en eau et électricité
À Crolles, l’usine à puces de STMicroelectronics consomme plus
de 40 millions de kilowatts/heure d’électricité (l’équivalent de
20 000 foyers) et 25 millions de kilowatts/heure de gaz naturel par
an5. Le monstre se gavant toujours plus, le Réseau de transport
d’électricité prévoit de nouvelles lignes à haute tension : « À court
terme (d’ici cinq à dix ans) les perspectives de développement industriel
au nord-ouest (Minatec) et au nord-est de Grenoble (microélectronique
du Grésivaudan) nécessiteront que RTE procède à des évolutions de réseau de façon à accompagner le développement économique
de la zone »6. Rhône-Alpes, deuxième région de France pour la
consommation d’énergie, subit le plus important maillage de lignes à
haute tension du pays – en plus de ses 32 barrages et de ses 14 centrales
nucléaires. Nokia et le CEA peuvent toujours nous vendre des
« téléphones plus économes » et des chargeurs solaires, ils oublient
de signaler le gouffre énergétique qu’est leur production.
Pour nettoyer les plaques de silicium sur lesquelles sont gravés les
circuits électroniques, l’Alliance engloutit 700 mètres cubes d’eau par
heure (l’équivalent d’une ville de 50 000 habitants), et soumet les
collectivités locales à ses exigences : 150000 euros d’amende par
heure à payer à l’entreprise en cas de défaillance dans la fourniture
d’eau ; obligation de doubler prochainement les conduites d’adduction
sur 18 kilomètres, pour un coût de 25 millions d’euros ; livraison
impérative d’une eau d’excellente qualité, exempte de chlore, même
en période de « menace terroriste » – compensation minime pour les
Grenoblois qui échappent sur ce point au délire sécuritaire au nom de
l’intérêt économique supérieur. Si l’Alliance a choisi le Grésivaudan,
c’est aussi pour piller ses ressources en eau pure, y compris en période
de sécheresse et de canicule. Tandis que les habitants surveillent
leur consommation, STMicroelectronics et ses voisines, startup
de microélectronique (Soitec, Memscap), éclusent les mètres
cubes : « L’année 2006 s’achève sur une baisse de 1 % de la consommation
d’eau des communes alimentées par le Sierg (Syndicat intercommunal
des eaux de la région grenobloise). Vingt-six des 28 communes
alimentées, dont la consommation est principalement “domestique”,
connaissent une baisse de 3,5 %, tandis que Crolles et Bernin
(pour lesquelles la part industrielle représente plus des 4/5e) ont
une consommation en hausse de plus de 8 % »7.
Pendant ce temps, dans les massifs alentour, les glaciers fondent à
vue d’oeil, et avec eux les réserves d’eau qui ont fait la prospérité du
Grésivaudan. Il est vrai que nous y avons gagné des cristaux liquides.
Téléphoner pollue
Crolles 2, site Seveso, consomme des produits toxiques comme la
phosphine (hydrogène phosphoré), le thilane ou l’arsine (mélange
hydrogène-arsenic). « Des gaz de combat », fanfaronnait un salarié
lors d’une visite publique. Les produits chimiques stockés sur place
mais aussi à des kilomètres, comme à Lancey, de l’autre côté du Grésivaudan,
circulent chaque jour en camions à travers l’agglomération.
Rappelons que le site est en « zone urbaine », au milieu des lotissements
poussés par dizaines pour loger ses employés. L’usine, pas plus
que les autorités locales, ne précise ce qui adviendrait dans le cas où
un avion de tourisme de l’aéroport voisin du Versoud s’écrasait sur ce
réservoir à gaz toxiques. En revanche, une salariée proche de la direction
de Memscap, la start-up d’à côté, se plaît à décrire le « feu d’artifice
». Culture du risque typiquement grenobloise. On ne fait pas
d’innovations sans jouer avec le feu.
Officiellement, en 2002, l’Alliance a rejeté dans l’atmosphère
9 tonnes d’oxydes d’azote, 10 270 tonnes de C02, 40 tonnes de composés
organiques volatiles8. C’est déjà énorme. Mais un employé
confie, sans vouloir en dire plus, que la teneur en produits polluants
des rejets dans l’atmosphère serait faussée par l’utilisation de gaz
puisés. Comment le vérifier ? La direction ne communique pas sur les
chiffres.
Tout juste peut-on se référer à ce rapport de visite de la Drire (direction
régionale de l’industrie, de la Recherche et de l’Environnement)
en mars 2003 : « La société STMicroelectronics qui utilise des
chaudières à tubes de fumée alimentées au gaz naturel (FOD en secours),
souhaite que les normes fixées en NOx par l’arrêté préfectoral
du 08 octobre 2001 soient revues compte tenu des difficultés à respecter
la norme fixée (100 milligrammes par normaux mètre cube) ».
Moyennant quoi, « les valeurs limites d’émission en NOx peuvent
être fixées à 120 milligrammes par normaux mètre (gaz naturel) et
200 milligrammes par normaux mètres cubes (FOD) ». Il est si
simple de s’arranger, sans même risquer de réveiller les écotechs
Verts ou la Frapna9. Tant que les normes sont respectées, nos gestionnaires
de nuisances ronflent en paix.
Les riverains, eux, murmurent que les enfants développent des
pathologies inhabituelles, et que l’eau des chantournes est saturée de
pollution. D’après un site Internet d’habitants de Bernin, « la chantourne
subit depuis plusieurs années une pollution chronique liée aux
rejets des eaux usées industrielles. Sont particulièrement en cause les
taux anormalement élevés en DB05 (demande biologique en oxygène
sur cinq jours) et de NH4 (azote ammoniacal) »10. L’instructif rapport
de la Drire permet d’ajouter le cuivre, utilisé pour la connexion des
éléments électroniques : « Il y a lieu de fixer des normes pour le rejet
de ce polluant dans les eaux (Isère). En application de l’AM [NDA :
arrêté ministériel] du 2 février 1998, il est proposé de fixer une
concentration maximale de 0,5 milligramme par litre soit un flux
maximal de 4,5 kilos par jour ». Que sont 1 600 kilos de cuivre rejetés
dans l’Isère chaque année ? Demandons aux poissons.
Fin 2004, la fédération de pêche de l’Isère a porté plainte, après
que ses adhérents aient récolté des poissons ventre en l’air dans les
chantournes où les effluents toxiques étaient déversés. Réaction vigoureuse
des élus : le budget municipal finança aussitôt le détournement
des rejets vers l’Isère, afin de diluer la pollution dans un plus
grand volume d’eau. C’est à ces trouvailles techniciennes que l’on
connaît le génie dauphinois. Les pêcheurs continuent de dire que « ça
pue la chimie », et les poissons ne sont plus très nombreux pour témoigner.
Pour compléter les ravages de l’industrie électronique, il faut se
tourner vers le modèle des décideurs grenoblois : la Silicon Valley californienne.
L’association Silicon Valley Toxics Coalition a fait le bilan environnemental
et sanitaire de cinquante ans d’informatique et de microélectronique
dans ce qui fut une vallée aussi fertile que le Grésivaudan.
Depuis 1956 et la première usine d’IBM, la nappe phréatique a
été contaminée par les rejets de xylène, toluène, trichloroéthane chloré.
D’après l’enquête de Jim Fisher pour le magazine en ligne salon.-
com11, la nappe de la Silicon Valley est l’une des plus polluée des
États-Unis. Conséquences : 2,5 à 3 fois plus de fausses couches chez
les femmes enceintes ayant bu cette eau, d’après l’étude du service de
santé de l’État au milieu des années 1980, qui entraîna plus de
250 plaintes et des indemnités faramineuses.
Dans les salles blanches où l’on produit les tranches de silicium, la
situation n’est pas meilleure. Équipés de combinaisons de pingouin
pour éviter de souiller les précieuses plaques, les « opérateurs » manipulent
les toxiques à longueur de trois-huit. Des dizaines de
plaintes pour cancer professionnel ont été déposées en 1998 à la Cour
supérieure du comté de Santa Clara : IBM, Union Carbide, Shell,
Eastman Kodak avaient caché la toxicité de ces poisons à leurs salariés.
Pourtant, dès 1992, un ancien médecin d’IBM, Myron Harrison,
avait publié un article, « Les dangers de la production des semi-conducteurs
», qui dressait une liste inquiétante : « Exposition des travailleurs
à l’arsenic dans la production des plaques de gallium arsenide,
aux acides aérosols en lithographie, aux gaz toxiques arsine et
boron. Il atteste des cas de brûlures à l’acide hydrofluorique, des expositions
aux solvants corrosifs, à des composants photo actifs non
testés. Il met en garde contre des accidents catastrophiques dans le
remplacement des cylindres de gaz, l’évacuation et le remplissage des
bains chimiques, les dysfonctionnements des systèmes de ventilation,
et note de fréquents problèmes respiratoires (tels que sinusites, laryngites
et asthme) parmi les travailleurs. Il rapporte des cas d’exposition
au mercure, des feux de produits chimiques “relativement fréquents”
dans les cuves de stockage, et des fuites de solvants dans les
canalisations »12.
Quant aux salariés de STMicroelectronics de Crolles, ces dernières
années, ils ont diffusé plus de tracts pour la préservation de leurs emplois
sur le site que pour celle de leur santé. On appelle ça le « modèle
grenoblois ».
Il n’y a plus de gorilles au numéro demandé
Ce n’est pas tout. Outre ses puces, votre téléphone a besoin de
condensateurs en coltan (ou colombo-tantalite), un minerai malléable,
résistant à la chaleur et à la corrosion. Celui-ci est extrait notamment en république démocratique du Congo (RDC), où se
trouvent les plus importants gisements mondiaux.
Comme les diamants, le coltan a été au centre d’une guerre pour le
contrôle des ressources qui a tué plus de 3,5 millions de personnes
dans sept pays depuis 1998. « Tout une série d’entreprises se sont
créées dans cette zone, en association avec les grands capitaux transnationaux,
les gouvernements locaux et les forces militaires (de l’État
ou de la guérilla) qui se disputent le contrôle de la région concernant
l’extraction du coltan et d’autres minerais. L’ONU n’hésite pas à affirmer
que ce minerai stratégique finance une guerre que l’ancienne secrétaire
d’État des États-Unis, Madeleine Albright, a dénommé “la
Première Guerre mondiale africaine”. »13
Au Congo, de nombreux enfants sont retirés de l’école pour travailler
dans les mines de coltan. Le minerai est acheté aux rebelles et
à des compagnies minières hors la loi par des sociétés internationales,
dont Cabot Inc., aux États-Unis, HC Starck, en Allemagne (filiale
de Bayer), et Nignxia en Chine. Ces sociétés transforment le minerai
en une poudre qu’elles vendent à Nokia, Motorola, Ericsson,
Sony, Siemens et Samsung14.
Conclusion qui ne figure pas sur la notice de votre portable : « Il
semble évident que les consommateurs du Nord, soit la majeure partie
de la demande solvable et les derniers maillons de la chaîne, ont
en partie contribué indirectement à la poursuite du conflit en
RDC »15.
« Le journaliste africain Kofi Akosah-Sarpong a même exprimé
que “le coltan, généralement parlant, n’est pas en train d’aider les habitants
locaux. En réalité, il est la malédiction du Congo”. Il a également
révélé que des évidences de contamination par ce minéral
existent et que celles-ci signalent le rapprochement entre le coltan et
les déformations congénitales des bébés de la zone minière qui
naissent avec les jambes de travers. »16
Les mines de coltan sont situées en majorité dans l’Est de la RDC,
dans la région du Kivu, sur le territoire des derniers gorilles des
plaines, des okapis et des éléphants. Bilan de l’activité minière : saccage
des forêts et des cours d’eau et massacres d’animaux. Au rythme
actuel, les spécialistes estiment à dix ou quinze ans maximum l’espérance
de survie des gorilles17.
Les rapports publiés en 2001 et 2002 par l’Union internationale
de conservation de la nature et l’ONU dénonçaient l’exploitation illégale
des mines du Kivu et ses ravages. « Des cours d’eau et des forêts
sont en train d’être dégradés, la subsistance des populations autochtones,
les Mbuti, dans la réserve de faune à okapis, est menacée et la
faune sauvage est détruite à un rythme alarmant. […] Le coltan exploité
dans ces sites est transporté par avion et vendu à de grandes
entreprises multinationales d’Amérique du Nord, d’Europe et de Russie
qui l’utilisent dans différentes industries de haute technologie.
L’UICN lance un appel à la communauté internationale pour qu’elle
cesse d’acheter le coltan. »18
Après cet appel, Motorola et Nokia ont juré qu’elles inciteraient
leurs fournisseurs à s’approvisionner en Australie et au Brésil.
Poudre aux yeux : d’après le Groupe de recherche sur les activités minières
en Afrique (université de Québec), « il est impossible d’établir
la provenance de la ressource et nous savons que, malgré les condamnations
internationales, le coltan de la RDC se trouve toujours assez
facilement sur les marchés étrangers »19.
Chaque fois que vous passez un coup de fil, vous jouez avec la santé
des habitants du Grésivaudan, avec la vie des Congolais et celle des
derniers grands singes de la planète. C’est à ce prix que vous restez en
contact.
*
Allô ? Ouais, je suis à la boulangerie. Une baguette.
Non, je parlais à la dame. Quoi ? À moins le quart, OK.
*
Téléphone jetable
« Force est de constater que les Smartphones ont considérablement
évolué. L’Orange SPV originel ? Démodé ! Le P800 de Sony
Ericsson ? Presque ringard ! Les derniers appareils du genre accueillent
volontiers les cartes Flash 64 mégaoctets et embarquent des
slots SD qui vous permettront de porter la mémoire totale à 1 gigaoctet.
»20
Derrière le jargon hystérique typique des amateurs de gadgets
électroniques, on aura compris l’essentiel : dans le monde numérique,
le risque majeur, c’est la ringardise. Il faut changer son téléphone
portable ou son « assistant personnel » aussi souvent que
l’exigent la mode, le « progrès » et les fabricants. « En moyenne les
Japonais changent de mobile tous les douze à dix-huit mois », indique
Yoshimi Ogawa21 patronne d’index Corporation, société japonaise
qui vend du « contenu » pour portables, et qui a acheté le club
de foot grenoblois. En France, 19 millions de téléphones sont remplacés
chaque année22.
Changer de téléphone signifie jeter son téléphone. Depuis le lancement
de ce gadget sur le marché, plus de 500 millions d’exemplaires
ont déjà été jetés (130 millions rien qu’aux États-Unis en
2005), grossissant les montagnes de déchets électroniques et électriques
(DEEE). En France, nous en produisions 25 kilos par personne
en 2001, et ce chiffre doit doubler d’ici 2013. « Or, ces déchets
sont loin d’être anodins. Ils concentrent un mélange complexe de matières
et de composants particulièrement toxiques. Métaux lourds,
cadmium, mercure, et plomb en grande quantité : 40 % du plomb
trouvé dans les décharges provient de l’électronique de consommation.
