Discours de mouloud hamrouche lors du 40e Jour du décès d’Aït Ahmed


dzactiviste.inf

«L’Etat algérien sera un Etat démocratique ou il ne survivra pas». El Watan, 8 février 2016

 Afficher l'image d'origine

Restituer le parcours d’un militant penseur, organisateur, diplomate et fin stratège en cette circonstance est un exercice hardi. Résumer tant d’événements et de tournants historiques qu’Aït Ahmed a impactés et traversés l’est plus. Il a eu un parcours de combat exceptionnel et a joué un rôle multidimensionnel.

Toujours pour un et même but, toujours pour un même idéal : l’indépendance et la liberté pour ses concitoyens et son pays. Il a été maintes fois affligé par la mort de tant de compagnons tombés au champ d’honneur et par d’autres qui avaient renié leur serment, déserté le combat, dévié de la trajectoire ou simplement changé de camp. Il a connu des moments de gloire, d’exaltation, de tristesse et de chagrin. Mais l’homme a gardé sa foi en ses concitoyens et en leur cause.

Théoricien de la guerre populaire révolutionnaire, combattant et chef de l’Organisation secrète (l’OS), représentant et porte-parole du Mouvement nationaliste à l’extérieur FLN/ALN, il se révélera à cette occasion un fin diplomate, un expert hors pair des rapports mondiaux, des relations internationales et des enjeux de la guerre froide Est-Ouest. Il recommandera à ses compagnons d’exploiter toutes ses failles et toutes ses opportunités. La patrie lui doit deux œuvres monumentales qui ont marqué le cours de l’histoire de la renaissance de l’Algérie. La première est son rapport au comité central à l’occasion du congrès de Zeddine, en 1948, qui débouchera sur la création de l’Organisation secrète (OS).

La seconde est son étude envoyée de prison au Comité de coordination et d’exécution (CCE) né du Congrès de la Soummam pour la formation du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA). A la suite de l’effondrement de l’ordre légal algérien un certain 5 juillet 1830, le nouvel ordre colonial de peuplement va tenter une double substitution. Substituer la souveraineté algérienne par la souveraineté française et remplacer la population algérienne, promise au statut de l’indigénat, par une autre population de colons.

Les Algériens, qui avaient perdu leurs structures légales et leur liberté, ont refusé de renoncer ou d’abdiquer leur souveraineté. Les résistances de l’Emir Abdelkader, Ahmed Bey, Lalla Fatma n’Soumer et de nombreuses autres résistances populaires sporadiques locales, de 1830 à 1880, en témoignent. Des révoltes éclataient en permanence, jusqu’à celle du 8 mai 1945 qui a fait des dizaines de milliers de victimes. Sans gouvernement et sans structures centrales, ces résistances et ces révoltes ont été l’œuvre d’humbles Algériens qui l’ont payé de leur vie, de la vie de leurs familles et de leurs tribus. Ces farouches résistances et ces ténacités ont inspiré le rapport de Zeddine.

En effet, la création de l’OS est venue combler ce déficit. Cette création avait pour but de déceler les volontés à travers les régions du pays, de les réunir et de les préparer au combat final. L’OS, à ce titre, a été la première expression d’une volonté nationale hors cadre de l’ordre colonial et le début d’une représentation nationale réelle.

Cette volonté et cette représentation ont connu leur aboutissement et leur apogée avec le déclenchement de la Guerre de Libération nationale, en 1954. Tous les responsables et la majorité des moudjahidine de la première heure étaient d’anciens membres de l’OS. L’OS, à ce titre, est l’ancêtre de l’ALN. L’ALN est l’ancêtre de l’Armée nationale populaire (ANP). C’est également à Aït Ahmed que l’on doit l’idée de la création d’un gouvernement provisoire de la République algérienne pour affirmer l’existence de la personnalité internationale de l’Algérie.

Imprégné de la même idée et guidé par la même conviction qu’avec l’OS, Aït Ahmed conseilla de transcender tout clivage tribal ou régionaliste en donnant un caractère national et institutionnel aux volontés et aux discours que les nationalistes développaient. Le GPRA sera une institution qui représente le peuple et exprime sa volonté. Un peuple qui combat pour restaurer son Etat, pour retrouver sa liberté et son indépendance. Le GPRA sera aussi l’idée-force pour la mobilisation des masses algériennes.

Constituer un gouvernement provisoire de la République algérienne, c’était donner une autorité officielle à l’Algérie combattante et un interlocuteur au gouvernement français. C’était, surtout, confirmer et annoncer au monde la renaissance de l’Etat algérien. Il prévint ses compagnons tout en les pressant de former un tel gouvernement, car le FLN risquait d’être considéré comme un parti politique qui se battait avec des armes à l’intérieur d’un ordre colonial.

Aït Ahmed avait écrit, un peu plus loin dans sa lettre : «Dans cette phase, la notion de l’Etat au niveau international est plus pertinente que les notions de liberté et d’indépendance.» C’est ce qui a permis d’afficher que la souveraineté nationale réside en dernier ressort dans le peuple et pas uniquement dans des structures légales reconnues. Faut-il rappeler aux amnésiques d’entre nous que l’Etat a été reconnu à partir de septembre 1958 avec la formation du GPRA par le Conseil national de la Révolution algérienne (CNRA). Faut-il ici, maintenant et à cette occasion, convoquer l’histoire d’un combat. Pas toute l’histoire, mais quelques moments forts.

Une histoire non encore écrite dans les manuels scolaires. Une histoire qui s’est abritée dans nos cœurs et dans nos mémoires comme elle s’était abritée dans les cœurs et les mémoires des militants du PPA, de l’OS et du FLN/ALN qui nous l’ont transmise. D’autant qu’il y a aujourd’hui une sorte de révisionnisme qui ne dit pas son nom. Conscients, les pères fondateurs ont opté pour un Etat national central, indépendamment de la forme de l’organisation du territoire national et du mode de son administration. Imprégné de ce que des historiens et des essayistes ont toujours affirmé que notre pays a tout le temps souffert de l’absence d’un pouvoir central qui aurait pu déboucher sur l’édification d’un Etat national.

En conséquence, le pays a subi des échecs à répétition face à des invasions étrangères, malgré les résistances farouches et coûteuses des Algériens. Les envahisseurs et conquérants ont toujours réussi à réduire cette résistance poche par poche et village par village. Le but des pères fondateurs était l’indépendance et l’édification d’un Etat souverain. Ils ne pouvaient concevoir un Etat national souverain sans un peuple souverain. Sans cette souveraineté, il ne peut y avoir de liberté ni de citoyens libres.

Il faut que cet Etat soit d’essence démocratique dans ses institutions et dans son fonctionnement, pour que les Algériens demeurent libres et souverains. Bien plus, il faut que l’Etat national soit aussi social. Le terme social prend ici une autre connotation que celle née de la lutte des classes ailleurs. Conscients de l’état de dénuement et de misère de leurs concitoyens, les pères fondateurs ont inscrit le caractère social de l’Etat au même titre que la souveraineté nationale et la démocratie. Cela signifie que le développement futur devra se faire au profit de tous les Algériens et au bénéfice de tous les constituants nationaux.

L’édification de l’Etat, son fonctionnement démocratique et social doivent se faire dans le cadre des valeurs de l’islam. L’islam est religion du peuple, l’Etat ne doit ni heurter ses valeurs ni les instrumentaliser. Faut-il rappeler que l’ordre colonial a, durant 130 ans, tout fait pour contrôler, administrer et instrumentaliser l’islam. En guise de refus et de défense, la population a pris sous son contrôle la pratique religieuse. C’est pourquoi l’islam était un facteur de préservation et de résistance. L’islam comme la souveraineté se sont abrités dans le cœur des Algériens et non dans des structures.

Faut-il rappeler aussi que durant toute la période de la Guerre de Libération nationale aucun traître ou autre déviationniste n’a été jugé et condamné au nom de la religion. Le Mouvement national du PPA, de l’OS et du FLN/ALN a réfuté les postulats/diktats coloniaux sur lesquels a été inventée la fiction «l’Algérie terre française habitée par des citoyens français et des indigènes, sujets français musulmans». C’est pourquoi l’identité algérienne et la nationalité algérienne sont fortement enracinées et précieuses.

Les pères fondateurs, en clamant haut et fort l’identité algérienne, n’ont jamais contesté les identités locales ou régionales. Mieux, ils ont fait d’elles des constituants de notre identité, de notre nationalité et de l’unité de notre pays. C’est pourquoi seul un Etat démocratique et social est à même de préserver et protéger les droits et libertés de tout constituant et de chacun des Algériens. Comme vous pouvez le relever, la demande démocratique a été formulée et revendiquée au même moment et au même titre que l’indépendance.

La démocratie est un impératif hautement plus important qu’un mode de gouvernance. Les pères fondateurs l’ont porté au même titre que la liberté et l’Etat national. Cessez de croire, cessez de dire et de faire croire qu’elle est née avec le projet américain pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord. Cessez de répéter que la démocratisation est une conspiration occidentale ou une contagion d’un certain printemps arabe. L’Etat algérien sera un Etat démocratique ou il ne survivra pas. C’est le verdict des initiateurs de la renaissance du pays. Observez bien la justesse et la pertinence de leur projet.

Il a été la réponse adéquate à la question de la colonisation de peuplement et à la négation identitaire. Il est aussi un gage précieux pour que le pays ne retombe plus dans les affres, les faiblesses et les antagonismes du passé qui ont fait qu’il était devenu colonisable et colonisé. Ce projet était et est toujours le meilleur rempart pour le pays, son unité, sa liberté, la liberté de tous ses citoyens et la meilleure protection pour chacun des constituants nationaux.

Cet acte fondateur, qui a débuté avec le rapport d’Aït Ahmed au congrès de Zeddine, conforté par la création de l’OS et concrétisé ensuite par la création du FLN/ALN, a été plus qu’une guerre pour le recouvrement de notre indépendance et notre liberté. Il a été aussi pour notre identité, pour la souveraineté du peuple et de la libre pratique religieuse. Ce projet ambitionnait que les Algériens gouvernent librement leur pays. Combien parmi nous savent ou se souviennent que nous n’avions pas d’identité nationale ni de nationalité ? Nous n’avions pas le droit d’accéder au statut de citoyen, car notre territoire a été spolié. Nous étions candidats à l’extinction.

C’est grâce à la vigilance des pères fondateurs, à leur intelligence et à leur capacité de mobilisation et d’organisation que notre peuple a pu renaître et recouvrer son identité et sa nationalité. De ce fait, des Algériens accèdent aujourd’hui à d’autres nationalités. En cultivant l’oubli et en instrumentalisant l’histoire afin de justifier et légitimer l’exercice du pouvoir, nos héros de cette épopée ont été lynchés et tribalisés. L’épanouissement de notre identité est malmené. L’édification de notre Etat national, protecteur de tous les droits et de toutes les libertés, est retardée.

La défense de chacun de nos constituants et des valeurs de notre religion n’est pas totalement assurée.
Notre système de gouvernance, fondé sur un fonctionnement clanique, reproduit d’anciens clivages et rivalités menant à des fragilités et faiblesses. Ce sont ces facteurs que l’ordre colonial avait utilisé et exploité pour effacer la personnalité internationale de l’Algérie, détruire sa souveraineté nationale et diluer son identité. Demain sera-t-il comme hier, la primauté du national sur le tribal et du collectif sur l’individuel pour un Etat démocratique et social, protecteur de toutes les libertés, contre toute omnipotence sauf celle de la loi ?

Un peuple souverain, ce sont des hommes et des femmes libres et des citoyens égaux. Certes, la proclamation de Novembre n’a pas tranché la question de la gouvernance, à juste titre, car les pères fondateurs avaient foi et confiance en leurs concitoyens pour élire leurs gouvernants et les congédier. Ce sont des citoyens souverains et libres qui accomplissent la dimension démocratique de l’Etat national en se donnant des institutions et des règles qui les gouvernent. C’est à eux aussi de concrétiser sa dimension sociale en instaurant des règles de contrôle, la responsabilité/comptabilité et la censure de la gouvernance.

L’Etat démocratique et social, à même de garantir et de protéger nos droits et nos libertés, est toujours en suspens. Alors qu’il est le seul à pouvoir garantir les droits de tous les constituants, petits et grands. L’Etat national a été rétabli par le peuple, par les enfants de ce peuple. L’Etat algérien n’a pas été rétabli par une quelconque autorité interne ou externe ou par une faction ou un clan mais par l’ensemble des constituants de la nation.

Le retour de Si El Hocine au pays, en 1989, a été à la fois un espoir retrouvé et une contribution à l’ouverture politique. Il avait estimé que la Constitution du 23 février 1989 allait réenclencher le processus de refondation de l’Etat algérien démocratique et social. Sa candidature à la présidentielle de 1999 a été pour lui l’occasion de rencontrer, de nouveau, l’Algérie de ses rêves, de retrouver l’esprit qui était le sien et celui de ses anciens compagnons du PPA, de l’OS et du FLN/ALN. Ainsi que les militants FFS, son parti post-indépendance.
Fortement enraciné dans le village de ses ancêtres. Fortement ancré et attaché à cette terre, son pays, l’Algérie.

Cet enracinement et cet ancrage ont fait de lui un nationaliste sans concession. Plus encore, ils ont fait de lui un Maghrébin sans faille et un militant engagé pour les causes arabes, notamment celle de la Palestine. Mieux, il a été un humaniste et un universaliste. Est-ce que ce sont toutes ces dimensions qui ont fait que le tribaliste s’en revendique, que le régionaliste s’en revendique, que le nationaliste s’en revendique, que le Maghrébin s’en revendique et que l’internationaliste s’en revendique ?

Est-ce pour toutes ces raisons que dès l’annonce du décès de Si El Hocine, des éloges, des hommages et des glorifications ont fusé de partout et de tous, même de ceux qui n’ont jamais apprécié sa fidélité au serment fondateur de la renaissance de l’Algérie et sa ténacité pour la liberté et la démocratie ? Auraient-ils souhaité aussi prononcer la petite phrase «mission accomplie» ? Ce qui aurait permis de tourner la page, d’oublier le serment fondateur de l’Algérie, d’innocenter toutes les désertions et de justifier tous les reniements. Mais les Algériens et surtout les jeunes, conscients et lucides, ont clamé haut et fort leur attachement à la liberté et à la démocratie.
Mouloud Hamrouche

Soixante-dix ans de harcèlement contre les gouvernements et le peuple européens


voltairenet.org

par Andrey Fomin

Contrairement aux apparences, si les États-Unis ont décidé d’enquêter et de mettre au jour d’éventuels soutiens russes aux partis anti-européens, leur but n’est pas de protéger les Européens de quelque ingérence étrangère. C’est même plutôt l’inverse. Depuis soixante-dix ans, Washington manipule la politique de l’Europe de l’Ouest et empêche la mise en place d’une véritable démocratie.

JPEG - 46.7 ko

Un article retentissant publié dans The Telegraph nous apprend que le directeur du renseignement états-unien a été récemment diligenté par le Congrès pour « mener une enquête de grande envergure sur le financement occulte de partis politiques européens par la Russie au cours de la dernière décennie [1]. » Cette révélation, une fuite contrôlée, classique du genre, a pour but de mettre en garde toutes les entités politiques européennes insoumises, fortifiées par le soutien populaire, et de les inciter à revoir à la baisse leurs ambitions de rééquilibrage de la souveraineté de leur État au sein de l’Union européenne. Le parti Jobbik en Hongrie, Aube dorée en Grèce, la Ligue du Nord en Italie et le Front national en France sont explicitement cités dans la liste des suspects. L’article laisse entendre que d’autres partis en Autriche, en République tchèque et aux Pays-Bas, sans être cités nommément, font l’objet des « investigations des services de renseignement US ». Même le nouveau chef du Parti travailliste britannique, Jeremy Corbyn, est suspecté de s’amouracher des Russes. Le message est clair : toute personnalité politique qui ose remettre en cause l’expansion de l’Otan vers l’est, les mesures de sanctions envers la Russie ou la position actuelle de l’Europe dans le conflit ukrainien est considérée comme un agent, de plein gré ou à son insu, de la guerre multiforme menée par la Russie.

Tout cela serait amusant si ce n’était pas dangereux. À la vérité, tout observateur impartial se poserait quelques questions élémentaires : pourquoi les agences de renseignement états-uniennes s’intéressent-elles donc tant aux enjeux de la sécurité intérieure en Europe ? N’est-ce pas les mêmes agents qui financent, recrutent et manipulent d’innombrables personnes, organisations politiques et médias européens ? Pourquoi les États-Unis lèvent-ils si ostensiblement le voile sur leur domination sur l’Europe ?

La réponse politiquement correcte à ces interrogations s’articule autour du rôle salvateur des États-Unis en Europe contre la « menace communiste » après la Seconde Guerre mondiale, où ils ont permis une reprise rapide de l’économie et de la protection que leur parapluie nucléaire garantit encore aujourd’hui sur le continent. Peut-être. Mais l’analyse du contexte historique commence avec le plan Marshall. D’abord, parce qu’il ne fut lancé qu’en 1948. La capitulation nazie datant de mai 1945, un lecteur mal informé pourrait en déduire que les États-Unis travaillaient depuis trois ans à la préparation de ce programme d’investissements massifs pour l’Europe… et il aurait tort. Lors de la seconde conférence de Québec en septembre 1944 (portant le nom de code « Octogone »), le Président des États-Unis, F. D. Roosevelt, et son secrétaire au Trésor, Henry Morgenthau Jr, soumirent au Premier ministre britannique, Winston Churchill, leur programme post-capitulation pour l’Allemagne [2]. Ce document secret envisageait la partition et la démilitarisation complète de l’État allemand. Il prévoyait la division de l’Allemagne en deux États indépendants. Les centres miniers et industriels, dont le protectorat de Sarre, la Ruhr et la Haute-Silésie devaient être internationalisés et annexés par la France ou la Pologne. En voici quelques extraits :

-  Les forces armées [états-uniennes] entrant dans les zones industrielles [allemandes] devront procéder à la destruction de toutes les usines et de tous les équipements qui ne pourraient pas être immédiatement déplacés.
-  Dans un délai de six mois après l’arrêt des hostilités, toutes les usines et tous les équipements industriels qui n’auraient pas été détruits par l’armée seront tous soit démantelés ou déplacés hors zone, soit complètement détruits.
-  La population de ces régions sera informée que, désormais, aucune industrie ne sera autorisée à s’implanter dans les zones démantelées. Ainsi, les ouvriers qualifiés et expérimentés seront encouragés à émigrer définitivement avec leur famille et dispersés dans tout le pays.
-  Les stations de radio, les journaux, magazines, hebdomadaires, etc. seront tous suspendus jusqu’à ce que des contrôles adéquats soient mis en place et un programme approprié adopté.

 

Ce programme de reprise post-conflit mondial pour l’Allemagne est connu sous le nom de Plan Morgenthau. La célèbre directive du Comité des chefs d’état-major interarmées 1067 adressée au Commandant en chef des Forces d’occupation états-uniennes en Allemagne, officiellement publié en avril 1945, était parfaitement calquée sur ce document initial [3].

PNG - 318.9 ko
La partition de l’Allemagne d’après les dispositions du plan Morgenthau de 1944

Le plan Morgenthau s’avéra rapidement être une erreur stratégique. Les États-Unis sous-estimaient l’impact culturel et idéologique que les Soviétiques allaient avoir sur la société européenne. Ne se fiant qu’à leur propre jugement, les stratèges US ne saisirent pas la force d’attraction exercée par le système socialiste sur la majorité de la population des nations libérées. Les organes politiques se réclamant du socialisme et du communisme remportaient des élections démocratiques et faisaient croître leur influence, non seulement en Europe de l’Est, mais aussi en Grèce, en Italie, en France et dans d’autres pays européens (voir les succès de Palmiro Togliatti et de Maurice Thorez, pour ne citer qu’eux). Progressivement, les États-Unis se rendirent compte que la désindustrialisation qu’ils voulaient imposer à l’Europe pouvait favoriser une réindustrialisation à la soviétique et ainsi mener à la domination de l’URSS sur le continent… C’est ainsi que les États-Unis durent prestement remplacer le plan Morgenthau par celui qui porte le nom du secrétaire d’État d’alors, George Marshall… Pendant quatre années, le plan Marshall a arrosé l’Europe de douze milliards de dollars répartis entre crédits, prêts, donations, etc. dans le but d’acheter… les moyens de production et les marchandises US. Le plan Marshall a indubitablement revivifié l’économie des nations européennes, mais son effet positif principal reste l’impact sur l’économie… états-unienne. Parallèlement, une vague de répression politique déferlait en Europe, et plus significativement en Allemagne.

Les médias ont largement occulté l’initiative soviétique de 1950 qui prévoyait son retrait de RDA et la réunification de l’Allemagne démilitarisée, neutre et non-alignée, dans l’année suivant le traité de paix. La résolution adoptée à la Conférence de Prague entre les ministres des Affaires étrangères du bloc soviétique, le 21 octobre 1950, proposait la mise en place d’une Chambre constituante composée de représentants de toute l’Allemagne à égale mesure entre les membres issus de RFA et de RDA afin de « préparer la formation du gouvernement provisoire démocratique, souverain et pacifique d’une Allemagne unie. » Nul besoin de préciser que le gouvernement états-unien et l’administration ouest-allemande de Bonn s’opposèrent avec virulence à cette proposition [4]. Le référendum, proposé aux électeurs des deux parties de l’Allemagne, sur la question « Êtes-vous contre la remilitarisation de l’Allemagne et pour la ratification du Traité de paix de 1951 ? », ne fut officiellement reconnu que par la seule RDA (avec 96 % des suffrages en faveur du « oui »). En RFA, les autorités téléguidées par les États-Unis se gardèrent bien d’y répondre de manière démocratique. Elles refusèrent de reconnaitre les résultats partiels du référendum qui se tenait depuis le mois de février 1951 (parmi les 62 millions de citoyens de l’Allemagne fédérale ayant voté jusqu’en juin 1951, 94,4 % s’exprimaient pour le « oui ») [5] et, le 11 juillet, promulguèrent un amendement draconien à la loi pénale (la Loi éclair de 1951). Cet acte législatif prévoyait des poursuites pour haute trahison et des sanctions comprises entre 5 et 15 ans de prison contre tout individu se rendant coupable d’importer des productions littéraires censurées, de critiquer le gouvernement ou d’avoir établi des contacts non signalés avec les représentants de RDA. Cet amendement fut utilisé dans plus de 200 000 actions judiciaires menées contre 500 000 membres du Parti communiste et d’autres partis de gauche entre 1951 et 1968. Des dizaines de milliers de personnes furent condamnées à des peines d’emprisonnement et la plupart de ceux qui furent « blanchis » ne reprirent jamais leurs activités politiques. En 1953, plusieurs amendements supplémentaires abolirent purement et simplement le droit de réunion et, en 1956, le Parti communiste d’Allemagne était interdit en RFA.

Daniel Burkholz, dans son documentaire de 2012, “Verboten – Verfolgt – Vergessen” (Interdits, suivis, oubliés : un demi-million d’ennemis publics) fournit de nombreuses informations supplémentaires. Étonnamment, la vidéo n’est plus accessible sur Youtube.

JPEG - 35 ko

La répression politique menée en Allemagne des années 1950 aux années 1980 est un sujet particulièrement tabou en comparaison de celle qui sévissait dans d’autres pays d’Europe au cours de la même période. Une résonance médiatique bien plus importante a été offerte à l’opération Gladio en Italie, à la dictature des colonels en Grèce et à l’assassinat de personnalités politiques publiquement déclarées en faveur d’un compromis avec le Bloc soviétique, comme l’Italien Aldo Moro abattu en 1978 et le Premier ministre suédois Olof Palme en 1986. Les révélations faites par l’ancien correspondant du Frankfurter Allgemeine Zeitung, Udo Ulfkotte, dans son livre Journalistes soudoyés (Gekaufte Journalisten) consacré aux mécanismes de manipulation des populations par les médias en Allemagne (cela nous rappelle le plan Morgenthau) ne constituent que la partie émergée de l’iceberg.

JPEG - 45.8 ko

L’absence quasi-totale de réaction de la part de Berlin après les révélations d’Edward Snowden à propos de la surveillance électronique systématique des dirigeants allemands par la NSA (National Security Agency) tend à confirmer que l’Allemagne a pris acte de la perte de sa souveraineté et que, dès lors, elle n’a plus rien à perdre.

Ce bref rappel des faits et une lecture plus attentive de l’article duTelegraph n’entament-ils pas votre conviction que les États-Unis sont les garants de la souveraineté européenne ? En justifiant la surveillance et la pression exercée sur les gouvernements et la société civile en Europe par le prétexte d’une prétendue « menace russe », l’oncle Sam ne chercherait-il pas plutôt à servir son objectif premier : conserver son pré carré ?

Traduction
Nathalie Krieg

Source
Oriental Review (Russie)

 


[1] « Russia accused of clandestine funding of European parties as US conducts major review of Vladimir Putin’s strategy. Exclusive : UK warns of « new Cold War » as Kremlin seeks to divide and rule in Europe » (La Russie soupçonnée de financement occulte au profit de partis politiques en Europe dans l’enquête à grande échelle menée par les autorités américaines sur la stratégie de Vladimir Poutine. Exclusif : Le Royaume-Uni s’inquiète d’une “nouvelle guerre froide‟ à propos de la volonté du Kremlin de diviser et de régir l’Europe), Peter Foster & Matthew Holehouse, The Telegraph, 16 janvier 2016.

[2] “Suggested Post-Surrender Program for Germany” (Proposition de programme post-capitulation pour l’Allemagne), F. D. Roosevelt, Septembre 1944.

[3] “Directive to the Commander in Chief of the U.S. Occupation Forces (JCS 1067)” (Directive au Commandant en chef des Forces d’occupation en Allemagne), avril 1945.

[4] “Notes for Eastern Element’s Briefing of General Mathewson” (Notes sur les instructions du général Mathewson en Europe de l’Est), 15 février 1951. Publié in Foreign Relations of the United States 1951, Volume III, Part 2, European Security and the German Question (Document 341).

[5] “Flusslandschaft 1951. Frieden”, Protest in München.

Françalgérie, crimes et mensonges d’États


  Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

Ouvrage : Françalgérie, crimes et mensonges d’États Histoire secrète,de la guerre d’indépendance à la « troisième guerre >> d’Algérie

Auteurs : Lounis Aggoun – Jean-Baptiste Rivoire

Année : 2004

 

La violence qui a ravagé l’Algérie à partir de 1992 nous a été présentée comme une guerre d’intégristes islamistes contre des militaires se battant pour sauver la démocratie. Quant à la France, elle se serait contentée d’une bienveillante « neutralité ». Comme le montrent, preuves à l’appui, les auteurs de ce livre explosif, ce scénario est en fait une vaste construction médiatique. En s’appuyant sur six ans d’enquête, en Europe et Algérie, des dizaines de témoignages et des centaines de sources, ils expliquent comment, dès 1980, un petit groupe de généraux algériens a conquis progressivement le pouvoir, tout en développant les réseaux de corruption de la « Françalgérie ». Ces hommes ont ensuite instrumentalisé l’islamisme radical, avant de lancer une terrible « troisième guerre d’Algérie », en multipliant les opérations « attribuées aux islamistes » : assassinat du président Boudiaf, meurtres d’intellectuels, massacres de civils et de militaires… Pour faire pression sur la France, leurs services secrets ont organisé de spectaculaires et meurtrières actions de « guerre psychologique » contre des citoyens français, en Algérie comme dans l’Hexagone. Pour la première fois, ce livre démonte les rouages de l’extraordinaire machine de mort et de désinformation conçue par les généraux algériens, et les complicités dont ils ont bénéficié en France, pour cacher à l’opinion publique occidentale le seul but de la guerre qu’ils mènent contre leur propre peuple : se maintenir au pouvoir à tout prix, pour conserver les milliards de dollars de la « corruption pétrolière».

suite…

francalgerie crimes et mensonges detats

Géopolitique, Russie, Terrorisme, Finance (Charles Gave, Studennikov, Carmoy, Olivier Berruyer)


Afficher l'image d'origine

« Le système économique mondial est dirigé par une ploutocratie mafieuse » dixit Charles Gave.

Le Blog de la Résistance

Géopolitique, Russie, Terrorisme, Finance (Gave, Studennikov, Carmoy, Berruyer) 6/11/15

Voir l’article original

QUOTIDIEN ECONOMIQUE GRATUIT de Charles SANNAT – Édition du 18-19-20-23-24-25-26 juin 2014


Charles SANNAT

 

http://www.lecontrarien.com

 

« Finalement, toutes les prévisions économiques sont fausses ! »

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

L’année dernière, je dénonçais avec force ce que j’appelle le grand mensonge des « prévisions » qui sont fausses, ce que tout le monde sait bien mais que l’on publie tout de même et que l’on reprend en boucle dans les médias afin de rassurer le petit peuple sur son avenir qui sera forcément meilleur que son présent.

Imaginez un seul instant que l’on vous dise « brave peuple de France, la situation est dramatique et c’est parti pour durer encore de très nombreuses années, préparez-vous » ! Excusez-moi, oui, je sais, c’est ma femme qui me tape sur les épaules et qui me dit que c’est exactement ce que je vous dis et vous répète à longueur d’article, mais tout le monde sait bien que ce que je dis, moi, n’a aucune importance (hormis de servir de psychothérapie de groupe à toute notre petite communauté de contrariens et de contrariennes, ce qui fait déjà du bien). Non, ce qu’il faut imaginer c’est si notre Premier ministre Manu par exemple arrivait au JT de TF1 pour dire cela, le tout frappé du sceau de la déclaration « officielle ». Là, cela aurait de la valeur, et puis cela mettrait également un beau bazar, les uns se précipitant au supermarché se ruer sur les boîtes de raviolis et les autres se mettant à épargner comme des forcenés et enfin les petits patrons en refusant de recruter qui que ce soit car mieux vaut être prudents.

Imaginez donc si nos dirigeants nous expliquaient véritablement la gravité de la situation ce qu’il se passerait et la panique que cela amènerait. Il est important, non, en fait il est primordial de rappeler ce pont précis car c’est exactement la raison pour laquelle vous n’entendrez jamais un politicien, un ministre ou un officiel quelconque vous expliquer les dangers auxquels nous allons être confrontés dans les mois qui viennent.

Alors comme ceux qui nous dirigent ne peuvent pas nous dire la vérité, ils nous racontent de beaux mensonges, de belles fables et nous faisons semblant d’y croire parce que nous avons envie au fond de nous d’y croire. Nous voulons par-dessus tout que tout redevienne comme avant. C’est normal, c’est l’un des fonctionnements du psychisme humains et cela porte le très juste nom « d’aveuglement volontaire ».

Le grand mensonge des prévisions depuis 7 ans. Promis, l’année prochaine c’est la reprise !!

À moins d’être sur une île déserte, vous avez été soumis depuis 7 ans avec une constance à toute épreuve à cette grande supercherie des prévisions économiques que l’on fait l’année N pour l’année N+1, c’est-à-dire pour l’année prochaine. Je vais donc faire appel à votre mémoire et pour ceux qui n’en ont pas, ce n’est pas grave, « Google », lui, a de la mémoire, alors vous pourrez vous amuser à faire quelques recherches pour vous rafraîchir les esprits si vous ne me croyez pas.

Depuis 7 ans donc (le début de la crise en 2007), on nous a toujours promis que l’année prochaine nous allions voir ce que nous allions voir… et que si cette année c’était encore difficile et compliqué, les perspectives pour l’année prochaine étaient très… prometteuses, la croissance allait enfin revenir, nous serions bénis des dieux et nous nagerions dans une félicité collective tout en nous baignant dans des flots d’argent et de richesses (cela donne envie non ?).

C’est en tout cas le message que l’on vous délivre invariablement vers les mois d’octobre, novembre et décembre. Puis au premier trimestre de l’année suivante, on est légèrement déçu, mais ce n’est pas grave car il reste encore 3 trimestres pour redresser la barre (au cas où, une année se divise en 4 trimestres, comme mes appels de charges de copropriété…).

En général, on trouve toujours une excuse pour justifier les mauvais chiffres du premier trimestre, cette année par exemple ils ont fait fort puisque c’était à cause du froid aux USA, le fait que ce soit en Floride et en Californie (deux États à l’abris de la neige), que la croissance a le plus baissé n’a même pas ému le moindre analyste, puisque si tout le monde ou presque connaît désormais les chercheurs qui ne trouvent pas beaucoup, il y a aussi les analystes qui n’analysent pas grand-chose…

Lorsque les chiffres du deuxième trimestre commencent à être connus (que la tendance est perceptible), c’est le moment où l’on fait la première « révision » des prévisions de croissance de l’année en cours. Puis le trimestre prochain, on fera la même chose (en trouvant une excuse du type il a fait froid cet hiver, chaud cet été, et entre-temps Poutine, le grand méchant loup vilain, eh bien avec ses bêtises il a fait baisser la croissance mondiale, on ne pouvait pas savoir ce n’est pas de notre faute).

Enfin, nous finirons l’année avec une croissance de 0,5 % en France (et encore je suis optimiste) et de 1,5 % aux USA, et encore sans tenir compte ni de l’inflation et encore moins des injections d’argent tout frais de la FED qui, bien qu’elle imprime de moins en moins, imprime quand même encore !

Et comme nous aurons fait des révisions de prévisions tout au long de l’année, nous finirons 2014 sur des communiqués de victoire du type : « Conformément aux prévisions, la croissance en 2014 s’est établie à x % blablablablabla. » Puis l’on recommencera le même cirque en vous expliquant que les perspectives pour l’année prochaine (2015) sont absolument ébouriffantes et que le chômage devrait commencer à reculer enfin et que l’on va tous s’enrichir. Entre-temps, les fêtes de fin d’année occuperont l’esprit de la plèbe que nous sommes.

Nous pourrons donc à nouveau recommencer un tour de manège et, encore une fois, cela fait 7 ans que ça dure. Le pire c’est que cela fonctionne à merveille et que les dirigeants pilotent ainsi le « moral » des peuples à coups de cric, de pompes et de mensonges et qu’encore une fois, nous préférons y croire puisque l’être humain est en réalité fondamentalement « optimiste », génétiquement « optimiste » donc pas ou peu réaliste. Il s’agit là encore une fois d’un ressort de la psychologie humaine qui, pour supporter son présent et ses difficultés, a besoin de pouvoir se projeter dans un futur où cela « ira mieux demain ». L’espoir fait vivre, et si vous êtes pessimiste, on vous range vite dans la catégorie des dépressifs !

On rentre dans la saison des révisions !

Pas celles du Bac bien sûr, il est un peu tard pour se mettre à travailler maintenant, en revanche nous rentrons dans la saison des révisions des prévisions, et aujourd’hui nous avons eu deux perles, mais alors vraiment nous avons été particulièrement gâtés.

Déficit : la Cour des comptes prévoit un nouveau dérapage proche de 4 % en 2014

La Cour des comptes vient de publier un nouveau rapport (que vous trouverez en bas de page) assez sévère sur les finances publiques en pointant du doigt un nouveau risque de dérapage du déficit public et de la dette.

Le déficit pourrait donc dépasser cette année les 4 % et la dette de notre pays franchir le cap des 2 000 milliards d’euros, ce que je dis et répète depuis des mois et des mois.

