La dernière Bataille


Abbé Luigi VillaFranco Adessa

Monsieur l’abbé Luigi Villa et l’ingénieur Franco Adessa, son  collaborateur

Auteur : Adessa Franco
Ouvrage : La dernière bataille
Année : 2017

 

 

Pourquoi la dernière bataille à laquelle
nous invite la Sainte Vierge a-t-elle
pour champ la chaîne des Monts Sibyllins
et les zones environnantes?
Pourquoi ces terres sont-elles secouées
par des tremblements de terre,
les églises détruites? Pourquoi la basilique
du Patron de l’Europe, Saint Benoît
de Nursie, a-t-elle été rasée au
sol?
Marco Ribechi écrit: «La chaîne des
monts Sibyllins, dès la plus haute antiquité,
est un lieu magique, mystérieux,
considéré comme la destination
de pèlerinages occultes et de
rencontres blasphématoires entre
sorciers et démons. Réceptacle de
créatures à mi-chemin entre le diabolique
et le mythologique. De nombreux
noms de lieux semblent confirmer
ces légendes: Grotte du Diable,
le Pic du Diable, la Fosse de l’Enfer,
la Gorge du Maudit Enfer, Le Col
Mauvais, le Lac de Pilate, la Grotte
des Fées ou Grotte de la Sibylle.
En 1420, Antoine de la Sale recueillit
une légende selon laquelle une grotte
sur le Mont Sibylle serait l’entrée du
royaume d’une déesse de l’amour.
Nécromanciens, sorciers, démons
auraient habité sur le mont de la Sibylle
et dans la grotte. Mais à proximité,
se trouve un lieu non moins
sombre et énigmatique: le Lac de Pilate,
au pied du Pic du Diable, dominé
par le sommet pointu du Mont
Vecteur».
Luigi Paolucci a écrit, dans son livre
“La Sibylle des Apennins”: «Les plus
anciens témoignages relatifs à notre
mont, remontent à l’an 1300. Ils
concernent le Lac de Pilate où la renommée
des eaux enchantées et peuplées
de démons en forme de poissons,
attire l’attention de nécromanciens
qui y affluent pour consacrer
les livres de magie (grimoires) comme
dans le lieu le plus approprié où
les esprits invoqués sont prêts à obéir
à ceux qui, en échange, leur donnent
leur âme».
Marco Ribechi: «Juste sur le Lac de
Pilate – selon la légende – les démons
qui infestent auraient besoin
d’un sacrifice humain annuel».
Antoine de la Sale parle d’une forte
réaction des gens du lieu contre les
nécromanciens et d’une attitude soupçonneuse
envers les visiteurs étrangers.
Il raconte que deux hommes furent
capturés non loin du lac et furent
barbarement tués. Un prêtre fut traîné
jusqu’à Nursie et là, brûlé sur le bûcher
et son compagnon fut dépecé sur
place et jeté dans les eaux du lac.

Toujours de la Sale recueille des témoignages
locaux qui affirment que
les pratiques nécromanciennes avaient
pour conséquence le déchainement de
terribles tempêtes. Par contre, au
XVIe siècle, Benvenuto Cellini raconte
dans son autobiographie, qu’un
nécromancien lui avait recommandé
le Lac de Nursie (Pilate) comme l’endroit
le plus adapté pour consacrer
les livres au démon et que les gens
du lieu étaient tout à fait disponibles
pour collaborer à cette pratique.
Cette apparente contradiction
pourrait être due à des intérêts économiques
de la part des gens du lieu. En
ces siècles, on appelait alternativement
le Lac “de Pilate” ou “de la Sibylle”.
Dans le premier cas, le nom, si suggestif,
ramène à la mémoire l’époque
où Rome était la capitale du monde
antique. On raconte une légende antique
selon laquelle l’empereur Vespasien,
après avoir incendié Jérusalem,
aurait convoqué Pilate, vieux désormais,
l’accusant de ne pas avoir empêché
trente-sept ans auparavant, la
crucifixion du Christ Rédempteur,
du temps où il était Procurateur en Judée.
C’est pourquoi Pilate fut
condamné à mort, mais il lui fut
concédé un dernier désir. Le vieux romain
demanda que son corps fût déposé
sur un char traîné par des boeufs
et abandonné à son destin. On le lui
concéda, mais l’empereur, intrigué par
cette étrange requête, chargea
quelques soldats de suivre le char. Les
bêtes errèrent jusqu’aux montagnes de
Nursie et, arrivées sur la rive du petit
lac, elles s’y jetèrent entraînant le char
et le cadavre dans les eaux gelées, qui
devinrent rouges. (…).
L’association du Lac avec le nom de
la Sibylle pourrait par contre être liée
aux pouvoirs prophétiques que le
lieu conférait aux devins et aux sorciers.
Toujours Benvenuto Cellini
confirme que l’alchimie pratiquée sur
les mont Sibyllins et les alentours du
Lac de Pilate, avait pour but d’évoquer
les démons pour qu’ils puissent
indiquer les trésors cachés sous terre.
Il faut aussi rappeler les témoignages
du frère de l’Observance franciscaine
Bernardin Benavoglia qui parle
“d’hommes diaboliques” qui
construisent des “autels à trois
cercles” et qui “se mettant comme
offrande dans les troisième cercle”,
invoquent le démon, en lisant ses
noms sur un livre.

Nicolò Peranzoni confirme cette pratique
lorsqu’il écrit: “Deux cercles
taillés sur les pierres proches de la
rive du lac avec quelques caractères”
tandis que Francesco Panfilo
parle d’un cercle à l’intérieur duquel
“on prononce Tau, Erux et un caractère
différent qui indique les
noms du Dieu suprême”. Par le principe
de l’inversion des symboles utilisés
en magie noire, le “Dieu suprême”
est représenté par le démon le
plus puissant, peut-être Lucifer lui-même”.
Antoine de la Sale écrit dans son
oeuvre “Le Paradis de la Reine Sibylle”
(vers 1420), que le Pape Innocent
(1352) ou le Pape Urbino (1362) fit
détruire la Grotte de la Sibylle pour
en empêcher l’accès. La coutume de

dresser des potences au niveau des
cols qui donnent accès au lac de Pilate,
semblerait toutefois antérieure…
Le motif est pourtant clair: décourager
les pratique nécromanciennes
autour du lac.
D’où l’origine des toponymes Potence
de Presta et Potence Violette dans
la zone du mont Vecteur.
Marine Montesano, dans son “…sacré
aux Grottes Nursines” (Institut
Supérieur d’Études Médiévales, Ascoli
Piceno 2003) reporte comment
Enea Silvio Piccolomini, le futur Pape
Pie II,… raconte qu’il a entendu
parler d’une assemblée de sorcières,
de démons et d’ombres nocturnes,
ainsi que d’évocations d’esprits qui
enseigneraient les arts magiques.
La présence de sorcières outre que de
nécromanciens sur les monts Sibyllins
pourrait être motivée par la consécration
du “Lac de la Sibylle” à l’énergie
chtonienne de la prophétesse dans
les légendes païennes. On croyait que
quelques pratiques de “consécration”
et d’“évocation” pouvaient
fournir des effets plus évidents grâce
à la présence d’une ou plusieurs
femmes.

Sous cet aspect, les “histoires” entendues
par Piccolomini pourraient se
rattacher aux “fées” ou “servantes de
la Sibylle” qui d’habitude descendaient
à Foce (village entre la grotte
et le lac) pour danser avec les gars du
lieu. Ces “fées” étaient très belles en-dessus
de la taille, mais avaient des
pieds de bouc, ce qui permettait de les
reconnaître facilement. Elles pouvaient
danser toute la nuit, mais devaient
faire retour dans le règne souterrain
avant l’aube. On pourrait interpréter
la dance des “fées” comme un
sabbat ou un rituel magique d’évocation,
donnant ainsi une plus grande
consistance à la présence des “sorcières”
ou “fées” autour du Lac de Pilate.
Une autre source des faits, à propos
de l’histoire et des mystères de la
chaîne des Monts Sibyllins, est la
“Chronologie historique de la visite
à la grotte de la Sibylle”, où il est
dit:
«On en trouve la première mention en
69 après J.C., avec Svetonius, lorsqu’il
dit que Vitellius “célébra une
veillée sacrée sur les jougs de
l’Apennin”. Trebellius Pollione, en

268 après J.C., dans “Scriptores Historiæ
Augustæ”, raconte que Claude II
le Gothic se fia en cette année-là des
réponds de l’oracle de la Sibylle de
l’Apennin. (…)
Dans la période 1320-1340 eurent lieu
des éboulements à l’intérieur de la
grotte, causés par le tremblement de
terre de 1328 et la fermeture de
l’antre par des actions politico-religieuses,
mises en lumière par l’historien
Falzetti (… luttes entre hérétiques
et dominicains; bulles et édits
de l’Église pour contraster les hérésies
des templiers, alchimistes, spirituels,
cathares, patarins, etc…, qui
avaient trouvé refuge dans les
terres de la Sibylle).
En 1452, dans un parchemin (n. 40)
retrouvé dans les archives historiques
de la commune de Montemonaco, est
stigmatisé la fréquentation de Montemonaco,
du Lac de la Sibylle et de la
grotte sibylline de la part de chevaliers
qui arrivaient d’Espagne et du
règne de Naples pour pratiquer l’alchimie
et consacrer des livres magiques
“ad lacum Sibyllæ (qu’on appellera
peu après Lac de Pilate). Durant
un procès, on excommuniera
puis absoudra toute la population et
les autorités de la commune de
Montemonaco pour avoir aidé les
chevaliers étrangers à se rendre au
lac de la Sibylle et à la grotte. (…).
L’an 1578 est la date emblématique
gravée sur la roche, à côté du vestibule
écroulé et encore visible de nos
jours. La date qu’on y lit sans trop de
difficulté aujourd’hui encore, est
1378, mais il s’agit peut-être d’une
transformation faite au XVII-XVIII
siècle, du nombre cinq qui, écrit en
chiffres arabes, devient trois.
Par cette modification, quelqu’un a
probablement voulu établir une relation
avec la date de naissance
(1378) du mythique Christian Rosenkreuz
(Christian Rosecroix) pour indiquer, selon une hypothèse

encore récente, la présence des rose-croix
sur les terres de la Sibylle et leur
lien idéal avec la grotte mythique.
Roses + croix, sculptées sur les linteaux
des fenêtres et portails de
pierre, se trouvent reproduites, pendant
tout le XVIIe siècle, dans de
nombreux hameaux de la ceinture sibylline”.
À propos des Rose-croix, rappelons
un document ultra-secret, rédigé dans
l’euphorie de la renaissante maçonnerie
italienne – un volume lithographique,
hors commerce, destiné aux
hauts gradés administratifs de l’Institution,
publié à Florence en 1945.
À propos de la “Naissance de l’actuelle
franc-maçonnerie, le document
dit: «Le rose-croix Jean Théophile
Desaguliers et Jacques Anderson,
ministre protestant et d’autres, convoquèrent,
le 24 juin 1717 à Londres, les
membres des quatre loges qui s’y
trouvaient en activité à ce moment-là.
Cette réunion avait pour but de fondre
la Fraternité des Maçons Libres et Acceptés
avec la Société Alchimiste des
Rose-croix, de permettre aux Rosecroix
de mettre en sûreté leurs recherches
alchimiques et leurs idées
gnostiques et rationalistes, sous le
couvert respectable de la Fraternité,
et de procurer aux Maçons Libres
et Acceptés les avantages que seulement
les adeptes riches, influents et
ambitieux des Rose-croix pouvaient
leur apporter, étant donné la réelle décadence
qui menaçait la Fraternité primitive».

C’est ainsi que de ce compromis naquit
la Franc-Maçonnerie, le 24 juin
1717. Rappelons-nous d’ailleurs, que
le devoir du chevalier Rose-croix est
de combattre le Catholicisme et son
but final est d’effacer de la face de la
terre le Sacrifice du Christ sur la
Croix.
En 1773, Mayer Amschel Rothschild
avec une douzaine de financiers juifs
ses amis, donna le coup d’envoi au
plan de la constitution d’un Gouvernement
mondial pour s’approprier de
toutes les ressources de la planète et
dans le but déclaré de décimer la population
mondiale.
A.M. Rothschild confia à Adam Weishaupt
la création du satanique
Ordre des Illuminés de Bavière qui,
en secret, devait assumer la direction
de toutes les Obédiences maçonniques
du monde.
Le dessein et la stratégie de cette direction
mondiale suprême sont énoncés
en termes clairs par leurs dirigeants:
«Notre but final est celui de Voltaire
et de la Révolution française:
c’est-à-dire l’anéantissement complet
du catholicisme et même de
l’idée chrétienne».
«Le poignard le meilleur pour assassiner
l’Église et la frapper au
coeur est la corruption».
«Nous avons entrepris la corruption
en grand, la corruption du peuple
per le clergé et du clergé par nous».
Cependant, pour corrompre le clergé,
il était nécessaire que le Trône de
Pierre fût occupé… par le Chef suprême
du satanique Ordre des Illuminés
de Bavière.
Ce nouveau “Pape”, uni au chef de la
famille Rothschild et à Lucifer, formerait
le “triangle” de l’Antéchrist
et devrait reconnaître le secret le plus
profond et le plus jalousement gardé
par les Chefs Inconnus de la franc-
Maçonnerie: la rédemption satanique
de la Triple Trinité maçonnique.
L’oeuvre corruptrice de la Sibylle
Apennine montait en grade et requérait
un changement de lieu et de nom:
“Sibylle” vaticane et “Grotte” vaticane.
En conclusion, nous reportons un fait
qui s’est passé récemment (2016) sur
les Monts Sibyllins. Trois jeunes gens
de l’Ombrie du groupe “The X
plan”, depuis toujours intéressés par
les histoires qui circulent sur la présence

sur les Monts Sibyllins de la fameuse
Sibylle, après un “calcul astrologique
et numérologique du lieu”,
partant des résultats obtenus, ont décidé
que le jour le meilleur pour avoir
un “signe” de la Sibylle serait le 3
juillet.
Une fois arrivés à la grotte de la Sibylle,
il ont continué jusqu’à Casale
Lanza et dans cette vallée, sous un
ciel serein et sans un nuage, tout à
coup à partir de rien, il ont vu sur le
flanc du Mont Priora, une forme
qu’ils considèrent comme celle de la
Sibylle dans l’acte de pousser un
hurlement. L’image est restée immobile
pendant environ 8 minutes, pour
se confondre ensuite dans la lumière
et les ombres environnantes.
Les trois jeunes gens considèrent que
par cette apparition, la Sibylle a voulu
transmettre le message de sa présence
et de sa souffrance comme une invitation
à respecter son règne naturel.
Une fois vérifiée sur internet l’unicité
de leur témoignage, ils concluent:
«Notre défi est de comprendre si
l’an prochain, le même jour et à la
même heure, se produira le même
phénomène».

Grimoire:
Le livre des ombres

suite…

histoireebook.com

 

 

Laïcité : un billet de banque français avec verset coranique et haïk islamique !


lelibrepenseur.org

http://i1.wp.com/www.lelibrepenseur.org/wp-content/uploads/2017/01/billets-colonies-francaises-algerie-banque-d-algerie-billet-5-francs-verset-coranique-Ha%C3%AFk.jpg?resize=768%2C536http://i2.wp.com/www.lelibrepenseur.org/wp-content/uploads/2017/01/billets-colonies-francaises-algerie-banque-d-algerie-billet-5-francs-verset-coranique-Ha%C3%AFk-Verso.jpg?resize=768%2C539

                                                                                                    L’autre face du billet :

 


Lors de la dernière vidéo-débat entre Messieurs Pierre Dortiguier et Rachid Benaïssa (cf. ci-dessous), ce dernier avait parlé des billets de banque français des colonies, plus précisément ceux en circulation en Algérie, sur lesquels était imprimé, sur une de leurs faces, un verset coranique afin de dissuader les éventuels faussaires ou fraudeurs. Il s’agit du premier verset de la sourate éponyme (numéro 83) du Saint Coran et qui signifie tout simplement : « Malheur aux fraudeurs ».

La république française était pourtant toujours laïque, la séparation de l’église et de l’État consommée depuis plus de 30 ans déjà, puisque ce billet date des années 40. Nous pouvons constater également sur ce billet la présence du voile islamique traditionnel algérien, le haïk ! Nous avions aussi fait remarquer la présence d’un grand nombre d’affiches publicitaires touristiques du temps des colonies où on ne s’embarrassait pas de mettre en avant le voile islamique, ça ne choquait absolument personne à l’époque.

Ainsi, avec de nombreuses preuves à l’appui, il faut bien se rendre à l’évidence que c’est la société française actuelle, ou plus exactement, l’élite politique ou médiatique dirigée par des agents subversifs dangereux, qui a changé sa façon de faire et de voir. On est passé tout simplement de la laïcité protectrice telle que conçue au départ, celle qui sépare le pouvoir du culte, afin de garantir son exercice aux citoyens de toutes croyances, au laïcisme tel que prôné par Vincent Peillon et qui n’est rien d’autre qu’une nouvelle religion – la religion de l’état annonce-t-il le plus sérieusement du monde – un genre de dictature de la pensée, un athégrisme dangereux qui refuse l’existence même de toute vie spirituelle et religieuse autre que celle du mammonisme progressiste actuel. On en est arrivé à une société qui interdit le culte islamique à ses citoyens, contre toute logique et en violation des textes institutionnels et des droits fondamentaux connus acquis de haute lutte : une société qui fait des obligations alimentaires religieuses une affaire d’État ; une société qui veut imposer de manière dictatoriale des comportements, tout en se disant libre, moderne, progressiste et pour l’expression illimitée de la liberté de conscience et des libertés humaines.

Non, les musulmans n’ont rien inventé, ni changé, ni modifié quoi que ce soit à leur comportement et à leur façon d’être. C’est bien la société occidentale qui a renié ses traditions, C’est bien la société occidentale qui se laisse manipuler par des agents de subversion d’une rare grossièreté qui viennent, aujourd’hui, expliquer aux Français comment penser, vivre et se comporter. Nous ne citerons pour exemple que des personnes d’une bêtise abyssale : Robert Ménard l’agent de la CIA dont M. Maxime Vivas a démontré la fonction réelle dans son excellent livre sur Reporters sans frontières. Enfin Éric Zemmour, le juif pratiquant qui se dit athée – plus français que Clovis le roi des Francs – qui distille une idéologie mensongère via des chiffres inventés de toutes pièces. Bref, tout ceci n’est pas très sérieux, d’autant que les faits sont têtus dans leur incontestable réalité.

 

Les véritables Maîtres du monde


SOCIÉTÉS OCCULTES
TECHNOCRATES INTERNATIONAUX
OLIGARCHIES FINANCIÈRES
NOMENKLATURAS TOTALITAIRES

La Trilatérale,
qu’est-ce que c’est ?


Auteur : Camman Robert
Ouvrage : Les véritables Maîtres du monde Sociétés occultes Technocrates internationaux Oligarchies financières Nomenklaturas totalitaires La trilatèrale, qu’est ce que c’est ?
Année : 1985

Au XVIIIe siècle les deux puissances mondiales dominantes étaient l’Angleterre et la France. Toutes deux cherchaient à s’affaiblir. La Royauté Française en aidant les Colonies Anglaises d’Amérique du Nord à s’émanciper de la tutelle de Londres … L’Angleterre en cherchant à détruire le Catholicisme pour mieux déstabiliser la Royauté Française, et ce dans les deux cas, avec la participation active des Francs-Maçons et du Capitalisme naissant, cherchant à supprimer les obstacles à son épanouissement : religion – structures sociales et corporatistes – états.

suite…

https://mega.co.nz/#!HV0FDIyL!wUZ6L0bwAVimACxNBXxh42NWRIbiqSK1KdmeFDZ9iRo

Les origines occultes du sceau du dollar sous-titrée en français (VOSTFR)


à la demande de Salim LaÏbi (LLP), cette vidéo très intéressante a été traduit en français et nous les remercions pour ce travail.

http://www.lelibrepenseur.org/2014/06/26/les-origines-occultes-du-sceau-du-dollar-sous-titree-en-francais-vostfr/

Tous victimes d’une mascarade organisée


Auteur : Sander Alec « roi des sorciers »

Le Pacte international relatif aux droits civils et politiques :
Article 19

1 –  » Nul ne peut être inquiété pour ses opinions.

2. Toute personne a droit à la liberté d’expression; ce droit comprend la liberté
de rechercher, de recevoir et de répandre des informations et des idées de toute
espèce, sans considération de frontières, sous une forme orale, écrite, imprimée
ou artistique, ou par tout autre moyen de son choix.

3. L’exercice des libertés prévues au paragraphe 2 du présent article comporte
des devoirs spéciaux et des responsabilités spéciales. Il peut en conséquence
être soumis à certaines restrictions qui doivent toutefois être expressément
fixées par la loi et qui sont nécessaires :
a) au respect des droits ou de la réputation d’autrui;
b) à la sauvegarde de la sécurité nationale, de l’ordre public, de la santé ou de
la moralité publiques.

La Convention européenne des droits de l’homme :
Article 10 Liberté d’expression.

1. Toute personne a droit à la liberté d’expression. Ce droit comprend la liberté
d’opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des
idées sans qu’il puisse y avoir ingérence d’autorités publiques et sans
considération de frontière. Le présent article n’empêche pas les États de
soumettre les entreprises de radiodiffusion, de cinéma ou de télévision à un
régime d’autorisations.

2. L’exercice de ces libertés comportant des devoirs et des responsabilités peut
être soumis à certaines formalités, conditions, restrictions ou sanctions prévues
par la loi, qui constituent des mesures nécessaires, dans une société
démocratique, à la sécurité nationale, à l’intégrité territoriale ou à la sûreté
publique, à la défense de l’ordre et à la prévention du crime, à la protection de
la santé ou de la morale, à la protection de la réputation ou des droits d’autrui,
pour empêcher la divulgation d’informations confidentielles ou pour garantir
l’autorité et l’impartialité du pouvoir judiciaire. »

INTRODUCTION
Cet ouvrage n’est pas un « livre » dans le sens où je l’entends. C’est-à-dire que pour réaliser
un dossier de ce genre, nul besoin d’avoir des talents d’écrivain. C’est plutôt un travail de
recherche, un exposé, un rapport portant sur des sujets allant de l’histoire à l’occultisme, de la
politique à la religion. J’ai puisé des informations dans des livres, des revues, des sites internets. Je
compare des faits, j’expose, j’analyse des documents et j’en arrive à des conclusions fondée.
Un des thèmes abordé dans ce dossier est la franc-maçonnerie. Plus de 70 000 ouvrages ont
déjà été écrit à son sujet. Autant d’informations que de désinformations. Que n’a-t-on pas dit à son
propos ? Les uns y voient une société secrète diabolique oeuvrant pour l’instauration d’un nouvel
ordre mondial et les autres, une société secrète initiatique oeuvrant pour l’amélioration de
l’humanité. Qu’en est-il ? Réponses sera données à ces questions au travers de documents. Dans ce
dossier, le lecteur européen aura accès pour la première fois à deux documents inédits sur la franc-maçonnerie,
parmi d’autres.
Ce travail ne vient pas s’inscrire sur la liste des ouvrages antimaçonnique ou antisémitique
ou autres. Dans certains ouvrages antimaçonniques que j’ai eu l’occasion de consulter, chaque
auteur avait plus ou moins sa « théorie ». Ceux qui tiraient les ficelles c’était les Illuminatis pour
certains, les Rothschilds pour d’autres ou encore un groupe de sages juifs. D’autres disaient encore
le Sanhédrin ou les 3 kabbalistes de la Loge de Jérusalem, sans oublier les « reptiliens » et les
« extra-terrestres. » Il y avait beaucoup d’affirmations mais peu de preuves et pas mal de
contradictions. En exemple les Protocoles des Sages de Sion. Pour Aron Monus, écrivain
hongrois, traducteur de Mein Keimpf, l’auteur serait Theodore Herzl, pour d’autres, un groupe de
sages juifs lors du premier congrès sioniste de Bâle en 1897, et pour d’autres encore les
Rothschilds alors que cet ouvrage n’est qu’un plagiat. Autre exemple, l’appartenance maçonnique
de Karl Marx. Certains disent qu’il était maçon du 33°, d’autres disent qu’il était du 32°, sans
apporter aucune preuve concrète de ce qu’ils avancent, ni documents ni quoi que ce soit. Ils ne se
contentent que de le dire.
Ce dossier, qui se veut être un dossier sérieux, ne laisse aucune place aux théories
fantaisistes abordé par certains auteurs, entre autres, David Icke avec sa théorie sur les
« reptiliens ».
Dans la plupart des ouvrages qui traitent de la théorie des complots, les juifs sont souvent
les tireurs de ficelle, ceux qui gouvernent dans l’ombre, ceux qui dirigent le monde. Ils seraient la
cause de beaucoup de malheurs. Il est vrai que certaines familles juives ont une place importante
dans le milieu de la haute finance internationale : les Rothschilds pour ne citer qu’eux. Beaucoup
de gens croient que tous les juifs sont « riche » ce qui est faux. Les Rothschilds sont juifs mais tous
les juifs ne sont pas des Rothschilds. Qu’entend-t-on par le mot « juif ». Quand on dit « juif », de
quel juif parle-t-on ? Du juif religieux, du laïc, du juif orthodoxe, du juif ultra-orthodoxe, du néo-othodoxe,

du juif réformé, du juif sioniste, du juif athée ou encore du juif Karaïte, du Samaritain,
du Dönmeh ? Les juifs ne forment pas un bloc homogène et nous verrons dans ce dossier les
rivalités qui existent entre eux. Il n’y a pas de complot judéo-maçonnique, il y a « complot » tout
court, où prennent part des gens de toutes nationalités et de toutes religions.
Je ne dis pas que ce sont les juifs qui contrôle la franc-maçonnerie, bien que les faits nous
font penser le contraire, ni qu’ils en sont les inspirateurs, bien que la franc-maçonnerie puise son
idéologie dans la Bible et la Kabbale. Il y a aussi des « ingrédients » emprunté à l’Egypte ancienne,
à Babylone, et au christianisme. Je ne fais pas de références non plus au fameux « Protocoles des
Sages de Sion », que je viens de citer, qui, malgré l’exactitude de son programme, est un faux
manifeste plagié du livre « Dialogues aux enfers entre Montesquieu et Machiavel » de Maurice
Joly. Disons que les Protocoles sont véridiques mais pas authentique. Beaucoup de groupes
s’obstinnent encore à accorder un certain crédit à ces Protocoles. Il existe toutes une série de
documents de ce genre fabriqués de toute pièce que vous aurez l’occasion de découvrir au premier
chapitre. Bref. Je compare aussi à travers la symbolique, l’organisation des Témoins de Jéhovah et
la franc-maçonnerie. Existe-t-il un lien entre ces deux organisations qui en apparence n’ont rien
avoir entre-elles ? Charles Taze Russel était-il maçons ? Même question à propos des Mormons et
de leur « prophète » Joseph Smith.
A toutes ces questions je tenterai de répondre en étant le plus exhaustif possible. Vous
comprendrez la difficulté d’une telle démarche puisque les ramifications de cette société secrète
sont nombreuses car il n’y a pas une maçonnerie mais des maçonneries qui peuvent paraître
opposés en apparence mais qui vont dans la même direction. Ces rivalités sont artificielles ainsi
que nous le verrons plus loin. Par exemple, l’opposition apparente entre l’anarchiste Bakounine et
le révolutionnaire Karl Marx, touts deux maçons.
Nous retrouvons cette même rivalité entre Atatürk et les communistes. Atatürk ne cachait
pas son animosité envers le communisme. Ce qui est étrange c’est qu’Atatürk, aussi bien que
Marx, Staline ou Lénine étaient maçons. Abraham Lincoln, maçon, fut assassiné par un francmaçon.
Ou encore à la Bataille de Waterloo où l’on voit s’affronter des francs-maçons, Napoléon
face à Wellington et Blücher. Ou encore l’opposition apparente entre le bloc capitaliste et le bloc
communiste, deux blocs à la tête desquels se trouvent des juifs non sémite et des francs-maçons
comme nous le verrons plus loin. Ce sont des plans machiavéliques qui sont appliqué et l’homme
de la rue, l’homme ordinaire n’est pas tout à fait capable d’en saisir la portée, plongé qu’il est dans
un monde d’illusion, où sa vie défile au travers de schémas, de modèles imposé à son esprit par les
moyens de télécommunications qui sont entre les mains des « soldats » de la contre-initiation, que
dénonce René Guénon.
Vous constaterez que cet ouvrage comporte beaucoup d’images. Une image vaut mille mots
disent les chinois. Ma part d’écriture dans ce dossier est faible, mais ce dossier n’est pas un travail
d’écriture. C’est une approche des événements par des documents et des photos. Parfois des

photos peuvent vous faire comprendre plus de chose que des dizaines de pages, dans la mesure où
la photo n’est pas truquée. Nous verrons quelques photos truquées de l’époque des soviets. Ce
dossier est original dans son genre car il a la prétention de faire la lumière sur des points qui sont
occultés.
Pour tous ceux qui ont reçu un enseignement conventionnelle, ce dossier pourra les
« déstabiliser ». Ils se heurteront à la véracité des faits et pourront difficilement sortir de leur
conditionnement. Des gens peuvent se trouver face à des réalités, mais s’obstineront et refuserons
de voir la vérité en face. Soit, les faits sont là, les documents aussi.
Ce dossier s’adresse à un public déjà « initié » mais les « profanes » pourront satisfaire leurs
curiosités et découvrir des choses qu’ils n’imaginent même pas. De par son style, son approche et
son contenu, ce dossier est différent de tout ce qui a été fait jusqu’à présent.
Brièveté et concision ont été les mots d’ordre pour la réalisation de ce travaille. Un dossier
percutant qui vient mettre les points sur les i.
Tout ce que je dis dans ce dossier, je le dis d’après des preuves. Je n’invente rien. Je ne rentre
pas dans des analyses détaillées, mais je vais à l’essentiel. Et c’est ce qui compte. J’ai privilégié le
fond plutôt que la forme, le contenu plutôt que le contenant, la qualité plutôt que la quantité.
Enfin, j’espère avoir réussi.
Ce n’est pas une haine quelconque qui m’a poussé à entreprendre ce travail mais le souci de
faire connaître au public le fruit de mes petites recherches effectuée au cours des ces dernières
années, ce qui c’est concrétisé par ce que vous allez lire et voire. Ce dossier n’est pas une oeuvre de
polémique. Je n’attaque pas, j’expose. Je décris un phénomène. J’étudie un système. J’examine des
conséquences. Rien de plus.
Alec Sander.

Autour de la question juive

Sémite, hébreu, juif, judéen, israélite, israélien, sioniste, quels différence ?

Comme il sera question des « juifs » dans ce dossier, une clarification s’impose à propos de
certains termes qui sont : sémite, hébreu, juif, israélite, israélien, sioniste, judéen. Sans
cela, des « ignorants » ou des personnes mal intentionnés pourraient taxer cet ouvrage
« d’antisémite ». Dès qu’on parle des juifs, on s’aventure sur un terrain glissant et pour éviter
de « glisser », nous devons faire la distinction entre ces termes qui ne sont pas synonymes.

Ci-dessous, vous pourrez lire les définitions données par un site internet :

Sémite : – personne appartenant à un des peuples originaires d’Asie occidentale (ancienne
Mésopotamie et du Moyen-Orient), que la tradition fait descendre de Sem, fils de Noé, et qui
ont parlé ou parlent les langues dites sémitiques (l’hébreu, l’arabe, l’araméen, le babylonien,
l’assyrien, et l’amharique). Le terme « sémite » désigne plus particulièrement les peuples et les
tribus bibliques ainsi que leurs descendants actuels, incluant aussi bien les Hébreux que les
Arabes. Il n’est donc pas synonyme de juif. Ce mot est tombé en désuétude.

Hébreux : – selon la tradition juive, de l’hébreu ivri, dérivé de Eber, descendant de Sem qui
était le fils de Noé, ou de ever, « au-delà » [du fleuve Euphrate]) : personne appartenant au
peuple des Hébreux. La Bible nomme Hébreux les tribus sémitiques semi-nomades qui
vivaient en Syrie depuis le XIXe ou XVIIIe siècle avant JC et qui, après avoir traversé
l’Euphrate, se sont installées en terre de Canaan (la Palestine) sous la conduite d’Abraham.
Cet épisode est relaté par la Genèse, Chapitre XII. Ceux qui plus tard s’installèrent en Egypte
avec Joseph furent contraints à l’esclavage (L’Exil) jusqu’à ce que Moïse les libère et les
amène sur la Terre Promise. A partir du VIe siècle avant JC, ils se désignent comme les
Judéens d’où dérive le mot « juif ».
Dans les évangiles, les Hébreux sont les Juifs de Palestine qui parlent l’araméen.
L’hébreu est aussi la langue, d’origine sémitique, de l’ancien peuple d’Israël (de la Bible
Hébraïque) ainsi que la langue officielle de l’Etat actuel d’Israël.

Juif : – de l’hébreu Yehoudi, habitant de Judée, l’un des deux royaumes rivaux après le
schisme du royaume d’Israël) personne appartenant à la communauté du « peuple juif »,
descendant des Hébreux ou de ceux « qui les ont ralliés » au cours des époques. Bien qu’il se
confonde parfois avec le sens d’appartenance religieuse, le mot « juif » a plutôt une
signification d’appartenance ethnique. La grande majorité des Juifs se considèrent comme
formant un peuple unique et membres d’une nation disséminée dans les pays du monde
(Diaspora).
Dans la pratique moderne, le terme « juif » inclut à la fois l’individu qui pratique le judaïsme et
l’individu qui, même sans pratiquer cette religion, s’identifie comme juif en vertu de son
héritage familial et culturel.
Longtemps considérés comme déicides par les chrétiens, les Juifs ont été, très souvent au
cours de l’histoire, victimes de brimades, de discriminations, de pogroms (émeutes
antisémites) et de persécutions… L’antisémitisme a atteint son point culminant dans la
première moitié du XXe avec le racisme anti-juif des nazis et leur entreprise d’extermination,
un génocide appelé Shoah (« catastrophe » en hébreu), qui a provoqué la mort de 5 à 6
millions de personnes selon les estimations des historiens.

Israélien : – habitant de l’Etat (actuel) d’Israël.

Israélite : – descendant du peuple d’Israël formé par les douze fils de Jacob dont l’histoire,
décrite dans la Bible, commence à la sortie d’Égypte avec Moïse. Après le schisme qui suivit
le règne du roi Salomon, le terme « israélite » (du royaume d’Israël) s’oppose à « judéen » (du
royaume de Judée) d’où dérive le mot « juif ». De nos jours, « israélite » est souvent utilisé
comme euphémisme pour éviter d’employer le mot « juif ».