Les rebuts électroniques et électriques sont pour l’essentiel incinérés
avec les déchets ménagers et provoquent ainsi d’importantes
émissions de dioxines. Ces substances, ennemies de longue date de
l’air, des sols et des nappes phréatiques, menacent également la santé
des êtres vivants. Quelques mois suffisent pour qu’un téléphone mobile
dernier cri et un ordinateur ultraperformant se métamorphosent
en bombes à retardement pour l’environnement. »23
Aux apôtres du « recyclage », censé résoudre le problème, précisons
la fin de l’histoire : « Plus de la moitié des ordinateurs “recyclés”
[NDA : aux États-Unis] sont en réalité expédiés en Chine, où des travailleurs
médiocrement payés récupèrent les parties jugées intéressantes
des appareils (voir http://www.ban.org). Mais cela se traduit par une
sérieuse pollution, en raison des quantités importantes de plastique
et de métaux lourds entrant dans la composition des ordinateurs. Les
pièces inutiles sont brûlées, provoquant des émanations toxiques, ou
abandonnées dans des décharges où l’eau de ruissellement entraîne
les polluants dans les nappes phréatiques. Non loin de Hong Kong,
dans la ville de Guiyu, spécialisée dans ce “recyclage” particulier, les
enquêteurs ont constaté que l’eau n’était plus potable et devait être
acheminée par citernes des villes voisines, tandis que les maladies se
multiplieraient du fait de la pollution de l’air »24.
Une enquête menée en 2004 par Greenpeace et Basel Action Network
a mis au jour un trafic illégal de déchets électroniques dans le
port chinois de Taizhou : les déchets sont acheminés par cargo, puis
mêlés à des chargements de métaux en vrac transportés dans des
centaines de camions. Les deux ONG pointaient le risque que Taizhou
devienne aussi contaminée que Guiyu. « Les déchets électroniques
entrent toujours en masse en Chine, à travers les failles, et la
plupart proviennent des programmes de recyclage de pays qui essaient
d’éviter la pollution de leur propre territoire. »25
La Chine et, bien sûr, l’Afrique. Le Programme des Nations Unies
pour l’environnement signale l’empoisonnement aux métaux lourds
des populations vivant près de décharges, comme celle de Dandora, à
Nairobi (Kenya). 90 % des enfants voisins sont contaminés par le
plomb, le mercure et les dioxines issus des déchets électroniques. Aux
âmes charitables qui croient se débarrasser éthiquement de leur portable,
le PNUE rappelle qu’un quart des appareils envoyés aux petits
Africains, inutilisables, finissent dans ces décharges de la mort.
« Entre 20 et 50 millions de tonnes de déchets électroniques sont
produits chaque année, dont la plupart prennent le chemin du continent
africain comme dons charitables. »26
Plus près de nous, à Bourg-Fidèle (Ardennes), l’usine Métalblanc
a été jugée en février 2005 pour la contamination par le plomb et le
cadmium du sol, de l’air et de l’eau, avec des conséquences sur la santé
d’une quarantaine de salariés ou enfants voisins27. L’activité de
cette usine ? Le recyclage. On voit que les nuisances sont aussi durables
que le développement des industries qui les génèrent.
C’est M. Busy, je serai un peu en retard à notre rendez-vous, installez-
vous, j’arrive.
GRILLADES DE CERVEAU
Début 2008, les bornes Wifi pour l’Internet sans fil sont partout.
« Connaît-on les risques pour la santé ? », s’inquiète l’opinion. Pas de
problème, rassurent les décideurs, car le Wifi est beaucoup moins
puissant que les téléphones portables. Mode d’emploi à l’attention
des cobayes : pour connaître les dégâts que vous inflige une « innovation
», attendez la suivante. Souvenez-vous, les pesticides étaient excellents
pour notre santé jusqu’à l’apparition des OGM, « indispensables
» pour nous débarrasser enfin de ce poison. Il aura fallu attendre
le Wifi pour s’entendre dire qu’en termes d’exposition aux
rayonnements électromagnétiques, « comparé aux fours à micro-
ondes et aux téléphones portables, le Wifi c’est pas grand
chose »28.
Tous cobayes
En réalité, le technogratin et ses agences de propagande peinent à
dissimuler encore ce que de simples citoyens rabâchent depuis des
années : nous sommes soumis depuis quinze ans à une expérience en
taille réelle sur les effets sanitaires des champs électromagnétiques
puisés.
« Rentabilité oblige, les téléphones mobiles ont été mis sur le marché
sans que des études préalables de nuisance aient été faites. Autrement
dit, les utilisateurs sont les cobayes d’une expérience planétaire
dont on ignore encore, faute de recul suffisant, les conséquences sur
la santé. »
Depuis ce constat de Science et Vie, en avril 1999, scientifiques,
industriels et gouvernements jouent au ping-pong avec les enquêtes
sur la santé des porteurs de mobiles et des personnes exposées aux
antennes relais.
L’Organisation mondiale de la santé a lancé en 1996 une étude intitulée
Interphone, dont les résultats, douze ans après, ne sont toujours
pas disponibles et dont la parution, après avoir été annoncée en
2004, en 2005, est promise pour 2008. Est-elle bien nécessaire
puisque l’OMS a assuré en 2006, dans un « aide-mémoire » qui sera
utile aux futurs Alzheimer qu’« il n’existe aucun élément scientifique
probant confirmant d’éventuels effets nocifs des stations de base et
des réseaux sans fil pour la santé »29 ?
Il existe en revanche des éléments probants confirmant la surdité
de l’OMS aux multiples alertes lancées par des scientifiques du
monde entier. Quelques échantillons :
L’étude européenne Reflex, dont les résultats furent dévoilés le
8 décembre 2004 par la fondation allemande Verum, a été financée
par l’Union européenne et par les gouvernements suisse et finlandais.
Elle a mobilisé douze laboratoires pendant quatre ans30. Ses conclusions
: « Les champs électromagnétiques générés par les antennes
des téléphones portables provoquent indirectement des ruptures
dans les brins d’ADN de cellules humaines et animales. Ils vont
même jusqu’à perturber la synthèse de certaines protéines ». Ces impacts
apparaissent pour des doses d’énergie inférieures aux seuils définis
par la législation française (2 watts par kilo, d’après la recommandation
de la Commission internationale de protection contre les
rayonnements non ionisants).
Pour Franz Adlkofer, coordinateur du projet et directeur exécutif
de la fondation Verum, l’étude prouve l’existence « d’un mécanisme
physiopathologique qui pourrait être à la base du développement de
désordres fonctionnels ou de maladies chroniques chez l’animal et
chez l’homme ».
Un chercheur belge, Luc Verschaeve, du Vlaamse Instelling voor
Technologisch Onderzoek, explique que les ondes atteignent, à deux
centimètres de profondeur, la zone la plus sensible du cerveau : le
cortex, provoquant une élévation de sa température d’environ un degré
Celsius. Bref, la tête dans le micro-ondes.
« Si l’on téléphone régulièrement et pendant de longues périodes,
il n’est pas impossible que l’effet thermique finisse par léser l’ADN
cellulaire et provoque des tumeurs cancéreuses », reconnaît le scientifique31.
En août 2007, le BioInitiative Working Group, réunissant quatorze
chercheurs internationaux, a jeté un froid dans le monde merveilleux
du sans-fil. Son rapport, une synthèse de deux mille études
documentant les effets sanitaires d’une exposition chronique aux
rayonnements électromagnétiques, aboutit à des conclusions telles
que : « Sans grand doute, l’exposition aux champs électromagnétiques
à basses fréquences cause des leucémies infantiles (à des niveaux
très inférieurs aux normes de précaution) » ; « Les personnes
qui utilisent un téléphone portable depuis dix ans ou plus ont un taux
plus élevé de tumeur maligne du cerveau et de neurinome acoustique.
Utiliser le téléphone principalement d’un côté de la tête augmente le
risque » ; « Les normes usuelles d’exposition aux émissions des téléphones
portables et des téléphones sans fil ne sont pas protectrices
au regard des résultats à long terme sur les tumeurs du cerveau et les
neurinomes acoustiques » ; « Il existe des preuves fortes indiquant
que l’exposition à long terme aux champs électromagnétiques à
basses fréquences est un facteur de risque pour la maladie d’Alzheimer
», etc. Pour finir : « Nous ne pouvons plus nous permettre de
continuer le Business as usual »32.
En Allemagne, mille deux cents médecins ont signé en octobre
2002 l’Appel de Fribourg pour alerter les autorités : « Nous
constatons ces dernières années chez nos patients une augmentation
dramatique de maladies graves et chroniques. […] Comme nous
connaissons l’environnement résidentiel et les habitudes de nos patients,
nous voyons – après un interrogatoire précis – de plus en plus
souvent une claire relation temporelle et spatiale entre l’émergence
de ces maladies et le développement d’ondes radio, par exemple sous
forme d’installation de relais de téléphone mobile dans les environs
de nos patients, d’une utilisation intensive de portables, de l’achat
d’un téléphone sans fil standard DECT dans la maison ou dans le voisinage
»33.
On ne fera pas ici l’inventaire des témoignages, études et plaintes
contres les nuisances des antennes relais et des téléphones cellulaires.
On peut à ce sujet se reporter au documentaire de Joaquina
Ferreira, Téléphone mobile, sommes-nous tous des cobayes ?, téléchargeable
sur le site http://www.next-up.org.
On se bornera à rappeler l’affaire de l’ambassade américaine de
Moscou pendant la guerre froide. Les Russes ayant cerné celle-ci
d’une ceinture de micro-ondes, le taux de cancers et de maladies
rares du personnel diplomatique américain avait considérablement
augmenté – première démonstration des effets de ces ondes.
Utilisant des bandes de fréquence de 900 et 1800 mégahertz
(hautes fréquences, ou micro-ondes), les téléphones portables génèrent
aussi des très basses fréquences, qualifiées par l’OMS – qui ne
craint pas de se contredire – de « potentiellement cancérigènes » et
pouvant entraîner des leucémies. Ces ondes interfèrent avec les
ondes alpha et delta du cerveau, autrement dit nos champs électriques
internes. Aujourd’hui c’est toute la population qui est encerclée,
dans la guerre au vivant menée par l’industrie et les chercheurs
complices.
Les ondes nuisibles pour la vérité
Pourquoi les cobayes humains ne sont-ils pas informés ? Parce
que le lobby de la téléphonie mobile ne tolère aucune mise en cause,
verrouille les résultats négatifs, achète des chercheurs à gages, enfume
les autorités sanitaires, attaque les citoyens qui protestent en
diffamation34. Parce qu’il est trop tard pour revenir en arrière.
« D’une façon générale, tous les résultats mettant en cause la téléphonie
mobile sont systématiquement rejetés par les fabricants de
portables. Le Dr Henry Lai qui travaillait sous contrat avec Wireless
Technology Research (WTR) une société sous la tutelle de fabricants
de téléphones mobiles, s’est vu refuser la publication de ses travaux
parce qu’ils démentaient le credo des fabricants. […] “Ils me demandaient
d’interpréter différemment mes résultats afin de les rendre
plus favorables à la téléphonie mobile”, s’insurge le chercheur.
La même mésaventure est arrivée au biologiste américain Ross
Adey, qui effectuait une étude pour le compte de Motorola […].
Comme le fabricant refusait d’admettre ses conclusions, à savoir l’effet
nocif des ondes électromagnétiques sur des animaux de laboratoire,
il a préféré arrêter sa collaboration scientifique. “Tout se passe
comme autrefois avec les fabricants de cigarettes, qui refusait de révéler
toutes les études montrant les dangers du tabac”, proteste Henry
Lai. »35
Rémunéré lui aussi par les industriels via Wireless Technology
Research, l’épidémiologiste George Carlo a été, comme ses confrères,
censuré par ses commanditaires. Il a depuis créé l’ONG Safe Wireless
Initiative pour publier ses résultats (dérèglement du métabolisme,
blocage de la communication intercellulaire, symptômes d’électrosensibilité),
résumés dans son livre CellPhones : Invisible Hazards in
the Wireless Age. Dans une interview à la revue Acres USA, Carlo raconte
: « Des scientifiques du monde entier ont signalé que leurs travaux
avaient été rejetés ou modifiés par l’industrie de la téléphonie
mobile. Si vous regardez les études effectuées sur ce problème
[NDA : les risques sanitaires], celles qui sont financées par l’industrie
ont six fois plus de chances de ne rien trouver que celles qui sont
financées de façon indépendante. Malheureusement, 95 % des études
sont financées par l’industrie. L’industrie contrôle quasiment la
science et la diffusion des informations scientifiques. Elle contrôle
donc la façon dont le public perçoit ou ne perçoit pas de dangers »36.
Voilà qui nous ramène à l’OMS. Si vous pensiez cet organisme supranational
indépendant et fiable, vous allez être déçus. Son projet
international pour l’étude des champs électromagnétiques (« projet
CEM »), lancé en 1996, se révèle financé à 40 % par l’industrie du
portable. Une excellente enquête du magazine belge Imagine dévoile
la face cachée de son « aide-mémoire » rassurant de 2006. Le projet
CEM « reçoit chaque année – depuis 2005 en tout cas – plus de
150 000 dollars du Mobile Manufacturers Forum (MMF), le lobby
des fabricants de portables basé boulevard Reyers, à Bruxelles.
Contacté par le magazine belge Imagine, Michael Milligan, secrétaire
général du MMF, se borne à rappeler que les versements se font “en
accord avec les demandes de l’OMS et via la procédure agréée et mise
en place par celle-ci”. Il se félicite par ailleurs de “l’expertise de
l’OMS, particulièrement en ce qui concerne l’information qu’elle produit
et qui repose sur une science d’excellente facture” »37. On ne saurait
mieux dire.
Financer une étude est un bon début. Reste à trouver un porte-parole
pour colporter ses résultats. Voyez comme ces industriels ont du
flair : ils n’auraient pu dénicher meilleur candidat que Mike Repacholi,
coordinateur pour l’OMS des programmes de recherche du « projet
CEM ». Ce physicien et biologiste mériterait la médaille d’or de la
Ville de Grenoble pour son action toute personnelle en faveur de la
liaison recherche-industrie.
« “Le projet CEM était corrompu dès le départ, estime Andrew
Marino, professeur de biologie cellulaire au Centre des sciences de la
santé de l’université de Louisiane (États-Unis). Michael Repacholi
était connu depuis plus de six ans comme consultant rémunéré et
porte-voix des compagnies responsables de générer de la pollution
électromagnétique.” (…) Louis Slesin, chimiste physicien, docteur en
sciences environnementales du MIT et rédacteur en chef de la lettre
spécialisée Microwaves News, blâme quant à lui M. Repacholi pour
ses nombreux revirements au cours de son mandat. “En février 2003,
à Luxembourg, le coordinateur du projet CEM a annoncé qu’il existait
désormais ‘suffisamment de preuves’ pour préconiser des politiques
préventives, notamment en matière de rayonnements radiofréquence
et micro-ondes [ceux de la téléphonie mobile, NDE]. Or,
quelques semaines plus tard, il est revenu sur cette position sans la
moindre justification.” »38
On vous passe la suite, qui mérite d’être lue et se consulte facilement
dans sa version Internet.
Bien sûr, les autorités sanitaires françaises qui s’adossent aux avis
de l’OMS ne peuvent ignorer ce que de simples associations savent et
dénoncent à longueur de sites Internet et de pétitions39. C’est donc en
connaissance de cause que l’AFSSE (Agence française de sécurité sanitaire
de l’environnement) a publié deux rapports rassurants en
2003 et 2005. Sans doute inspirée par les méthodes de sa grande
soeur onusienne, l’agence a pris soin d’écarter de son groupe d’experts
les chercheurs trop indépendants de l’industrie.