Il se pourrait même, selon la Cour des comptes, que les prévisions de croissance du gouvernement soient erronées et que l’on n’atteigne pas les 1 % de croissance… Sans blague ! Moi qui croyais que la courbe du chômage allait s’inverser…

En plus, ce n’est pas avec la loi Alur que l’argent issu des « frais de notaires » qui ne sont en réalité que des impôts pris par l’État va se précipiter en courant dans les caisses de notre État dispendieux vu que maintenant pour signer une promesse de vente il faut quelques mois au lieu de quelques jours… Or il s’agit de sommes considérables. Pareil pour la construction neuve, la TVA et tout ce qui s’ensuit. Je ne parle même pas des bénéfices des entreprises qui fondent comme neige au soleil et des déficits accumulés à tous les niveaux.

Alors finalement, on se rendra compte que l’on dépense encore trop, qu’il faut faire encore de la rigueur et de l’austérité et que plus on vous annoncera des baisses d’impôts plus ces derniers vont augmenter parce que, tout simplement, il n’y a pas le choix… Pourtant, il me semble que les prévisions étaient bonnes et que l’État était sur la « bonne trajectoire », que ce qui était important d’ailleurs c’était cette fameuse « trajectoire ». Vous vous souvenez ?

Le FMI moins optimiste sur la croissance US

Traversons l’Atlantique, puisque l’on nous explique depuis deux ans qu’aux États-Unis c’est la reprise, c’est fabuleux, c’est la croissance et le chômage est au plus bas, ce qui n’empêche pas le nombre de pauvres d’être au plus haut et là encore, personne ne se pose de question sur des incohérences statistiques majeures.

Bref (vous pourrez vérifier sur cet article du Figaro qui ne fait que relayer une dépêche d’Agence de Presse), le FMI a revu sa prévision de croissance aux États-Unis en baisse pour 2014 en la passant de 2 % contre 2,8 % prévus jusqu’à présent.

Le FMI découvre aussi qu’il y a plein « d’incertitudes » qui pèsent sur l’économie américaine, que l’emploi ne se porte pas si bien que cela, et que ce serait peut-être une bonne idée que de ne pas relever tout de suite les taux d’intérêts de la FED… sans blague.

En fait, le FMI vient presque de vous dire tout haut ce que je pense tout bas depuis des mois : il n’y a pas de véritable croissance aux USA autre que celle créée artificiellement par la Banque centrale américaine et ses injections massives de monnaie depuis le début de la crise en 2007.

Vous l’aurez donc compris, il faut bien avoir présent à l’esprit que les prévisions économiques ne sont que des supports de « désinformations » et de « manipulations » des masses laborieuses. Il s’agit d’un élément stratégique et c’est la raison pour laquelle, que ce soit dans l’ex-URSS ou dans notre monde « ultralibéral » d’aujourd’hui, les statistiques et les chiffres ont autant d’importance.

Jamais vous n’entendrez la vérité de la bouche d’un dirigeant car il ne peut tout simplement pas la dire, donc ne l’attendez pas.

La conséquence logique est que l’on vous sert donc inévitablement des chiffres faux ou tronqués afin « d’apaiser » les foules. Vous pouvez en avoir la certitude en écoutant bien ce qui se dit tout au long d’une année, en regardant ce que l’on vous annonce, puis comment tout au long de l’année on « corrige » puis comment pour les prévisions de l’année prochaine on vous fera encore un nouveau scénario rose. L’idée est juste de vous emmener par le bout du nez toujours un peu plus loin et, évidemment, trop contents d’être rassurés à peu de frais, l’écrasante majorité de nos concitoyens, aveugles volontaires, plongent à pieds joints dans un piège qui se referme sur eux. Un piège où le rêve est doux.

Je peux donc vous annoncer sans risque de me tromper que les prévisions de croissance pour 2015 s’annoncent enfin de très bon augure… sinon ce sera en 2016, ou promis, juré, en 2017 nous ne saurons plus quoi faire d’un taux de croissance stratosphérique.

Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement http://www.lecontrarien.com.

Source article du Figaro sur la croissance américaine revue en baisse ici

Retrouvez le rapport complet de la Cour des Comptes en téléchargement sur le site du Contrarien.com

 

Le rapport complet de la Cour des comptes

Vous trouverez ci-dessous le rapport complet de la Cour des comptes ainsi que les mesures évidemment assez fortes que la Cour préconise afin de redresser au moins un tout petit peu les finances de notre pays en bien mauvaise posture. Il n’y a aucune surprise là-dedans, simplement un jour nous finirons par être obligés de… read more.

 

Une nouvelle politique de la ville plutôt mieux que celle d’avant !!

Vous savez à quel point je suis critique, pourtant, pour le moment, la nouvelle politique de la ville me semble prendre une orientation pour le moins intéressante et cette nouvelle approche mérite d’être essayée. En effet, fini les ZUS, CUCS, ZRU, ZFU et autres dispositifs qui s’empilent tous. Désormais, le critère est objectif et il s’agit… read more.

 

La Suisse abaisse légèrement ses prévisions de PIB pour 2014 et 2015

GENÈVE, 17 juin – La Suisse a légèrement abaissé ses prévisions de produit intérieur brut (PIB) pour les années 2014 et 2015, en raison du développement timide des exportations, selon un communiqué publié mardi par le Secrétariat d’État à l’économie (SECO) de Suisse. Le PIB de la Suisse augmenterait désormais de 2,0 % en termes réels… read more.

 

Situation en Irak : résultat de la politique US & consorts

Il est des choses dans la vie qui sont prévisibles comme le chaos irakien actuel et la montée inexorable de ceux-là même les « terroristes » que les Américains voulaient combattre, c’était tellement prévisible que Chirac, alors président de la République, avait courageusement refusé d’engager notre pays dans cette aventure qui était perdue d’avance. Il faut beaucoup… read more.

 

Sud-est de l’Ukraine : un nettoyage ethnique se prépare !

« Un nettoyage ethnique », souvenez-vous, la dernière fois que cette expression a été utilisée c’était pour parler de la purification ethnique déjà en plein cœur de l’Europe puisqu’il s’agissait de l’ex-Yougoslavie où les Serbes, les Croates, les Bosniaques se sont entre-tués consciencieusement aidés par les différents pays européens dont la France et l’Allemagne qui se sont… read more.

 

La Russie doit développer les énergies alternatives (Medvedev)

Lorsque le Premier ministre fait ce genre de déclarations, ce n’est pas pour amuser les petits oiseaux ou prendre soin des fleurs, ce dont il se fiche comme d’une guigne. Non, si Medvedev fait ce type de déclaration c’est que les réserves russes ne sont pas éternelles et qu’il faut bien que la Russie elle… read more.

 

 

« Le Conseil mondial de l’or organise une conférence interprofessionnelle sur la modernisation de la fixation du cours de l’or ! »

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Nous autres, les amateurs de métal précieux qu’il soit d’or ou d’argent, traversons une période particulièrement difficile depuis plus d’un an maintenant. La consolidation fut importante et assez prévisible, et celle qui eut lieu en 1976 fut d’ailleurs encore plus violente et plus forte avant de voir l’or s’envoler à nouveau vers ses plus hauts qu’il atteindra en 1980.

Entre les manipulations des cours de l’or désormais parfaitement avérées et prouvées – puisque la Barclays a écopé d’une amende (hélas trop symbolique) pour des faits de cette nature –, les tendances déflationnistes de l’économie en particulier en Europe qui jusqu’à présent se refuse à lutter contre la déflation par l’inflation (en imprimant de l’argent comme le fait la Banque centrale américaine), les cours de l’or n’arrivent pas à repartir franchement de l’avant.

Si en façade tout semble donc bien calme avec des cours oscillant entre 1 200 et 1 400 dollars l’once (en gros), depuis le début de l’année, en arrière-boutique, les choses bougent, les choses changent et des bouleversements majeurs semblent se profiler, ce qui à l’arrivée ne pourra qu’être profitable au métal jaune surtout que cela va s’ajouter à la fin de la consolidation. Nous arrivons donc à l’aube d’une période très favorable. Enfin !

World Gold Council réunit un groupe interprofessionnel sur la modernisation du fixing de l’or à Londres

L’information est d’importance. En effet le World Gold Council, qui est l’organisme de « développement de marché pour l’industrie de l’or » (il s’agit donc d’un organe professionnel destiné à représenter les industriels de l’or), a annoncé aujourd’hui qu’il allait organiser une conférence afin d’explorer la réforme du fixing des cours de l’or à Londres !! Si rien n’est fait, ce n’est évidemment pas une petit nouvelle, au contraire, et cela doit être apprécié au regard de la fin du fixing sur l’argent annoncé pour août 2014 et aux différentes enquêtes en cours sur les manipulations des cours par les différents intervenants. Enfin, et c’est très important, si le cours de l’or a pu être « coiffé » jusqu’à présent par les bullion banks, il est fort probable que ces dernières ne réussiront pas à tenir le cours lors de la prochaine vague haussière. Tous ces éléments rentrent donc en résonance et devraient logiquement aboutir à de nouveaux modes de fixation des prix de l’or vraisemblablement plus justes et certainement plus « haussiers ».

Autre idée d’ailleurs, il n’y aurait rien de mieux que des cours très élevés pour ralentir l’accumulation d’or par les Chinois, or les Chinois comme les Russes se servent désormais de l’or comme alternative (très partielle certes) au dollar. Alors pourquoi leur vendre à très bas prix de l’or physique qui pourrait s’avérer si précieux dans les années à venir ?

En tout état de cause, la première réunion de cette grande conférence aura lieu le 7 Juillet à Londres. L’Autorité de conduite financière, qui est l’autorité de tutelle britannique officielle, sera présente en tant qu’observateur et les représentants des bullion banks, les raffineurs, les ETF et, de façon générale, tous les autres promoteurs de produits d’investissement en or, les organismes liés à l’industrie, les représentants des banques centrales et des sociétés minières seront invités individuellement à participer… C’est donc tout le gotha du gold qui va se retrouver dans les prochains jours à Londres.

Natalie Dempster, la directrice générale en charge des banques centrales et des politiques publiques au World Gold Council, a ainsi déclaré:

« Le processus de fixation a été créé il y a presque un siècle, il n’est donc pas surprenant que ce dernier doive changer pour répondre aux attentes actuelles du marché pour une meilleure régulation, pour plus de transparence et en prenant en compte les nouvelles possibilités liées à la technologie.

La modernisation du système de fixing est impérative afin de maintenir la confiance. »

Cette réforme, selon le communiqué du Conseil mondial de l’or, doit « répondre aux besoins de tous les participants du marché et aux exigences d’aujourd’hui en matière de transparence, de liquidité et une surveillance indépendante ».

En clair, le World Gold Council plaide sans ambiguïté pour la mise en place d’une cotation électronique qui pourrait bien enfin voir le jour. Évidemment, cela serait de nature à tout changer. Les bullion banks pourraient laisser faire pour la simple et bonne raison que cela les mettrait à l’abri d’éventuelles poursuites mais surtout elles auraient nettement moins de risques de contrepartie à gérer… et compte tenu de la situation et si l’or devait s’envoler, elles pourraient essuyer des pertes considérables et de nature à provoquer leur faillite.

Je pense qu’il est donc temps pour tous les acteurs de l’or de trouver de nouvelles méthodes, de limiter les risques et de laisser le métal jaune s’apprécier comme il se doit.

Le ministère du Commerce indien souhaite la réduction des droits sur l’or

Si les « emmerdes volent en escadrille » comme le disait si élégamment Jacques Chirac avec son habituel langage fleuri en privé, les bonnes nouvelles aussi !

Côté indien, après plus d’un mois d’élection, l’opposition a pris le pouvoir et souhaite mettre fin aux restrictions sur les importations d’or. C’est une information capitale car l’Inde est historiquement le premier marché pour l’or. La Chine est devenu le premier importateur uniquement en raison des restrictions et des taxes que le gouvernement indien précédent avait imposées (notamment pour faire plaisir aux autorités américaines qui ne voulaient pas que l’or monte).

Le ministère du Commerce a vigoureusement plaidé pour la suppression des restrictions à l’importation sur l’or dans le prochain budget pour l’exercice 2014-15 en baissant les droits d’importation sur l’or et en rétablissant la normalité dans les procédures d’importation, puisque le déficit des comptes courants est beaucoup plus faible aujourd’hui par rapport à l’année dernière !

Alors que cela fait plus d’un an que les cours de l’or ont chuté mais sont stabilisés durablement (ce qui veut dire que la baisse est enrayée), le retour des Indiens sur le marché de l’or alors qu’ils ont été privés d’acquisition de métal jaune – ce qui signifie qu’il y aura un effet de rattrapage fort (même si il est difficile à quantifier) –, et un nouveau mode de cotation de l’or, sans oublier une crise économique loin, très loin d’être finie, sont autant d’ingrédients qui pourraient permettre à l’or de s’envoler enfin vers les sommets qui devraient être les siens.

Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement http://www.lecontrarien.com.

Communiqué de Presse du World Gold Council ici

Journal économique indien sur la levée des restrictions sur l’or

Une dépêche Reuters sur la conférence convoquée par le Conseil mondial de l’or

 

Transition énergétique, tout ça pour ça ?

Je vous relaie ici le communiqué de l’association Réseau Action Climat France qui fédère de nombreux acteurs autour des problèmes et enjeux climatiques. Il s’agit de la première réaction officielle suite aux annonces de Ségolène Royal concernant la transition énergétique. Je suis particulièrement sensible à ces sujets dans la mesure où les solutions pour sortir… read more.

 

La croissance de Dacia symptôme d’une crise économique profonde

Dacia, toujours en tête de la croissance en Europe, en très forte croissance même, mais ce n’est pas une bonne nouvelle car cela montre bien que le marché de la voiture milieu de gamme qui correspond aux classes moyennes est en train de s’effondrer au même rythme que le pouvoir d’achat de ces mêmes classes… read more.

 

Pourquoi je suis en grève… Un cheminot s’explique !

Cela fait quelques jours que plusieurs de nos camarades contrariens ont attiré mon attention sur ce billet rédigé par un cheminot (Sylvain Bouard) et qui explique les raisons pour lesquelles il fait grève. Il est essentiel, et c’est l’objectif du Contrarien, de pouvoir débattre de tout et de laisser la parole à tous. Ayant eu… read more.

 

Un pays va enfin abandonner l’euro….

Manque de chance, ce n’est « que » le Kosovo. Pourquoi « que » ? Parce que le Kosovo n’est pas un État membre à proprement parler de la zone euro, c’est juste un pays qui utilise l’euro comme monnaie officielle. Cela dit, il sera tout de même très intéressant de suivre l’arrivée de cette nouvelle monnaie nationale du… read more.

 

Les travailleurs du textile sont moins payés en Europe de l’Est qu’en Chine

Les travailleurs du textile sont moins payés en Europe de l’Est qu’en Chine ! C’est le titre édifiant de cet article qui dépeint une réalité européenne encore plus édifiante, à savoir qu’en Moldavie et en Ukraine (pays qui ont le salaire minimum net le plus bas) on gagne respectivement 71 et 80 euros par mois. La… read more.

 

Reportage Arte « Les maîtres de l’univers »

C’est le témoignage d’un ancien banquier d’affaire allemand. Cela donne effectivement une bonne idée de ce monde impitoyable. N’oubliez pas que celui qui parle a tout de même une peur bleue du procès… (ou de la chute du 87e étage), il va donc rester relativement « correct » envers ses anciens employeurs en mettant beaucoup de choses… read more.

 

SCOOP L’ONU autorise les massacres en Ukraine s’ils respectent les « normes internationales » de la guerre !

Mes chers amis, j’ai longuement hésité à classer cette dépêche dans la rubrique « Crise Ukrainienne » ou « Blague du jour ». J’avais peur que la rubrique « Blague du jour » choque compte tenu de la gravité du sujet abordé. Pourtant, c’est bien une blague, une énorme et pathétique blague à laquelle vient de se livrer l’ONU en expliquant… read more.

 

 

« Vers des émeutes géantes et la fin de la démocratie ! »

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Aujourd’hui, je vous propose quelques réflexions au-delà du réel ou presque. Pour ceux parmi vous qui ont le cœur bien accroché, vous pourrez aller sur le site du Telegraph de Londres qui a publié les photos du pauvre gamin rom retrouvé dans un Caddie après une séance de torture.

Oui ce gosse était connu « défavorablement » des services de police, comme l’on dit pudiquement de nos jours, et oui ce n’est pas un petit ange mais rien ne justifie une telle barbarie ni une telle sauvagerie et certainement pas quelques rapines aussi agaçantes ou révoltantes soient-elles.

N’imaginez pas qu’en disant cela je plaide pour une forme de laxisme. Loin de là. Au contraire même. Si la loi était appliquée, si les méchants et les vilains étaient sanctionnés pour ce qu’ils sont, à savoir des méchants et des vilains sans distinction de « race », « d’ethnie », « d’origine » ou encore de « nationalités », ce genre de choses n’arriverait pas dans notre pays.

Nous voyons ces images terribles parce que nous n’avons pas su faire collectivement en amont ce qu’il fallait faire pour que cela n’arrive pas. Cela commence par protéger les voleurs d’eux-mêmes en les empêchant de nuire aux autres.

Pourtant, elles arrivent. Elles arrivent et c’est encore plus grave et inquiétant pour notre nation sur fond de montée des tensions entre communautés. Dans ces cas-là, personne n’a raison, tout le monde à tort, car à l’arrivée tout le monde est perdant. Hélas aussi, dans ces cas-là, les modérés et la voix de la raison sont très rarement entendus. La sagesse est inaudible dans le fracas des batailles.

La situation est grave

La situation est grave et ce qui ne pourrait être qu’un fait divers aussi sordide soit-il est en réalité la matérialisation d’une tendance lourde. Nous avons dans ce pays un pacte. Nous, citoyens, déléguons à notre État notre sécurité et notre justice. En échange, nous payons des impôts. Le problème c’est qu’il n’y a plus de sécurité pour tous mais de l’insécurité pour chacun.

Le problème c’est qu’en stérilisant les mots, nous stérilisons la pensée, en s’interdisant les constats, on s’interdit les solutions adaptées et mesurées.

Il ne reste donc de la place qu’à la montée des tensions, des rancœurs, des haines. Nous savons tous où les schémas de ce type conduisent les nations. L’histoire en regorge, les fins sont rarement heureuses.

Nous avons donc à faire face à une situation sociale explosive dans un contexte économique catastrophique. Lorsque vous additionnez nos fragilités sociales et nos fragilités financières, vous ne pouvez qu’arriver à la conclusion que nous dansons sur un volcan.

Ce volcan va exploser. Nous pouvons le déplorer, et c’est mon cas, car c’est avec une infinie tristesse que j’écris ces lignes. Pourtant, déplorer les choses ne changera rien. Je vous invite simplement à vous préparer individuellement à affronter une période que vous n’auriez jamais cru possible.

Collectivement, hélas, nous ne pourrons pas arrêter ce qui vient. Nous ne le pourrons pas car nous ne ferons rien de ce qu’il faudrait faire. Cela fait 7 ans que la crise des subprimes a balayé le monde et pourtant nous n’avons rien fait à part plus de dettes et plus de déficits. Nous n’avons rien fait de ce qu’il fallait faire.

Ce monde va se fracasser sur la dure réalité. C’est à cela qu’il faut vous préparer.

Ce monde va se fracasser parce que les deux piliers sur lesquels il repose sont en train de céder sous vos yeux. Le premier est le pilier économique, tout le monde l’aura compris. Le deuxième est évidemment le pilier social et il n’est pas en meilleur état. Les deux sont liés, intimement, et les deux tiennent l’ensemble de notre édifice commun, édifice dans lequel et par lequel nous vivons tous là encore sans aucune distinction.

Plutôt que de choisir ensemble un destin commun en avançant sur ce qui nous rassemble, nous avons préféré manifestement prendre le chemin de l’autodestruction. Plus rien désormais ne semble pouvoir enrayer ces pulsions de destruction.

Une vidéo à voir !

Mes sources d’informations sont très diverses, et en bon contrarien j’aime aller aux limites. Si François Mitterrand et bien d’autres consultaient régulièrement des voyants, pourquoi pas vous ?

C’est pourquoi aujourd’hui je souhaitais partager cette vidéo avec vous. Il s’agit de Maud Kristen et de sa vidéo d’alerte qui date du 18 juin… sacrée date !

Il y a ce qu’elle peut dire et ce qu’elle ne peut pas dire mais je pense que vous saurez entendre entre les lignes. Je voulais vous faire connaître cette vidéo car ce qu’elle explique correspond aux conclusions auxquelles je suis arrivé depuis bien longtemps par d’autres moyens. Par des « méthodes » différentes, les constats sont identiques.

Comprenez-moi bien, l’idée ici n’est pas de vous « vendre » de l’or ! J’espère que vous avez compris l’intérêt du métal jaune comme assurance patrimoniale sinon je ne peux de toutes les façons rien pour vous. Non l’idée ici c’est de vous dire justement que se préparer ce n’est pas avoir que de l’or. Acheter de l’or c’est, disons-le, la partie facile (même si c’est indispensable lorsque l’on a 4 sous à protéger).

La partie difficile c’est changer de vie, de cadre tant que vous en avez encore le temps et c’est cette prise de conscience-là et cette décision-là qui va être pour chacun d’entre nous particulièrement difficile.

Pour vous dire le fond de ma pensée, une crise économique aussi violente soit-elle, cela se « gère », en tout cas vous avez des allocations de patrimoines possibles et vous n’êtes pas sans moyens d’action, et puis disons-le aussi, perdre de l’argent ce n’est pas agréable mais ce n’est pas grave non plus ! Il n’y a pas mort d’homme. En clair, on peut échapper en partie à une grande crise économique, on peut même dans certains cas s’enrichir et quand bien même on perd, on se relève et on repart, ce n’est pas la fin du monde (message optimiste).

Dans une crise sociale et sociétale qui a une probabilité de plus en plus forte de nous conduire à une forme épouvantable de guerre civile, il y a évidemment le risque de ne pas se relever…

Je vous laisse donc maintenant avec Maud Kristen, voyante. Peut-être qu’avec ses mots elle saura mieux vous dire que moi qu’il est temps d’agir pour se prémunir. Son discours est le même et pourtant elle ne semble pas connaître notre célèbre PEBC (plan épargne boites de conserve)

Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement http://www.lecontrarien.com.

 

 

Article du Telegraph à Londres ayant publié les photos du pauvre gamin rom torturé. Âmes sensibles, n’allez pas les voir. Âmes « insensibles », il y a des choses que l’on ne devrait pas voir mais qui doivent aussi être vues car il s’agit aussi de mise en garde sur notre nature humaine.

 

ATTENTION, coup fourré en juillet !!

François Hollande a signé mardi le décret convoquant le Parlement en session extraordinaire en juillet, avec à l’ordre du jour : 1/ les budgets rectificatifs 2014 ; 2/ le premier volet de la réforme territoriale (et des modes de scrutin) ; 3/ un texte sur les taxis ; 4/ le projet de loi de finances… read more.

 

La Chine approuve les échanges directs entre le yuan et la livre sterling

BEIJING, 18 juin – La banque centrale chinoise a annoncé mercredi qu’elle autorisait le Système d’échange de devises étrangères de la Chine à effectuer des échanges directs entre le yuan et la livre sterling, une décision importante de la part des gouvernements chinois et britannique pour faciliter le commerce bilatéral. « Les échanges directs entre le yuan… read more.

 

Traité Transatlantique, UE/États-Unis : sixième round de négociations commerciales prévu pour le 14 juillet à Bruxelles

BRUXELLES, 18 juin – La Commission européenne organisera une sixième série de pourparlers entre l’Union européenne et les États-Unis sur le partenariat transatlantique sur le commerce et l’investissement (TTIP), à Bruxelles entre les 14 et 18 juillet prochain, a annoncé la Commission européenne. Selon une déclaration officielle de l’UE, au cours de ce round de négociations… read more.

 

Est de l’Ukraine : le dialogue national impossible pour le moment (Berlin)

« L’Allemagne s’efforce de faire en sorte que le dialogue national en Ukraine démarre également dans l’est du pays, mais constate que c’est chose impossible pour le moment, a déclaré le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier, en visite à Vienne… » C’est sûr que lorsque l’on est en train de s’entre-tuer, l’heure est plus à… read more.

 

Le marché de l’or au mois de juin par Jean-Charles Boutelier

Pour ceux qui ne le connaissent pas, Jean-Charles est un contrarien de la première heure et également un conseiller d’AuCOFFRE.com, passionné par l’or, les métaux précieux, Jean-Charles partira bientôt vers une retraite bien méritée mais qu’il ne supportera pas vraisemblablement totalement inactive… Bref, notre camarade Jean-Charles et collègue d’AuCOFFRE avait envie d’écrire et de partager… read more.

 

 

« La grande capitulation de l’Argentine ! »

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Depuis une semaine, la Cour suprême américaine a rendu son jugement confirmant que l’Argentine devait bel et bien payer ses dettes à ce que l’on appelle les « fonds vautours ». Depuis une semaine, les rumeurs sur une nouvelle faillite de l’Argentine n’étaient même plus des rumeurs, non, en fait l’Argentine était déjà considérée en faillite et les agences de notations (en particulier américaines) étaient déjà en train de dégrader à nouveau la note de l’Argentine !
La réalité est, comme souvent, un peu plus compliquée que ce qui nous arrive de façon simplifiée sans oublier la petite once de propagande destinée à mettre dans l’esprit des citoyens qu’une dette cela se paie et qu’il n’y a pas d’autre solution que de boire le calice jusqu’à la lie. Nous allons revenir là-dessus. Mais tout d’abord, petit arrêt sur ce qu’est un « fonds vautour ».

Un « fonds vautour », c’est quoi ?… la preuve du système totalitaire marchand !

Comme beaucoup parmi nous ont dû l’apprendre (souvent à leurs dépens), en ce bas monde on s’enrichit rarement en respectant les règles et en étant « moral ». Non, pour s’enrichir, mieux vaut être sans foi ni loi, peu regardant sur l’éthique et même savoir utiliser une certaine forme de violence. C’est d’ailleurs parfaitement valable pour le monde politique où il est rare d’accéder aux plus hautes fonctions en étant simplement gentil, honnête et travailleur (c’est un mythe que l’on vend au petit peuple pour qu’il travaille dur et se taise).

Un « fonds vautour » c’est donc un organisme financier privé qui, comme un vautour, vient se nourrir du mourant ou du cadavre du mourant – en l’occurrence un pays avec quelques dizaines de millions de vrais gens derrière la réalité des chiffres. On pourrait aussi appeler ces financiers-là (ceux qui gèrent les fonds vautours) des charognes gérant des fonds charognes… certes moins doux que « fonds vautours » presque poétique !

Donc ces charognards des fonds charognes viennent racheter à très bas prix la dette d’un pays (ou d’une entreprise) lorsque la situation semble totalement désespérée. Évidemment, comme personne ne veut de cette dette parce qu’il s’agit d’une situation avérée ou presque de faillite, cette dette ne vaut rien ou pas grand-chose. Les charognards achètent donc des titres obligataires pour quelques pour cent de leur valeur initiale. Puis ils vont exercer le maximum de recours juridiques, notamment aux États-Unis où la loi est particulièrement sévère sur les obligations des emprunteurs et protectrices des très « gentils » créanciers (au nom du respect de la propriété privée). Naturellement, en France ou en Argentine, on se fiche comme d’une guigne d’une décision de justice américaine, sauf que… si vous n’obéissez pas à une décision de justice US, vous vous retrouvez immanquablement cloué au pilori des marchés financiers dominés de façon écrasante par le monde anglo-saxon et donc américain.

La réalité de notre monde, où nous sommes tombés dans la dépendance à l’égard des USA par manque de volonté politique pour établir de véritables contre-pouvoirs, c’est qu’une décision de justice US aussi injuste soit-elle s’impose dans le monde entier ou presque, ce qui constitue un déni majeur de démocratie à l’égard de tous les autres peuples de la planète. Il faut être conscient que nous vivons sous un régime non pas d’occupation militaire américaine (quoi que) mais sous un régime d’occupation politique et économique des États-Unis. À ce niveau-là, ce n’est plus de la domination. C’est de l’occupation.

En dévoyant les institutions judiciaires et en les privatisant, les fonds charognards comme les grandes multinationales ont réussi depuis quelques années à dépasser les justices nationales et à transcender les frontières pour leur plus grand profit et au détriment des peuples.

Le traité transatlantique, qui veut consacrer les tribunaux privés d’arbitrages où les décisions rendues devront s’appliquer sans possibilité de recours à tous les pays et à leurs citoyens, permettra d’aller au bout de cette logique et d’en finir définitivement avec la démocratie telle que nous la connaissions.

Bienvenu dans le système totalitaire marchand.

La capitulation de l’Argentine

Le peuple argentin, après plus de 13 ans de crise, est fatigué et personne ne peut lui en vouloir. Évidemment, le problème n’est pas que l’Argentine doive payer 1,3 milliard de dollars à des charognards. L’Argentine en a peu ou prou les moyens. Le problème c’est que cela va constituer un précédent juridique très préjudiciable pour ce pays (et tous les autres) puisque cela signifie que les créanciers qui n’acceptent pas les accords de réductions de dette ont raison et que la dette, quoi qu’il arrive, devra être payée au prix fort par les peuples eux-mêmes. Il s’agit, là encore, ni plus ni moins que d’une mise officielle en esclavage alors que personne n’a forcé les prêteurs à prêter à l’Argentine. Octroyer un prêt est, par essence risqué, et c’est d’ailleurs parce que cela est risqué que cela mérite une « rémunération » appelée taux d’intérêt.
Ce qui se passe actuellement en Argentine revient à dire que les prêteurs n’ont plus aucun risque à assumer et, pire encore, que ceux qui rachètent à très bas prix des créances douteuses et qui donc au départ n’ont rien prêté peuvent en plus avoir la certitude d’être remboursés au prix initial !! C’est évidemment totalement inique et hallucinant. Il ne s’agit même pas ici de parler de la dette « honteuse », il faut juste dénoncer une opération de vol à grande échelle en bande organisée et cette bande est constituée de fonds charognards américains, de collusion avec le pouvoir politique américain, de la « justice » américaine, du monde de la finance américain et bien évidemment des agences de notation.

N’oubliez pas l’affaire de la BNP avec qui personne ne fait le lien concernant ce qui se passe pour l’Argentine.

BNP-Paribas et Argentine, même combat !

Que la BNP se soit ou pas mal comportée n’est en l’espèce même pas le problème, et je peux vous assurer que je ne suis pas tendre avec les banques qui représentent un danger évident pour tous les peuples de la planète.

Mais ce qu’il se passe avec une amende de plus de 10 milliards de dollars est là encore une mise sous coupe réglée de notre pays par un envahisseur économique qui nous a déclaré une véritable guerre et qui, en réalité, est en guerre avec la planète entière. Il s’agit évidemment de l’Empire américain.

Alors l’Argentine a capitulé devant la décision américaine parce que, tout simplement, il vaut mieux accepter de payer beaucoup même si c’est difficile et être des « esclaves » pas trop fauchés que des hommes libres totalement ruinés, et c’est là tout le génie de l’Empire américain qui sait avec une grande efficacité prélever le maximum de ce qui est possible sans tuer « l’esclave ».

Plus l’Empire américain est contesté et contestable et plus il devient violent et arrogant, plus il devient également dangereux pour le reste du monde.

Enfant je rêvais de l’Amérique, de sa liberté, et de ses idées. Aujourd’hui, les États-Unis sont devenus le cauchemar du monde. La seule satisfaction c’est qu’ils ont d’ores et déjà perdu la bataille morale. Le reste suivra car les cimetières de l’histoire sont remplis d’empires qui ont commencé par perdre la bataille morale. Reste la violence pour tenter de se maintenir encore un peu, puis vient la chute finale et l’effondrement… inéluctable. Ce moment n’est plus très loin, il sera très difficile mais ce sera une véritable libération pour les peuples de la planète et pour la démocratie.

Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement http://www.lecontrarien.com.

 

EDF : une enquête s’impose absolument !! Par Bruno Bertez

Vendredi, Bruno Bertez, qui tient le site Internet connu sous le nom de « Blogalupus », a sorti un article où il pointe du doigt les soupçons de manipulation des cours sur l’action EDF avec vraisemblablement quelques petits délits d’initiés qui auraient, selon lui, permis d’empocher au bas mot au moins 4 milliards d’euros, ce qui n’est… read more.

 

France : l’État devient le principal actionnaire d’Alstom

PARIS, 20 juin – Le ministre français de l’Économie, Arnaud Montebourg, a annoncé vendredi après-midi que l’État va entrer dans le capital du groupe français Alstom à hauteur de 20 %, devenant ainsi le principal actionnaire. Il rachètera les deux tiers de la participation de Bouygues. Le gouvernement français accorde par ailleurs sa préférence à l’américain… read more.

 

UE : la Lituanie deviendra le 19e pays de la zone euro en 2015

BRUXELLES, 20 juin – Les ministres des Finances de l’ Union européenne (UE) a donné vendredi le feu vert à l’adoption de l’euro en Lituanie à partir de l’an prochain lors d’une réunion à Luxembourg. Cela doit encore être approuvé par les dirigeants de l’UE et examiné par le Parlement européen, après avoir franchi ces étapes,… read more.

 

USA et Brésil, les deux premiers partenaires de l’UE dans l’investissement en 2013

BRUXELLES, 20 juin – Les États-Unis et le Brésil étaient les deux premiers partenaires de l’Union européenne (UE) dans le domaine de l’investissement l’année dernière, a indiqué dans un communiqué vendredi Eurostat, l’office statistique de l’UE. Les investissements directs étrangers (IDE) de l’UE dans le reste du monde ont atteint 341 milliards d’euros en 2013, tandis… read more.

 

Secrétaire du FMI : la Chine a besoin d’une croissance durable

BEIJING, 21 juin – La Chine doit se concentrer sur l’objectif de croissance saine et durable de l’économie à moyen terme, a déclaré vendredi Lin Jianhai, secrétaire du Fonds monétaire international (FMI). « Je suis convaincu que la Chine peut parvenir à une croissance économique stable et durable », a indiqué M. Lin. Le produit intérieur brut (PIB)… read more.

 

Superbe hausse de 3,5 % des cours de l’or et de l’argent métal le 19 juin par Jean-Charles Boutelier

Véritable flambée de l’or sur le spot new-yorkais. Après plusieurs semaines d’étroites variations, l’or a fait un rebond spectaculaire de plus de 3,5 % à 1 321,00 $/OZ hier 19 Juin sur le marché à terme du NYSE. Journée certainement à marquer d’une pierre blanche après ces dernières semaines de fluctuations étroites qui laissaient l’investisseur… read more.

 

« THE » Revue de presse de l’or du Web du 20 juin : une actualité forte pour l’or !

Les cours de l’or sont en hausse ! Ce qui explique cette hausse ? En partie la crise en Irak, et en partie aussi les tensions géopolitiques en Ukraine, qui poussent les investisseurs à se tourner vers l’or comme valeur refuge. En revanche, l’annonce de la reprise de l’économie américaine n’est pas suivie d’effet. Du… read more.

 

 

« France : la faillite ! 115 % de dettes sur PIB en 2014 ! »

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Ceux qui me lisent savent la piètre estime que je porte à notre président de la République François Hollande qui n’est tout simplement pas du tout à la hauteur de la situation. Il nous fallait de Gaullen nous avons Daladier.