Sioniste : – (de l’hébreu Sion, l’une des collines de Jérusalem) partisan du sionisme. Le
sionisme est un mouvement né à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, visant à la création
d’un Etat juif indépendant en Palestine. Il s’est développé sous la pression de l’antisémitisme
et des pogroms d’Europe centrale, mais aussi à cause du choc provoqué par l’affaire Dreyfus.
Plus politique que religieux, le sionisme trouve cependant son inspiration dans le sentiment
mystique de l’avènement messianique (voir Messie) et du retour du peuple juif sur la Terre
Promise. Le sionisme, dont Theodore Herzl fut le principal organisateur (premier congrès à
Bâle en 1897), rencontra des oppositions au sein même de la Diaspora juive, mais devint
l’espoir pour les communautés persécutées d’Europe orientale. La déclaration Balfour, en
1917, permit la création d’un Foyer juif en Palestine. Il fut à l’origine de la création de l’État
d’Israël en 1948. »

Sur un autre site, Alfred Lilienthal qui est juif, nous donnes ces définitions :

« Quelle est la différence entre un Sémite, un Hébreu, un Israélite et un « Juif » ?

Un sémite est un descendant de Shem, un des fils de Noé. Un hébreu est un descendant de
Heber, un des arrières petit fils de Shem. Ainsi, tous les hébreux sont sémites mais tous les
sémites ne sont pas hébreu.

Six générations après Heber, Abraham naquit de sa lignée, ainsi Abraham était à la fois
hébreu et sémite.

Isaac naquit d’Abraham, et Jacob d’Isaac. Le nom de Jacob fut changé en « Israël », et il eut
12 fils. Ses fils et ses descendants sont appelés israélites, et ils sont à la fois sémite et hébreu.
Toutefois, cela ne fait pas d’Abraham ni d’Isaac des israélites. Certains, qui font un
amalgame avec le mot « juif » et « israélite », disent qu’Abraham était juif, bien qu’Abraham
ne fût même pas un israélite, et le mot « juif » est utilisé dans la Bible 1000 ans après
Abraham.

Un des enfants de Jacob-Israël était Judah (Yehuda en hébreu). Ses descendants étaient
appelés Yehudim (« Judahite »). En grec nous lisons Ioudaioi (« Judéen »)

Le facteur de confusion provient du fait que presque toutes les traductions de la Bible
emploient le mot « Juif », qui est une forme moderne, raccourcie du mot « Judahite » ; A
chaque fois que vous tombez sur le mot juif dans les anciennes Ecriture, vous devez lire
« Judahite » ; et chaque fois que vous tombez sur le mot juif dans le Nouveau Testament, vous
devez lire « Judéens »

Une fois que vous avez correctement les traductions à l’esprit, alors nous devons interpréter
ces mots plus loin, car ils peuvent avoir plusieurs sens selon le contexte.
Dans l’Ancien Testament, le mot « Judahite » a 3 utilisations différentes :
Personne appartenant à la Tribu de Judah au sens racial

Personne citoyenne de la « Maison de Judah », incluant les Tribus de Benjamin et de Levi.
Ainsi, ce mot peut être utilisés soit du point de vue tribale (race) ou géographique
(nationalité)
Une fois que vous avez correctement les traductions à l’esprit, nous devons interpréter ces
mots plus loin, car ils peuvent avoir plusieurs sens selon le contexte. Dans l’Ancien
Ce mot est aussi utilisé dans un sens religieux pour ceux qui suivent la religion de Judah. Au
temps d’Esther, beaucoup de non israelite, devinrent « juif » (Judahite). Esther 8 :17.
Dans le Nouveau Testament, le mot grec Ioudeos devrait être traduit « Judéen ». A nouveau,
ce terme était utilisé de la même manière :
Personne appartenant à la Tribu de Judah au sens racial;
Personne citoyenne de la province de Judée (par opposition à Galilée et Samarie), ainsi
décrit dans Jean 7 :1. Cet usage est géographique, et il s’applique aussi au citoyen non-
Israélite de Judée qui ont été incorporé à la nation en 135 av. J.C
Personne suivant la religion de Judah, donnée par Moïse et les prophètes. Cet emplois se
trouve dans le livre des Romains (Bible) 2 :28 et 29.
Par conséquent, nous pouvons dire:
Tous les Israélites sont Hébreux et Sémites.
Seulement une minorité des Israélites était appelé Juif (Judahites, Judéens)
Beaucoup de non-Israélites étaient appelés Juifs (Judahite, Judeans) simplement parce qu’ils
vivaient en Judah ou prétendaient suivre la religion des Judéens. »
En résumé, un sémite est un descendant de Sem, un des fils de Noé (PSL). Un hébreu est un
descendant de Heber, un des arrières petit fils de Sem. Donc, tous les hébreux sont sémites
mais tous les sémites ne sont pas hébreu. Par exemple, le Prophète Abraham (PSL) est à la
fois sémite et hébreux mais il ne serait en aucun cas un juif ou un israélite.
Le Prophète Isaac non plus n’étaient ni juif ni israélite. Le nom de son fils Jacob (PSL) fut
changé en Israël et il eut 12 fils. Ses fils et ses descendant sont appelé Israélite ou fils d’Israël
et ils sont à la fois sémite et hébreux. La majorité des juifs dans le monde, ne sont ni hébreux,
ni sémite encore moins israélite, c’est-à-dire descendant des fils d’Israël (Jacob-Yacoub
(PSL)). »

Diversité des juifs
« Il existe environs huit millions de Juifs, répandus sur la superficie du globe. Dont les sept
huitièmes environs habitent l’Europe. Parmi ces Juifs figurent les Juifs bédouins qui vivent
sur les confins du Sahara, les Daggatouns du désert, les Falachas de l’Abyssinie, les Juifs
noirs de l’Inde, les Juifs mongoloïdes de Chine, les Juifs Kalmouks et Tatares du Caucase,
les Juifs blonds de Bohême et d’Allemagne, les Juifs bruns du Portugal, du Midi de la
France, de l’Italie et de l’Orient, les Juifs dolichocéphales, les juifs brachycéphales et sous-brachycéphales,
tous Juifs que, d’après la section de leurs cheveux, d’après la forme de leur
crâne, d’après la couleur de leur peau on pourrait classer, en vertu des meilleure principes
de l’ethnologie, dans quatre ou cinq race différentes, ainsi que nous venons de montrer. »
(L’Antisémitisme son Histoire et ses Causes, Bernard Lazare, Aux Editions de la Différence, p.137, 138.
(Bernard Lazare est juif.))
« Aussi, cette race juive, présentée par les Juifs et les antisémites comme la plus inattaquable,
la plus homogène des races, est-elle fort diverses. Les anthropologistes pourraient tout

d’abord la diviser en deux partie bien tranchées : les dolichocéphales et les brachycéphales.
Au premier type appartiennent les Juifs Séphardim, Juifs espagnols et portugais, ainsi que
la majeure partie des Juifs d’Italie et du Midi de la France ; au deuxième on peut rattacher
les Juifs Askenazim, c’est-à-dire les Juifs polonais, russes et allemands. Mais les Sephardim
et les Askenazim ne sont pas les deux seules variétés de Juifs connus ; ces variétés sont
nombreuses.
En Afrique, on trouve des Juifs agriculteurs et nomades, alliés aux Kabyles et aux Berbères
près de Sétif, de Guelma et de Biskra, aux frontières du Maroc, ils vont en caravane
jusqu’à Tombouctou, et quelques-unes de leur tribus, sur les confins du Sahara, sont des
tribus noires, ainsi les Daggatouns, comme sont noirs les Falachas Juifs de l’Abyssinie.
Dans l’Inde, on trouve des Juifs blancs à Bombay, et des Juifs noires à Cochin, mais les
Juifs blancs ont du sang mélanien. » (L’Antisémitisme son Histoire et ses Causes, Bernard Lazare,
Editions de la Différence, p.135, 136.)
« Ce qui unit entre eux tous les Juifs du monde, c’est qu’ils sont de même race. Cette
affirmation ne soutient pas l’examen. Le Juif russe au nez écrasé , aux pomettes saillantes,
aux yeux bridés, le Juif espagnole au nez recourbé, à la bouche charnue, le petit Juif brun au
nez droit et le petit Juif roux d’Allemagne, ont-ils le même ancêtre, descendent-ils d’un
même couple ? » (Publication du kadimah N° 1, Le nationalisme juif, Bernard Lazare)
Explications en images. Est-ce que d’après vous, les juifs qui figurent sur les photos
suivantes, sont sémites ? Il suffit de regarder leur teint, pour s’aperçevoir qu’ils n’ont rien à
voir ni avec les sémites ni avec les fils d’Israël. Ils ne sont pas du Proche Orient, ce sont tous
des juifs d’origine européenne (Allemagne, Pologne, Ukraine, Roumanie, Hongrie,
Biélorussie, Russie etc…). Fait paradoxal, les fondateurs du sionisme politique (Moses Hess,
Theodor Herzl, Charles Nettler etc, ainsi que les futurs dirigeants d’Israel, n’étaient ni croyant
ni sémite.)

Qui sont les Khazars ?
« Origines : Les khazars étaient un peuple originaire d’Asie centrale, peuple de Crimée. On
dit qu’ils avaient les cheveux roux avant même les conquêtes mongoles. Au début, ils
croyaient au chamanisme, parlaient le turc et étaient nomades. Plus tard ils adoptèrent le
judaïsme, l’islam et le christianisme, apprirent l’hébreu et le slave et s’installèrent dans des
villes au nord du Caucase et de l’Ukraine. Ils avaient une grande tradition d’indépendance
ethnique s’étendant environ pendant 800 ans du 5° au 13° siècle. »
Nous lisons dans le Dictionnaire Encyclopédique du Judaïsme, à la rubrique KHAZARS,
page 562 :
« Peuple apparenté aux Turcs du sud de la Russie, dont l’empire situé entre la mer Caspienne
et la mer Noire connut son apogée entre le VIIè et Xè siècle, selon les sources arabes,
chinoises et hébraïques. Les Khazars avaient un régime de double royauté, comprenant un
khaqan et un roi. D’après des lettres échangées au Xè siècle entre Hasdaï ibn Charpout –
ministre juif du calife de Cordoue – et le roi des Khazars, Joseph, une partie du peuple se
serait convertie au judaïsme autour de 740…..La correspondance entre Ibn Charpout et le roi
Joseph, publiée par Isaac Aqris dans Kol Mevasser (Constantinople, 1577) a vu également
son authenticité confirmée par les scientifiques…..Le royaume khazar fut détruit au XVè
siècle, mais les Khazar continuèrent à être mentionnés épisodiquement. L’absence de toute
information concernant leurs descendants a donné naissance à la théorie, sans fondement,
selon laquelle les Juifs d’Europe de l’Est en seraient issus. »
Je tiens d’abord à rectifier une erreur. D’après cet article, le livre Kol Mevasser, d’Isaac
Aqris, a été écrit à Constantinople en 1577. Or depuis 1453, date de la prise de Constantinople
par les Turcs, Constantinople ne s’appelle plus Constantinople mais Istanbul, et le nom
Constantinople n’a plus de raison d’être. Bref. Soit dit en passant. D’après l’article, la théorie
selon laquelle les Juifs d’Europe de l’Est seraient issus des Khazars est sans fondement.
Pourtant, Arthur Koestler, dans son livre « La Treizième Tribu », nous dis le contraire.
L’auteur est juif. Même si les juifs d’Europe de l’Est ne seraient pas issus des Khazars, ça
n’en ferait pas des sémites. En réalité les juifs sémites sont une minorité. La grande majorité
des juifs dans le monde, n’ont absolument rien avoir avec le sémitisme. Isémites et les antisémites.
Ce qui unit entre eux tous le du monde, c’est qu’ils sont de même race. Cet“ affation ne soutient pas l’examen* Le
Les Khazars d’après Roger Garaudy :
« Au VIIème siècle, le peuple des Khazars, d’origine turque, russe et magyar, constituait un
grand royaume sur le territoire de l’Ukraine actuelle. Aux environs de 740, le roi des
Khazars, Bulan, qui entendait ne dépendre ni des Byzantins chrétiens, ni des Perses
musulman, se convertit au judaïsme, et entraîna avec lui une grande partie de son peuple.
Environ un tiers, si l’on juge par la composition du Tribunal suprême du royaume, où
siégeaient deux juifs, deux chrétiens, deux musulmans et un païen.
Du XIème au XIIIème siècle ce royaume s’effrita sous les assauts des Russes et des Byzantins,
et surtout des mongoles de Gengis Khan. Les Khazars furent ainsi refoulés vers la Pologne, la
Hongrie et la Transylvanie, où, avec des coreligionnaires venus de France et des Balkans, ils
formèrent les grandes communautés juives d’Europe Centrale et Orientale. » (Palestine Terre
des Messagers Divin, Roger Garaudy, Editions Al-Fihrist, Beyrouth-Liban, 1998, p.220).

L’antisémitisme, l’antijuaisme et l’antisionisme, quelle différence ?
Etre antisémite c’est être contre la race sémite, tout simplement !

Etre antijuif c’est être contre le judaïsme c’est-à-dire être contre une religion.

Etre antisioniste c’est être contre le sionisme, contre une politique.

Une personne peut être antisémite sans être antijuive ou antisioniste et l’Etat d’Israël en est le
meilleur exemple. Ou alors, être antijuive sans être antisémite ou encore, être antisioniste sans
être antisémite ou antijuive. (Ex : les Neturei Kerta)

Je vais à présent retranscrire des passages d’un livre très connu qui dit des juifs, qu’ils sont :
– un peuple mauvais et déraisonnable.
– Un peuple abruti.
– Un peuple insensé.
– Une nation coupable.
– Un peuple chargé de crimes.
– Une race de malfaiteurs.
– Des enfants vicieux.
– Un peuple qui aime le mal.
– Un peuple qui exècre la justice.
– Peuple qui tort tout ce qui est droit.
– Qui construit Sion dans le sang.
– Des enfants de sorcières.
– Une race adultère
– Une race prostituée
– Des enfants désobéissant.
– Une race menteuse
– Un peuple stupide.
– Des enfants sans cervelle.
– Expert pour faire le mal.
– Des rebelles endurcis.
– Tous des malfaiteurs.
– Des enfants de « putain »
– Des tueurs de Prophètes.
– Des enfants du Diable.

A coups sûr, ce livre d’où proviennent ces passages serait censuré pour propos raciste et
antisémite. Mais paradoxalement, ce livre est la Bible Ces critiques s’adressent à des juifs à
un moment donné du passé. Ils ont été critiqués à cause de leur mauvaise conduite, à cause de
leur désobéissance. Voici les passages entiers avec les références. A chacun d’aller vérifier.
« Le Seigneur est un rocher protecteur. Il agit de manière parfaite, toutes ces décisions
sont légitimes, toujours fidèle, jamais injuste, il est plein de droiture et de vérité. Mais vous,
peuple mauvais et déraisonnable, vous avez offensé le Seigneur. Honte à vous ! Vous n’êtes

plus ses enfants ! Peuple abruti, peuple insensé, peut-on se conduire ainsi envers lui ? N’est-il
pas votre père, votre créateur, celui qui a fait de vous son peuple ? » (Deut. 32, 4-6.)
« Quel malheur, nation coupable, peuple chargé de crimes, race de malfaiteurs,
enfants vicieux que vous êtes ! Vous avez abandonné le Seigneur, vous avez dédaigné
l’unique vrai Dieu, le Dieu d’Israël, vous lui avez tourné le dos. » (Esaïe 1, 4)
« Vous avez beau faire prière sur prière, je refuse d’écouter, car vos mains sont
couvertes de sang. Nettoyez-vous, purifiez-vous, écartez de ma vue vos mauvaises actions,
cessez de faire le mal. » (Esaïe 1, 15-16)
« Puis je dis : Écoutez donc, chefs de la maison de Jacob et commandants de la
maison d’Israël ! N’est-ce pas à vous de connaître le droit, vous qui haïssez le bien et aimez
le mal, qui leur arrachez la peau, et la chair de sur leurs os !
Écoutez donc ceci, chefs de la maison de Jacob et commandants de la maison d’Israël, vous
qui exécrez la justice et qui tordez tout ce qui est droit, vous qui construisez Sion avec le
sang et Jérusalem avec le crime !
« Ses chefs jugent pour des présents, ses prêtres décident pour un salaire, ses prophètes
vaticinent à prix d’argent. Et c’est sur Yahvé qu’ils s’appuient ! Ils disent :  » Yahvé n’est-il
pas au milieu de nous ? Le malheur ne tombera pas sur nous. » (Livre de Michée, chapitre 3)
« Embouche la trompette ! Comme un aigle, le malheur fond sur la maison de Yahvé. Car ils
ont transgressé mon alliance et ont été infidèles à ma Loi. » (Osée 8 ,1)
« Approchez ici, vous autres, enfants de sorcière, race adultère et prostituée ! De qui
vous moquez-vous ? A qui faites vous des grimaces et tirez-la langue ? N’est-il pas vrai que
vous êtes des enfants désobéissants, une race menteuse ? » (Esaïe 57, 3-4)
« Mon peuple est stupide, il m’ignore, dit le Seigneur d’Israël. Ce sont des enfants
sans cervelle, ils ne comprennent rien. Ils ne sont experts que pour mal faire. Mais pour ce
qui est de bien faire, ils n’y comprennent rien. » (Jérémie 4, 22)
« Ce sont tous des rebelles endurcis, des calomniateurs, durs comme le bronze ou le
fer, ce sont tous des malfaiteurs. » (Jérémie 6, 28).
« Accusez Israël, votre mère, ne vous en privez-pas, dit le Seigneur, car elle n’est
plus ma femme et je ne suis plus son mari. Qu’elle ôte de son visage les marques de sa
prostitution ! Qu’elle enlève d’entre ses seins les signes de son adultère. Sinon je la mettrai
toutes nue, dans l’état où elle était au jour de sa naissance !… Je n’aime pas ses enfants : ce
sont des enfants de prostituée, car leur mère s’est prostituée, celle qui les a mis au
monde s’est conduite honteusement. » (Osée 2, 4-7)
« Que n’ai-je au désert une cabane de voyageurs! J’abandonnerais mon peuple et m’en
irais loin d’eux; car ce sont tous des adultères, c’est une troupe de perfides. » (Jérémie 9, 2)
« Leur langue est un trait meurtrier qui profère le mensonge; chacun a la paix dans
la bouche avec son prochain, mais au-dedans il lui dresse des embûches.

Ne les punirais-je pas pour ces choses-là, dit l’Éternel? Mon âme ne se vengerait-elle
pas d’une telle nation ? » (Jérémie 9, 8)
« L’Éternel a dit: C’est parce qu’ils ont abandonné ma loi, que j’avais mise devant
eux, et qu’ils n’ont pas écouté ma voix et ne l’ont pas suivie;
Mais qu’ils ont suivi la dureté de leur coeur et les Baals, comme leurs pères.
C’est pourquoi, ainsi a dit l’Éternel des armées, le Dieu d’Israël: Voici, je vais nourrir ce
peuple d’absinthe, et je lui ferai boire des eaux empoisonnées.
Et je les disperserai parmi des nations qu’ils n’ont connues, ni eux ni leurs pères; et
j’enverrai après eux l’épée, jusqu’à ce que je les aie consumés. » (Jérémie 9, 13-16)
D’après ces versets, ce sont les juifs qui sont responsables de tout ce qui leur est arrivé.(Exils,
expulsions, progroms, shoah.)
Même Hitler n’a pas été aussi loin dans ses critiques contre les juifs. Comparons à
présent les deux passages qui vont suivre. Le premier est tiré d’un livre d’Herman Raushning,
ancien chef National-Socialiste du Gouvernement de Dantzig :
« Je lui demandai s’il fallait déduire de ses paroles que la race juive devait être totalement
anéantie.
– Non, répondit Hitler, au contraire, si le Juif n’existait pas, il nous faudrait l’inventer. On a
besoin d’un ennemi visible et non pas seulement d’un ennemi invisible. » (Hitler m’a dit,
Confidences du Führer sur son plan de conquête du monde, Hermann Rauschning, Editions Coopération, Paris,
1939, p. 265.)
La Bible va plus loin que Hitler puisqu’il y est écrit ce qui suit :
« J’avais l’intention de les détruire (les juifs) complètement et d’effacer tout
souvenir d’eux de la Terre. Mais j’ai eu peur que leurs ennemis se moquent de moi, en
imaginant avoir accompli eux-même cet exploit, en pensant que je n’y suis pour rien. »
(Deutéronome 32, 27.)
Ce que confirme André Chouraqui dans une interview accordés au quotidien « Dernières
Nouvelles d’Alsace » :
« – On cite parfois des passages du Coran très durs, qui justifieraient le fanatisme ? –
– C’est une mauvaise interprétation. La même erreur que celle qu’a commise le christianisme
avec l’Inquisition. Même dans la Bible hébraïque, vous avez des passages qui traitent Israël
plus durement que ne l’ont jamais imaginé tous les antisémites du monde ! » (Interview
d’André Chouraqui, par Jacques Fortier, Dernières Nouvelles d’Alsace Jeudi 7 Juin 2001.)

Le Messie et les juifs
Voyons maintenant dans le Nouveau Testament, comment Jésus (psl), qui est sémite,
s’adresse aux scribes et au Pharisiens, qui sont pourtant sémites :
 » Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, qui fermez aux hommes le Royaume des
Cieux ! Vous n’entrez certes pas vous-mêmes, et vous ne laissez même pas entrer ceux qui le
voudraient !
 » Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, qui parcourez mers et continents pour
gagner un prosélyte, et, quand vous l’avez gagné, vous le rendez digne de la géhenne deux
fois plus que vous !
Malheur à vous, guides aveugles, qui dites : « Si l’on jure par le sanctuaire, cela ne compte
pas ; mais si l’on jure par l’or du sanctuaire, on est tenu.  »
Insensés et Vous dites encore : « Si l’on jure par l’autel, cela ne compte pas ; mais si l’on jure
par l’offrande qui est dessus, on est tenu.  »
Aveugles ! quel est donc le plus digne, l’or ou le sanctuaire qui a rendu cet or sacré ? Aussi
bien, jurer par l’autel, c’est jurer par lui et par tout ce qui est dessus, jurer par le sanctuaire,
c’est jurer par lui et par Celui qui l’habite ; jurer par le ciel, c’est jurer par le trône de Dieu
et par Celui qui y siège.
 » Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, qui acquittez la dîme de la menthe, du
fenouil et du cumin, après avoir négligé les points les plus graves de la Loi, la justice, la
miséricorde et la bonne foi ; c’est ceci qu’il fallait pratiquer, sans négliger cela.
Guides aveugles, qui arrêtez au filtre le moustique et engloutissez le chameau.
 » Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, qui purifiez l’extérieur de la coupe et de
l’écuelle, quand l’intérieur en est rempli par rapine et intempérance !
Pharisien aveugle ! purifie d’abord l’intérieur de la coupe et de l’écuelle, afin que l’extérieur
aussi devienne pur.
Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, qui ressemblez à des sépulcres blanchis :
au-dehors ils ont belle apparence, mais au-dedans ils sont pleins d’ossements de morts et de
toute pourriture ; vous de même, au-dehors vous offrez aux yeux des hommes l’apparence de
justes, mais au-dedans vous êtes pleins d’hypocrisie et d’iniquité.
 » Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, qui bâtissez les sépulcres des
prophètes et décorez les tombeaux des justes, tout en disant : « Si nous avions vécu du temps
de nos pères, nous ne nous serions pas joints à eux pour verser le sang des prophètes.  »
Ainsi, vous en témoignez contre vous-mêmes, vous êtes les fils de ceux qui ont assassiné les
prophètes !
Eh bien ! vous comblez la mesure de vos pères

Serpents, engeance de vipères ! Comment pourrez-vous échapper à la condamnation de la
géhenne ?
C’est pourquoi, voici que j’envoie vers vous des prophètes, des sages et des scribes : vous en
tuerez et mettrez en croix, vous en flagellerez dans vos synagogues et pourchasserez de ville
en ville, pour que retombe sur vous tout le sang innocent répandu sur la terre, depuis le sang
de l’innocent Abel jusqu’au sang de Zacharie, fils de Barachie, que vous avez assassiné
entre le sanctuaire et l’autel !
En vérité, je vous le dis, tout cela va retomber sur cette génération !
 » Jérusalem, Jérusalem, toi qui tues les prophètes et lapides ceux qui te sont envoyés,
combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants à la manière dont une poule rassemble ses
poussins sous ses ailes…, et vous n’avez pas voulu !
Voici que votre maison va vous être laissée déserte.
Je vous le dis, en effet, désormais vous ne me verrez plus, jusqu’à ce que vous disiez : Béni
soit celui qui vient au nom du Seigneur ! (Evangile selon Matthieu 23, 13-39.)
Jésus va encore plus loin puisqu’il traite les juifs pharisiens de fils de Diable :
« Ils lui répondirent: Notre père est Abraham. Jésus leur dit: Si vous étiez enfants
d’Abraham, vous feriez les ouvres d’Abraham.
Mais maintenant vous cherchez à me faire mourir, moi, un homme qui vous ai dit la vérité
que j’ai apprise de Dieu; Abraham n’a point fait cela.
Vous faites les ouvres de votre père. Ils lui dirent donc: Nous ne sommes point issus de la
fornication; nous avons un seul Père, c’est Dieu.
Jésus leur dit: Si Dieu était votre Père, vous m’aimeriez, parce que c’est de Dieu que je suis
issu, et que je viens; car je ne suis pas venu de moi-même, mais c’est lui qui m’a envoyé.
Pourquoi ne comprenez-vous point mon langage? C’est parce que vous ne pouvez écouter ma
parole.
Le père dont vous êtes issus, c’est le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père.
Il a été meurtrier dès le commencement, et il n’a point persisté dans la vérité, parce qu’il n’y a
pas de vérité en lui. Lorsqu’il dit le mensonge, il parle de son propre fonds; car il est menteur,
et le père du mensonge. » (Evangile selon Jean 8, 39-44.)

Le Messie serait-il « antisémite » ?

Les juifs dans le Coran
Certains juifs et certains chrétiens et d’autres, soutiennent que le Coran est antisémite
vu qu’il comporte des passages qui critiquent les juifs.
Comment le Coran pourrait être « antisémite » étant donné qu’il dit à propos de la Torah :
« Nous [Allah] nous avons donné à Moïse le Livre de la Torah en totalité… ce livre est
béni » (Coran 6 ,155-156.)
« Nous donnâmes à Moïse le Livre de la Loi et la distinction, afin que vous soyez dirigés
dans la droite voie. » (Coran 2, 50.)
Encore une fois, comment est-ce que le Coran peut-il être « antisémite » alors qu’il dit des
juifs et des chrétiens :
« Mais ils ne sont pas tous pareils. Il est, parmi les gens du Livre, une communauté droite
qui, aux heures de la nuit, récite les versets de Dieu en se prosternant. Ils croient en Dieu et
au Jour dernier, ordonnent le convenable, interdisent le blâmable et concourent aux
bonnes oeuvres. Ceux-là sont parmi les gens de bien. Et quelque bien qu’ils fassent, il ne
leur sera pas dénié. Car Dieu connaît bien les pieux. » (Coran 3, 113-115.)
Ou encore ces verset :
« Ô enfants d’Israël ! Souvenez-vous des bienfaits dont je vous ai comblés, souvenez-vous
que je vous ai élevés au-dessus de tous les humains. » (Coran 2, 44.)
« nous avons apporté aux enfants d’Israël le Livre (la Tora), la sagesse et la prophétie et
nous les avons préféré aux autres peuples. » (Coran 45,16.)
« (Souvenez-vous) lorsque Moïse dit à son peuple: ‹Ô, mon peuple! Rappelez-vous le bienfait
d’Allah sur vous, lorsqu’Il a désigné parmi vous des prophètes. Et Il a fait de vous des rois.
Et Il vous a donné ce qu’Il n’avait donné à nul autre aux mondes. » (Coran 5, 20)

Les juifs tueurs de Prophètes
L’Ancien Testament dit :
« Pourquoi vous en prendre à moi ? demande le Seigneur. Tous, vous m’avez été
infidèles. Je vous ai frappé, mais ça n’a servit à rien, et vous n’avez pas accepté cet
avertissement. Au contraire comme des lions féroces, vous avez tué vos prophètes. » (Jérémie 2,
29-30.)
« … Ils [nos pères] se soulevèrent et se révoltèrent contre Toi. Ils jetèrent Ta loi derrière leur
dos, ils tuèrent Tes prophètes qui les conjuraient de revenir à Toi, et ils se livrèrent envers
Toi à de grands outrages. Alors Tu les abandonnas entre les mains de leurs ennemis, qui les
opprimèrent. » (Néhémie, 9: 26-29.)

Jésus (PSL) ne dit pas autre chose dans l’Evangile selon Matthieu :
« C’est pourquoi, voici que j’envoie vers vous des prophètes, des sages et des
scribes : vous en tuerez et mettrez en croix, vous en flagellerez dans vos synagogues et
pourchasserez de ville en ville, – pour que retombe sur vous tout le sang innocent répandu sur
la terre, depuis le sang de l’innocent Abel jusqu’au sang de Zacharie, fils de Barachie, que
vous avez assassiné entre le sanctuaire et l’autel !
En vérité, je vous le dis, tout cela va retomber sur cette génération !
Jérusalem, Jérusalem, toi qui tues les prophètes et lapides ceux qui te sont envoyés,
combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants à la manière dont une poule rassemble ses
poussins sous ses ailes…, et vous n’avez pas voulu ! » (Evangile selon Matthieu, 23, 34-37.)
« Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, qui bâtissez les sépulcres des prophètes
et décorez les tombeaux des justes, tout en disant : « Si nous avions vécu du temps de nos
pères, nous ne nous serions pas joints à eux pour verser le sang des prophètes.  » Ainsi,
vous en témoignez contre vous-mêmes, vous êtes les fils de ceux qui ont assassiné les
prophètes ! »

Dans le Coran :
« Nous avons donné à Moïse le livre de la Loi et l’avons fait suivre par d’autres envoyés. Nous
avons accordé à Jésus, fils de Marie des signes manifestes de sa mission (ses miracles) et
l’avons fortifié par l’esprit de sainteté. Toutes les fois que nos prophètes vous apporteront
une doctrine qui froisse vos passions, leur résisterez-vous orgueilleusement en les accusant
une partie de mensonges et en tuant les autres ? » (Coran 2, 81.)
« Lorsqu’on leur dit : croyez à ce que Dieu a envoyé du ciel, ils répondent  » Nous croyons aux
Ecritures que nous avons reçues et ils rejettent le (Coran) livre venu depuis et pourtant … ce
livre confirme leurs Ecritures.  » Demande-leur : pourquoi donc avez-vous tué les envoyés du
Seigneur si vous aviez la foi ? » (Coran 2, 85.)
« Nous les avons maudits à cause de leur rupture de l’engagement, leur mécréance aux
révélations de Dieu, leur meurtre injustifié des prophètes… » (Coran 4, 155.)
Ainsi donc, L’Ancien Testament, le Nouveau Testament et le Coran, disent tout trois que des
juifs ont tué des Prophètes.

A propos de la malédiction des juifs.

Dans le Coran :
« Et les Juifs disent : ‹La main de Dieu est fermée !› Que leurs propres mains soient
fermées, et maudits soient-ils pour l’avoir dit. Au contraire, Ses deux mains sont largement
ouvertes : Il distribue Ses dons comme Il veut. Et certes, ce qui a été descendu vers toi de la
part de ton Seigneur va faire beaucoup croître parmi eux la rébellion et la mécréance. Nous
avons jeté parmi eux l’inimitié et la haine jusqu’au Jour de la Résurrection. Toutes les fois

qu’ils allument un feu pour la guerre, Dieu l’éteint. Et ils s’efforcent de semer le désordre sur
la terre, alors que Dieu n’aime pas les semeurs de désordre. » (Coran 5, 64.)
« (Nous les avons maudits) à cause de leur rupture de l’engagement, leur mécréance aux
révélations de Dieu, leur meurtre injustifié des prophètes, et leur parole : ‹Nos coeurs sont
(enveloppés) et imperméables›. En réalité, c’est Dieu qui a scellé leurs coeurs à cause de
leur mécréance, car ils ne croyaient que très peu. » (Coran 4, 155.)
« Et puis, à cause de leur violation de l’engagement, Nous les avons maudits et endurci
leurs coeurs : ils détournent les paroles de leur sens et oublient une partie de ce qui leur a été
rappelé. Tu ne cesseras de découvrir leur trahison, sauf d’un petit nombre d’entre eux.
Pardonne-leur donc et oublie [leurs fautes]. Car Dieu aime, certes, les bienfaisants. » (Coran
5, 13.)

Dans l’Ancien Testament :
« Vous êtes sous le coup d’une grave malédiction parce que vous me trompez, vous, le
peuple entier. » (Malachie 3, 9.)
« Dans tout ce que vous entreprendrez, le Seigneur vous enverra la malédiction, la terreur
et les tracas, et vous ne tarderez pas à être complètement exterminés à cause du mal que vous
aurez commis en l’abandonnant. » (Deutéronome 28, 20.)
« C’est pourquoi je reste en procès contre vous, et le serai encore avec vos descendants,
déclare le Seigneur. » (Jérémie 2, 9.)
« Mais si tu n’obéis pas à la voix de l’Éternel ton Dieu, pour prendre garde de pratiquer tous
ses commandements et ses statuts que je te prescris aujourd’hui, voici toutes les malédictions
qui viendront sur toi, et t’arriveront: Tu seras maudit dans la ville, et tu seras maudit aux
champs;
Maudite sera ta corbeille, et ta huche. Maudit sera le fruit de tes entrailles, et le fruit de ton
sol, la portée de tes vaches et de tes brebis.
Tu seras maudit dans ton entrée, et tu seras maudit dans ta sortie.
L’Éternel enverra sur toi la malédiction, l’effroi et la ruine, dans tout ce à quoi tu mettras la
main et que tu feras, jusqu’à ce que tu sois détruit et que tu périsses promptement, à cause de
la méchanceté des actions par lesquelles tu m’auras abandonné. » (Deutéronome 28, 15-20.)
« Et toutes ces malédictions viendront sur toi, et te poursuivront, et t’atteindront, jusqu’à ce
que tu sois exterminé; parce que tu n’auras pas obéi à la voix de l’Éternel ton Dieu, pour
garder ses commandements et ses statuts qu’il t’a prescrits.
Et elles seront sur toi et sur ta postérité à jamais, comme un signe et un prodige. »
(Deutéronome 28, 45-46.)
« Regarde, je mets aujourd’hui devant vous la bénédiction et la malédiction :
la bénédiction, si vous écoutez les commandements de l’Éternel, votre Dieu, que je vous
commande aujourd’hui ; la malédiction, si vous n’écoutez pas les commandements de
l’Éternel, votre Dieu, et si vous vous détournez du chemin que je vous commande

aujourd’hui, pour aller après d’autres dieux, que vous n’avez pas connus. » (Deutéronome 11,
26-28)

D’autres versets coraniques à propos des juifs :
« Ô enfants d’Israël ! Souvenez-vous des bienfaits dont je vous ai comblés, souvenez-vous que
je vous ai élevés au-dessus de tous les humains. » (Coran 2, 44.)
« Ne revêtez pas la robe du mensonge, ne cachez point la vérité quand vous la connaissez. »
(Coran 2, 39.)
Le Coran nous dis qu’ils n’ont pas tous désobéi :
« Quand nous reçûmes « l’Alliance des enfants d’Israël », nous leur dîmes : N’adorerez qu’un
seul Dieu, respectez vos pères et vos mères, aidez les orphelins et les pauvres.  » Ayez des
paroles de bonté pour TOUS les hommes, acquittez-vous de vos prières, faites l’aumône.
Excepté un petit nombre, vous vous êtes montrés récalcitrants et vous vous êtes détournés de
mes commandements. » (Coran 2, 77.)
« C’est à cause des iniquités des Juifs que Nous leur avons rendu illicites les bonnes
nourritures qui leur étaient licites, et aussi à cause de ce qu’ils obstruent le sentier d’Allah, (à
eux-mêmes et) à beaucoup de monde, et à cause de ce qu’ils prennent des intérêts usuraires –
qui leur étaient pourtant interdits – et parce qu’ils mangent illégalement les biens des gens. A
ceux d’entre eux qui sont mécréants Nous avons préparé un châtiment douloureux. »
(Coran 4, 160-16.)
« Nous avions décrété pour les Enfants d’Israël, (et annoncé) dans le Livre: ‹Par deux fois
vous sèmerez la corruption sur terre et vous allez transgresser d’une façon excessive. »
(Coran,17, 4.)
Dans sa traduction du Coran, André Chouraqui a falsifié la traduction .