En 2004, quatre d’entre eux, membres du Comité scientifique sur
les champs électromagnétiques, ont publié un « livre blanc » plutôt
noir : Votre GSM, votre santé : on vous ment !40, dans lequel ils résument
ce que les autorités françaises n’ont pas voulu entendre :
« Cette publication a été rendue nécessaire en raison des nombreux
troubles observés chez les riverains des stations relais de téléphonie
mobile (dont l’installation en France a été particulièrement anarchique)
et chez les utilisateurs de téléphones portables. Sont passés
en revue les travaux scientifiques mondiaux relatifs à l’exposition des
êtres vivants aux ondes de la téléphonie mobile. On peut y constater
des effets particulièrement nocifs sur le système nerveux et le métabolisme
cellulaire. Les publications officielles françaises, destinées à
permettre le développement technologique sans entrave, y sont examinées
et critiquées.
Les études épidémiologiques menées un peu partout dans le
monde révèlent clairement l’étiologie des nombreux malaises ressentis
par les utilisateurs de téléphones portables et les riverains d’antennes
relais (insomnies, troubles cardiaques, hypertension, céphalées…)
ainsi que l’existence possible d’un lien entre cette exposition et
des pathologies lourdes telles des maladies neurodégénératives, certaines
formes de cancer… »41.
Écarté lui aussi du groupe d’experts de l’AFSSE, Pierre Aubineau,
directeur de recherche au CNRS, est pourtant membre de l’équipe
chargée de l’étude Comobio (Communication mobile et biologie) soutenue
par le gouvernement français. Il étudie en particulier les effets
des ondes des portables sur la barrière hémato-encéphalique (qui
protège le cerveau des toxiques circulant dans le sang). Conclusion de
ses expériences sur des rats : sous l’effet des radiations, la barrière
hémato-encéphalique s’ouvre et la synthèse des protéines dans le cerveau
est bouleversée.
Trois membres de l’AFSSE se sont sentis obligés d’auditionner
Pierre Aubineau après ses déclarations à la presse – les experts, eux,
« n’ont pas souhaité » l’entendre. Le chercheur a réitéré sa mise en
garde : « Il y a de grandes chances qu’un risque existe, à tout le moins
pour certaines personnes. Je constate qu’il se passe des phénomènes
anormaux et je maintiens que l’ouverture de la barrière hémato-encéphalique
relève du pathologique et non du biologique. Il en va de
même lorsque la synthèse des protéines de choc thermique augmente
de manière inconsidérée : ceci reflète une attitude stressée et un dysfonctionnement
cellulaire ».
Réaction de Michèle Froment-Védrine, directrice de l’AFSSE :
« Mais les personnes qui téléphonent ne sont-elles pas stressées ? »42.
Hélas, l’état de la barrière hémato-encéphalique des responsables
de l’AFSSE n’a fait l’objet d’aucune étude.
Notons que les « experts », refusant d’écouter Pierre Aubineau,
ont complaisamment auditionné les opérateurs de téléphonie mobile
évoquant des « symptômes subjectifs »43 chez leurs abonnés qui se
plaignent de troubles. Extrait : « Depuis quelques mois, nous assistons
à un véritable marché de la peur qui rend malades les personnes
fragiles. Ces dernières dorment mal ou ont mal à la tête à force d’être
inquiétées par des discours alarmistes »44. On reconnaît l’école scientifique
créée en 1958 par l’OMS : « Il semble donc confirmé que l’avènement
de l’ère atomique a placé l’humanité devant certains problèmes
de santé mentale. […] La solution la plus satisfaisante pour
l’avenir des utilisations pacifiques de l’énergie atomique serait de voir
monter une nouvelle génération qui aurait appris à s’accommoder de
l’ignorance et de l’incertitude… »45. Chacun sait qu’en raison d’un excès
d’informations, la « radiophobie » fit après Tchernobyl des ravages
chez les Biélorusses et les Ukrainiens.
En revanche, que Bernard Veyret, René de Sèze et Denis Zmirou
aient pu cosigner le rapport de l’AFSSE après avoir collaboré à la rédaction
d’une plaquette de pub financée par Orange et intitulée « Aucune
inquiétude pour les antennes relais » n’a donné de migraines à
personne dans les sphères de la « sécurité sanitaire ». Il aura fallu les
protestations réitérées des associations antipollution électromagnétique
pour que soit publiée en janvier 2006 une enquête de l’inspection
générale des affaires sociales (Igas) et de l’inspection générale de
l’environnement sur les méthodes de travail de l’AFSSE. Conclusion :
« Les travaux de l’AFSSE en matière de téléphonie mobile se sont déroulés
avec des défaillances relatives à la méthode suivie sur les procédures ».
En français : l’AFSSE a saboté le travail et ses avis rassurants
sont nuls et non avenus. Pendant ce temps, les adolescents
français téléphonent plusieurs heures par jour grâce à leurs forfaits
illimités.
Tant d’efforts et de manipulations pour « rassurer » les consommateurs
devraient suffire à leur mettre la puce à l’oreille, si cette dernière
n’était accaparée par un téléphone portable.
Peut-être les atteintes neurologiques affectent-elles déjà les capacités
de raisonnement de la foule, y compris dans la révolte. Il n’est
de spectacle plus désolant que celui de ces associations qui piaillent
contre les antennes relais (« trop grandes, trop puissantes et mal placées
») sans jamais mettre en cause le téléphone portable. Qui, à
l’image de Priartem – Pour une réglementation des implantations
d’antennes relais de téléphonie mobile-réclament toujours plus d’encadrement,
de réglementation des nuisances, d’améliorations techniques,
pour une pollution électromagnétique durable.
Problème pour élèves de classe scientifique : sachant que les
« zones blanches » non couvertes par les réseaux ont quasiment disparu
en France, comment effectuer des comparaisons médicales
entre populations polluées et populations épargnées par les rayonnements
du portable, pour en tirer des conclusions scientifiques ? Réponse
: impossible. Voilà pourquoi nos décideurs ont bien raison de
supprimer les crédits à la recherche épidémiologique, devenue obsolète,
et de les affecter au plan Alzheimer, qui va en avoir grand besoin.
*
« J’entends rien ! T’es où ? Hein ? »
*
Notice nécrologique
Les dégâts sanitaires de la téléphonie mobile seront sans doute
niés aussi longtemps que ceux du tabac. Si votre cerveau flanche,
c’est que vous vieillissez. Il sera peut-être plus difficile à l’industrie de
réfuter sa responsabilité dans l’autre catastrophe en cours, qui nous
menace tout autant : la disparition des abeilles. Outre l’efficacité insecticide
sans égale des Gaucho, Régent, et autres pesticides systémiques,
la pollution électromagnétique semble avoir sa part dans le
« syndrome d’effondrement des ruches », plus encore depuis l’apparition
de la téléphonie « 3G », au débit plus élevé. Pour mémoire, 60
à 90 % des colonies domestiques ont disparu aux États-Unis depuis
2006. Les agriculteurs américains doivent importer des ruchers pour
assurer la pollinisation de leurs arbres fruitiers. Même drame en Europe
depuis une dizaine d’années : les abeilles disparaissent sans laisser
de trace. Or, nous rappellent des chercheurs rabat-joie, celles-ci
utilisent les champs magnétiques terrestres pour s’orienter et
émettent des signaux électromagnétiques d’une fréquence de 180 à
250 hertz lors de leurs danses de communication.
Expérience : placez quatre essaims d’abeilles à huit cents mètres
de leurs ruches respectives. Exposez deux des quatre ruches aux
émissions d’un téléphone sans fil, laissez les deux autres tranquilles.
Observez les abeilles. Résultats obtenus par l’équipe des professeurs
Stever et Kuhn, de l’université allemande Koblenz-Landau : les deux
premiers essaims retrouvent fort mal, voire pas du tout, leur ruche
communiquante, tandis que les deux autres s’en sortent très bien46.
On vous aura prévenus.
Rappelons humblement aux pros de la 3G, du Bluetooth et du Wifi
que les abeilles sont ces insectes pollinisateurs qui, en butinant les
fleurs, assurent la fécondation indispensable à l’apparition de fruits
et légumes. Un tiers du volume de ce que nous mangeons, pour être
précis. Mais on ne peut pas tout avoir : des tomates et l’iPhone.
LE TRIOMPHE
DES MANIPULATEURS
En 1992, la France comptait 500 000 abonnés au téléphone portable.
Fin 2007 : 55,3 millions. En quinze ans, 87,6 % de la population
s’est laissé convaincre de la nécessité de ce gadget.
Les jeunes sont les plus intoxiqués : 97 % des 18-24 ans en possèdent
un. « Si l’on excepte les personnes âgées et les enfants en bas
âge, le marché arrive aux limites de la saturation. »47 Pourquoi excepter
les enfants en bas âge, alors qu’on pourrait les habituer à téléphoner
dès leurs premiers mots ? Après deux tentatives avortées – en
2005, le Babymo, « premier téléphone portable entièrement conçu
pour l’enfant »48, puis, en 2007, le Kiditel, ont été retirés de la vente
sur plainte d’associations –, le Mol tente une nouvelle percée. Lancé
par la société espagnole Imaginarium, ce modèle pour enfants à partir
de six ans permet d’appeler les numéros préenregistrés des parents
et comprend un dispositif de géolocalisation par GPS.
Comme le dit au Monde 2 Régis Bigot, directeur adjoint du département
« Conditions de vie et aspirations des Français » au Crédoc :
« Ces nouvelles générations sont préparées à un monde où les nouvelles
technologies seront omniprésentes ».
Harcèlement publicitaire, téléphones offerts, suppression des cabines
téléphoniques, coût exorbitant des appels depuis un fixe vers
un mobile et pression sociale ont fait du portable la technologie au
développement le plus rapide de l’histoire. En 2006, il s’en est vendu
un milliard dans le monde49. Selon le cabinet d’analyse Gartner, le
portable serait le bien de consommation électronique le plus répandu
sur terre. Jusque dans les coins les plus affamés de la planète, comme
en Somalie où, à défaut d’eau potable, on a des SMS50.
Mille nouveaux abonnés sont enregistrés chaque minute. Un être
humain sur deux est désormais affublé de sa prothèse communiquante51.
Encore quelques générations et – évolution aidant – l’espèce
devrait en être équipée naturellement.
Plus que tous ses prédécesseurs, ce gadget pousse au mimétisme
et au conformisme si chers aux marketeurs. « J’ai fini par céder à la
pression de mon entourage. Ce qui les gênait dans mon attitude,
c’était le refus de m’aligner sur le comportement dominant », explique
une libraire au Monde52.
Faites le test. Dites à vos collègues que vous n’avez pas de portable.
Hors les exceptions qui chuchotent : « Tu as bien raison, j’aimerais
en faire autant », la majorité s’esclaffe : « T’es contre le progrès
? Tu t’éclaires à la bougie ? » ou s’inquiète : « Mais comment tu
fais ? ».
Alors que la pub vend aux foules l’autonomie et l’indépendance
sur abonnement, on voit qu’il s’agit ni plus ni moins de faire comme
tout le monde.
Vous n’aviez rien demandé, vous l’avez quand
même
Si huit Français sur dix se demandent comment ils ont fait pour se
passer de portable jusqu’ici, c’est grâce au bourrage de crâne du marketing
et aux manip’ des sociologues des « usages » et de « l’acceptabilité
». À Grenoble, le fabricant de puces STMicroelectronics et son
associé le CEA-Leti ont créé, avec France télécom R&D et Hewlett-
Packard Labs, un « laboratoire d’idées » nommé IDEAs Lab, qui vend
aux industriels une méthode pour s’assurer le succès, élaborée
« grâce à l’apport d’autres disciplines scientifiques, en particulier les
sciences humaines »53.
Cette méthode brevetée, la « conception assistée par l’usage »
(Design smart process), a été inventée par un Grenoblois, « sociologue
et anthropologue de l’innovation » au CNRS, Philippe Mallein.
« Celle-ci identifie les usages des technologies avant même la conception
de nouveaux produits. Objectif : créer de véritables nouveaux
produits, avec de véritables nouveaux usages, et ne pas seulement
s’adapter à ce que le marché semble demander. »54
C’est bien ce qu’il nous semblait. Le « marché » (nous c’est-à-dire)
n’a jamais demandé de téléphone portable. Mais grâce à Mallein, de
nouveaux « usages » (besoins, en novlangue), ont été créés. Il faut
voir le sourire vainqueur de Michel Ida, patron d’IDEAs Lab, quand,
dans ses conférences sur les « objets intelligents », il demande au public
: « Qui a un téléphone portable ? ».
Comment ces bienfaiteurs s’y prennent-ils ? Ils réunissent « des
créatifs (designers, artistes), des experts en sciences humaines (sociologues,
anthropologues), des spécialistes des logiciels, de la microélectronique,
des microsystèmes, mais aussi des opérateurs, des industriels
ou de futurs utilisateurs de ces objets communicants »55 et
les font plancher sur des gadgets futuristes (balançoire virtuelle, stylo
communicant, clones virtuels, vêtements et lunettes communicants).
Le fruit de ces « ateliers créatifs » est ensuite soumis à des panels de
consommateurs classés selon leur « comportement vis-à-vis du changement
» (étiquetés en « passionnés », « pragmatiques » ou « objecteurs
»)56, dont les réactions sont examinées à la loupe, pour décider
si tel machin a des chances d’être accepté par les cochons de consommateurs.
La combine a le mérite de dévoiler la logique toute commerciale
de la « recherche & développement » chère aux ingénieurs du CEA : il
ne s’agit pas de trouver une réponse aux besoins de la population,
mais des débouchés à une technologie, en créant des besoins factices.
Ad Valor, la boîte de Philippe Mallein, revendique ce renversement
de logique orwellien, en résumant le parcours d’une innovation rentable
: celle-ci doit d’abord créer des « significations d’usage positive
» associées à une « valeur pour l’usager » avant d’aboutir à l’« expression
du besoin », puis à la « demande ».
Rien de bien neuf, quoiqu’en disent les frimeurs d’IDEAs Lab.
Leur méthode recycle celle d’Edward Bernays, l’inventeur américain
des « relations publiques » dans les années 1920, expert revendiqué
en manipulation de l’opinion. « Leurs travaux ont amené Trotter et
Le Bon à la conclusion que la pensée au sens strict du terme n’avait
pas sa place dans la mentalité collective, guidée par l’impulsion, l’habitude
ou l’émotion […] Les nouveaux responsables commerciaux
savent qu’il est possible […] de susciter des courants émotionnels et
psychologiques qui travailleront pour eux. Au lieu de s’attaquer de
front aux résistances des acheteurs, ils cherchent à les supprimer. À
cet effet, ils créent des circonstances qui, en canalisant les courant
émotionnels, vont produire la demande. »57 Bernays a démontré l’efficacité
d’une bonne campagne avec l’opération « Flambeaux de la liberté
», en 1929, destinée à inciter les femmes à fumer. Mission accomplie
: en 2008, le taux de cancers du poumon chez les femmes rejoint
celui des hommes.
Écoutons Denis Marsacq, du laboratoire Sources d’énergie miniatures
du CEA-Grenoble, sous-traitant de Nokia dans la recherche sur
les minipiles à combustible pour portable, lors d’une conférence à la
Fnac : « Bien sûr, ces piles coûteront plus cher que le rechargement
d’un téléphone sur une prise électrique, mais nous ciblons les adolescents,
qui sont immatures et moins rationnels, et nous pensons qu’ils
accrocheront au sans-fil total ».