Que tout le monde se rassure, il n’y a bien que Sarkozy qui pense encore pouvoir jouer « l’homme providentiel ». Pour la grande majorité de nos concitoyens, c’est plutôt pourvu que « sarko’commence » pas encore 5 ans ! Nicolas Sarkozy a eu sa chance. Il n’a pas su la saisir pour de multiples raisons à commencer par des faiblesses de caractère préjudiciables à ce niveau de responsabilité.

L’UMP est en décomposition et le PS, même si cela se voit encore peu, est en pleine fragmentation et rapidement maintenant la « majorité » de gauche va voler en éclat.

Nous courons donc vers une crise politique d’une ampleur rarement égalée en raison avant tout de facteurs économiques qui ne sont plus maîtrisés, à commencer bien évidemment par le célèbre ratio de la dette sur PIB qui pourrait être comparé pour les familles à un ratio endettement sur revenus totaux.

Je ne cesse depuis des mois d’avertir et de prévenir que la situation des finances publiques est hors de contrôle et pas uniquement en France mais dans un trop grand nombre de pays dits développés.

Non mes amis, ce n’est pas mieux pour les autres, y compris pour les États-Unis d’Amérique.

La FED envisage des frais en cas de sortie des fonds obligataires…

Oh, ce n’est rien, tout va bien, c’est juste que, pour éviter toute panique, les autorités vont vous prendre 10 % sous forme de frais de vos retraits, histoire de vous faire sans doute passer l’envie de retirer votre argent ! C’est assez malin puisque cela revient en réalité à vous empêcher de retirer vos fonds sans avoir à vous l’interdire… comme vous ne voudrez pas payer de frais vous ne retirez rien ! Elle n’est pas belle la vie !!

Pensez-vous vraiment qu’il s’agisse là de décision normale, dans un monde normal ou tout irait bien ? Si c’est le cas, continuez à dormir tranquillement, les politiciens se chargeront de vous faire les poches et, de vous à moi, vous l’aurez bien mérité !! C’est avec ce genre d’information que vous touchez du doigt le fait que la situation économique mondiale est « apocalyptique ».

Alors tout cela n’est pas officiellement fait et pour le moment cela ne concernerait « que » les obligations « corporate », c’est-à-dire d’entreprises.
Évidemment, ce serait pour votre bien et pour éviter tout krach obligataire parce que les taux d’intérêt remonteraient et que tout le monde voudrait vendre les obligations qui ne rapportent rien ou presque ! Évidemment, ce qui se passerait pour les titres obligataires d’entreprises finirait par se passer pour les obligations d’État. Le tout, en réalité, c’est d’être conscient que votre argent dans l’esprit des tordus qui nous dirigent ne vous appartient plus. C’est la raison pour laquelle encore une fois je vous conseille de débancariser et vite car le moment de la tonte approche.

La dette de la France c’est 115 % du PIB en 2014 !

Les prévisions de l’OCDE, dont vous trouverez en bas de page le lien vers le tableau dynamique en temps réel afin que vous puissiez vérifier par vous-même que ce n’est pas une vue de l’esprit du Père Sannat, montrent qu’à la fin 2014 les dettes publiques par pays atteindront les niveaux suivants :

Japon 229,6 % du PIB.

Grèce 188,7 % du PIB.

Italie 147,2 % du PIB.

Portugal 141,3 % du PIB.

Irlande 133,1 % du PIB.

Espagne 108,5 % du PIB.

Belgique 106,8 % du PIB.

États-Unis 106,2 % du PIB.

Royaume-Uni 101,7 % du PIB.

Évidemment, le meilleur pour notre pays, avec la dette publique de la France qui atteindra un petit 115,1 % du PIB, ce qui signifie en mots et pas en chiffres que notre pays n’est ni plus ni moins qu’en faillite.

Hollande peut donc se rouler par terre, supplier Bruxelles ou Merkel, il est à la tête d’un pays en faillite dont la situation ne pourra pas être redressée sans que cela ne fasse très mal… En clair, il est déjà trop tard pour notre pays et l’issue du défaut de paiement est une évidence, reste à savoir quand.

Alors pour ceux qui pensent que tout va bien se passer et que la croissance américaine est débridée et que tout va beaucoup mieux… je ne peux plus rien. Ils seront ruinés heureux et après tout, si cela leur convient…

Pour tous les autres, préparez-vous et restez à l’écoute. Je vous laisse, il faut que j’aille recompter mes boîtes de raviolis.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement http://www.lecontrarien.com.

Article de CNBC sur la Fed qui veut taxer les… retraits!! Lire ici pour le croire

Dette publiques par l’OCDE en temps réel c’est ici et c’est inquiétant!

 

France : sombre tableau en juin pour l’activité économique

C’est une dépêche de l’AFP reprise par le site Romandie qui nous a appris que l’activité du secteur privé dans notre pays s’était contractée encore plus vite au mois de juin. Bref, je laisse ceux qui le souhaitent regarder les chiffres en détail, mais disons-le simplement c’est très mauvais et c’est très logique car c’est… read more.

 

Le pacte de compétitivité c’est 60 000 emplois de moins et 60 000 chômeurs en plus !!

Lorsque je dis qu’Hollande et son équipe de bras cassés sont nuls, ce n’est pas parce que je suis de droate ou socialistophobe. Je serais aussi peu tendre si nous avions une droate aussi nulle aux affaires. Je suis sévère parce qu’ils sont vraiment en dessous de tout et ne valent pas grand-chose. Après des… read more.

 

Des experts appellent à la pluralité dans le système mondial de notation du crédit international

BEIJING, 23 juin – Des économistes et d’anciens personnages politiques participant lundi à un forum à Beijing ont appelé à des mesures de contrôle et de contrepoids (checks and balances) du système de notation du crédit international, proposant l’établissement d’un système de note de crédit régional en Asie. Zheng Xinli, vice-président du Centre chinois pour les… read more.

 

Poutine comparé à Hitler et Staline par la présidente lituanienne

Ça y est, le point Godwin a été atteint par la présidente lituanienne Dalia Grybauskaite pour qui Poutine c’est Hitler… Comme quoi, Poutine doit vraiment être un vrai grand méchant vilain mangeur d’enfants à chaque petit déjeuner. Le seul problème pour nous autres Français, c’est que si Poutine est Hitler… hélas, Hollande n’est pas de… read more.

 

Pourquoi l’euro et l’Europe vont nous sauver !

Qu’est-ce que c’est drôle les images d’archives… l’euro, c’est la seule solution pour contrebalancer la puissance américaine et le dollar… Chevènement avait beaucoup plus de bon sens…. l’euro c’est être dans la main des Américains et l’euro sera trop fort car dans l’euro le franc sera absorbé par le mark… Bref, une belle analyse de… read more.

 

Une 20 Francs Suisse à garder chez soi en toute sécurité

Ce n’est pas dans nos habitudes de vanter les mérites de la garde à domicile de pièces en or mais une fois n’est pas coutume, nous allons le faire pour la 20 Francs Suisse Max ! C’est une pièce révolutionnaire vendue par AuCOFFRE.com que l’on peut stocker chez soi avec un max de sécurité. La… read more.

 

Quand le demi-finaliste de Roland-Garros perd tous ses gains au casino

C’est le titre de cet article des Échos qui revient sur les bons placements en « bon » père de famille de Ernests Gulbis qui, une fois rentré chez lui en Lettonie avec ses 412 000 euros de gains (tout de même), est allé jouer sa paye… au blackjack… Évidemment, il a perdu tous ses sous. Alors… read more.

 

 

« La petite fable de Jean Dupont ! »

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Il ne s’est pas passé grand-chose aujourd’hui sur le front économique. Enfin si, plein de choses en réalité mais rien de vraiment essentiel. Je profite donc de ce calme relatif pour vous raconter la petite histoire de Jean Dupont, et à travers cette petite fable, c’est évidemment l’histoire de tous, de chacune et de chacun de nous, c’est notre histoire, notre société, notre avenir. N’oubliez jamais que, dans notre système économique, l’essentiel de la répartition de la création de richesse s’effectue à travers l’emploi et le travail, générateurs de « salaires ».

Nous sommes arrivés à un moment charnière où les effets de seuil ont été atteints et où la conjonction de plusieurs facteurs comme les technologies et les délocalisations (mondialisation) entraîne définitivement un immense ajustement social vers le bas et des suppressions massives de postes. Rien ne redeviendra comme avant. C’est à travers la petite histoire de Jean Dupont (sur une idée originelle du Web) que je souhaitais aujourd’hui attirer votre attention.

Jean Dupont, chômeur sans espoir de retrouver un boulot mais qui n’a toujours pas compris pourquoi !

Cela fait maintenant 8 mois que Jean Dupont doit tous les mois « pointer » à Pôle emploi afin de percevoir ses allocations chômage. Oh, rassurez-vous, il est bien loin le temps où les chômeurs devaient soit renvoyer par la poste un carton qu’il fallait remplir mensuellement (ce qui faisait travailler quelques postiers) ou se déplacer directement à son agence de quartier (ce qui faisait également travailler quelques conseillers ANPE). Désormais, nous sommes rentrés de plain-pied dans l’ère des nouvelles technologies et il suffit de se connecter sur le site de Pôle emploi pour indiquer et mettre à jour sa situation. D’ailleurs, Jean Dupont utilise une live box Sagem made in China.

Alors ce matin, plein de bonnes résolutions, Jean a décidé après un petit passage à vide lié à ses mois d’inactivité et d’ennui de se relever les manches et de recommencer de plus belle sa recherche de travail.

Décidant de se lever tôt, car d’après l’adage l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt, bien que ces derniers temps la notion d’avenir professionnel lui semble quelque peu bouché, il avait réglé son réveil (fabriqué au Japon) à 6 heures du matin.

Il file se refaire une « beauté » afin d’avoir l’air un peu moins « exclu » et se passe le coup de rasoir dont il avait bien besoin pour retrouver un peu figure humaine (un rasoir fabriqué à Taïwan). Avant de gagner la salle de bain qu’il venait de refaire juste avant de pouvoir bénéficier d’un plan de sauvegarde de l’emploi (avec des céramiques espagnoles, du ciment grec et quelques faïences en provenance de Russie), il avait pris soin de mettre en marche sa cafetière électrique (fabriquée en Chine).

Une fois réveillé par une douche bien agréable grâce à son ballon d’eau chaude neuf en provenance de Tchéquie, il s’assoit enfin pour déguster son breuvage bien noir (venant du Mexique) légèrement sucré (son sucre étant importé du Brésil, premier producteur mondial en déforestant l’Amazonie). Il mange sans vraiment d’appétit quelques tartines de vieux pain qui sortent de son grille-pain (made in China).

Son petit déjeuner avalé, il se dirige vers sa chambre. Ouvre son armoire (fabriquée au Vietnam), enfile une chemise (fabriquée en Turquie), puis son jean (fabriqué en Chine), ses chaussettes (qui viennent de Tunisie) et enfile enfin sa paire de chaussures (fabriquées au Bangladesh dans des usines qui s’effondrent sur leurs propres ouvriers et vendues environ 60 centimes le kilo livrées au Havre et qu’il avait acheté 86 euros la paire en solde dans la chaîne près de chez lui).

Il prend son ascenseur (américain) et descend dans son parking pour prendre sa voiture (fabriquée en Roumanie). Pour se motiver, Jean Dupont s’est inscrit à une formation gratuite de Pôle Emploi sur la recherche d’emploi… et puis cela, au moins, le fait sortir de chez lui. Il est un peu en avance et doit s’arrêter à la banque au distributeur à billets (un automate fabriqué en Asie et utilisant un logiciel américain et qui a remplacé avantageusement les guichetiers qui avant faisait ce travail).

Le soir, de retour chez lui après une journée de formation qui ne l’aura pas formé à grand-chose, il ouvre sa boîte aux lettres que l’on pourrait largement rebaptiser boîtes aux factures car depuis que tout le monde utilise les e-mails, il est évident que l’on ne reçoit plus vraiment des courriers à part des factures. Les nouvelles ne sont pas bonnes. Il sort sa calculatrice (made in Taïwan) pour faire ses comptes et savoir exactement combien il lui reste pour finir le mois.

Cela ne l’empêche pas de grignoter quelques fraises (d’Espagne, pourries de pesticides jusqu’au trognon bien qu’une fraise n’ait pas de trognon) en contemplant sa situation financière de plus en plus désespérée. Il les a achetées à la supérette du coin, en payant à la caisse automatique et en « bipant » lui-même ses articles car cela va plus vite et fait gagner du temps (alors qu’avant, les caissières, au moins, avaient un travail).

Pour se changer un peu les idées, il allume sa télé écran tout plat dernier cri acheté du temps où il avait encore un travail et fabriquée par l’usine Panasonic au Japon, une usine de 13 hectares, fabricant pour 2 milliards de dollars d’écrans plats chaque mois avec uniquement 14 salariés…

C’est l’heure du JT. Le nouveau ministre du Travail (celui qui s’occupe des chômeurs) vient de promettre qu’il maintiendrait le chômage sous la barre des 10 % alors que l’on est à 9,1 % (enfin officiellement). Il faut dire que l’abruti précédent pensait pouvoir le faire baisser et inverser la courbe. Il a tellement bien bossé qu’il a eu une promotion et de ministre des Chômeurs, il est devenu ministre des Finances publiques.
Au moins, celui-là affiche des ambitions moins démesurées… il se contentera de faire monter le chômage moins vite.

Claire Chazal explique que la reprise économique est là et que les prévisions pour l’année prochaine montrent une nette accélération de la croissance… et pourtant pour lui, pas un seul boulot, pas même un entretien. Il prend un anxiolytique (remboursé par la sécu et fabriqué en Inde dans les nouvelles usines à génériques low-cost) histoire de mieux dormir.

Il enfile son pyjama (fabriqué en Tunisie), vérifie son réveil (toujours japonais), éteint sa lampe de chevet (coréenne) et se roule sans couette (fabriquée au Maroc).

L’anxiolytique fait son effet et ses paupières sont lourdes, surtout qu’il n’a pas hésité à se boire une petite bouteille de vin (chilien), le sommeil le guette.

Jean Dupont n’a jamais été très brillant dans le maniement des concepts économiques, il ne comprend donc pas très bien la situation ni vraiment pourquoi il y a une crise. Lui qui voulait un i-Pad (fabriqué en Chine par une entreprise sud-coréenne pour un donneur d’ordre américain), il devra attendre, et avant de fermer les yeux, paisiblement, il a juste le temps de se demander une nouvelle fois, pourquoi, ici, en France, il n’arrive toujours pas à trouver de travail.

Demain, en France, comme en Grèce, nous serons tous des Jean Dupont.

Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement http://www.lecontrarien.com.

Message à tous nos camarades lecteurs contrariens, suite à un changement de serveur pour le site du Contrarien.com c’est la « chienlit » technique!! Merci pour votre compréhension et votre bienveillance pour les problèmes que vous rencontreriez et qui seront réglés rapidement.

 

Les demandes RSA explosent

Une très mauvaise nouvelle qui matérialise, hélas, particulièrement bien le processus massif de paupérisation en cours dans notre pays. En effet, cet article de 20 Minutes nous apprend que les conseillers généraux de l’Ille-et-Vilaine ont dû voter une « nouvelle rallonge budgétaire pour faire face aux demandes toujours plus nombreuses de revenu de solidarité active (RSA)…. read more.

 

Ameublement : Fly, Atlas et Crozatier en procédure de sauvegarde

C’est encore une fois une très mauvaise nouvelle pour l’emploi en France. Comme nous l’apprend cet article de France Info, « le groupe Mobilier Européen, propriétaire des enseignes Fly, Atlas et Crozatier, a obtenu mercredi l’autorisation de réorganiser ses activités par le biais d’une procédure de sauvegarde. Les ventes de meubles sont en baisse et la… read more.

 

Alstom fournira le premier système de tramway clés en main du Qatar

PARIS, 23 juin – Alstom a été choisi par Qatar Railways Company (QRAIL) pour la fourniture d’un système de tramway pour un réseau de 4 lignes destiné à la ville de Lusail, au nord de Doha, capital du Qatar, a annoncé lundi ce groupe français de transports et d’énergie. Un contrat portant sur cette fourniture a… read more.

 

Belgique : les tuiles budgétaires s’amoncellent à tous les étages

En Belgique, rien ne va plus sur le front économique comme nous l’apprend cet article de la RTBF et l’humour belge n’a rien à envier à l’humour français puisqu’ici comme là-bas, tout est question de … « trajectoire » !! Charles SANNAT « Que la situation économique globale ne soit pas des plus florissantes, ce n’est pas une… read more.

 

La Chine lance un programme de « logement contre pension »

BEIJING, 23 juin – La Chine va lancer le mois prochain un programme controversé de « logement contre pension » pour les personnes âgées dans quatre villes, le pays cherchant une alternative pour s’adapter à la pression croissante d’une population vieillissante, a annoncé la Commission de contrôle des assurances de Chine (CCAC). À partir du 1er juillet, Beijing, Shanghai,… read more.

 

Chine : le gouvernement central s’efforce d’atteindre l’objectif fiscal de 2014

BEIJING, 24 juin – La Chine pourrait avoir à se battre pour atteindre l’objectif de recettes fiscales de cette année, a annoncé mardi le ministère chinois des Finances. Les finances centrales ont perçu 2 900 milliards de yuans (472 milliards de dollars) entre janvier et mai, soit une hausse de 6,3 % sur une base annuelle… read more.

 

Progrès démocratique… le rayon antimanifestation

Un grand pas pour le maintien de l’ordre et un immense recul pour la démocratie. Ne nous méprenons pas, il ne s’agit pas de favoriser la « chienlit » mais n’oublions pas que l’idée de contre-pouvoir est indispensable à toute démocratie et à toute liberté. Si les États disposent de moyens de masse non-létaux pour réprimer, ils… read more.

 

 

« Les USA en récession de 3 % ! »

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Il y a quelques jours, dans l’édito du Contrarien Matin, j’attirais votre attention sur le fait que toutes les prévisions économiques étaient fausses. Pas fausses uniquement par erreur d’appréciation mais bien par une volonté manifeste des autorités politico-économiques de contrôler au mieux les anticipations des agents économiques.

L’idée c’est évidemment d’afficher un optimisme à toute épreuve pour chaque trimestre prochain ou pour chaque année suivante.

Vous trouverez en bas de page le lien pour relire cet article.

Bref, le problème de ces prévisions et de ces statistiques c’est qu’à un moment ou à un autre vous êtes obligés de faire des « révisions », c’est-à-dire des corrections dans les chiffres publiés (qui sont là pour remonter le moral au cric des investisseurs et déclencher aussi bien l’investissement des entreprises que la consommation des ménages).

Ainsi, la croissance du premier trimestre aux États-Unis vient d’être calculée pour la troisième fois et au dernier pointage, les USA connaissent une récession de presque 3 % de leur PIB, ce qui n’est pas négligeable vous en conviendrez.

États-Unis : l’économie subit sa plus forte contraction depuis 5 ans

Ainsi notre AFP nationale nous apprend aujourd’hui à travers une dépêche lénifiante que finalement « le produit intérieur brut (PIB) américain a plongé de 2,9 % en rythme annualisé entre janvier et mars, en données corrigées des variations saisonnières, alors que les analystes tablaient sur un recul plus modeste de 1,8 % »… Sauf que, en réalité, les premières prévisions d’estimation n’attendaient que 0,5 % de baisse du PIB, puis elles sont passées à 1 % (on parle des estimations et des prévisions)… Ce sont ces estimations qui forment ce que l’on appelle le « consensus ». Du coup, tous les spécialistes s’attendent doctement à la même prévision… Alors soit ils sont déçus ensemble et dans ce cas on explique « baisse surprise de la statistique machin », soit ils sont contents ensemble et dans ce cas vous avez des gros titres du type « chiffre bidule bien meilleur qu’attendu ».

Ce cirque dure depuis des années, il est totalement faux et inutile mais semble justifier l’occupation de quelques centaines de milliers de spécialistes grassement rémunérés à travers le monde, tout le monde étant ainsi content.

Alors l’AFP nous explique que « bouhhh » mauvais chiffre (difficile de dire l’inverse), mais l’Agence France Propagande n’a plus pour objet de vous informer mais encore une fois de vous rassurer afin que vous consommiez, que vous empruntiez, que vous investissiez, etc., raison pour laquelle l’AFP précise immédiatement que : « Mais elle ne traduit toutefois pas un retour en récession, qui se définit techniquement par deux trimestres consécutifs de contraction du PIB. »

Vous noterez la perfidie (intelligente, roublarde et codée) du rédacteur de l’AFP qui fait son travail (être « optimiste même quand il faut avoir peur ») mais glisse quelques petits messages subliminaux comme le « se définit techniquement » pour la récession. C’est évidemment très insolent de sa part que d’insister sur l’aspect technique de la définition d’une récession… cela me rappelle « les heures les plus sombres de l’histoire »… de la Pravda !

D’ailleurs, le pauvre journaliste de l’AFP, surveillé par son commissaire politique et un colt 45 (de fabrication américaine) sur la tempe mais officiellement parfaitement libre d’écrire son texte comme il l’entend, insiste en disant « un tel scénario ne semble d’ailleurs pas se dessiner, la Banque centrale américaine (FED) tablant sur un net rebond de l’activité au deuxième trimestre »…

Mais même sous la menace, là encore, il est très fort pour nous dire la vérité en la cachant. Car il dit que c’est la FED qui « table » (sous-entendu comme à chaque fois) sur un net rebond de l’activité. Promis, demain ça ira mieux, fable que l’on nous vend depuis maintenant quoi… environ 40 ans !

Hélas, un peu plus loin, notre auteur craque sous l’amicale pression du canon froid que l’on appuie un peu plus fort sur sa tempe. Il craque et… il nous parle du froid. Ha, quelle blague ce froid aux USA alors que cela aurait dû au moins faire augmenter les dépenses de chauffage et les ventes de doudounes (ce qui n’a pas été le cas)…

« L’hiver particulièrement rigoureux au début de l’année a affecté la quasi-totalité des secteurs de l’économie, selon les données publiées par le ministère… » Mais il prend grand soin de ne pas se mouiller. Ce n’est pas lui qui le dit, ce sont les données (comprendre « bidons ») publiées par le ministère !

Bon, je vous passe le reste de la dépêche car tout est à l’avenant. Les chiffres sont mauvais tout simplement parce que la crise économique mondiale que nous traversons est loin, très loin d’être endiguée et qu’en réalité, c’est le système entier qui est porté à bout de bras depuis plus de 7 ans maintenant.

Reprenons les faits, les USA sont en récession de 3 % mais ce n’est pas grave car le trimestre prochain nous verrons ce que nous verrons ! Alors certes, la croissance sera sans doute excellente, puis révisée progressivement en baisse pour être moins bonne tout en restant positive, et à la fin tout est tellement opaque que plus personne n’analyse rien et se contente, comme l’AFP, de reprendre en boucle les mantras gouvernementaux.

Rien ne s’arrangera par magie, et rien ne redeviendra comme avant. Il n’y a que François Hollande qui attend encore désespérément que tournent les vents et le retour de la sainte croissance.

Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement http://www.lecontrarien.com.

Dépêche AFP sur la non-récession américaine de -3 % de baisse du PIB…

Article du Contrarien à lire sans modération sur la véracité plus que douteuse des « prévisions » économiques ici

 

Rapport : Quelle France dans 10 ans !

Voici un rapport aux conclusions plus que conventionnelles et plaidant avant tout pour une intégration encore plus forte de la France dans la mondialisation. Ce n’est pas en faisant encore plus de ce qui ne marche pas que cela fonctionnera mieux… Charles SANNAT France strategie rapport_final_23062014 from lesechos2

 

France : reprise de la croissance (molle) prévue au 2e semestre 2014 (Insee)

PARIS, 25 juin – La croissance devrait redémarrer en France dès le second trimestre 2014, avec une reprise de l’investissement et une hausse du pouvoir d’achat, a indiqué le ministère de l’Économie en s’appuyant sur une note de conjoncture publiée mercredi par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). « D’après l’Insee, après un… read more.

 

Enfin… le gouvernement revient sur la la ALUR de Cécile Duflop !

Enfin… le gouvernement revient sur cette stupide loi ALUR qui a eu pour effet parfaitement prévisible et prévu – puisque nous en parlons depuis des mois dans le Contrarien Matin – de bloquer le marché immobilier et de geler les investissements notamment dans le locatif. Enfin pragmatique, le gouvernement Valls tente de reprendre la main sur ce… read more.

 

L’or allemand est finalement bien en sécurité aux USA

Alors qu’en France nous nous couchons face aux USA aussi bien dans l’affaire Alstom que dans le dossier BNP Paribas, en Allemagne c’est loin, très loin d’être mieux puisque finalement, les Allemands considèrent que leur or est bien à l’abri dans les coffres américains et qu’il n’est plus vraiment nécessaire de le rapatrier. Logique puisqu’il… read more.

 

Le niveau de la dette reste préoccupant dans les pays développés (Roland Berger)

BRUXELLES, 24 juin – La conjoncture économique mondiale continue de s’améliorer en 2014, mais le niveau de la dette reste préoccupant dans les pays développés, selon un communiqué rendu public mardi par le cabinet de conseil en stratégie Roland Berger sur des indicateurs économiques importants pour l’année en cours et des prévisions pour les suivantes. De… read more.

 

Comprendre la crise grâce à la « fable de Jean Dupont » !!

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens ! Il ne s’est pas passé grand-chose aujourd’hui sur le front économique. Enfin si, plein de choses en réalité mais rien de vraiment essentiel. Je profite donc de ce calme relatif pour vous raconter la petite histoire de Jean Dupont, et à travers cette petite fable, c’est évidemment l’histoire… read more.

 

 

QUOTIDIEN ECONOMIQUE GRATUIT de Charles SANNAT – Édition du 16-17 juin 2014


Charles SANNAT

 

http://www.lecontrarien.com

 

« Vers un pays bloqué et une crise politique majeure ! »

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Je dois vous avouer que je ne sais pas de quoi vous parler aujourd’hui… Il y a bien cette histoire de grève de la SNCF où 17 % de salariés totalement crétins prennent en otage les 83 % de cheminots non-grévistes et accessoirement l’ensemble du peuple français qui se débat déjà dans une immense précarité.

La grève

Ce mouvement social est totalement incompréhensible dans la mesure où ces même crétins faisaient déjà grève il y a quelques années parce que l’on séparait la SNCF entre la branche « infrastructure » (RFF) et la branche « commerciale » (SNCF). Cette réforme, qui était assez stupide, a prouvé son échec. Résultat ? 10 ans après, assez sagement, le gouvernement fait marche arrière et refusionne les deux entités, histoire que cela fonctionne mieux… Logique. Dans cette nouvelle réforme, il n’y a aucun aspect social. Aucune mesure de cet ordre, il s’agit juste de remettre les deux entités ensemble. Il n’y a pas de plan de licenciement, de baisse de salaire ou le moindre changement d’organisation.

Le gouvernement ne s’attendait donc pas du tout à une « vraie » grève car il n’y a juste aucune raison. Là où tout se complique pour le PS c’est qu’en plus… il n’y a rien à « lâcher » aux grévistes puisqu’on ne leur prend rien.

Je rappelle au passage que les agents de la SNCF bénéficient toujours d’avantages acquis considérables et que leur régime spécial est plus que favorable, le tout dans une période de disette financière de l’État évidente.

Alors qu’en penser ? Rien, si ce n’est que nous assistons quasiment à des scènes d’émeutes de passagers excédés par le comportement à vomir des syndicalistes de la SNCF, et le gouvernement serait bien inspiré de les mettre au pas et vite. Ces scènes d’émeutes montrent bien à quel point notre population est excédée par tout cela et à quel point la situation est pré-insurrectionnelle. D’un petit rien peut partir le feu qui se transformera bien vite en chaos, même si je pense que cet événement ne sera pas encore celui qui mettra le feu aux poudres.

La baisse de salaire désormais légalisée !

C’est un article de l’Express qui « buzze » considérablement depuis vendredi soir dernier et qui fait le tour d’Internet pendant le week-end. C’est assez logique puisqu’il s’agit de la dernière décision de la Cour de cassation qui considère qu’un salarié ne peut plus refuser toute modification de son contrat de travail y compris lorsqu’il s’agit d’une baisse de salaire… si cette dernière est mineure !

Alors je vous pose la question, et également aux juges de la Cour de cassation, qu’est-ce qu’une baisse de salaire « mineure » car de vous à moi, lorsqu’il y a 80 % de votre salaire préservé et que votre patron ne vous baisse que de « 20 % » cela, pour moi, reste mineur… enfin au sens statistique du terme parce que au sens pouvoir d’achat c’est évidemment une catastrophe.

Évidemment, cette décision va avoir une portée absolument considérable pour notre vie quotidienne à tous et toutes.

Pour le moment, et cette décision existe bien, nous n’avons pas le détail de l’arrêt de la cour qui ne sera publié que, normalement, cette semaine. Nous serons quelques centaines à l’attendre pour le disséquer et en comprendre sa portée. Quelques milliers à attendre les explications parce qu’ils auront compris les dangers d’une telle décision et évidemment, (hélas) quelques millions à se laisser lobotomiser par le foot à la télé, Coupe du monde oblige, ce que je serais obligé de faire moi aussi puisque mon fils de 6 ans m’oblige à me traîner au café du coin (je n’ai pas la télé, je dis ça pour le service de la redevance qui continue à me poursuivre doutant que l’on puisse ne pas avoir de télé en 2014) maquillé en bleu/blanc/rouge pour aller voir « LE » match… (Je vous rappelle que ceux qui dirigent à la maison sont ma femme et mes enfants !) Ces quelques millions ne comprendront que lorsque leur salaire sera baissé de force légalement, après avoir vu leur épargne « chyprée » légalement aussi, puisque depuis deux ans, partout en Europe, on rend le vol par l’État, les banques et les riches parfaitement légal…

Cela devrait entraîner des grèves et des protestations massives, et pourtant… rien. Rien si ce n’est une grève incompréhensible des cheminots.

Et si on se passait enfin des banques ?

« Il est nécessaire que la France décide de se passer de son système bancaire » (Arnaud Montebourg), voilà une déclaration plus que choc de notre ministre de l’Économie. Alors pour une deuxième fois récemment (la première c’était suite à l’affaire Alstom), je ne peux qu’applaudir les déclarations d’Arnaud Montebourg.

Oui nous pouvons désormais nous passer des banques pour la simple et bonne raison que les progrès technologiques nous permettent désormais ne plus avoir besoin de l’intermédiation des banques. Les plateformes de « crowdfunding » préfigurent les modes de financement directs de demain où les gens disposant d’épargne pourront directement placer leur argent en prêtant à ceux qui en ont besoin sans avoir à « payer » les banques fort cher pour un service de moins en moins bon puisque le modèle économique des banques c’est de gagner le plus en vous piquant le plus de pognon possible…

Alors effectivement, Arnaud pourrait faciliter l’accès au plus grand nombre au statut d’établissement financier ou de paiement afin que la concurrence puisse jouer à plein et que les banquiers classiques se fassent laminer par quelques « start-up » qui sauraient les renvoyer dans les limbes.

Hélas, au-delà des déclarations d’intention, forts louables, nous ne ferons sans doute rien… puisque ce sont bien les banques qui détiennent en réalité le pouvoir avec quelques dizaines de multinationales mastodontes.

Je ne vous en parlerai donc pas plus…

L’emploi poursuit sa baisse avec 21 700 destructions de poste !

Alors je pourrais vous parler de l’emploi et de « l’intérim qui a pesé sur l’emploi salarié en France au 1er trimestre. D’après les données publiées par l’Insee vendredi, 21 700 postes ont été détruits sur la période, ce qui matérialise un repli de 0,1 %. De quoi effacer la progression du quatrième trimestre 2014, avec 21 000 créations.

Mais en fait non, je ne vais pas vous parler de ça puisque déjà cela va vous saper le moral pour ce début de semaine, et que l’on va encore me reprocher d’être pessimiste !

Donc en fait, je ne vous parlerai de rien de plus et de rien de précis, j’ai juste fait pour vous et avec vous un bref panorama du monde qui nous entoure et force est de constater que notre pays est ingouvernable, in-réformable, in-changeable, qu’il s’enfonce chaque jour un peu plus dans une déliquescence de plus en plus rapide et qui s’accélère progressivement.

Ce que l’on doit retenir de tout cela c’est que, loin de s’arranger, notre situation collective en réalité se dégrade et que vous devez le prendre en compte. Protégez-vous, protégez vos proches, prenez maintenant les dispositions nécessaires à votre autonomie pour affronter le gros temps, car j’en suis convaincu, la tempête approche. Christine Lagarde avec son « global reset » vous a expliqué comment cela se passera et Jacques Attali, que vous l’aimiez ou pas, vous a dit quand… dans les 18 prochains mois et sans doute en 2015.

Ce gouvernement, comme ce président dont la popularité est proche du zéro absolu, n’y survivra pas, Nicolas Sarkozy qui se rêve en sauveur ne le sera pas et le peuple n’en voudra pas. Il restera le chaos, la tentation des « extrêmes » et l’anarchie, sauf si Hollande se transforme en dictateur ukrainien et fait tirer sur la foule.

Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement http://www.lecontrarien.com.

L’Express article concernant la modification unilatérale du contrat de travail… c’est désormais légal ou presque !!

 

Zone euro : le commerce international excédentaire de 15,7 milliards d’euros en avril

BRUXELLES, 13 juin – Le commerce international de la zone euro avec le reste du monde était excédentaire de 15,7 milliards d’euros en avril dernier, contre 14 milliards il y a un an, selon les premières estimations mensuelles publiées vendredi par Eurostat, office statistique de l’Union européenne (UE). Pour l’ensemble de l’UE composée de 28 États,… read more.

 

Le FMI prône des réformes structurelles pour les marchés émergents

WASHINGTON, 13 juin – Maintenant que l’environnement mondial n’est plus aussi porteur et que les gains de productivité de la décennie écoulée s’amenuisent, la croissance des marchés émergents va devoir être soutenue par une nouvelle série de réformes structurelles, indique une nouvelle étude rendue publique jeudi par le Fonds monétaire international (FMI). « Malgré l’évolution de l’environnement… read more.

 

Ukraine: l’Occident s’abstient de condamner l’attaque de l’ambassade russe à Kiev

Évidemment, les Russes sont très vilains et Poutine est LE grand méchant loup, c’est donc logique que lorsqu’une ambassade russe est attaquée il est parfaitement normal de ne rien dire, même pas à l’ONU et même pas avec une simple déclaration. L’idée c’est évidemment de faire glisser et que l’opinion publique occidentale ne puisse pas… read more.

 

Et si l’avion abattu en Ukraine l’avait été par l’armée ukrainienne?

Encore une fois, les imbéciles de tous poils n’hésiteront pas à crier à la théorie du complot en oubliant une règle historique, à savoir que dans toute guerre les manipulations et les mensonges font partie intégrante des stratégies des belligérants. Alors cette dépêche doit être lue et connue non pas comme un élément de vérité… read more.

 

« THE » Revue du Web de l’or du 13 juin : décisions de la BCE, planquez votre or !

Taux directeur au plancher, euro (trop) fort, déflation… Cette semaine, la BCE est au cœur de l’actualité. Une décision qui devrait arranger les banques mais qui n’augure rien de bon pour votre pouvoir d’achat et pour votre épargne. Les taux d’intérêt européens accélèrent la donne Jeudi 5 juin, la BCE a encore abaissé son principal… read more.