Les Neturei Karta, juifs antisioniste
Et que dire de ces juifs qui manifestent contre l’Etat d’Israël, ces juifs orthodoxes qui
brûlent le drapeau israélien ? Sont-ils antisémites ? Je vous pose la question. Non. Ils
protestent contre une politique, le sionisme, qui est une dérive du judaïsme. Les Neturei Kerta
ne sont pas les seuls, il y a d’autres organisations juive qui affiche sans ambages leur
antisionisme.

« Le sionisme peut-être considéré comme une sécularisation de l’idée messianique, le
peuple juif lui-même prenant l’initiative d’un changement radical plutôt que d’attendre
l’arrivée du Messie. Le fait que le sionisme se soit approprié le messianisme traditionnel aide
à comprendre la très vive hostilité des groupes ultra-orthodoxes à son égard, de même que
la condamnation d’un Etat juif instauré sous des auspices naturels et séculiers. »
(Dictionnaire Encyclopédique du Judaïsme, Editions Robbert Laffont, Paris, 1996, p. 664.)
Voici une liste de groupes juifs orthodoxe anti sioniste :

· Bene Yoel
· Breslov
· Brisk
· Hazon Ish
· Kasho
· Krasna
· Kretcheniff
· Malochim
· Munkach
· Neturei Karta
· Nitra
· Pupa
· Satmar
· Skullene
· Slonim (Weinberg)
· Toldoth Aharon
· Toldoth Avrohom Yitzchok
· Tosh

· Wiznitz Hassidic sect based in Monsey, NY
http://www.jewsnotzionists.org/groups.htm
Liste d’organisation juive orthodoxe antisioniste :
· Edah HaCharedith lekol Makhelot Ha’Ashkenazim
Rabbinical High Court for all Ashkenazic communities, Jerusalem
· Edah HaCharedith HaSefaradit, Sefaradic Rabbinical High Court, Jerusalem
· Hisachduth HaRabbonim DeArtzos HaBris VeKanada – Central Rabbinical Congress of the United
States and Canada (CRC)
· Yeshivath Ahavath Shalom
http://www.jewsnotzionists.org/organizations.htm
Liste partielle de quelques rabbin hassidique anti-sioniste bien connu :
· the Toldos Aharon Rebbe, Grand Rabbi Duvid Kohn
· the Toldos Avrohom Yitzchok Rebbe, Grand Rabbi Shmuel Yaakov Kohn
· the Munkatcher Rav Shlit »a – Grand Rabbi Moshe Leib Rabinowitz, leader of the international Munkacs
Hassidic movement based in Brooklyn NY
http://www.jewsnotzionists.org/contemporaryHassicLeaders.htm
Liste partielle de rabbins orthodoxe antisioniste:
· His Holiness Sidna Baba Sali – ADMoR HaHaham Hakadosh Rabi Yisrael Abu Hasera
· Rabbi Elchonon Wasserman
· the Brisker Rav, HaGaon Reb Cahyim Soloveitchik
· the Brisker Rav, HaGaon Reb Velvel Soloveitchik
· the Brisker Rav, Hagaon Reb Moshe Yehudah Leib Diskin
· the Chief Rabbi of Jerusalem, HaGaon Reb Yoseph Chayim Sonnenfeld
http://www.jewsnotzionists.org/rabbisPastGenerations.htm
Nous pouvons donc critiquer Israël puisque des juifs le font, et notre critique sera légitime.
Et ce qui est paradoxale dans cette affaire, c’est que c’est l’Etat d’Israël qui est antisémite
(Les fondateurs et précurseurs du sionisme politique ainsi que les dirigeant de l’Etat hébreu
n’étaient ni sémite ni croyant. Charles Nettler, Moses Hess, Theodor Herzl, Nahum Goldman,
Chaim Weizman, Yosef Sprinzak, Yitzhak Ben-Zvi, Zalman Shazar, Menachem Begin,
Yitzhak Shamir etc…

Autre gros paradoxe, l’athéïsme (Il le dit lui-même dans ses écrits, « Je suis un agnostique »,
Diaries (Mémoires), Théodore Herzl, Editions Victor Gollancz, 1958, p. 54.) du fondateur du
sionisme politique, Théodor Herzl, qui brandit la Bible pour justifier sa politique coloniale.
Fait étrange, Hans Herzl,le fils de Theodor Herzl s’était convertit au christianisme et s’est
suicidé suite à la mort de sa soeur d’une overdose.
Autre fait paradoxal : d’après la Bible, Isaac épouse une araméenne, Esaü épouse une femme
arabe, le roi Saül est né de mère cananéenne, l’aïeule de David, Ruth, était Moabite, Salomon,
est de mère Hittite. La mère du Prophète Abraham était égyptienne.
Voyons ce que dit le Dictionnaire Encyclopédique du Judaïsme :
« Historiquement, la définition du Juif a été conçue selon les lois de la Halakha, pour laquelle
est juive toute personne née de mère juive, ou toute personne convertie au judaïsme dans
les conditions précisées par la Halakah. » (Dictionnaire Encyclopédique du Judaïsme, Editions
Robbert Laffont, Paris, 1996, p. 548).
S’il fallait appliquer la législation israélienne actuelle, Abraham, Isaac, Jacob, Saül, David,
Salomon ne pourraient entrer dans l’état Hébreux parce qu’ils n’étaient pas juifs !

Diviser pour mieux régner…
Diviser pour mieux régner, tout le monde connaît cette devise ou presque. Nous allons
reproduire un document où l’on voit Israël mettre en pratique cette fameuse devise.
Le n° 14, de février 1982, de la revue KIVOUNIM (Orientations), contient un article d’Oded
Yinon publié par l’ « organisation sioniste mondiale » qui expose une « stratégie pour Israël
dans les années 80 ». Voilà donc les causes des troubles au Proche-Orient : Israël !
« La reconquête du Sinaï, avec ses ressources actuelles, un objectif prioritaire, que les
accords de Camp David et accords de paix empêchaient jusqu’ici d’atteindre… Privés de
pétrole et des revenus qui en découlent, condamnés à d’énormes dépenses en ce domaine, il
nous faut impérativement pour retrouver la situation qui prévalait dans le Sinaï avant la visite
de Sadate et le malheureux accord signé avec lui en 1979. La situation économique de
l’Égypte, la nature de son régime, et sa politique panarabe, vont déboucher sur une
conjoncture telle qu’Israël devra intervenir… L’Egypte, du fait de ses conflits internes, ne
représente plus pour nous un problème stratégique, et il serait possible, en moins de 24
heures, faire revenir à l’état où elle se trouvait après la guerre de juin 1967[allusion à la
destruction du barrage d’Assouan]. Le mythe de l’Égypte « leader du monde arabe » est
mort… et, face à Israël et au reste du monde arabe, elle a 50% de sa puissance. A court
terme, elle pourra tirer avantage de la restitution du Sinaï, mais cela ne changera pas
fondamentalement le rapport de force. En tant que corps centralisé l’Égypte est déjà un
cadavre, surtout si l’on tient compte l’affrontement de plus en plus dur entre musulmans et
chrétiens. Sa division en provinces géographiques distinctes doit être notre objectif politique
pour les années 1990, sur le front occidental. Une fois l’Égypte ainsi disloquée et privée de
pouvoir central, des pays comme la Libye, le Soudan, et d’autres plus éloignés, connaîtront
la même dissolution. La formation d’un état copte en Haute-Égypte, et celle de petites entités
régiona1es de faible importance, est la clef d’un développement historique actuellement
retardé par l’accord de paix, mais inéluctable à long terme.

En dépit des apparences, le front Ouest présente moins de problèmes que celui de l’Est. La
partition du Liban en cinq provinces… préfigure ce qui se passera dans l’ensemble du
monde arabe. L’éclatement de la Syrie et de l’Irak en régions déterminées sur la base de
critères ethniques ou religieux, doit être à long terme, un but prioritaire pour Israël. La
première étape étant la destruction de la puissance militaire de ces Etats. Les structures
ethniques de la Syrie l’exposent à un démantèlement qui pourrait aboutir à la création d’un
Etat chiite le long de la côte, d’un Etat sunnite dans la région d’Alep, d’un autre à Damas, et
d’une entité druze qui pourrait souhaiter constituer son propre Etat -peut-être sur notre
Golan- en tout cas avec l’Houran et le nord de la Jordanie… Un tel Etat serait, à long, terme,
une garantie de paix et de sécurité pour la région. C’est un objectif qui est déjà à notre
portée.
Riche en pétrole, et en proie à des luttes intestines, l’Irak est dans la ligne de mire
israélienne. Sa dissolution serait, pour nous, plus importante que celle de la Syrie, car c’est
lui qui représente, à court terme, la plus sérieuse menace pour Israël. Une guerre syroirakienne
favoriserait son effondrement de l’intérieur, avant qu’il ne soit en mesure de se
lancer dans un conflit d’envergure contre nous.
Toute forme de confrontations interarabe nous sera utile et hâtera l’heure de cet
éclatement… Il possible que la guerre actuelle contre l’Iran précipite ce phénomène de
polarisation.
La Péninsule arabique tout entière est vouée à une dissolution du même genre, sous des
pressions internes. C’est le cas en particulier de l’Arabie Saoudite : l’aggravation des
conflits intérieurs et la chute du régime sont dans la logique de ses structures politiques
actuelles. La Jordanie est un objectif stratégique dans l’immédiat. A long terme, elle ne
constituera plus une menace pour nous après sa dissolution, la fin du règne d’Hussein, et le
transfert du pouvoir aux mains de la majorité palestinienne. C’est à quoi doit tendre la
politique israélienne. Ce changement signifiera la solution du problème de la rive
occidentale, à forte densité de population arabe. L’émigration de ces Arabes à l’Est- dans des
conditions pacifiques ou à la suite d’une guerre -et le gel de la croissance économique et
démographique, sont les garanties des transformations à venir. Nous devons tout faire pour
hâter ce processus. Il faut rejeter le plan d’autonomie, et tout autre qui impliquerait un
compromis ou une participation des territoires,
et ferait obstacle à la séparation des deux nations : conditions indispensables d’une véritable
coexistence pacifique.
Les Arabes israéliens (sous-entendu : Palestiniens) doivent comprendre qu’ils ne pourront
avoir de patrie qu’en Jordanie…et ne connaîtront de sécurité qu’en reconnaissant la
souveraineté juive entre la mer et le Jourdain… Il n’est plus possible, en cette entrée dans
l’ère nucléaire, d’accepter que les trois quarts de la population juive se trouvent concentrée
sur un littoral surpeuplé et naturellement exposé ; la dispersion de cette population est un
impératif majeur de notre politique intérieure. La Judée, la Samarie, et la Galilée, sont les
seules garanties de notre survie nationale. Si nous ne devenons pas majoritaires dans les
régions montagneuses, nous risquons de connaître le sort des croisés, qui ont perdu ce pays.
Rééquilibrer la région sur le plan démographique, stratégique et économique, doit être notre
principale ambition ; ceci comporte le contrôle des ressources en eau de la qui va de
Beersheba à la Haute-Galilée et qui est pratiquement vide de juifs aujourd’hui. » (Revue
KIVOUNIM (Orientations.), Oded Yinon, Organisation Sioniste Mondiale, n° 14, de février 1982.)
This essay originally appeared in Hebrew in KIVUNIM (Directions), A Journal for Judaism and Zionism; Issue
No, 14–Winter, 5742, February 1982, Editor: Yoram Beck. Editorial Committee: Eli Eyal, Yoram Beck, Amnon
Hadari, Yohanan Manor, Elieser Schweid. Published by the Department of Publicity/The World Zionist
Organization, Jerusalem.

Les Protocoles des Sages de Sion, un faux manifeste.
Les Protocoles des Sages de Sion serait un programme en 24 chapitres décrivant le
plan de conquête du monde par les juifs. Mais ce document est un faux, plagiés d’un livre de
Maurice Joly « Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu. ». Il suffit de comparer
quelques extraits tirés des deux ouvrages. Les Protocoles des Sages de Sion ne sont pas
authentiques mais ils sont « véridiques ». C’est-à-dire qu’on a l’impression, quand on lit les
Protocoles des Sages de Sion, que c’est une description du monde actuelle avec toutes ses
dérives. Même Hitler savait que les « Protocols » n’étaient pas authentique :
« Quand j’ai lu il y a longtemps, les « Protocols des Sages de Sion », j’en ai été boulversé.
Cette dissimulation dangereuse de l’ennemi, cette ubiquité ! J’ai compris tout de suite qu’il
fallait faire comme eux, à notre façon bien entendu.
Je demandai à Hitler s’il ne s’exagérait pas l’importance des Juifs.
-« Non, non, s’écria-t-il, le Juif n’est pas un ennemi qu’on puisse surestimer. »
Je luis fis remarquer que les « Protocoles des Sages de Sion » étaient une falsification
manifeste. En 1920, je les avais déjà lus sur les conseils d’un certain Muller von Hausen.
J’avais tout de suite reconnu qu’ils étaient apocryphes.
-« Et pourquoi pas ? » s’emporta Hitler. « Que le document soit authentique ou non, au sens
historique du mot, que m’importe ? » (Hitler m’a dit, Confidences du Führer sur son plan de conquête du
monde, Editions Coopération, Paris, 1939, p. 265, 266).
Dans la colonne de gauche, vous pourrez lire les dialogues du livre de Maurice Joly et à
droite, les dialogues des protocols et voyez la ressemblance.

(Aperçu des exemples sur le PDF)

Il existe un autre document, un discours qu’aurait prononcé le rabbin Reichorn sur la tombe
du Grand Rabbin Simeon ben Yehuda en 1869, au cimetierre de Prague. Là aussi, à la lecture
de ce discours, on sent qu’il est apocryphe et il l’est.

Voici le texte :
« Tous les cent ans, nous les Sages d’Israël, avons coutume de nous réunir en sanhédrin afin
d’examiner nos progrès vers la domination que nous a promise Jéhovah, et nos conquêtes sur
la Chrétienté ennemie. Cette année, réunis, sur la tombe de notre vénéré Siméon-Ben-Jéhuda,
nous pouvons constater avec fierté que le siècle écoulé nous a rapproché du but, et que ce but
sera bientôt atteint. L’or a toujours été et sera toujours la puissance irrésistible. Manié par
des mains expertes, il sera toujours le levier le plus utile pour ceux qui le possèdent, et l’objet
d’envie pour ceux qui ne le possèdent pas. Avec l’or on achète les consciences les plus
rebelles, on fixe le taux de toutes les valeurs, le cours de tous les produits, on subvient aux
emprunts des états, qu’on tient ensuite à sa merci. Déjà les principales banques, les bourses
du monde entier, les créances sur tous les gouvernements sont entre nos mains.
L’autre grande puissance est la presse. En répétant sans relâche certaines idées, la presse les
fait admettre à la fin comme des vérités. Le théâtre rend les services analogues. Partout le
théâtre et la presse obéissent à nos directions. Par l’éloge infatigable du régime
démocratique, nous diviserons les Chrétiens en partis politiques, nous détruirons l’unité de
leurs nations, nous y sèmerons la discorde ; impuissants ils subiront la loi de notre banque,
toujours unie et toujours dévouée à notre cause. Nous pousserons les Chrétiens aux guerres
en exploitant leur orgueil et leur stupidité, ils se massacreront et déblaieront la place, où
nous pousserons les nôtres.
La possession de la terre a toujours procuré l’influence et le pouvoir. Au nom de la justice
sociale et de l’égalité, nous morcellerons les grandes propriétés aux paysans qui les désirent
de toute leur force, et qui seront bientôt endettés par l’exploitation. Nos capitaux et nos prêts
nous en rendront bientôt maîtres. Nous serons à notre tour les grands propriétaires, et la
possession de la terre nous en assurera le pouvoir.

Efforçons-nous de remplacer dans la circulation l’or par le papier monnaie ; nos caisses
absorberont l’or et nous réglerons la valeur du papier, ce qui nous rendra maîtres de toutes
les existences. Nous comptons parmi nous des orateurs capables de feindre l’enthousiasme et
de persuader les foules ; nous les répandrons parmi les peuples pour leur annoncer les
changements qui doivent réaliser le bonheur du genre humain. Par l’or et par la flatterie nous
gagnerons le prolétariat qui se chargera d’anéantir le capitalisme chrétien. Nous promettrons
aux ouvriers des salaires qu’ils n’ont jamais osé rêver, mais nous élèverons tellement le prix
des choses nécessaires que nos profits seront encore plus grands.
De cette manière nous préparerons la révolution que les Chrétiens feront eux-mêmes et de
laquelle nous cueillerons les fruits. Par nos railleries et par nos attaques, nous rendrons les
prêtres ridicules puis odieux, leur religion aussi ridicule, aussi odieuse que le clergé. Nous
serons alors maîtres de leurs âmes. Nous avons déjà établi nos hommes dans toutes les
positions importantes. Efforçons-nous de fournir aux goyim des avocats et des médecins ; les
avocats sont au courant de tous les intérêts ; les médecins, une fois dans la maison,
deviennent des confesseurs et des directeurs de conscience.
Mais surtout accaparons l’enseignement. Par là nous répandrons les idées qui nous seront
utiles, et nous pétrirons les cerveaux à notre gré.
Si l’un des nôtres tombe malheureusement dans les griffes de la Justice chez les Chrétiens,
courons à son aide ; trouvons autant de témoignages qu’il en faut pour le sauver de ses juges,
en attendant que nous soyons nous-mêmes les juges.
Les monarques de la Chrétienté, gonflés d’ambition et de vanité, s’entourent de luxe et
d’armées nombreuses. Nous leur fournirons tout l’argent que réclame leur folie et nous les
tiendrons en laisse. Gardons-nous d’empêcher le mariage de nos hommes avec les filles
chrétiennes, car par elles nous pénétrerons dans les cercles les plus fermés. Si nos filles
épousent des goyim, elles ne nous seront pas moins utiles, car les enfants d’une mère juive
sont à nous. Propageons l’idée des unions libres pour détruire chez les femmes chrétiennes
l’attachement aux principes et aux pratiques de leur religion.
Depuis des siècles, les fils d’Israël, méprisés et persécutés, ont travaillé à se frayer une voie
vers la puissance. Ils touchent au but. Ils contrôlent la vie économique des Chrétiens maudits
; leur influence est prépondérante sur la politique et sur les moeurs. A l’heure voulue, fixée
d’avance, nous déchaînerons la révolution qui, ruinant toutes les classes de la Chrétienté,
nous asservira définitivement les Chrétiens. Car ainsi s’accomplira la promesse de Dieu faite
à son Peuple. » ( Gringoire 16/10/1942.)

Le texte suivant aurait été retrouvé dans une loge maçonnique à Budapest et il sonne
comme le précédent :
« 1- Rien ne serait plus erroné et nocif pour le bien de notre peuple que d’attendre
l’élimination de notre ennemi, avant qu’il n’ait été reconnu, qu’il soit célèbre, et que ses
paroles puissent influencer la jeunesse.
Nous devons surveiller la jeunesse chez nos ennemis. Quand nous voyons le plus infime signe
de résistance à notre puissance, nous devons le détruire, avant qu’il ne devienne dangereux
pour notre peuple.
2- Comme nous contrôlons la presse, notre devoir primordial est d’empêcher que des

personnes dangereuses aient accès à des postes, d’où ils pourraient exercer une influence
favorable à nos ennemis, par la parole ou par les actes. Nous devons garder le silence et être
attentifs, quand nous voyons un homme dangereux s’élever parmi nos ennemis. La plupart en
seront détournés dès leur plus jeune âge par l’insuccès de leurs entreprises, ils devront
gagner leur pain dans un métier qui les empêche de commettre des actes nuisibles à notre
peuple élu.
3- Si un individu devait persister dans son entreprise nuisible, il serait temps d’agir contre lui
avec plus de détermination, pour faire échouer ses plans. Nous lui proposerons du travail et
un bon salaire, pour qu’il arrête ses actions nuisibles et qu’il travaille pour nous. Quand il
aura connu la solitude et la faim, l’or et les belles paroles que nous lui donnerons le
détourneront de ses mauvaises pensées. Et quand il connaîtra soudain le succès et la richesse,
l’apparat et les honneurs, il oubliera son inimitié et apprendra à paître sur les pâturages que
nous tenons à la disposition de ceux qui suivent notre voie et se soumettent au pouvoir du
peuple élu.
4- Si cela ne sert toujours à rien et qu’il persiste encore dans son opposition rigide, nos
hommes veilleront à ce que le déshonneur le poursuive et à ce que ceux pour qui il se bat et se
sacrifie se détournent de lui dans la haine et le mépris. Il sera seul et comprendra l’inutilité
de ses actions. Il finira par désespérer de son combat sans fin contre notre peuple, et il
périra.
5- Si cela ne nous conduit pas à notre objectif, s’il est assez fort pour poursuivre son chemin
en poursuivant des buts qui nous sont hostiles, nous disposons toujours d’un moyen efficace
de le paralyser et d’anéantir ses projets. Esther n’a-t-elle pas vaincu le roi des Perses, Judith
n’a-t-elle pas tranché la tête de l’ennemi de notre peuple? N’y a-t-il pas assez de filles d’Israël
qui sont assez intelligentes et séduisantes, pour gagner leur coeur et entendre leurs pensées,
afin qu’aucune parole ne puisse être dite, aucun plan mûri, qui ne vienne à temps aux oreilles
de notre peuple?
S’il a une position sociale, la confiance de ses amis et de tout un peuple, et que nous lui
envoyions une fille d’Israël, pour l’enjôler, son plan nous sera livré et son pouvoir annihilé.
Car là où les filles de notre peuple sont les reines de nos ennemis, les entreprises nuisibles
seront détruites avant qu’elles ne se réalisent.
6- S’il découvrait nos stratagèmes et échappait à nos filets, si son esprit mauvais devait
trouver des disciples parmi nos ennemis, il doit disparaître définitivement de ce monde. La
mort est le passage obligé pour tout le monde. Il vaut mieux l’accélérer pour ceux qui nous
sont nuisibles, plutôt que d’attendre qu’ils nous touchent, nous les créateurs de l’Oeuvre.
Dans les loges maçonniques, nous procédons aux punitions de telle façon, que personne, en
dehors de nos frères de pensée, ne puisse avoir le moindre soupçon, pas même les victimes
elles-mêmes ; elles meurent s’il le faut, mais de mort apparemment naturelle. Les membres de
la loge le savent, mais ils n’osent rien dire. Ce type de punition sans pitié a permis de tuer
dans l’oeuf toute opposition à l’intérieur de nos loges. Tout en continuant à prêcher la libre
parole pour ceux qui ne sont pas Juifs, nous tenons notre peuple et ses hommes de confiance
en parfaite obéissance.
7- Comme nous vivons une époque instable, que le crime et les pillages ont rendu la vie
incertaine, il ne sera pas dur pour nos frères d’éliminer l’ennemi le plus dangereux, par une
attaque à l’improviste par exemple. N’avons-nous pas à notre disposition une armée
d’indigents chez nos ennemis, qui sont prêts à tout pour de l’or et un secret qu’ils garderont ?
Si nous voulons éliminer l’ennemi, répandons des rumeurs sur l’endroit où il se trouve et là où

il réside, pour qu’il vive dans la peur et le danger, et que sa vie soit menacée à chaque instant
du jour et de la nuit. Si nous voulons sa mort, organisons des pillages là où il habite, et
répandons des rumeurs de danger permanent dans son entourage. Quand le jour de sa
disparition sera venu, les gens que nous payons travailleront parfaitement, quand il sera
mort, ils le dépouilleront de ses richesses et pilleront le cadavre. Jamais l’auteur ne sera
retrouvé, et le monde entier pensera qu’il a été victime d’un accident. Nos ennemis ne sauront
jamais que c’est par la volonté de nos frères qu’il a péri, pour que le nom de notre Dieu ne
soit jamais désacralisé et traîné dans la boue.
8- Pour que le nom de notre Dieu ne soit pas traîné dans la boue, les sages de notre peuple
ont fait ce qu’il fallait, depuis des siècles. Nos frères russes ont trouvé des moyens en
interrogeant la science, pour détruire nos ennemis sans que ceux-ci ne s’en rendent compte.
N’ont-ils pas trouvé un gaz qui tue instantanément, et un autre que l’on répand juste après, et
qui se mélange à lui pour effacer toute trace? Ne connaissons-nous pas les propriétés des
courants sans fil, qui mettent en péril l’esprit de la personne dangereuse? Nos médecins n’ontils
pas découvert les effets des poisons invisibles à travers leur microscope, et le moyen de les
dissimuler dans le linge de notre ennemi, afin qu’il agisse sur son cerveau et détruise son
esprit? Ne pouvons-nous pas nous charger également de l’autopsie, par la qualité de notre
savoir, de sorte que personne ne puisse savoir de quoi il est mort? N’avons-nous pas appris à
l’approcher, par un serviteur, par un voisin ou comme invité à sa table? Et ne sommes-nous
pas omniprésents et tout-puissants, unis ensemble par le silence, prêts à travailler jusqu’à la
destruction complète de l’ennemi? Quand nous venons avec nos paroles douces et un discours
inoffensif, un seul des peuples de la Terre a-t-il réussi à découvrir nos réelles intentions et à
empêcher nos décisions?
9- Si toutefois, il arrivait à échapper aux pièges que nous lui tendrons et aux stratagèmes de
nos frères, et qu’il connaisse et sache déjouer nos plans, vous ne devez pas désespérer et
succomber à la peur, devant le regard clair du «méchant». Car celui qui ose parler dans ce
pays de nos actions secrètes et de la destruction imminente, ne trouve-t-il pas sur son chemin
des hommes qui connaissent l’art d’espionner tous ceux à qui il parle pour connaître leurs
intentions? Avant qu’il ne parle à nos ennemis, nous l’aurons fait. Nous les mettrons en garde,
contre son esprit perturbé et le désordre qui règne dans ses sens. Quand il viendra raconter
sa souffrance et décrire les dangers qu’il vient de surmonter, ceux que nous aurons mis en
garde l’écouteront, souriants et pleins de condescendance et de mépris, et ils seront
convaincus de sa folie. Nous travaillerons pas à pas, jusqu’à ce que les portes de l’asile se
referment derrière lui. Quand il sortira et qu’il cherchera à mettr e en garde le monde contre
nous, nous lui aurons ôté la confiance des siens, il sera honni et maudit, ses paroles et ses
écrits n’auront plus aucun poids. Ainsi, le peuple élu peut vaincre même le plus dangereux
ennemi.
10 -Notre plus grand art et notre premier devoir est d’empêcher que beaucoup ne connaissent
les objectifs secrets que nous poursuivons. Quand beaucoup entendront la vraie parole, notre
défense sera anéantie et le danger sera grand que les peuples se libèrent de notre joug. C’est
pourquoi je vous recommande d’être vigilants, mes frères. Agissez partout, endormez
l’ennemi, fermez ses oreilles et rendez ses yeux aveugles, pour que jamais ne vienne le jour de
la destruction du royaume de Sion, que nous avons fait croître jusqu’à la perfection, et qui
doit nous mener à la victoire et à la vengeance finale sur les peuples asservis du monde
entier. Nous ajoutons à cet endroit que pour chaque délit il y a une façon appropriée de
mourir. Que ce soit dans une baignoire, dans une voiture, par pendaison (Calvi), par
défenestration, chaque type de punition illustre la raison pour laquelle la personne devait

mourir. «Il est impératif d’entretenir l’esprit de révolte parmi les travailleurs, car c’est par
eux que nous opérerons les révolutions dans tous les pays. Les travailleurs ne doivent jamais
être à court d’exigences, parce que nous aurons besoin de leur mécontentement, pour mettre
en pièces la société chrétienne et encourager l’anarchie. Nous devons en arriver au point où
ce sont les chrétiens qui implorent les Juifs de prendre le pouvoir».

Voici le discours, tout aussi faux, qu’aurait prononcé le Rabbin Emmanuel
Rabbinovitch, avant le début du Conseil Européen des Rabbins le 12 janvier 1952.

 » Salutations, mes enfants ; vous avez été appelés pour récapituler les pas principaux de notre
nouveau programme. Comme vous savez (connaissez), nous avions espéré avoir vingt ans
entre des guerres pour consolider les grands bénéfices (acquisitions) que nous avons faits de
la Deuxième Guerre mondiale, mais nos nombres croissant dans des certains secteurs
essentiels nous réveillent l’opposition et nous devons maintenant travailler avec tous les
moyens à notre disposition pour précipiter la Troisième Guerre mondiale dans cinq ans [Ils
n’ont pas précipité de Troisième Guerre mondiale mais ils ont vraiment incité la Guerre
coréenne quand le 25 juin 1950 ils ont ordonné (commandé) à l’armée nord-Coréenne de
lancer une attaque de surprise sur la Corée du Sud. Le 26 juin, l’ONU le Conseil de sécurité a
condamné l’invasion comme l’agression et a ordonné (commandé) le retrait des forces
d’envahissement. Alors le 27 juin 1950, notre Président américain juif Trumana ordonné
(commandé) aux unités aériennes et navales dans l’action de mettre en application l’ordre
d’ONU. Ne réalisant (réalisation) pas leurs pleins buts, ils ont alors incité le renversement de
Sud le Viêt-Nam Ngo Dinh Diem, le Premier ministre sous Bao Dai, qui a déposé le
monarque en 1955 et a établi une république avec lui comme le Président, Diem a utilisé le
support d’Etats-Unis fort pour créer un régime autoritaire, qui s’est bientôt développé en
guerre grandeur nature, avec la pression juive intensifiant la participation (l’engagement)
américaine].
Le but pour lequel nous avons lutté si concrètement pendant trois mille ans est enfin à notre
portée et parce que son accomplissement est si apparent, il nous convient pour augmenter nos
efforts et notre avertissement décuple. Je peux sans risque vous promettre qu’avant que dix
ans n’aient passé, notre race prendra sa place légitime dans le monde, avec chaque Juif un
roi et chaque Païen un esclave (des Applaudissements de la réunion). Vous vous rappelez le
succès de notre campagne de propagande pendant les années 1930, qui ont réveillé des
passions anti-américaines en Allemagne en même temps nous réveillions des passions anti-allemandes
en Amérique, une campagne qui a culminé dans la Deuxième Guerre mondiale.
Une campagne de propagande semblable est maintenant faite intensivement dans le monde
entier. Une fièvre de guerre est élaborée en Russie par un barrage anti-américain incessant
tandis qu’une alarme anti-communiste nationale balaie l’Amérique. Cette campagne force
toutes les nations plus petites de choisir entre l’association de la Russie ou une alliance avec
les Etats-Unis.Notre problème le plus urgent est à l’heure actuelle d’enflammer l’esprit
militariste traînant des Américains. L’échec de l’Armée (des Militaires) Universelle Formant
l’Acte était une grande rechute à nos plans, mais nous sommes assurés qu’une mesure
appropriée sera le Congrès fait parvenir de toute urgence immédiatement après les élections
1952. Les russes, aussi bien que les peuples Asiatiques, sont bien sous contrôle et n’offrent
aucune objection à la guerre, mais nous devons attendre pour garantir les Américains. Cela
nous espérons faire avec la question (publication) d’Antisémitisme, qui a travaillé si bien
dans l’union des Américains contre l’Allemagne. Nous comptons lourdement sur les rapports
d’atrocités anti-sémitiques en Russie pour fouetter l’indignation aux Etats-Unis et produisons
un front de solidarité contre le pouvoir (la puissance) soviétique, Simultanément, pour
démontrer aux Américains la réalité d’antisémitisme, nous nous avancerons par de nouvelles

sources les grandes sommes d’argent aux éléments franchement anti-sémitiques en Amérique
pour augmenter leur efficacité et nous organiserons (mettrons en scène) des éruptions Antisémitiques
dans plusieurs de leurs villes les plus grandes. Cela servira le but double
d’exposer des secteurs réactionnaires en Amérique, qu’alors on peut faire taire et de souder
les Etats-Unis dans une unité anti-russe consacrée. Dans cinq ans, ce programme réalisera
son objectif, la Guerre du Tiers-Monde, qui surpassera dans la destruction tous les concours
précédents. L’Israélien, bien sûr, restera neutre et quand les deux côtés sont dévastés et
épuisés, nous arbitrerons, envoyant nos Commissions de Contrôle dans tous les pays détruits.
Cette guerre finira pour toujours notre lutte contre les Païen.
Nous révélerons ouvertement notre identité avec les races de l’Asie et l’Afrique.Je peux
déclarer avec l’assurance que la dernière génération d’enfants blancs est maintenant née.Nos
Commissions de Contrôle feront (seront), dans les intérêts de paix et bien essuyant
(anéantissant) inter – des rapports tendus raciaux.
Interdisez les Blancs au second avec des Blancs. Les Femmes Blanches doivent cohabiter
avec les membres des races sombres, les Hommes Blancs avec des femmes noires. Ainsi la
Race Blanche disparaîtra, pour le mélange de l’obscurité avec le Blanc signifie la fin du
Blanc et notre ennemi le plus dangereux deviendra seulement une mémoire (un souvenir).
Nous nous lancerons dans une ère de dix mille ans de paix et d’abondance, la Paix Judaica et
notre race régnera incontestée sur le monde. Notre intelligence supérieure nous permettra
facilement de conserver la maîtrise sur un monde de peuples sombres.
http://www.rense.com/general45/full.htm

CHAPITRE II
FRANC-MAÇONNERIE.

suite…

https://mega.co.nz/#!2QMmlawb!J5DoWTk6-anCyE8OwX5cd-2q-LAbSufIJkouCKM1NSI

Jules l’imposteur


par Brigneau François

Année : 1981

LE SYMBOLE
DU PANTHEON

Préface
par
Jean Madiran

Les jeunes Français à la recherche de leur identité nationale
ne l’ont pas trouvée dans l’ « école de la République » : cette
identité nationale est fortement catholique, et l’ « école de la
République » a pour fonction, depuis un siècle, d’effacer des
consciences l’identité catholique de la France.
Telle est la clef secrète de la politique française. C’est une
clef scolaire. C’est une entreprise, tyrannique et persécutrice, de
domination sur les âmes. François Brigneau la raconte, l’explique,
le démontre avec son entrain habituel dans le présent volume.
On peut si l’on veut en commencer la lecture par la dernière
partie, celle qui, en guise de conclusion, rapporte les souvenirs
et les réflexions d’un enfant de la laïque : le mémorialiste y enlumine
et illumine tout l’essentiel, avec ce talent chaleureux, à la
fois émouvant et gai, rapide et profond, qui en fait un des très
.rares écrivains contemporains qui soit reconnaissable à son style.
Mais après avoir ainsi commencé par la fin, il faudra ne point
omettre de reprendre ensuite l’ouvrage au début, et suivre page
à page ce documentaire historique, la plume à la main, surtout
les jeunes Français qui veulent s’instruire d’un passé national qu’on

leur tient caché. Sous le règne socialiste et maçonnique du président
Mitterrand, ce livre de François Brigneau est d’une extrême
actualité, il est indispensable à la formation intellectuelle des militants
politiques, des militants catholiques dont maintenant la France
a besoin – pour survivre.