Souvenons-nous : ne pas seulement s’adapter à ce que le marché
semble demander. Et attaquer les jeunes, assez gogos pour se laisser
fourguer Britney Spears en sonnerie et le téléphone détecteur
d’amour et de mensonges (vendu par KTS en Corée, pour l’instant).
Chers jouvenceaux, vous plaît-il d’être la cible dans le viseur des dealers
de gadgets ? Voyez le mépris dans lequel ils tiennent vos dix-sept
ans, agitant sous votre nez leur pacotille électronique comme de la
verroterie pour sauvages. Contre quoi troquez-vous votre autonomie,
votre santé et votre argent de poche ? Un téléphone.
À votre décharge, vous avez peu connu le monde sans portable.
Vos aînés, eux, sont si honteux de leur soumission qu’ils se justifient
à longueur de temps : « C’est juste en cas de panne de voiture », « Je
l’utilise très peu », « Avec mon boulot, je suis obligé ». Piteux aveux
qu’il faut traduire par : « Je me suis fait avoir comme tout le monde ».
C’est ainsi que vos collègues s’esclaffent. Et Mallein, le sociologue
jaune, de qualifier les drogués de gadgets de « visionnaires », et les
réfractaires de « conformistes ». Orwell nous l’avait bien dit : L’Artificiel
c’est le Naturel. La Consommation c’est la Réflexion. L’Autonomie
c’est l’Aliénation.
De même que dans 1984 l’histoire est réécrite chaque jour, on ne
saura bientôt plus qu’il existait un temps où l’on ne s’appelait pas
pour se dire qu’on arrivait. Comme on ne sait plus aujourd’hui qu’il a
existé un temps où l’on ne s’appelait pas du tout. Où l’on frappait à la
porte des gens pour leur parler.
*
Vil 2ml c tro top
*
Leur soumission hypnotique au marketing conduit les consommateurs
à négliger l’essentiel : « Recul sensible des dépenses de nourriture,
progrès spectaculaires des achats de loisirs, notamment dans la
haute technologie… En quelques années, les habitudes de consommation
des Français ont profondément changé […] Pour continuer à
acheter les produits qui les font rêver […] ils rognent ostensiblement
sur les produits alimentaires de marque vendus par la grande distribution
et prennent le chemin des magasins de proximité à bas prix,
les fameux hard discounters »58. Dans les familles modestes, le budget
« portable » pèse si lourd que les dépassements de forfait des
ados creusent l’endettement des plus fragiles.
En rognant sur leur alimentation, les Français ont permis aux
opérateurs de téléphonie mobile d’engranger 21 milliards d’euros en
2006, un chiffre d’affaires multiplié par dix en dix ans et supérieur à
celui de la construction aéronautique et spatiale59. Le lancement du
iPhone (un million d’exemplaires vendu en trois mois aux États-Unis)
a provoqué un bond de 121 % de l’action d’Apple. Le constructeur
Nokia vend un million de téléphones par jour. En 2006, le numéro
un des fabricants a engrangé 41,1 milliards d’euros de ventes (20 %
de plus que l’année précédente) et 4,3 milliards d’euros de bénéfices60.
Nokia qui est l’un des plus gros clients de STMicroelectronics,
et qui est aussi donneur d’ordre du CEA-Leti. Où l’on réalise ce que
l’économie grenobloise doit à un fabricant finlandais de téléphones
portables.
N’oublions pas les « services » annexes : en France, en 2004, le
chargement de sonneries musicales a rapporté 8,5 millions d’euros
aux sites de téléchargement payant, qui tablent sur un marché de 160
à 200 millions d’euros par an61. Index Corporation réalisait en 2003
un chiffre d’affaires de 150 millions d’euros en vendant ses « contenus
» pour téléphone mobile : sonneries, fonds d’écran, jeux, horoscopes,
strip-teases, etc. Quant à la publicité sur mobile, elle devrait,
selon l’Internet Advertising Bureau, démarrer en 2008.
Un nouveau marché pour les bablologues
La téléphonie mobile est une providence pour les vendeurs de
vent – journalistes, sociologues, communiquants, marketeurs –, qui
ont vite repéré le nouveau filon.
La presse, à qui les industriels assurent de confortables rentrées
publicitaires, a fait du portable une nouvelle rubrique. On connaissait
les journalistes politiques, sportifs et économiques, voici les « journalistes
» téléphoniques.
Le Figaro
« Guide : Mobile Homme. Destination high-tech
« Pas question de partir à l’aventure sans prévoir le minimum
d’équipement. […] j’emporte non seulement mon iPod, mais aussi un
baladeur vidéo portable qui me permet de raccourcir les trajets en car
ou en avion. […] Ma femme, elle, préfère emporter […] son téléphone
portable, au cas où. Elle adore surtout envoyer des minimessages à
ses amies pour leur signaler les lieux que nous visitons. Pour plus de
sécurité, elle a choisi un appareil à la fois costaud et élégant qui
s’adapte automatiquement aux différents réseaux utilisés dans le
monde. En prime, le vendeur a eu la bonne idée de remplir son téléphone
de musique, ce qui fait un baladeur supplémentaire. […] Avec
le GPS, inutile d’aborder les passants ou de décrypter un manuel de
conversation. […] On trouve ce genre d’appareils sous forme de petit
agenda de poche chez Fujitsu Siemens ou Moi. […] Ou encore installé
dans un téléphone mobile comme chez Nokia. »62 On vous le dit :
c’est un métier.
Une revue complète du Monde révèle l’invasion du gadget dans
l’information. Plus de 70 articles ont été consacrés au téléphone portable
par le quotidien en 2007. Dans ce flux régulier, aucune enquête
sur les dommages écologiques de cette industrie. Six articles,
2719 mots à peine, consacrés aux risques sanitaires – le plus souvent
une brève en bas de page signalant les résultats d’une étude scientifique.
Un seul article (510 mots) évoquant « Big Brother » et la surveillance
via les portables – encore ne s’agit-il que d’annoncer la diffusion
d’un documentaire sur le sujet à la télévision. En revanche, les
papiers positifs concernant les innovations technologiques, les derniers
modèles, les nouveaux usages, services ou fonctionnalités, représentent
11 716 mots. Enfin, les sujets économiques sur les entreprises
de téléphonie mobile et leurs marchés totalisent 7 110 mots.
Sans oublier les suppléments « High-tech » et les pages « Agenda
high-tech » du Monde 2, qui délivrent chaque semaine une leçon de
journalisme spécialisé. « Il y avait le Shine de LG, bientôt il y aura le
Troïka de Samsung. Le téléphone G800 (nom officiel de la bête)
hausse encore un peu le ton dans l’alliance du design et de la technologie
: côté techno, c’est un smartphone tribande Bluetooth à l’écran
TFT de 240 × 320 pixels, doté d’un appareil photo 5 méga pixels,
d’un zoom optique × 3, d’un flash au xénon, d’une mémoire de
160 mégaoctets et d’un lecteur de carte microSD. Côté design, rien à
redire, il est pur, racé, et surtout, doté d’un écran miroir de toute
beauté. De quoi satisfaire son ego tout en papotant à volonté. »63 Ce
n’est pas Albert Londres qui nous aurait informés de la sorte.
Admirons maintenant le cycle de la valeur ajoutée. Les effets de
ce lavage de cerveau sur nos comportements alimentent les analyses
facturées par des sociologues à gages, sur les « métamorphoses de
l’objet mobile », les « nouvelles convenances mobiles » ou « les ressorts
du sensationnalisme mobile » – qui fournissent à leur tour matière
à de nouveaux articles. Rien ne se perd, rien ne se crée, mais on
gagne à tous les coups.
Les sociologues en question appartiennent au cabinet de « conseil
et recherche appliquée » Discours & pratique, chargé par l’Association
des opérateurs mobiles (Afom) d’assurer son service après-vente.
Un modèle de liaison recherche-université-industrie, puisque ces
chercheurs, à commencer par la directrice, Joëlle Menrath, et son associée,
Anne Jarrigeon, sont membres d’un groupe de recherche du
CELSA (École des hautes études en sciences de l’information et de la
communication, université Paris Sorbonne).
Extraits de leurs trouvailles scientifiques :
« Certaines des fonctions du mobile sont plus évidentes que
d’autres dans les perspectives de communication ouvertes par l’usage
téléphoné. […] D’autres demandent une véritable conversion imaginative
et gestuelle, comme les nouvelles fonctions multimédias liées à
l’image et au son : faire une photo en effet implique une attitude qui
n’a rien à voir avec celles mobilisées par l’appel ou les SMS, […] les
gestes se différencient permettant dans le cas de la photo de viser
pour cadrer plus ou moins précisément un sujet, en portant le téléphone
devant soi, le plus souvent le bras légèrement replié. Le mobile
est alors physiquement transformé en appareil photo : les gestes momentanés
le reconfigurent en même temps qu’ils redéfinissent la situation
en une situation photographique. »
« Prendre au sérieux ce qui se joue dans notre rapport au mobile
comme objet conduit à ne pas négliger la tension qui traverse l’usage
entre une résistance réactivée de l’objet qui semble doué d’une sorte
de vie autonome et le fait qu’il est conçu pour s’adapter au corps du
sujet, donc pour se faire oublier en tant qu’objet »64.
Quand on vous dit que le portable est mauvais pour le cerveau.
LIBERTÉ SOUS SURVEILLANCE,
AUTONOMIE SOUS ASSISTANCE
Si ce marché est si porteur, c’est que le rouleau compresseur
marketing a su capter ce qui, dans ce monde high-tech et dévoué à la
guerre économique, avait été détruit : les rapports sociaux. Il est typique
du système de nous vendre, à coup d’innovations, des remèdes
aux maux causés par les innovations précédentes. Vous ne parlez plus
à vos voisins à cause de la télévision ? Téléphonez-leur !
D’après les opérateurs, le portable serait un objet qui « valorise »
(« Il véhicule nos signes extérieurs de richesse ou d’originalité »),
« rassure » (« Tout se passe comme si ce petit objet […] protégeait
d’un monde potentiellement hostile »), « renforce les liens » (« Il sert
à appeler des personnes que l’on voit tout le temps et qui habitent
près de chez soi, et ce, pour des conversations courtes et répétées »),
voire « permet de se déclarer »65.
Les opérateurs ont compris le bénéfice qu’ils pouvaient tirer d’individus
dévalorisés, angoissés, incapables de communiquer ou de
supporter l’inconnu. Leur argument de vente dessine en négatif la société
techno-marchande qui crée ces individus. Sédentaires esclaves
de notre trajet domicile-travail, du découpage semaine/week-end,
toute-l’année-au-boulot/le-mois-d’août-à-la-plage, nous sommes la
cible idéale pour les dealers du « nomadisme » frelaté vanté par le
faisan Attali.
Pourquoi aurions-nous besoin d’une médiation électronique pour
communiquer si ce n’est pour nous adapter à un monde qui atomise
chacun de nous et morcelle nos vies ? Rappel : dans un pays où trois
habitants sur quatre sont équipés de l’appareil-qui-renforce-les-liens,
quinze mille personnes sont mortes dans l’indifférence générale en
trois semaines de canicule.
Supposé renforcer les liens avec les proches, le portable permet à
coup sûr d’éviter le contact avec des inconnus. Voyez ces zombies en
transit rivés à leurs SMS, certains d’éviter ainsi le regard de leurs voisins
de bus. Et ces urbains égarés, accrochés à leur portable pour se
faire guider à distance plutôt que de demander leur chemin à des
gens. Grâce à leur « kit » de téléguidage, comprenant indicateur des
rues et récepteur GPS, ils suivent les instructions de la machine greffée
à leur oreille. Qu’un individu s’avise de les accoster de vive voix et
ils appelleront bientôt au secours.
« Selon Béatrice Fracchiolla, sociologue et chercheuse en pointe
sur les nouvelles technologies, son usage immodéré [NDA : du portable]
sert à combler les temps de déplacements quotidiens qui sont
souvent source d’angoisse. “Ce temps passé en transit dans des sortes
de ‘non-lieux’ successifs, au milieu d’une foule anonyme, entraîne
une perte d’identité”, écrit-elle dans la revue Esprit critique. […] La
sociologue voit dans le portable […] autant de tentatives de reconquête
par l’humain d’espaces urbains chaotiques. Des moyens d’être
mobile, comme autant de “palliatifs au rapport de voisinage qui diminue
au fur et à mesure que les villes s’agrandissent et s’étendent, que
leurs frontières deviennent de plus en plus délétères.” »66
Le téléphone mobile prospère sur le marché de la peur. Les ados le
disent : leurs parents les équipent massivement pour « se rassurer ».
Sans doute les opérateurs ont-ils raison d’attribuer leur succès à la
crainte « d’un monde potentiellement hostile », et sans doute ont-ils
quelque intérêt à aggraver cette hostilité du milieu avec leur services
toujours plus aliénants. Peur de l’agression, de la chute en montagne,
de l’enlèvement, sur lesquelles ils jouent avec délectation. Plus banalement,
ce qui terrifie nos contemporains, c’est simplement le sel de
la vie, le hasard et l’imprévu, qui n’ont pas leur place dans une existence
aseptisée, planifiée, calibrée. Marchandises sur tapis roulant,
les individus de ce monde-là n’ont pas vocation à quitter la voie qui
leur est tracée, et le portable est le meilleur outil pour les accoutumer
à rentrer dans les cases. Et à rester dans leur bulle, qui leur procure
désormais le nécessaire pour vivre pleinement leur autisme : diffusion
de musique (téléphones « baladeurs », dont on prévoit 77 millions
de vente pour 201067), et bientôt la télé. « Le Conseil supérieur
de l’audiovisuel vient en effet d’accorder des fréquences aux trois
opérateurs afin de tester la diffusion massive de la télé sur le portable.
»68 Avec la télé mobile, les décideurs n’auront plus grand souci
à se faire. Le temps de cerveau disponible de leurs « administrés » ne
risque définitivement plus de se consacrer à la réflexion, sans parler
de contestation. Un troupeau de zombis connectés sur les séries américaines
et la pub, juste interrompues par quelques coups de fil (T’es
où ? – Ben, devant la télé, où veux-tu que je sois ?) : voilà qui est
simple à manœuvrer.
*
« Mais Chérie, puisque je te dis que je suis à Angoulême ! Bon, je
te rappelle. »
*
La prothèse crée le handicap
Comme la prothèse qui remplace un membre, le téléphone est
supposé réparer artificiellement les dégâts de ce monde-là, qui fait de
nous les rouages de la machine à produire et à consommer en masse,
à faire la queue au supermarché, au multiplexe, au télésiège, au
péage. Il doit nous procurer tout à la fois l’indépendance et le contact
permanent. Le beurre et l’argent du beurre. Répondre à tous nos besoins.
Nous protéger de tout. « Outil multi-communicant », il devient
un auxiliaire de vie chargé de « fluidifier le quotidien ». À telle enseigne
que le Chief Information Officer de l’hôpital de Harvard a déclaré
vouloir se le faire greffer sous la peau, en complément de la
puce qui s’y trouve déjà69.