 

 

« Opération Fortitude ! »

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Je suis toujours dubitatif face à l’amnésie collective et à la sélectivité de nos mémoires. En cette période de commémoration du débarquement – je sais c’est passé, c’est pour cela qu’en tant que bon contrarien je peux désormais en parler –, il me semblait utile de rappeler l’existence de l’opération Fortitude qui était le volet « désinformation » mis en place par les gentils « Zalliés » afin de battre les méchants vilains « Zallemands ». Et NON !! Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Oui les « Zalliés » étaient gentils et oui les « Zallemands » étaient des méchants vilains, surtout les nazis.

MAIS la guerre, en général, ce n’est jamais aimable. Il n’y a que nos grands « zalliés » les « Zaméricains » pour nous vendre le mythe de la guerre « propre »… pour eux, mais nettement moins pour les « zautres ».

Ce que je veux vous montrer ici – et ce sera le but de cette petite démonstration qui s’appuie sur des faits historiques avérés, incontestables ET incontestés –, c’est que figurez-vous que les gentils « Zalliés » ont mis en place une opération d’intoxication d’ampleur jamais inégalée et qui, en réalité, sera la première opération moderne et de grande envergure de ce type. Comment dire… croire que nos dirigeants actuels feraient le même type de chose reviendrait à vous ranger immédiatement dans la catégorie « crétin » qui croit à la « théorie du complot », ce qui est l’insulte suprême pour faire taire tout débat entre gens sérieux.

Mon objectif n’est donc pas de vous dire si telle ou telle « théorie » est vraie, si telle ou telle rumeur est fondée. Mon objectif est d’ouvrir un débat intellectuel en partant du principe que ce que nos gouvernants ont fait il y a 70 ans, ils peuvent bien continuer à le faire aujourd’hui, avec les moyens d’aujourd’hui et avec la compréhension de la psychologie humaine qui est désormais la nôtre et qui a grandement progressé pendant ces 70 dernières années. Les progrès dans les techniques de manipulation et de contrôle des masses ont été absolument phénoménaux.

L’opération Fortitude

Je vous livre ici, pour un gain de temps, le résumé et la synthèse de la page Wikipédia mais sachez que les informations données sont bien les bonnes.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’opération Fortitude (« Courage » en anglais) fut le nom de code collectif pour des opérations de désinformation et de diversion menées par les Alliés dans le but de :

1/ Cacher aux Allemands que le lieu du débarquement serait la Normandie, en leur faisant croire qu’il serait effectué ailleurs (Norvège ou Pas-de-Calais),
2/ Une fois celui-ci lancé, leur faire croire, afin de retarder l’arrivée des renforts allemands, que ce n’était qu’un débarquement de diversion, le véritable débarquement devant avoir lieu ailleurs.

Fortitude fut la pièce maîtresse d’un ensemble plus large d’opérations de dissimulation appelées opération « Bodyguard » qui, elles, visaient à cacher aux Allemands l’ensemble des projets de débarquement alliés en Europe, dont ceux de Méditerranée.

Élément que je rajoute : sachez que les ancêtres des services de renseignements actuels, qui ont vu jour en réalité pendant la Seconde Guerre mondiale, comptaient dans leurs rangs un nombre très élevé… de banquiers quasiment tous issus des meilleures écoles et universités anglo-saxonnes. Leur cynisme a fait des merveilles dans les services secrets.

Reprenons, en gros il fallait faire croire aux méchants Zallemands que le débarquement n’aurait pas lieu en Normandie mais dans l’endroit le plus logique pour une telle opération, le Pas-de-Calais, beaucoup plus proche des côtes anglaises.

Pour les Alliés, cela permettrait d’une part de débarquer avec le moins de pertes possibles et surtout de consolider une tête de pont avec le devoir de recevoir frontalement la contre-offensive allemande avec tous les renforts germaniques disponibles.

Pour réussir cette opération, il y a eu des choses plutôt cocasses et presque drôles, comme la création d’unités fantômes sur le sol anglais et écossais, grâce à la mise en place de leurres et d’une activité radio intense. La photo qui illustre cet article est celle d’un char en caoutchouc : en fait, c’est juste un gros ballon gonflable destiné à tromper les reconnaissances aériennes ennemies.

C’était le Général Patton qui officiellement commandait ce faux corps d’armée, avec un faux État-major, de fausses infrastructures et en plus des chars gonflables (fabriqués par Goodyear et Goodrich) ou de l’artillerie en bois, jusqu’aux badges d’épaule des « ghost divisions » créées pour la circonstance, ils entretenaient même une activité radio-électrique intense. En clair, ils échangeaient à longueur de journée des messages radio bidons destinés évidemment à être écoutés par les vilains Zallemands.

Les Allemands disposaient d’environ 50 agents secrets en Grande-Bretagne. La plupart avaient été localisés, arrêtés puis retournés par le service de contre-espionnage anglais. La teneur des messages qu’ils envoyaient à leurs officiers-traitants en Allemagne était composée par les services secrets britanniques qui créaient ainsi l’image opérationnelle qu’ils souhaitaient présenter aux Allemands (les trois agents doubles les plus importants furent : Joan Pujol Garcia, alias Garbo, un espagnol ; Roman Czerniawski alias Brutus, un officier polonais et Duško Popov alias Tricycle, un avocat serbe).

Jusque-là après tout à la guerre comme à la guerre et il ne fallait franchement pas s’en priver. Mais les têtes pensantes pensaient que pour que tout cela soit vraiment crédible, il était nécessaire de saupoudrer tous ces mensonges de quelques centaines de litres de sang tout frais. Sang indispensable à la crédibilité de cette fable.

Bombardements intensifs des zones du débarquement présumé ou comment bombarder des civils et les tuer sans nécessité opérationnelle !

Pour faire croire à l’imminence du débarquement dans le Pas-de-Calais, les bombardements ont été intensifiés sur certaines parties de la zone présumée. C’est ainsi que les villages du Portel et d’Equihen-Plage ont été complètement détruits (destruction à environ 99 % et 95 %), avec environ 600 civils tués sur la seule commune du Portel. En juin 1944, les bombardements alliés sont très importants, une centaine de bombes tombent notamment sur la station balnéaire du Touquet-Paris-Plage, dont la plage avait été densément fortifiée (en tuant là aussi quelques civils).

La triste réalité c’est que la Normandie sera rasée non pas par les Zallemands mais par nos gentils « Zalliés » américains qui se voyaient très bien occuper la France à la place de l’Allemagne et qui avaient déjà imprimé les billets de la nouvelle monnaie que nous devrions utiliser… Voyez, déjà à l’époque le sujet était sensible et il fallut la détermination d’un Général de Gaulle pour empêcher la mise sous tutelle complète de notre pays par les Zaméricains qui, 70 ans après, commencent à parvenir à leurs fins par d’autres moyens et avec l’aide précieuse de deux présidents successifs, à savoir «Sarko l’américain » et « Hollande le mou ».

Je vous passe le fait que des résistants français ont été sciemment dénoncés à la Gestapo après avoir acquis la certitude (pour une partie d’entre eux à Londres) que le débarquement aurait lieu dans le Pas-de-Calais, et évidemment le secret était tel qu’il ne fallait pas en parler… Résultat : beaucoup moururent comme des héros dans le silence et les souffrances de la torture, d’autres ont parlé, confirmant ainsi les doutes des Zallemands. Des aveux extorqués après de longues heures d’interrogatoires sont évidemment beaucoup plus crédibles.

Cette opération Fortitude a joué un rôle crucial dans la réussite du débarquement et de la libération de l’Europe par les Alliés. Si le débarquement n’avait pas eu lieu, l’Europe aurait été également libérée vraisemblablement mais par les soviétiques, ce qui n’était pas du gout des Américains (déjà à l’époque) puisque à l’idée d’avoir une Europe communistes nos amis Américains avaient des boutons, raison pour laquelle ils se sont très bien accommodés des nazis puisque ces derniers détestaient les Russes…

Les « Fortitude » modernes !

Alors croyez-vous qu’il y ait beaucoup de différence dans les opérations d’intoxications menées de nos jours par exemple pour vous vendre l’intervention en Irak en 2003, alors que l’on voit aujourd’hui exactement les conséquences de nos actes et le massacre en vie humaine aussi bien de la population irakienne que de ces pauvres soldats US qui ont toujours été considérés par l’élite comme de la chair à canon, que ce soit sur les plages de Normandie, au Vietnam, en Afghanistan ou en Irak ?

Alors croyez-vous qu’il y ait beaucoup de différence dans les opérations d’intoxications menées de nos jours par exemple pour vous faire croire que les banques sont « too big to fail », c’est-à-dire trop grosses pour faire faillite alors que nous aurions pu les reprendre en main et casser ce système financier devenu complètement fou et hors de contrôle ?

Alors croyez-vous qu’il y ait beaucoup de différence dans les opérations d’intoxications menées de nos jours par exemple pour faire croire qu’il n’y a de Dieu que la consommation, les aïe-pads et autre i-trucs qui sont les moyens de votre bonheur alors qu’en réalité ils sont les outils de votre asservissement ?

Alors croyez-vous qu’il y ait beaucoup de différence dans les opérations d’intoxications menées de nos jours par exemple pour vous vendre et vous faire accepter les OGM, les Monsantos, l’interdiction des potagers (à venir), l’érosion de vos droits démocratiques ou encore votre mise en fichage numérique ?

Enfin, mais nous pourrions poursuivre cette liste à l’infini, pensez-vous et croyez-vous que la guerre en Ukraine soit juste ? Avez-vous envie de mourir pour Kiev ou pour Donesk ? Poutine est-il si méchant et surtout, surtout, au-delà de la méchanceté du grand méchant loup russe, sommes-nous vraiment le gentil petit chaperon rouge sans défense que nos élites veulent vous faire croire que nous soyons ?

Alors ne soyez pas dupes, informez-vous, ré-informez-vous et cela, croyez-moi, ne passe pas par le fait d’écouter le JT de 20h00 de Claire Chazal.

Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement http://www.lecontrarien.com.

 

SCANDALEUX ! Un accord serait en passe d’être conclu entre les autorités américaines et BNP Paribas pour éviter un procès à la banque

PARIS, 16 juin – Un accord serait sur le point d’être conclu entre les autorités américaines et la banque française BNP Paribas, accusée d’avoir violé l’embargo des États-Unis contre Cuba, le Soudan et l’Iran entre 2002 et 2009, rapporte lundi matin le quotidien économique Les Échos. « La négociation entre BNP Paribas et les autorités américaines s’est… read more.

 

« Pourquoi la politique de la BCE est vouée à l’échec ! »

La BCE avance d’un pas supplémentaire dans la voie des politiques monétaires dites non conventionnelles afin de lutter, ou plus précisément de faire semblant de lutter, contre les pressions déflationnistes en cours. Il faut donc comprendre quelles sont les raisons de cette déflation. Une fois les causes posées alors on sera en mesure de comparer… read more.

 

Irak : l’Arabie saoudite hostile à toute ingérence étrangère

Les autorités saoudiennes en réalité soutiennent et arment les hommes de l’EIIL pour la simple et bonne raison qu’il y a dans la région deux « islams » qui s’affrontent et que l’EIIL n’aime pas franchement les Iraniens, ce qui tombent bien puisque les Saoudiens ont une sainte frousse d’un Iran puissant (et se retrouvent du coup… read more.

 

Ukraine : 20 000 insurgés combattent dans l’est du pays (Kiev)

Lorsque l’on parle de 20 000 combattants côté force pro-russe, on ne parle pas d’une petite « insurrection » mais bien d’un mouvement de forte ampleur. Avec 20 000 combattants, c’est même la guerre qui est déjà perdue pour les politiciens de Kiev pour la simple et bonne raison qu’aucun pouvoir ne peut stopper 20 000 personnes… read more.

 

Au moins 13 000 suicides liés à la crise économique de 2007

C’est un article du Figaro (santé) qui revient sur le sujet des suicides liés à la crise. Depuis 2007, en Europe et en Amérique du Nord, il y aurait eu  au moins 13 000 suicides directement imputables à la dégradation de la situation économique. Alors évidemment, je vous conseille de lire cet article en entier,… read more.

 

Chine : ralentissement de l’achat de devises étrangères en mai

BEIJING, 16 juin – La banque centrale et les institutions financières chinoises ont dépensé 38,7 milliards de yuans dans l’achat de devises étrangères en mai, soit un important recul par rapport aux 116,9 milliards de yuans dépensés en avril, selon des statistiques publiées lundi par la banque centrale. Malgré ce ralentissement, il s’agit du dixième mois… read more.

 

Impact de la baisse des cours directeurs sur le cours de l’or

L’abaissement des principaux taux directeurs en zone euro par la BCE devrait permettre une meilleure circulation des liquidités et de faciliter les exportations. Mais cet abaissement des taux à presque zéro n’implique pas directement une dévaluation de la monnaie unique et ne devrait « arranger » dans un premier temps que les banques commerciales et… read more.

 

 

QUOTIDIEN ECONOMIQUE GRATUIT de Charles SANNAT – Édition du 5-6-10-11-12-13 juin 2014


Charles SANNAT

 

http://www.lecontrarien.com

 

 

« La grande remise à zéro du système est officiellement admise. Elle aura lieu. Préparez-vous ! »

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Comme vous le savez, je conteste la réalité de la reprise mondiale que l’on tente de nous vendre actuellement et depuis maintenant presque deux années.

La croissance n’est pas au rendez-vous. Certes les bénéfices augmentent comme l’explique très bien Martin Prescott dans sa dernière vidéo que je vous fais découvrir dans l’édition d’aujourd’hui du Contrarien Matin. Pour lui, et je partage totalement son analyse (mais c’est toujours important de vous montrer qu’un Olivier Delamarche ou un Charles Sannat ne sont pas les seuls dans le monde à penser ce que l’on pense), l’augmentation des bénéfices des entreprises est réel certes, mais il résulte en très grande partie des licenciements et des réductions de coûts dans les sociétés. Les chiffres d’affaires, eux, sont sans doute possible orientés à la baisse. Or le chiffre d’affaires est le seul véritable indicateur des volumes de transaction et bien évidemment une des composantes essentielles du calcul du PIB et donc de la croissance économique générale.

Le grand « reset » est officiellement admis par le FMI

Mais ce n’est pas tout, ou en tout cas pas le plus important. Cela va vous demander un effort. J’en suis conscient car Christine Lagarde, la patronne du FMI, y parle en anglais dans le texte pendant 30 minutes. Mais je vous demande vraiment de consacrer au moins une demi-heure de votre temps à regarder cette vidéo. L’avantage c’est que dame Christine est un peu française sur les bords et que sa prononciation de la langue de Shakespeare nous est parfaitement familière. Disons que vous avez plus de chance de comprendre ce que raconte Lagarde que ce que tentera de vous dire avec son accent pourri le texan moyen.

L’avantage c’est que même si vous ne parlez pas l’anglais, vous n’avez qu’une chose à retenir. Qu’un seul mot. Le mot « reset », que l’on peut traduire par « remise à plat » en français. Ecoutez et cherchez et comptez simplement le nombre de fois où elle va prononcer ce mot en trente minutes. Il s’agit d’une intervention lors du forum économique de Davos.

Nos dirigeants sont donc censés être pleinement informés de ce qu’il va se passer dans les années ou les mois à venir et nous allons vivre en vrai une grande remise à plat du système monétaire mondial car au bout du chemin, il n’y aura aucune autre solution. N’imaginez pas que cela ne sera pas douloureux. Cela le sera. Cela fera mal et encore plus aux patrimoines.

C’est la raison principale pour laquelle vous devez vous préparer. Cette vidéo est accessible pour vous dans cette édition du Contrarien Matin et je remercie notre camarde contrarien du Quebec Martin Prescott d’avoir mis en avant cette vidéo de Christine Lagarde car elle est effectivement essentielle.

L’Italie se fait retoquer par Bruxelles

Pendant ce temps, nous avons appris aujourd’hui que l’Italie s’était fait taper sur les doigts par Bruxelles car finalement il manque des sous dans la caisse mais cela n’est pas une surprise et il faudrait que Renzi (qui a gagné les élections européennes en redonnant des sous aux Italiens) augmente les impôts de 9 milliards d’euros, soit deux fois plus que ce qu’il vient de rendre à sa population.

Mais maintenant que les élections sont passées, les Italiens vont pouvoir se faire tondre tranquillement et sans conséquences « démocratiques » désagréables possibles. C’est beau la politique et l’art de prendre les peuples pour des cons.

L’enquête ADP sur l’emploi aux États-Unis révèle un climat de morosité

Une dépêche Reuters nous a appris que d’après « l’enquête mensuelle ADP, le secteur privé américain n’a créé que 179 000 postes le mois dernier alors que les économistes interrogés par Reuters en attendaient en moyenne 210 000 ».

C’est évidemment une déception supplémentaire mais cela n’empêchera probablement pas les marchés boursiers américains de terminer la séance à nouveau en hausse tellement tout va mieux que bien dans ce bas monde.

Le grand « reset » de Lagarde sera votre grande ruine

Comprenez-moi bien, je n’éprouve aucun plaisir à vous annoncer de mauvaises nouvelles. Je préférerais vous annoncer un avenir radieux, plein de joie, de bonheur et de richesse, hélas tous les éléments factuels dont nous disposons démontrent très clairement à qui accepte de ne pas faire l’autruche que nous sommes engagés sur une pente dangereuse et vraisemblablement sans retour.

L’ultime étape de cette crise sera monétaire et je vous repose le mécanisme que nous avons, que vous avez vécu depuis 2007 (même si les causes de cette crise sont multiples et plus profondes, pour ceux qui veulent mieux comprendre, lisez le hors-série « Les vraies raisons de la crise » accessible gratuitement en téléchargement sur le site du Contrarien Matin).

La crise immobilière américaine a entraîné la crise des subprimes. Les impayés de crédit ont conduit à une crise bancaire. Elle s’est transformée en crise financière et boursière. Cela a engendré une crise économique et une récession d’ampleur historique. Les États sont intervenus, ce qui a amené une augmentation exponentielle de l’endettement des pays pour la plupart déjà largement endettés, d’où une crise de l’endettement des États confinant à l’insolvabilité généralisée. Du coup, les banques centrales interviennent et émettent de plus en plus de monnaie. Au bout du compte et pour faire face à un niveau de dette jamais atteint, l’ultime étape de la crise sera monétaire. À l’effacement des dettes correspondra un effacement de l’épargne et l’arrivée de nouvelles monnaies. Les compteurs auront été remis à zéro et le grand « reset » aura eu lieu. Vous serez probablement ruiné. Puis les choses repartiront comme avant jusqu’à la prochaine grande ruine. Car l’économie est cyclique et une crise majeure frappe le système tous les siècles.

Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement http://www.lecontrarien.com.

Source pour le chômage US ici

Source pour l’Italie et Bruxelles ici

 

« Les Français surveillent de près leur budget », vous êtes limite de gros vilains radins… !!

Voilà comment commence cet article assez scandaleux : « Prévoyants, économes, voire proches de leurs sous… La crise économique semble avoir modifié nettement le comportement des Français, qui surveillent de très près le budget, selon une étude de l’institut BVA pour Cetelem. Ils sont 84 % à surveiller régulièrement leurs comptes et 45 % à avoir… read more.

 

Les États-Unis abusent des mesures compensatoires : ministère du Commerce

BEIJING, 4 juin – La décision préliminaire des États-Unis touchant les produits photovoltaïques importés de Chine représente un abus de mesures compensatoires, a déclaré mercredi le ministère chinois du Commerce. Le département américain du Commerce a fixé mardi des taux de subvention préliminaires concernant les produits photovoltaïques chinois, signalant ainsi qu’il pourrait imposer des droits punitifs… read more.

 

L’UE lance un programme civil ambitieux sur la robotique

BRUXELLES, 3 juin – La Commission européenne, avec 180 entreprises et organisations de recherche, a lancé mardi le plus grand programme mondial d’innovation et de recherche civile en robotique. Le programme devrait beaucoup contribuer à créer des emplois au niveau de l’Union européenne (UE), a indiqué l’UE dans un communiqué. Cette nouvelle initiative dénommée SPARC, qui… read more.

 

Chine : les centrales nucléaires sont généralement sûres

BEIJING, 4 juin – Les réacteurs en service des centrales nucléaires ont un niveau de sécurité relativement bon, et la qualité des réacteurs en construction est bien contrôlée, a déclaré mercredi Li Ganjie, chef de l’Administration nationale de la Sûreté nucléaire (ANSN). Li Ganjie, vice-ministre de la Protection de l’Environnement et chef de l’ANSN, a indiqué… read more.

 

Pour Christine Lagarde, l’économie mondiale a besoin d’un… « reset » !

Je vous conseille cette vidéo hallucinante – qui m’avait échappé mais pas à notre camarade Martin Prescott qui en parle justement dans sa vidéo – où Christine Lagarde, lors du dernier sommet de Davos, a exprimé le plus clairement du monde mais aussi le le plus crûment la situation dramatique dans laquelle se trouve l’économie mondiale. Vous… read more.

 

Voici ce que nous sommes devenus avec nos « portables » indispensables….

Libérons-nous de la dictature technologique qui nous ôte notre vie et notre liberté la plus importante, à savoir vivre en humain l’instant présent. C’est la totalité du système économique qui, pour s’enrichir encore plus, joue sur ce qu’il y a de pire dans l’âme humaine. Charles SANNAT

 

La dernière vidéo de Martin Prescott, notre ami du Quebec, qui dénonce les « menteries économiques »

Prenez un petit quart d’heure pour visionner la dernière vidéo de notre ami canadien Martin Prescott de MoneyMakerEdge. Toujours de bonnes analyses avec de belles informations et une vision nord-américaine en français dans le texte, en tout cas dans le français totalement charmant et dépaysant de nos amis québécois. Un grand merci à lui pour… read more.

 

 

« Les taux d’intérêt négatifs de la BCE. Une première historique ! »

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Rassurez-vous mes amis, un taux négatif ce n’est pas vous payer pour emprunter, ce serait un beau cadeau et n’oubliez jamais que les États et encore moins les banques sont là pour vous faire des cadeaux. Non, ce qu’ils vous font ce sont les poches…

L’information du jour c’est donc évidemment les annonces remarquées et remarquables de Mario Draghi, le gouverneur de la Banque centrale européenne, l’institution qui veille consciencieusement à la ruine de tous les États membres.

À ce rythme, notre agonie risque d’être encore un peu plus longue puisque c’est de nature à faire « tenir » ce système moisi un peu plus longtemps encore. Mais au bout du compte, tout cela finira mal et l’estimation donnée par Jacques Attali d’une durée de 18 mois avant la prochaine grande crise me semble fondamentalement l’échéance sur laquelle nous baser pour notre préparation personnelle.

La déflation est bien là !

Mario a beau tourner autour du pot, il est évident que la déflation n’est pas un risque à venir mais un problème avéré. La déflation est là et d’ailleurs Draghi se prépare à ce qu’elle soit là encore longtemps.

La raison est simple. Comme je l’ai expliqué à de multiples reprises, avec l’euro aucun pays ne peut faire ce que l’on appelle une « dévaluation monétaire » pour retrouver de la compétitivité. Pour en retrouver, la seule solution est la dévaluation salariale, c’est-à-dire la baisse généralisée du niveau des salaires comme c’est le cas en Grèce (le pays le plus en avance si l’on peut dire), en Espagne, au Portugal, en Italie et même en France dans une moindre mesure pour l’instant (c’est plus un gel des salaires avec augmentation du chômage et une légère baisse du salaire réel en raison de la hausse des impôts et des prélèvements).

Lorsque les salaires baissent, il est évident qu’un phénomène déflationniste ne peut qu’avoir lieu. C’est une évidence économique.

Il faut donc comprendre que la seule solution pour éviter la déflation ce n’est pas fondamentalement de baisser les taux mais bien d’augmenter les salaires.

Les causes profondes de ce phénomène c’est évidemment l’euro et le carcan qu’il représente mais pas uniquement. Dans une économie mondialisée et sans barrière de protection afin de lutter contre les phénomènes de concurrence déloyale liés à des distorsions de salaires évidentes, nous ne pouvons arriver qu’à un ajustement généralisé vers le moins-disant salarial et social. C’est exactement ce qu’il se passe puisque nous nous refusons à imposer des droits de douane.

Nous ne pouvons donc vivre qu’une déflation majeure, renforcée qui plus est par des aspects démographiques eux-aussi déflationnistes.

Les mesures annoncées par Mario Draghi

Elles sont globalement au nombre de trois.

1/ Le principal taux d’intérêt directeur passe de 0,25 % à 0,15 %. En gros, nous allons pouvoir emprunter un poil moins cher de l’argent que nous ne voulons pas emprunter puisque nous ne sommes pas sûrs de pouvoir le rembourser en particulier pour ceux qui n’ont pas de visibilité sur leur emploi. Cela ne changera donc pas grand-chose. Je n’emprunte pas parce que les taux viennent de baisser de 0,10 %, j’emprunte parce que j’en ai besoin ou parce que je vais réaliser un investissement rentable.
Retenez donc que le taux directeur est celui qui fixe en gros le prix d’emprunt de l’argent.

2/ Le taux de dépôt de la BCE, lui, est devenu carrément négatif et c’est une grande première historique pour la BCE. Il y a bien eu quelques expériences de ce genre il y a quelques années en particulier dans des pays nordiques, mais cela n’a pas réellement fonctionné. Disons que sur ce sujet-là nous n’avons pas de recul suffisant pour être affirmatifs dans nos appréciations. Néanmoins, mon point de vue est que là encore, cela ne va pas fonctionner.

Avant de vous expliquer pourquoi, expliquons ce qu’est le taux de dépôt. Lorsqu’une banque commerciale comme la Société Générale ou la BNP dispose d’un excédent de trésorerie, elle peut prêter ces fonds par exemple à d’autres banques qui, elles, seraient en manque ponctuel de liquidités. Le problème c’est que depuis 2007 plus personne n’a confiance en personne, donc les banques en excédent déposent leur argent directement à la BCE qui, jusqu’à présent, rémunérait ses fonds (bien que de moins en moins).

Désormais, une banque qui placera son argent à la BCE aura moins à la sortie de son placement qu’à son entrée. En clair, les banques vont devoir payer pour placer leur épargne à la BCE !!

L’idée c’est de forcer les banques en excédent à prêter et à financer l’économie… enfin officiellement !

Pourquoi cela ne va sans doute pas marcher ?

Les raisons sont multiples. Tout d’abord, le problème de fond est la confiance. Certaines banques préféreront perdre très légèrement plutôt que d’aller prendre des risques inutiles.

La réalité c’est que les banques vont préférer prêter à des États surendettés et en situation d’insolvabilité théorique pour la raison simple que la BCE devrait intervenir en cas de pépin grave (en tout cas c’est le pari), donc plutôt que de financer l’économie réelle, moi banquier, je préfère prêter mes sous à l’Espagne à moins de 3 % !! Et c’est d’ailleurs exactement ce qu’il se passe depuis quelques semaines où nous constatons un effondrement des taux d’emprunts des États, ce qui constitue une énorme bulle obligataire.

Évidemment, 3 % cela rapporte plus que de payer 0,10 % !! Le calcul est donc vite fait pour nos rapaces de banquiers.

Enfin, certes les banques se montrent réticentes à financer l’économie réelle, en revanche ce n’est qu’une partie de ce problème. Il y a l’offre de crédit (côté banque) mais il y a aussi une demande de crédit (côté client). Or la demande de crédit est orientée dramatiquement à la baisse depuis plus de deux ans. La raison est simple. Les particuliers, qui ont peur pour leur emploi, ne veulent pas emprunter. Logique. Les entreprises, qui n’ont pas de visibilité, ne veulent pas investir… donc elles n’empruntent pas. Logique aussi.

Enfin, et c’est le dernier élément, les banques garderont tout simplement leur argent sur leur propre compte et préféreront plutôt ne rien faire que d’en perdre !

3/ Comme nous l’apprend la dépêche dont je vous mets le lien source, « selon les analystes, il pourrait annoncer entre autres un nouveau crédit à long terme (LTRO) aux banques, soumis cette fois à la condition qu’elles prêtent à leur tour contrairement à deux LTRO à trois ans lancés précédemment par la BCE ». C’est le fameux « crédit easing » européen que j’avais déjà évoqué à plusieurs reprises et qui se précise. Cependant, Mario Draghi garde des « cartouches » et des munitions pour plus tard et continue sa politique qui, essentiellement, vise simplement à gagner du temps. Pour quoi faire ? Nul ne le sait. Disons que nous gagnons du temps ou plus précisément nous achetons du temps non pas tant pour ce que cela nous permettra de faire que pour ce que cela nous évitera de vivre.

Nous n’en sommes plus, et depuis longtemps, à vouloir améliorer la situation puisque nous n’avons rien fait depuis 7 ans pour changer véritablement les modes de fonctionnement de notre système. Nous en sommes juste à vouloir éviter les conséquences désastreuses d’un effondrement et les autorités tentent désespérément d’organiser une lente descente plutôt qu’une chute violente.

Je laisse donc le mot de la fin qui m’a fait beaucoup rigolé à Carsten Bzreski, économiste de la banque ING, qui a déclaré à propos des annonces de Mario Draghi que :

« Mais cela aidera-t-il à faire repartir l’économie ? Probablement pas mais la BCE a montré sa détermination et sa capacité à agir » !

Ce qui peut être traduit par un lapidaire « ce que fait la BCE ne servira à rien mais tout le monde fait semblant de croire que ce que l’on fait sera efficace » ! Si la situation n’était pas aussi dramatique, ce serait drôle.

Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement http://www.lecontrarien.com.

Source dépêche AFP sur le site Boursorama.com ici

 

L’affaire BNP Paribas « va poser beaucoup de problèmes entre les deux gouvernements »

Je vous invite à lire cet article d’Europe 1. Voici ce que vient de déclarer Montebourg, notre ministre de l’Économie avec qui je suis parfaitement d’accord : « C’est un risque considérable (pour la banque, ndlr) et nous n’accepterons pas de le courir. Et cela va évidemment poser beaucoup de problèmes entre les deux gouvernements. » « Il… read more.

 

L’Allemagne prête à autoriser le gaz de schiste

« L’Allemagne dépend à 35 % des importations russes, pour ses besoins en gaz. Le gouvernement allemand va autoriser la fracturation hydraulique sur 86 % du territoire. Un premier pas vers l’exploitation de ressources qui pourraient réduire, faiblement, la dépendance au gaz russe. » C’est par ces quelques lignes que commence cet article du Figaro dont je… read more.

 

Gaz : les livraisons US à l’Europe ne régleront pas les problèmes (Barroso)

Les livraisons de gaz américain à l’Europe ne régleront pas les problèmes énergétiques de l’UE, a indiqué jeudi le président de la Commission européenne José Manuel Barroso à l’issue du sommet du G7 à Bruxelles. « Il faut être réaliste et ne pas s’illusionner en croyant que le gaz livré par les États-Unis réglera nos problèmes »,… read more.

 

Sanctions contre la Russie : les USA constatent les contrecoups

Les sanctions décrétées par les pays du G7 contre la Russie ont provoqué des « complications » dans l’économie de ces pays, a déclaré mercredi Ben Rhodes, conseiller adjoint du président américain pour la sécurité nationale. « Dans différents pays européens il y a des domaines où ces pays entretiennent des relations légales avec la Russie. En Allemagne,… read more.

 

OCDE : l’inflation augmente de 2,0 % en avril 2014

PARIS, 4 juin – Les prix à la consommation ont augmenté de 2,0 % entre avril 2013 et avril 2014 dans les 34 pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), contre 1,6 % entre mars 2013 et mars 2014, selon les chiffres publiés mercredi par l’organisation à Paris. Hors alimentation et énergie,… read more.

 

La Russie et la Chine créent une agence de notation financière

La Russie et la Chine ont décidé de créer une agence de notation financière conjointe, a annoncé mardi à Pékin le ministre russe des Finances Anton Silouanov. « Nous créerons une agence de notation financière russo-chinoise qui utilisera les mêmes instruments et critères d’évaluation des projets d’investissements nationaux et régionaux que ceux utilisés par les meilleures… read more.

 

L’UE s’attend à la réduction du nombre de chômeurs de 1,6 million en trois ans

BRUXELLES, 4 juin – L’Union européenne (UE) s’attend à la réduction du nombre de chômeurs de 1,6 million durant la période 2013-2015, a affirmé mercredi le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, peu avant un sommet extraordinaire du G7 (États-Unis, Allemagne, Japon, France, Royaume Uni, Italie, Canada plus l’UE) à Bruxelles. La perspective de l’économie… read more.

 

 

« Des surprises inattendues ! »

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Vous savez à quel point j’aime me moquer de la dialectique de ceux qui nous dirigent et qui, à travers les mots et leur utilisation, cherchent à diriger nos pensées.

Si les mots ont un sens, il n’en demeure pas moins assez facile de déjouer les pièges sémantiques pour peu que l’on fasse attention.

Les crises, quelles qu’elles soient, sont toujours « imprévues », elles ne sont jamais « la faute » à quelqu’un mais toujours « la faute » à pas de chance. On ne pouvait pas savoir, c’était imprévisible, on ne pouvait pas imaginer que etc.

Une crise immobilière en 1990 ? La faute à la première guerre du Golfe. Une crise boursière majeure en 2001 ? La faute aux attentats du 11 septembre ! Une crise économique dévastatrice en 2007 ? La faute aux subprimes américains, j’vous jure on pouvait pas prévoir… Impossible d’imaginer qu’une spéculation bancaire poussée à outrance pendant 10 ans puisse un jour poser des problèmes…

La future faillite des États occidentaux totalement surendettés ? Rassurez-vous, ce sera là encore la faute à quelque chose, que ce soit la « guerre en Ukraine », le très vilain Poutine ou encore la chute d’un astéroïde sur Wall Street… mais comme à chaque fois, on vous expliquera le plus gros des mensonges, à savoir que le propre d’une bulle est de révéler son existence qu’une fois qu’elle a éclaté ! J’en rigole encore. Nous avons tout plein de bulles, boursières ou obligataires, et je peux vous assurer qu’elles sont bien là. Je peux même vous garantir qu’elles éclateront ! Je ne sais juste pas quand exactement. Ce jour-là, on vous dira… c’est la crise (une nouvelle) et on ne pouvait pas s’y attendre, c’est pas ma faute ma brave ménagère au chômage.

Vous remarquerez aussi que chaque crise est « nouvelle ». Aucune continuité. Non. Alors qu’évidemment, tous ces événements sont liés et depuis des décennies et s’enchaînent finalement de façon assez prévisible en dehors de l’agenda qu’aucun analyste ne peut maîtriser.

Alors que je faisais ce matin le point sur les « zactualités », quelle ne fut pas (encore une fois) ma surprise que de lire la surprise des autres ! Et aujourd’hui, ils ont été sacrément surpris.

Par exemple voir des pays européens en récession, c’est vraiment surprenant et inattendu.
Par exemple voir le « moral » de tel ou tel agent économique en berne, c’est vraiment surprenant et inattendu !

D’ailleurs vous pourrez être surpris en lisant dans l’édition du Contrarien du jour qu’en Espagne les choses ne vont pas mieux sauf peut-être dans le secteur automobile, surtout lorsque le gouvernement espagnol qui n’a pas la queue d’un rond fait des primes à la casse de 2000 euros… Vous serez surpris aussi par l’avis très négatif de S&P sur l’Italie qui aurait beaucoup de dettes… (à lire aussi dans le Contrarien du jour).