Le premier acte du nouveau septennat fut une visite solennelle
au Panthéon.
On dira que ce n’était là rien de plus qu’un geste symbolique.
Mais les symboles officiels nourrissent ou pourrissent l’âme
des peuples.
Le président Mitterrand, par ce geste, a manifesté quelle est
la religion véritable de la République en France ; quelle est sa
religion d’Etat.
Le Panthéon résume en effet, et symbolise parfaitement, l’histoire
moderne de la France contrainte à l’apostasie.
Le pays de la cathédrale et de la croisade, de la chevalerie et
de la mission, est étrangement devenu la patrie de la révolution,
des droits de l’homme sans . Dieu, avec la devise << liberté-égalité-fraternité
» interprétée et appliquée selon la grimace maçonnique.
Une nouvelle tradition française, issue de la révolution de 1789,
est venue s’ajouter à l’ancienne tradition chrétienne de la fille aînée
de l’Eglise. Il y a maintenant deux traditions nationales en France,
comme il y a légalement deux fêtes nationales, celle de Jeanne
d’Arc et celle du 14 juillet : et ce n’est pas la même France. dans
l’une et dans l’autre.
On peut en théorie imaginer la réconciliation et la réunion
de ces deux traditions antagonistes. Ce fut en somme la tentative,
d’ailleurs brutale et maladroite, de Napoléon Bonaparte. Ce fut
celle, au plan idéologique, des catholiques libéraux puis de la
démocratie-chrétienne ; ce fut la philosophie politique de l’humanisme
intégral selon Maritain et Paul VI ; comme c’était déjà la
pensée secrète de Léon XIII. A priori et dans le ciel des idées
(et des rêves), ce n’est pas impossible. La religion chrétienne a
toujours reconnu les droits de l’homme définis par le décalogue
et fondés sur les devoirs envers Dieu ; elle apporte au monde,
depuis vingt siècles, une juste notion de la fraternité, de l’égalité,

de la liberté. Il ne devrait donc point y avoir, semble-t-il d’abord,
d’obstacle insurmontable.
Mais le Panthéon, parfait symbole, nous avertit.
Il n’a pas été construit à côté de la cathédrale, comme la
Sorbonne ou le Louvre. ou comme le château de Versailles. Il a
été établi à la place d’une église : une église annexée, désacralisée,
colonisée par un culte hostile à la tradition religieuse de la France.

Souvenons-nous, mais avec précision, de cette histoire mouvementée
; révélatrice.
La première pierre du futur Panthéon est posée en 1764 par
Louis XV le Bien-Aimé, à la suite d’un vœu qu’il avait fait pour
obtenir la guérison d’une grave maladie : mais cette première pierre
était celle d’une église.
Vœux des rois de France! Un vœu du roi Louis XIII avait
consacré le royaume à Notre Dame, devenue ainsi patronne principale
de la France au titre de son Assomption (c’est pourquoi le
15 août, avec la procession du vœu de Louis XIII, est notre
principale fête nationale, mais celle-ci non reconnue par la légalité
républicaine). Le vœu du roi Louis XV avait dédié une église à
sainte Geneviève, au sommet de la montagne du même nom, point
culminant de la rive gauche. Ce lieu était déjà consacré à la
patronne de Paris, il était occupé par l’abbaye Sainte-Geneviève,
dont l’église était en ruine. L’église voulue par Louis XV était
destinée à somptueusement remplacer l’église délabrée de l’abbaye.
Louis XV mourut en 1774 et l’église, commencée par l’architecte
Germain Soufflot, ne fut achevée, par son élève Jean-Baptiste
Rondelet, qu’en 1789, avec un fronton, un dôme et deux clochers.
En avril 1791 l’Assemblée nationale constituante, à la mort
de son président Mirabeau, et pour lui donner une sépulture
magnifique, s’empare de l’église et la transforme en un temple
laïque qui recevra les cendres des grands hommes proposés à
l’admiration de la postérité. On rase donc les clochers. On enlève
la croix du dôme. On inscrit sur le fronton : « Aux grands
hommes, la Patrie reconnaissante. » Et on donne au monument
ainsi défiguré le nom remarquable de Panthéon : le culte des
grands hommes de la franc-maçonnerie remplaçant le culte de
Dieu et de ses saints.

Car la France était en pleine guerre civile anti-religieuse menée
par le gouvernement révolutionnaire contre l’Eglise et le peuple
français. La révolution n’avait pas attendu 1793, comme on le
raconte la plupart du temps, pour devenir abusive, persécutrice,
tyrannique, affreuse. C’est dès le mois de juillet 1790 que la Constituante
a décrété la « constitution civile du clergé » ; en novembre,
elle a prétendu imposer à tous les prêtres un serment de fidélité
à cette constitution contraire à la constitution divine de l’Eglise.
Le saint-siège est d’abord resté abominablement silencieux, laissant
le roi Louis XVI approuver l’inacceptable. Mais enfin le pape
Pie VI prend position, le 10 mars 1791, par sa lettre Quod aliquandum
au cardinal de la Rochefoucauld et aux évêques siégeant
à l’Assemblée nationale, et par sa lettre Etsi Nos à Louis XVI,
déclarant que le but véritable de la constitution civile du clergé
est manifestement d’ « anéantir la religion catholique ». C’est à
ce moment de la guerre révolutionnaire menée en France contre
le catholicisme que se situe la première installation du Panthéon
à la place de l’église Sainte-Geneviève.
Napoléon Bonaparte, qui veut apaiser les déchirements intérieurs
et qui a conclu avec le saint-siège le concordat de 1801, décide
en 1806 de rendre l’édifice à sa destination catholique ; il réserve
simplement le droit d’ensevelir dans ses caveaux les dignitaires de
l’Empire : il y en aura une quarantaine au total, ils y sont toujours.
Mais c’est seulement sous Louis XVIII, le 3 janvier 1822,
en la fête de sainte Geneviève, que l’église est inaugurée. L’inscription
du fronton est remplacée par : « D.O.M. sub invocat.
S. Genovefae Lud. XV dicavit Lud. XVIII restituit ». Et la croix
est remise à sa place sur le dôme.
Louis-Philippe, « roi des Français » et non plus roi de France,
retransforme dès 1830 l’église catholique en Panthéon laïque, le
baptisant « temple de la Gloire ». L’orléanisme, presque toujours,
est profondément anti-catholique. On remet l’inscription : « Aux
grands hommes, la Patrie reconnaissante » ; on remplace la croix
par un drapeau.
En 1851 le prince Louis-Napoléon, président de la République,
rend l’édifice au culte catholique. D’église paroissiale l’église Sainte-Geneviève
devient à cette occasion basilique nationale. On enlève
pour la seconde fois l’inscription : « Aux grands hommes… » ;
pour la seconde fois, sur le dôme on remet la croix.
La Commune de Paris, en 1871, laisse l’église au culte mais
remplace la croix par un drapeau rouge.
La croix est remise pour la troisième fois en juillet 1873.

Quand meurt Victor Hugo, le 22 mai 1885, le gouvernement
franc-maçon ordonne de l’inhumer à l’église Sainte-Geneviève qui
du coup est pour la troisième fois annexée et transformée en
Panthéon. Car la République est à nouveau en guerre ouverte
contre la religion catholique qui est toujours « la religion
de la majorité des Français » selon la formule du concordat
de 1801. La franc-maçonnerie noyautant et utilisant le « parti
républicain », s’est peu à peu rendue maîtresse de la totalité
du pouvoir politique. Elle a gagné les élections à la Chambre
de 1876, elle a gagné celles d’octobre 1877 qui ont suivi la dissolution
du 16 mai, elle a conquis le Sénat en janvier 1879, et
aussitôt après la présidence de la République. Pendant ces trois
années de victoires successives elle a « dominé sa victoire »,
c’est-à-dire caché la violence tyrannique de ses desseins antireligieux
tant qu’elle n’avait pas en main tous les organes du
pouvoir. C’est fait en 1879. C’est l’heure de Jules Ferry, comme
François Brigneau le raconte tout au long. De 1879 jusqu’à
l’ « union sacrée » de la guerre de 1914, les catholiques resteront
exclus du gouvernement de la France, – démocratiquement exclus
du gouvernement d’un pays où ils sont la majorité, – et tout
l’effort principal de la III• République sera de déchristianiser la
société française par le moyen de l’école maçonnique.
Donc, en 1885, pour la troisième fois l’église Sainte-Geneviève
est annexée par les ennemis de la religion chrétienne ; pour la
troisième fois elle est transformée en Panthéon laïque ; pour la
troisième fois on inscrit sur son fronton : « Aux- grands hommes…
» (Mais cette fois on a laissé la croix, un oubli ? elle y est
toujours.)
Ainsi le Panthéon est le temple d’une certaine oligarchie française,
l’oligarchie maçonnique, qui s’est emparée de l’Etat pour
imposer à la France une autre image de la France : faire de la
France une France qui soit désormais celle de Voltaire et Rousseau,
d’Emile Zola et de Jean Jaurès, de Sadi Carnot et de Painlevé,
de Berthelot et de Langevin. Tels sont, avec un morceau de
Gambetta, les « grands hommes » qui ont été ensevelis au Panthéon,
ceux dont la Patrie doit avoir le culte à la place du culte des
héros et des saints, de Bayard et de saint Louis. C’est une autre
France ; une France différente ; une France nouvelle ; une France
infidèle à elle-même. C’est une France qui n’a pas voulu s’établir
à côté de la France traditionnelle, ni même à la suite : mais à la
place, le Panthéon en est le symbole et l’exemple irrécusable.

C’est la France révolutionnaire, mais qui est entrée en révolution
contre qui ? contre la France chrétienne. En ce sens c’est bien
l’ Anti-France.

Nous n’y pouvons rien, ils n’y peuvent rien : .c’est ainsi, ils
sont étrangers ; et leur domination est une domination étrangère.
Étrangers à quoi?· A la. France telle qu’elle était sans eux, telle
qu’elle était avant eux. Ils ne la. continuent pas : ils lui imposent
un changement d’identité. La construction de la nation française
a essentiellement été une œuvre chrétienne ; une· réalisation chrétienne
; une création chrétienne. Déchristianiser la France c’est la
défigurer.
L’entreprise de déchristianisation forcée, sous le couvert de la
mystique. républicaine et par le moyen de la manipulation démocratique,
fut l’œuvre de groupes idéologiques, religieux, ethniques
venus d’ailleurs, d’hommes qui n’étaient Français ni de naissance
ni de cœur : une. véritable invasion. Elle fut aidée, garantie, cautionnée
par des hommes de nationalité française qui l’ont servie
parce qu’ils s’en· servaient pour leurs carrières financières, universitaires
ou politiques : ceux-ci, on ne conteste pas leur qualité
juridique de Français, mais on les découvre héritiers et. complices
~rune tradition de rupture avec notre tradition nationale. Le président
Mitterrand est Français assurément, il est patriote comme
l’attestent (doublement) ses décorations, il a reçu la francisque du
maréchal Pétain et la médaille du général de Gaulle : mais, dans
son discours d’intronisation, quand il reconnaît le poids de l’histoire
et quand il invoque l’histoire de France, c’est d’une histoire
de deux siècles seulement qu’il se réclame, l’histoire. des révolutions
françaises contre la France, l’histoire du Panthéon.
Dans la France du président Mjtterrand les catholiques demeurent
majoritaires en ce sens qu’ils sont plus nombreux que les
protestants, les musulmans, les juifs. Cependant il n’est pas sûr
qu’un nouveau concordat pourrait dire comme en 1801 que le
catholicisme est « la religion de la majorité des Français ». La
majorité des Français croit-elle fermement qu’il y a un seul Dieu
et vrai homme, qu’il a fondé l’Eglise et institué les sept sacrements ?
Les statisticiens nous assurent qu’il y a . encore 85 % des
Français qui sont « baptisés catholiques » ; ils ajoutent cependant
qu’il n’y en a que 27 % qui croient en la « présence réelle »,

et encore à condition de ne point trop préciser ce que l’on entend
par là. De toutes façons l’identité religieuse devient officiellement
aussi incertaine que l’identité nationale. Si la légalité socialiste
est fidèle à ses principes et docile . à sa logique, elle donnera
demain, en bloc ou par étapes, la nationalité française et le droit
de vote aux six. millions d’Arabes, de Portugais, de Noirs et de
Jaunes qui travaillent dans notre pays. Ce qui complètera l’œuvre
de l’école et fera que les Français de tradition française seront
davantage encore minoritaires en France. C’est le génocide sociologique
et culturel, ethnique et politique : le génocide démocratique.

Pourtant l’identité française ni l’identité catholique ne se metent
aux voix. La majorité peut s’en éloigner, elle ne peut en
modifier la nature. Quand la presque unanimité des évêques étaient
ariens, comme ils le sont redevenus aujourd’hui (voir le livre de
Kéraly : Présence d’Arius), cela ne modifiait pas, ni ne modifie
aujourd’hui, ce qu’est en elle-même l’identité catholique : simplement
cela rendait, cela rend plus malaisé aux contemporains de
la discerner. Il en est à peu près de même pour l’identité française ;
toutefois celle-ci n’a aucune assurance surnaturelle d’immortalité :
à force de devenir indiscernable, elle en viendrait au point de
disparaître tout à fait.
Pour qu’elle disparaisse, il faudrait qu’on ne sente plus en
France que la religion . de la démocratie maçonnique, dont le
Panthéon est le temple, nous est imposée par une domination
étrangère ; au lieu de ·bénéficier simplement du conformisme massif
entretenu par l’école, l’université, la TV, il faudrait que cette
religion soit capable de gagner les esprits et les cœurs par le
prestige, l’autorité morale, le rayonnement spirituel des grands
hommes qu’elle propose à notre reconnaissance patriotique …
Voilà .qui est tout ·de même asse:z; réconfortant.
Car le « temple de la Gloire », comme l’avait nommé Louis-Philippe,
est la nécropole de gloires bien éteintes. Le sinistre Voltaire,
le misérable Rousseau, le frénétique maquignon Gambetta
s’effacent dans la grisaille ; sans parler de Berthelot et de son
épouse, dont plus personne ne saurait dire pourquoi donc on les
a mis là. Emile Zola, ce n’est plus rien. Il y a bien Victor Hugo,
ah oui : il crut à toutes les illusions de son temps, et même il en

rajouta, cependant le poète en lui est un grand homme, il faut
bien que par exception il y en ait un dans leur Panthéon. Maurras
le conteste, mais quand Péguy le commente, quand Thibon le
récite, la contestation s’évanouit.
Surtout, il y a Jaurès. Cela nous rendrait, s’il en était besoin,
confiance en l’avenir. Il y a Jaurès et c’est principalement pour
fleurir la tombe de Jaurès que le président Mitterrand a inauguré
son septennat par un pèlerinage au Panthéon. Jaurès résume tout,
le simplisme intellectuel, l’analphabétisme politique, le vide mental,
l’obscurantisme spirituel, le mensonge de la gauche, l’imposture
démocratique ; et spécialement cette imposture et ce mensonge
que l’on aperçut par le financement de son journal L’Humanité
lors de sa fondation : la ténébreuse alliance du socialisme apatride
avec le capitalisme anonyme et vagabond ; la mise en scène trompeuse,
pour mobiliser dans l’envie et la haine les électeurs et
l’opinion, d’une « gauche socialiste » ostentatoirement insurgée
contre une « droite capitaliste » et faisant passer cette division
arbitraire avant l’unité nationale et le bien commun. Jaurès est
l’Anti-France au sens précis où Péguy est la France.
Le Panthéon, c’est le culte de l’homme sans Dieu avec promesse
de la mort éternelle. Une telle religion débouche logiquement
dans l’esclavagisme communiste.

Cette domination, en France, d’une France artificielle, arbitraire,
persécutrice, étrangère à la France, il n’est pas possible de prédire
combien de temps elle durera encore ni quelles circonstances aideront
à y mettre fin.
Mais tant que durera cette domination étrangère, chaque
génération, avant-hier celle de Barrès et de Maurras, hier celle
d’Henri et d’André Charlier, aujourd’hui celle qui va de François
Brigneau à Romain Marie et à Hugues Kéraly, oui chaque génération
à son tour, sur les places publiques ou dans les catacombes,
devra reprendre l’insurrection intellectuelle de la survivance française,
l’insurrection permanente de l’honneur français.
Si nous ne capitulons pas, Dieu aidant, un jour le Panthéon
sera définitivement rendu à sainte Geneviève ; la France sera
rendue à la France.
Jean Madiran.

ANNIVERSAIRE
L’ÉCOLE laïque, gratuite et obligatoire a été fabriquée en 1881,
il y a tout juste cent ans. Ceux qui n’ont pas pratiqué les
mathématiques modernes peuvent calculer. Pour un pays
de traditions, comme la France, un siècle, ce n’est rien. Pour l’école,
il aura été long. Elle a vieilli très vite et mal, dans ses pentes,
celles de son inspirateur : Rousseau. Lente d’abord, presque imperceptible,
la dégradation galope depuis 68. Je connais des calotins
de la laïque qui, dans le privé, reconnaissent, mais avec douleur,
que leur école se décompose dans l’anarchie. C’est donc le moment
qu’avait choisi M. Giscard d’Estaing pour lui rendre un hommage
ému. Sur ses décombres et devant ce qui n’est plus qu’une caricature,
il voulait profiter de l’anniversaire pour dire comme elle demeure
exemplaire et vivante. Ainsi l’entend la logique du système,
tout en truquages et trompe-l’œil. L’année de l’enfant légalisa
l’avortement ; celle de la femme mit fin aux privilèges de la féminité
; nul ne pouvait s’étonner en voyant la prolifération des cancres

et la destruction des maîtres solennellement consacrées par une
année dite de « l’école ». Hélas!, (pour lui). Le peuple souverain
lui a refusé cette satisfaction. Pour que l’année du centenaire soit
encore plus symbolique, le parti des instituteurs a gagné les élections.
M. Mitterrand est arrivé à l’Elysée. Avec lui et avec les
·siens, le pouvoir laïque n’est plus seulement à l’école. C’est l’école
laïque qui a pris le pouvoir.
Aussi, aujourd’hui encore plus qu’hier, que l’école soit ou non
<le qualité, les grands prêtres de l’anniversaire s’en tamponnent.
Ce qui est important, ce qui compte, c’est qu’elle soit laïque.
Certes, pour le spectacle,. ils font semblant de saluer une réforme
·qui avait la prétention de mettre . la connaissance à la portée
·de tous et qui n’aura réussi qu’à vulgariser l’ignorance, mais
1e sens réel de la cérémonie est tout autre. En vérité c’est
la victoire de la Contre-Eglise scolaire que l’on fête ; cette formidable
machine de guerre civile qui a permis à la République
maçonnique de s’imposer à un peuple qui lui était hostile. « je
crois à l’avenir républicain des provinces, disait Gambetta. C’est
l’affaire d’un peu de temps et d’instruction mieux répandue. » (1)
Les dévots de la laïque disaient à qui les voulait entendre, que
leurs intentions étaient pures, ils ne cherchaient qu’à mieux instruire
les petits Français. Ce n’était qu’un mensonge de plus. Ils
ne voulaient que former des petits républicains, le plus grand
nombre de petits républicains. Dans un remarquable ouvrage, souvent
pillé, rarement cité : « La vérité sur les instituteurs » (2),
·serge Jeanneret, instituteur lui~même, le souligne : « L’école,
pour les véritables républicains,’ n’a jamais été que le moyen
·d’amener le peuple à penser et à se sentir républicain. »·Ce que
l’on commémore, aujourd’hui, en cette année qui consacre la
victoire électorale du socialisme laïque, sûr de lui et dominateur,
c’est cent ans de lavage de cerveaux. Spuller l’avait annoncé eh
1883. Ce dignitaire de la franc-maçonnerie, fils de parents badois,
que Rouvier puis Casimir Périer chargèrent donc de l’Instruction
publique (et des Cultes) n’a pas craint de le dire. « On ne peut
fonder la République qu’en renouvelant l’état mental de la
!France. » (3) « Faire des cerveaux républicains, tel fut le mot

———————————————————————-

(1) Cité par Daniel Halévy. « La fin des notables » (p. 115).
(2) Flammarion.
(3) L’école et la nation. Ed. du Cerf (p. 234).

———————————————————————-

d’ordre, indéfiniment commenté, depuis… par les décisions des
comités et des déclarations de ministres, écrivit M. P. H. Simon (4).
Et cela n’a jamais voulu dire seulement qu’on apprendrait aux
enfants à chanter la Marseillaise, à honnir les rois et à aimer la
liberté, mais qu’on imposerait par l’Ecole aux jeunes Français une
sorte d’orthodoxie scientiste, de dogmatisme chrétien, de mysticisme
antimystique ». Terminons ce tir groupé de citations à faire pâlir
Alain de Benoist lui-même, par le mot du Grand Architecte de
l’Opération. « Ce qu’il faut c’est organiser l’humanité, sans roi
et sans Dieu » (4) Signé : Jules Ferry, père de la laïque, deux
fois premier ministre, quatre fois ministre de l’Instruction publique
(et des Cultes), franc-maçon historique, initié à 1875 à la loge
« la Clémente Amitié »,passé ensuite à la loge « Alsace-Lorraine »,
pensez-y toujours, n’en parlez jamais, c’est ce qu’a dû se dire
son biographe, l’excellent G. Froment Guieysse, directeur de l’Encyclopédie
coloniale et maritime, franc-maçon lui aussi mais qui
dans son livre : « Jules Ferry » (5) ne croit pas utile de mentionner
une seule fois les attaches maçonniques de son héros.
Je n’ai pas ces pudeurs. On va s’en apercevoir.

———————————————————————-

(4) Cité par S. Jeanneret.
(5) Editions de l’Institut de l’Encyclopédie Coloniale et Maritime.
Paris 1937.

———————————————————————-

LA DIVINE SURPRISE
LES commémorations sont toujours dangereuses chez les peuples
sans mémoire. Le nôtre l’est devenu. Il convient donc de
rappeler les faits, les situations, les personnages et pour expliquer
1881 de remonter dix ans en arrière, au lendemain de la
« honteuse capitulation de Sedan ». Le mot est de Bismarck.
Pour les républicains, ce désastre est une divine surprise. Ils
étaient sortis écrasés du plébiscite du 8 mai 1870. 7.336.000
« oui », 1.560.000 « non ». C’était la déculottée des sans-culottes.
Même à Paris, la ville républicaine où le souvenir de la tête de
M. de Launay, de la machine du Dr Guillotin, des divertissements
des septembriseurs et du spectacle du Tribunal révolutionnaire,
entretenait d’ineffables nostalgies, les « non » ne l’avaient emporté
que de fort peu, 50.000 voix à peine, une misère. La loi du
nombre condamnait sévèrement ses zélateurs. Et brusquement,
quatre mois plus tard, alors qu’ils se trouvaient encore sous le

choc de l’échec, voici que les armes leur apportaient ce que leur
avait refusé le suffrage : le pouvoir. (Les armes prussiennes, est-il
nécessaire de le préciser ?) Le 4 septembre, autour du pauvre
général Trochu, catholique, breton et parjure (6), on trouve en
effet : Etienne Arago, Isaac Moïse dit Adolphe Crémieux, Jules
Favre, Jules Ferry, Léon Gambetta, Garnier-Pagès, Eugène Pelletan,
Ernest Picard, Jules Schweitzer, dit Suisse dit Simon.
Tous républicains.
Tous francs-maçons.
Arago, initié à la loge « le Réveil Maçonnique », était orateur
du Suprême Conseil du Rite Ecossais. Isaac Moïse dit Adolphe
Crémieux atteignait les degrés supérieurs de la hiérarchie maçonnique
: Souverain Grand Commandeur du Suprême Conseil de
France. Jules Favre fut initié à la loge « L’Encyclopédique »,
« un joli temple de style persan de l’Orient de Toulouse » (7).
Gambetta fut initié en 1869 à la loge « La Réforme », de Marseille.
Vénérable de la loge « l’Avenir » Eugène Pelletan était
membre du Conseil de l’Ordre du Grand Orient. Jules Schweitzer,
dit Suisse, dit Simon, premier ministre de l’Instruction Publique
(et des Cultes) avait été initié, (de justesse), à la loge « le Réveil
Maçonnique » de Boulogne, comme Arago. Pour Garnier-Pagès et
Picard, Saint-Pastour (8) donne comme référence « l’Annuaire de
la Grande Loge » (p. 70 et p. 39). Il y a là un signe qu’il faut
d’autant plus éclairer que l’histoire officielle, celle des Lumières,
l’occulte.
L’histoire n’a pas qu’une seule serrure. Je ne crois pas qu’une
main cachée dirige tout et toujours. Je ne nie pas l’importance

———————————————————————-

(6) Sur Trochu, ce jugement sévère de Drumont : « Chez Trochu
comme chez Mac Mahon, les deux hommes qui, pour notre malheur,
jouèrent un rôle considérable dans nos affaires, vous trouverez la même
duplicité naïve… Trochu n’essayant même pas de défendre la souveraine
à laquelle il avait adressé des déclarations emphatiques, accumulant,
pendant des mois, mensonges sur mensonges comme un enfant qui
est tout heureux de gagner une heure et s’évadant d’une responsabilité
qu’il avait cherchée par vanité par un naufrage digne d’un sauvage. »
(La France Juive T. 1. 433.)
(7) Henry Coston. « La République du Grand Orient ». La Librairie
Française. (P. 16.)
(8) La Franc-Maçonnerie au Parlement (Librairie Française).

———————————————————————-

des complots d’initiés, à certaines époques et conditions. Mais je
doute qu’on puisse tout expliquer par leurs entreprises. Reste
qu’ici l’action de la franc-maçonnerie va se révéler déterminante.
Bainville me paraît dans le vrai quand il écrit : « On est porté
tantôt à exagérer le rôle des francs-maçons, tantôt à nier leur influence.
La vérité se tient probablement entre les deux. Les sociétés
secrètes ne sont pas toutes-puissantes. Sinon ce serait trop
simple. Mais il y a dans le développement de la politique républicaine
une certaine continuité, il y a aussi des programmes,
des plans, des mots d’ordre qui ne s’expliqueraient pas si tout
était laissé au hasard du souffle populaire et de l’inconscient. » (9)
Dans « La Fin des Notables », Daniel Halévy reprend ce
thème et l’élargit : « Dès le lendemain du Quatre Septembre, ils
(les républicains) s’étaient partout montrés, formant des Comités
de Défense Nationale qui, sitôt la guerre terminée, s’étaient transformés
en comités électoraux, trahissant ainsi, par l’aisance et la
rapidité de la manœuvre, l’intention première et cachée. Ces hommes
capables d’agir avec ensemble par toute l’étendue du pays,
d’où sortaient~ils ? L’accord, la sûreté de leurs actes, incitent à
chercher derrière eux quelque organisation préalable et la seule
à laquelle on puisse penser c’est cette franc-maçonnerie qu’a respectée
le Second Empire et que nous savons appelée à un avenir
considérable. Un Barante (10) le dit à l’Assemblée : c’est du sein
des sociétés secrètes que sont issues en septembre 1870, les commissions
municipales qui ont régi les grandes villes. Derrière Gambetta
et ses amis, la franc-maçonnerie est présente et puisqu’il faut
enfin à tous les régimes une classe dirigeante, c’est elle qui se
prépare à en fournir les membres et à donner à la République,
par elle fondée et maintenue, son orientation, sa prudence, son
esprit. » (11).
N’allons pas si vite .. En 71, la République n’est ni « maintenue
» ni même vraiment fondée. Ce n’est encore qu’un mot de

———————————————————————-

(9) Jacques Bainville. La Troisième République. Fayard. (P. 74.)
(10) Prosper Barante, élu député du Puy-de-Dôme à l’Assemblée de
1871, était le fils d’Amable Barante qui avait été auditeur au Conseil
d’Etat et préfet de Napoléon ter, directeur des Contributions Directes
de Louis XVIII, ambassadeur et pair de France, sous Louis-Philippe.
Appartenant à « l’opinion libérale doctrinaire ~ il écrivit une Histoire
des Ducs de Bourgogne et entra à l’Académie.
(11) La Fin des Notables. Grasset (1936). (Pages 122-133.)

———————————————————————-

passe et de ralliement, un héritage sentimental, un rêve baroque
et disparate, fait de pièces et de morceaux, que fréquente une
petite minorité de fanatiques très divers et mêlés. Certes les
députés l’ont proclamée, à l’Hôtel de Ville, dans· les clameurs de
la populace, tandis que les futurs émeutiers agitaient les drapeaux
de la Révolution que le ·sang des généraux Leconte et Thomas
allait bientôt rougir un peu plus. Encore faut-il que le pays suive
et ratifie le bon choix. Rien n’est plus urgent. La guerre, les armées
encerclées, les Prussiens dont on entend à Vincennes la grosse
musique de parade, le pays assommé par la débâcle, on s’en
occupera plus tard. Pour l’instant la consigne est de voter. Le mot
d’ordre de la République c’est : les urnes, les urnes seules. Dès le
8 septembre, les élections sont annoncées pour le 16 octobre. Finalement
elles se déroulent le 8 février 1871. « Jamais scrutin n’a été
plus libre » (12). L’administration impériale a disparu. La campagne
électorale a été trop courte pour que. les curés aient eu le
temps de se mobiliser. Appuyée par Gambetta, qui occupe le Ministère.
de l’Intérieur, la seule organisation prête à ce genre
d’exercice est la franc~maçonnerie. Alors qu’il était le Fouché du
général de Gaulle, M.· Frey a dit un jour l’efficacité des francs-maçons
: « ils sont 30.000 qui en huit jours à raison de 25
rencontres par semaine peuvent dicter leur mot d’ordre à 750.000
personnes. C’est assez pour que je m’y intéresse … » (13) Après le
despotisme éclairé de Badinguet, après son effondrement, ces
élections doivent donc ouvrir définitivement les portes de bronze
de la République nouvelle. On peut tout en espérer. Et patatras,
l’affreuse méprise! Le raz-de-marée prévu déferle bien. Mais il est
blanc. Sur 676 députés. l’Assemblée qui va siéger à Bordeaux
compte 400 monarchistes dont une centaine d’ultras, les « chevau-légers ».
« Voici les La Rochefoucauld, les Noailles, les Broglie, les
Haussonville, les Harcourt, les Tocqueville et, avec les nobles,
la vieille bourgeoisie : les Guizot, les Rocher, les Ernoul, les
Anisson-Duperron, les Casimir-Perrier. Et les princes mêmes : Aumale,
Joinville. La vieille France, enfin, toutes les vieilles Frances,
ses ordres et ses hommes, tirés par une sorte de miracle du sol
bouleversé, crevassé par le désastre. » (14) On s’embrasse. On rit.

———————————————————————-

(12) Jacques Chastenet. « Cent ans de République ». Tallandier,
(p. 68).
(13) L’Express. 13-XI-67. Interview de M. Roger Frey par Michèle
Cotta.
(14) Halévy. Opus cité (p. 12).

———————————————————————-

Sur les allées de Tourny on crie : « Vive le comte de Chambord !
Vive le Roi ! » Après quoi bras-dessus bras-dessous ces hobereaux,
ces gentilshommes, ces campagnards, ces soldats, ces royalistes,
ces catholiques gagnent d’un pas allègre le Grand Théâtre, dernier
témoignage de la perfection classique et là, dans l’enthousiasme
de l’espérance retrouvée, ils élisent par 519 voix sur 536 le président
de leur Assemblée en choisissant naturellement le plus
représentatif de leurs familles d’idées, à savoir le Très illustre
Frère:. François-Judith-Paul dit Jules Grévy (15), membre influent
de la loge « La Constante Amitié » d’Arras, dont le Vénérable
avait été M. de Robespierre, le père de Maximilien (16).
Jules Grévy n’est pas un ingrat. Il sait renvoyer les monte plats
et rendre les honneurs qu’on lui a accordés. En retour
il propose à l’Assemblée royaliste de désigner comme « chef du
pouvoir exécutif de la République française » M. Adolphe Thiers,
l’ancien Carbonaro, celui qui avait juré sur le Christ « haine à la
Monarchie » (17).
L’Assemblée accepta. Elle fut immédiatement récompensée. Sur
les neuf ministres aussitôt nommés par M. Thiers deux étaient
« thiéristes » : Armand Dufaure et Lambrecht ; deux républicains
: le général Le Flô et l’amiral Pothuau et trois francsmaçons
: Jules Favre, Jules Simon et Ernest Picard.

———————————————————————-

(15) Henry Coston, op. cit., rapporte le fait « d’après une revue
maçonnique très officielle, « la chaîne d’union >> en 81 » (p. 17).
(16) « Robespierre, fort avant dans la maçonnerie, dont son père,
Vénérable de la loge d’Arras, avait été un des zélateurs en France –
ce qui explique la popularité du fils » … Drumont, op. cit. (p. 288).
(17) Témoignage de M. Michel de Bourges, en 1849, devant le
Bureau de l’Assemblée Nationale. En 1848, Thiers s’était d’ailleurs déclaré
« du parti de la Révolution » (discours du 17-1-1848). Cité par H.C.

———————————————————————-

suite…

https://mega.co.nz/#!ac0SRSYT!rE65iQqcl0qN9khCzr8pXoHDS0obqs-qbfxb2OpAa_I

La Grande Triade


Image

par Guénon René

Année : 1946

Les nombres n’ont pas, comme l’affirme la mentalité moderne, un sens purement quantitatif.
Cette approche relève du nivellement par le bas qu’opère ce type de conceptions. En réalité, les
nombres ont une signification qualitative et symbolisent, comme toute chose, des réalités d’ordre
supérieur. Le nombre trois ne déroge évidemment pas à cette loi. Dans l’ouvrage présenté ici, René
Guénon expose plusieurs genres de ternaires, c’est-à-dire de rapports de trois termes entre eux.
Comme le titre l’indique, la Grande Triade extrême orientale (Terre – Ciel – Homme) concentre en elle
le propos du livre. Notons d’emblée que les trois éléments de cette triade ne doivent pas être
confondus avec la terre, le ciel et l’homme que nous connaissons ordinairement. Ces derniers ne sont
que les représentations dans notre monde des trois termes de la Grande Triade.