Puis, la prothèse se substituant au membre, les machines nous
privent de l’usage de nos facultés. Depuis la voiture, les citadins ne
savent plus marcher pour les trajets les plus minimes (plus de la moitié
des déplacements en voiture concernent des trajets de moins de
trois kilomètres), et, se plaignant de l’« épidémie » d’obésité qui les
frappe, de la pollution, des morts sur la route, des guerres pour le pétrole,
etc., ne songent même plus à retomber sur leurs pieds. Ils ont
oublié comment on vivait sans voiture, et cet oubli est une amputation.
La prothèse s’est faite handicap.
Observons les utilisateurs de téléphones mobiles : incapables de
se repérer dans l’espace et d’être à l’heure à un rendez-vous (parce
qu’ils croient pouvoir être partout à la fois ?), incapables même
d’imaginer comment faire pour retrouver quelqu’un quelque part
sans portable, ils ont en outre perdu la faculté de vivre le présent.
Leur capacité à être joignable tout le temps a détruit leur attention et
leur disponibilité pour ce qui pourrait se produire ici et maintenant.
Amputés de leur présence au monde, ils s’envoient des SMS pendant
que le train traverse des paysages inconnus.
Ce ne sont pas les nouveaux logiciels de « réalité augmentée » qui
les encourageront à se fier à leurs sens et à leur intelligence pour appréhender
le monde. Grâce au portable, qui « complète la réalité avec
des données virtuelles »70, ce sont des capteurs, des accéléromètres, le
GPS et des bases de données qui vous renseignent sur les lieux où
vous êtes. Au fait, pourquoi se donner encore la peine de sortir ?
Amputés de leur monde intérieur, ils ne vivent que par la sollicitation
extérieure, l’attente de l’appel ou du message. Ils ont perdu la faculté
de faire silence, de vivre les temps morts, de contempler, angoissés
qu’ils sont de manquer une communication. Obsession de
combler les vides. Le portable colle parfaitement à une existence qui
n’a de valeur qu’à l’intérieur du champ public : exister, c’est être joignable
à tout instant, repérable, comme sous l’œil des caméras de
surveillance. Celui qui proclame son désir d’être absent, hors champ,
présent à lui-même, ne serait-ce que par intermittence, a tôt fait
d’être classé dans les marginaux, asociaux, inactifs voire. Voici enfin
la transparence totale, l’abolition de l’intimité achevée.
Non seulement le téléguidage rend le territoire virtuel, mais le bavardage
incessant au portable transforme la vie en son commentaire
– partagé malgré eux par les voisins du bruyant babillard. Une extraction
de la réalité qui culmine avec les fonctions appareil photo et
caméra désormais intégrées à tous les téléphones. L’important
n’étant plus ce que l’on est en train de vivre, mais les images que l’on
en tire. Même les chanteurs pop se troublent de ces forêts de portables
tendus à bout de bras par des spectateurs pressés de les mettre
en boîte. « Tout ce qui était directement vécu s’est éloigné dans une
représentation. »
*
Devine d’où je t’appelle ?
*
Le portable est l’inverse de l’outil de communication qu’il prétend
être. Depuis quand n’avez-vous pas eu une conversation ininterrompue
par une sonnerie ? Conditionnés, nous trouvons ça normal, mais
faisons un pas de côté : regardons-nous, la bouche ouverte, stoppés
par le réflexe pavlovien de nos interlocuteurs, plus pressés de répondre
au coup de sonnette que de nous laisser finir notre phrase. On
en est là.
Cette agression n’a pas échappé à l’Association des opérateurs mobiles.
Pour contrer toute critique, le lobby a chargé ses sociologues à
gages de pondre une étude, La place du téléphone mobile dans la société,
des discours aux pratiques71. Après traduction en novlangue socio-
marketing, la situation décrite ci-dessus devient : « Dans ce cadre
communicationnel toujours à rejouer, on observe des postures et des
stratégies de maîtrise qui se mettent en place et qui font de chaque
usager une sorte d’ingénieur de la communication qui doit gérer plusieurs
interlocuteurs, plusieurs temps et plusieurs espaces ».
Jusqu’à récemment, vous étiez un être humain dialoguant avec un
autre être humain. Désormais, vous êtes un ingénieur de la communication.
Félicitations.
Et tant pis pour les profs qui se plaignent des perturbations en
cours. Ils apprendront les « stratégies de maîtrise » nécessaires à ce
« cadre communicationnel toujours à rejouer ». Au pire, et devant
leur impuissance face à l’objet « pulsionnel », on installera dans les
écoles d’autres machines : « Il est difficile de maintenir le juste équilibre
entre l’impérieux besoin de communiquer et le respect du bienêtre
des autres. Les solutions Viridia permettent aujourd’hui aux exploitants
de bloquer efficacement les ondes des téléphones portables
et ainsi de ne pas perturber le bon déroulement d’un film ou d’un
spectacle »72.
L’histoire retiendra peut-être que la civilisation occidentale du
XXIe siècle aura été celle des « brouilleurs de portables » installés
pour remplacer la faculté d’attention aux autres. Celle où la SNCF
nous aura appris à « faire un geste pour l’environnement sonore » en
téléphonant dans les espaces réservés.
Enchaînés par le sans-fil
« Il est rarement éteint chez les jeunes, toujours à portée de main,
voire près du corps, y compris la nuit, pour pouvoir le sentir vibrer ; il
est regardé et consulté en permanence, et de façon quasi réflexe, à la
sortie des cours. En ce sens, il s’intègre aux habitudes incorporées,
constitutives de l’identité. »73
Cela vous rappelle quelque chose ? Oui, les enfants et leur doudou,
« objet transitionnel », comme disent les psys, censé représenter la
chaleur rassurante de Maman face au vaste monde. Ados compulsifs
et cadres compétitifs ont trouvé une digne façon de sucer leur pouce
en public. Bravo les marketeurs.
Devenus accros à ce gadget comme les fumeurs à leur tabac, les
bébés à leur tétine et les déprimés à leurs anxiolytiques, les propriétaires
de portables passent leur temps à vérifier qu’ils n’ont pas oublié
leur téléphone, que celui-ci est bien chargé, qu’ils n’ont pas reçu
de nouveaux messages, etc., et ajoutent à leur sentiment d’insécurité
un motif d’angoisse supplémentaire : le risque de se faire voler leur
appareil (la hausse des chiffres de la délinquance doit beaucoup aux
vols de portables). Écoutons leur désarroi quand ils oublient leur téléphone
: « C’est comme s’il me manquait un bras, je me sens handicapé
», « J’ai laissé ma tête à la maison », « Je me sens physiquement
démunie », « C’est comme si j’oubliais mes lunettes, et je suis très
myope ! »74
Voilà le sans-fil sous son vrai jour de fil à la patte supplémentaire.
Voilà l’autonomie de l’individu un peu plus mutilée par une prothèse
techno qui dispense de trouver en soi les ressources pour se démêler
des aléas du quotidien. Voilà achevée la couverture totale du territoire,
jusqu’aux sommets de montagnes, devenus des squares où il n’y
a qu’à sonner pour être secouru en hélico.
Voilà enfin effacée la frontière entre vie privée et vie publique, mêlées
dans la même obsession du contact permanent. Les entreprises
ont bien compris l’intérêt de ce boulet aux pieds de leurs employés.
Désormais joignables à toute heure, ceux-ci n’ont plus d’excuses pour
ne pas se consacrer entièrement à leur tâche. Voyages en train, embouteillages,
files d’attente, pauses : tout ce temps doit être rentabilisé
en gardant le contact avec le bureau. Vitesse, rentabilité, flexibilité,
le portable est l’outil idéal du business : les entreprises le considèrent
à juste raison comme le deuxième moyen de communication facteur
de productivité75.
D’après les témoignages de salariés recueillis par le sociologue
Francis Jauréguiberry, le mobile est aussi un outil de surveillance à
distance, il incarne le pouvoir, introduit une inégalité entre appelants
et appelés. « Avec l’arrivée du portable, on assiste à une extension de
l’urgence dans des branches de plus en plus nombreuses de l’activité
économique, dépourvues de toute législation en la matière. Ainsi, les
employés “nomades” (en déplacement ou géographiquement excentrés
de la direction) et les “cadres fusibles”, joignables en tout lieu et à
toute heure, subissent-ils une mise sous tension permanente qui empiète
souvent sur leur vie privée. »76
Une publicité offre la solution à ces « cadres fusibles » : « Allez où
votre portable ne passe pas », invite-t-elle sur fond de paysage sauvage.
Une pub pour un 4 × 4.
Tyrannie à haut débit
Le téléphone mobile n’est pas seulement un gadget polluant : il façonne
le monde, « révolutionne notre quotidien », comme disent
chercheurs et industriels, sans que jamais nous ne l’ayons choisi. Et
cette tyrannie s’impose à tous, gogos ou réfractaires. Contrairement
aux niaiseries lâchées par les employés du CEA, nous n’avons pas le
choix d’avoir un portable ou pas, si nous voulons faire partie de la société.
À un postulant pour un job de manutentionnaire, la responsable
d’une agence d’intérim grenobloise : « Vous n’avez pas de portable ?
Mais ça va pas être possible ! ». À une prof emmenant ses élèves en
voyage, l’employé SNCF : « Le portable est obligatoire pour réserver
des billets de groupe, en cas de retard du train ».
Le marché saturé, les fabricants de portables n’ont qu’une solution
: s’incruster plus profond dans nos vies via de « nouveaux services
». Voici le téléphone-carte bancaire, pour régler vos achats et
votre parking, le téléphone-ticket de transport, le téléphone pour
s’enregistrer à l’aéroport ou réserver son billet de train, sans oublier
le « commerce mobile », pour faire ses courses par l’Internet portable.
Mais encore, puisque vous le réclamiez, le téléphone qui détecte
la mauvaise haleine, qui vous signale les poissons sous votre
canne à pêche et qui éloigne les moustiques. Et pour ces dames, le
modèle qui indique le jour d’ovulation77. On rirait de cette quincaillerie
si ne pointait aussi l’administration électronique – ou comment
nous ligoter au portable grâce aux formalités obligatoires. Quant à
ceux qui peinent déjà à trouver des cabines téléphoniques, ils seront,
dans ce monde merveilleusement mobile, des rebuts. Comme le dit
François Ewald, professeur au Conservatoire national des arts et métiers
et membre du Conseil d’administration de l’Afom : « L’homme,
la femme, l’adolescent contemporains ne sont plus concevables sans
mobile »78. Vous, qui ne téléphonez pas depuis votre télésiège, ne pianotez
pas dans le bus, ne prenez pas de photos de vos trous de nez,
n’êtes plus concevables. Hélas, le professeur Ewald, ancien maoïste et
foucaldien, ne précise pas ce que va faire de vous un monde qui ne
vous conçoit plus.
*
Allô, j’suis dans le rayon, là. Je prends quoi comme café, en
poudre ou en grain ?
LE MOUCHARD PARFAIT
Donc, le téléphone portable, c’est la liberté. Voilà pour la version
Nokia, SFR et IDEAs Lab. Dans la vraie vie, c’est le moyen le
plus efficace jamais inventé pour tracer les individus.
Filez droit, vous êtes tracés
87 % de la population française est munie d’une laisse électronique
dont la présence dans une poche suffit à localiser son propriétaire.
En France, 35 000 antennes relais maillent le territoire et enregistrent
les signaux émis par les GSM, tandis que les factures détaillées
des opérateurs reconstituent l’intégralité de nos appels. « Le
portable en dit tant sur la localisation et les fréquentations des suspects
qu’il est devenu un outil indispensable pour la police […] Qu’il
s’agisse de déterminer un emploi du temps, un itinéraire ou un réseau
de relations, l’étude des appels téléphoniques fixes et mobiles
est devenue “un recours quasi systématique”, selon un magistrat. »79
Note à l’attention des bons citoyens qui n’ont « rien à se reprocher
» : pas besoin d’être un criminel pour être cyber-fliqué. Les journalistes
le comprennent depuis que les juges s’intéressant à leurs
sources – que la loi leur permet de protéger-fouillent leurs mobiles.
« Tout ce que vous allez dire au téléphone pourra être retenu contre
vous. Tel est le message que la Justice vient de délivrer à la presse
[…]. Il suffit que la police le demande pour que les opérateurs fournissent
la liste des appels reçus et envoyés pendant une période donnée.
Si les textes [NDA : législatifs] permettent aux journalistes de
garder le silence, rien n’empêche de faire parler la technologie à leur
place. C’est ce qu’on appelle une avancée pour la liberté de la
presse. »80 Un journaliste du Parisien a découvert que « la police
avait identifié les appels passés et reçus sur son téléphone et même
réalisé un “bornage”, afin de retracer ses déplacements grâce à son
mobile »81.
Pourquoi accorder aux seuls policiers la possibilité de suivre leurs
concitoyens à la trace ? Grâce à la démocratisation des services de
géolocalisation par GPS, voici le suivi de tous par tous. L’opérateur
japonais NTT DoCoMo a créé le premier service de localisation des
porteurs de téléphone depuis un ordinateur ou un autre portable.
« Idéal pour repérer les membres de la famille tels que les enfants ou
les personnes âgées. » D’autres, comme la société Ootay, proposent
des solutions pour savoir où se trouve l’appelant ou l’appelé, et pour
localiser ses amis : « la localisation des personnes est un service de
“confort” pour toute personne qui souhaite connaître l’endroit où se
trouvent des amis ou des proches ».
Ne dites plus « T’es où ? », mais « Je sais où tu es ». Un rêve pour
concierges, voyeurs, policiers et marketeurs.
Idéal aussi pour le harcèlement publicitaire : une boutique peut
repérer des passants à proximité et leur envoyer une offre sur leur téléphone,
avec le plan du quartier. La société française Watisit propose
ainsi un système d’« hyperlocalisation », Wherisit, « permettant
d’orienter par SMS les cibles vers les distributeurs les plus proches ».
« S’appuyant sur l’omniprésence du téléphone mobile dans notre
quotidien, Watisit renforce l’attractivité des supports de communication
et facilite les réactions d’intérêt des personnes touchées par les
campagnes. »82
Les lycéens qui ont manifesté contre la loi Fillon au printemps
2005 et contre le CPE en 2006 ont, eux, fait les frais des écoutes téléphoniques.
« Le réseau GSM est précieux pour les micros espions. Il
suffit d’une puce téléphonique – la carte SIM – et d’un peu de technique
pour permettre à un micro espion de fonctionner sur le réseau
du portable. Les enquêteurs peuvent donc l’écouter en toute légalité
en composant un simple numéro téléphonique et profiter ainsi d’une
meilleure couverture qu’un micro classique. »83
Rappelons aux branchés qui se croient plus malins que les autres
qu’un téléphone portable peut être mis sur écoute même éteint. Cela
signifie que leur gadget préféré joue le rôle de micro dans leur poche,
transmettant à distance les conversations alentour.
Aux mouchards amateurs, recommandons le téléphone espion.
« Basé sur les toutes dernières technologies GSM, son usage est extrêmement
simple : insérez une carte à puce GSM et “oubliez-le”
quelque part (table, tiroir, boîte à gants, voiture, sous un lit, dans un
sac à main, une pochette, une valise, derrière un bibelot, etc.), appelez-
le et écoutez. Ce n’est pas plus compliqué. Le Spy Phone n’émet
aucun son ou n’effectue aucun signe visuel lors de son appel ou de
son utilisation. C’est un portable cellulaire GSM, avec une différence
notable : il paraît déconnecté et “éteint”. Toutefois, il est tout à fait
opérationnel et se comporte comme un microémetteur extrêmement
sensible. »84
Et puisque votre mobile fait fonction de carnet d’adresses, d’aidemémoire,
d’album photo, de borne Internet et de porte-monnaie,
c’est toute votre vie ou presque que le dispositif de récupération de
données mis au point par Cellebrite est capable de mettre au jour.