Alors vraiment, c’est la journée des surprises. Je ne pouvais pas toutes vous les mettre dans cet édito! Mais je vous en ai sélectionné deux bien croustillantes!

Portugal : le PIB recule de 0,6 % au premier trimestre

Voilà ce que dit l’AFP (Agence France Presque, comme la surnomment certains de nos camarades lecteurs à l’esprit chagrin et qui trouvent manifestement qu’il y a quelques « approximations ») :

« Le recul de 0,6 % du PIB, expliqué par une baisse des exportations, confirme la rechute surprise de l’économie portugaise après la reprise entamée au printemps 2013. »

Mais quelle tristesse mes chers amis le Portugal dont la même Agence (et toutes les autres soyons justes avec notre AFP nationale) vantait la reprise jusqu’à la veille des élections européennes et qui une fois les élections passées (mais il n’y a aucun lien évidemment) découvre avec « surprise » que non seulement le Portugal n’est pas en croissance mais qu’en plus l’économie, « contre toute attente », est en récession.

Pendant ce temps, et grâce à l’AFP, je suis passé pour un imbécile lors des dîners en famille… « Mais Charles, arrête avec ton pessimisme, regarde, j’ai entendu à la télé que ça allait beaucoup mieux en Espagne, en Grèce et au Portugal. » Ils sont même « sortis d’affaire » !

Comment voulez-vous que cela puisse aller mieux au Portugal et ailleurs alors que l’on continue à baisser les salaires des pauvres Portugais pour qu’ils retrouvent de la « compétitivité ». Alors le PIB baisse, bonne blague. Lorsque le Portugais vaudra un Chinois, je peux vous assurer qu’il sera très compétitif. Bon, le PIB aura baissé de 70 % mais il sera compétitif. Le même raisonnement est valable pour les Espagnols, les Grecs, les Français ou les Allemands. Tous à 400 euros/mois sans assurance retraite, chômage, et maladie… et là, vous verrez ce que vous verrez !

En attendant, la triste réalité est que les autorités, avec l’aide bienveillante des agences de notations dont les dépêches sont reprises en boucle par les différents médias sans la moindre modification, on « pilote » le sentiment des gens et on les mènent par le bout du nez à croire que tout va de mieux en mieux ce qui est faux.

Baisse inattendue du sentiment des investisseurs en zone euro

Pour l’Agence de presse Reuters, « l’indice Sentix du sentiment des investisseurs a, contre toute attente, reculé en juin, les acteurs du marché n’ayant pas été enthousiasmés par les mesures de soutien à la croissance annoncées jeudi par la Banque centrale européenne (BCE) ».

L’Agence de presse souligne même que ce recul du « sentiment » des investisseurs est d’autant plus « remarquable » que la BCE a annoncé la semaine dernière tout plein de mesures pour lutter contre la déflation, alors comment se fait-il qu’ils n’aient pas le moral bon sang !

Là encore, c’est inattendu, surprenant, bref, c’est la surprise.

Pourtant, après 7 années de crise, avec un chômage de masse et des défis multiples auxquels font face nos économies, il n’y a aucune raison objective pour être optimiste.

Néanmoins, regarder la réalité dans les yeux est nettement moins confortable que de faire l’autruche, encore un peu. Le réveil sera brutal pour tous ceux qui auront préféré croire aux belles histoires.

Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement http://www.lecontrarien.com.

Baisse surprise du PIB du Portugal pour être surpris par la source c’est ici!!

Pour être surpris par la baisse inattendue du moral des investisseur la source est ici…

 

S&P confirme les perspectives économiques négatives de l’Italie malgré les « intentions encourageantes » de son gouvernement

ROME, 6 juin – L’agence de notation Standard and Poor’s (S&P) a confirmé vendredi la note BBB pour l’Italie, ajoutant que les perspectives économiques du pays demeurent négatives, malgré les « intentions encourageantes » du gouvernement actuel. L’agence de notation américaine, qui a abaissé la note de solvabilité de l’Italie à trois reprises depuis mai 2011, a affirmé… read more.

 

Le gouvernement espagnol renouvelle l’aide financière au secteur automobile

MADRID, 6 juin – Le gouvernement espagnol a prolongé le plan PIVE qui accorde une aide financière au secteur automobile du pays, a annoncé vendredi la vice-Première ministre Soraya Saenz de Santamaria. La haute responsable a fait cette annonce lors d’une conférence de presse à l’issue d’une réunion ministérielle. Elle a indiqué aux journalistes que le… read more.

 

Est de l’Ukraine : un lance-roquettes Grad détruit par les insurgés

DONETSK, 9 juin – RIA Novosti Les combattants des forces d’autodéfense de Slaviansk ont détruit un des lance-roquettes multiples (LRM) BM-21 Grad utilisés par l’armée ukrainienne contre cette ville dans l’est de l’Ukraine, a annoncé lundi à RIA Novosti un porte-parole de l’État-major des insurgés. « Nous avons détruit un lance-roquettes multiples Grad au tournant de la… read more.

 

La Russie coopérera avec la Chine sans préjudice pour l’UE (sénatrice)

La Russie développera ses relations avec la Chine et les États d’Asie-Pacifique sans préjudice pour ses liens avec les pays européens, a déclaré samedi la présidente du Conseil de la Fédération (sénat russe) Valentina Matvienko sur la chaîne de télévision TV Centre. « Nous n’envisageons en aucune façon de développer notre coopération avec l’Asie-Pacifique et notre… read more.

 

Ukraine/gaz : Moscou peut réduire ses livraisons en Europe

DEAUVILLE, 6 juin – RIA Novosti La Russie peut réduire le volume de gaz qu’elle fournit à l’Europe si cette dernière alimente l’Ukraine en flux inversés, a déclaré vendredi à Deauville le président russe Vladimir Poutine, en visite de travail en France. « Il y a de grands risques. Si un pays souhaite régler les problèmes de… read more.

 

Jean-François sur BFM Business vous parle de l’argent métal

Retrouvez en vidéo Jean-François Faure, le président fondateur d’AuCOFFRE.com, parlant de l’argent métal comme placement alternatif à l’or en conservant l’aspect valeur tangible d’une part mais également les avantages de l’argent comme métal industriel dont les ressources sont en train de se raréfier. Charles SANNAT

 

« THE » Revue de l’or du Web du 6 juin : argent métal et cours de l’or

Pour commencer cette revue du Web, on fait le point sur l’interview de Jean-François Faure, le président fondateur d’AuCOFFRE.com, à BFM Business autour de l’argent métal. Mais comme c’est également le sujet de la semaine, le cours de l’or fait également l’objet de plusieurs articles cette semaine. On les décrypte dans cette revue du Web…. read more.

 

 

« De la civilisation à la vicilisation ! »

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Je viens de terminer un ouvrage dont je souhaitais vous parler et partager avec vous quelques réflexions.

Son titre ? Vicilisation, du latin « vicus », signifiant « le village », et nous reviendrons longuement sur cette partie-là.

Le résumé

«Vicilisation – La Chute est un roman d’aventures qui se déroule de nos jours.

La crise économique s’aggrave, les tensions sociales et les attentats se multiplient, le monde occidental vacille, puis s’effondre brusquement.

Les villes en proie aux pénuries et aux émeutes sont les premières touchées.

Jacques, un jeune architecte parisien jeté sur les routes de l’exode, tente de survivre à l’impensable. Son errance spectaculaire au travers d’un monde qui sombre dans l’anarchie lui révèle ce que beaucoup n’auront pas l’occasion de voir : le crépuscule d’une civilisation.

Pourtant, au milieu des doutes et de la violence, un fragile espoir semble renaître…

Jusqu’où ira-t-il pour le défendre ? Que sera-t-il capable d’accomplir pour émerger de ce chaos ? »

Voilà donc pour l’histoire qui, sans être un trésor littéraire (ce qui n’est en aucun cas un reproche), se lit bien et facilement (ce qui est un compliment), ce qui est évidemment fort agréable. On a tout simplement envie de lire la suite et de tourner chaque page ! J’ai passé un bon moment de lecture et cet ouvrage doit nous amener à nous poser quelques questions de fond, en tout cas il peut sans conteste servir de support à une réflexion beaucoup plus large sur notre modèle de civilisation.

La ville tentaculaire comme modèle de développement

Notre modèle actuel de développement est hérité de la révolution industrielle. L’exode rural est, avec le recul, un phénomène particulièrement logique dans la mesure où les usines qui avaient besoin d’une masse considérable de main-d’œuvre se sont installées à proximité des villes donc de leurs clients. Chemin faisant et temps passant, la population très majoritairement rurale dans notre pays à la sortie de la guerre à la fin des années 40 est devenue majoritairement urbaine puis péri-urbaine avec le développement pas franchement réussi de banlieues tentaculaires.

Il est donc essentiel de poser un constat particulièrement fondamental. Ce qui justifie l’existence des villes ce sont les usines et donc les bassins d’emplois liés à cette révolution industrielle.

Aujourd’hui, nous devons bien nous rendre compte, au-delà de la crise actuelle, que nous sommes rentrés dans une ère « post-industrielle », que les usines ferment et que celles qui ne ferment pas ont de moins en moins besoin de bras grâce aux progrès technologiques. La même chose est à l’œuvre dans le secteur des services et évidemment Internet, les réseaux informatiques et autres technologies jouent un rôle considérable dans la raréfaction des emplois disponibles. C’est par exemple cruellement le cas pour les agences bancaires condamnées rapidement à disparaître au profit de la banque en ligne nettement plus rémunératrice pour les banques et qui occupent tout de même environ 480 000 personnes rien que dans les agences de France et de Navarre.

Alors la question que l’on doit se poser est que la ville telle que nous la connaissons aujourd’hui est l’héritage de cette révolution industrielle d’il y a deux siècles, héritage balayé en l’espace de quelques décennies notamment par la mondialisation, les délocalisations et les progrès techniques, cette ville donc a-t-elle encore un sens économique, un sens social, est-elle un avenir possible ou au contraire un vestige de notre passé récent voué à la décadence et à la disparition comme peut nous le montrer de façon assez dramatique l’évolution de la ville de Détroit aux USA qui n’est même plus l’ombre d’elle-même mais un champs de ruines à ciel ouvert ?

Le cas particulier des écoquartiers !

Ma tendre épouse, avec qui je partageais ces réflexions, évoquait que ce que je pensais pouvait être relativisé, que la ville est capable de se transformer d’ailleurs, « regarde mon chéri, maintenant on construit en BBC et on bâtit des écoquartiers ». C’est vrai, et pourtant cela ne me semble pas être une solution mais justement bien une confirmation et une démonstration que les villes actuelles ne sont plus adaptées et le seront de moins en moins. Il s’agit là, en tout cas j’en ai la désagréable impression, de tentatives désespérées de « changer » la ville sans la remettre en cause ! En clair, c’est une réformette urbaine ou quelques esprits éclairés glosent doctement autour d’idées fumeuses du type écoquartier, potager participatif de 200 m² aussi vite abandonné que construit, ou encore toitures végétalisées. C’est très beau, c’est très bien, c’est très séduisant et alors ! Combien de millions de personnes habitent-elles dans un écoquartier ? Et qu’est-ce qu’un écoquartier ? Ce n’est rien en réalité, juste un ensemble immobilier perdu au milieu d’un océan de béton et censé avoir un impact plus léger sur l’environnement. Comprenez par là qu’il y a quelques panneaux solaires, une isolation que personne ou presque ne pourra plus se payer dans 5 ans si la crise et le chômage se poursuivent ainsi, et en cherchant bien sans doute quelques arbres tout petits et qui auront besoin de 20 ans avant de fournir de l’ombre… le tout en général assez loin des centres-villes (qui sont déjà construits depuis belle lurette) !

Bref, l’écoquartier est à l’avenir des villes ce que la ligne Maginot était à la protection de la France en 1940. Nous continuons à raisonner ville, à raisonner extension, emprise étalement urbain que les nouvelles constructions soient BBC ou pas ne changera rien ou presque à l’autonomie de leurs habitants.

Le retour du « rural » une tendance lourde et une nécessité économique

S’entasser dans les villes a donc une logique lorsqu’il s’agit avant tout d’une logique d’emploi et de travail. Vous travaillez en ville, vivez en banlieue (en général) et payez généralement très cher le fait d’y être. Même pour ceux qui travaillent, et je pense en particulier aux classes moyennes, désormais le coût économique de la vie en ville mérite d’être calculé, ce que les gens ne font pas encore assez. En gagnant moins à la campagne, on peut vivre mieux qu’en gagnant un peu plus en ville.

En revanche, pour ceux qui sont sans emploi et avec peu de chance d’en retrouver un convenablement payé, la ville est très clairement la plus mauvaise affaire financière. Pas d’argent = les quartiers les plus défavorisés, les problèmes scolaires ou de délinquance, ou encore un éloignement assez fort du centre-ville. Bref, un rmiste a-t-il intérêt à vivre en ville et à s’entasser dans des banlieues dortoirs toutes aussi déprimantes les unes que les autres. Économiquement, la réponse est évidemment non.

Vivre avec un RSA à la campagne c’est presque possible, en aucun cas en ville, encore moins à Paris. La ville, enfin, vous prive de toute autonomie ou presque, les solidarités n’y sont pas les mêmes et les possibilités d’échanges sont très différentes.

En Grèce, comme dans tous les pays du sud de l’Europe, on observe un mouvement très fort confinant à l’exode urbain où les gens par milliers quittent des villes devenues des pièges financiers pour se replier sur des zones rurales ou à défaut de « carrières » professionnelles, ils sont en mesure de subvenir à leurs besoins fondamentaux de se loger, de se nourrir et aussi de se chauffer avec quelques stères de bois au moment où les feux de cheminées sont désormais interdits dans toute l’Île-de-France.

Ces néoruraux représentent à mon sens une forme de solution de « survie » évidente face à la crise économique et au chômage endémique.

Il y a quelques mois j’avais eu l’outrecuidance d’écrire au sujet d’une dame qui dormait dans sa voiture (dans le 15e arrondissement de Paris) alors qu’elle avait une pension de 800 euros, était à la retraite et se plaignait de son sort que rien ne l’empêchait de faire rouler sa voiture jusqu’à Tulles, ville de Corrèze et accessoirement de notre président de la République, pour y dénicher un appartement en excellent état pour moins de 300 euros par mois, ce qui lui laisserait environ 500 euros pour finir le mois. Certes ce n’est pas Byzance, mais au moins on finit son mois et on n’est pas SDF.

J’ai reçu un abondant courrier de lecteurs m’accusant de vouloir « déplacer les gens de force ». Mais il ne s’agit pas de cela. Les gens finiront par se déplacer d’eux-mêmes tout simplement parce qu’ils n’auront aucun autre choix. Encore une fois, être en ville sans travail c’est un suicide financier et familial et l’assurance d’être malheureux. Après, il doit tout de même être possible de parler de ce genre de possibilité et d’inciter les gens à se redéployer sur le territoire sans pour passer tout de suite pour un horrible stalinien…

L’intérêt économique de la revitalisation rurale

Et c’est là que ce livre Vicilisation est très actuel et passionnant car effectivement l’intérêt du village et du redéveloppement rural est évident.

Humainement tout d’abord, nous avons besoin de ralentir le temps, d’alléger les pressions psychologiques, de redonner du sens et le sens provient aussi du rôle que chacun peut tenir dans sa communauté immédiate par et pour les autres.

Économiquement, remettre un café dans chaque village, un coiffeur, un épicier, un boucher ou encore un boulanger ce sera autant de travail créé en plus et donc une petite vie économique locale.

Mettre tous ces villages en réseaux, développer le télétravail, favoriser les échanges locaux de biens et services, de réparation comme de production dans le cadre de ce que certains appellent « l’économie circulaire » fera évidemment partie des solutions post-crise que nous devrons mettre en place.

Il ne faut pas s’imaginer que la croissance reviendra comme par magie. Elle baisse tendanciellement depuis 40 ans maintenant et chaque décennie voit sa croissance moyenne inférieure à celle de la décennie précédente. Désormais nous sommes à croissance zéro sans même vous parler de « croissance négative » et du tombereau de dettes que nous ne rembourseront jamais. Pour ceux qui ne l’ont pas lu, téléchargez si vous souhaiter en savoir plus mon ouvrage sur les « vraies raison de la crise » disponible gratuitement sur le site du Contrarien Matin colonne de droite sur votre écran d’ordinateur.

Vicilisation est une partie de la solution

Il nous faudra dans les prochaines années choisir entre ce que nous voudrons faire croître et ce qui devra décroître par la force des choses, il nous faudra passer de la production de masse et de la consommation de masse à l’économie circulaire où tout se répare car conçu pour cela et où tout se recycle. Nous devrons réinvestir nos espaces ruraux car nous disposons encore de place et de ressources. Nous avons même de vastes espaces sous-utilisés. Nous devrons prendre soin de nos sols et de nos environnements. Nous devrons changer nos méthodes agricoles en généralisant des techniques comme celle de la permaculture bio dont les rendements sont excellents et permettront quand même, quoi qu’en disent les Monsanto et consorts, de nous passer de toute cette chimie mortifère, nous devrons réapprendre à vivre ensemble dans des communautés à taille humaine.

Nos villes, nos grandes villes devront décroître par la force des choses, c’est ainsi. Elles sont en réalité totalement dépassées et ne survivront vraisemblablement pas dans leur taille actuelle à l’aggravation de la crise économique.

Le village redeviendra pour un temps l’unité de vie principale. Ce ne sera pas le village ou le hameau de nos grands-parents, loin de tout, enclavé. Non, ce sera, je l’espère, le village moderne et post-industriel, où nous saurons y investir de la technologie et des savoir-faire, des services de transports et de distribution qui rendront les échanges aisés.

Nous pourrions donc inventer un modèle de société totalement différent, beaucoup plus « doux », plus humain, plus efficient économiquement et environnementalement parlant. Nous ne devrons pas opposer technologie et ruralité mais bien faire coexister les deux pour mettre la technologie au service de l’homme et non plus subir l’inverse, à savoir l’asservissement de l’homme aussi bien par la technologie que par le système économique.

La véritable question est saurons-nous le faire avant ou après la chute, car dans ce roman de Chris Antone, la vicilisation ne peut naître que des cendres de la « civilisation » et j’ai bien peur qu’il ait parfaitement raison.

Je vous souhaite donc une excellente lecture de ce que peut être la chute de notre système et de notre pays, du chaos que nous pourrions devoir vivre mais aussi de nos capacités à rebondir comme l’être humain a toujours su le faire.
Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement http://www.lecontrarien.com.

Pour commander le livre Vicilisation, la chute que je vous conseille de lire c’est ici

 

Ukraine : création d’un centre pour l’évacuation des civils de l’est

KIEV, 10 juin – RIA Novosti Le gouvernement ukrainien crée un centre de coordination auprès du Service ukrainien des situations d’urgence chargé d’aider les personnes qui souhaitent quitter la zone des hostilités dans de l’Est de l’Ukraine, a annoncé mardi le ministère ukrainien de l’Intérieur. « Un centre de coordination se chargera du sort des personnes qui… read more.

 

SCOOP : Ukraine, à Donetsk des volontaires italiens viennent appuyer les insurgés

C’est l’Agence de Presse RIA Novosti qui nous apprend aujourd’hui que des volontaires italiens sont venus grossir les rangs des forces d’autodéfense du Donbass, a annoncé mardi le « gouverneur populaire » de la région de Donetsk, Pavel Goubarev, sur sa page Facebook. « Des membres de l’organisation italienne Millenium sont arrivés à Donetsk pour contribuer à l’organisation… read more.

 

Chine : des mesures exigeantes seront prises pour faire des économies d’énergie

BEIJING, 9 juin – Alors que la Chine est encore loin d’atteindre ses objectifs fixés pour la période 2011-2013, des mesures exigeantes seront prises pour économiser l’énergie, a indiqué lundi Xie Zhenhua, vice-ministre chargé de la Commission nationale du Développement et de la Réforme. M. Xie a indiqué lors d’un forum que des efforts devaient être… read more.

 

Chine : la production et les ventes de véhicules en baisse en mai

BEIJING, 10 juin – La production et les ventes de véhicules en Chine ont baissé en mai en glissement mensuel, marquant le deuxième déclin en base mensuelle consécutif, selon les nouvelles données publiées mardi. En mai, la production de véhicules a chuté de 4,4 % en base mensuelle à 1,98 million d’unités, alors que les ventes… read more.

 

Gaz de schiste : le nouveau rêve américain anéanti. 96 % de réserves en moins finalement !!

C’est un excellent papier publié par nos amis d’Économie Matin qui font un excellent travail pédagogique sur l’économie pour tous. Le sujet ? Les gaz de schistes qui sont en train de se révéler, comme nous l’annonçons depuis plusieurs mois, comme un vaste mirage qui plus est dramatiquement nocif pour l’environnement. Nous n’échapperons donc pas… read more.

 

Les USA « nettoient » le marché de l’UE pour y vendre leur gaz de schiste

MOSCOU, 10 juin – RIA Novosti Les États-Unis cherchent à affaiblir l’Europe et à « nettoyer » le marché européen pour y vendre du gaz de schiste américain, a déclaré mardi à Moscou le conseiller du président russe Sergueï Glaziev. « Les Américains ont pour but d’affaiblir l’Union européenne, de provoquer la faillite de toute une série de banques… read more.

 

SCOOP : Bien-être : l’Asie déclassera l’Europe en 2014

MOSCOU, 10 juin – RIA Novosti La région Asie-Pacifique (sans le Japon) dépassera cette année l’Europe de l’Ouest en termes de bien-être de sa population et pourrait devenir la plus riche région du monde d’ici quatre ans, indique le rapport Global Wealth 2014 publié mardi par la société de conseil Boston Consulting Group (BCG). L’an dernier,… read more.

 

 

« Enquête exclusive du Contrarien Matin sur la loi Alur et la parano de Duflot, pauvre Calimero c’est trop zinjuste ! »

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Qu’est-ce que j’ai rigolé en lisant les réactions courroucées de Cécile « Duflop » qui nous fait un psychodrame suite aux attaques en règle et répétées sur l’héritage qu’elle nous a laissé avec sa loi Alur qui bloque totalement le marché des transactions immobilières, emmerde tout le monde, ne rassure en aucun cas plus un acquéreur éventuel ni ne le protège mieux, et coûte une fortune à la collectivité pour strictement rien du tout.

Mais qui veut torpiller la loi Duflot ? L’ombre des lobbyistes

C’est le titre d’un article assez complaisant à l’égard de l’ancienne ministre et qui fleure bon le soutien « abusif » tant là encore c’est drôle, avec un mélange de fiction de peur et de réalité… alors que les faits sont beaucoup plus simples que cela. Voici ce que nous raconte cette « gentille » journaliste qui lutte sans merci avec Duflot contre les lobbies… On se demande, comme l’ancienne ministre, qui les paie, surtout Nicolas Doze de BFM ainsi que Charles SANNAT du Contrarien Matin parce que je vais dire exactement la même chose en allant un peu plus loin que ce que permet le format très court d’un édito télévisé.

« Sur le point d’être «détricotée» avant même d’avoir vu le jour, la loi Duflot sur le logement, qui prévoit notamment un encadrement des loyers, subit une attaque en règle, que l’ancienne ministre soupçonne d’être téléguidée par les professionnels de l’immobilier, aidés par des lobbyistes.

Ce mercredi matin, pas très surprise de voir l’édito de Nicolas Doze sur BFM Business parler de loi «impraticable et néfaste» et d’autres médias évoquer la nécessité de «rassurer le marché de l’immobilier», l’ex-ministre écologiste a lancé un tweet aussi vague qu’accusateur. »

« Duflop » stop !

Voici la liste officielle, grâce à la nouvelle loi, des documents nécessaires à la signature d’une promesse de vente. On ne parle pas d’un acte authentique, juste d’une promesse de vente. Un vague formulaire sur lequel jusqu’à présent nous écrivions les noms et prénoms des vendeurs et des acquéreurs, la désignation du bien et le prix sur lequel tout le monde était d’accord. On filait au passage la liasse de diagnostics et zou, c’était dans la boîte dans l’heure ou presque.

Désormais, signer une promesse de vente c’est un peu comme signer l’acte authentique lui-même puisqu’il faut sensiblement tous ces documents avant même d’avoir acheté pour être bien sûr de vouloir acheter.

Je vous laisse méditer cette liste je le précise envoyée par un notaire et confirmé par deux autres dans le cadre de mon enquête sur ce sujet.

Comme convenu vous trouverez ci-dessous la liste des pièces à réunir :
– Les questionnaires vendeurs complétés (ci-joint) ;
– Si vous avez effectué des travaux, la photocopie des autorisations nécessaires, le cas échéant ;
– La photocopie des pièces d’identité;
– La photocopie du livret de famille, le cas échéant ;
– La photocopie du contrat de mariage ou du PACS, le cas échéant ;
– Coordonnées complètes ;
– Titre de propriété (copie authentique de la vente ou de l’attestation de propriété en cas de succession) et si possible titres antérieurs ;
– Règlement de copropriété et état descriptif de division (souvent dans le même document) ;
– Modificatifs du règlement de copropriété ;
– Plans originaires des lots ;
– Les procès verbaux d’assemblées générales des 3 dernières années ;
– La photocopie de la Taxe foncière 2013 ;
– La photocopie du dernier appel de charges de copropriété ;
– La photocopie du bail le cas échéant ;
– La photocopie du congé du ou au locataire le cas échéant;
– Pré-état daté à faire remplir par le syndic (document ci-joint) ;
– Carnet d’entretien de l’immeuble;
– Diagnostics parties communes ;

– Diagnostic :
• Mesurage (Loi Carrez),
• Amiante,
• Termites,
• Saturnisme,
• Gaz,
• État des risques,
• Performance énergétique,
• Électricité,

– Un R.I.B ;
– Liste des meubles, le cas échéant ;
– Tout renseignement susceptible d’intéresser l’acquéreur.

Ce qui est chouette avec une liste aussi longue, c’est que je vais pouvoir moins écrire et vous en aurez le même nombre de pages ! Merci Cécile !!

Plus sérieusement, pour certains documents c’est facile, faire la photocopie de ma pièce d’identité c’est à ma portée (lorsque je ne l’ai pas perdue). En revanche, le plan d’origine des lots c’est nettement plus compliqué. Comme ça, la ministre elle a pas dû se poser la question lorsqu’un abruti de conseiller lui a soumis le papelard de 900 pages car la loi Alur c’est à peu près ce volume sans doute dans une optique d’optimiser le « choc de simplification ». Ça peut sembler simple un plan… le problème c’est que la loi elle dit le plan « d’origine »…

Et le problème vient de ce mot « d’origine ». Le premier quoi. Là encore, c’est assez simple pour le type qui a fait construire sa maison il y a 1 an. Mais pour tous les couillons qui habitent en région parisienne dans des immeubles pierre de taille qui ont trois siècles… il n’y a plus de plan d’origine bande d’abrutis. La France a été envahie 10 fois, on a eu 50 guerres, bref… on en a sauvé quelqu’uns aux archives.

Mais aux archives, ils sont 10 et comme tout le monde a besoin des plans « d’origine », il faut prendre la file d’attente… Comptez environ 1 mois, et encore ce sera sans doute pire avec les mois d’été où les archivistes vont sans doute vouloir partir en vacances…

La Duflot, qui nous sort sa théorie du complot, nous explique donc qu’on veut abattre sa loi. Non, qu’elle se rassure, on veut juste abattre la connerie, ce qui en l’espèce, et je suis navré pour elle, revient effectivement à abattre sa loi à la con.

Donc pour vous démontrer que je ne suis pas vulgaire pour rien (quitte à dire un gros mot autant qu’il soit justifié), prenons l’exemple du règlement de copropriété lui-aussi « d’origine ». Bon, moi, j’ai de la chance, mon notaire a réussi à le faire parvenir jusqu’à moi je ne sais par quel miracle (un beau document datant de 1958). Mais pour l’immeuble d’il y a deux siècles… Retour à la case archives nationales… et délai d’attente !

Et puis à propos de règlements intérieurs, il faut toutes les modifications de règlements depuis l’origine. C’est vrai qu’il est essentiel pour un acheteur de savoir que le règlement de copro en 1815 interdisait de garer son cheval dans le hall de l’immeuble mais qu’aujourd’hui y parquer son scooter est toléré…

Il faut aussi que je vous parle du certificat de conformité d’assainissement pour les immeubles. Il vous faut un courrier stipulant que votre assainissement est aux normes et que vous avez le tout-à-l’égout (ce qui est généralement le cas en Île-de-France). Un grand moment. J’ai donc simulé la vente de mon appartement (en région parisienne avec tout-à-l’égout). J’ai téléphoné à ma mairie, qui m’a donné un numéro de téléphone d’un autre service. Ce service m’a dit de contacter le « Grand Paris »… (C’est quelque chose le Grand Paris, personne ne sait plus qui gère quoi.) Bref, au Grand Paris on m’a demandé de contacter le concessionnaire privé qui s’occupe de savoir si le tuyau d’évacuation de votre caca est bien conforme aux dernières normes en vigueur. Résultat, 4 jours après j’ai reçu un document (gratuitement je le précise mais uniquement parce que la Mairie de ma ville avait pensé à négocier la gratuité de ces choses-là auprès du concessionnaire privé dans le cadre d’un appel d’offre) m’expliquant qu’un tel certificat de conformité à mon adresse n’était pas obligatoire… Ouf !

Comprenez bien que tout est à l’avenant dans cette loi. Il n’y a, dans mes propos, aucune exagération. Faites l’expérience. Appelez un notaire, dites-lui que vous voulez vendre votre appartement. Vous avez un acheteur et vous voudriez signer la promesse de vente cette semaine ( comme cela se passait avant la loi Alur). Attendez 1 seconde l’éclat de rire du notaire. Il vous répondra : « Mon brave monsieur, va falloir prendre votre temps en patience, comptez un à deux mois… Vous avez besoin de déménager pour la rentrée et de scolariser les enfants ?  Il doit bien y avoir un hôtel Formule 1 là où vous allez non ? »

Alors qui est derrière cette offensive contre la loi Duflot ?

Il faut le dire à notre copine Cécile. Il n’y a personne et tout le monde. Tous les couillons de ce pays à qui il reste deux sous de jugeote, qu’ils passent à la télé comme Nicolas Doze, qu’ils soient notaires confrontés à ces ânerie quotidiennement, qu’ils s’agissent des syndics de copro qui n’en finissent plus de remplir des liasses de documents débiles que personne ne va lire où l’on reporte dans un récapitulatif les informations que l’on trouve dans d’autres documents obligatoire eux aussi. Il y a, ma chère Cécile, des gens comme moi qui contemplent tous les jours la bêtise d’une classe dirigeante déplorable et nuisible et qui en font la chronique de la mort annoncée de notre pays, il y a tous les anonymes, vendeurs et acheteurs, qui ne peuvent pas réussir à déménager à temps pour la rentrée des gamins à cause de la connerie insondable d’une loi stupide incompréhensible et ingérable sur le terrain.

Il n’y a encore une fois aucun complot là-dedans, mais la simple constatation que cela ne fonctionne tout simplement pas. Cette loi est l’une des plus belles usines à gaz jamais conçue par un gouvernement et l’on attend dès à présent les ravages de l’encadrement des loyers ou encore la soi-disant garantie universelle des loyers…

L’incarnation de l’incompétence et de la méconnaissance !

Voilà ce qui restera de votre loi ma chère Cécile lorsque les gens sains d’esprit de ce pays auront eu sa peau (pour la police de la pensée du ministère de l’Amour, il s’agit d’une référence à loi concernée et aucun cas d’une incitation de quelque sorte à une violence quelconque à l’égard de qui que ce soit, au Contrarien Matin nous sommes des pacifistes).

C’est ce qui restera car dans toute l’action de notre ancienne ministre, une règle d’or a été oubliée : primum non nocere… du latin « d’abord ne pas nuire » (le principe des médecins à l’époque où ils tuaient souvent leurs patients en les saignant pour un oui ou un non, ce que nos politiciens continuent à faire depuis des siècles).

Alors oui cette loi est nuisible, supprimons-là dans le cadre du choc de simplification ordonné par Mamamouchi Premier, notre grand nodocéphale lumineux élyséen…

Comme tous les mauvais élèves, Cécile Duflot cherche un bouc émissaire, mais la réalité est beaucoup plus prosaïque, Cécile Duflot a tout simplement très mal travaillé et fourni une copie exécrable qui n’aurait jamais dû être acceptée à ce niveau. La responsabilité n’est pas à chercher du côté de ceux qui dénoncent cette loi intrinsèquement contre-productive, mais du côté de tous les lâches et les imbéciles qui l’ont laissé passer. Le gastéropode de l’Élysée ou l’ectoplasme de Matignon aurait dû stopper cette loi que tout le monde savait néfaste dès le départ, tout le monde l’a dit.

Les gens n’investissent plus dans l’immobilier locatif (que je déconseille vu cette nouvelle loi), du coup l’offre se raréfie. Les loyers augmentent encore plus vite ! Duflot voulait faire baisser les prix. Résultat ? Moins de ventes, moins de transactions, moins de biens disponibles, c’est une raréfaction de l’offre là encore et une offre faible, c’est plutôt des prix là aussi en hausse ou qui risquent de monter alors qu’il faut effectivement les faire baisser progressivement.

Il se passe donc exactement ce que nous avions écrit, à savoir que cette loi allait altérer le marché immobilier ainsi que faire baisser l’offre et donc pénaliser ceux qu’elle était censée défendre.

Comme l’a dit très justement Nicolas Doze, c’est le syndrome de l’eau ça mouille et le feu ça brûle….

Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement http://www.lecontrarien.com.

Source Nouvel Obs, avec le tweet de Duflot ici

L’Edito de l’excellent Nicolas Doze ici

 

France : la production manufacturière se stabilise en 2013, selon l’Insee

PARIS, 11 juin – La production manufacturière française se stabilise en 2013, après avoir diminué de 15 % en volume entre 2000 et 2013, a rapporté mercredi l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) sur son site Internet. « De janvier 2000 à avril 2008, la production manufacturière était restée, globalement, relativement stable (+2… read more.

 

Bénéficices en chute libre de 20 % en 4 ans, Danone ferme trois usines de produits laitiers en Europe

Danone, qui n’est pas n’importe quelle entreprise mais une immense multinationale, a décidé de fermer 3 de ses usines. Voici ce qu’il faut retenir de l’évolution des bénéfices de cette grande maison pilier du capitalisme français depuis 4 ans : – bénéfices 2010 :  2 034 000 ; – bénéfices 2011 :  1 855 000 ;… read more.

 

Belgique : plan de transformation chez Delhaize, 2 500 emplois et 14 magasins menacés

BRUXELLES, 11 juin – Coup de massue dans le monde belge de la distribution, le groupe Delhaize a présenté mercredi son « plan de transformation », menaçant 2 500 emplois et 14 magasins dans les trois années à venir, selon un communiqué du groupe. Lors d’un conseil d’entreprise extraordinaire mercredi matin, l’entreprise y a annoncé des mesures avec… read more.

 

Donetsk : les insurgés demandent l’intervention d’une force de paix

Lorsque l’un des camps demande une force d’interposition, c’est qu’en général sa situation militaire sur le terrain n’est pas la meilleure. Les insurgés russophones sont donc vraisemblablement en train de se faire laminer par le gouvernement de Kiev aidé par de nombreux mercenaires (payés « indirectement » avec les fonds du FMI et de l’Europe, c’est-à-dire avec… read more.