L’auteur commence par insister sur le fait que les différents ternaires traditionnels ne recouvrent
pas nécessairement la même signification. Ainsi, on ne peut établir d’identité entre la Trinité
chrétienne, la Trimûrti hindoue (Brahmâ, Vishnou et Shiva) ou la Grande Triade chinoise. Les
assimiler revient à raisonner en termes purement quantitatifs (3 = 3, donc tout ce qui se regroupe
par trois serait semblable), et donc à passer à côté de l’essentiel. Se refusant à un tel type
d’approche, René Guénon présente les divers types de rapports que peuvent entretenir les termes
d’un ternaire. Trois fondamentaux se rencontrent dans la Tradition :

1. un principe se polarisant en deux complémentaires (comme c’est le cas pour l’Unité (Tai-ki)
dont dérivent le principe masculin, le Ciel, et le principe féminin, la Terre),

2. un ternaire composé de ces deux complémentaires et de la résultante de leur union (comme
c’est le cas pour le Ciel, la Terre et l’Homme, fils de la Terre et du Ciel),

3. un ternaire « linéaire » où un terme engendre le second qui engendre le troisième (comme
c’est le cas pour les « trois mondes » : la manifestation informelle, la manifestation subtile et la
manifestation corporelle).

Le ternaire incluant la Terre, le Ciel et l’Homme place ce dernier en position de médiateur entre les
deux premiers. René Guénon expose l’essentiel de la doctrine traditionnelle sur les sens exacts qu’il
convient de retenir pour les trois termes de cette triade. Il développe dans son ouvrage les principes
de yin et de yang, c’est-à-dire de « substance » (en rapport avec la Terre) et « d’essence » (en rapport
avec le Ciel), si souvent mal compris. Il souligne leur importance fondamentale dans toutes les
sciences traditionnelles, lesquelles visent à une application des principes immuables et
transcendants. Notons à ce sujet que l’interprétation astrologique ne peut se dispenser de la
compréhension des relations entre le yin et le yang, qui décrivent par exemple l’interaction entre les
maisons (yin) et les signes (yang). De même, nous ne saurions trop recommander la lecture attentive
du chapitre XIII de l’ouvrage, qui décrit les rapports entre un être et le milieu qui l’environne. La
compréhension de ces relations est capitale pour l’étude des sciences prenant comme objet l’être
humain. Ainsi, les données délivrées dans La Grande Triade sont d’une très grande valeur pour
l’étude de l’astrologie. On ne saurait cependant restreindre la portée du livre de René Guénon à cette science, cet auteur envisageant avant tout les principes, au-delà de leurs applications dernières.

Comme nous l’indiquions en début de notice, la triade Ciel, Terre, Homme n’est pas le seul genre
de ternaire traditionnel. René Guénon se livre à l’étude d’autres types de ternaires et les compare
avec la Grande Triade extrême orientale, sujet central du livre. Sont abordés les trois mondes (le
Tribhuvana hindou), le ternaire « Spiritus », « Anima », « Corpus » (se retrouvant dans la Tradition
chrétienne telle qu’exposée au Moyen-Age), le ternaire Soufre, Mercure, Sel des alchimistes, le
ternaire « Deus », « Homo », « Natura » (employé par la chrétienté), le ternaire « Providence », « Volonté »,
« Destin » (figurant dans la doctrine délivrée par Pythagore, par exemple), le triple temps (passé,
présent, avenir), le « Triratna » bouddhique (Bouddha, Dharma, Sangha).

Le propos de La Grande Triade ne se borne pas à présenter des notions d’ordre cosmologique,
mais tend à les coordonner afin de montrer ce en quoi peut consister la réalisation spirituelle. A
l’ensemble président l’Unité et le retour à elle. Si tous les êtres ne cessent jamais d’être contenus
dans l’Unité, en revanche ils perdent de vue ce rattachement. Leur connaissance s’est obscurcie,
d’où par exemples la souffrance et les erreurs sur la prétendue autonomie de l’individu.

Avant-propos
Le ternaire Ciel-Terre-Homme = tien-ti-jen (chinois).
B. Favre, Les sociétés secrètes en Chine.
La Triade – Société du Ciel et de la Terre.
Jen (chinois) signifie à la fois „homme” et „humanité” (donc implique aussi une idée de solidarité).
La Triade est connue aussi sous les noms de San-ho (Trois fleuves) et San-tien (Trois points).
Wou-wei – le principe du non-agir.
En Extrême-Orient, tout ce qui est ésotérique ou initiatique relève nécessairement du Taoïsme.
Tchenn-jen (chinois) = homme véritable.
Cheun-jen (chinois) = homme transcendent.
Pe-lien (chinois) = Lotus blanc.

Les deux parties ésotérique et exotérique de la tradition extrême-orientale se sont divisées en deux
branches profondément distinctes: le Taoïsme et le Confucianisme.

L’école bouddhique Tchan a été profondément influencée par le taoïsme. Tchan est la forme chinoise
du mot sanscrit Dhyâna (contemplation) et du mot japonai Zen.

Les partisans de la théorie des „emprunts”, suite au constant de certains similitudes entre la Triade
et la Maçonnerie, ont avancé l’hypothèse de l’origine historique commune des deux organisations
initiatiques. En fait, il ne s’agit que d’une identité de principes.

Chapitre premier. Ternaire et trinité
La Triade taoïste n’a rien en commun avec la trinité chrétienne. Les comparer d’une manière ou
d’une autre n’est qu’une assimilation abusive. Une autre assimilation est faite à tort avec la Trimûrti
hindoue. „En réalité, dans les deux cas, il s’agit bien évidemment d’un ensemble de trois aspects
divins, mais là se borne toute la ressemblance […].” (p. 18)

„C’est avant tout faute de faire les distinctions essentielles entre différents types de ternaires qu’on
en arrive à toute sorte de rapprochements fantaisistes et sans la moindre portée réelle, comme ceux
auxquels se complaisent notamment les occultistes […].” (p. 19)

L’idée du rapprochement entre les dix principes de la tradition hindoue et les dix Sephiroth de la
Kabbale hébraïque a été formulé pour la première fois par Malfatti de Montereggio dans son livre
Mathèse.

„[…] la Triade extrême-orientale appartient au genre de ternaire qui sont formés de deux termes
complémentaires et d’un troisième terme qui est le produit de l’union de ces deux premiers, ou, si
l’on veut, de leur action et réaction réciproque […]” (p. 20)

La trinité égyptienne Osiris, Isis et Horus ne peut pas être réduite à triade chinoise non plus.

Certaines sectes chrétiennes prémodernes ont voulu faire du Saint-Esprit une entité féminine. C’est
une erreur, parce que l’opération du Saint-Esprit dans la génération du Christ correspond à l’activité
de Purusha, ou du Ciel, selon le langage de la tradition extrême-orientale, pendant que la Vierge est
une parfaite image de Prakriti. Christ est identique à l’Homme Universel.

Chapitre II. Différents genres de ternaires
Le premier type de ternaire est celui qui comprend un principe premier, dont dérivent deux termes
opposés, ou plutôt complémentaires (Purusha et Prakriti dans la tradition hindoue; le Ciel (Tien) et la
Terre (Ti) dans la tradition extrême-orientale – mais sans perdre de vue le principe supérieur dont ils
sont dérivés).

Le deuxième type est celui où le ternaire est formé par deux termes complémentaires et par leur
produit ou leur résultante. C’est à ce genre qu’appartient la Triade extrême-orientale.

Le principe qui unit Tien et Ti s’appelle Grand Extrême (Tai-ki). Il suppose Wou-ki, le Non-Etre ou le
Zéro métaphysique. Il s’appelle ausi Tai-i (Grande Unité).

A la fin, le ternaires chinois sont:
ê (premier type) Tai-ki, Tien et Ti;
ê (deuxième type) Tien, Ti et Jen.

Le Ciel se représente par un cercle. La Terre – par un carré. L’Homme Universel se symbolise par une
croix. Le Ciel et la Terre sont deux désignations pour l’Essence et la Substance universelle. L’Homme
Universel est le pont qui les unit.

Chapitre III. Ciel et Terre
„Le Ciel couvre, la Terre supporte” – formule traditionnelle chinoise.

Le nombre de dix mille est pris dans le Taoïsme pour signifier tout l’ensemble de la manifestation
universelle.

Au sujet du Ciel qui „couvre”, il existe un symbolisme identique inclus dans le mot grec Ouranos,
équivalent du sanscrit Varuna, de la racine var (couvrir), et aussi dans le latin Caelum, dérivé de
caelare (cacher ou couvrir).

Le Ciel s’assimile à la perfection active (Khien) et la Terre s’assimile à la perfection passive (Khouen).
Mais aucun n’atteint la perfection au sens absolu. Le Ciel et la Terre sont respectivement principe
masculin et principe féminin.
Dans un complémentarisme comme celui-ci, le terme actif est envisagé comme une ligne verticale et
le terme passif comme une ligne horizontale. Au même symbolisme correspondent les deux lettres
alif et ba de l’alphabet arabe.

La marche descendente du cycle de la manifestation allant de son pôle supérieur qui est le Ciel à son
pôle inférieur qui est la Terre, peut être considérée comme partant de la forme la moins «spécifiée»
de toutes, qui est la sphère, pour aboutir à celle qui est au contraire la plus «arrêtée», qui est le
cube.

Le Ciel présente au Cosmos une face „ventrale”, intérieure, et la Terre qui les supporte présente une
face „dorsale”, donc extérieure.

Tien-hia (sous le Ciel) est employé en chinois pour désigner l’ensemble du Cosmos.

L’«intériorité» appartient au Ciel et l’«extériorité» appartient à la Terre.

Chapitre IV. «Yin» et «Yang»
Yang: actif, positif, masculin, lumière.

Yin: passif, négatif, féminin, ombre.

Ces deux principes ne sont pas opposés, mais complémentaires. La médecine chinoise est basée sur
l’idée de déséquilibre d’un de ceux deux principes.

Yang procède de la nature du Ciel, et yin procède de la nature de la Terre.

L’aspect yang correspond à ce qu’il y a de spirituel et d’essentiel et l’Esprit est identifié avec la
lumière dans toutes les traditions. L’aspect yin est identifié à la substance, à l’inintelligibilité
inhérente à son indistinction ou à son état de pure potentialité.

Avec le langage aristotélicien et scolastique, yang est tout ce qui est „en acte”, pendant que „yin” est
tout ce qui est „en puissance”.

Le Ciel est entièrement yang et la Terre est entièrement yin, ce qui revient à dire que l’Essence est
acte pur et que la Substance est puissance pure.

Dans toute chose manifestée, yang ou yin ne sont jamais purs. Il y a, selon une formule maçonnique,
de la lumière dans les ténèbres (du yang dans le yin) et des ténèbres dans la lumière (du yin dans le
yang).

„Si l’on considère spécialement le yang et le yin sous leur aspect d’éléments masculin et féminin, on
pourra dire que, en raison de cette participation, tout être est «androgyne» en un certain sens et
dans une certaine mesure, et qu’il l’est d’ailleurs d’autant plus complètement que ces deux éléments
sont plus équilibrés en lui; le caractère masculin ou féminin d’un être individuel (il faudrait, plus
rigoureusement, dire principalement masculin ou féminin) peut être donc considéré comme
résultant de la prédominance de l’un ou de l’autre.” (p. 41)

La Terre apparaît par sa face „dorsale” et le Ciel par sa face „ventrale”, c’est pourquoi le yin est „à
l’extérieur” et le yang est „à l’intérieur”. Autrement dit, les influences terrestre, qui sont yin, sont
seules sensibles, et les influences célestes, qui sont yang, échapppent aux sens et ne peuvent être
saisies que par les facultés intellectuelles.

Le yin est avant le yang dans une énumération, tout comme les trois gunas hindoues sont tamas,
rajas, sattwa, donc allant de l’obscurité à la lumière.

Yang correspond au trait plein. Yin – au trait brisé. Le trait plein et le trait brisé sont des éléments des
trigrammes et des hexagrammes du Yi-king.

Le symbole yin-yang représente le „cercle de la destinée individuelle” (p. 43). Il est équivalent de
l’Androgyne primordial. Il est aussi l’œuf du Monde qui, après la séparation, est le Ciel et la Terre.
Il est commode (mais pas totalement vrai) de donner a Tao le nom de Grande Unité.

Chapitre V. La double spirale
Le symbole de la double spirale est étroitement connexe de celui du yin-yang. Il se trouve dans l’art
traditionnel des pays les plus divers.

Toute ornementation a originairement un caractère symbolique.

La double spirale est l’élément principal de certains talismans très répandus dans les pays islamiques.
Il existe une relation avec les deux sens de rotation du swastika, qui expriment la même double
action de la force cosmique.

Dans l’être humain il y a deux lignes, les deux nâdîs ou courants subtils de droite et de gauche, ou
positif et négatif (idâ et pingalâ). Une autre figuration est celle des deux serpents du caducée
(kêrukeion, indigne des hérauts).

L’Axe du Monde et l’axe de l’être humain (la colonne vertébrale) sont également désignés, en raison
de leur correspondance analogique, par le terme Mêru-danda.

L’œuf du Monde se rapproche du symbolisme du serpent, comme dans le Kneph égyptien est
représenté sous la forme d’un serpent qui produit l’œuf par la bouche.

Dans l’art chinois, la forme de la spirale apparaît notamment par la figuration du «double chaos», des
eaux supérieures et inférieures (c’est-à-dire des possibilités informelles et formelles), souvent en
rapport avec le symbolisme du Dragon.

Le symbole du cygne est la combinaison de celui du serpent avec celui de l’oiseau. L’œuf du monde
peut être un œuf de serpent, mais aussi un œuf de cygne. Hamsa, le véhicule de Brahmâ, est un
cygne. Dans la tradition grecque, le symbolisme du cygne était lié à celui de l’Apollon hyperboréen.

Dans les symboles antiques, la double spirale est parfois remplacée par deux ensembles de cercles
concentriques, tracés autour de deux points qui représentent encore les pôles.

La catabase est la marche descendante, pendant que l’anabase est la marche ascendante.

La double spiration c’est l’expir et l’aspir universels, par lequels sont produites les „condensations” et
les „dissipations” (suivant le langage taoïste), les „coagulations” et les „solutions” (suivant la
terminologie hermétique), genesis et phtora, „génération” et „corruption” (selon Aristote), les jours
et les nuits de Brahmâ, comme le Kalpa et le Pralaya.

Chapitre VI. „Solve” et „coagula”
La formule „solve” et „coagula” est regardée comme contenant d’une certaine façon tout le secret
du Grand Œuvre, en tant que celui-ci reproduit le processus de la manifestation universelle.

Le terme „solve” est parfois représenté par un signe qui montre le Ciel, et le terme „coagula” par un
signe qui montre la Terre. Solve peut être assimilé au courant ascendent (yang) et coagula au courant
descendant (yin).

Les „condensations” procèdent des influences terrestres, et les dissipations procèdent des influences
célestes.

L’ordre yin-yang peut être envisagé de deux manières. Si l’on part de l’état de non-manifestation
pour passer au manifesté (le point de vue cosmologique), c’est la condensation (coagulation) qui se
présentera naturellement en premier lieu, pendant que la dissipation (solution) viendra ensuite. Si au
contraire l’on part de la manifestation on devrait envisager d’abord la tendance aboutissant à la
solution de ce qui est dans cet état, pendant qu’une phase ultérieure de coagulation serait le retour à
un autre état de manifestation.

„[…] il faut d’ailleurs ajouter que cette «solution» et cette «coagulation», par rapport à l’état
antécédent et à l’état conséquent respectivement, peuvent être parfaitement simultanées en
réalité.” (p. 56)

„[…] toute attraction produit un mouvement centripète, donc une «condensation», à laquelle
correspondra, au pôle opposé, une «dissipation» déterminée par un mouvement centrifuge, de façon
à rétablir ou plutôt à maintenir l’équilibre total.” (p. 58)

Ce qui est „condensation” sous le rapport de la substance est au contraire une „dissipation” sous le
rapport de l’essence, et inversement, ce qui est „dissipation” sous le rapport de la substance est une
„condensation” sous le rapport de l’essence.

„[…] toute «transmutation», au sens hermétique de ce terme, consistera proprement à «dissoudre»
ce qui était «coagulé» et, simultanement, à «coaguler» ce qui était «dissous», ce deux opérations
apparemment inverses n’étant en réalité que les deux aspects complémentaires d’une seule et
même opération.” (p. 58)

L’état qui est vie pour le corps est mort pour l’esprit et inversement.

Dans l’initiation a lieu un „retournement”. C’est ce que le symbolisme kabbalistique désigne comme
le «déplacement des lumières», et aussi ce que la tradition islamique met dans la bouche des awliyâ:
„Nos corps sont nos esprits, et nos esprits sont nos corps.” (ajsâmnâ arwâhnâ, wa arwâhna ajsâmnâ).

Les opérations de „coagulation” et de „solution” correspondent à ce que la tradition chrétienne
désigne comme le „pouvoir des clefs” – celui de „lier” et de „délier” (potestas ligandi et solvendi).

La figuration du pouvoir des clés est celle d’une clé en or (correspondant au pouvoir spirituel) et une
clé en argent (correspondant au pouvoir temporel). On peut dire que le pouvoir de „lier” correspond
au pouvoir temporel, pendant que celui de „délier” au spirituel. Le temporel et le spirituel sont yin et
yang l’un par rapport à l’autre.

Les clés peuvent être représentées dans le swastika clavigère, dont chacun des quatre branches
peuvent être représentées d’une clef. Son axe verical ou solsticial se rapporte à la fonction
sacerdotale, et l’axe horizontal ou équinoxial à la fonction royale.

Le terme spagyrie, qui désigne la médecine hermétique, exprime formellement, par sa composition,
la double opération de «solution» et de «coagulation»; l’exercice de la médecine traditionnelle est,
dans un ordre particulier, une application du «pouvoir des clefs».

Le pouvoir des clefs correspond au double pouvoir de vajra (hindoue) et dorje (tibétain). Les deux
sont figurés par la foudre. Vajra est symbole yang, et son complémentaire féminin est, dans la
tradition hindoue, la conque (shankha), et dans la tradition tibétaine la clochette rituelle (dilbu).

„[…] le pouvoir du vajra, ou le «pouvoir des clefs» qui lui est identique au fond, impliquant le
maniement et la mise en œuvre des forces cosmiques sous leur double aspect de yin et de yang,
n’est en définitive rien d’autre que le pouvoir même de commander à la vie et à la mort.” (p. 64)

Les deux solstices s’assimilent au Nord (celui d’hiver) et au Sud (celui d’été), pendant que les deux
équinoxes s’assimilent à l’Est (printemps) et à l’Ouest (automne).

Le pouvoir de provoquer des orages a été considéré, chez les peuples les plus divers, comme une
sorte de conséquence de l’initiation.

Chapitre VII. Questions d’orientation
„A l’époque primordiale, l’homme était, en lui-même, parfaitement équilibré quant au
complémentarisme du yin et du yang; d’autre part, il était yin ou passif par rapport au Principe seul,

et yang ou actif par rapport au Cosmos ou à l’ensemble des choses manifestées; il se tournait donc
naturellement vers le Nord, qui est yin, comme vers son propre complémentaire. Au contraire,
l’homme des époques ultérieures, par suite de la dégénérescence spirituelle qui correspond à la
marche descendente du cycle, est devenu yin par rapport au Cosmos; il doit donc se tourner vers le
Sud, qui est yang, pour en recevoir les influences du principe complémentaire de celui qui est devenu
prédominant en lui, et pour rétablir, dans la mesure du possible, l’équilibre entre le yin et le yang.”
(p. 64)

L’orientation vers le Nord est polaire, pendant que celle vers le Sud est solaire.

Dans les cartes et les plans chinois, le Sud est placé en haut et le Nord en bas, l’Est à gauche et
l’Ouest à droite, ce qui est conforme à la seconde orientation; cet usage n’est d’ailleurs pas assez
exceptionnel qu’on pourrait croire, car il existait aussi chez les anciens Romains et subsista même
pendant une partie du moyen âge occidental.

En Chine, le côté auquel on accorde la prééminence est la gauche. Mais à l’époque de Sseu-ma-tsien,
au IIe siècle avant l’ère chrétienne, la droite semble l’avoir au contraire emporté sur la gauche. Le
„conseiller de droite” (iou-siang) avait un rôle plus important que le „conseiller de gauche” (tsosiang).

A l’époque de Lao-tseu la gauche correspondait au yang et la droit au yin.

En hébreu la „droite” signifie toujours le Sud et la „gauche” le Nord, ce qui implique que l’orientation
est prise, comme dans l’Inde, en se tournant vers l’Est. Ce même mode d’orientation était pratiqué
par les constructeurs du moyen âge pour déterminer l’orientation des églises.

Chapitre VIII. Nombres célestes et nombres terrestres
Les nombres impairs correspondent au yang, sont masculins ou actifs, et les nombres pairs
correspondent au yin, sont féminins ou passifs. Les nombres impairs sont „célestes”, et les nombres
pairs sont „terrestres”.

L’unité n’est pas considéré nombre, elle est proprement le principe même du nombre. C’est donc 2 le
premier nombre par (qui appartient à la Terre) et 3 le premier nombre impair (qui appartient au
Ciel). La Terre est donc avant le Ciel, tout comme yin est avant yang.

Pour d’autre nombres se sont produits des inversions inexplicables: 5, nombre impair, est attribué à
la Terre, pendant que 6, nombre pair – au Ciel. On parle à ce propos d’un échange „hiérogamique”
entre les attributs des deux principes complémentaires.

En Chine ce n’est pas l’ordre cosmique qui a été conçu sur le modèle des institutions sociales, mais ce
sont bien celles-ci qui ont été établies en correspondance avec l’ordre cosmique lui-même.

„[…] tous les complémentarismes, de quelque type qu’il soient, ont également leur principe dans la
première de toutes les dualités, qui est celle de l’Essence et de la Substance universelles, ou, suivant
le langage symbolique de la tradition extrême-orientale, celle du Ciel et de la Terre.” (p. 77)

Pour les Pythagoriciens, 5 était le „nombre nuptial”, somme du premier nombre pair ou féminin (2)
et du premier nombre impair ou masculin (3).

Tandis que 2 et 3 expriment la nature même de la Terre et du Ciel, 5 et 6 expriment leur „mesure”, ils
les envisagent du point de vue de la manifestation et non plus en eux-mêmes.

Les doubles de 5 et 6 sont 10 (attribué au Ciel) et 12 (attribué à la Terre). Dans la tradition chinoise,
les jours sont comptés par périodes décimales et les mois par périodes duodécimales; or dix jours
sont dix soleils, et douze mois sont douze lunes; les nombres 10 et 12 sont donc rapportés ainsi
respectivement le premier au Soleil, qui est yang et masculin, correspondant au Ciel, au feu et au
Sud, et le second à la Lune, qui est yin ou féminine, correspondant à la Terre, à l’eau et au Nord.

Le nombre 11, en tant qu’union de 5 et 6, est l’union centrale du Ciel et de la Terre. C’est le nombre
par lequel se constitue la Voie du Ciel et de la Terre. Cette importance du nombre 11 est le point
commun aux doctrines traditionnelles les plus diverses.

Chapitre IX. Le fils du ciel et de la terre

„Le Ciel est son père, la Terre est sa mère” – formule initiatique.

L’homme véritable est celui qui possède vraiment la plénitude de la nature humaine, ayant
développé en lui l’intégralité des possibilités qui y sont impliquées; les autres hommes n’ont en
somme qu’une potentialité humaine plus ou moins développée dans quelques-uns de ses aspects.

Les hommes ordinaires sont plutôt fils de la Terre que du Ciel, ils sont yin par rapport au Cosmos.

L’homme véritable est parfaitement équilibré sous le rapport du yang et du yin, et, en même temps,
la nature céleste ayant nécessairement la prééminence sur la nature terrestre, il est yang par rapport
au Cosmos.

„[…] «l’homme véritable» est aussi l’«homme primordial», c’est-à-dire que sa condition est celle qui
était naturelle à l’humanité à ses origines, et dont elle s’est éloignée peu à peu, au cours de son cycle
terrestre, pour en arriver jusqu’à l’état où est actuellement ce que nous avons appelé l’homme
ordinaire, et qui n’est proprement que l’homme déchu.” (p. 85)

La déchéance spirituelle attire un déséquilibre sous le rapport du yang et du yin.

„Ces êtres, au contraire, l’«homme primordial», au lieu de se situer simplement parmi eux, les
synthétisait tous dans son humanité pleinement réalisée; a du fait même de son «intériorité»,
enveloppant tout son état d’existence comme le Ciel enveloppe toute la manifestation (car c’est en
réalité le centre qui contient tout), il les comprenait en quelque sorte en lui-même comme des
possibilités particulières incluses dans sa propre nature; et c’est pourquoi l’Homme, comme
troisième terme de la Grande Triade, représente effectivement l’ensemble de tous les être
manifestés.” (pp. 85-86)

La distinction entre l’«homme véritable» et l’«homme transcendant» est celle d’entre l’homme
individuel parfait comme tel et l’«Homme Universel».

„L’homme véritable est donc celui qui est parvenu effectivement au terme des «petits mystères»,
c’est-à-dire à la perfection même de l’état humain; par là, il est désormais établi définitivement dans
l’«Invariable Milieu» (Tchoung-young), et il échappe dès lors aux vicissitudes de la «roue cosmique»,
puisque le centre ne participe pas au mouvement de la roue, mais est le point fixe et immuable

autour duquel s’effectue ce mouvement. Ainsi, sans avoir encore atteint le degré suprême qui est le
but final de l’initiation et le terme des «grands mystères», l’«homme véritable», étant passé de la
circonférence au centre, de l’«extérieur» à l’«intérieur», remplit réellement, par rapport à ce monde
qui est le sien, la fonction du «moteur immobile», dont l’«action de présence» imite, dans son
domaine, l’activité «non-agissante» du Ciel.” (p. 87)

Chapitre X. L’Homme et les trois mondes
„Lorsqu’on compare entre eux différents ternaires traditionnels, s’il est réellement possible de les
faire correspondre terme à terme, il faut bien se garder d’en conclure que les termes correspondants
sont nécessairement identiques, et acela même dans les cas où certains de ces termes portent des
désignations similaires, car il peut très bien se faire que ces désignations soient appliquées par
transposition analogique à des niveaux différents.” (p. 88)

Tribhuvada hindou est composé de trois mondes: Terre (Bhû), Atmosphère (Bhuvas) et Ciel (Swar).
Mais Ciel et Terre hindoue ne correspondent pas à Tien et Ti chinois (ces derniers correspondent à
Purusha et Prakriti hindous).

„[…] les «trois mondes» représentent […] l’ensemble de la manifestation elle-même, divisée en ses
trois degrés fondamentaux, qui constituent respectivement le domaine de la manifestation
informelle, celui de la manifestation subtile, et celui de la manifestation grossière ou corporelle.” (p.
88)

La manifestation informelle est celle où prédominent les influences célestes; la manifestation
corporelle est celle où prédominent les influences terrestres. La manifestation subtile procède des
deux états.

Il existe une analogie constitutive entre le macrocosme et le microcosme.

L’homme appartient par l’esprit au domaine de la manifestation informelle, par l’âme à celui de la
manifestation subtile et par le corps à celui de la manifestation grossière. „C’est d’ailleurs l’homme,
et par là il faut entendre surtout l’«homme véritable» ou pleinement réalisé, qui, plus que tout autre
être, est véritablement le «microcosme», et acela encore en raison de sa situation «centrale», qui en
fait comme une image ou plutôt comme une «somme» (au sens latin de ce mot) de tout l’ensemble
de la manifestation, sa nature, comme nous le disions précédemment, synthétisant en elle-même
celle de tous les autres êtres, de sorte qu’il ne peut rien se trouver dans la manifestation qui n’ait
dans l’homme sa représentation et sa correspondance.” (p. 91)

Il existe une correlation entre les modifications de l’ordre humain et celles de l’ordre cosmique.

Chapitre XI. „Spiritus”, „anima”, „corpus”
„La division ternaire est la plus générale et en même temps la plus simple qu’on puisse établir pour
définir la constitution d’un être vivant, et en particulier celle de l’homme, car il est bien entendu que
la dualité cartésienne de l’«esprit» et du «corps», qui s’est en quelque sorte imposée à toute la
pensée occidentale moderne, ne saurait en aucune façon correspondre à la réalité; […].” (p. 94)

Toutes les traditions admettent la distinction: esprit, âme et corps. Il n’y a que la modernité
occidentale qui fait la confusion entre esprit et âme. Cette erreur a des conséquences qui ne sont pas
uniquement théoriques.

La distinction de l’esprit et de l’âme est appliquable à celle d’entre macrocosme et microcosme.

Les Pythagoriciens envisageaient un quaternaire fondamental: le Principe, transcendant par rapport
au Cosmos, puis l’Esprit et l’Ame universels, et enfin la Hylê primordiale.

„[…] du côté «essentiel», l’Esprit et l’Ame sont, à des niveaux différents, comme des «réflexions» du
Principe même de la manifestation; du côté «substantiel», ils apparaissent au contraire comme des
«productions» tirées de la materia prima, bien que déterminant eux-mêmes ses productions
ultérieures dans le sens descendant, et cela parce que, pour se situer effectivement dans le
manifesté, il faut bien qu’ils deviennent eux-mêmes partie intégrante de la manifestation
universelle.” (p. 97)

Buddhi – Intellect pur (correspondant à Spiritus et à la manifestation informelle);

Atmâ – Principe transcendant.

Le corps représente la passivité substantielle, sans être la Substance elle-même.

Dans le ternaire ésprit-âme-corps, les deux premiers termes se situent d’où même côté par rapport
au troisième. „[…] le corps a dans l’âme son principe immédiat mais il ne procède de l’esprit
qu’indirectement et par l’intermédiaire de l’âme.” (p. 98)

L’âme, en tant qu’intermédiaire entre l’esprit et le corps, est un principe «médiateur». L’esprit et
l’âme sont d’une certaine manière complémentaire, l’esprit est yang et l’âme est yin. Le premier est
symbolisé par le Soleil, l’autre par la Lune. L’esprit est la lumière émanée directement du Principe,
tandis que l’âme est une réflexion de cette lumière.

Le serpent est un des symboles d’Anima Mundi parce que, bien qu’agissant aussi dans le monde
corporel, appartiennent en elles-mêmes à l’ordre subtil.

Le carré posé sur un de ses angles suggère l’idée de mouvement, tadis que le carré reposant sur sa
base exprime l’idée de stabilité.

Chapitre XII. Le Soufre, le Mercure et le Sel
Le ternaire alchimique: Soufre, Mercure et Sel. Le complémentarisme des deux premiers termes et
beaucoup plus accentué que celui d’entre l’esprit et l’âme. Le Souffre est envisagé comme principe
actif masculin, pendant que le Mercure comme principe passif féminin. Le Sel est en quelque sorte
neutre.

Le Souffre, assimilé au principe igné, est le principe d’activité intérieure, irradiant à partir du centre
même de l’être. Cette force est identifiée dans l’homme à la puissance de la volonté divine. Le mot
grec theion, désignation du Soufre, signifie en même temps «divin».

„[…] tout ce qu’envisage la psychologie est simplement «périphérique» et ne se rapporte en somme
qu’à des modifications superficielles de l’être.” (p. 103)

Le Mercure, à cause de sa passivité, est un principe humide. Parmi ses désignations alchimique est
aussi celle de humide radical. Il est considéré comme agissant de l’extérieur en tant que force
centripète et compressive. Il s’oppose à l’action centrifuge et expansive du Soufre.

Le Soufre est yang et le Mercure est yin.

De l’action intérieure du Soufre et de l’action extérieure du Mercure se produit une cristallisation. Le
produit de cette cristallisation est le Sel. C’est la „pierre cubique” du symbolisme maçonnique.

Il existe un rapport évident entre le Soufre et l’esprit et entre le Mercure et l’âme.

On ne peut pas identifier sans réserves le Sel au corps, celui-ci correspond au Sel sous un certain
aspect ou dans une application particulière du ternaire alchimique. Dans une autre application, c’est
l’individualité tout entière qui correspond au Sel, dans ce cas le Soufre est le principe de l’être et le
Mercure est l’ambiance subtile d’un certain monde ou état d’existence.

„Pour reprendre un symbolisme que nous avons déjà employé précédemment, le Soufre est
comparable au rayon lumineux et le Mercure à son plan de réflexion, et le Sel est le produit de la
rencontre du premier avec le second; […].” (p. 108)

Chapitre XIII. L’Etre et le milieu
La nature humaine est formée de deux parties:

ê l’être en lui-même, qui représente son côté intérieure et actif;

ê l’ensemble des influences du milieu dans lequel il se manifeste, et qui représentent son côté
extérieur et passif.

Dans le symbole de la croix: „[…] la verticale représente alors ce qui relie entre eux tous les états de
manifestation d’un même être, et qui est nécessairement l’expression de cet être même, ou, si l’on
veut, de sa «personnalité», la projection directe par laquelle celle-ci se reflète dans tous les états,
tandis que le plan horizontal représentera le domaine d’un certain état de manifestation, envisagé ici
au sens «macrocosmique»; par conséquent, la manifestation de l’être dans cet état sera déterminée
par l’intersection de la verticale considérée avec ce plan horizontal.” (p. 109-110)

L’être se manifeste en se revêtant d’éléments empruntés à l’ambiance, et dont la cristallisation sera
déterminée par l’action, sur cette ambiance, de sa propre nature interne.

Il y a non seulement une hérédite physiologique, mais aussi une hérédité psychique, l’une et l’autre
s’expliquant par la présence, dans la constitution de l’individu, d’éléments empruntés au milieu
spécial où sa naissance a eu lieu. „Or, en Occident, certains refusent d’admettre l’hérédité psychique,
parce que, ne connaissant rien au-delà du domaine auquel elle se rapporte, ils croient que ce
domaine doit être celui qui appartient en propre à l’être lui-même, qui représente ce qu’il est
indépendamment de toute influence du milieu. D’autres, qui admettent au contraire cette hérédité,
croient pouvoir en conclure que l’être, dans tout ce qu’il est, est entièrement déterminé par le

milieu, qu’il n’est rien de plus ni d’autre que ce que celui-ci le fait être, parce qu’eux non plus ne
conçoivent rien en dehors de l’ensemble des domaines corporel et psychique.” (p. 111) Ce sont deux
visages du même erreur: celle d’avoir réduit l’être à sa seule manifestation individuelle, et d’avoir
ignoré tout principe transcendant par rapport à celle-ci.