Présente au salon Milipol85 2007, cette société israélienne86 a séduit la
Défense et la police américaines avec son siphon à données, lui aussi
portable : un simple câble entre votre téléphone et cette merveille
technologique et le tour est joué, avant que vous n’ayez eu le réflexe
de détruire votre puce ou votre appareil. Rappelons qu’il serait idiot
de croire qu’un simple « effacement » de données de votre téléphone
les protégerait des indiscrets. Les labos spécialisés dans la « recherche
de traces informatiques » vous reconstituent le moindre SMS
sans difficulté87.
D’ailleurs, pourquoi s’en tenir aux communications individuelles
quand la téléphonie mobile concerne la population entière ? Quand la
foule émet en permanence des signaux électromagnétiques qui trahissent
son nombre et ses mouvements ? Le pouvoir en a rêvé, les
chercheurs l’ont fait. Démonstration à Rome en 2006, avec la marée
de tifosi accueillant l’équipe de foot italienne. « Des chercheurs du
MIT, auteurs de ce comptage inédit, ont révélé qu’ils avaient utilisé
les signaux émis par les téléphones mobiles des abonnés de Telecom
Italia […] Sur de grands écrans étaient représentés des quartiers entiers
de Rome où points lumineux, flèches rouges, vertes, orange,
courbes colorées en trois dimensions représentaient les mouvements
de population, les lieux les plus fréquentés, les embouteillages… […]
Les chercheurs du MIT sont persuadés que leur technique, et les informations
qui en découlent, sont susceptibles d’intéresser une multitude
d’acteurs économiques dans une ville : des régies de transport
voulant réorganiser le tracé des bus, une chaîne cherchant les lieux
les plus courus pour implanter ses magasins, des afficheurs urbains
soucieux de connaître l’affluence réelle devant leurs panneaux… “Obtenir
des informations via un téléphone portable est beaucoup moins
cher que l’utilisation d’hélicoptères, de caméras ou de capteurs dispersés
un peu partout dans la ville. Voire même que des études sur le
terrain, affirme Carlo Ratti [NDA : directeur du SENSEable City Laboratory
du MIT]” Cette technique permettrait aussi de régler les différends
entre forces de l’ordre et organisateurs concernant le nombre
de manifestants. »88
Il est connu que les « différends » entre forces de l’ordre et manifestants
sont le plus souvent d’ordre arithmétique. La junte birmane
aurait rêvé de cette technologie pour compter sans erreur les moines
rebelles dans les rues de Rangoon à l’automne 2007.
Nous localiser partout à toute heure est un début. Mais il reste des
zones d’ombre dans nos vies qu’un pouvoir avide de « transparence »
(surveillance, en novlangue) se doit d’éclairer. Par chance, il se
trouve toujours d’ingénieux ingénieurs prêts à rendre service. Au MIT
– que les technarques grenoblois ont décidément raison de vouloir
imiter-une équipe travaille depuis 2004 sur le reality mining89. En
bon français : fouille de la réalité. Ces brillants cerveaux partent du
même constat que leurs collègues compteurs de foule : puisque chacun
est équipé d’un mouchard qui stocke quantité d’informations sur
son propriétaire, pourquoi ne pas utiliser cette mine statistique pour
traquer les rapports sociaux ? « La fouille de la réalité, c’est permettre
à l’infrastructure technologique de connaître des informations sur
votre vie sociale », explique Sandy Pentland, responsable de l’étude.
Les chercheurs ont équipé cent volontaires d’un téléphone muni de
liaison Bluetooth (qui détecte « l’environnement informatique » et en
déduit la localisation de chacun) et d’un logiciel spécial pour étudier
les interactions entre eux. « Nous collectons une quantité de données
sans précédent sur le comportement humain et les interactions de
groupe », expliquent-ils. Lesquelles révèlent la nature des relations
entre personnes, leur statut dans le groupe ou leur satisfaction au travail
et permettent, selon les chercheurs, de prédire la rencontre entre
deux personnes selon l’heure et le lieu. Bref, votre téléphone sait qui
vous êtes et le révèle à qui le lui demande.
Le son, la localisation et, bien sûr, l’image. La généralisation de la
vidéo sur les portables fait de chacun un délateur potentiel, avec l’assentiment
collectif. Pourquoi s’inquiéter d’une caméra de surveillance
quand on a l’habitude d’être filmé à tout bout de champ ? Comme le
note avec délectation le président de l’Association des villes vidéosurveillées,
Dominique Legrand : « La population est beaucoup moins
effrayée par les caméras qu’il y a quelques années. »90 Elle a même
adopté le phénomène « happy slapping », ces agressions filmées sur
portable pour être diffusées sur Internet ou de téléphone à téléphone.
Extrait du procès d’un élève après l’agression d’une enseignante :
« Pourquoi pensez-vous à prendre votre portable pour filmer, plutôt
que de porter secours ?, interroge le président.– De nos jours tout le
monde allume les téléphones portables, se justifie Massire Touré.
D’après son avocate, “il a filmé à bout de bras sans savoir réellement
ce qu’il faisait […] Sa bêtise est dépassée par la technique”. »91. On ne
saurait mieux dire.
« Rien ne vous oblige à avoir un portable si vous êtes paranoïaques
», ironisent les sociologues jaunes d’IDEAs Lab. Ce n’est
pas l’avis des policiers allemands, qui harcèlent Andrej Holm, leur
collègue à l’université Humboldt de Berlin, dont le tort est de plus
s’intéresser aux groupes militants qu’au marketing high-tech. En
juillet 2007, celui-ci a été placé en détention provisoire et accusé de
« comportement conspiratif » pour s’être rendu à un rendez-vous
sans son téléphone92. Il n’est pas loin le moment où le mobile sera
aussi obligatoire que les papiers d’identité. Pour qui en a fait l’expérience,
le désarroi des policiers interrogeant un individu non
conforme, sans portable, révèle quel auxiliaire ce gadget est devenu
pour les « forces de l’ordre ».
La traçabilité du cheptel humain est un des marchés d’avenir pour
l’industrie électronique : puces RFID (identification à distance par radiofréquence),
implants sous-cutanés, biométrie. Il faut juste nous
faire accepter cette nouvelle condition d’esclaves suivis, identifiés, fichés,
contrôlés. Quoi de mieux pour cela que le téléphone portable et
ses fonctions ludiques ? Ils nous conditionnent à la traçabilité, et
nous préparent à la domestication totale. Ceux qui aujourd’hui
veulent nous imposer le contrôle biométrique et la carte d’identité
électronique se font un plaisir de nous rappeler : « Mais vous êtes
déjà suivis, avec votre carte bancaire et votre téléphone portable ».
Les industriels, qui ne s’embarrassent pas de fioritures, l’ont expliqué
dans un programme d’action publié en 2004 par le lobby de
l’électronique, le Gixel (Groupement des industries de l’interconnexion,
des composants et des sous-ensembles électroniques)93 : « La
sécurité est très souvent vécue dans nos sociétés démocratiques
comme une atteinte aux libertés individuelles. Il faut donc faire accepter
par la population les technologies utilisées et parmi celles-ci la
biométrie, la vidéosurveillance et les contrôles.
Plusieurs méthodes devront être développées par les pouvoirs publics
et les industriels pour faire accepter la biométrie. Elles devront
être accompagnées d’un effort de convivialité par une reconnaissance
de la personne et par l’apport de fonctionnalités attrayantes :
• Éducation dès l’école maternelle, les enfants utilisent cette technologie
pour rentrer dans l’école, en sortir, déjeuner à la cantine, et
les parents ou leurs représentants s’identifieront pour aller chercher
les enfants ;
• Introduction dans des biens de consommation, de confort ou des
jeux : téléphone portable, ordinateur, voiture, domotique, jeux vidéo ;
• Développer les services “cardless” à la banque, au supermarché,
dans les transports, pour l’accès Internet… »
Comme cela tombe bien, les lobbyistes du flicage font aussi souvent
leur beurre avec la téléphonie mobile.
À Crolles 2, STMicroelectronics produit des puces à la fois pour la
téléphonie et les RFID. Atmel, dans la banlieue de Grenoble, cultive
aussi la synergie : « Atmel Grenoble se distingue sur deux applications
phares : la biométrie et les microcaméras. […] Nos microcaméras
équipent les téléphones portables, un marché de volume important
et intéressant. […] Nous misons les mêmes espoirs sur la biométrie,
utilisée pour des applications de confort aujourd’hui, par
exemple pour remplacer un code d’accès sur les ordinateurs personnels
ou les téléphones portables. Mais cette technologie sera aussi
largement utilisée demain pour les applications de sécurité. Tous les
nouveaux passeports seront ainsi dotés d’applications biométriques
»94.
Jean Vaylet, patron d’Atmel, est membre du Gixel, comme STMicro,
et le CEA-Leti, qui collabore à temps plein avec Crolles 2, fournit
aimablement à Nokia le fruit de ses recherches, et concocte les imprimantes
à RFID pour produire à bas coût ces mouchards électroniques
à disséminer dans tous les objets et papiers d’identité95.
Rien de tel que la fonction « paiement » du portable pour « faire
accepter par la population » le contrôle biométrique. « Sécurité
oblige, pour protéger ces véritables portefeuilles électroniques, les
opérateurs ont inclus dans les téléphones des systèmes d’identification
comme le reconnaissance des traits du visage ou des empreintes
digitales. »96
Non seulement les bénéfices réalisés sur les ventes de téléphones
alimentent le développement des outils de contrôle totalitaire, mais
l’acceptabilité des uns favorise celle des autres.
La preuve est faite qu’une population entière peut se soumettre
aux injonctions du marketing technologique et adopter sans broncher,
mais en payant, un gadget dont elle n’avait pas besoin et le
monde qu’il produit. Devinez quelles conclusions le pouvoir tire de
cette expérience quant à la docilité des cobayes humains. Vous avez
gobé le portable ? Vous avalerez les contrôles biométriques.
Grenoble, juin 2005. Version revue et augmentée, mars 2008.
RENDEZ NOUS
NOTRE OBJET
D’ALIÉNATION
FAVORI !
ou pourquoi
la technologie
est le problème
Peut-être vous souvenez-vous qu’en 2005 une personne de Pièces
et main d’oeuvre était mise en garde à vue, et son ordinateur confisqué
par la justice – qui le retient toujours indûment. Vous vous récriez
: « Quoi, ces technophobes, luddites, obscurantistes, se contredisent
? Ils ne cessent de vitupérer l’informatique et l’aliénation technologique,
et les voici en train de glapir qu’on leur rende leur ordinateur
! »
C’est à l’examen de cette apparente contradiction que sont dévolues
les lignes ci-dessous, où l’on découvrira, faits et raisons à l’appui,
que non seulement c’est la technologie qui est le problème, et non pas
ses applications, mais qu’au vrai il n’est pas de technologie en-dehors
de ses applications.
Si vous avez un cousin technicien chez Sagem, un père ingénieur à
l’Inra, une amie retraitée d’Areva, faites-lui lire ce texte, ils vous sauront
gré de ne pas les avoir laissés mourir naïfs.
Depuis le 6 juillet 2005, l’ordinateur confisqué par la police à
Pièces et main d’oeuvre moisit dans un placard. À l’hôtel de police ?
Au tribunal ? Nul ne peut le dire, l’administration ne se donnant pas
la peine d’informer les « justiciables », même après une garde à vue
classée sans suite.
Officiellement, la justice avait l’intention de « faire parler » l’ordinateur
pour déterminer son éventuelle contribution à la réalisation
du faux Métroscope – canular contre lequel la Métro a porté plainte97.
Comment ? En payant cher les services de laboratoires spécialisés
dans la fouille informatique, dont Grenoble s’enorgueillit de posséder
un spécimen performant : le Lerti (Laboratoire d’expertise et de recherche
de traces informatiques). Créé sur la ZIRST de Meylan en
2004, le Lerti est la « première personne morale reconnue comme
expert judiciaire en informatique », nous apprend Le Daubé98 (16 février
2007). On appelle ça l’informatique légale, sur le modèle de la
médecine légale. Disques durs, serveurs, clés USB, cartes à puce,
cartes bancaires, appareils photo, messagerie électronique, navigation
Internet, téléphones portables et cartes SIM : tout ce que vous
confiez aux machines peut être révélé.
Exemples de ces prouesses de traçabilité :
« Navigation sur Internet. Même quand l’usager croit avoir vidé
son cache, il est possible de retrouver ses dernières navigations sur le
Web, d’établir la liste des sites consultés, avec date, heure et liste des
fichiers vus. […] Messagerie et e-mails. La messagerie avec ses pièces
jointes peut être parfois reconstituée (sic) en entier. Le plus souvent
des bribes de mails peuvent être retrouvés (re-sic).
Les cookies sont des petits fichiers déposés sur le disque dur de
l’usager lors de la navigation sur Internet. Leur liste, avec date et
heure, peut s’avérer particulièrement intéressante pour connaître la
navigation de l’usager.
Les images effacées. Le Lerti dispose de logiciels capables de reconstituer
en totalité ou en partie les images effacées, depuis plus ou
moins longtemps.[…]
La corbeille et la « super corbeille » […] permettent de savoir
quels sont les derniers fichiers éliminés.
La recherche sur chaîne de caractère fonctionne […] sur l’intégralité
du disque, y compris dans les fichiers supprimés, les secteurs non
alloués, les queues de clusters. Le moindre résidu de texte situé à l’un
de ces endroits inaccessible à l’usager pourra être retrouvé »99.
Si ces fouineurs assermentés, ou leurs confrères, ont ouvert l’ordinateur
confisqué, ils connaissent – en toute confidentialité, comme le
clame leur charte de déontologie du voyeur – les centres d’intérêt du
propriétaire de l’ordinateur, ses contacts, son budget, ses activités
professionnelles, son courrier, ses notes intimes, ses projets, ses musiques
préférées, les photos de ses proches : ce que celui-ci aura
confié à sa machine. C’est-à-dire, dans le monde technifié qui est le
nôtre, à peu près tout.
TOUT CORPS PLONGÉ
DANS L’EAU SE MOUILLE
« Vous critiquez la technologie, pourtant vous utilisez un ordinateur
! », s’égosillent les dévots des high-tech grenobloises, dont le
raisonnement reproduit le code binaire. Nous critiquons la technologie
parce que nous utilisons un ordinateur et que nous n’avons
d’autre choix si nous voulons vivre parmi nos contemporains. Si nous
voulons recueillir, traiter, transmettre des informations confisquées
dans des « banques de données », à une population « d’internautes »
maintenant « formatée » à chercher et recevoir ses informations via
le Net, il nous faut bien ajouter ce moyen aux imprimés que nous répandons
et aux prises de parole, dans des réunions, dans le monde
réel.
Vivre dans ce monde nous contraint, techno-conformistes comme
contestataires, à l’usage de la technologie. L’ordinateur, la voiture, le
téléphone, le nucléaire constituent notre milieu, que l’on nomme désormais
fort à propos « technosphère ». Prétendre qu’on aurait le
choix de les utiliser, comme le font ceux qui les produisent, c’est
vendre au poisson la possibilité de vivre hors de l’eau.