 

Images de la guerre civile en Ukraine, saisissantes, impressionnantes et d’une tristesse infinie

Le village de Semionovka, situé près de Slaviansk, a été gravement touché par les tirs de l’armée. Les résidents locaux affirment qu’aucune maison n’est restée intacte dans la localité. Diaporama à voir ici  

 

La Banque mondiale abaisse la perspective de l’économie mondiale de cette année à 2,8 %

WASHINGTON, 10 juin – La Banque mondiale a abaissé mardi la perspective de l’économie mondiale de cette année, alors que les pays en voie de développement anticipent une croissance décevante et que les pays à revenus élevés retrouvent leur élan. La banque basée à Washington prévoit une croissance de 2,8 % pour l’économie mondiale cette année,… read more.

 

L’OCDE indique un ralentissement de l’activité dans les principales économies émergentes

PARIS, 10 juin – L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) regroupant 34 pays, qui a publié ce mardi ses indicateurs composites avancés (ICA), a indiqué un ralentissement de l’activité dans les principales économies émergentes et en même temps une dynamique de croissance stable dans la zone OCDE. « Pour la zone OCDE dans son ensemble,… read more.

 

 

« L’avenir radieux que vous n’aurez pas… »

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Suite à mon article intitulé « De la civilisation à la vicilisation », j’ai reçu un courrier abondant et je vous remercie, chacune et chacun, de vos réflexions qui en alimentant la mienne peuvent servir je l’espère modestement à faire avancer celles du plus grand nombre sur ces sujets complexes.

Nous parlons bien ici d’un sujet complexe. Le « logement » au sens large est très structurant pour l’avenir d’un pays. L’habitat c’est un choix collectif et sous contrainte, c’est également une vision du futur, et une projection sur l’avenir car comme nous le montrent nos villes et nos anciens, on ne construit pas pour 5 ans mais pour des siècles, on façonne notre paysage, notre terre, nous la modelons.

Le logement d’aujourd’hui doit nous aider à préparer et à façonner le monde de demain, notre monde. Locataire comme propriétaire, riche comme pauvre, nous sommes tous concernés directement par ces problématiques, par le logement ou son absence. Rêve pour beaucoup, cauchemar de pauvreté pour d’autres de plus en plus nombreux, évolution du monde et de la société, bâtir le logement de demain, construire nos villes de demain, c’est avant tout inventer notre futur commun.

Alors oui, c’est un sujet très complexe et de très nombreux défis nous attendent tant le logement tient une place cardinale dans les systèmes économiques (et aussi dans les crises). Nos choix d’organisation impactent directement notre société dans son ensemble et son fonctionnement.

Si je suis convaincu que l’avenir n’appartient plus aux villes tentaculaires, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y aura plus de ville du tout puisque comme me l’ont fait remarquer de nombreux lecteurs, les villes étaient préexistantes à la révolution industrielle. C’est vrai et ce n’est pas incompatible. Une ville qui décroît n’est pas forcément une ville qui disparaît, même si certaines ne deviendront que de vastes champs de ruine parce que devenues tout simplement inhabitables, comme c’est le cas par exemple pour Las Vegas qui ne tient qu’avec une débauche d’énergie. Notre monde est rempli de citées disparues, désertées ou englouties car ainsi sont les « organismes vivants », ils vivent, grandissent, vieillissent et meurent. D’autres survivent et s’adaptent parce qu’ils le peuvent à leur environnement. Historiquement, la « sélection naturelle » est un principe vieux comme notre planète, qu’il nous plaise ou non, telle n’est pas la question.

Je suis convaincu que les solutions à la crise que nous traversons existent, qu’elles sont somme toute assez faciles à cerner et beaucoup plus difficiles pour ne pas dire impossibles à mettre en œuvre.

Capitalisme circulaire (écoconception, recyclage, réparation, upgrade et un gâchis minimal), re-ruralisation de notre pays en se réappropriant l’ensemble de nos territoires, économie d’énergie parfaitement possible y compris sur les véhicules, puisque la société MDI de Marseille a revendu un brevet sur la voiture à air comprimé à TATA Motors (le plus gros constructeur indien) dont le pauvre directeur général a trouvé la mort malencontreusement en tombant accidentellement de la fenêtre de sa chambre d’hôtel au 17e étage alors que cette dernière était fermée à clef à 48 heures du lancement de la première voiture à air comprimé de grande série… qui donc ne consomme pas une goutte d’essence… (Raison pour laquelle je vous parle d’impossibilité.) Décroissance, même si cela ne plaît pas à tous les amoureux de shopping, qui ne rime cependant pas avec pauvreté mais avec simplicité volontaire et retour aux choses simples.

Au bout du compte, l’alternative est assez simple à comprendre. Soit nous partagerons tous le peu qui reste en en prenant soin et nous pourrons vivre dignement, soit nous nous entre-tuerons pour la dernière goutte de pétrole, chemin que nous prenons sans conteste possible depuis maintenant 13 ans et les attentats du 11 septembre 2001 avec des guerres sans merci qui ravagent le monde, des guerres de l’énergie. Tel est leur nom.

Je laisse donc la place au témoignage de notre camarade.

Le témoignage

Je reviens vers vous puisque, ayant participé à l’élaboration du programme de F. Hollande sur le sujet de la rénovation thermique du bâtiment, j’ai en quelque sorte fait partie des « quelques esprits éclairés qui glosent doctement autour d’idées fumeuses ». Je le dis sans le prendre mal puisque je suis en partie d’accord avec ça.

Étant donné que ce n’est plus un secret pour personne, je vous joins en PJ, le résumé du résumé que j’ai fourni en tant que contribution à Marie Hélène AUBERT qui a dirigé le pôle Environnement Développement Durable et Énergie de la campagne de FH.

Conclusion technique :

– Si nous ne diminuons pas notre consommation d’énergie nous finançons les pays dans lesquels nous achetons notre énergie (et nous appauvrissons d’autant).

– Si nous voulons diminuer notre conso, le logement est la cible la plus facile (en étant caricatural, faire des km à énergie 0, je ne sais pas faire autrement qu’avec un cheval et encore il lui faut quand même du foin).

– Les incitations, c’est très bien et consensuel mais sur un programme de travaux de cette ampleur, c’est insuffisant et ça ne marche pas (assez vite). Il faut 40 à 50 ans pour reconstruire une ville avec des bâtiments neufs au rythme actuel. Autant ne rien faire vu les échéances auxquelles nous faisons face.

– Pour ce qui est des écoquartiers, ils sont censés être des figures de proue pour tester ce qui marche et ce qui ne marche pas. À mon avis, c’est bien de le faire mais cela ne résoudra pas le problème de fond.
Le problème de fond c’est la rénovation énergétique des logements existants. Pour les villes nouvelles, je suis assez sceptique sur la capacité de l’État pour organiser ce type de migration.
Bien que l’idée est séduisante, je ne vois pas comment la mettre en œuvre « en vrai ».

– Enfin, les politiques dites de renouvellement urbain (on casse les cités pour reconstruire du neuf un peu plus performant) ne servent à rien et coûtent énormément d’argent.
Le problème ce ne sont pas les immeubles avec des hautes tours. Il paraît que Manhattan est très agréable à vivre.
Le problème de fond des cités, c’est le chômage. On n’empile pas des gens sans boulots sans qu’une « économie » ne se crée d’elle-même. J’en sais quelque chose car je travail dans le monde des bailleurs sociaux et pilote ce type de programme.

Bref, techniquement, il faut pas confondre enjeux énergétiques et « politique de la ville » (terme que je ne comprends pas bien dans le fond, puisqu’il n’y a pas de continuité de la politique à l’échelle de 20 ans ou 30 ans).

Conclusion personnelle sur la politique :
On m’a demandé de faire partie de ce pôle de campagne, avec réunion à l’Assemblée nationale et tout le tintouin, sur recommandation d’un élu que je ne connaissais pas (mais lui oui, visiblement).
J’ai été très déçu car je m’attendais à rencontrer des experts et des hauts fonctionnaires calés sur ces sujets. Malheureusement, même si je reconnais volontiers qu’il y a des gens beaucoup plus intelligents que moi à Paris (nous étions chapeautés par une polytechnicienne), il n’y a eu aucune ambition long terme ou vue stratégique.

On nous a demandé des chiffres macro sans rentrer dans les « détails » et tout ce que nous avons eu en mesure de long terme c’est une phrase au discours du Bourget qui promettait « 1 million de logements thermiquement efficaces ». Le pôle a d’ailleurs été mis au courant pendant le discours du Bourget puisque nous travaillons sur des fiches le samedi soir précédent (2 jours ou 3 jours avant).
Sachant qu’en tant que technicien, je ne sais pas ce qu’est un logement « thermiquement efficace » (neuf ? ancien ? quelle consommation ? quel financement ? … ), j’ai été déçu car je savais bien que le candidat non plus n’en savait pas tellement plus.
En réalité, le plan c’était quelque chose du genre 500 000 logements neufs et 500 000 réhabilitations en gros (sur quel rythme et à quelle échéance, cela reste un mystère).
Bon, de toute façon, comme rien n’a été prévu, rien ne se fera je pense (ou si peu).

Bref, j’ai été très déçu.

J’ai eu le sentiment que l’on cherchait plus à faire des petites mesurettes plutôt que poser des grands enjeux.
Par exemple, nous n’avons jamais mis en face d’une consommation nationale les objectifs à atteindre dans chaque secteur de l’économie pour arriver au fameux facteur 4.

Pourtant, nous y arriverons par la force des choses même si nous n’assumons pas de faire des choix assumés.

Mais attention à bien situer des enjeux et ne pas les jeter avec l’eau du bain politique.
Quant à l’avenir des villes, je pense qu’il ne fait pas bon habiter en banlieue à long terme.
Ni à la ville, ni à la campagne, ce seront sûrement les premières zones à se paupériser plus vite que la moyenne. De toute façon, ce n’est même pas une prédiction puisque cela a déjà commencé.

Sur cette note d’espoir et d’optimisme, bonne journée tout de même.

Lançons le débat !

Oui notre camarade contrarien, que je ne peux pas nommer pour des raisons évidentes que vous comprendrez mais son témoignage est à prendre en compte sans réserve, a raison sur de nombreux points.

La politique de la ville actuelle et menée depuis plusieurs années maintenant avec l’ANRU est la rénovation urbaine qui consiste à dépenser des dizaines de milliards d’euros pour exploser des tours forts laides mais parfaitement habitables pour faire de l’habitat plus petit mais dans lequel on « stocke » les mêmes gens portant les mêmes problèmes et les mêmes difficultés. Dix ans après et des milliards plus tard, aucun des enjeux de la vie de nos banlieues n’a été réglé. Pire, l’ensemble des problèmes se sont aggravés et le constat est le bon. Le problème n’est pas la hauteur des tours mais l’absence de perspectives économiques. C’est une évidence et pourtant nous continuons à laisser rentrer sur notre territoire des centaines de milliers de nouveaux étrangers chaque année à qui nous n’avons rien à proposer si ce n’est un enterrement de première dans des citées moisies.

Deuxième sujet abordé ou plutôt évoqué, la compétence de nos élites et l’absence de vision. Évidemment, il ne s’agit pas d’être fort en math ou pas. On peut être très fort en math sans pour autant faire des étincelles. L’intelligence est une chose complexe et ne peut se limiter à des concours aussi difficiles soient-ils. Il y a donc un problème de suffisance de ces gens qui se pensent très supérieurs certes mais manquent cruellement d’intelligence pratique, de bon sens et de sens des réalités, sont dépositaire d’une pensée conventionnelle, gère une « carrière » (où l’on doit plaire au sérail) et où l’absence de créativité (et donc de prise de risque) est patente.

Nous sommes donc dirigés par des forts en math qui ont décidé de s’asseoir sur toutes leurs capacités au profit de leurs ambitions personnelles. Ils sont donc condamnés à prendre les plus mauvaises décisions, ce qu’ils font avec une grande constance depuis 40 ans maintenant.

De façon encore plus générale, nos dirigeants et c’est le cas de l’administration PS actuelle, ne travaillent pas. Ils sont de gros, gras et grands paresseux passant plus de temps à ripailler et à occuper le temps médiatique pour exister qu’à lire un dossier. Ils réfléchissent peu ou pas, alors que vous exprimez une vision il ne faut pas se leurrer, il est indispensable de réfléchir très longuement aux différents sujets. Diriger c’est travailler.

Le problème énergétique est soulevé par notre camarade qui explique que l’on ne sait pas se déplacer sans consommer de carburant à part le cheval et que donc il faut économiser l’énergie sur les bâtiments. Certes, sauf que l’on sait se déplacer sans carburant. Qu’il s’agisse des véhicules électriques ou encore des voitures à air comprimé (technologie française), cela fonctionne et fort bien, d’ailleurs faire le plein d’une voiture à air comprimé nécessite juste à la place de pompes à essence d’installer un simple compresseur de chez Leroy Merlin à 100 euros… et ne prend pas plus de temps que de remplir votre réservoir de gasoil. Non, la question c’est pourquoi ne veut-on pas utiliser l’ensemble de ces nouvelles techniques issues de millénaires de recherche, d’acquisition de compétences et de connaissance de l’espèce humaine ?

La réponse est simple. Ne pas déplaire aux lobbies et maintenir les niveaux de taxation. Comment taxer l’air à la place de l’essence ? Comment taxer l’énergie solaire ou celle du vent ? La TIPP, qui est la taxe sur les produits pétroliers, rapporte beaucoup plus que la TVA ou encore l’impôt sur le revenu et c’est pareil dans tous les pays. Les entreprises comme EDF ou GDF ne veulent surtout pas que nous économisions trop car elles veulent gagner de l’argent. Soit, mais cela va plus loin, avec un parc de 60 réacteurs nucléaires, EDF est condamné à gagner de l’argent pour entretenir à très grand frais désormais un parc vieillissant si l’on ne veut pas prendre de risques inconsidérés… Alors que faire ? Économiser mais pas trop ! Un peu mais pas passionnément !

C’est évidemment la même chose avec les engrais et les producteurs de pesticides, avec les laboratoires pharmaceutiques, entreprises privées mais dont les bénéfices ne proviennent que des fonds publics à travers les remboursements de la sécu dont nous bénéficions. Aux USA… les labos vivent des assurances privées. Dans tous les cas, les gens n’achètent pas leur médicament, quand ils doivent les payer ils ne se soignent pas ! La réalité c’est que le système d’assurance soit privé ou public au bout du compte, ce sont les gens qui paient soit une assurance soit une couverture sociale à travers des impôts… mais personne n’achète vraiment son médicament. Les enjeux sont tels des médecins aux labos que l’ensemble du système est vicié.

Toujours la même sclérose si l’on prend le sujet du complexe militaro-industriel qui a besoin de guerres pour faire tourner les usines, le lobby agricole qui doit recevoir des subventions pour cultiver surtout pas bio et soi-disant nous garantir des rendements nécessaires… nous pourrions produire totalement différemment, mais les semenciers veulent que nous achetions des semences tous les jours… pas que nous les fassions nous-mêmes !

Complètement figés, nous sommes condamnés à mourir !

Bloqués par des lobbies et un degré de corruption rarement atteint, nous sommes en plein dans les problématiques d’effondrement des sociétés complexes et je vous invite à relire cet édito pour ceux qui ne l’auraient pas déjà lu.

Alors oui un monde bien meilleur, bien plus juste, bien plus humain, bien plus écologiste est parfaitement possible sans parler d’utopie. Nous avons les technologies et les savoirs nécessaires. Le problème c’est qu’une telle société signifie la fin des rentes centenaires pour nos très riches milliardaires planétaires. Ils détiennent le pouvoir financier et politique et il ne faut pas compter sur eux pour se tirer une balle dans le porte-monnaie.

Ils ne feront donc rien pour régler les problèmes, ils en sont par définition la cause.

Leur capacité de nuisance ne pourra être annihilée qu’après qu’ils aient perdu le pouvoir.

Le pouvoir, ils le perdront de deux façons différentes possibles.

Soit sous le poids de la complexité et de la crise le système actuel s’effondre de lui-même, soit nous l’aidons un peu et suite à une révolution tous ces parasites sont mis à la porte !

Dans tous les cas, nous arrivons au bout du bout d’un système et d’un modèle et la fin ne sera pas heureuse. Pourtant un avenir presque radieux est possible pour notre pays et l’humanité. Mais dans ce monde… la consommation et donc l’argent devrait tenir une place moindre. Et là, non seulement ce n’est pas gagné, mais c’est presque perdu, pour notre plus grand malheur à tous.

Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement http://www.lecontrarien.com.

 

La France se couche ! BNP : premier départ d’un haut dirigeant, réclamé par les Américains

La France se couche devant les USA et sacrifie le délégué général de la BNP, Georges Chodron de Courcel… L’idée ? Tenter de calmer les Américains… mais les Américains ne seront pas calmés par une simple exécution, fut-elle en place publique. Ils veulent sanctionner la France pour l’affaire Alstom et pour la vente des navires… read more.

 

Le premier hub intégré sino-européen EuroSity inauguré au centre de la France

PARIS, 11 juin – EuroSity, le premier hub intégré sino-européen développé par la zone de coopération économique sino-française (SFECZ) à Châteauroux, une commune située au centre de la France, a été inauguré mercredi en présence des représentants de l’ambassade de Chine en France, du maire de Châteauroux, de la direction de Beijing Capital Group et de… read more.

 

La Russie accueille près de 8 000 réfugiés ukrainiens en 24 heures

L’or est en hausse de plus de 1 %, des rumeurs font état du franchissement de la frontière ukrainienne par des chars russes, le gouvernement de Kiev massacre en toute impunité son peuple fut-il séparatiste comme la dernière des dictatures nord-coréennes, et évidemment les civils sont jetés sur la route de l’exode, en 2014 en… read more.

 

La dernière vidéo de notre ami du Canada Martin Prescott

Merci beaucoup Martin pour cette vidéo avec des analyses graphiques passionnantes et des explications claires et limpides. Je ne suis pas forcément d’accord avec mon camarade Martin sur le fait que les terres arables pourraient baisser pendant la déflation et les métaux forcément exploser à la hausse. Les choses pourraient être moins claires que ça… read more.

 

ALERTE pétrole et or

Mes chers lecteurs, attention, suivez de près les cours du pétrole en forte hausse en raison de l’effondrement du régime irakien de Bagdad en train de se faire balayer par les islamistes. Le régime de Bagdad ne tient plus qu’à un fil et seul un soutien militaire américain massif pourra le sauver du naufrage. Fin… read more.

 

 

QUOTIDIEN ECONOMIQUE GRATUIT de Charles SANNAT – Édition du 27-28-30 mai, du 2-3-4 juin 2014


Charles SANNAT

 

http://www.lecontrarien.com

 

« Trop peu et trop tard… »

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Houlalala, c’est le drame, le séisme, et disons-le stupeur et tremblement au sein de notre « crasse » politique qui ne s’attendait pas à un tel résultat du Front National. C’est vrai qu’avec la croissance hallucinante qui nous assaille c’est un résultat surprenant. C’est vrai que comme il n’y a aucun problème de délinquance c’est surprenant, c’est vrai que comme il n’y a pas 6 millions de chômeurs et 12 millions de pauvres dans notre pays c’est surprenant et comme il est vrai que nous n’avons plus de frontières et que notre pays est ouvert à tous vents ou presque qu’il s’agisse des services des marchandises ou des personnes, c’est vrai que ce résultat est très surprenant. Je n’en dirai donc pas plus sur les résultats de ce pseudo-scrutin démocratique aux élections de l’EURSS. L’Europe est devenue une vaste bouffonnade et une association de malfaiteurs qui n’ont pour objectif que de ruiner les peuples du vieux continent. Alors, tant que cette situation durera, les mêmes causes produiront les mêmes effets. Les abrutis bien-pensants pourront se lamenter tant est plus, cela n’y changera rien. La seule solution pour ceux qui veulent « endiguer » la montée du Front National – qui, pour information, est définitivement monté – c’est de traiter les problèmes.

Nos politiciens étant des crétins idéologues ayant oublié tout bon sens, tout sens des réalités du pays et tout pragmatisme, ils feront « trop peu et trop tard », pour reprendre la formule célèbre, ce qui se traduira inévitablement par un effondrement retentissent à un moment ou à un autre aussi bien économique que social.

Passons maintenant aux choses vraiment sérieuses (ces élections ne sont pas sérieuses puisque, de toutes les façons, rien ne changera après ce scrutin et tout continuera exactement comme avant).

Mario Draghi a peur de la déflation…

Franchement, je ne vois pas de quoi il a peur le Mario qui, il y a encore 3 semaines, faisait le mariole en se pavanant dans les conférences de presse où il expliquait doctement que le rythme de l’inflation tendanciel allait rejoindre son équilibre évolutif de long terme conformément aux anticipations anticipatrices des anticipateurs de la BCE (Banque des crétins européens). Bref, il n’y avait aucun problème malgré des prix qui baissent, malgré des taux de croissance minables dans les pays les plus dynamiques et des taux de croissance négative chez les moins bons, la France comme à son habitude se situant entre deux eaux avec une sublime croissance 0 ce qui veut dire zéro, nada, rien du tout. Et une croissance zéro avec une inflation à 2 %, eh bien, en réalité, c’est un appauvrissement généralisé de 2 % mais là encore il s’agit d’un concept d’une telle complexité que ce n’est pas à notre portée.

Zone euro : la BCE prête à agir face au niveau de l’inflation

C’est le titre de la dépêche AFP faisant état des derniers états d’âme du Mario qui nous a encore gratifiés d’éclairs de génie… Jugez plutôt :

« Aujourd’hui, nous partons du principe que l’inflation basse (observée) se prolongera mais reviendra progressivement à un niveau proche de 2 %, ce qui est l’objectif de la BCE »… C’est tout le problème entre réalité et rêves.

« Notre responsabilité est toutefois d’être attentif aux risques qui peuvent apparaître et peser sur ce scénario et nous préparer à agir s’ils le font »… Ce qui veut dire que les risques sont clairement en train de se matérialiser.

« La BCE doit être particulièrement attentive actuellement à l’apparition d’une spirale négative entre inflation faible, baisse des attentes d’inflation et le crédit »… Ce qui veut dire que la spirale est déjà là et que les gens, pas aussi stupides que ce que pensent nos mamamouchis, adoptent, tous contraints et forcés d’ailleurs, une attitude attentiste.

La déflation est bien commencée en Europe !

Pour tous ceux qui pensaient qu’il n’y avait pas de déflation en Europe, eh bien les dernières déclarations de Draghi sont bien la preuve qu’il n’en est rien et que la zone euro est bien prise dans une spirale déflationniste qui ne sera vraisemblablement pas enrayée de sitôt.

Car ce que fera Mario Draghi, à savoir baisser les taux de quelques « pouièmes » ou encore organiser un vague « crédit easing », sera là encore bien trop peu et bien trop tard puisque ce qui rend l’économie européenne déflationniste ce n’est pas uniquement les anticipations des consommateurs, c’est avant tout le carcan de la monnaie unique qui oblige à des politiques de rigueur et d’austérité QUI sont par définition déflationnistes.

Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement http://www.lecontrarien.com.

 

Source ici Romandie.com

 

Conséquences des élections européennes sur les marchés en vidéo

Voici une petit vidéo de synthèse que je vous conseille de visionner. Attention à ce que nous disent les taux d’intérêt qui sont bas, vraiment trop bas et cela ne présage rien de bon car cela indique clairement que les marchés anticipent une déflation majeure et ce n’est évidemment pas une bonne nouvelle. Charles SANNAT… read more.

 

La chef du Département fédéral suisse des finances réfute la fin du secret bancaire

GENÈVE, 25 mai – La chef du Département fédéral suisse des finances, Eveline Widmer-Schlumpf, a réfuté la fin du secret bancaire, après l’annonce du lancement de négociations sur l’échange automatique d’informations fiscales, a rapporté dimanche la presse locale. « La norme mondiale pour l’échange d’informations ne concerne que l’échange transfrontalier de données », a-t-elle affirmé. Cette norme ne… read more.

 

CHIFFRE DU JOUR : hallucinant, le nombre de cartes bancaires émises atteint 4,39 milliards en Chine

BEIJING, 26 mai – Le nombre de cartes bancaires émises par les institutions financières chinoises a atteint 4,39 milliards à la fin du premier trimestre, soit une moyenne de 3,24 cartes par personne, selon les dernières données publiées lundi par la Banque populaire de Chine (banque centrale). Le nombre de cartes de paiement s’est élevé à… read more.

 

Europe : l’avenir est-il encore du côté des BRICS ?

Le Brésil est-il toujours attractif ? Dans un précédent dossier, nous analysions les défis majeurs auxquels est confrontée l’Europe. Ballottée entre un traité transatlantique aux promesses fallacieuses et des relations tendues avec la Russie, l’Europe est à la recherche de nouveaux marchés pour écouler sa marchandise. On entend beaucoup parler du « bel avenir économique… read more.

 

Analyse technique de l’or et l’argent qui vont tenter une percée (Tradosaure)

Je vous invite à aller voir la dernière analyse technique de notre ami Trado pour qui l’or et l’argent vont tenter une percée. Bon visionnage à toutes et tous. Charles SANNAT Voir la Vidéo de l’ami Trado ici  

 

 

« Est-ce le moment d’emprunter ? »

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Aujourd’hui, je voulais rapidement partager avec vous quelques idées au sujet du crédit et également vous glisser au creux de l’oreille que les taux n’ont jamais été aussi bas.

Un simple tour sur le site Internet du courtier Cafpi vous apprendra que, pour la première fois, les taux d’emprunt sont même passés sous la barre des 2 % pour un crédit immobilier d’une durée de 10 ans. 1,99 % pour être précis. Disons-le, ce n’est vraiment « pas cher » pour de l’argent que nous n’avons pas !

Sur 20 ans, il vous en coûtera 2,67 % et sur vingt ans 2,87 %. Il s’agit-là de taux hors assurance qui, elle, dépend de l’âge et de l’état de santé du « capitaine ».

Alors avec de tels taux, faut-il emprunter ? Est-ce le moment ?

À cette question, je répondrais intuitivement par deux autres questions. Emprunter pour quoi faire ? Acheter de l’immobilier locatif ? Une nouvelle voiture ? Vos prochaines vacances ?

Ensuite, pourquoi les taux sont-ils aussi bas et qu’est-ce que cela nous apprend ? C’est cette question d’ailleurs qui me semble la plus importante.

Les taux sont bas depuis le début de la crise, ou plus précisément le début de l’intervention massive des banques centrales qui ont piloté aussi bien des injections massives de monnaie que des taux d’intérêt directeurs désormais proches de zéro à peu près partout dans le monde occidental.

Mais depuis quelques jours, les taux baissent de plus en plus car en réalité, les marchés et c’est plus particulièrement le cas anticipent un risque de déflation et ça, ce n’est pas une bonne nouvelle de façon générale pour l’économie.

Alors cela nous amène à une autre question.

Doit-on s’endetter en période de déflation ?

C’est là que la réponse va devenir largement plus compliquée. La déflation c’est la baisse généralisée du niveau des prix. Mais ce que nous vivons pour le moment est ce que j’ai qualifié « d’indéflation », un moment assez inédit dans nos économies où nous avons une coexistence d’un mouvement inflationniste sur certains actifs (la bourse, les obligations par exemple, ou encore les matières premières) et une baisse, donc un mouvement déflationniste, sur d’autres agrégats économiques comme les salaires et les retraites par exemple et c’est encore plus marqué dans les pays du sud de l’Europe comme la Grèce évidemment ou encore le Portugal sans oublier l’Espagne avec 12,5 % de baisse moyenne des revenus en 2013.

De façon générale, on s’endette lorsque l’on a de la visibilité, or notre monde économique manque cruellement de visibilité. Difficile avec 6 millions de chômeurs de retrouver facilement du travail si l’on perd le sien. Mais il s’agit là d’une généralité d’ordre général et bien entendu, tout cela dépend de votre savoir-faire, de votre expérience, de votre niveau de revenu, bref… de ce qui caractérise votre situation personnelle.

Logiquement, je conseillerais à ceux qui ont de la visibilité, une certaine sécurité professionnelle effectivement de financer des projets en profitant de ces taux très bas. D’ailleurs, la déflation a cela de « génial » que lorsque l’on a un peu d’argent et que certaines choses baissent comme le prix des voitures, par exemple, de permettre d’acheter dans d’excellentes conditions.

On en revient donc à la question : s’endetter pour quoi faire ?

Étant de la vieille école paysanne, on ne s’endette que pour acheter un « actif ». Je sais que sur ce sujet-là je suis un peu « psycho-rigide » comme dit ma femme, mais le crédit ce n’est pas pour financer les prochaines vacances du mois d’août car le crédit à la consommation peut très vite devenir un piège.

Avec les nouvelles lois Alur de Cécile Duflot, je déconseille l’investissement immobilier à vocation de placement locatif car vous pourriez vous retrouver coincer par des systèmes de blocage de loyer et des travaux d’amélioration de l’habitat forts coûteux.

Reste donc en termes d’investissement dans un actif l’immobilier de résidence principal et de résidence secondaire et là il y a des choses à faire.

Pour votre résidence principale, un achat immobilier n’est pas qu’un raisonnement purement financier, c’est aussi un projet de vie, un projet de couple ou familial et les couples et les familles ont besoin de projets partagés ! Donc ceux qui veulent se loger mieux, plus grand ou ce genre de chose peuvent le faire sans hésiter et profiter pleinement de ces taux historiquement bas. Encore une fois, on loge dans sa maison… pas dans son PEA ou son assurance vie.

Autre élément à garder en tête : avoir trop de sous à la banque par les temps qui courent n’est pas l’idée la plus géniale, donc mieux vaut dépenser votre argent dans un appartement que d’attendre de vous le faire « chyprer » lors de la prochaine crise bancaire. Enfin, même si les créances seront a priori reprises par une autre banque en cas de faillite de votre banque, il n’en demeure pas moins que je préfère devoir de l’argent à la banque (du coup c’est la banque qui a un problème) plutôt que d’être dans une situation où la banque me doit de l’argent (mon épargne déposée) et dans ce cas, c’est moi qui ai un problème !!

Revendre de l’immobilier en attendant une baisse éventuelle cela veut dire placer l’argent de la vente… mais où ? Le faire sur un contrat d’assurance vie fonds euros avec tous pleins de dettes d’États tous plus insolvables les uns que les autres pourrait ne pas être l’idée du siècle… En cas de défaut, vous vous retrouveriez sans la valeur « d’usage » de votre résidence principale (à savoir encore une fois que l’on vit dans sa maison, pas dans son assurance vie) et sans l’argent de la vente parti en fumée dans la faillite… bref, vous seriez ruiné !

Pour l’immobilier de résidence secondaire que l’on peut aussi appeler les « bad » pour base autonome durables avec potager, poulailler et… stock de boîtes de conserves (PEBC), vous avez actuellement d’excellentes affaires à réaliser car les prix dans les zones rurales ont considérablement baissé !! Alors trouver une maisonnette de campagnette à 70 000 euros c’est parfaitement possible et 70 000 euros sur 10 ans à 1,99 %… c’est une idée qui doit se travailler en terme patrimonial et aussi en terme de plaisir. Avant d’être un refuge en cas de problèmes économiques majeurs, votre investissement dans une résidence secondaire sera tout d’’abord une maison de campagne, de vacances et de week-end !! Côté pile, si tout va mieux que bien, vous aurez une maison dont profiter en famille. Côté face, si tout part en vrille économiquement et socialement… vous aurez un lieu ou adopter la stratégie dite du « canard » à savoir « on se planque, on se met à l’abri et on attend que ça passe »…

N’oubliez pas de renégocier tous vos crédits !

C’est une évidence, cela va sans dire… mais qui va mieux encore en le disant ! N’oubliez pas de renégocier vos crédits en cours, cela peut vous faire une substantielle économie surtout si la durée de votre crédit est encore longue (supérieure à 10 ans généralement).

Alors pourquoi s’endetter ?

En réalité, le fond de ma pensée est que plus que jamais il est en fait indispensable de se désendetter de façon générale et d’être le plus autonome possible en anticipant des baisses significatives de vos revenus. Encore une fois, il s’agit là d’une « moyenne », tel ou tel cadre dans telle ou telle entreprise pourra même voir son salaire augmenter surtout s’il est banquier…

La seule dette que je pourrais accepter est celle consistant à se loger car le logement c’est aussi une part importante de votre résilience et de votre résistance à la crise.

De la même façon que l’on n’achète pas un truc dont on n’a pas besoin uniquement pour faire une déduction fiscale et payer moins d’impôts, il est inutile de s’endetter sous prétexte que l’argent n’est pas cher… ce n’est pas une bonne raison, ni une raison suffisante.

L’endettement doit faire sens aussi bien dans une approche patrimoniale globale que dans ses aspects affectifs, c’est la raison essentielle pour laquelle ma conclusion est pas de crédit par les temps qui courent, sauf pour votre résidence principale et/ou une maison à la campagne qui vous servira de refuge.

À mon sens, la meilleure répartition patrimoniale reste sa résidence principale dans une grande ville (cela retrouvera toujours une valeur donc c’est un bon élément de stockage de valeur), puis une maison à la campagne avec poêle à bois, potager et poulailler… et enfin, pour le cash, de l’or et de l’argent métal, en banque vous aurez le minimum nécessaire, minimum qui peut être très élevé dans certaines situations patrimoniales (type contrat d’assurance vie pour réduire les droits de succession en cas d’héritage très conséquent). Dans ces cas, seul l’or et l’argent pourront vous permettre « d’assurer » ces sommes placées dans des produits vendus comme sans risque mais étant devenus par la situation économique fondamentalement risqués !

Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement http://www.lecontrarien.com.

Site Cafpi ici

 

France : la confiance des ménages reste stable en mai (Insee)

PARIS, 27 mai – En mai, l’indicateur synthétique de la confiance des ménages est demeuré à son niveau d’avril, a rapporté mardi l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). L’enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages de l’Insee étudie l’opinion qu’ont les ménages sur certains aspects de leur situation économique personnelle (situation financière,… read more.

 

Elections 2014 en Belgique : un fossé se creuse entre les deux prinicpales communautés (ANALYSE)

BRUXELLES, 26 mai – Les élections du 25 mai 2014 en Belgique, dont les résultats officiels ne sont connus que ce lundi après un retard de publication dû à un important bug électronique qui a perturbé le dépouillement, démontrent une fois de plus que le fossé entre les deux principales communautés, est en train de se… read more.

 

Défaite des grands partis aux élections européennes, l’analyse des résultats vue par les Chinois !

STRASBOURG, 27 mai – Toute l’Europe a passé la journée de lundi à digérer les résultats des élections au Parlement européen (PE), qui à la fin se sont révélés aussi surprenants que prévus par les sondages. Dans l’Union européenne (UE), les partis à la fois d’extrême-droite et d’extrême-gauche ont fait des progrès spectaculaires au détriment des… read more.

 

Le président de la BCE prévient la zone euro d’un risque de « spirale négative »

LISBONNE, 26 mai – La zone euro connaît un risque de « spirale négative », a averti lundi le président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi. M. Draghi a tenu ces propos lors d’une conférence à Sintra, près de la capitale portugaise de Lisbonne, durant le forum de la BCE se terminant mardi. Le forum de… read more.