La dualité cartésienne «corps-âme» laisse abusivement l’esprit de côté. Cette dualité équivaut à celle
du physiologique et du psychique, considérée comme irréductible et comprenant tout l’être dans ses
deux termes. En réalité, cette dualité comprend uniquement les aspects superficiels et extérieurs de
l’être manifesté, apparentant au plan horizontal de l’existence.

„[…] la situation de l’être dans le milieu étant déterminée en définitive par sa nature propre, les
éléments qu’il emprunte à son ambiance immédiate, et aussi ceux qu’il attire en quelque sorte à lui
de tout l’ensemble indéfini de sont domaine de manifestation […] doivent être nécessairement en
correspondance avec cette nature, sans quoi il ne pourrait se les assimiler effectivement de façon à
en faire comme autant de modifications secondaires de lui-même.” (p. 113)

L’être ne prend au milieu que ce qui est conforme à ses possibilités.

„[…] les véritables causes de tout ce qui arrive à un être sont toujours, au fond, les possibilités qui
sont inhérentes à la nature même de cet être, c’est-à-dire quelque chose d’ordre purement
intérieur.” (p. 113)

La relation qu’un être a avec un autre est la traduction, par rapport au milieu, d’une possibilité
inhérente à la nature propre de cet être lui-même.

Jâti (sanscr.) – naissance; espèce ou nature spécifique;

Les astres représentent la synthèse de toutes les catégories diverses d’influences cosmiques qui
s’exercent sur l’individualité, et dont la plus grande partie appartient proprement à l’ordre subtil.

„La vraie détermination ne vient pas du dehors, mais de l’être lui-même […], et les signes extérieurs
permettent seulement de la discerner, en lui donnant en quelque sorte une expression sensible, tout
au moins pour ceux qui sauront les interpréter correctement.” (p. 118)
Chaque être participe d’une double nature, „sulfureuse” à l’intérieur et „mercurielle” à l’extérieur.

suite…

https://mega.co.nz/#!bNFCDASS!aYdHkawMgSqItesgTOjAKFTkXt015Fsj-Oit77SFRN8

La tyrannie maçonnique


  

par Edouard DRUMONT

Année : 1899

PRÉFACE

Je crois rendre service au pays en publiant
cette brochure sur la Franc-Maçonnerie.
Elle n’a pas la prétention d’être
complète ; ce n’est pas une brochure, ce
n’est pas un volume, c’est dix volumes
qu’il faudrait pour écrire l’histoire de la
Franc-Maçonnerie, ou plutôt pour dégager
la part qui revient dans l’histoire de ces
deux derniers siècles à cette association
véritablement extraordinaire.
Si la Franc-Maçonnerie touche, en effet,
par certains côtés aux derniers confins de
la niaiserie et de la bêtise, elle semble
aussi, si l’on en juge par l’influence politique
exercée, dirigée par des chefs invisibles
qui seraient d’une intelligence supérieure; peut-être même la supériorité de
leur intelligence consiste-t-elle simplement
dans la connaissance qu’ils ont de la bêtise
humaine.
Quoiqu’il en soit, cette fois encore, je
me suis proposé seulement de mettre
sous les yeux des lecteurs des éléments
d’appréciation en leur laissant le soin de
conclure, en leur fournissant uniquement
un thème de pensée.
Je souhaite môme que mes lecteurs
soient plus heureux que moi et comprennent
ce qu’il y a au fond de la Maçonnerie.
Quant à moi, j’avoue ne pas
pouvoir m’expliquer la conception intellectuelle
et morale à laquelle peut répondre
la Maçonnerie actuelle.
Dès que l’esprit s’arrête à cette organisation
maçonnique, on est comme frappé
de stupeur. Toutes les contradictions,
toutes les hypocrisies semblent réunies
pour faire de cette oeuvre l’institution la
plus bizarre, la plus incohérente, la plus
difficile à définir qu’il soit possible d’imaginer,
Voilà des hommes qui prétendent combattre
toutes les manifestations religieuses
qu’ils traitent de mômeries.

Et ces hommes émancipés ont recours
à un cérémonial enfantin qui rappelle les
peuples sauvages; ils ont tout un attirail
d’ustensiles, d’attributs, de cordons qui
ressemblent étrangement aux grigris et
aux amulettes des Botocudos et des Cafres
adorateurs de Manitous…
Voilà des hommes qui se prétendent
des chercheurs de lumière, qui dans leur
jargon baroque emploient incessamment
le mot de lumière, « l’initiation à la
lumière, le F.-, a reçu la lumière, la lumière
du 3e appartement. »
Et ces hommes s’enveloppent de l’obscurité
la plus profonde et du mystère le plus
impénétrable. Ils font « tuiler » afin de
s’assurer que la Loge est à couvert. Ils
ont des mots de passe et des mots de
ralliement qui doivent rester inconnus
de la foule.
Et ce sont ces cachottiers et ces ténébreux
qui accusent les autres d’obscurantisme !

Voilà des hommes qui posent pour
les champions de la liberté et de la tolérance
et qui préparent infatigablement
dans leurs Loges des mesures de persécution,
qui déclarent eux-mêmes, en s’en

vantant, que toutes les lois d’oppression
ou de spoliation ont été mises ,sous le
maillet avant d’être imposées au gouvernement.
Il y a là quelque chose qui confond mon
entendement.
Évidemment, et je crois que cette
brochure, après tant d’autres, ne laissera
pas de doute sur ce point — la Maçonnerie
est un instrument entre les mains
de quelques politiciens sans scrupules
qui se servent des naïfs pour arriver à
satisfaire leurs convoitises. Il est bien naturel
que ceux-là n’aient aucune honte à
prostituer les nobles mots de liberté et de
tolérance.
Cette explication, cependant, ne me
satisfait pas entièrement, je l’avoue, et ne
me donne pas le mot de l’énigme maçonnique.
En dehors des politiciens de profession,
il y a, parmi les vingt-cinq mille Francs-
Maçons, des hommes qui peuvent ne pas
être d’une intelligence très élevée mais
qui, recrutés pour la plupart dans la
classe moyenne, ont encore une certaine
culture, peuvent assembler deux idées
de suite.

Comment ces hommes ne sont-ils pas
saisis de l’illogisme, de l’absurdité, de
l’iniquité odieuse des actes qu’on leur fait
commettre ?
Comment ne se trouvent-ils pas ridicules
à leurs propres yeux en réclamant
pour eux le privilège d’être une société
secrète dans laquelle personne n’a rien à
voir et en refusant aux autres citoyens le
droit de s’associer comme ils l’entendent,
de se grouper selon leurs opinions et leurs
croyances ?
On comprend que des ouvriers, auxquels
le travail manuel laisse peu de loisirs
pour lire et pour méditer, se laissent entraîner
par quelques rhéteurs possédant
un certain bagout, que des êtres qui sont
des impulsifs ou des instinctifs ne s’aperçoivent
pas toujours des pièges que leur
tend la Juive rie.
Tel n’est pas absolument le cas des
Francs-Maçons. S’ils sont, pour la plupart,
de la race gobeuse et moutonnière que les
malins conduisent par le bout du nez, quelques-
uns, cependant, doivent être en état
de se rendre vaguement compte de ce
qu’ils font ou plutôt de ce qu’on leur fait
faire. Comment expliquez-vous que ceux-là

ne se lèvent pas pour dire à leurs camades:
« Ce que nous faisons est tout simplement
ignoble. Notre raison d’être, la
mission que nous nous sommes assignée,
a toujours été de protester contre toutes
les tyrannies, de revendiquer les droits de
l’homme, c’est-à-dire la liberté de croire
ou de ne pas croire, de penser à sa guise,
de faire élever ses enfants comme il vous
plaît. En refusant ces droits aux autres
et en pesant sur le gouvernement pour
faire adopter toutes les mesures de persécution
et d’ostracisme, nous sommes ou
des coquins ou des grotesques. »
Parmi ces vingt-cinq mille Maçons, il
en est certainement dix ou quinze mille
qui sont capables d’apprécier les ravages
exercés par les Juifs, qui ont plus ou
moins souffert des grandes escroqueries
financières de ce temps, qui ont vu leurs
parents ou leurs amis en souffrir. Pourquoi
ces hommes ont-ils laissé les Juifs
devenir les maîtres souverains dans les
Loges? Pourquoi se sont-ils abaissés volontairement
à n’être plus que les domestiques
des Juifs ?
Voilà les réflexions que je me suis faites

et que mes lecteurs se feront probablement
comme moi en parcourant cette brochure
dont le seul mérite est d’être un résumé
de la question maçonnique. Tous les faits
mentionnés, tous les discours cités sont
absolument exacts et, c’est un devoir pour
moi, que de remercier mon ami et excellent
collaborateur de Boisandré qui a eu
l’obligeance de recueillir dans les publications
maçonniques beaucoup de détails
inconnus du grand public sur le fonctionnement
de cette association singulière où
l’on conspire sans cesse contre la liberté
des autres.
Quant à moi, tout en m’associant à la
courageuse campagne entreprise par
Jules Lemaître et poursuivie par lui avec
tant d’énergie et de talent, je ne demande
pas qu’on supprime la Franc-Maçonnerie.
Je veux simplement, comme tous les
citoyens qui ont conscience de leurs droits,
que l’on fasse cesser cette anomalie monstrueuse,
cette inégalité déshonorante pour
ceux qui la subissent :
Une société secrète affirmant arrogamment.
sa puissance, constituant, en quelque
sorte, un corps dans l’Etat, donnant

ouvertement des ordres au gouvernement,
intervenant sans cesse dans les
affaires publiques, tandis que les autres
associations sont menacées ou interdites.
Tous les Français hors la loi, les Francs-
Maçons au-dessus des lois, tel est le spectacle,
extravagant et abominable à la fois,
auquel nous assistons depuis bientôt
trente ans. Il faut que ce spectacle cesse
et si tous les citoyens honnêtes savent
vouloir, il cessera…

 

suite…

http://www.histoireebook.com/index.php?post/2012/06/20/Drumont-Edouard-La-tyrannie-maconnique

 

Les Guerres Maçonniques


par JANUS

 

La meilleure façon d’édifier une dictature mondiale c’est de faire croire que le complot
international la motivant n’existe pas. A contrario, le meilleur moyen d’éliminer la théorie du
complot mondial c’est de faire croire qu’il existe. Tout ce qui est en haut est comme tous ce
qui est en bas ! Vis et versa.
A l’instar de son homologue Anglais, le politique Américain est fourbe. Depuis le début de
leur indépendance, pour laquelle beaucoup de français sont morts,les Etats-Unis ont visé à
créer un ordre universel arbitraire à leur botte. Tony Blair, allié indéfectible du sataniste G.W.
Bush1, confondant sans doute tables de la loi avec table d’émeraude, a déclaré dans un
entretien publié dans le « Financial Times » du 28.04.03 : « Certains souhaitent un monde
multipolaire avec différents centres de pouvoir, dont je pense qu’ils vont rapidement se
transformer en centres de pouvoir rivaux ». Il ajoute « J’estime que le monde a besoin d’un
pouvoir unipolaire qui comprenne un partenariat stratégique entre l’Europe et l’Amérique ».
C’est une nouvelle manière de prévenir du Nouvel Ordre Mondial.
Jusqu’au 10 septembre 2001, les gouvernements qui se sont succédés à la tête de la dictature
US ont feint les idéaux de liberté dont ils étaient les soi-disant garants. Pendant plus de 225
ans ils ont érigé le mensonge comme un ToteM, en doctrine d’état à fin de tromper tous les
peuples de la planète. Le 11 septembre 2001 fut le Révélateur au grand jour de cette
supercherie. Leur masque est tombé en même temps que les tours du WTC s’effondraient.
C’est « Apocalypse N.O.W » ; l’Apocalypse c’est maintenant, la Révélation d’un Nouvel
Ordre Mondial (New Order of the World).
Comment a-t-on pu en arriver là ? Comment le peuple américain, victime parmi le reste du
monde, a t’il pu se laisser berner par des individus sans scrupules ? Abraham Lincoln2 l’avait
pourtant dit : « Vous pouvez tromper tout le peuple une fois, une partie du peuple tout le
temps, mais vous ne pouvez pas tromper tout le peuple tout le temps ». L’Histoire n’a donc
rien appris aux hommes !

« Germination » d’une conspiration
L’origine de la conspiration nous a été révélée à tous il y a une dizaine d’années. A cette
époque toutes les affirmations sur la conjuration des Illuminés de Bavière d’Adam Weishaupt
passaient dans la rubrique des « paranos de l’UFO3 », qualifiées d’arguments d’extrémistes de
droite par tous les sycophantes à la solde des vrais néonazis (ou faucons) de la Maison
Blanche.
Tous les moyens leurs sont bons pour mettre en oeuvre leur plan séditieux. La problématique
OVNI en est un et la manipulation dépasse largement les frontières de l’ufologie, là où la
Tradition a été mystifiée pour de perfides desseins.
Tout commence en 1774, raconte Pierre Mariel. Weishaupt rencontra un personnage
énigmatique du nom de Kolmer qui devint très vite son conseillé spirituel. C’était un Danois
ayant longtemps vécu en Egypte. Il parcourrait l’Europe en communiquant à quelques
disciples triés sur le volet les secrets et les mystères des sages de Memphis. Kolmer
connaissait aussi Cagliostro et Dom Pernetti animateur d’un groupe paramaçonnique
français; les Illuminés d’Avignon. Détenait-il les secrets initiatiques des
Dolciniens ou de la secte des Hashashims4 ? On ne connaît rien de plus sur cet étrange agent

———————————————————————————–

1 Cf, Skull & Bones : Un ordre noir, France OVNI, Juillet 2002.
2 Un des seuls présidents américains avec JFK a avoir accompli son mandat dans la plus grande honnêteté. Ils
furent tous les deux assassinés par le clan opposé.
3 Il faut savoir que le programme « Star Trek » serait un projet Illuminati ; une vision idyllique du futur. Cf,
Série Video K7 « les portes du futur » le gouvernement mondial, J. Guieu , 1991.
4 Secte primitive de l’illuminisme Islamique qu’il faut associée au groupe terroriste Al Qaïda, d’où la collusion
avec les autorités US. Voir les articles : « Histoire secrète ; les Illuminatis» (PARANORAMAL, H. Clergot,
2000) et « Ben Laden, le Vieux de la Montagne » (Banque OVNI –F.Marie, 2001) – http://www.france-ovni.com.

———————————————————————————–

Danois. Cependant la fondation des Illuminati Germaniae fut à son instigation, reconnaissant
en Weishaupt une nature exceptionnelle5. L’objectif de ce dernier était clair : au travers d’une
pseudo initiation à certains mystères, il tenta de rallier à sa cause une grande partie de la
noblesse européenne parmi laquelle il espérait forger son idéal mondialiste. Son plan projetait
de détruire toutes les institutions civiles et religieuses le plus possible, le plus vite possible par
une éducation lente et graduée.
Le 1er mai 1776 la secte bavaroise était créée. En peu de temps cet illuminisme s’étendit à
toute l’Allemagne, la Hollande, à Venise, à Milan, en France et déborda jusqu’aux Etats-Unis.
Le 4 juillet 1776 c’était la déclaration d’indépendance de ce pays. Le 5 décembre suivant le
chapitre 321 des illuminés de Bavière, la fraternité Phi Bêta Kappa futur « Skull & Bones »,
était fondé dans le collège « Williams & Marie » de Williamsburg par un certain John Heath6.
La doctrine aurait été importée par Lafayette, affilié à l’Ordre nouveau, pendant la guerre. A
19 ans, ce jeune lieutenant de l’armée française avait affrété son propre navire pour aider les
colons de Virginie en guerre contre la monarchie britannique. Après avoir combattu sur divers
champs de bataille et avoir été élevé au grade de général, il avait intégré l’état-major du T.°.
Ill.°. F.°. George Washington puis pris le commandement d’une division qui s’était illustrée au
combat dans le New Jersey et la Pennsylvanie.

 Il avait regagné la France en 1778 et convaincu le roi Louis XVI d’envoyer un corps
expéditionnaire pour aider les révolutionnaires américains. De retour sur les champs de
bataille en avril 1780, il se distingua notamment lors du siège de Yorktown, qui s’acheva par
la capitulation de Cornwallis. Cette condition particulière d’Illuminé ignoré, se révèle être
exacte puisque G.W Bush, S&B notoire, a signé en août 2002 la résolution adoptée par les
deux chambres du Congrès qui élève à titre posthume le célèbre marquis à la dignité insigne
de citoyen d’honneur des Etats-Unis d’Amérique7.
En 1782, une assemblée des députations maçonniques eut lieu sous la protection et les
auspices du Duc de Brunswick. Le convent réuni à Wilhelmsbad rassemblait toutes les
obédiences. La secte de Weishaupt n’étant pas reconnue siégea dans les rangs de la Stricte
Observance Templière. Elle se heurta d’ailleurs à une vive opposition des courants
maçonniques classiques, du Grand Orient de France et de la Grande Loge d’Angleterre. Mais
leur noyautage était déjà en chemin. Adolf Von Knigge, Illuminé de la première heure, fit les

———————————————————————————–

5 Les sociétés secrètes mènent le monde, P. Mariel, A. Michel 1974, p55.
6 Skull & Bones: un ordre noir, France OVNI, juillet 2002
7 Dépêche AFP – Samedi 10.08.2002, 11h21.

———————————————————————————–

couloirs du couvent et en sous-main arriva à ses fins. Sans s’en rendre compte toutes les loges
maçonniques, toutes obédiences confondues tombèrent dans le piège tendu par Weishaupt.
Les recommandations et rituels adoptés par le convent de 1782 étaient du cru des Illuminés de
Bavière. Rien n’a été modifié depuis cette date8.
En 1785 les intrigues de Weishaupt furent découvertes. En 1786 la secte fut dissoute.
Weishaupt s’enfuit par la suite en France où il créa dans le plus grand secret le club des
jacobins qui bénéficia d’aides considérables de la part de financiers et de leaders politiques. A
cette date les loges Illuministes étaient au nombre de 15 aux Etats-Unis. La plus ancienne était
celle de Williamsburg en Virginie. Ces chapitres américains des Illuminés de Bavière ne
furent jamais inquiétés.
Bien après la dissolution de la secte, les factotums de Weishaupt poursuivaient leur oeuvre en
Amérique et en Europe. En 1788, les 266 loges du Grand Orient de France étaient quasiment
toutes sous la coupe Illuministe9. En 1800 une enquête du juge Alexander Addisson en charge
du Grand Jury du Count Court au cinquième Circuit de l’Etat américain de Pennsylvanie
démontra que le Club des Jacobins avait effectivement été créé sous la férule occulte du
professeur Weishaupt d’Ingolstadt en Bavière. Robespierre et Mirabeau furent les plus
fervents défenseurs de la doctrine Illuministe en France. Ils furent les précurseurs du
communisme sur le vieux continent, préconisant une révolution de la société par le bas ; la
rue, alors que de l’autre côté de l’Atlantique, les Phi Bêta Kappa10 s’attelaient à asseoir leur
pouvoir en passant par le haut ; l’élite de la société, la présidence suprême de l’état et la haute
finance mondiale. Le capitalisme était né.
Une lettre de Georges Washington de 1798 appuis la thèse de cette vérité totalement
inconnue. Elle fut publiée pour la première fois en 1913 dans « The Man and The Mason »,
par Charles Callahan. G. Washington écrivait au pasteur G.W. Snyder11 :
« Monsieur le Révérend,
Je n’avais pas l’intention de mettre en doute que la doctrine des Illuministes et les principes
du Jacobinisme ne s’étaient pas étendus aux Etats-Unis. Au contraire, personne n’est plus
que moi convaincu de ce fait.
L’idée que je voulais vous exposer était que je ne croyais pas que les loges des Francs-maçons
de notre pays avaient cherché, en tant qu’associations, à propager les diaboliques
doctrines des premiers ou les pernicieux principes du second, s’il est possible de les séparer.
Que des individualités l’aient fait, ou que le fondateur ou les intermédiaires employés pour
fonder les sociétés démocratiques aux Etats-Unis aient eu ce projet, et qu’ils aient eu en vue
de séparer le peuple de son gouvernement, c’est trop évident pour permettre le doute ».
Si en 1798 G. Washington esquivait le noyautage des loges US, qu’il soit rassuré ; en 2003 le
taux de pénétration des Illuminatis c’est élevé au plus haut niveau. Il en résulte de nos jours
une lutte « fratricide » entre factions maçonniques rivales. C’est un combat entre les rejetons
de l’Illuminisme sataniste de Weishaupt enraciné aux USA, dont sont issus les 3/4 des
présidents Américains12, et les loges Européennes continentales « gardiennes du temple ».

Les cadeaux entretiennent la Fraternite ?

———————————————————————————–

8 La franc-maçonnerie, Jean Palou, Payot, 1964, p.157
9 Le manifeste du parti communiste de Karl Marx (The Manifesto), Alan Stang, in Américan Opinion, février
1972, p.50
10 Chapitre 321 des Illuminés de Bavière, fraternité d’origine des Skull & Bones (Yale) et de la Société de Jason
(Harvard).
11 The review of the news, juillet 1972
12 Tous les présidents Américains sont franc-maçons par cooptation. Entendu sur LCI, décembre 2002

———————————————————————————–

Jour après jour, un grand nombre de français s’aperçoivent à leur plus grand étonnement que
les gouvernements américains successifs n’ont jamais été ce qu’ils prétendaient être ; les amis
de la France. De tout temps l’élite gouvernementale US, recrutée dans leurs loges illuministes,
a voulu la destruction de la puissance et du rayonnement de la France dans le Monde. Avec
l’aide des anglais qui ont toujours eu des velléités hégémoniques sur notre pays, depuis
l’épisode « Alienor d’Aquitaine », ils ont fomenté toutes les guerres du XXème siècle, en
particulier les deux plus grands conflits. Petit à petit ils ont affaibli la France et les autres pays
d’Europe, hormis l’Angleterre, pour ancrer leur pouvoir.
La meilleure preuve de cette trahison a été publiée dès 1976 par Anthony Sutton13 et ignorée
par la totalité des médias français collaborationnistes du moment. Ces derniers, qu’il faut
qualifier de socle de la nouvelle 5ème colonne, évitent méthodiquement tout ce qui attrait à la
fourberie de la coalition anglo-américaine, car ce ne sont ici que des « détails de l’histoire»
sur lesquels personne ne bronche.
Certains américains ou ceux qui les approuvent ont trop tendances à occulter la partie qui les
gênent. Ces individus, avec le tact qui les caractérise, demandent aux Français de se souvenir
qu’ils doivent leur libération aux États-Unis.
Il est vrai que nous n’avons pas oublié tous ceux qui sont tombés sur les plages de Normandie.
Mais notre mémoire n’est pas sélective. Nous ne pouvons pas davantage oublier qu’en 1940,
sur les routes de France, les half-tracks et les transports de troupes allemands qui poussaient
nos parents et grands-parents sur les routes de l’exode comme des troupeaux à l’abattoir
étaient fabriqués par Ford ou Général Motors. Nous n’avons pas oublié que les Messerschmitt
qui mitraillaient en piqué ces pauvres troupeaux étaient équipés de moteurs fabriqués par
Général Motors ou sa filiale Opel.
Enfin, nous ne pouvons oublier que le 3ème Reich n’a pu naître, prospérer et répandre la mort
uniquement grâce aux capitaux énormes investis en Allemagne par les industriels américains
les plus importants, faisant semblant de croire qu’ils travaillaient pour la paix, alors que,
comme toujours, ils travaillaient pour leur porte-monnaie vers la gestation de leur Nouvel
Ordre Mondial. « La paix mondiale par le commerce mondial » (World Peace through World
Trade), avait lancé Thomas Watson patron d’IBM, américain certes, mais nazi de coeur et
décoré d’ailleurs par Hitler lui-même de l’Aigle allemand. C’était déjà un avant-goût de la
mondialisation car, aujourd’hui comme hier ; Business is business !
Nous pourrons encore citer Prescott Busch (père de George Bush et grand-père de Georges W
Busch Junior), directeur de l’Union Banking Corporation, qui fit l’objet d’une saisie du
gouvernement fédéral pour commerce avec l’ennemi. Ses 3 principaux associés et actionnaires
étaient 3 cadres nazis. Il dirigeait aussi la Holland-American Rading et Seamless Steel
Equipment Corporation. Ils furent accusés aussi de commerce avec l’ennemi.
Il est à noter aussi que Général Motors obtiendra 33 millions de dollars sous forme
d’exemptions fiscales sur ses bénéfices, pour les « gênes et destructions occasionnées à ses
usines, fabriquant des avions et des véhicules motorisés, implantées en Allemagne, Autriche,
Pologne et Chine ». Ford lui recevra un peu moins d’un million de dollars pour les dégâts
causés à ses chaînes de fabrication de camions militaires installées à Cologne.
Nous n’avons pas oublié non plus la Libération. Nos parents et grands-parents, qui étaient
descendus dans leur cave de Rouen, de Dieppe, du Havre, de Caen, de Saint-Lô et dans toutes
les villes normandes, se souviennent encore de ces avions qui venaient les libérer en
bombardant tout sur leur passage à 10.000 mètres d’altitude. Rouen rasé à 80%, Evreux à
90%, Le Havre à 90%… Non, nous n’avons rien oublié ! Nombreux ont été ainsi libérés très
vite de tous maux et de tous soucis. Étant restés sous les décombres ils prient leurs
« libérateur » de les excuser de ne se souvenir de rien.

———————————————————————————–

13 Wall Street and the Rise of Hitler (Wall Street et la venue au pouvoir d’Hitler), Dr Antony C. Sutton., 1976.
http://reformed-theology.org/html/books/wall_street/index.html

———————————————————————————–

Cette intervention de 1944 répondait-elle à celle de La Fayette, de Rochambeau, des troupes
françaises et des volontaires français en 1778, venus aider les « insurgents » qui devaient
fonder, un peu grâce à nous hélas, les États-Unis d’Amérique ? Probablement pas !
L’intervention US fut motivée pour des raisons purement économiques. Petite précision utile
puisque les Français sont intervenus dès le début de leur conflit en 1776, sans avoir jamais
rien fait pour aider les anglais et sans demander rien en contre partie. En 1917 et en 1942, il a
fallu trois ans pour que les pseudo-alliés viennent au secours de l’Europe, après avoir armé
Hitler.

En plein dans le MIHL

 Notre cible n’est pas le peuple américain. Que cela soit dit une fois encore! Mais il faut qu’il
se rende compte dans quel piège il s’est laissé enfermer à son insu par leur gouvernement
criminel, avant qu’il ne soit trop tard. De même, dans la franc-maçonnerie européenne
subsistent quelques rameaux sains et intéressants dont les actes s’affirment dans la plus pure
tradition humaniste. Cependant, n’importe
quel Initié de haut-vol vous affirmera qu’il
n’y a jamais eu de relations entre eux et les
Illuminés de Bavière. Une partie nie ce fait
incontestable. Les haut-grades ne peuvent
admettre avoir été, eux aussi, infiltrés à leur
insu : « Comment des initiés tels que nous
aurions-nous pu nous laisser abuser de la
sorte ? ».
L’autre partie le nie catégoriquement
puisque ce sont les acteurs14 du complot
Illuminati et injurient leurs détracteurs
d’extrémistes de droite, voir même
d’antisémites dans le meilleur des cas.
C’est tellement facile qu’ils en deviennent
pathétiques. Le peuple juif a toujours été
leur jouet et leur victime. Innocemment, il
leur a servi de rempart à toutes leurs exactions. A cet effet, l’implication de la famille
Rockefeller dans la monté en puissance du nazisme et leur partenariat avec I.G. Farben (via la
Standard Oil), groupe pharmaceutique inclus dans le complexe militaro-industriel nazi15
fabriquant les gaz toxiques destinés aux camps d’extermination, glace le sang et bouscule bien
des idées reçus. La monté du nazisme était orchestrée et sa chute n’a jamais été la fin de la
pire des dictatures ; ce fut un marche-pied, pour les chefs du Mouvement Synarchique
annonciateur du N.O.M, une bande de psychopathes satanistes avide de pouvoir et d’argent..
En 1945, le nazisme était mort mais il fallait trouver un autre bouc-émissaire pour entretenir
le lobby militaro-industriel. Le communisme, le Frère ennemi, fit l’affaire. Les deux
protagonistes issus des mêmes rangs s’affrontaient enfin dans cette dualité propre au
manichéisme16. Le plan s’est poursuivi au-delà de toutes leurs espérances dans un semblant de

———————————————————————————–

14 Les membres permanents du CFR (l’IFRI pour la France), Bilderberg, Trilaterale etc…
15 Op. cit. Antony C. Sutton.
16 Doctrine qui s’insinua dans la construction de l’Ordre. Cependant Weishaupt, profondément athée, ne pris du
double dieu Manès que la révolte et l’universalité de L’anarchie. Voir « Mémoires pour servir à l’histoire du
jacobinisme ». Tome III / par M. l’abbé Barruel, 1798.
http://gallica.bnf.fr/scripts/ConsultationTout.exe?E=0&O=N049436
ou ftp://ftp.bnf.fr/004/N0049436_PDF_1_465.PDF

———————————————————————————–

guerre froide. Le 10 novembre 1989, le capitalisme « triompha » du communisme avec la
chute du mur de Berlin. L’utopie Socialiste Soviétique était enterrée.
Après ce triomphe programmé, Big Brother a fini par tisser sa toile autour de la planète par
le haut et par le bas, sur la terre et dans l’espace. Aujourd’hui, nous sommes sous le contrôle
absolu d’une myriade de satellites de télécommunications américains tant civils que
militaires. Du GPS au réseau Echelon en passant par la TV (câble, satellite), ils ont tous la
même vocation d’espionnage et ils sont tous financés par le même fond d’investissement : Le
MIHL.
MIHL est un fond d’investissement très éclairé, si on peut dire! C’est un peu le Grand Frère
du Carlyle Group17, à cette différence que le MIHL est une valeur boursière incluses dans
l’indice technologique américain, le Nasdaq. MIH Limited fournis des services de
divertissement à plus de 50 pays dans le monde par l’intermédiaire de la télévision et de
l’Internet. MIHL est un des premières compagnies de télévisions à péage dans le monde pour
fournir le service par satellite numérique et il est resté au premier rang du développement de
technologie depuis longtemps. Les activités du groupe sont concentrées sur des plates-formes
fournissant à plus de 2 millions d’abonnés des services de télévision et d’Internet en Afrique,
en Amérique et en Asie. Les plates-formes de télévision fournissent également une gamme
des services interactifs tels que les jeux en ligne, le télé-achat, les opérations bancaires et
l’information à la carte. Par l’intermédiaire d’Irdeto Acess, MIHL fournit le cryptage et
d’autres services relatifs aux opérateurs de canaux TV dans le monde entier18.
L’action de MIH Limited ne s’attache pas seulement au domaine civil. Nous suspectons ce
brasseur de capitaux d’être impliqué secrètement dans le créneau de l’espionnage militaire, plus
particulièrement dans la série de satellites Milstar via le Carlyle Group. Ces satellites sont
construit par la firme Lookeed Martin. Le 15 janvier 2002, une fusée Titan IV-B a mis en orbite le
satellite Milstar 5 pour le compte du Pentagone. Il est considéré comme l’équipement de
communications le plus élaboré de l’armée américaine dans l’espace. Il est capable de traiter des
données à une vitesse de 1,5 mégabit par seconde. Le programme américain MILSTAR (MILitary
Strategy, Tactical and Relay Satellite System), pièce centrale du nouveau système de
communications du département de la Défense, utilise 6 satellites géostationnaires. Il permet à
l’armée des États-Unis de faire communiquer entre eux et avec les commandements, au moyen de
petits postes, les avions, les navires et les troupes. L’interconnexion des satellites assure la

———————————————————————————–

17 Lire « Qui veut du Carlyle Group? » http://www.infoguerre.com, P. Dellacoste, Avril 2003, p.4
18 http://www.mih.com/fset_aboutmih.htm (en anglais, hélas;-)

———————————————————————————–

disponibilité continue, même en cas de défaillance de l’ensemble des stations non américaines au
sol. Le système Milstar, outre ses six satellites, est composé de terminaux de communication
embarqués sur des navires de guerre, sous-marins, avions et véhicules terrestres, ainsi que d’un
centre de contrôle installé sur la base de l’armée de l’air de Falcon à Colorado Springs
(Colorado)19.
Cette constellation de satellites espions poursuit-elle des buts
exclusivement militaires ? Nous avons des raisons dans douter
en examinant de près le logo de la mission du 15 janvier 2002.
Les instigateurs de la sédition sont tellement sûre de leur plan
qu’ils en affichent partout les symboles, avec la discrétion qui
s’impose tout de même. Vous remarquerez le chiffre du logo (ci-contre),
1452, ne correspondant à rien dans la mission. Mais
celui pour qui les codes chiffrés20 des Illuminés de Bavière n’ont
plus de secret, il s’apercevra qu’il a mis le doigt dans le MIHL :
1=M, 4=I, 5=H, 2=L. Ces chiffres et ces lettres sont une preuve
explicite de la pérennité de la trame Illuministe au sein du
gouvernement américain via le Nasdaq de Wall Street et le
Carlyle Group. Comme toujours l’histoire se répète. De plus les
lettres replacées dans l’ordre alpha-numérique du code de la
secte, c’est à dire HILM, sont égales à 5421. A un mouvement
de lettre près, nous assistons à une double démonstration pour
dénoncer la machination mondiale des Illuminés au travers du
fumeux Groupe 54/12 (Alias MJ12)21.
Tout comme l’a décrit l’abbé Barruel, nous constatons l’ampleur
de la cabale de la secte para-maçonnique « la plus désastreuse
dans ses principes, la plus vaste dans ses projets, la plus
astucieuse et la plus scélérate dans ses moyens ».
Milstar 5 est le deuxième satellite de sa génération placé en
orbite après un premier lancement réussi en 2001. Le troisième
satellite de la même famille, Milstar 6, a été lancé le 8 avril
dernier (2003). Ils forment désormais un réseau maillant toute la
planète avec trois autres satellites Milstar de la première
génération lancés depuis 1994.

Janus
Le 1er mai 2003

———————————————————————————–

19 http://www.sat-net.com/spnews/flash/archives/flash0102.html
20 Code chiffré inversé ; Ecrits originaux de l’Ordre des Illuminés, In la conjuration des Illuminés, H. Coston,
1979.
21 Voir, Skull & Bones ; un ordre noir, France OVNI, juillet 2002

———————————————————————————–

La franc-maçonnerie, une secte qui menace les droits des peuples


source:

http://dondevamos.canalblog.com/archives/2013/06/02/27308507.html

3501038956Je voulais éviter d’en parler, pour ne pas déjà me mettre à dos la clique des frères 3 points. Ceci dit, c’était devenu incontournable tant la franc-maçonnnerie engendre de dérives. Infiltrant les structures de l’Etat, et l’ensemble des pouvoirs, infiltrée elle-même par divers groupuscules, la franc-maçonnerie est toujours un danger pour la démocratie.
La franc-maçonnerie, à y regarder de loin, ressemble à une sorte de mafia installée au cœur des institutions. En regardant de près, aussi. Ce qui pose un problème : pourquoi des élus censés défendre l’intérêt général sont-ils d’abord engagés par un obscur serment à une « fraternité » – non moins obscure ? Pourquoi les « profanes » sont-ils gérés comme un troupeau par cette bande-là ?