Cette suppression du choix, caractéristique de la tyrannie technologique,
devrait motiver l’opposition – au moins le doute – des prétendus
esprits libres, à qui celle-ci s’impose autant qu’à nous.
Essayez de trouver un « job » sans voiture ni portable, de vous
passer de l’eau du robinet, pour boire celle de l’Isère, de communiquer
avec vos relations par courrier postal, plutôt que par SMS ou par
mail. Politique de la terre brûlée : le système technicien détruit au fur
et à mesure de son avance l’écosystème, l’organisation sociale, les
conditions de vie qui justement nous permettaient le choix.
Le chômeur convoqué à l’ANPE est saisi dans l’ordinateur. Le lecteur
de la bibliothèque municipale est enregistré dans le logiciel de
gestion des entrées-sorties. L’employé du guichet SNCF édite votre
billet de train sur informatique. Le garçon de café enregistre votre
commande sur écran tactile avant que le logiciel sorte la note.
Quelles relations les derniers enfants élevés en plein air peuvent-
ils entretenir avec leurs copains gavés d’écrans ? Affolés à l’idée
d’en faire des asociaux, leurs parents ne peuvent que céder aux demandes
de portable, d’ordinateur, de DVD, de MP3.
Il se trouve toujours de fins contradicteurs pour nous conseiller la
fuite en Ardèche, si nous refusons « le progrès ». Ils ne savent pas
même dans quel monde ils vivent. Ils ignorent, ces Trissotin à haut
débit, que les bergers sont contraints de pucer leurs troupeaux100 et
que les cultures des paysans sont surveillées par satellite.
Il n’y a plus d’ailleurs. Nous sommes embarqués, sans l’avoir jamais
choisi, dans cette galère. Qu’on ne nous reproche pas de nous
servir y compris de nos chaînes technologiques pour nous mutiner.
*
Vivre en 2007, ce n’est pas vivre comme en 1950, l’ordinateur en
plus, mais vivre dans le monde de l’ordinateur.
« La télématique, avec sa puissance exclusive, nous constitue un
monde caractérisé par la construction de ses données, par un langage
dont la transparence perd de vue l’aléatoire et le sens occasionnel du
rapport au réel. Elle évacue les pesanteurs de l’histoire ou de la morale,
égalise le temps et les distances dans l’instantanéité de la documentation
» (Jacques Ellul)101
L’informatique réunit et unifie tous les sous-systèmes techniquesbanques,
communications, transports, énergie, production, administration,
police, etc. Le gouvernement politico-administratif en est
bouleversé, comme le travail et toutes les activités humaines. Plus encore,
la machine crée des fonctions que personne ne remplissait auparavant.
Sa vitesse et sa capacité à concentrer les données permettent
par exemple la circulation de l’argent d’un bout à l’autre de la
planète en une fraction de seconde. Les technarques peuvent bien
nous inviter, sourire en coin, à prouver notre insoumission en nous
passant d’ordinateur, ils savent que nous sommes pris dans ce
monde qu’ils ont façonné à leur idée. Ils ont créé une nouvelle réalité,
chiffrée, synthétique, globalisante, virtuelle et binaire, à laquelle nos
cerveaux doivent s’adapter pour survivre. Accessoirement, leurs machines
permettent la centralisation de toutes nos données personnelles,
et la traçabilité totale des individus.
LE PROBLÈME,
C’EST LA TECHNOLOGIE,
PAS LES APPLICATIONS
« La technologie n’est ni bonne ni mauvaise en soi, tout dépend
de ses usages », se défend le technicole. Variante du cuistre Alberganti
: « Ils [NDA : Pièces et main d’oeuvre] confondent une technologie
et ses applications »102. À l’en croire, la fission atomique serait dotée
d’une existence « en soi », transcendante, hors du monde matériel, à
distinguer de la Bombe ou des centrales nucléaires. Idem pour la
transgénèse, à ne pas confondre avec les manipulations génétiques.
Ne riez pas, ces doctes-là sont diplômés, salariés, décorés.
Étymologiquement la technologie (technè : « métier », « savoirfaire
» ; logos : « discours ») est l’étude des procédés techniques. Au
sens courant, elle désigne un ensemble de techniques créant une industrie
nouvelle. Procédés, savoir-faire, industrie : rien de plus
concret. Que serait une technologie sans application ? Dans le monde
de l’innovation, rien. Qui prêterait attention à un procédé sans débouchés
? Sûrement pas les technarques, démontrant par l’absurde
l’ineptie de leur rengaine ; une technologie se confond avec ses applications,
et prétendre distinguer l’une des autres est une farce. Qu’ils
lisent donc leur père fondateur, ces benêts high-tech : Jacob Bigelow
qui, le premier, systématisa l’usage du terme « technologie » – créé
semble-t-il par un physicien allemand à la fin du XVIIIe siècle. Dans
Elements of Technology (1829), Bigelow, médecin et botaniste américain,
vantait la fusion entre les « arts » (la technique) et la science,
entre savoirs fondamentaux et pratiques. La chaire dont il était titulaire
à Harvard était consacrée à l’« application de la science aux arts
utiles ». Pionnier de la recherche appliquée à l’heure de la première
révolution industrielle, Bigelow posa la technologie comme l’unification
de la science et de la pratique, autrement dit comme les applications
des connaissances scientifiques103. CQFD.
*
La technologie n’est pas « neutre », comme le ressassent les techno-
compulsifs (variante du cuistre : « La technologie, en elle-même,
ne véhicule aucune idéologie »104). Comment le pourrait-elle puisque
sa fonction est précisément de transformer le monde ? N’importe
quel humain, expert de la vie sur terre, sait que les outils technologiques
bouleversent davantage son existence que la couleur du régime
politique. Que le téléphone portable et l’ordinateur modifient
nos modes de vie, nos rapports sociaux, notre perception du monde,
notre condition.
La machine façonne le milieu et ses habitants à son image. Quand
des monstres de métal guidés par GPS moissonnent des hectares aspergés
de pesticides par avion, les exploitants agricoles en combinaison
et masque à gaz deviennent des ouvriers de la chimie, leurs
champs des usines, et leur production un ersatz alimentaire. Quant à
ceux qui ingèrent ces choses, ils forment aujourd’hui les générations
les plus touchées par le cancer et les maladies neurodégénératives
(dites, non sans raison, « de civilisation »), et ne peuvent que s’en remettre
aux nanotechnologies pour les sauver, en attendant de les
adapter par hybridation cellule-silicium à leur nécrosphère.
Contre-exemple : remplaçons cette évolution machinique par un
progrès social et écologique fondé sur notre intelligence du milieu et
sur d’autres connaissances scientifiques : agronomie, toxicologie, microbiologie,
sciences naturelles anéanties par le réductionnisme
scientiste. Les quelques réfractaires qui tentent ce progrès-là obtiennent
d’autres résultats : préservation des sols, de l’eau potable, de
la santé des agriculteurs, valorisation du savoir paysan, produits de
qualité, circuits de distribution courts.
La technologie supposée « neutre » a bouleversé dans un sens et
non dans un autre la vie des paysans, notre alimentation, les modes
de distribution, les transports de marchandises, les infrastructures,
l’état de notre environnement et notre santé. Nous avons renoncé à
faire progresser notre humanité, notre sensibilité, notre solidarité. La
société de l’agriculture biologique n’est pas la société de l’agrobusiness,
de la chimie et des OGM.
Or, des deux, seule la seconde bénéficie de l’appellation contrôlée
de « progrès ». On voit que la « neutralité » technoscientifique a
toute sa place dans le dictionnaire de la novlangue high-tech, et
qu’elle doit, comme tous les mots de ce jargon propagandiste, être
comprise à l’envers. Rien n’est plus orienté que le progrès technologique,
dont la direction ne doit rien au hasard ou à l’inspiration créatrice.
N’oubliez pas le catéchisme : le progrès/c’est l’innovation technologique/
qui crée des marchés/donc de la croissance et des emplois.
Récitez matin et soir avec Michel Destot, techno-maire socialiste
de Grenoble, et son adjointe à l’économie, Geneviève Fioraso.
Adeptes d’une théologie dont ils ne perçoivent pas même l’emprise
sur leurs esprits, ces croyants assimilent l’Histoire à la flèche du
temps, laquelle ne peut aller que dans une direction – ou revenir d’où
elle vient (« Vous voulez retourner aux cavernes », etc.). Voilà le
choix qu’ils nous laissent : la bougie ou la centrale nucléaire. Comme
si l’industrie atomique nous était tombée du ciel. Chacun comprend
que, si l’on avait consacré les moyens du nucléaire à concevoir des
modes de vie économes en énergie ou des modes de production
d’énergie acceptables, l’Histoire aurait pris un autre chemin. La
bonne question est : pourquoi avoir choisi le nucléaire plutôt que des
voies raisonnables, et qui en a décidé ? Nous y reviendrons.
Considérer la technologie comme « neutre », c’est se livrer sans
armes à sa domination, et renoncer à exercer son libre arbitre. Il n’est
que de subir le fatras d’un Gabriel Sigrist, propagandiste des technologies,
assurant dans un même élan qu’« on n’arrête pas le progrès »
et qu’« on a le choix de refuser les nouvelles technologies si on
veut »105, pour mesurer la confusion de ces modernes bigots.
Il est notable que cet argument de neutralité ait connu cette faveur
chez les scientifiques après Hiroshima (à n’en pas douter, une mauvaise
application de la bombe par les dirigeants). Il conserve depuis
lors cet accent de dénégation qui trahit ceux dont le plan de carrière
étouffe la conscience.
Revenons à nos applications. Reconnaissant implicitement que la
technologie n’existe que si l’on s’en sert, ses promoteurs nous supplient
en dernier recours de distinguer les « bons » usages des
« mauvais » et de ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain. Erreur de
métaphore. La technologie, comme la médaille, compte un avers et
un revers, indissociables. On ne peut pas choisir. « L’existence et le
développement [NDA : des « bonnes » et des « mauvaises » applications]
présupposent le même type anthropologique, les mêmes attitudes
à l’égard du monde et de l’existence humaine, les mêmes modes
de pensée, de technicité et d’instrumentation » (Castoriadis)106.
Le nucléaire fournit les traitements aux rayons contre le cancer ET
la pollution radioactive fertile en cancers. Les biotechnologies fabriquent
l’insuline pour les diabétiques ET l’alimentation industrielle
à l’origine de l’épidémie de diabète. Avec les nanotechnologies, nous
aurons les nanomédicaments contre le cancer ET les nanoparticules
toxiques, cause de nos futurs cancers. On voit tout le bénéfice que
l’industrie tire de ses propres ravages, les mêmes produisant le poison
et le remède. Voilà l’admirable cercle vertueux de la recherche-
innovation devant lequel s’agenouillent nos fervents technicules.
Ainsi va le système technicien : il s’auto-entretient, dans le seul
but de réparer les dégâts de l’étape précédente et de préparer ceux de
la prochaine. Un zest de lucidité ouvrirait les yeux des techno-fans
sur ce prétendu progrès et leur éviterait de se lamenter, sans jamais
faire le lien, sur la disparition des espèces animales, l’épidémie de
cancer ou la fonte des glaciers. Le maire de Grenoble, en pragmatique
socialo-nucléariste, pourrait investir dans une analyse coûts-bénéfices
avant d’ânonner, une fois de plus, que les nanotechnologies sont
une « révolution technologique majeure porteuse de nombreuses
promesses pour notre santé, notre qualité de vie, l’avenir environnemental
de la planète, etc. »107.
Pourquoi encore de telles promesses après déjà tant de « révolutions
technologiques » pour notre santé, notre qualité de vie et notre
environnement ? Le genre de question qu’un ingénieur du CEA, fut-il
maire, ne se pose jamais.
SAVOIR, C’EST POUVOIR
Avant toute chose, la techno-science produit des capacités d’action
: du pouvoir. Pas pour nous, techno-rats ou techno-consommateurs,
à qui elle lâche des miettes, gadgets divertissants et aliénants.
Le téléphone portable nous permet d’être joints partout, super ! –
nous voilà sommés par notre patron d’être disponibles hors du bureau.
Le GPS nous guide sur la route, génial ! – nous voilà suivis à la
trace par la police et l’État. Les caméras de surveillance nous filment
d’un oeil protecteur, hum ! – qui est cette jeune personne à vos côtés à
la place de votre épouse ?
Les chercheurs du CEA qui agitent sous le nez des gogos le bienêtre
et la santé, le confort et la facilité, oublient de préciser deux détails
:
1. Pendant que M. et Mme Arpel jouent avec leurs écrans plats et
leurs rideaux autonettoyants (ah ! ces bonnes utilisations de la technologie),
le pouvoir, lui, consolide son emprise sur eux à coup de vidéosurveillance
« intelligente » à reconnaissance faciale, de biométrie,
de puces espionnes RFID, de poussières de surveillance nanométriques,
de GPS, de puces sous-cutanées, d’implants cérébraux, etc.
2. Pour que M. et Mme Arpel bénéficient de tout ce progrès, il faut
maintenir dans la misère et le désastre le reste de la planète. Il faut
bien mettre quelque part les rebuts toxiques des portables et les déchets
nucléaires ; il faut bien faire pousser quelque part soja transgénique
pour alimenter nos vaches industrielles ; il faut bien assembler
quelque part nos ordinateurs à bas prix ; il faut bien extraire de
quelque part l’uranium, le coltan, le bois, les ressources naturelles
qu’engloutit la frénésie de consommation de la partie dominante de
l’humanité.
Dans la société de la domination, les outils technologiques servent
d’abord les dominants (les pays riches, et en leur sein, les puissants)
et leur servent à renforcer leur pouvoir, reculant d’autant la possibilité
d’une société juste.
Si le nucléaire a été choisi – par le plan Messmer à partir de 1975
–, c’est qu’il implique une organisation hiérarchisée de la production
et des structures administratives, policières et militaires pour l’encadrer
: quel meilleur outil de centralisation et de contrôle pour l’État ?
Dès que vous allumez la lumière, vous dépendez du système. Dans
ces conditions, il faut être fou pour critiquer la technologie.
Chacun sait comme Monsanto s’engraisse sur le cadavre de l’agriculture
; comme il vaut mieux être un haut fonctionnaire européen
plutôt qu’un ouvrier noir américain ou angolais pour profiter des
gains d’espérance de vie en bonne santé ; comme Total peut, sans
grand risque, extraire et transporter le pétrole au mépris des populations
et des océans, etc. Cynisme, injustice, saccage de l’environnement
: les aliments traditionnels de la prospérité des maîtres, protégés
par un arsenal sécuritaire lui aussi en progrès.
« Il reste entendu que tout progrès scientifique accompli dans le
cadre d’une structure sociale défectueuse ne fait que travailler contre
l’homme, que contribuer à aggraver sa condition. C’était déjà là l’opinion
de Fontenelle… » (André Breton)108.
Si leur conscience n’était stérilisée par la cupidité et la vanité, les
chercheurs se mettraient en grève illimitée contre la société de la domination
et de la marchandise qui s’enfle de leurs trouvailles. Leurs
feintes protestations, « je ne fais que de la recherche fondamentale,
ses applications ne me concernent pas », les désignent comme de
dangereux irresponsables.