 

L’UE s’accorde sur un nouveau cadre pour la protection des secrets commerciaux

BRUXELLES, 26 mai – L’Union européenne (UE) s’est accordée lundi sur une approche générale pour établir un nouveau cadre destiné à la protection des secrets commerciaux, selon un communiqué publié par l’organisation. Le nouveau cadre vise à faciliter le processus pour les juridictions nationales de faire face au détournement de renseignements commerciaux confidentiels, de supprimer les… read more.

 

Le FMI appelle les banques centrales à maintenir la stabilité financière

LISBONNE, 26 mai – La Directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, a appelé les banques centrales à prendre comme objectif principal d’assurer la stabilité financière et de maintenir le niveau d’inflation au plus bas, a rapporté lundi le quotidien portugais Publico. « Nous devons continuer à travailler au renforcement des cadres prudentiels du secteur… read more.

 

 

« Les États-Unis en récession, et Poutine va vendre son gaz aux Japonais ! »

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Évidemment, en ce jour férié passé à désherber mon potager (c’est difficile de faire du bio sans produit chimique… il est indispensable d’utiliser beaucoup d’huile de coude), je me demandais bien ce que j’allais pouvoir vous raconter (entre deux piqûres de ronces, d’orties et autre joyeuseté champêtre). Heureusement, les Américains (et accessoirement les Russes) ont pensé à ma détresse intellectuelle et sont vite venus à mon secours en me fournissant deux sujets. Le premier est exquis et le deuxième croustillant.

Figurez-vous que finalement, à la réflexion, les USA sont en récession. Cette dépêche est divine.

États-Unis : l’économie s’est contractée de 1 % au premier trimestre

Voilà, c’est le titre de la dépêche de l’AFP. L’économie américaine s’est contractée. Ce que j’aime c’est le « davantage que prévu »… Rien du tout oui, « ILS » avaient tous prévu un PIB en hausse. Bref, les Ricains nous avaient expliqué que leur PIB avait augmenté d’un petit 0,1 % tout symbolique mais en réalité, il n’en est rien puisqu’en « deuxième estimation » (c’est déjà drôle en soi la 2e estimation incertaine au doigt mouillé après un calcul en 1re estimation à la louche), le PIB est carrément en baisse de 1 %, et une baisse de 1 % c’est une récession !

Bon, c’est la première fois depuis 2011 que les USA voient leur PIB baisser mais ce n’est pas grave du tout car c’est à cause du froid… Oui, aux États-Unis, ils ont dû affronter un « polar vortex », soit un vortex polaire et ils se sont caillés de très longs mois. Résultat chez nous, en France, quand on a froid, on se chauffe plus donc on consomme plus d’électricité, plus de fioul, plus de gaz, on achète plus de pulls, de parkas, de doudounes et même des bonnets… Résultat ? Si les ventes de maillots de bain chutent drastiquement, il y a plein d’autres produits qu’on s’arrache… Même que quand il fait froid, j’achète plus de soupe (Royco) ou encore plus de choucroute… C’est excellent la choucroute et le cassoulet l’hiver, ça tient au corps comme on dit.

Mais aux États-Unis, rien du tout. Ils ne se sont pas chauffés plus, ils ne se sont pas achetés plus de pulls, et ils ont à peine bouffé plus de soupe, sans oublier que même McDo a vu ses ventes baisser de 1,7 %… Alors croyez-vous que ce soit vraiment à cause du froid ? Cette explication ne tient tout simplement pas la route (sauf pour UPS et autre camionnette sans pneus neige).

D’ailleurs lisez bien cette phrase au passage : « L’hiver particulièrement rigoureux a affecté tous les secteurs de l’économie hormis les dépenses de consommation, qui se sont maintenues à +3,1 % portées par les dépenses dans les services (+4,3 %)… » Tiens donc, finalement la consommation est même en hausse ! Comme quoi, les Américains vont bien se mettre au chaud au Wall Mart du coin !!

Alors la baisse du PIB s’explique par la révision à la baisse des stocks (les entreprises préférant déstocker que de produire plus, ce qui n’a rien à voir avec l’âge du capitaine ou la température ambiante, sans oublier les dépenses d’investissement qui ont dramatiquement chuté de 11,7 % avec, pour finir, des exportations elles aussi en recul de 6 %…

Mais que toutes les bonnes âmes « optimistes » se rassurent, je ne suis qu’un horrible pessimiste puisque même l’AFP vous dit que « cette contraction ne fait pas craindre une récession, définie par deux trimestres consécutifs de recul du PIB »… Je vous rappelle quand même que s’il faut 2 trimestres consécutifs pour parler de récession, il n’en faut qu’un pour parler de croissance… il ne faut donc pas être dupe ni naïf, pour ne pas dire complètement abruti, par les crétineries langagières de ceux qui vous dirigent. C’est la merde mais tout le monde fait semblant que tout va bien, jusqu’au jour où tout cela nous pétera lamentablement à la figure.

Un gazoduc pourrait relier le Japon à la Russie

Pendant ce temps, nos amis russes, par la voix de l’Agence de Presse RIA Novosti, nous apprennent qu’après avoir négocié avec les Chinois LE contrat du siècle de plus de 400 milliards de vente de gaz mais qui seront payés en yuans et en roubles ils s’attaquent désormais au marché japonais, et pas qu’un peu !!

Lisez plutôt :

« Un groupe de parlementaires japonais propose de construire un gazoduc reliant l’île russe de Sakhaline au Japon pour 6 milliards de dollars, a annoncé mercredi l’agence Bloomberg se référant au député nippon Naokazu Takemoto.
Le groupe d’initiative Pour la construction d’un gazoduc entre le Japon et la Russie envisage de soumettre le projet au premier ministre nippon Shinzo Abe en juin, en vue de proposer sa réalisation au président russe Vladimir Poutine pendant sa visite au Japon à l’automne prochain.

Long de 1 350 km, le gazoduc sous-marin dont la construction pourrait prendre cinq ans relierait la partie sud de Sakhaline à la ville de Hitachi, à 150 km de Tokyo, via les îles de Hokkaido et de Honshu. Il pourrait acheminer environ 20 milliards de m³ de gaz naturel an au Japon, ce qui correspond à 1 500 tonnes de gaz liquéfié et représente 20 % des besoins annuels du Japon.
«Le prix du gaz naturel sera deux fois moins cher que le prix du gaz liquéfié», estime le député Takemoto.

Selon lui, le projet de gazoduc russo-nippon existe depuis dix ans, mais les sociétés énergétiques japonaises n’affichent un intérêt pour cette idée que depuis l’accident nucléaire de Fukushima et l’arrêt des réacteurs nucléaires du Japon en 2011, qui a provoqué une hausse des importations de gaz liquéfié.
La récente annonce de la signature d’un contrat gazier russo-chinois de 400 milliards de dollars a eu un grand retentissement au Japon. Le groupe public russe Gazprom fournira 38 milliards de m³ de gaz par an à la Chine pendant 30 ans. »

Il n’y a pas à dire, le monde est en train de changer à grands pas et la désaméricanisation de l’économie mondiale est en marche. Le Japon est un « très » fidèle allié des USA, si les Japonais signent un tel contrat et qu’en plus ils ne paient pas le gaz russe en dollars, ce sera une nouvelle étape de la marginalisation des États-Unis qui ne pourront compter comme allié que l’abruti de l’Élysée, n’osant même pas parler du peuple français, ce qui ne fera pas bien lourd !

Vous voyez donc également pourquoi l’accord de partenariat transatlantique est aussi stratégique pour les USA. Pour nous, ce sera la catastrophe mais comme nous sommes dirigés par des crétins vendus à des intérêts étrangers…

Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement http://www.lecontrarien.com.

Source PIB USA en récession ici

Gaz russe vendu au Japon via un nouveau gazoduc ici

 

France : le chômage bondit en avril

PARIS, 28 mai – Fin avril, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A (actes positifs de recherche d’emploi, sans emploi) à Pôle emploi a augmenté de 14 800 en France, a annoncé mercredi le ministère du Travail. La catégorie de référence de Pôle emploi recense plus de 3,364 millions de chômeurs, en augmentation de… read more.

 

La dette publique espagnole devrait atteindre 104 % du PIB en 2017

MADRID, 28 mai – La dette publique espagnole devrait atteindre 104 % du PIB du pays en 2017, selon une étude de l’Association des caisses d’épargne espagnoles (FUNCAS) parue mercredi. L’étude, qui a été menée par Sara Balina et Angel Berges, indique que les entreprises comme les familles devraient continuer à réduire leurs dettes durant les… read more.

 

GB : les syndicats vent debout contre les contrats « zéro heure »

« Des employés disponibles 24 heures sur 24, sept jours sur sept, sans garantie de minimum horaire et donc de salaire : les contrats «zéro heure» de plus d’1,4 million de personnes encouragés par le gouvernement britannique suscitent l’hostilité croissante des syndicats. En cause : l’intention du gouvernement de David Cameron de suspendre les allocations chômage… read more.

 

UE : Schäuble veut réorganiser la Commission autour de « super-commissaires »

« Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble milite en faveur d’une réorganisation de la Commission européenne, autour d’une poignée de commissaires responsables de grands pôles de compétences, dans une tribune à paraître vendredi en Allemagne ». Voilà donc de quoi les dernières élections européennes vont accoucher. Des super-commissaires, avec des super-pouvoirs, pour une super-Europe, qui fera… read more.

 

Les réserves pétrolières russes suffisantes pour 30 ans d’exploitation

MOSCOU, 28 mai – Les gisements de pétrole existant en Russie pourraient assurer une production annuelle de 600 millions de tonnes au cours des trente prochaines années, a annoncé mercredi le ministre russe des Ressources naturelles Sergueï Donskoï. S’exprimant à la Douma (chambre basse du Parlement russe), M. Donskoï a indiqué que la Russie était fortement… read more.

 

Chômage : « Analyser les chiffres avec prudence » (François Rebsamen)

Avec 14 800 personnes de plus au chômage, ce qui permet d’atteindre un nouveau record historique à 3 364 100, notre ministre de l’Emploi qui ne réussit pas à en créer un seul lâche quelques petits commentaires tous aussi crétins les uns que les autres. François Rebsamen a déclaré dans un communiqué qu’il appelle « à… read more.

 

 

« Nous avons au mieux 18 mois devant nous »

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Jacques Attali est décidemment particulièrement en forme ces dernières semaines. Alors qu’il nous avait gratifiés d’un excellent papier que j’avais repris dans les colonnes du Contrarien Matin et intitulé « Débrouillez-vous », le voilà qui poursuit dans sa veine contrarienne en nous prédisant une énorme crise en 2015 dans son dernier article dont le titre est « La prochaine crise : en 2015 ? ».

Jacques Attali y développe un raisonnement l’amenant à étayer pourquoi il pense que l’on arrive à la fin d’un cycle et donc au seuil d’une nouvelle crise qui ne sera jamais que le prolongement de celle que nous n’avons pas quitté depuis l’épisode paroxystique de 2007/2008.

Il explique surtout ce qu’il faudrait faire pour éviter cette nouvelle crise, et là, permettez-moi d’être dubitatif d’ailleurs sur deux choses. La première étant que même les éléments avancés ne me semblent pas de nature à nous permettre d’éviter ce qui va nous déferler dessus dans la mesure où cela ne répond pas ni à la raréfaction du travail ni à la raréfaction des ressources naturelles, et la deuxième c’est que quand bien même Jacques Attali aurait raison (et moi tort), il est fort à parier que rien de ce qu’il n’avance ne sera mis en place pour la simple et bonne raison que notre Monsieur 3 % (voir le dernier sondage du Figaro à ce sujet) qui siège à l’Élysée n’a toujours pas la moindre conscience de ce à quoi il est confronté et n’a, pour ainsi dire, strictement rien compris à la situation économique de notre pays. Je vous passe également le manque cruel de courage dont il a fait preuve jusqu’à présent et je le vois assez mal mettre encore plus de flexibilité dans le marché du travail alors que dès 2015 nous aurons de facto la suppression du régime (ultra-flexible) des auto-entrepreneurs aligné sur celui de la micro-entreprise avec quelques menus contraintes en plus…

Je vois également mal notre nodocéphale élyséen se changer brutalement en De Gaulle ou en Churchill capable de changer en totalité les modalités de fonctionnement de notre société. Notre situation est fondamentalement au-delà de toute notion de réforme. Encore une fois, nous vivons sur des structures héritées de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il y a 70 ans ! Nous étions en plein exode rural, nous avions besoin de bras pour remplir nos usines d’ouvriers, la mondialisation n’existait pas, pas plus que le transport aérien de masse ou encore les TGV, je ne parle même pas des réseaux informatiques, de la dématérialisation ou de l’informatique et de la révolution robotique qui nous arrive dessus !

Bref, il y a peu de chances que cette « nouvelle » crise – car n’en doutez pas, on vous la « vendra » comme étant « nouvelle » – puisse être évitée, ce qui nous amène donc à ses conséquences potentielles.

Les conséquences de la future crise de 2015

En gros, pour Attali (et je pense exactement la même chose), nous avons atteint des niveaux d’endettement jamais vu en temps de paix dans les pays dits « développés ». Lors de la prochaine crise, il faudra bien passer à la caisse et payer les pots cassés, cela ne pourra se faire que par la ruine des épargnants puisqu’en réalité, ceux qui ont financé les dettes sont bien les épargnants finaux à travers leurs différents supports d’épargne. Effacer les dettes ce n’est pas uniquement « punir » les méchantes banques (qui d’ailleurs le méritent), effacer les dettes c’est surtout effacer l’épargne des gens, une épargne sur laquelle ils comptaient pour tout un tas de choses et de projets.

Jacques Attali vous met en garde contre l’affaire chypriote qui préfigure les « bail-in », c’est-à-dire les effacements de dettes, à venir ainsi que sur la nouvelle législation européenne (encore peu connue selon lui ce qui est vrai pour le « vulgus pecum » mais nettement moins pour le contrarien moyen parfaitement informé) qui donne tout le cadre juridique à nos autorités politiques et monétaires pour nous ruiner au-delà de 100 000 euros, ce qui ne veut pas dire, soit dit en passant, que nous ne le serons pas sous cette fameuse barre des 100 000 euros. Tout dépendra de l’ampleur de la future catastrophe.

Enfin, Jacques Attali évoque à juste titre bien que « trop » pudiquement le véritable risque des pays européens qui est un risque de balkanisation et de guerres civiles.
« D’autre part parce que, à la différence des crises précédentes, le monde est loin d’être en paix ; les guerres et les menaces de guerres, civiles ou entre nations, se multiplient rendant les investisseurs plus frileux encore. »

Traduisons clairement ce que sous-entend ici Jacques Attali. Il faudrait être sourd et aveugle ou un « fasciste » du politiquement correct pour ne pas se rendre compte des fractures qui cisaillent de nombreux pays européens et ces fractures, que cela plaise ou non, sont d’ordre ethnique et religieux sur fond de misère sociale compensée par des aides massives afin de maintenir un semblant d’ordre social. Tout cela peut se déchirer en un clin d’œil en cas de crise grave menant par exemple à l’insolvabilité de l’État français et à son incapacité par exemple à verser les prestations sociales tant attendues dans certains quartiers.
Cette radicalisation de part et d’autre dans une Europe multiculturelle en échec patent se matérialise évidement par le vote massif Front National en France lors des dernières élections européennes. Certains s’en réjouiront, d’autres (dont beaucoup ne sont pas allés voter car ils avaient forcément autre chose de beaucoup plus important à faire) en « pleurent ».

Peu importe tout cela car ce sera balayé par la crise et je vous laisse imaginer l’état de notre pays si demain les « gamelles » étaient vides. Il est fort probable que de nombreux pays européens, dont le nôtre, connaîtraient des situations de violences extrêmes confinant à une forme de guerre civile avec des populations urbaines absolument pas en mesure de s’autosuffire au moins en partie et dépendant en totalité soit des modes de transports et d’approvisionnements soit des aides sociales soit des deux… Si jamais toute cette belle mécanique venait à se gripper, tout ce qui est actuellement contenu par des digues plus ou moins fragiles se déverserait et l’état réel de notre pays apparaîtra crûment à tous, et croyez-moi ce ne sera pas beau à voir.

Alors comment vous préparer ?

Voilà la question que nous nous posons tous et à laquelle chacun, dans notre configuration personnelle et « sous contrainte », nous essayons de répondre.

Lorsque que l’on parle de se protéger de faillite bancaire et d’effacement de l’épargne, il n’y a pas 36 solutions. Il faut évidemment débancariser au maximum et avoir son argent en dehors des griffes de l’État. Il faut donc détenir des actifs tangibles comme l’or, l’argent et même dans une certaine mesure des billets de banque (les retraits étaient très fortement limités à Chypre).

Lorsque l’on parle de possibles ou d’éventuelles guerres civiles, il faut se situer dans des zones rurales et non-urbaines. Cela est également valable pour l’autonomie d’une famille toujours plus facile à la campagne qu’en ville. Un simple potager et un poulailler vous aideront grandement à améliorer l’ordinaire.

Nous avons vécu l’exode rural puisque les villes avaient besoin de bras pour faire tourner les usines. Les progrès technologiques étant passés par là, l’avenir sera rural et nous devrions vivre comme la Grèce qui est précurseur sur ce point-là, un véritable exode urbain.

Quittez les villes tant que vous le pouvez car après il se pourrait qu’il soit trop tard et je vous renvoie à l’article précédent du même Jacques Attali où il vous appelait à vous « débrouiller » ! Oui, n’attendez plus de savoir ce que l’État pourra faire pour vous, car l’État est devenu le problème et ne nous apportera plus aucune solution.

Le temps des demi-mesures est révolu. Il y aura à l’avenir deux types de gens. Ceux qui auront su prendre à temps les bonnes décisions et changer leur postulat de vie, ceux qui en un mot auront décidé de se débrouiller et tous les autres.

Je vous souhaite à toutes et tous bonne chance et beaucoup de courage dans vos prises de décisions car vous allez devoir décider aujourd’hui, sur un risque hypothétique pour demain, de changer de vie tout de suite ! Évidemment, c’est tout sauf facile ou évident surtout lorsque cela engage une famille, un conjoint et des enfants et que vos choix iront complètement à l’encontre du consensus mou qui nous entoure.

En cette veille du 70e anniversaire du débarquement allié en Normandie, je me souviens de ma grand-mère paternelle qui avait été prise pour une grande folle en faisant rentrer 600 boîtes de pâtés début 39. Je me souviens de ma grand-mère maternelle qui avait demandé sa mutation en tant qu’institutrice dans un bled de campagne de 250 habitants car elle avait 3 gamines en bas-âge à nourrir. Je me souviens de ce que l’on m’a raconté sur la réaction de son inspecteur d’académie qui l’a longuement regardée et lui a trouvé l’un des villages les plus reculés de France en lui disant le plus sérieusement du monde : « Si cela devait mal se passer, là-bas au moins vous ne devriez pas voir trop de boches. »

Aujourd’hui, la probabilité pour que les choses se passent très mal augmente de jour en jour. Je laisse donc la parole à Jacques Attali lui-même en relayant ici son dernier article que je vous invite à lire là encore avec attention autant pour ce qu’il dit, que pour ce qu’il suggère ou encore pour ce qu’il ne dit pas, tant les propos d’Attali, un homme brillant, peuvent et doivent se lire sur ces trois niveaux.

« La prochaine crise : en 2015 ? » par Jacques Attali

« L’avenir pourrait nous rappeler très bientôt que, depuis plus de vingt-cinq ans, une grande crise économique et financière s’est déclenchée tous les sept ans :

En octobre 1987, le Dow Jones perd 22,6 % en une journée ; c’est le premier krach de l’ère informatique. La crise s’étend vite ; le 2 novembre 1987, Time Magazine fait sa couverture sur : « La panique s’empare du monde ». La FED réussit à calmer le jeu.

En décembre 1994, alors qu’une euphorie des entreprises fondées sur Internet enfle dans la Silicon Valley, l’Orange County, tout à côté, spécule sur les marchés financiers, et se déclare en faillite ; un peu plus tard, une brutale et brève crise monétaire et financière asiatique se propage en Russie et au Brésil puis aux États-Unis. La FED réussit là encore à maîtriser la situation.

Dès avril 2001, la bulle Internet, qui s’est formée depuis cinq ans, explose ; l’indice Dow Jones perd 7,3 % en une journée. Encore une fois, la FED calme le jeu en inondant le pays de liquidités, qui se transformeront en crédits immobiliers.

À l’été 2008, l’explosion d’une bulle sur la titrisation des crédits hypothécaires déclenche une nouvelle crise, cette fois véritablement planétaire. Les banques centrales et autres prêteurs permettent une nouvelle fois, aux États et aux entreprises, de s’endetter à bas taux, sans pour autant obtenir qu’ils investissent et se réforment.

Nous approchons de la fin d’une nouvelle période de sept ans. Des bulles se sont partout reformées. Et si la croissance n’est pas au rendez-vous, ou si une crise géopolitique vient l’interrompre (en Ukraine, en Chine, au Brésil, ou ailleurs) ces bulles exploseront ; les taux d’intérêt monteront ; le financement des emprunts deviendra très difficile ; la mondialisation fera le reste et les marchés, qui ne disent plus la valeur du risque, seront une nouvelle fois pris de panique.

En toute logique, cette crise devrait se déclencher en 2015. Si on ne s’y prépare pas, elle sera pire que les précédentes, en particulier en Europe. Pour deux raisons : d’une part, parce que presque tous les jokers ont été utilisés – nul ne pourra s’endetter d’avantage – et la BCE, même en utilisant tous les moyens à sa disposition, y compris les plus hétérodoxes, ne pourra pratiquement rien. D’autre part parce que, à la différence des crises précédentes, le monde est loin d’être en paix ; les guerres et les menaces de guerres, civiles ou entre nations, se multiplient rendant les investisseurs plus frileux encore.

Il n’y aura alors plus d’autres solutions que de payer la note ; en clair, de rembourser les dettes ou de les annuler. Et cela ne pourra être fait, en particulier en Europe, qu’en mettant à contribution les détenteurs finaux des créances, c’est-à-dire les épargnants, qui verront leur épargne spoliée, non par l’inflation, mais par une ponction sur leurs comptes, comme cela fut le cas à Chypre (ce que permettent explicitement les accords récents sur l’Union Bancaire, dits de « bail in », même si c’est encore peu connu).

Il est encore temps de s’en rendre compte. Et d’agir. En particulier en Europe, en recréant les moyens d’une croissance saine et durable ; cela ne passe que par quatre moyens, qu’il faut d’urgence utiliser simultanément :
Une action pour faire baisser significativement l’euro relativement au dollar, qui suppose que les ministres des Finances de la zone euro la demande enfin explicitement à la Banque Centrale.
Une relance de l’investissement, qui ne peut venir que par de grands projets publics, en particulier en matière de réseaux d’énergie et de télécommunication, financés par des eurobonds, ou par la BEI, ou par les diverses Caisses des Dépôts nationales. Encore faudrait-il que ces institutions cessent de s’accrocher à leur sacrosaint triple A, qui les paralyse.

Une accélération des réformes de structure dans l’Europe du Sud, en particulier en France, libérant les forces créatrices, comme l’ont fait, chacun à leur façon, avec le succès que l’on sait, les Allemands, les Anglais, les Suédois, et les Canadiens.

La recherche attentive de la paix, en particulier entre les Européens et leurs voisins de l’Est et du Sud.

Si tout cela n’est pas très vite entrepris, avec courage et ténacité, en particulier par les pays européens enfin rassemblés, bien des orages éclateront. Dans les 18 prochains mois.
Personne ne pourra prétendre qu’il n’était pas prévenu. »

Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement http://www.lecontrarien.com.

Le blog de Jacques Attali est ici

 

La banque française BNP Paribas menacée d’une amende de 10 milliards de dollars aux États-Unis

PARIS, 30 mai – Les autorités américaines réclament la somme de dix milliards de dollars à la banque française BNP Paribas pour avoir violé l’embargo américain contre Cuba, le Soudan et l’Iran entre 2002 et 2009, rapporte vendredi la presse française, citant le quotidien américain The Wall Street Journal. « Ce serait l’une des plus grosses amendes… read more.

 

Vers un troisième plan d’aide pour la Grèce !

Comme vous en avez été informé doctement par « Claire Chazal » (je n’ai rien en particulier contre elle, c’est juste pour illustrer la pensée unique de nos médias qui nous abreuvent d’âneries), la crise est derrière nous, l’Espagne va très bien, le Portugal s’en sort et tout va mieux que bien dans notre monde de Bisounours,… read more.

 

L’UEE doit définir le développement de ses membres dans un environnement complexe (Medvedev)

MOSCOU, 29 mai – Le traité signé jeudi par la Russie, la Biélorussie et le Kazakhstan pour la création de l’Union économique eurasienne (UEE) définira le développement commun de ces pays dans le contexte d’une réalité économique changeante, a déclaré le Premier ministre russe Dmitri Medvedev. « Un grand événement a eu lieu : le traité sur… read more.

 

« THE » Revue de l’or du Web du 23 mai : l’or dans le monde, en Europe et en France

Dans cette revue du Web du 23 mai, un zoom sur la stabilisation de la demande mondiale en or au premier trimestre 2014 selon les chiffres du World Gold Council parus cette semaine. À l’échelle européenne, les banques centrales ont renouvelé leur accord de coordination sur les ventes d’or. En France enfin, un point sur la… read more.

 

Plus de transparence sur les résultats liés aux importations et exportations d’or en Suisse

Les principaux agents du marché de l’or en Suisse sont arrivés à un accord avec les régulateurs afin d’offrir d’une manière plus transparente et fréquente les informations liées aux exportations et importations de l’or. Depuis le 1er janvier 2014, ces informations d’entrée et de sortie de l’or seront publiées mensuellement. Ces informations en Suisse offrent… read more.

 

Les USA attaquent la France en s’en prenant à BNP Paribas

« Les déboires judiciaires de BNP Paribas prennent une tournure politique », c’est le titre de cette dépêche AFP qui revient sur la cas de la BNP qui est la plus grosse banque française et l’un des mastodontes européens. Les Américains souhaitent imposer une amende record de 10 milliards de dollars ainsi que la démission de très… read more.

 

 

« La croissance sans emploi, un phénomène profond et durable »

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

C’est l’un de mes chevaux de bataille économique préféré. En effet, je pense, et c’est une conviction, que nous sommes arrivés à un point d’inflexion majeur (et de grâce, encore une fois, ne me sortez pas l’exemple des Canuts et le refus du prôôgrèès technique, ce qui était valable il y a deux ou trois siècles peut l’être nettement moins de nos jours) concernant les évolutions technologiques et leur compatibilité avec un haut niveau d’emploi.

En clair, les progrès de l’informatique associés à l’électronique, aux biotechnologies et évidemment à la robotique vont conduire et conduisent déjà non pas à une suppression pure et simple de la notion de travail mais à la disparition plus ou moins rapide de l’emploi de masse corollaire jusqu’à présent de la consommation de masse et de la production de masse.

J’insiste sur cette notion de masse d’emploi. Le problème n’est pas la disparition (pour le moment) du travail mais sa raréfaction et le fait que notre chômage endémique et en hausse constante depuis maintenant 40 ans matérialise la « fin du travail pour tous ».

Économiquement, le fait que le travail soit le mode de redistribution le plus utilisé à travers le monde pour « répartir » plus ou moins équitablement la création de richesse va nous conduire à une insolvabilisation progressive des ménages. Raréfaction du travail = raréfaction du nombre de consommateurs solvables = à un moment ou à un autre baisse de la consommation = baisse des profits pour les entreprises !

La relation économique est simple à comprendre. Elle est même évidente. Dans mes propos, il ne s’agit même pas de dire « je suis pour ou contre les progrès techniques », il s’agit simplement de constater les faits et les faits sont toujours têtus. Il y a de moins en moins de boulot.

C’est dans ce contexte que la grande entreprise Amazon, qui est devenue en quelques années l’une des plus grosses multinationales mondiales de la distribution et de la vente en ligne, a annoncé lors de son assemblée générale qu’elle allait s’équiper de 10 000 robots alors qu’elle n’en utilise actuellement « que » 1 300 ! Évidemment, on tient à rassurer le crétin. Aucun problème pour l’emploi et il n’y aura aucun licenciement !!

Ne soyons pas dupes ni naïfs ! Bien sûr qu’il n’y aura aucun licenciement et cela pour deux raisons faciles à comprendre, encore faut-il juste le dire et le rappeler à ceux qui n’y penseraient pas tout seuls.

Premièrement, Amazon est en croissance forte dans la mesure où les ventes en ligne sont encore en croissance et que cette entreprise est en train de multiplier les secteurs de produits qu’elle ne couvrait pas jusqu’à présent (au départ, Amazon ce n’était que la vente de livres). Logiquement, Amazon doit donc recruter, ouvrir de nouveaux entrepôts, etc. Prendre 10 000 robots ce n’est pas de l’emploi en moins et des licenciements, c’est simplement de l’emploi qui ne verra jamais le jour… Cela illustre donc parfaitement le concept de croissance…. sans emploi qui n’a manifestement pas effleuré l’esprit des abrutis qui nous dirigent et qui attendent la croissance comme une vache attend le passage du train (ou alors ils font juste mine de …).

Deuxièmement, là encore il convient d’être réaliste. Quelle est, à votre avis, l’ancienneté moyenne dans une entreprise comme Amazon, ou pour être encore plus précis quel est le « turn-over » naturel une fois que vous avez marché pendant 20 km lors de votre journée de travail avec des cadences assez élevées ? Résultat, eh bien chez Amazon (comme dans de très nombreuse entreprises désormais), c’est marche ou crève et beaucoup « crèvent » sur le bord des allées débordant de produits que nous commandons sans fatigue affalés devant notre écran d’ordinateur. Les effectifs tiennent donc au mieux quelques années avant d’être totalement rincés, sans oublier aussi l’aspect cyclique de l’activité de cette entreprise qui va réaliser une part importante de son chiffre d’affaires au moins de décembre en recrutant des saisonniers pour un mois, ce dont elle pourra se passer.
Là encore, il n’y aura pas de licenciement. Il n’y aura que des démissions de « faibles » qui ne tiennent pas le coup et qui iront rejoindre les troupes de Paul Emploi, le 1er employeur de France avant d’aller grossir les rangs du RSA et des Restos du Cœur.

La robotique recrute !

Évidemment, lorsque Kiva System vend des robots à Amazon, Kiva recrute, certes, mais nettement moins que le nombre d’emplois qui ne sera jamais créé grâce à ses solutions automatisées et en plus certainement pas sur le même niveau de compétences. Encore une fois, je vous mets en lien source le site de Kiva, vous pourrez par vous-même regarder et consulter les offres d’emplois. Elles sont assez peu nombreuses et surtout très techniques. Alors que ferons-nous de tous ceux qui ne seront pas des ingénieurs de hauts niveaux, c’est-à-dire de 95 % de la population mondiale ?

Là encore, il ne s’agit ni de déplorer ni d’applaudir mais de constater les faits. Naturellement, le cours de bourse d’Amazon monte en flèche à l’idée d’une croissance sans avoir besoin d’employer plus de monde !! Jusqu’au jour, bien entendu, où les marchés s’apercevront qu’il n’y a plus d’acheteur solvable.

Il n’y a pas que les robots qui suppriment de l’emploi

Il y a aussi Internet, et c’est particulièrement palpable dans le secteur bancaire où, finalement, le modèle des banques en ligne désormais parfaitement mature est bien plus efficace et rentable que la banque traditionnelles avec des réseaux de centaines d’agences. Résultat ? Rien qu’en France prévoyez le non-remplacement dans le meilleur des cas des 400 000 collaborateurs qui font fonctionner actuellement les milliers d’agences qui maillent le territoire français. Dans le pire des cas, la BNP, après avoir payé son amende américaine, pourrait vouloir aller un peu plus vite et faire un plan de « sauvegarde » de l’emploi (c’est-à-dire virer du monde).

Un monde sans travail, sans croissance, et de raréfaction généralisée

Des ressources alimentaires plus cher, peu ou pas de travail, une croissance dont au mieux personne ne profitera ou presque, voilà ce à quoi vous devez vous préparer, sans oublier des États surendettés qui ne pourront que faire faillite dans un tel contexte.

Voilà ce à quoi vous devez vous préparer et peu importe que cela prenne 18 mois ou 4 ans car nous aurons vraisemblablement à vivre cet effondrement économique et social.

Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, Directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement http://www.lecontrarien.com.

Article de La Tribune sur Amazon et ses 10 000 robots

Le lien vers le fournisseur officiel de robots d’Amazon

 

Hollande : le sondage à 3 % du Figaro qui devrait faire trembler notre pays

« François Hollande est redevenu «Monsieur 3 %». Les Français ne sont plus que 3 % à le préférer comme candidat du PS à la prochaine présidentielle de 2017, selon l’étude OpinionWay réalisée en exclusivité pour Le Figaro Magazine. Le même chiffre que les sondages lui donnaient quelques mois avant la primaire de 2011, quand il… read more.

 

Le roi d’Espagne abdique et est succédé par le prince Felipe

MADRID, 2 juin – Le roi Juan Carlos d’Espagne a abdiqué lundi de son poste de chef d’État. La décision du monarque a été annoncée à la nation par le Premier ministre Mariano Rajoy, qui a rapidement organisé une conférence de presse lundi pour faire une « déclaration institutionnelle ». Dans une brève déclaration à la presse où… read more.

 

Fin 2013, 710 000 milliards de dollars de produits dérivés !! Mais tout va très bien

Voici ce que l’on peut lire sur le site de la BRI, la Banque des règlements internationaux, et le chiffre fait frémir. Fin 2013, les marchés de produits dérivés de gré à gré ont continué à se développer pour atteindre un montant notionnel de contrats en cours s’élevant à $ 710 000 000 000 000… read more.

 

799 morts dans de violentes attaques à travers l’Irak en mai (ONU)

BAGDAD, 1er juin – Au total, 799 Irakiens ont été tués et 1 409 autres blessés dans de violentes attaques au mois de mai, dont une majorité de civils, selon un communiqué de la Mission d’assistance des Nations Unies pour l’Irak (MANUI) publié dimanche. D’après le communiqué, 603 civils et policiers et 196 membres des forces… read more.

 

Delamarche et Pascal Auclair sur BFM Business dans le face-à-face

Excellent Olivier Delamarche dans ce face-à-face qui a décortiqué quelques chiffres économiques américains montrant bien encore une fois que les USA ne connaissent aucune reprise. Loin de là. Pour le moment, l’autisme l’emporte. Peu importe. Les fondamentaux sont désastreux, le compteur tourne et le moment de la remise à plat du système approche. Charles SANNAT

 

10 000 Français sont payés pour venir en vélo au travail ! Et moi le vélo ça m’emmerde !!

C’est le titre d’un article du magazine Challenges qui nous apprend que « 0,25 euros par kilomètre : à partir de ce lundi 2 juin, quelques 10 000 chanceux vont pouvoir faire fructifier leurs coups de pédales. Le gouvernement vient en effet de lancer une expérimentation dans 19 entreprises, implantées sur tout le territoire, visant à… read more.

 

 

carte des région François Hollande

« La réforme des régions, François joue au puzzle et enfume le peuple ! »

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Bon, mes chers lecteurs, l’information du jour c’est la nouvelle carte des régions dans notre beau pays. François est à la manœuvre et ma femme, qui me fait manger depuis 4 ans des cordons bleus Le Gaulois pour pouvoir terminer cette satanée carte de France, va sans doute être déçue de tous ces efforts en vain. Notre carte ne sera plus valable. 68 kilos de cordons bleus plus tard. Je n’en peux plus de ces cordons bleus. Je crois que je préfère définitivement mes boîtes de raviolis qui ont l’avantage énorme de se conserver plus longtemps !