 

Nous devons réclamer que le secret de l’appartenance à cette secte soit levé, que chaque ministre, député, maire, conseiller général, adjoint, dir’ cab, haut fonctionnaire[1], militaire, policier[2], et même les journalistes, nous disent clairement pour qui ils roulent.

Pourquoi serait-ce impossible ? Ils y tiennent, à leur « secret ». Ca les excite, sûrement, mais surtout ça les protège, eux et leurs magouilles. Car, comment notre République pourrait-elle se porter bien quand elle est prise d’assaut par une clique d’illuminés machistes en tablier[3], qui ne jurent que pas leurs symboles débiles, leurs serments et rituels débiles, et leur fraternité tout aussi débile ?

Ils ne sont pas tous débiles, c’est bien qu’il y a un intérêt à rentrer dans cette coterie mafieuse.

 

 1. L’invasion

Pour prendre un exemple contemporain, au moins une douzaine de ministres actuels s sont francs maçons. Ceux qui n’en sont pas viennent leur passer la brosse à reluire régulièrement, et leurs cabinets sont envahis de FM. Et le gouvernement Hollande ne fait pas exception : les frères 3 points y sont majoritaires.

Le ministre de la défense Jean-Yves le Drian[4], l’ex ministre du budget Cahuzac (qui n’a jamais confirmé), Victorin Lurel (ministre délégué à l’Outre Mer), Anne-Marie Escoffier, ministre déléguée chargée de la Décentralisation, Manuel Valls[5] (mais il dit qu’il n’en est plus même si le parrain de son fils n’est autre qu’Alain Bauer, dont on va reparler), Moscovici[6], Fabius[7]… sont francs macs. Même Michel Sapin qui s’en défend est FM[8] au Grand Orient de France, tout comme Hollande[9]. Parmi les maçons du gouvernement, on a encore Christiane Taubira (justice, membre de la Grande Loge Féminine de France), Peillon (qui nie aussi, de même que d’être un sioniste[10]), Stephane Le Foll[11] (agriculture), Montebourg[12] ou encore Alain Vidalies, chargé des relations avec le parlement. Michele Delaunayou Marylise Lebranchu, en sont aussi.

tableau-le-barbierQuant à Ayrault, bien qu’il aille à la messe tous les dimanches, paraît-il, il est proche des FM s’il n’en est pas membre.

Même le candidat anti système Mélanchon est un frère trois points[13], c’est dire si l’électeur était cerné. Le leader de Force Ouvrière (également financée grâce à la CIA) en 2002, Alexandre Hébert, était aussi FM, de même que le dirigeant actuel Jean-Claude Mailly et Blondel, qui tenait le poste avant lui. Mais, tout est FO est tenu par les francs macs. Là encore, on comprend mieux les reculs sociaux subis depuis des dizaines d’années et le manque flagrant de combativité de ces leaders syndicaux.

Et toute cette clique est atlantiste, sioniste, anti communiste, pro européenne et ultra libérale. Voilà pourquoi nous en sommes là aujourd’hui.

Et pourquoi existe-t-il une « fraternelle parlementaire » composée de 150 membres qui se cachent ? Quel intérêt ? Celui de court-circuiter les verrous habituels que sont les partis politiques ? Celui de s’arranger de manière informelle avant le vote d’une loi ?

Bref, on constate que les francs macs, tout comme les juifs, sont surreprésentés au gouvernement, si l’on considère leur nombre dans la population en général[14].

L’invasion des FM est également flagrante dans le monde des affaires[15], dans les médias, la culture, la magistrature. De fait, il n’est hélas pas rare dans notre belle démocratie de voir des frères 3 points s’échanger de mystérieux signes de mains durant les audiences au tribunal. Là encore : pourquoi ?

Ghislaine Ottenheimer expliquait à L’Express : « il y a des magistrats qui craignent de voir leur procédure annulée à cause de connexions maçonniques. L’histoire d’Albert Béberac à Lyon est à cet égard très significative. Elle met en cause un juge, des notaires et des huissiers autour d’une vaste escroquerie financière. Au terme de plusieurs années, l’instruction n’a toujours pas avancé. Quand nous avons tenté d’obtenir des explications, la première réaction du juge concerné a été de s’indigner que nous ayons envoyé un fax à sa secrétaire faisant état de son appartenance à la maçonnerie. Au lieu de s’intéresser au contenu du dossier, le n° 2 de la Grande Loge de France (GLF) a cherché à savoir comment nous avions pu obtenir l’identité de certains frères et le nom de leurs ateliers afin de radier le coupable de cette fuite ». Et de poursuivre : « la justice maçonnique impose à ses membres d’en référer d’abord à leur hiérarchie avant toute action devant les tribunaux de la République. Certains se sont même fait exclure pour avoir poursuivi l’un des leurs devant la justice civile sans avoir tenu compte de la volonté des hauts grades d’étouffer l’affaire. Comment croire à l’impartialité de cette justice maçonnique? » 

 

corde d'inititiaton2. Le secret

Pourquoi n’a-t-on appris que Cahuzac était FM que quand il s’est fait aligner pour ses 15 millions d’euros planqués dans un paradis fiscal[16] ? Car c’est là qu’on a su que le Grand Orient de France (GODF) comptait le suspendre –quelle hypocrisie !

Comme toutes les sectes, la FM n’annonce pas la couleur. On nous parle des « grands hommes »[17], de la « Révolution », de la « République », qui sont autant de mythes sans fondement historique, de vastes magouilles sur lesquelles je n’ai pas le temps de m’étaler. Mais, grâce aux frères 3 points historiens, c’est ce qu’on nous a fait gober depuis 250 ans. Sachez par exemple que la « Révolution » française a été financée par les banques anglaises pour instaurer la propriété privée et le libéralisme économique, pour tondre les peuples grâce à l’impôt sur le revenu, certainement pas pour donner le pouvoir au peuple. De fait, ce sont les bourgeois qui ont gagné la lutte, grâce à la Terreur qui s’en est suivie[18]. Enfin, bref, si les FM veulent en discuter, on va s’amuser !

On nous vend des théories toujours plus fumeuses afin de nous faire croire à l’utilité et l’innocuité de la FM, mais rien n’est plus faux. Et ce ne sont pas les petits maçons (les bleus des trois premiers degrés) qui pourront me contredire, ils ne savent rien des magouilles qui se passent au-dessus de leurs têtes. Ils forment les troupes à la botte d’une élite qui, elle, sait où elle va.

Nos institutions sont vérolées par ces appartenances tenues secrètes. Le problème est si flagrant que diverses personnes ont déjà demandé la levée du secret, comme le procureur Eric de Montgolfier, qui a eu la lourde tâche de réprimer les pratiques mafieuses des politiciens de la côte d’Azur[19]. Car, un magistrat ou un homme politique FM n’est plus « indépendant » s’il obéit à une coterie de frangins en tablier. Quelle est la légitimité d’une décision de justice rendue par un adepte des principes et symboles fumeux de la FM ?

Car souvent, notamment dans les affaires de pédocriminalité, on constate que les décisions sont absolument iniques, sans aucun fondement légal, entachées de vices de procédure dignes des pires républiques bananières.

073Si la FM est si bien, si géniale et si démocratique, pourquoi ce secret ? Ont-ils peur d’avouer leur appartenance ? Ont-ils honte de leurs petits rituels d’un autre âge et de leurs costumes d’apparat ridicules ? Ils diront qu’ils ont été persécutés sous Vichy, mais on n’est plus sous Vichy. En un mot : pourquoi se cacher s’il n’y a rien à cacher ?

Quand le journaliste de L’Express demande à Ghislaine Ottenheimer ce qui l’a le plus choquée au cours de son enquête, elle répond sans détour : « Le secret. L’appartenance de certaines personnalités à la franc-maçonnerie est protégée comme un secret d’Etat. Nous avons écrit dans notre livre que Michel Roussin[20], l’ancien directeur de cabinet de Jacques Chirac à la mairie de Paris n’était pas initié or, depuis, nous avons appris qu’il était membre de la Grande Loge unie d’Angleterre. Ce qui lui donne donc accès au réseau. Jacques Chirac, lui, est membre d’une obédience suisse très élitiste: la Grande Loge Alpina ». Quand les médias affirment qu’un de nos dirigeants n’est pas « initié », il faut comprendre : « il n’est pas initié en France ». Mais, il peut très bien l’être à l’étranger.

Les frères prêtent serment, et jurent qu’ils ne diront rien à l’extérieur de ce qu’ils entendent ou disent en loge. Quand un juge  ou un avocat prête serment pour devenir juge ou avocat, quel serment prévaut ? Quelles règles prévalent ? Celles de la clique ou celles de la République ? Et pour un journaliste, censé défendre ses lecteurs, les informer au mieux pour qu’ils puissent décider en conscience ? Ou s’arrête le journalisme, où commence le clientélisme de bas étage[21] ?

Quand quelqu’un entre en FM, on lui fait croire que s’il est bien sage, il connaîtra de grands secrets. C’est la carotte officielle. En réalité, la plupart sont là pour entretenir un réseau, et se rendent assez vite compte des inepties qu’on leur raconte. Mais, ils espèrent qu’en montant les échelons, on leur dira un jour un truc intéressant. A chaque étape, il subit une initiation, toujours plus débile, et prête un serment, toujours plus sanglant[22]. Car, s’il « trahit » ses copains, il risque d’être assassiné.

Et petit à petit, l’initié s’enfonce dans des rituels de plus en plus obscurs, souvent proches des rituels satanistes.

 

 3. La puissance

On se demande parfois pourquoi certaines lois passent, à contre courant. A chaque fois on nous les présente comme une avancée sociale, comme le mariage homo, combiné à l’adoption et compagnie. Les cours de « morale laïque » inutiles[23] de Peillon ont aussi très certainement été discutés en loge.

Un peu partout à Paris, leurs symboles envahissent les rues. Parce qu’ils aiment s’afficher, allez savoir pourquoi, eux qui se vantent d’aimer le secret. Idem quand vous rentrez dans un tribunal : vous croulez sous le poids des symboles maçons. Pourquoi ?

La franc maçonnerie est éclatée en loges, certaines « régulières » d’autres pas, des petites et des grandes loges, des plus ou moins mystiques, des loges affairistes, élitistes ou un peu moins… Impossible de s’y retrouver, d’ailleurs cela n’a aucun intérêt.

Si l’on reprend l’affaire du Crédit Lyonnais, par exemple, ou l’affaire Elf, ou celle de la Mnef, ou encore celle des Hlm de Paris[24], ou plein d’autres affaires de détournement d’argent à grande échelle par les politiques, on tombe sur un bon paquet de frères 3 points. Et comme par hasard, ces affaires n’aboutissent jamais en justice.

Albert_Pike_NWODans toutes ces affaires, les points communs sont la franc maçonnerie et les détournements massifs d’argent public. Au profit, disait-on, des partis politiques. Mais, ils ont bon dos car derrière les « partis », il y a les têtes d’affiche et leurs sbires.

Un franc mac célèbre et vénéré encore aujourd’hui, élevé au 33e degré, un certain Albert Pike, n’est autre que l’un des fondateurs du Ku Klux Klan (même si bien sûr les francs maçons le nient). Ce général confédéré US avait un titre maçon des plus ronflants, comme les aiment les frères 3 points : « ancien grand commandeur souverain du suprême conseil des grands souverains », inspecteur général du 33e degré. Pike, qui était chef de la justice du KKK, est toujours admiré par les francs macs. Pike s’est même fait virer de son poste d’officier en 1840, à la suite des massacres qu’il a commis contre les Indiens.

En 1871, Pike aurait écrit une lettre à Giuseppe Mazzini (autre gros franc maçon), dans laquelle il aurait évoqué trois guerres mondiales, la troisième impliquant une confrontation entre l’occident sioniste et les pays islamiques. Force est de constater que les services de nos belles démocraties sont en train d’exciter les islamistes d’un côté, les fachos de l’autre, et qu’au milieu les sionistes font tout pour ajouter de l’huile sur le feu. Pas besoin de rappeler qui a permis de mettre en place Al Quaida, le Hamas, ou de rappeler l’intox des attentats de Londres, de « l’affaire Merah », et aujourd’hui des attentats de Boston[25]

Si on regarde du côté de la construction européenne, qu’on peut comparer à une dictature technocrate, on trouve encore des franc-maçons à la manœuvre, et évidemment le Bilderberg est rempli de frères 3 points depuis le départ. Par exemple, ceux qui ont imposé Jean Monnet le « père de l’Europe » à la Société des Nations en 1917 sont le colonel House (USA), franc maçon puissant qui a fondé la Pilgrim Society[26], la Round Table et le Council on Foreign Relations et Lord Cecil (GB), autre franc maçon ami du premier qu’on retrouvait dans quelques-uns des groupuscules précités. On connait ensuite le parcours fulgurant de ce représentant des banques anglo saxonnes, et comment l’Europe a pu être imposée contre la volonté des populations européennes.

Bref, même s’ils passent leur temps à dire qu’ils n’ont aucun pouvoir, ce sont des francs maçons qui tiennent les commandes de chaque Etat, et probablement de certaines religions.  Les conséquences, on les subit chaque jour, et moins chez nous que dans des « pays sous développés ».

 

4. Les croyances

Stifani-photo-hauteur copieLes francs macs, qui se targuent d’être illuminés par la connaissance, d’être des gens sérieux et rationnels, sont pourtant les premiers à se piquer d’ésotérisme, et certaines loges sont mêmes chrétiennes ou juives. De toute manière, ces dingues croient au « grand architecte de l’univers », faisant de la FM une religion, ni plus ni moins. Même si eux considèrent qu’ils sont mieux que les autres, évidemment.

Que penser de gens qui se réunissent chez Memphis Misraïm et croient dans les rituels ressortis de l’Egypte antique ? Paraît-il que les grands maçons viennent y compléter leur formation… Est-ce bien rationnel ?

Et que penser du groupuscule juif de la Franc maçonnerie, le B’nai B’rith, où Fabius a fait au moins un discours ?

Et pourquoi les initiés de la GLNF prêtent-ils serment sur l’évangile de Saint jean ? N’y a-t-il pas une contradiction entre la revendication laïque des FM et leur dévoterie ?

Albert Pike a écrit dans sa grande œuvre Morals & Dogma (p.210) : « Lucifer, le porteur de Lumière ! C’est un nom étrange et mystérieux donné à l’esprit des ténèbres ! Lucifer, fils de l’aurore ! Est-ce lui qui amène la lumière, avec ses splendeurs aveuglantes, aux âmes faibles, sensuelles et égoïstes ? N’en doutez pas ! Car les traditions sont pleines de révélations et d’inspiration divine : et l’inspiration n’est ni d’une époque ni d’une croyance ». Nous voilà fixés sur le dieu réel des francs macs, même si tous ne le savent pas ou alors feignent de l’ignorer.

Pike a dit en comité restreint, dans un langage qui enverrait n’importe qui en hôpital psychiatrique aujourd’hui : « La religion maçonnique doit être par nous tous, initiés de haut grade, maintenu dans la pureté de la doctrine luciférienne. Si Lucifer n’était pas Dieu, Adonaï, dont les actions prouvent sa cruauté, sa perfidie et sa haine envers les hommes, son barbarisme et sa répulsion pour la science, Adonaï et ses sacrificateurs ne calomnieraient pas. Oui, Lucifer est Dieu, et malheureusement Adonaï est un dieu. Ainsi, la doctrine du satanisme est une hérésie, et la vraie et pure religion philosophique est la croyance en Lucifer, l’égal d’Adonaï. Mais Lucifer, dieu de lumière et dieu du bien, lutte pour l’humanité contre Adonaï, le Dieu des ténèbres et du mal ».

S’ils cherchent tant que cela la « lumière », pourquoi autant de secret ? Pourquoi ne pas aller à l’église, ou à la mosquée ? Probablement parce qu’ils n’aiment pas Jésus, ni aucun autre prophète[27]. Et encore moins l’athéisme dont ils nous rebattent les oreilles, probablement pour mieux lancer le New Age, préparer le terrain à leur pote lucifer…

 

Bnai_brith_certificate5. L’infiltration

Pour avoir la main sur les Etats, rien de mieux que d’utiliser la franc maçonnerie. Du coup, on constate que la franc maçonnerie est infiltrée par les services secrets, comme par exemple la DST qui s’est infiltrée dans la loge Memphis Misraïm[28]. Les loges sont aussi infiltrées par l’extrême droite.

Et surtout, la franc maçonnerie est infiltrée par le haut par des sectes satanistes. Il serait laborieux d’évoquer les croisements entre franc maçonnerie, martinisme, rose croix, Ordo Templi Orientis, Temple Solaire etc. Mais pour résumer, il se trouve que les plus hauts gradés des loges sont souvent aussi de très hauts gradés de ces sectes satanistes, cela sans que personne ne le sache, et certainement pas les maçons bleus tout en bas de l’échelle.

Comme la franc maçonnerie est noyautée, toutes les institutions le sont aussi. Mais, tout le monde regarde du côté de la FM, pas du côté des tarés de satanistes. Bien qu’au final, ce soit la même chose, tant cela fait longtemps que les satanistes dirigent la FM.

Alain Bauer, qui passe pour le franc maçon en chef dans l’opinion publique, est passé par l’administration de la MNEF (la mutuelle à laquelle tous les étudiants cotisent et dont l’argent a été détourné par le PS), l’UNEF ID (syndicat étudiant de gauche et non communiste[29] où Bauer et Valls se sont rencontrés quand il y étaient administrateurs, ce qui leur a valu d’être concernés par de près par le dossier des détournements de l’argent des étudiants), Force Ouvrière (création de la CIA). Il a été chez les jeunes rocardiens (Rocard est aussi Franc maçon et s’est même rendu au moins une fois au Bohemian Grove, tout comme Giscard).

Bauer est entré très tôt au GODF, pour arriver très vite dans les hauts grades. Bauer passe aussi pour le spécialiste de la sécurité publique et privée: depuis les années 90 il conseille des entreprises, mais aussi les gouvernements successifs, en matière de sécurité – sans grand succès, comme on le constate. Il a même reçu le « Big brother award » en 2002 pour sa société AB Associates (AB pour « Alain Bauer ») spécialisée dans le conseil en sûreté urbaine, fondée en 1994 et qui a embauché la femme de notre ministre de l’Intérieur Manuel Valls de 1994 à 1997. Lesdits conseils, essentiellement donnés à des élus locaux socialistes, étaient rémunérés entre 100.000 et 900.000 Francs à l’époque, il y a 20 ans. Mais, la toute première ville a lui avoir fait confiance, c’était Vitrolles.

L’année d’avant, en 1993, Bauer fait un « stage » de sept mois à la SAIC (Science Application International Corporation), spécialisé dans les hautes technologies, qui travaille essentiellement pour le ministère de la Défense US et contrôle Network Solutions, une boîte qui gère les noms de domaines du web.  Il en devient le vice-président pour l’Europe. D’après le Réseau Voltaire, « Le Département de la Justice a sous-traité à la SAIC le programme de formation et d’assistance technique aux polices étrangères (International Criminal Investigate Training Assitance Programm – ICITAP). En février 1999, sa directrice, Janice Stromsem, a été relevée de ses fonctions après s’être plainte que la CIA utilisait ce programme pour recruter des policiers étrangers ». En outre, « certains officiers s’interrogent sur une possible utilisation d’AB Associates comme cheval de Troie dans les milieux policiers français ». De plus, beaucoup de militaires de carrière du Pentagone passent par la SAIC. Ce qui ne l’empêche pas de connaitre quelques scandales.

L’ancien grand maître du Grand Orient de France, décoré de la Légion d’Honneur est entré au PS à 15 ans. C’est un grand ami de Manuel Valls, depuis l’époque où ils étaient aux jeunesses rocardiennes, puis ensuite à la Mnef (ils ont d’ailleurs été cités tous les deux dans l’affaire du détournement d’argent pour le PS, bien que jamais inquiétés).

220px-Mbstacy_crossUn type comme Raymond Bernard est très intéressant, et illustre parfaitement cet imbroglio de groupuscules, templiers, ésotériques, satanistes, qui s’entremêlent dans et autour de la franc-maçonnerie. Officiellement, il a été le n°1 des Rose Croix (« Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix », AMORC[30]) et des Martinistes[31], qualifiées de « traditions initiatiques occidentales » par les intéressés. On définit Bernard sur son site comme « ésotériste et homme de lettres », et il avait moult titres dont celui d’Imperator international des Rose Croix. Son fils lui a succédé dans les années 90. Il était aussi membre de la loge Opera de la GLNF.

Au sein de l’AMORC qui revendique aujourd’hui 250.000 membres dans le monde dont 30.000 francophones, Bernard a recrée dès 1959 un groupe martiniste (Ordre Martiniste Traditionnel, OMT), puis l’Ordre rénové du Temple (ORT) en 1970. A la tête de l’ORT, Bernard a placé le rosicrucien Julien Origas, fasciste et ex membre de la gestapo, condamné en 1947 pour atteinte à la sûreté de l’Etat, et l’ancien aumonier de Mussolini, un dénommé Bacolini. Luc Jouret et Di Mambro, qui ont ensuite fondé le Temple Solaire, étaient membres de l’ORT ainsi que de la GLNF Opéra. En fait, Jouret, un Belge, était surtout un pion de l’OTAN, proche des services belges. L’ORT était principalement composé de rosicruciens à la base.

Raymond Bernard était très proche de plusieurs dictateurs africains, dont Omar Bongo (Gabon[32]), rosicrucien notoire ou Paul Biya (Cameroun), autre rosicrucien. Il était également très proche de Charles Pasqua, lui-même mêlé à la Françafrique, à la French connection, et nombre de « financements occultes », comme on disait alors.

Un autre membre de la loge Opera, Jacques Breyer, a créé en 1952 au château d’Arigny avec des franc maçons de la GLNF une espèce d’ordre templier (c’était encore à la mode et hélas, ça l’est toujours) qu’ils ont baptisé Ordre souverain du Temple solaire (OSTS), et qui fut précurseur de tout un tas de groupes templiers. Dans cet OSTS, on retrouve Luc Jouret qui créé en 1984 le futur Ordre du Temple Solaire[33] (OTS), et plus de 70 membres de l’OTS étaient aussi rosicruciens. Et on peut soupçonner fortement Bernard –qui a toujours nié– d’avoir aussi été derrière le Temple Solaire.

Ajoutons à cela l’Ordre souverain et militaire du Temple de Jérusalem (OSMTJ), infiltré par la CIA aux Etats-Unis et par les barbouzes du SAC en France, et la soupe est prête. L’OSMTJ était dirigé par Raymond Bernard également. Quand l’affaire du massacre du Temple Solaire a éclaté, les réseaux de la GLNF ont tourné à plein pour assurer l’impunité aux responsables, de même que pour l’affaire Ghislaine Marchal, devenue « l’affaire Omar Radad » pour mieux masquer, là encore, les vrais responsables du meurtre de cette adepte du Temple Solaire.

On constate qu’en effet, toutes les sectes sont entremêlées, franc maçonnerie compris. Savoir qui est le premier, de l’œuf ou de la poule, peut s’avérer compliqué. Et puis, certains hauts grades de la franc-maçonnerie sont un ticket d’entrée pour d’autres groupuscules. Si on ajoute l’infiltration de l’extrême droite et des servicesde renseignement, l’opacité devient quasiment totale.

bio-papus-image-2Ainsi, le célèbre Papus, Gérard Encausse de son vrai nom, co-fondateur de l’Ordre martiniste[34], franc-maçon, grand-maître du Souverain Grand Conseil Général du rite de Memphis-Misraïm en France de 1908 à 1916, membre de la société théosophique[35], de « L’Ordre kabbalistique de la Rose Croix », propagateur de l’Ordo Templi Orientis en France et membre de l’Hermetic Order of the Golden Dawn[36], explique dans son œuvre « Ce que soit savoir un maître maçon » : « Le grade de Rose-Croix maçonnique est la traduction physique des mystères qui conduisent au titre de Frère illuminé de la Rose-Croix, titre n’appartenant pas à la Franc-Maçonnerie, mais à sa créatrice : la Société des Illuminés. Un Rose-Croix maçon, quand il connaît bien son grade, peut être considéré comme un apprenti illuminé et il possède tous les éléments d’un haut développement spirituel, comme nous allons le voir en analysant ce grade ». le rituel d’initiation à ce grade ressemble à un spectacle de fin d’année de CP : « Le thème du grade, c’est que la Parole qui doit permettre la reconstruction du Temple a été perdue. Le récipiendaire la retrouve, c’est le nom de N.-S. Jésus-Christ : INRI, et, grâce à cette parole, il traverse la région astrale dans sa section inférieure ou infernale et il parvient dans la chambre de la purification chrétienne et de la réintégration », et il faut imaginer les frères se balader de long en large de la pièce, afin de retrouver le symbole « secret ».

Il est intéressant de noter que le fils de Papus a mentionné un lien étroit entre le Martinisme créé par Papus, et ce qu’il appelle « L’Illuminisme » : « A propos des traités d’alliance intéressant l’Ordre Martiniste de Papus, il convient de faire état également du traité du 9 mai 1898 entre l’Ordre des Illuminés et l’Ordre Martiniste », un traité qui « unit les deux Fraternités les plus puissantes de la tradition occidentale ».

La scientologie, elle aussi, s’infiltre, et comptait parmi ses membres de nombreux agents du FBI. Via Bruxelles, elle cherche à s’intégrer dans les structures de l’Etat congolais, par exemple. Elle a aussi cherché à infiltrer la GLNF ou le GODF[37]. D’ailleurs, Anton la Vey, fondateur de l’Eglise de Satan en 1966, était proche de Ron Hubbard, et tous deux étaient des fans d’Alistair Crowley. Hubbard aurait même été initié à l’Ordo Templi Orientis, un groupe sataniste alors dirigé par Crowley, alors qu’il était encore capitaine dans la Navy.

Dans l’affaire Dutroux, on a des témoins qui expliquent qu’un « grand maître » d’une puissante secte satanique était « informateur de la police ». Et qu’au moins une fois, cette secte a sacrifié une fillette. Le Grand Maître en question était un notaire impliqué dans un réseau de trafic de jeunes filles de l’Est, un trafic que Dutroux a très bien connu même si, comme par hasard, les juments n’y font pas référence.

D’après le témoin, les messes noires auxquelles il a assisté lui ont été proposées dans le cadre d’une « initiation » pour entrer dans l’Opus Dei. Il raconte qu’il a été drogué lors de ces soirées, ce qui est un classique. Cela annihile les réticences éventuelles, et incite aussi à revenir.

 

books6. La loge Alpina

L’un des membres les plus connus de cette grande loge suisse est Claude Guéant, qui ne cesse de répéter qu’il n’est pas franc mac. Il n’est pas franc mac en France, mais l’est bien en Suisse, chez Alpina. Il s’agit d’une habitude chez nos politiques, qui permet de dire, comme l’a fait Chirac, qu’ils ne sont pas amateurs de compas et d’équerres. Chirac en est également membre, et s’y rendait souvent, lui qui est un fils et petit fils de maçons. Et ceux, comme Alain Bauer, qui disent le contraire ne font que de la désinformation.

La loge Alpina est réputée très sélect, recouvre 83 autres Loges et 4.000 membres tous masculins. Ses membres croient aussi au « grand architecte de l’univers », qui selon la version officielle serait Dieu. La loge Alpina fut très utile à Allen Dulles pour mettre en place son réseau stay behind. Allen Dulles, futur patron de la CIA, arrive en Suisse fin 1942, ce qui lui a permis d’exfiltrer plein de nazis vers les Etats-Unis[38] et l’Amérique latine, de bien planquer l’argent des Juifs, et de faire sa petite sélection de nos dirigeants de l’après-guerre. Allen Dulles n’est pas n’importe qui : il a été l’avocat de la Rotterdam Bank qui a financé les nazis, de la Standard Oil qui a permis aux nazis d’avoir du pétrole de bonne qualité, et avait de nombreux liens financiers avec les nazis avant et pendant la guerre. Et aussi après.

Revenons à Alpina, qui est un peu le pendant suisse de la GLNF.

En 1912, c’est elle qui a créé la future GLNF, l’organe le plus droitier et affairiste de la franc-maçonnerie française, sous le nom de « Grande Loge Nationale Indépendante et Régulière pour la France et ses Colonies ».

Mais c’est durant la guerre qu’Allen Dulles a su utiliser à plein les réseaux franc maçons d’Alpina. On peut noter cette collaboration entre François Mitterrand, André Bettancourt (patron de l’Oreal pro nazi), Pierre de Bénouville (un cagoulard et membre de l’Action Française) et Allen Dulles, alors chef de l’OSS, au Mouvement national des prisonniers de guerre et déportés, alors dirigé par Mitterrand. Le frère d’Allen Dulles, John Foster, a été président de la fondation Rockefeller, et a lui aussi collaboré « économiquement » avec les nazis.

On notera aussi que comme par hasard, la Banque des Règlements Internationaux, qui a principalement servi à financer Hitler et à blanchir l’argent volé aux Juifs, était installée à Genève.

aube dorée temple paris copieLa GLNF serait l’instrument privilégié du réseau stay behind en France, d’autant que « les élites franc-maçonnes sont souvent liées à l’extrême droite », comme le souligne le sociologue Thierry Brugvin. Pierre Marion, qui a dirigé la DGSE, était un haut membre de la GLNF, tout en dirigeant le SAC, cette bande de barbouzes impliqués dans une bonne partie des coups foireux jusqu’à son interdiction dans les années 80, et en pilotant le stay behind en France, notamment avec François de Grossouvre[39], ce fidèle compagnon de Mitterrand suicidé de deux balles dans la tête dans son bureau de l’Elysée au lendemain du déclenchement de la guerre au Rwanda. Mais, c’est une autre affaire. Toutefois, on peut noter que Grossouvre, pourtant fasciste a une époque de sa vie, a entretenu les réseaux africains.

La deuxième guerre a fait disparaître bon nombre de franc maçons. Si bien que dès 1944, les USA ont pu utiliser la franc maçonnerie qu’ils ont contribué à remettre sur pied pour organiser les réseaux stay behind. Lesdits réseaux ont ensuite servi à monter des coups, on l’a vu en Belgique, ou en Italie, où la question des réseaux stay behind, dits « réseaux Gladio », a été abordée au Parlement. Par exemple en Belgique, des soldats américains aidés de barbouzes belges d’extrême droite ont cambriolé un commissariat à Vielsalm en 1984 et ont été planquer les armes au QG d’un groupe d’extrême gauche, les CCC. En Italie, c’est la loge P2, très proche de la mafia également et dirigée par le financier Licio Gelli, qui a servi de relais aux réseaux US[40]. Quand l’affaire de la banque Ambrosiano a éclaté, Gelli s’est réfugié en Suisse.

Il a expliqué en 2003 que la loge P2 avait été réactivée par Berlusconi, qui, il est vrai, bat les scores électoraux dans les zones les plus gangrenées par la mafia. Berlusconi est membre de cette loge au cœur des pires scandales Italiens et au Vatican depuis 1978. Comme François de Grossouvre qui a financé L’Express, la P2 a pris le contrôle du Corriere della Sera, premier quotidien italien, plutôt classé à gauche. La P2 a aussi pesé dans l’étouffement de l’affaire des attentats de Bologne, par exemple, des attentats commis sous faux drapeaux qui s’inscrivaient dans le cadre de la « stratégie de la tension », qui a entraîné aussi les tueries du Brabant en Belgique. En Grèce, c’est encore le réseau Stay-behind qui a favorisé l’installation de la dictature des Colonels, jusque dans les années 80.

structure_franc-maconnerie_3En 2003, des dissidents de la GLNF, dont au moins trois hauts gradés de l’armée[41], fondent la GLCS (Grande Loge des cultures et de la spiritualité), loge mixte. Selon le Point, dans un article du 24 janvier 2008 : « Les quinze fondateurs appartiennent tous à la caste des décideurs, puisqu’on y trouve, notamment, le général René Imbot, ancien patron de la DGSE, le général Jeannou Lacaze, un dirigeant d’EDF, un directeur de l’administration pénitentiaire, un cadre de la DGSE, un autre de la DST, un juge d’instruction, un procureur, un ancien député… Ils ont recruté dans leur réseau amical et fédèrent aujourd’hui 350 personnes, dont 20 % de femmes ».

Officiellement, le réseau stay-behind a cessé ses activités en 1990. Mais comment y croire ? L’OTAN est toujours là, et le même type d’actions « terroristes » sous faux drapeaux continuent, cette fois attribués non plus aux « communistes », mais à des islamistes tout aussi instrumentalisés. Le réseau stay-behind, en fait, était une nébuleuse terroriste et mafieuse destinée à canaliser les populations pour qu’elles demandent elles-mêmes des Etats toujours plus sécuritaires, toujours moins « communistes » (c-à-d de gauche), et des qu’elles votent pour des représentants toujours plus corrompus.

En France, c’est Paul Ramadier, le président du Conseil (1er ministre) qui a permis dès 1947 l’implantation de ce réseau fasciste, via un accord secret avec les Etats-Unis. Dans la foulée, il a viré tous les ministres communistes du gouvernement.

Parmi les branches françaises du réseau stay-behind, il y avait celle de Roger Patrice Pelat, grand ami de Mitterrand qui était l’équivalent de Pasqua pour le PS, une branche qui s’était infiltrée dans l’Ordre du prieuré de Sion. Pelat était le pilier du financement occulte du PS, et ses amitiés franc-maçonnes lui ont certainement facilité la tâche.

« Éventuellement, à partir de 1952, les agents [du SDECE, la future DGSE dont Foccart était le patron] peuvent recevoir une formation complémentaire en guerre psychologique au Psychological Warfare Center de la CIA à Fort Bragg (Caroline du Nord[42]). Une cellule du stay-behind, liée au SDECE, le « Brain Trust Action », est subordonnée à l’« Executive Action » de la CIA, pour exécuter des meurtres politiques. Pour permettre à des civils de se former au 11e Choc, le ministre des Anciens combattants, François Mitterrand, autorise l’utilisation de l’Association des réservistes volontaires parachutistes (ARVP). Et pour faciliter leur disponibilité, les Américains proposent des emplois de couverture. Par exemple, deux responsables régionaux du stay-behind, Gilbert Beaujolin et François Durand de Grossouvre (alias « Monsieur Leduc »), créent une société commerciale qui bénéficie aussitôt de la concession exclusive d’embouteillage de Coca-Cola», explique Thierry Meysan, qui est bien informé sur ces réseaux.

 

7. Les magouilles

La-FrançafriqueDéjà au début du siècle, l’affaire des fiches avait révélé au public que les FM du grand orient de France (GODF) s’amusaient à faire des petites fiches sur les officiers de l’armée. Il y avait même un service de renseignements ad hoc au GODF, qui se renseignait sur les fonctionnaires d’Etat. Pourquoi ?