Non seulement « l’innovation » technologique ne fait en rien progresser
la justice, la morale et la préservation de la planète, mais elle
constitue l’arme des puissants pour éliminer les obstacles à leur empire.
La fin est dans les moyens comme le fruit est dans le germe.
Ainsi se croisent la fuite en avant du système technicien et la soif
de domination de la caste dirigeante. Union monstrueuse dont le
fruit est cette société du contrôle total qui rendra bientôt impossible
toute contestation.
LA SOCIÉTÉ TECHNOLOGIQUE
CONTRE
LA SOCIÉTÉ POLITIQUE
Avons-nous, simples citoyens, décidé du sens et du contenu du
progrès ? Avons-nous choisi la société de l’agrobusiness plutôt que
celle de l’agriculture bio ? Avons-nous été consultés au moment de
convertir les usines de gaz de combat de la guerre de 1914 en usines
d’engrais chimiques et, sur le passage d’une application de la chimie
à une autre ? Avons-nous exprimé notre volonté de déléguer la plupart
des fonctions sociales à des puces électroniques ? Ce téléphone
portable qui nous colle aux oreilles, l’avions-nous réclamé comme le
plus urgent de nos besoins ? Ou avions-nous plutôt d’autres aspirations
– celle d’une vie moins stressante, plus saine, dégagée de la violente
compétition du tous contre tous et de la soumission à la marchandise,
par exemple ?
Si, comme le radotent les réalistes, « on n’arrête pas le progrès »,
c’est que les populations se sont laissé imposer – hors quelques accès
de révolte – les vagues successives d’« innovations ». Ce progrès
qu’on n’arrête pas n’est autre que le triomphe de la techno-caste sur
ses cobayes, de révolution industrielle en révolution industrielle, et la
défaite du politique devant le rouleau compresseur technologique.
Comme la religion, la technologie prétend apporter des solutions
aux problèmes qui ne sont pas de son ressort. Elle s’immisce partout
pour imposer ses réponses aux questions politiques et sociales
comme aux souffrances morales. Voici les OGM pour éradiquer la
faim dans le monde, les caméras contre la délinquance, Internet
contre la solitude.
C’est nous vendre le poison pour le remède. Les OGM et leur modèle
agro-industriel tuent les petits paysans indiens qui se suicident
par dizaines de milliers. L’« ultramoderne solitude » dont meurt
notre vie sociale est née avec la colonisation de l’espace public par la
technologie. Tous les anciens le disent : la télé a vidé les cafés, les
places, les cours d’immeubles.
L’homme est un animal social. Il ne doit sa conscience, son langage,
son identité qu’à la vie en société, hors laquelle il n’est rien. Le
petit d’homme apprend par l’imitation de ses congénères et se
construit par son commerce avec eux – échange de mots, regards,
gestes, sensations, émotions.
Quand votre postier, votre commerçant, votre bureau de vote,
votre surveillant de cantine se transforment en bornes électroniques,
quel genre d’humain devenez-vous ?
Que se passe-t-il quand je réserve mon billet de train sur mon ordinateur
? Rien. Je peux à l’avance décrire l’opération. Si j’ai affaire à
un humain, employé de la SNCF, tout peut arriver. Je dois m’adapter
à la personne qui me fait face, je peux modifier la situation. Être à
l’écoute, comprendre, réagir, improviser, bref, exister dans la société
humaine.
*
Avez-vous remarqué qu’on nous présente comme « progrès » tout
ce qui permet de se passer des humains ? Ce que la religion de la
technologie révèle, c’est la conviction que les hommes sont le problème,
et les machines la solution. Les robots ne font jamais grève, ne
se mettent pas en arrêt maladie, ne discutent pas politique. Les guichets
électroniques ne perdent pas de temps à demander au client
comment il va depuis la dernière fois. Accélérer/optimiser les process/
rationaliser/être performants/compétitifs/rentables/efficaces.
Certes, déshumaniser l’humanité ne se fait pas sans dégâts. Voyez
l’explosion de la schizophrénie, de la dépression, des troubles obsessionnels
compulsifs, des suicides.
Confiez vos enfants à la garde de la télé, de l’ordinateur, de la
console vidéo : vous obtenez des êtres instables, hyperactifs, aux capacités
d’apprentissage diminuées. Un adolescent qui regarde la télé
plus d’une heure par jour réduit ses chances de réussir ses études, indique
une étude épidémiologique américaine menée sur vingt ans109.
Quel que soit le programme regardé, faut-il le préciser aux adeptes
des bonnes applications.
Les liens sociaux rompus et les solidarités brisées, déboulent opportunément
la technologie et ses solutions prêtes à l’emploi : rencontres
virtuelles sur Internet, téléphones portables détectant la présence
d’« amis » dans le secteur, capteurs pour surveiller les personnes
âgées à distance, robots de compagnie et, bien sûr, électrodes
cérébrales contre les troubles obsessionnels compulsifs.
Répugnante camelote qui trahit la catastrophe dans laquelle nous
survivons et qui n’enthousiasme que des cerveaux formatés par des
heures de télévision.
Il se trouve des sociologues pour nous expliquer que les adolescents
se sociabilisent grâce au « chat » sur MSN et qui en concluent
que l’ordinateur est devenu l’outil de sociabilisation indispensable
pour « faire partie ». Outre que cette démonstration illustre à nouveau
quel genre de choix nous est laissé, elle prouve surtout que notre
société est celle de la sociabilisation électronique – c’est-à-dire des
rapports non humains. En toute logique, les ados sondés classent
MSN comme leur moyen préféré de relation aux autres, plutôt que le
vis-à-vis direct. D’ici une ou deux générations, ils auront oublié qu’on
peut rencontrer des gens dans la vraie vie.
Individus politiques, responsables de la cité, nous sommes devenus
spectateurs divertis par le simulacre télévisuel. Les ados d’aujourd’hui
ont encore progressé : ils ont intégré l’idée de n’exister que
par le relais de la machine et ne voient pas le problème si un automate
décide de leur droit d’accès à telle zone. Ils trouvent fun que
leur empreinte digitale remplace leurs mots de passe, et trop top
d’être filmés comme à la télé dans leurs déplacements.
À qui bénéficie cette éradication du politique, cet aplatissement de
la volonté et de la raison devant la sainte machine ? Certainement pas
à la masse dépossédée de sa capacité d’action et d’autonomie – en
partie par sa faute. Quand les syndicats défendent le pouvoir d’acheter
cette quincaillerie humiliante, ils font tourner à plein régime la
machine à détruire la planète, les rapports humains et nos vies. Le
pouvoir, lui, sait rentabiliser le temps de cerveau rendu disponible
par la démocratisation de la télévision et de l’informatique.
*
Pour tous ces motifs, pour continuer à critiquer la technologie,
pour rester des individus politiques dans ce monde high-tech, et
parce que c’est notre droit, nous réclamons, à regret et à la justice,
notre outil d’aliénation technologique.
Grenoble, le 30 septembre 2007
Post-scriptum : après diffusion de ce texte et réclamation, le tribunal
de grande instance de Grenoble a restitué l’ordinateur, confisqué,
amputé des dossiers « Pièces et main d’œuvre ». Deux ans
après avoir rendu une ordonnance de non-lieu.
———————————————————————-
1 Tableau de la géographie de la France, Paul Vidal de La Blache, 1903 (rééd. la Table
ronde, 2000).
2 Cf. « Pour en finir avec Crolles 2 », sur http://www.piecesetmaindoeuvre.com
3 In L’Espace alpin et la modernité, bilan et perspectives au tournant du siècle, sous la
direction de Daniel J. Grange, PUG, 2002.
4 Libération, 21 novembre 2002.
5 Déclaration de l’environnement 2005 de ST.
6 Schéma de développement du réseau public de transport d’électricité, Drire, juin
2004.
7 Lettre du Sierg, janvier 2007.
8 D’après le Bilan de l’environnement industriel en Rhône-Alpes de la Drire.
9 Fédération Rhône-Alpes d’associations de protection de la nature.
10 http://www.bernin.info
11 http://www.salon.com, 30 juillet 2001.
12 Cf. « In their Own Words », sur http://www.piecesetmaindoeuvre.com
13 World Rainforest Movement, http://www.wrm.org.uy
14 World Watch Magazine, mai-juin 2004.
15 Cf. « La route commerciale du coltan congolais : une enquête », Groupe de recherche
sur les activités minières en Afrique (Grama), université de Québec, 2003.
16 World Rainforest Movement, http://www.wrm.org.uy
17 Sciences et Avenir, juin 2004.
18 David Sheppard, chef du programme de l’UICN pour les aires protégées, in « Planète
conservation », 2001.
19 « La route commerciale du coltan congolais : une enquête », op. cit.
20 « La route commerciale du coltan congolais : une enquête », op. cit.
21 Le Journal du Net, 27 janvier 2004.
22 Le Monde, 4 avril 2007.
23 Le Figaro magazine, 7 juillet 2001.
24 Le Monde, 17 avril 2002.
25 http://www.greenpeace.org/china/en/news/new-dump-zone-found-in-china-f# Voir aussi
sur le site de Basel Action Network, les conséquences des trafics de déchets électroniques
en Chine en provenance du Canada : http://www.ban.org/ban_news/050620_canada_ewaste.
html
26 AFF ! 6 novembre 2007.
27 Le Monde, 23 février 2005.
28 Jean-François Viel, de la faculté de Besançon, cité par l’AFR 5 novembre 2007. Son
étude portait uniquement sur les niveaux d’exposition aux différentes sources de rayonnements,
et non sur les risques de ceux-ci.
29 http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs304/fr/index.html
30 O1net, 14 janvier 2005. http ://www.01net.com
31 Science et Vie, avril 1999.
32 http://www.bioinitiative.org
33 http://www.mediasun.ch/antennes/img/appel.pdf
34 Comme Etienne Cendrier (Robin des Toits) à Paris.
35 Science et Vie, avril 1999.
36 Acres USA, juillet 2007, http://www.acresusa.com/toolbox/reprints/July07_Carlo.pdf (en
anglais).
37 http ://david-leloup.blogspot.com/2006/12/trafic-dinfluence-loms.html
38 Idem
39 Une pétition internationale a circulé pour demander la démission de M. Repacholi de
l’OMS. Après son départ à la retraite, des associations françaises ont adressé des lettres ouvertes
à l’OMS pour demander une enquête. Voir http://www.next-up.org
40 R. Gautier, P. Le Ruz, D. Oberhausen, R. Santini, Marco Pietteur.
41 http ://csifcem.free.fr
42 http://www.afsse.fr/documents/Audition_AUBINEAU.pdf
43 Association française des opérateurs de téléphonie mobile, http://www.afom.fr
44 Extrait des auditions des opérateurs de téléphonie mobile par l’AFSSE, 10 janvier
2003, http://www.afsse.fr
45 OMS, Rapport technique n°151, 1958.
46 Stever, Kimmel, Harst, Kuhn, Otten, Wunder : Verhaltensànderung der Honigbiene
apis mellifera un ter elekromagnetischer Exposition, http ://agbi.unilandau.
de/material_download/verhalten_elmagexp.pdf
47 Le Monde 2, 19 février 2005.
48 Télérama, 16 février 2005.
49 Le Monde, 27 janvier 2007.
50 Courrier international, 31 janvier 2008.
51 D’après le cabinet The Mobile World, cité par La Croix, 28 juin 2007.
52 Le Monde 2, 19 février 2005.
53 CEA Technologies n°64, janvier-février 2003.
54 01 Informatique, 22 novembre 2002.
55 Lettre de Minatec n°2, novembre 2001.
56 Plaquette publicitaire de la société Ad Valor.
57 Propaganda, comment manipuler l’opinion en démocratie, Edward Bernays, 1928
(La Découverte, 2007).
58 Le Parisien, 14 janvier 2005.
59 http://www.afom.fr
60 Le Monde, 25 février 2007.
61 Libération, 5-6 février 2005.
62 Le Figaro, 7 juin 2006.
63 Le Monde 2, 17 novembre 2007.
64 Le Téléphone mobile aujourd’hui, usages et comportements sociaux, 2e édition, juin
2007.
65 http://www.afom.fr
66 Le Monde 2, 19 février 2005.
67 Le Monde, 9 septembre 2005.
68 Libération, 26 septembre 2005.
69 Chronos, mars 2005.
70 Le Monde, 2 septembre 2007.
71 Cf. http://www.afom.fr
72 http://www.viridia.fr
73 Représentations des usages du téléphone portable chez les jeunes adolescents, Corinne
Martin, université de Metz, 2003.
74 Mobile et société (revue de l’Afom), n°3, novembre 2007.
75 http://www.afom.fr
76 Les Branchés du portable, Francis Jauréguiberry, PUF, 2003.
77 Mobiles Magazine, janvier 2008.
78 Mobile et société, n°3, novembre 2007, revue de l’Afom.
79 Libération, 4 décembre 2004.
80 Télérama, 26 janvier 2005.
81 Le Point, 7 juin 2007.
82 http://www.watisit.com
83 Libération, 4 décembre 2004.
84 http://www.comtechniques.netfirms.com/products.htm
85 Salon mondial de la sécurité intérieure des États.
86 cellebrite.com/cellebrite-for-forensics-law-enforcement.html
87 Voir les prouesses du Lerti de Grenoble, http://www.lerti.fr
88 Le Monde, 1 juillet 2007.
89 http ://reality.media.mit.edu
90 Entreprises Rhône-Alpes, juillet 2005.
91 Le Monde, 14 juin 2007.
92 http ://einstellung.so36. net/fr/ps/304
93 http://www.gixel.fr. La citation de ce document par le Comité anti-biométrie a conduit le
Gixel à retirer ce texte de son site début 2006, et à le modifier légèrement.
94 Présences, mai 2004.
95 Cf. Aujourd’hui le Nanomonde n°10, « Minalogic : pour une vie sous contention électronique
», sur http://www.piecesetmaindoeuvre.com
96 Le Monde, 29 avril 2007.
97 Fin 2004 les Grenoblois avaient reçu dans leur boîte aux lettres une parodie du Métroscope,
le mensuel de la Métro (Communauté d’agglomération Grenoble Alpes Métropole).
On y découvrait, entre autres, la dissolution de la Métro et l’arrêt de ses grands projets
techno-industriels et de sa politique de croissance.
98 NdE : Le Dauphiné libéré
99 http://www.lerti.fr
100 Règlement CE n°21/2004 du 1 décembre 2003.
101 Jacques Ellul, Le Bluff technologique, Le Cherche Midi, 1988.
102 Sous l’oeil des puces. Les RFID et la démocratie (Actes Sud), page 192.
103 Ce qui ne l’empêchait pas de considérer la technologie comme une promesse de paradis
terrestre. Tels les transhumanistes d’aujourd’hui, héritiers de ce millénarisme scientiste,
et qui, au moins, ne font pas de chichis à décortiquer les nanotechnologies et leurs
applications.
104 Sous l’oeil des puces, op. cit. page 146.
105 Sur France Inter, le 22 août 2007.
106 Le Monde morcelé, C. Castoriadis, Le Seuil, 1987.
107 Discours d’inauguration de Minatec, in Les Affiches, 2 juin 2006.
108 Le Figaro, 12 octobre 1946.
109 Publiée par la revue Archives of Pediatrics and Adolescence Medicine, mai 2007. Cf.
http ://archpedi.ama-assn.org