Surtout qu’à l’époque, le gouvernement était déjà parasité par la clique.

Ils diront que les frères pris la main dans le pot de confiture sont des « cas exceptionnels », que cela reste à la marge. Rien ne permet de le dire, de toute manière il n’existe pas de statistiques des francs macs qui se sont fait coincer par la Justice. Quoi qu’il en soit, les loges, même en plein bourbier des affaires de la côte d’Azur dans les années 90 – 2000, n’ont pas été pressées de balayer devant leurs portes. Ainsi, en 1996 la GLNF avait viré son « Grand Secrétaire » Pierre Bertin, qui avait osé écrire une lettre à diverses loges FM : « Notre Grande Loge nationale française est en danger, en passe d’être déshonorée par une multitude d’affaires scandaleuses. Non seulement on nous ment à ce propos, mais, de plus, le silence ou le discours imprécis, l’exclusion et la menace ont créé une situation devenue proprement insupportable et inadmissible. ». On sait comment l’histoire se termine.

Une autre grosse magouille est celle du Temple Solaire, sur laquelle il faudrait revenir. En gros, les réseaux franc maçons & Co[43] ont encore tourné à plein dans cette affaire, tout cela afin de blanchir de l’argent qui a fini sur les comptes d’hommes politiques nationaux et d’un parti politique.

On peut aussi parler de l’affaire dite « du Carlton », dans laquelle DSK –encore lui- est accusé d’avoir actionné un réseau de proxénétisme en connaissance de cause. Etrangement, à Lille, tout le monde regarde du côté du « Grand Stade », qui est à peine terminé et est déjà sujet à une enquête au sujet de l’attribution du marché au groupe Eiffage qui était pourtant plus cher de 108 millions d’euros. Or, le groupe concurrent, Bouygues, était soutenu par une certaine loge et certains politiques, quand le groupe Eiffage était soutenu par une autre loge et d’autres politiques dont Pierre Mauroy. Et on s’aperçoit que 6 des 8 types mis sur la sellette dans l’affaire du Carlton sont franc maçons (en France), du GODF (dont trois de la loge Les Amis Réunis), de la GLDF pour le commissaire mis en cause et d’une autre la GLTSO. Les médias disent que DSK n’est pas franc maçon, mais on peut en douter vu son rôle dans les magouilles françaises, notamment en matière d’argent sale.

Et selon une source très proche du dossier tout cela est « une histoire de loges », un règlement de comptes probablement en rapport avec l’histoire du marché du stade de Lille, dans laquelle là aussi on peut penser que les loges et accointances maçonniques ont joué leur rôle.

D’ailleurs, les liens de certains membres de la GLNF de Lille avec la loge La Charité de Charleroi, elle-même impliquée dans une bonne partie des magouilles financières de cette ville en perdition, montre que l’éthique reste absente des préoccupations de la maçonnerie.

franc3a7afriquerectoOn peut évoquer aussi la Françafrique. L’ensemble des dictateurs africains à la botte de la France sont francs maçons, et très souvent rosicruciens bien que certains le cachent. Le lien avec la France a permis de financer les partis politiques grâce à l’argent volé aux populations, et d’entretenir un système clientéliste des deux côtés de la Méditerranée.

Alfred Sirven, qui était le pivot des réseaux économiques US en France, au cœur de la françafrique et de nombreuses magouilles, a commencé sa carrière chez Mobil Oil, moment auquel il devient franc maçon. En 1952, pendant la guerre d’Indochine, Sirven a commis des hold ups à Tokyo, en uniforme de GI. A l’époque, Sirven et son complice passaient déjà pour des « officiers américains » dans le quartier où ils vivaient. Mais, ils ont échappé à toute sanction. Dans un roman à clés[44], c’est-à-dire une fausse fiction d’un cadre d’Elf, Sirven (désigné par un pseudo) est mentionné comme un agent de la CIA. Rappelons que les magouilles d’Elf, dans lesquelles Sirven tenait l’un des rôles principaux, ont permis de détourner des milliards de dollars, volés aux africains. Pour aller où exactement ? Sirven était aussi impliqué dans le commerce du nucléaire à des pays comme l’Irak ou l’Iran. Sirven détournait aussi une partie de l’argent prêté aux Etats africains. Par exemple, il aurait détourné 15 millions de dollars sur 45 prêtés par Elf au Camerounais Paul Biya. Une partie de ces 15 millions a atterri chez le fils de Pasqua, mais surtout chez André Guelfi, un proche de Pasqua. En 1997, c’est l’Elysée qui lui a recommandé de mettre les voiles pour échapper à la justice. Et chez Elf, la quasi-totalité des dirigeants étaient franc maçons. De même que les dictateurs africains élus grâce à ces financements occultes, et que les politiciens français élus aussi avec une partie de cet argent.

Jacques Foccart, qui était le bras droit de De Gaulle en Afrique, père de la françafrique, est entré dans les services français dès la libération. Il est aussi devenu rapidement l’un des leaders du réseau stay-behind en France, grâce notamment au fameux SAC (service d’action civique), cette espèce de milice composée de barbouzes fascistes impliquée dans tous les trafics, et aux réseaux franc-maçons évidemment. C’est donc Foccart qui a créé le système de la « françafrique ».

Au final, on constate que les peuples, africains comme français, sont pillés par des politiques corrompus, véreux, n’ayant en tête que leur propre intérêt, et qui pillent leurs peuples. On tourne en rond, et on constate que le système qui permet tout cela s’appelle la franc-maçonnerie, grâce aux fameux réseaux, et au fameux « secret ».

Pasqua était un grand ami d’Etienne Leandri, un protégé de la CIA qui a dealé de l’héroïne dès les années 30. Pendant la guerre, il est entré à la gestapo, ce qui lui a valu 20 ans de travaux forcés en 1948, mais se réfugie en Italie. Avec Pasqua, ils ont mis en place le SAC. Après la guerre, Leandri a travaillé avec le mafieux Lucky Luciano, un sataniste, franc maçon, qui a permis l’invasion de la cocaïne aux USA et en Europe.

hqdefaultPas besoin de revenir non plus sur la loge P2 et ses faits d’armes. Bien sûr, on lit sur Wikipedia qu’il s’agit d’une « loge pseudo maçonnique ». Officiellement, la P2 aurait été rayée de la maçonnerie en 1975. N’empêche, en 1982, le meurtre de Roberto Calvi le banquier du Vatican membre de la loge P2 était bien un meurtre maçonnique.

Enfin, les maçons entre eux n’hésitent pas à se piéger les uns les autres, notamment grâce aux partouzes au cours desquelles des photos sont prises à l’insu de la cible, partouzes dans lesquelles on peut aussi trouver des mineurs : « Plusieurs maçons ont évoqué devant Ottenheimer et Lecadre[45] les « méthodes dignes des pires séries noires, utilisées par certains frères pour compromettre leurs honorables associés » : l’utilisation de lieux de partouze avec des miroirs sans tain permettant de prendre des photos. Avec des mineurs au besoin, m’a-t-il été précisé. Éduquée par le grand frère Alfred Sirven, Christine Deviers-Joncour décrit ce procédé dans son roman Relation publique . Basé sur les confessions enregistrées de Chantal Pacary, le vrai-faux roman « Tout va très bien puisque nous sommes en vie », de Denis Robert , montre comment un grossium de la corruption et de la GLNF, Michel Pacary, mari de Chantal, faisait de ce procédé un usage systématique, dans un manoir normand. Les dictateurs françafricains ont vite compris l’intérêt de ce système. Ainsi, tout le monde se tient par la barbichette. Certains font même une philosophie de cette variante fusionnelle du “Temple de l’humanité”, en référence à de vieux rites magiques ou religieux qui incluaient de telles pratiques. Il existe en effet des branches ésotériques, aliénées ou foldingues de ces “chevaleries” secrètes mises en branle par Frank Wisner, le premier patron du stay behind ».

On pourrait épiloguer longtemps sur les innombrables casseroles de la franc-maçonnerie, ne serait-ce que les casseroles connues du public.

 

baphomet8.  Satanisme

Albert Pike, dont on a parlé plus haut, a pour ainsi dire lancé les bases du satanisme, version luciférienne (personnellement, la nuance entre satanistes et luciférien m’importe peu : ils sont dans le même délire, même si officiellement, à l’instar de Pike, les lucifériens trouvent que les satanistes dévoient leur culte[46]), et s’est fait le prophète d’un gouvernement mondial, cette idée qu’on retrouve aujourd’hui chez les dingues qui nous dirigent. Il a dit que « le démon est la personnification de l’athéisme ou de l’idolâtrie ».  Autrement dit : que ce soit par l’athéisme, prôné officiellement par les francs maçons, ou par les religions (satanisme compris), le démon vaincra.

Il a lancé le « rite Palladien », qui est clairement un culte luciférien, dans lequel Pike part dans diverses divagations au sujet de l’antéchrist. Dans ce rite, les adeptes « vendent leur âme au diable ».

Il est désormais de notoriété publique que la Scientologie, qui passe pour une religion aux USA est un bras de la CIA, et que son but était autant de blanchir l’argent sale que d’expérimenter diverses techniques de manipulation mentale. Et la Scientologie cherche elle aussi à s’infiltrer partout, comme ce fut le cas au Maroc sous Hassan II. Ron Hubbard, fondateur  de la scientologie, était franc maçon et rosicrucien. Il a aussi fréquenté Aleister Crowley, sataniste en chef et fondateur de l’OTO (Ordo Templi Orientis) dont il se serait inspiré pour créer sa secte « New age ». Il a également été proche d’un autre occultiste ami de Crowley et membre de l’OTO, Jack Parsons. Accessoirement, les parallèles entre scientologie et nazisme ont été faits par divers chercheurs.

L’OTO, un groupe sataniste dirigé au début du XXe siècle par Crowley (un fan d’Hitler, qui bizarrement se trouve aussi être l’inspirateur de nombreux mouvements New Age, probablement grâce à sa doctrine « fais ce qu’il te plaît » et de son délire du « sexe magick »), était l’instrument des services secrets britanniques, eux-mêmes dirigés par des franc-maçons. Crowley lui-même a expliqué être arrivé à la tête de l’OTO par cooptation dans la franc-maçonnerie, où il disait avoir le 33e et dernier degré de la hiérarchie. Crowley était également, d’après Richard Spence, Crowley était même un agent des services secrets anglais. Il aurait par exemple joué un rôle dans l’attaque du Lusitania en 1915, qui a amené l’entrée en guerre des Etats-Unis. En fait, ses activités « occultes » étaient bien visibles et lui servaient de couverture pour des projets liés aux intérêts anglais. Il aurait testé des drogues, comme la mescaline, que les services anglais ont ensuite utilisée dans leurs recherches sur la modification du comportement humain.

« Bien que j’eusse été admis dès 1900 au trente-troisième et dernier degré de la franc-maçonnerie, ce n’est qu’à l’été 1912 que se confirmèrent mes soupçons. Je veux parler de ma conviction que derrière les frivolités et la convivialité de notre plus grande institution (la franc-maçonnerie) se cache en vérité un secret. À l’époque dont je parle, un homme est venu à moi. C’était l’un des mystérieux maîtres de la franc-maçonnerie ésotérique, ces gens qui en sont les yeux et le cerveau, mais qui y restent inconnus, souvent même des chefs officiels de l’obédience […] Cet homme, qui observait ma carrière occulte depuis plusieurs années, m’avait alors jugé digne de prendre part aux Mystères Supérieurs », aurait expliqué le pseudo génie. L’homme en question était, semble-t-il, un certain Theodore Reuss. C’est le fondateur de l’OTO, franc maçon initié en Angleterre, occultiste, socialiste puis anarchiste, et parmi les premiers soutiens du mouvement féministe. Je n’ai évidemment rien contre ledit mouvement féministe, qui permet d’avancer vers l’égalité, mais il a été promu par ces mêmes banquiers fascistes, dans le seul but de déstabiliser les sociétés patriarcales. Aujourd’hui, les mêmes financent les masculinistes et autres associations pro père.

crowEn 1880, Reuss, qui passait son temps entre l’Allemagne et l’Angleterre, a été dans un groupe qui voulait faire revivre l’Ordre des Illuminés de Bavière, créé par Weishaupt un siècle plus tôt. C’est ainsi qu’est né l’Ordo Templi Orientis. Reuss a été proche de William Wynn Westcott, franc maçon qui a créé la Golden Dawn (Aube Dorée) et était le leader de la branche rosicrucienne de la franc-maçonnerie. Reuss était aussi membre de l’Ordre martiniste en Allemagne.

« Reuss commencera à développer une arrière-loge maçonnique au sein de l’Obédience de Memphis-Misraïm dont finira par émerger l’OTO. Et, ce n’est que plus tard qu’il prétendra que Kellner en fut le co-fondateur. Reuss forgera à la même époque l’histoire fantasmée de l’Ordre qui remonterait ainsi aux Templiers via, entre autres, l’Hermetic Brotherhood of Light (fondée au milieu du XIXe siècle), la FM et les Illuminés de Bavière d’Adam Weishaupt », peut-on lire sur un blog dédié à la FM.

« Dans un élan d’impérialisme mystique, Reuss se félicitera plus tard que l’OTO ait absorbé la majorité des organisations chevaleresques, templières ou maçonnique. Dans une publication de l’Oriflamme il donne ainsi la liste des organisations couvertes par l’OTO : « l’Église Gnostique Catholique, l’Ordre des Chevaliers du Saint-Esprit, l’Ordre des Illuminés, l’Ordre du Temple, l’Ordre des Chevaliers de Saint-Jean, l’Ordre des Chevaliers de Malte, l’Ordre des Chevaliers du Saint-Sépulcre, l’Église Cachées du Saint-Graal, la Fraternité Hermétique de la Lumière, la Saint Ordre de la Rose-Croix Hérédom, l’Ordre de l’Arche Sainte Royale d’Énoch, le Rite Ancien et Primitif de la Maçonnerie, le Rite de Memphis, le Rite de Misraïm, le Rite Écossais Ancien et Accepté, le Rite Swedenborgien, l’Ordre Martiniste et l’Ordre de Sat Bhaï » (ouf !). Il est à noter que Reuss avait déjà été l’importateur en Allemagne des Rites maçonniques irréguliers de Memphis-Misraïm et du Rite Écossais Ancien et Accepté, et, nous pouvons lire l’énoncé de ses titres dans l’édition de décembre 1906 de l’Oriflamme : « Souverain Grand Maître Général ad vitam des franc-maçons des Ordres Écossais Unis pour l’Empire Allemand, Souverain Grand Commandeur, Grand Souverain Absolu, Souverain Pontife, Souverain Grand Maître de l’OTO, Suprême Mage Soc. Frat. R.C., SI, 33°, Termaximus Regens I.O…. ».

L’OTO est conçu avec le même type de hiérarchie et de structure que la franc-maçonnerie, et les Maîtres francs-maçons étaient automatiquement reconnus comme membres de l’OTO. Les secrets dévoilés aux derniers grades de l’OTO étaient des pratiques sexuelles, dont la sodomie entre hommes. Toute sa vie, Reuss n’a cessé d’entrer dans des groupuscules, ou d’en créer. Ce qui a plus à Reuss chez Crowley était, semble-t-il, son abbaye de Thélème.

Theodor_ReussCrowley (qui se faisait modestement appeler « La grande Bête 666 »), avec ses théories internationalistes, prônant un nouvel ordre mondial, arrangeait bien les affaires des puissants de ce monde. Tout en déclarant qu’il était pour la liberté et l’amour libre, Crowley réclamait un contrôle total des populations. En 1920, Reuss, présent au congrès de Fédération Mondiale de la Franc maçonnerie universelle, a déclaré que la « religion gnostique » de Crowley était « la religion officielle de tous les membres de la Fédération Mondiale de la franc maçonnerie universelle en possession du 18e degré du rite écossais » de la Franc maçonnerie. Mais, ça n’aurait pas marché. Crowley était homosexuel et considérait les femmes comme inférieures. D’où sa promotion de la sodomie dans les rituels de l’OTO, qui a fait émulation dans la bonne société anglaise, notamment.

La Golden Dawn, dont Crowley était membre, est un autre groupuscule secret qui revendiquait très sérieusement d’étudier la « magie » et les « sciences occultes », créée comme on l’a dit par William Westcott, un franc maçon, à la fin du XIX e siècle. La création de la Golden Dawn a été annoncée en 1889 dans une revue de la société théosophique. Elle existe encore en France, notamment sous le nom d’Ordre Hermétique de l’Aube Dorée, crée par des franc maçons et lié aux Rose Croix car les deux font partie du même « ordre initiatique et magique ».

On retrouve la Golden Dawn derrière Hitler, par exemple (et aujourd’hui en Grèce derrière Aube Dorée, évidemment[47]), mais aussi derrière le Temple Solaire créé à partir d’un groupuscule à Genève appelé le Golden Way, dirigé par Tabachnik et Di mambro et dans lequel on retrouvait Jacques Breyer, dont on a déjà parlé.

Aujourd’hui, la « pensée » sataniste, son marketing, sont présents partout. Combien de stars revendiquent aujourd’hui d’admirer Satan ou Lucifer ? La consommation de drogue, prônée par Crowley et ses amis, le sexe sans amour ni respect, le nihilisme, l’individualisme, sont aujourd’hui la norme, on doit bien le constater. Quand un Cohn-Bendit ou un Mitterrand revendiquent publiquement leur pédophilie, cela ne pose aucun problème. Quand l’arrivisme devient la valeur suprême, que le pervers narcissique passe pour un modèle, et que des groupuscules tels que la franc maçonnerie servent de viviers à tarés et autre corrompus, il ne faut pas s’étonner que le monde aille si mal. Et encore, les gens sont loin de tout savoir.

———————–

 Evidemment, beaucoup diront que tout cela n’est que de la conspiration. C’est aller un peu vite, et oublier où se situe la vraie conspiration, et ce qui la permet. On ne peut pas admettre, dans un pays qui se dit évolué et « démocratique », d’être dirigés par une clique d’adeptes de compas et d’équerres, une clique ignorante des rouages de leur secte maçonnique, et encore plus de son instrumentalisation par des intérêts dissimulés. Une clique aussi opaque, aux rituels aussi aberrants, n’a pas sa place dans nos institutions et encore moins dans le débat public.

 

 


[1] La fraternelle des hauts fonctionnaires, à Paris, regroupe 400 sous- directeurs ou chefs de service d’administration centrale, présidents de tribunaux administratifs, magistrats de cours d’appel, inspecteurs généraux, universitaires.

[2] On estime qu’un bon quart des commissaires de police sont FM.

[3] La seule sœur vénérable d’une grande loge  est en réalité un homme qui a changé de sexe en cours de route.

[4] Le Drian est membre du GODF et aussi du Siècle, il est sioniste et proche du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France). Son fils Thomas est passé par KPMG, CGA-CGM et s’est retrouvé tout récemment –quel hasard- au cabinet de Jean Pierre Jouyet à la Caisse des Dépôts et consignations.

[5] Valls est aussi membre du Siècle et a été au Bilderberg en 2008. Il a été initié au Grand Orient de France, dans la loge L’infini maçonnique, la loge mère d’Alain Bauer, le franc mac en chef. Il est également sioniste, « lié de manière éternelle à Israël ». D’ailleurs, Valls côtoie Bauer depuis bien longtemps et ce n’est pas pour rien qu’il reprend ses délires sécuritaires.

[6] Moscovici est issu d’une famille juive, il est vice président du Cercle de l’Industrie créé par DSK et membre de la french American Foundation ainsi que du conseil juif de New York et du Siècle.

[7] Fabius est aussi à la Trilatérale et au Bilderberg ?

[8] Sapin est comme Cahuzac au Grand orient de France, il est aussi membre du Siècle, participe aux diners du CRIF et a été au Bilderberg. A propos du Traité de Maastricht, qui préfigure le Traité de Lisbonne, il déclare : « Maastricht apporte aux dernières années de ce siècle une touche d’humanisme et de Lumière qui contraste singulièrement avec les épreuves cruelles du passé ».

[9] Hollande est aussi membre de la French American Foundation (financée par des multinationales, et qui « a pour but d’améliorer les relations entre la France et les Etats-Unis », du Siècle, du CRIF. Il estaussi sioniste, s’étant engagé à « combattre fermement l’antisémitisme et l’antisionisme ».

[10] Peillon est aussi membre du Siècle.

[11] Le Foll est un autre sioniste qui aime les dîners du CRIF.

[12] Montebourg appartient aussi à la French American Foundation, ce lobby atlantiste dont font aussi partie Marisol Touraine ou Moscovici.

[13] En plus d’être issu du courant lambertiste financé par la CIA et son agent Irving Brown pour diviser la gauche. Jospin et le fils de diamantaires grecs Cambadélis sont du même bord, en tant qu’ « anciens trotskystes » anti communistes.

[14]On peut estimer qu’environ 150.000 francs macs paient leur cotisation en France, soit à,2% de la population. Alors qu’ils représentent au moins 50% des ministres. Cherchez l’erreur.

3119037211_1_7_qaNqaeB3[15] Par exemple, 20% des effectifs du GLNF sont des patrons d’entreprises. Les secteurs des médias, le BTP, l’armement, l’aéronautique,  les entreprises publiques comme Elf, la SNCF, France Telecom, GDF ou EDF sont très concernés.

[16] D’ailleurs, il va être surement très amusant de remonter la piste de cet argent. Certains sont déjà en train de regarder du côté de DSK, qui décidément est mêlé à beaucoup d’affaires de détournements de fonds. D’ailleurs, le nouvel avocat de Cahuzac est le même qu’avait pris DSK pour faire annuler au dernier moment la diffusion d’un reportage, Jean Veil. Le reportage en question parlait, sans citer DSK, du détournement d’un brevet d’extinction des puits de pétrole en feu, en 1991, et du détournement de 8 à 17 milliards de dollars par le gouvernement français. Etrangement, après les socialistes, c’est la droite de Chirac qui a tout fait pour faire taire l’inventeur du brevet, Joseph Ferrayé.

[17] Mirabeau, par exemple, passé pour un grand révolutionnaire, était un franc maçon acquis à la cause des banquiers. Grâce à une maîtresse qu’on lui a mis dans les pattes et à des dettes, les banquiers ont su le manipuler. Avec Weishaupt, qui a lancé les illuminés de Bavière (les banquiers), il a rallié plusieurs grands « révolutionnaires » à sa franc maçonnerie, comme Talleyrand ou le Duc d’Orléans. Et ça a vite pris : « Fin 1773, Philippe, Duc d’Orléans, avait introduit le Rituel du Grand Orient dans la Franc-Maçonnerie française. En 1788, il y avait en France plus de deux mille loges affiliées à la Franc-Maçonnerie du Grand Orient et le nombre d’adeptes dépassait les cent mille. Ainsi, les Illuminati Juifs, grâce à Moses Mendelssohn et à Weishaupt, s’étaient intro­duits dans la Franc-Maçonnerie Continentale sous le paravent des Loges du Grand Orient. Ils organisèrent ensuite des comités révolutionnaires secrets à l’intérieur des Loges. Les directeurs de l’ « Underground » révolutionnaire étaient donc présents dans toute la France. », écrit Carr dans « Des pions sur l’échiquier ». Déjà à l’époque, les partouzes servaient à compromettre des personnes bien placées.

[18] Honoré de Balzac disait : « Il y a deux Histoires : l’Histoire officielle, mensongère, qui nous est enseignée, et l’Histoire secrète où se trouvent les vraies causes des évènements, une Histoire honteuse ». Et il savait de quoi il parlait, lui qui était fils et petit fils de francs macs.

[19] Les FM se sont d’ailleurs vengés en entraînant une procédure contre Montgolfier.

[20] Très proche de Chirac, Michel Roussin a été cœur de nombre de coups tordus de la chiraquie, dont la Françafrique.

[21] Les médias commerciaux sont littéralement envahis de francs macs. La quasi-totalité des chefs de rédactions sont francs macs, et les FM tentent de recruter tous les jeunes journalistes même dans la presse locale.

[22] Par exemple dans le rite écossais, l’initié jure à un moment : « je préférerais avoir la gorge coupée que de manquer à mon serment », c’est-à-dire protéger ses « frères » même s’ils sont pourris et garder le secret. Et les cas de meurtres maçonniques sont là pour prouver que ce n’est pas seulement un délire. Concrètement, si vous apprenez qu’un frère va être mis en examen, vous le prévenez et vous actionnez vos réseaux pour que la Justice le laisse tranquille. On peut donc parler d’impunité. Sauf quand les frères lâchent un des leurs.

[23]Renforcer la culture G serait plus intelligent que de donner des cours de catéchisme républicain. Que veut-on apprendre aux enfants ? Qu’il faut aller voter, que les instituions défendent les citoyens ? Que tout va pour le mieux dans la meilleure des démocraties ? La blague. Un bons cours d’histoire non révisionniste serait bien plus approprié. Mais, je m’en fiche, je n’ai pas d’enfant qui subira cette propagande.

adonhirgenr

[24] « Pour obtenir un marché de la Ville de Paris, il était plus important d’être franc-maçon que d’avoir sa carte au RPR » disait un proche du dossier à l’époque.

[25] D’après William Guy Carr (qui a écrit « Des pions sur l’échiquier », qui mérite d’être lu) : Le plan de Pike était simple et s’avéra efficace. Il fallait que le Communisme, le Na­zisme, le Sionisme Politique et les autres mouvements internationaux fussent organisés et utilisés pour fomenter les trois guerres générales et les trois grandes révolutions.

1. La Première Guerre Mondiale devait permettre aux Illuminati de renverser le pouvoir des Tsars en Russie et de transformer ce pays par la mainmise du Communisme athée. Les divergences « naturelles », attisées paf les Agents des Illuminati entre les Empires Britannique et Allemand devaient servir à fomenter cette guerre. Le conflit terminé, le Communisme devait se constituer et être utilisé pour détruire les autres gouvernements et affaiblir les religions.

2. La Deuxième Guerre Mondiale devait être fomentée en jouant sur les divergences entre Fascistes et Sionistes Politiques. Cette guerre devait permettre la destruction du Nazisme et accroître la puissance du Sionisme Politique de façon à ce que l’État souverain d’Israël put s’établir en Palestine. Pendant la Deuxième Guerre Mondiale, la puissance du Communisme International devait arriver au niveau de celle de la Chrétienté tout entière. Arrivé à ce point, il devait être contenu et mis en réserve jusqu’à son utilisation pour le dernier cataclysme social. Toute personne informée peut-elle nier que Roosevelt et Churchill aient mis cette politique à exécution ?

3. La Troisième Guerre Mondiale doit être fomentée grâce aux divergences que les agents des Illuminati attiseront entre Sionistes Poli­tiques et dirigeants du monde Musulman. On doit diriger la guerre de façon à amener la destruction de l’Islam (le Monde Arabe y compris, la religion de Mahomet) et du Sionisme Politique (comprenant l’État d’Israël). Dans le même temps, les autres nations une fois de plus divisées entre elles à ce propos, seront acculées à se combattre jusqu’à un état de destruction physique, mentale, spirituelle et économique totale.

Lorsqu’on raisonne et que l’on n’est pas « déformé. Evidemment, pour les francs maçons, cette lettre n’a jamais existé. Mais, pourquoi diraient-ils la vérité ? Mais, comme le souligne Carr, on ne peut pas nier que les banques et financiers ont financé les deux camps qui s’opposaient dans chaque guerre, et cela depuis 1776, d’après Carr. 1976, c’est la date du Nouvel ordre Mondial, date de création des Illuminés de Bavière, qui apparait à la fois sur les billets de banque US et sur la statue de la liberté, faite par un franc mac français pour les francs macs américains.

[26] Une espèce de société secrète US et anglaise fondée en 1902 réunissant des militaires, politiciens et autres « businessmans » (dont de nombreux banquiers),  qui cherchait à influencer la politique nationale et du coup la politique internationale.

[27] Je précise que je ne crois pas en dieu, cependant je ne vois pas l’intérêt de cracher sur la religion, si au final c’est pour croire en un « grand architecte de l’univers », en un « Dieu » ou en Lucifer ?

[28] Le n°2 de Memphis Misraïm était un membre de la DST. « La Direction de la surveillance du territoire (DST) […] a jeté son dévolu sur Memphis-Misraïm. Moins par attirance pour les rites égyptiens qui ont fait sa réputation que par la qualité de ses membres. De nombreux Grands Maîtres des autres obédiences viennent y compléter leur parcours initiatique. Memphis-Misraïm subit également d’incessantes tentatives d’infiltration de militants d’extrême-droite, attirés par son ésotérisme primitif. Enfin, malgré la faiblesse de ses effectifs en France (800 membres à peine), elle est intégrée dans une structure planétaire, notamment en Asie et en Afrique noire ».

[29] Les leaders de l’UNEF (liée au PS) étaient connus pour négocier discrètement avec les gouvernements socialistes et couler les mouvements étudiants dès qu’ils dérangeaient trop le pouvoir. Je l’ai constaté de mes yeux et c’est pour cela que dès les années 2000, les mouvements étudiants ont court-circuité les syndicats en créant des coordinations ad hoc, basées sur des votes démocratiques.

[30] Il a rejoint l’AMORC qui venait d’être réactivé en France en décembre 1948 et serait entré en maçonnerie en 1955 en Italie. L’AMORC était alors dirigée aux USA par Spencer Lewis, qui était également membre de la loge Memphis Misraîm.

[31] Là encore il y a plein de branches, le martinisme est constitué de plusieurs courants. Celui de Bernard s’appelle l’Ordre martiniste traditionnel (OMT). L’occultiste Papus en a été membre, ainsi que de la société théosophique, qui, elle, est très clairement sataniste, et de la franc maçonnerie. Selon Papus, le Martinisme est « une société mystique » destinée à diffuser rapidement « les enseignements de l’occulte et les lignes de la tradition occidentale ». Divers groupuscules internes à l’OMT noient encore davantage le poisson, comme « l’Ordre Kabbalistique de la Rose+Croix ». Chez Papus, on a retrouvé durant la guerre des documents relatifs à la synarchie, un complot fasciste de banquiers et d’industrielsqui voulaient une « révolution mondiale » favorable à leur élite, un « fédéralisme européen » et « un gouvernement mondial ». Le même type de documents a été retrouvé dans les locaux de la loge FM Memphis Misraïm, ainsi qu’au siège de l’OMT.

gabon-actu1

[32] Un pays où les meurtres rituels, de plus en plus nombreux surtout en période électorale, restent systématiquement impunis. Les gabonais tentent d’ailleurs de se mobiliser.

[33] Créé à l’origine sous le nom de « Ordre international chevaleresque de tradition solaire »

[34] Papus et Augustin Chaboseau rassemblent en 1890 quelques amis, dont Stanislas de Guaita, Lucien Chamuel, F.-Ch. Barlet, le « nationaliste » Maurice Barrès, Joséphin Péladan, Victor-Émile Michelet dans l’Ordre Martiniste. Papus en est élu grand maître.

[35] La société Théosophique est encore un groupe satanique créé par une franc maçonne, Helena Blavatski, grande amie d’Aleister Crowley, qui a écrit « Lucifer, c’est la lumière divine et terrestre, le saint esprit, et Satan tout à la foi ». Blavatsky passe pour l’égérie du New Age.

[36] Ce groupuscule sataniste, la Golden Dawn, a eu un membre éminent en la personne d’Aleistair Crowley qui a fondé l’Ordo Templi Orientis (OTO). Crowley s’est fait expulser d’Italie pour avoir organisé des rituels sataniste, avec des viols collectifs d’enfants, dans son « abbaye de Thelema ». Crowley prône aussi les pratiques pédophiles et les sacrifices de sang. L’Hermetic Order of the Golden Dawn a été créé par des francs maçons de haut rang.

[37] Voir l’affaire du psychiatre franc maçon Serge Bornstein, qui continue d’exercer et est expert auprès de la Cour de cassation, après avoir défendu la scientologie par laquelle il était aussi rémunéré.

[38] Nazis qu’on retrouve dans le trafic de drogue comme Klaus Barbie, ou dans la CIA par exemple à la tête du programme de contrôle mental MK Ultra…

[39]«  François Durand de Grossouvre, devenu industriel en épousant une héritière du sucre, a été avant tout un homme de réseaux. Anticommuniste, il est passé par l’extrême-droite puis par la résistance pendant la deuxième guerre mondiale, et la franc-maçonnerie. C’est un cadre du réseau mis en place par les américains après la guerre pour lutter contre une éventuelle invasion soviétique. A ce titre, il obtient la concession de Coca-Cola : avec cet argent, il soutient la gauche non communiste, a commencer par le journal l’Express »

[40] D’ailleurs, il était fasciste et nazi pendant la guerre, et a été sauvé du tribunal par les USA, en rejoignant l’US Army Counter Intelligence Corps.

[41] Il s’agit de : François Thual, grand maître d’honneur de la GLCS, et depuis juin 2011, Grand Maître national de la Grande Loge mondiale de Misraïm (GLMM), Thual était aussi professeur de géopolitique à l’Ecole de guerre, René Imbot (ex parton de la DGSE, arrivé après l’affaire du Rainbow Warrior), et Jeannou Lacaze (ex patron du SDECE, puis chef d’etat major des armées, conseiller du ministère de la défense sous Mitterrand, spécialisé dans les relations avec l’Afrique et conseiller de plusieurs dictateurs du coin, il est devenu député européen de 1989 à 1994, puis a créé son parti, l’Union des Indépendants grâce à un financement provenant du côté de Charles Pasqua. Une proche de Lacaze a expliqué « L’UDI est la passerelle qui évitera une hémorragie vers l’extrême droite. Nous voulons piquer des voix à Le Pen en séduisant les militaires »).

[42] Fort Bragg est l’une des plus importantes bases militaires des Etats-Unis. En 1984-85, des allégations d’abus sexuels rituels commis contre des enfants d’une crèche appelée le « Jubilation Daycare » par une certaine Barbara Orr à Fort Bragg ont fait scandale mais il n’y a jamais eu de poursuites. Certains enfants ont décrit des rituels de tortures, de meurtres et de cannibalisme. On sait aussi que des essais sur le LSD y ont été réalisés dans le cadre du projet MK Ultra entre 1955 et 1958 (au moins), selon un rapport du Sénat US datant du 3 août 1977 et portant sur le projet de contrôle mental MK Ultra.

[43] Par exemple, Jo Di Mambro était franc maçon, et aussi membre de l’AMORC depuis 1956.

[44] « L’Affaire Totale », écrit par un certain « Jean-Pierre Vandale » et publié en 2001.

[45] Auteurs de Noir Chirac, Les Arènes, 2002, sur les réseaux de Chirac, en FM ou en Afrique, notamment.

[46] La différence la plus flagrante serait que les satanistes considèrent que l’homme est son propre maître, tandis que les lucifériens estiment que Lucifer est un dieu. La secte Wicca est luciférienne, par exemple.

[47] L’un des buts poursuivis par l’Aube Dorée/golden dawn est d’infiltrer l’armée.

%d blogueurs aiment cette page :