Bref, on fusionne quelques régions et notre pingouin élyséen prend son air de fier à bras comme s’il se prenait pour un Napoléon des temps modernes. Avec la réforme des régions, nous allons voir ce que nous allons voir !

La France ne sera plus en déficit.
La France n’aura plus de chômage.
La France aura un budget en excédent.
La France va se réindustrialiser.
La France n’aura plus aucun souci de délinquance.
La France va retrouver la croissance.
Les salaires vont pouvoir augmenter.
L’euro va devenir une excellente monnaie pour notre pays.
La Grèce va être sauvée définitivement.
Bruxelles va nous féliciter.
Les agences de notation vont augmenter nos notations.
Les investisseurs étrangers vont se précipiter chez nous.
Les touristes vont nous envahir avec des mallettes entières de billets qui seront déversés lors de leur séjour.
Les impôts vont chuter de façon géniale.
Les prestations sociales vont pouvoir être améliorées.

Oui mes chers camarades contrariens, dès demain tout cela sera réalité car notre marmiton de l’Élysée tendance nodocéphale pense tenir entre ses petits doigts boudinés le Saint Graal de la réforme dans notre pays, celle qui nous fera rentrer de plain-pied même pas dans le 21e siècle mais carrément dans le 3e millénaire (soyons ambitieux, après tout le « changement c’est maintenant »).

Un nouveau coup de communication pour occuper les esprits !

Alors il découpe François et nous donne par la même occasion de quoi occuper notre temps de cerveau disponible. Mes braves, parlez de la couleur du futur drapeau de votre future nouvelle région, cela vous évitera de vous mobiliser sur les véritables sujets.

Pendant que nous débattrons à n’en plus finir sur le nouveau format des nouvelles plaques d’immatriculation – symbole essentiel de l’appartenance régionale –, notre pays s’enfonce chaque jour un peu plus dans une merde noire. Nous avons, depuis bien longtemps, dépassé le stade de la chienlit chère au Général.

Alors nous aurons un traité transatlantique signé en douce par un Parlement européen et des gouvernements à la solde de pouvoirs extérieurs, nous aurons le chômage et les licenciements en hausse, nous aurons la désindustrialisation de la France et une « croissance » sans emploi portée par l’intégration dans notre PIB du trafic de drogue et l’argent de la prostitution (dernière grande trouvaille de nos zélites débiles pour truquer les chiffres), nous aurons tout cela mais François, l’abruti de l’Élysée, nous a trouvé l’un des plus beaux sujets pour faire diversion et enfumer le peuple qui, je dois vous l’avouer je n’en doute pas, ne sera cette fois pas dupe !

Cette « réforme » n’a aucune utilité macro-économique !

Comme il n’y a pas grand monde pour expliquer à notre mamamouchi présidentiel qu’il est un sombre crétin, je m’y colle et je me dévoue n’étant pas vraiment préoccupé par mon « évolution de carrière », ce qui me confère une légère liberté de ton.

Le problème de notre pays n’est pas encore une fois au niveau de la « réformette » mais d’une adaptation complète et totale de l’ensemble de nos structures héritées du CNR (le Conseil National de la Résistance). Notre organisation date d’il y a 70ans ! Ce n’est pas la couleur du papier peint qu’il faut changer ! C’est tout le bâtiment qu’il faut raser et reconstruire sur de nouvelles bases si nous souhaitions éviter un effondrement.

Alors passer de x à y régions ne changera rien à l’état déplorable de notre nation.

En plus, on nous explique doctement que cela va nous faire économiser de l’argent… alors là, je me marre. Je n’ai jamais vu l’État réussir à économiser de l’argent. Chaque année, les prélèvements, les impôts et taxes de toutes sortes augmentent considérablement pour une qualité de service rendu en face en chute libre !

Je me demande donc combien ça va coûter de trouver le nouveau nom de chaque région (il nous faudra bien quelques sociétés de communication avec des contrats plantureux pour nous y aider, et je crois que la société Bygmalion est déjà occupée à autre chose ces derniers temps).

Je me demande où nous allons installer le nouveau siège de chaque nouvelle région. On ne va pas utiliser l’ancien, hein… soyons sérieux, il ne faudrait pas avantager les uns au détriment des autres. Je pense qu’il va donc falloir bâtir quelques nouveaux édifices somptueux afin de pacifier les relations entre les fusionnés. Évidemment, cela devrait nous coûter un peu de pognon, le nôtre hein, pas le leur !

Je me demande ce que l’on fera des anciens édifices.

Je me demande combien cela va nous coûter de changer tous les panneaux.

Je me demande combien cela va nous coûter de changer les papiers à en-tête et toutes les autres joyeusetés de ce type, nouveau logo, etc.

Je me demande encore ce que l’on va faire des doublons chez les fonctionnaires car si deux régions fusionnent, on a par exemple deux services de comptabilité. Or un seul suffit (c’est le principe des économies d’échelle) mais si on n’en a qu’un, on en fait quoi du deuxième ? On vire tout le monde ? Hahahahaha j’en rigole d’avance.

François vient de faire encore une énorme connerie qui va achever de le faire passer pour le président le plus niais que nous ayons jamais eu

Voilà, donc François est content, il a tranché, il a fait preuve d’autorité, il a su donner une vision pour l’avenir de son pays, François est beau, François est grand, sauf que, comme à chaque fois, le diable se cache dans les détails et que la dernière connerie présidentielle va en fait commencer par nous coûter un pognon de dingue, une démotivation généralisée, des guerres de périmètres à n’en plus finir et qu’encore une fois, au lieu de simplifier et de rationaliser, tout cela va partir encore plus vite en vrille. D’ici un an, soit plus rien ne marche au niveau régional, soit cette réforme n’aura été qu’un coup de communication qui se fracassera sur la réalité et les petites baronnies locales.

Deux principes auraient dû éclairer notre phare éteint de l’Élysée. Le premier « primum non nocere », le principe des médecins, qui signifie « tout d’abord ne pas nuire », ce qui veut dire que parfois il faut savoir ne rien faire.

Le deuxième, « le diable se cache dans les détails ». François peut annoncer ce qu’il veut, la mise en pratique va se révéler assez lente, longue et douloureuse et il peut compter sur toutes les bonnes âmes pour localement ralentir son « rêve » cartographique qui, en soit, de toutes les façons, ne changera rien à la lente déliquescence de notre pays.

Alors ne soyons pas dupes, laissons ce sujet aux autres et concentrons-nous sur les véritables problèmes… en attendant la coupe du monde de foot et le tour de France…

Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement http://www.lecontrarien.com.

Vous trouverez le texte ci-dessous écrit par notre président de la République au sujet de sa réforme des régions et publié le 3 juin sur le site de l’Élysée :

Depuis deux siècles, la République a cherché à concilier l’unité de l’État, avec l’exercice le plus libre possible de la démocratie locale.

Mais il a fallu attendre les grandes lois de décentralisation de 1982 sous la Présidence de François Mitterrand, pour élargir les responsabilités des communes et des départements, et faire des régions des collectivités locales à part entière.

Puis sous la présidence de Jacques Chirac, la République décentralisée a été consacrée dans la Constitution. C’était aussi une façon de reconnaître que nos territoires et les élus qui les représentent, ont incontestablement contribué depuis trente ans à la modernisation du pays et à l’amélioration de la vie quotidienne des Français.

Le temps est venu de donner une forme nouvelle à cette ambition. Parce que notre organisation territoriale a vieilli et que les strates se sont accumulées. Parce que les moyens de communication, les mutations économiques, les modes de vie ont effacé les limites administratives. Parce que nous devons répondre aux inquiétudes des citoyens qui vivent à l’écart des centres les plus dynamiques et qui redoutent d’être délaissés par l’État en milieu rural comme dans les quartiers populaires.

Le temps est donc venu de simplifier et clarifier pour que chacun sache qui décide, qui finance et à partir de quelles ressources. Le temps est venu d’offrir une meilleure qualité de service et de moins solliciter le contribuable tout en assurant la solidarité financière entre collectivités selon leur niveau de richesse.

La réforme que j’ai demandée au Premier ministre et au Gouvernement de mettre en œuvre, en y associant toutes les familles politiques, est majeure. Il s’agit de transformer pour plusieurs décennies l’architecture territoriale de la République.

Au plus près des habitants, la commune est l’institution à laquelle chaque Français est le plus attaché. C’est dans ce cadre que se pratiquent chaque jour la solidarité et la citoyenneté. Elle doit demeurer « une petite République dans la grande ». La spécificité de notre pays c’est de compter 36 700 communes.

L’ensemble du territoire national est aujourd’hui couvert par des intercommunalités. Mais elles sont de taille différente et avec des moyens trop faibles pour porter des projets.

Ce processus d’intégration doit se poursuivre et s’amplifier. C’est le sens de la réforme proposée. Les intercommunalités changeront d’échelle. Chacune d’entre elles devra regrouper au moins 20 000 habitants à partir du 1er janvier 2017, contre 5 000 aujourd’hui. Des adaptations seront prévues pour les zones de montagne et les territoires faiblement peuplés.

L’intercommunalité deviendra donc, dans le respect de l’identité communale, la structure de proximité et d’efficacité de l’action locale. Il faudra en tenir compte pour lui donner le moment venu toute sa légitimité démocratique. Comme il en a été décidé pour les 13 métropoles et le Grand Paris qui ont été créés par la loi du 27 janvier 2014.

Les régions, quant à elles, se sont imposées comme des acteurs majeurs de l’aménagement du territoire. Mais elles sont à l’étroit dans des espaces qui sont hérités de découpages administratifs remontant au milieu des années soixante. Leurs ressources ne correspondent plus à leurs compétences, qui elles-mêmes ne sont plus adaptées au développement de l’économie locale.

Pour les renforcer, je propose donc de ramener leur nombre de 22 à 14. Elles seront ainsi de taille européenne et capables de bâtir des stratégies territoriales. Une carte a été définie. Elle prend en compte les volontés de coopération qui ont été déjà engagées par les élus, dont je veux saluer le sens de l’intérêt général. Elle sera soumise au débat parlementaire. Mais il faut aller vite car il ne nous est pas permis de tergiverser sur un sujet aussi important pour l’avenir du pays.

Demain, ces grandes régions auront davantage de responsabilités. Elles seront la seule collectivité compétente pour soutenir les entreprises et porter les politiques de formation et d’emploi, pour intervenir en matière de transports, des trains régionaux aux bus en passant par les routes, les aéroports et les ports. Elles géreront les lycées et les collèges. Elles auront en charge l’aménagement et les grandes infrastructures.

Pour remplir leur rôle, elles disposeront de moyens financiers propres et dynamiques. Et elles seront gérées par des assemblées de taille raisonnable. Ce qui veut dire moins d’élus.

Dans ce nouveau contexte, le conseil général devra à terme disparaître. La création de grandes régions, et le renforcement des intercommunalités absorberont une large part de ses attributions. Mais cette décision doit être mise en œuvre de façon progressive car le conseil général joue un rôle essentiel dans la solidarité de proximité et la gestion des prestations aux personnes les plus fragiles. Et il ne peut être question de remettre en cause ces politiques. Pas davantage les personnels dévoués qui continueront à les mettre en œuvre. Du temps est nécessaire et de la souplesse est indispensable. Une large initiative sera laissée aux élus pour assurer cette transition. Certaines métropoles pourront reprendre les attributions des conseils généraux et toutes les expérimentations seront encouragées et facilitées.

L’objectif doit être une révision constitutionnelle prévoyant la suppression du conseil général en 2020. Je veux croire qu’une majorité politique nette se dessinera en faveur de ce projet et que s’y associeront les élus qui, dans l’opposition aujourd’hui, souhaitent eux aussi l’aboutissement de cette réforme. D’ici là, les élections pour le conseil départemental seront fixées le même jour que celles pour les futures grandes régions à l’automne 2015. Avec le mode de scrutin qui a été voté par la loi du 17 mai 2013.

Le département en tant que cadre d’action publique restera une circonscription de référence essentielle pour l’État, autour des préfets et de l’administration déconcentrée avec les missions qui sont attendues de lui : garantir le respect de la loi et protéger les citoyens en leur permettant d’avoir accès aux services publics où qu’ils se trouvent. Mais il devra renoncer à exercer les compétences reconnues aux collectivités.

Cette grande réforme s’inscrit dans la volonté de moderniser notre pays et de le rendre plus fort. Elle est tournée vers les citoyens car il s’agit de simplifier notre vie publique, de rendre plus efficace nos collectivités et de limiter le recours à l’impôt. Elle repose sur les valeurs qui doivent nous rassembler : le souci constant de la démocratie, de la solidarité et de l’efficacité. Et c’est pourquoi j’appelle tous les citoyens et, en particulier, tous les élus locaux qui par leur engagement quotidien font vivre les institutions de la République, à s’associer à sa réussite.

François Hollande

 

La chambre de compensation, la clé de l’amende BNP

C’est le titre de cet article du Monde dont je vous conseille la lecture car il apporte un autre éclairage concernant cette affaire à 10 milliards de dollars touchant la BNP. Petite réflexion personnelle, lorsque j’étais banquier dans cette banque, il allait de soi que les collaborateurs avaient très peu d’autonomie et étaient étroitement surveillés…… read more.

 

La Belgique sort de la procédure de déficit excessif de l’UE

BRUXELLES, 2 juin – Le Premier ministre belge Elio Di Rupo s’est dit « réjoui » de la décision de la Commission européenne relative à la sortie de la Belgique de la procédure de déficit excessif initiée en 2009, dans un communiqué publié lundi par son bureau. Cette décision démontre que le gouvernement belge a diminué le déficit… read more.

 

UE : six États membres repassent sous le seuil de 3 % pour la parité déficit/PIB

BRUXELLES, 2 juin – Six États membres de l’Union européenne (UE) sont repassés sous le seuil de 3 % concernant la part du déficit public dans le produit intérieur brut (PIB), a annoncé lundi la Commission européenne. Il s’agit de l’Autriche, de la Belgique, de la République tchèque, du Danemark, des Pays-Bas et de la Slovaquie…. read more.

 

Zone euro : l’inflation tombe à seulement 0,5 % en mai, la BCE appelée à bouger

C’est une information relayée par le site Boursier.com qui revient sur les derniers chiffres publiés par Eurostat et concernant les chiffres de l’inflation en zone euro pour le mois de mai.  Ces dernières statistiques confirment donc les risques accrus de déflation pour ne pas dire que la déflation est bien déjà là, ce que je… read more.

 

Suisse : une hausse de 4,5 % pour l’exportation en 2014

GENÈVE, 2 juin – Malgré le marasme de l’économie mondiale, l’exportation de la Suisse connaîtrait une hausse de 4,5 % cette année, selon la Fédération des entreprises suisses (Economiesuisse), citée lundi par la presse locale. Ce chiffre représente le double de celui affiché en 2013, selon la même source. Les industries horlogères, des matières plastiques ainsi… read more.

 

Ukraine : sept enfants blessés dans l’est (UNICEF)

MOSCOU, 3 juin – Sept enfants ont été blessés par balles depuis le 9 mai dans l’est de l’Ukraine, a annoncé le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) sur son site Internet. « Sept enfants ont été blessés par balles et pièces de shrapnel pendant les hostilités dans l’est de l’Ukraine. Un garçon de 15… read more.

 

 

QUOTIDIEN ECONOMIQUE GRATUIT de Charles SANNAT – Édition du Lundi 26 mai 2014


« George Soros liquide ses actions de banques, achète des technologiques et une minière d’or ! Mode d’emploi pour faire comme George Soros et placer de la même façon !! »

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Tous les trimestres, les fonds d’investissements doivent remplir et adresser à la SEC (un grand machin étatique américain censé surveiller les marchés) une déclaration mentionnant l’ensemble des transactions opérées par le fonds concerné. Il s’agit du document 13F (c’est le nom du formulaire, un peu comme nos « cerfa » à nous).

Vous trouverez en lien en bas d’article la partie sur le site de la SEC où vous pouvez trouver cette mine d’informations.

C’est à partir de cette source d’information que l’agence de presse Reuters a été en mesure de répercuter les dernières modifications plus que substantielles que le « grand » financier mondialement connue George Soros a apporté à son fonds.

En effet, toutes ses participations dans les banques ont été vendues au profit d’entreprises technologiques et du secteur minier (mines d’or plus précisément).

Il a donc vendu :

Citigroup ;
JPMorgan ;
Bank of America.

Ses nouvelles positions sont :

RF Micro Devices (code RFMD), qui est un leader mondial dans la conception et la fabrication de composants haute performance semi-conducteurs. Les produits de RFMD permettent la mobilité dans le monde entier, de fournir une connectivité améliorée et supporte des fonctionnalités avancées pour les combinés cellulaires, ou les infrastructures sans fil, réseau local sans fil (WLAN), CATV / large bande et de l’aérospatiale et de la défense.

Nuance Communications (code NUAN) : Nuance Communications est une multinationale du logiciel qui fournit des applications d’imagerie ou encore des solutions informatiques pour les serveurs et la reconnaissance vocale intégrée, les systèmes d’appels téléphoniques automatisés, les annuaires téléphoniques, services de transcription médicale logiciels et systèmes, la reconnaissance optique de caractères, etc.

Marvel Technology Group (code MRVL) qui est une entreprise américaine qui produit des supports de stockage, des interfaces réseau et des composants semi-conducteurs pour l’informatique.

Nokia Corp (code NOK), qui tente désespérément de vendre à nouveau des téléphones portables et qui, hélas, a totalement raté le virage des smartphones qui a été trusté par Apple en premier lieu qui a été rapidement rattrapé par Samsung. Reste à Nokia à espérer reprendre la main lors de la prochaine rupture technologique dans le domaine du téléphone portable, possibilité sur laquelle semble miser Soros.

Cypress Semiconductor (code CY) : Cypress offre haute performance, à signal mixte, des solutions pour les écrans tactiles, ce sont des « mémoires » hautes performances et c’est le leader mondial des contrôleurs USB.

Si je peux comprendre les investissements précédents, y compris l’idée de Nokia où il s’agit de jouer ce que l’on appelle la « recovery », c’est-à-dire que l’entreprise va très, très mal mais va finir par aller mieux et son cours de bourse aussi, je suis un peu plus sceptique sur le renforcement par Soros de sa participation dans Herbalife (code HLF) qui est une entreprise qui réalise tout de même 4,8 milliards de dollars de chiffre d’affaires en vendant des espèces de compléments alimentaires profondément dégueux sous forme de liquide immonde et épais (j’ai déjà goûté) ou encore des sortes de barres protéinées parfaitement ignobles… Le tout est vendu par VDI, terme savant qui consiste à exploiter de pauvres vendeurs indépendants qui sont obligés d’acheter leur propre stock en espérant trouver suffisamment de pigeons dans leur entourage pour ne pas avoir à manger de la barre protéinée pendant les 78 prochaines années, histoire de ne pas avoir à mettre le stock forcément acheté à la poubelle…

Ses participations dans des minières aurifères !

Pour nous, les amateurs d’or, voici la véritable bonne nouvelle. Si tout le monde sait bien en écoutant le JT de Claire Chazal que l’or ne sert vraiment à rien, je trouve toujours très savoureux qu’un financier majeur de la planète prenne de telles positions sur l’or alors que l’on déverse au pékin moyen une propagande anti-or à gros sabots…

Soros a donc acheté 3 minières :

Yamana Gold (code AUY) ;
AuRico or (code AUQ) ;
Et enfin New Gold Inc. Cda. (code NGD).

Reprenons donc les indices que nous laisse entrevoir George Soros dans ses choix d’investissements :

Le fait de revendre l’intégralité de ses participations dans de grandes banques mondiales signifie au mieux une fin de cycle sectoriel (en gros, les bancaires ont tellement monté qu’il n’y a plus de potentiel de hausse) et au pire un signal de vente fort sur fond d’un nouvel épisode paroxystique de crainte sur la solvabilité des banques dans un contexte d’arrêt progressif des QE.

Le fait d’investir massivement dans le secteur technologique est assez logique et n’oubliez pas qu’il se profile rapidement (dès 2015) une nouvelle révolution qui sera robotique cette fois. Les humanoïdes vont embarquer, pour être efficaces, à peu près tout ce que le monde compte de technologie de pointe. Les besoins vont donc grandir.

Enfin, Soros couvre son portefeuille avec des actions d’entreprises aurifères qui est l’un des rares moyens de mettre de l’or dans des fonds d’investissements qui, pour des raisons légales, ne peuvent pas forcément détenir physiquement de l’or physique. Il faut donc qu’il passe soit par des trackers, soit par des actions minières actuellement d’ailleurs assez sous-cotées en raison de la baisse de l’or de l’année 2013 qui a vu le métal jaune corriger d’une trentaine de pour cent.

Si vous voulez faire comme Geroge Soros, vous avez donc les codes pour chacune des actions qu’il a achetée, mais vous avez surtout sa stratégie et elle ne révèle rien de bon pour les mois à venir.

Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement http://www.lecontrarien.com.

Source dépêche agence Reuters ici

Site de la SEC pour voir ce que les autres achètent et vendent… une mine d’or d’informations !!

 

Total s’associe à Lukoil pour explorer et exploiter des pétroles de schiste en Russie

PARIS, 23 mai – Le géant pétrolier français Total a annoncé vendredi la création d’une joint-venture avec Lukoil, producteur russe de pétrole, chargée d’explorer et d’exploiter les ressources potentielles en pétrole de schiste du gisement de Bazhenov, situé en Sibérie occidentale. Les deux sociétés parachèvent ainsi le protocole d’accord conclu entre eux en décembre 2013, en… read more.

 

La GB découvre d’énormes réserves de pétrole de schiste dans le sud

LONDRES, 23 mai – Plusieurs milliards de barils de pétrole de schiste ont été découverts dans de vastes sections du sud de l’Angleterre, a déclaré vendredi le Bureau géologique britannique (BGS). Les ressources en pétrole de schiste jurassique du Weald s’étendent sur plusieurs comtés, telles que le Sussex, le Hampshire, le Surrey et le Kent, selon… read more.

 

La Chine assouplit la procédure d’approbation pour les investissements étrangers

BEIJING, 23 mai – La Chine assouplira la procédure d’approbation pour les entreprises étrangères qui projettent d’investir en Chine tout en renforçant les contrôles liés à la sécurité nationale, a annoncé vendredi la Commission nationale du développement et de la réforme (CNDR). À partir du 17 juin 2014, la Chine adoptera un système d’ »approbation limitée » et d »‘enregistrement… read more.

 

Travailler c’est dur pour 56 % des Français !

C’est un article du site Boursier.com qui revient sur un sondage de l’Ifop pour qui « travailler c’est dur pour 56 % des Français » Le travail est vécu comme une contrainte par 56 % des sondés et comme un moyen d’épanouissement par 44 % des participants au sondage. Par rapport à l’édition 2006 de ce sondage,… read more.

 

Air Liquide signe un contrat avec Fusion For Energy pour le chantier ITER

PARIS, 22 mai – Le groupe industriel français spécialisé dans les gaz industriels, Air Liguide, a annoncé jeudi la signature d’un contrat avec Fusion For Energy (F4E), entreprise chargée de la gestion de la contribution européenne au projet ITER (Réacteur thermonucléaire expérimental international), portant sur la fourniture cryogénique qui compléteront le plus grand système de réfrigération… read more.

 

La Chine émet des réserves concernant la décision de l’OMC dans le différend automobile sino-américain

BEIJING, 24 mai – Le ministère chinois du Commerce a émis des réserves concernant la décision d’arbitrage de l’Organisation mondiale du Commerce (OMC) dans le différend commercial opposant la Chine et les États-Unis sur les importations de certains véhicules, a indiqué samedi un responsable du ministère. Un groupe d’experts de l’OMC a statué vendredi que certaines… read more.

 

« THE » Revue du Web du 23 mai : l’or dans le monde, en Europe et en France

Dans cette revue du Web du 23 mai, un zoom sur la stabilisation de la demande mondiale en or au premier trimestre 2014 selon les chiffres du World Gold Council parus cette semaine. À l’échelle européenne, les banques centrales ont renouvelé leur accord de coordination sur les ventes d’or. En France enfin, un point sur la… read more.

 

 

QUOTIDIEN ECONOMIQUE GRATUIT de Charles SANNAT – Édition du 22 et 23 mai 2014


Charles SANNAT

 

http://www.lecontrarien.com

 

« Contrat gazier du siècle et désaméricanisation du monde en marche ! »

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Depuis plusieurs semaines, la rumeur courait et devenait de plus en plus insistante sur les négociations en cours entre la Russie et la Chine concernant la signature d’un contrat de fourniture de gaz d’ampleur historique digne de faire basculer les traditionnels rapports de forces géostratégiques.

En effet, la Chine et la Russie viennent d’annoncer officiellement, dans le cadre du voyage de Poutine dans l’empire du Milieu, la signature d’un contrat à… 400 milliards de dollars ! Colossal, surtout que ces ventes de gaz ne devraient pas forcément être libellées en dollars puisque derrière tout cela se joue une bataille féroce pour tenter de contrer la domination américaine du monde aussi bien politique qu’économique.

Souvenez-vous de l’épisode du relèvement du plafond de la dette américaine. La Chine furieuse avait indiqué qu’il était temps de désaméricaniser le monde… c’est véritablement en marche et la vitesse de changement est même assez incroyable.

La Russie menace sans ambiguïté l’Europe de couper le gaz

C’est un article des Échos qui revient sur la dernière sortie du Premier ministre russe Dmitri Medvedev alors que son patron Poutine est en Chine.

« Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a quant à lui mis la pression sur l’Occident mardi en évoquant la «possibilité théorique» d’une réorientation vers la Chine des exportations de gaz russe qui n’iraient plus vers l’Europe. «Nous avons suffisamment de réserves, suffisamment de gaz pour livrer du gaz et à l’est, et à l’ouest. Mais si l’on envisage le pire, de manière purement théorique le gaz qui se serait pas livré en Europe peut être envoyé (…) en Chine», a-t-il déclaré dans un entretien à Bloomberg. »

En clair, à compter d’aujourd’hui, la Russie ne dépend plus financièrement parlant de ses exportations de gaz vers les pays européens mais l’Europe dépend encore, elle, de ses importations de gaz russe.

Vous ne devez pas oublier qu’il n’existe pas de gazoduc traversant l’Atlantique et capable de nous livrer le gaz issu des gaz de schistes américains. Il faut donc liquéfier le gaz US dans d’immenses terminaux construits à cet effet (ce qui est en cours mais pas tout à fait encore achevé) puis remplir de tout ça d’immenses bateaux appelée « méthaniers » et capables de nous livrer… Remplacer le gaz russe par une flotte entière de bateaux prendra des années, et nous coûtera particulièrement cher.

En clair, désormais la Russie n’est plus dépendante de nos achats de gaz puisqu’elle peut vendre tout son gaz à la Chine, en revanche, nous sommes encore dépendants du gaz russe, puisque les Américains ne sont pas encore en mesure de nous livrer les quantités importantes dont nos pays ont besoin.

Victoire par KO de Poutine et évidemment l’Union européenne, grand nain devant l’éternel, qui se retrouve encore être le dindon de la farce de l’affrontement américano-russe pour le leadership mondial. C’était prévisible et je ne me suis pas gêné pour l’écrire et pour le dire.

Russie-Chine : élargir l’usage réciproque des monnaies nationales

Mais l’accord sino-russe ne va s’arrêter uniquement à la fourniture de gaz puisque tout cela s’accompagne également d’un accord monétaire comme nous l’apprend cette dépêche de l’Agence de presse RIA Novosti :

« La Russie et la Chine envisagent d’utiliser plus largement leurs monnaies nationales – le rouble et le yuan – dans leurs échanges commerciaux et leurs investissements réciproques, indique la déclaration conjointe signée mardi à l’issue de négociations entre les présidents russe et chinois Vladimir Poutine et Xi Jinping.
«Les parties envisagent d’entreprendre de nouvelles démarches pour élever le niveau et élargir les domaines de coopération pratique russo-chinoise. Il s’agit d’engager une interaction étroite dans le secteur financier, y compris d’augmenter le volume des règlements directs en monnaies nationales russe et chinoise dans le commerce, les investissements et l’octroi de crédits», lit-on dans la déclaration sur l’ouverture d’une nouvelle étape de partenariat et de coopération stratégique entre les deux pays.
La Russie et la Chine stimuleront également les investissements réciproques, notamment dans les infrastructures de transport, l’exploitation de gisements de minéraux utiles et la construction de logements bon marché en Russie. »

Il n’aura échappé à personne que le roi dollar n’est le roi que parce qu’il sert de devise de référence à l’ensemble des flux commerciaux à travers la planète et en particulier à l’achat des matières premières énergétiques comme le pétrole et le gaz d’où le nom justement de « pétro-dollars » !

Or, par cet accord, la Chine et la Russie viennent de mettre officiellement un terme à la suprématie du dollar dans les échanges internationaux. C’est une première et c’est une information d’une importance capitale.

Vous assistez ni plus ni moins à la désaméricanisation et à la dédollarisation du monde. Nous passons d’un monde unipolaire, où l’hégémonie américaine était totale depuis la chute du mur de Berlin, à un monde à nouveau multipolaire avec un immense bloc formé par la Chine et la Russie d’un côté et les USA qui, en l’absence d’un Traité transatlantique que l’on vous fera avaler de force tant il devient une question de survie pour l’Empire américain, se retrouveraient tout simplement isolés.

L’UE « supplie » Poutine de ne pas interrompre les livraisons de gaz à l’Europe

Alors notre Union européenne, qui est allée jouer aux apprentis sorciers en Ukraine et qui a provoqué sciemment « l’ogre » russe, se retrouve au milieu du gué, totalement à la merci des menaces de coupure de livraison du gaz russe.

Alors notre benêt béat de président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, vient d’écrire une lettre à Vladimir en disant :

« Tant que se poursuivent les discussions à trois, entre la Russie, l’Ukraine et l’UE, les livraisons de gaz ne devraient pas être interrompues. Je compte sur la Fédération de Russie pour maintenir cet engagement. » Ou encore « il est impératif que toutes les parties continuent de s’engager de manière constructive dans ce processus, et se mettent d’accord également sur un prix qui reflète les conditions de marché », écrit Barroso pour qui cela « relève de la responsabilité de la compagnie russe Gazprom que d’assurer les livraisons des volumes requis comme prévu dans les contrats passés avec les compagnies européennes »…

Mais à tout cela il fallait y réfléchir avant d’aller allumer le feu en Ukraine, et il est évident que Vladimir Poutine, à défaut de déclencher la Troisième Guerre mondiale (car il n’est pas fou, contrairement à ce que la propagande de nos médias tente de nous faire avaler), nous fera payer au prix fort notre alignement stupide et sans recul sur des positions américaines absolument incompatibles avec les intérêts géostratégiques fondamentaux de l’Europe.

Une Europe au bout d’un mois de crise ukrainienne réduite à supplier Vladimir Poutine de ne pas couper le robinet de gaz.

Une Europe qui, encore une fois, et vous en avez une preuve une fois de plus qui risque de s’avérer douloureuse, qui est fondamentalement plus un problème que la solution.

Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes ».

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement http://www.lecontrarien.com.

Article des Echos sur le contrat gazier Chine/Russie

Dépêche RIA Novosti sur les devises et monnaies

 

Article Reuters sur la supplique de l’Europe à la Russie!

 

Les départs en retraites ne créent aucun emploi ! La preuve par la banque

J’ai beaucoup raillé ces crétins qui nous gouvernent et font des plans sur la comète uniquement en chambre en ayant une méconnaissance crasse de la réalité sur le terrain de la vie des entreprises. François Hollande, hélas bien mal conseillé, pensait sincèrement que les rapports dont il était abreuvés étaient « justes ». Selon ces grands penseurs,… read more.

 

France : la mise en service de nouveaux trains régionaux coûtera 50 millions d’euros

PARIS, 21 mai – La mise en service de nouveaux trains régionaux, plus larges que les précédents, va nécessiter le rabotage de 1 300 quais pour un coût de 50 millions d’euros, ont annoncé mardi la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), et le principal gestionnaire des infrastructures ferroviaires en France, Réseau ferré de… read more.

 

Credit Suisse écope d’une amende record de 2,82 milliards de dollars aux USA

GENÈVE, 20 mai – Credit Suisse, la deuxième plus grande banque en Suisse, a écopé d’une amende record de 2,82 milliards de dollars aux États-Unis pour solder le dossier de son litige avec le fisc américain, a rapporté mardi la presse locale. « Credit Suisse a plaidé coupable à un chef d’accusation de complot visant à aider… read more.

 

Votre contrat d’assurance vie… Montebourg compte bien s’en occuper !

Le problème de nos hommes politiques de tous bords, c’est qu’ils ne peuvent avoir une idée qu’en utilisant l’argent des autres. L’argent du contribuable c’est une chose, mais il y a mieux : l’argent de l’épargnant ! Dans l’affaire Alstom, Montebourg, notre bon ministre de l’Économie a eu une idée brillante. Figurez-vous que les épargnants… read more.

 

Les exportations d’or américaines vers Hong Kong ont atteint de nouveaux records …

Il a été constaté un volume record d’exportations d’or en provenance des États-Unis et à destination de Hong Kong. Jusqu’au mois de janvier, les exportations s’élevaient à 215 tonnes, parmi lesquelles n’étaient pas incluses toutes les exportations puisqu’il y a certains produits qui se commercialisent en dehors des registres officiels, tout particulièrement l’or recyclé et… read more.

 

Excellent débat entre Olivier Delamarche et Pierre Sabatier

Voici, avec quelques jours de retard, pour ceux qui l’auraient raté l’excellent débat sur BFM Business entre Olivier Delamarche et Pierre Sabatier. Des points de vue très intéressants à écouter et à partager. Charles SANNAT

 

 

« Pays européens en récession, croissance 0 aux USA, augmentation du chômage : rien ne va plus mais tout va bien ! »

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Il est de bon ton, dans l’économie de marché administrée dans laquelle nous vivons, de ne parler QUE des bonnes nouvelles. En effet, il est essentiel de remonter le moral de tous au cric et de faire croire que tout va bien. Il y a bien quelques menus problèmes mais rien d’insurmontable en termes de communication. Il faut juste trouver une excuse plus ou moins plausible comme le froid l’hiver aux États-Unis ou le manque de froid l’hiver en Europe, ou encore l’Ukraine…

Je vous indique en lien en bas d’article les derniers chiffres (complets) d’Eurostat sur la croissance en Europe. De très nombreux pays importants sont sans ambiguïté en récession/déflation, appelez cela comme vous le souhaitez, avec par exemple le Portugal qui ne va pas bien, la France et sa croissance zéro ou encore bien plus grave, les Pays-Bas, véritable indicateur avancé de la croissance allemande en récession d’un beau -1,4 % ! Mais qu’à cela ne tienne, l’Estonie remonte la moyenne, du coup l’Europe est en croissance. Bonne blague mais surtout foutage de gueule économique magistral. Ne soyons pas dupes.

Oui les prix sont en réalité administrés. Ho pas d’inquiétude mes braves lecteurs, je ne vous parle pas du prix de vos pâtes ou de votre Caddy… là les prix sont libres, il faut bien que la piétaille serve à quelque chose et votre seule utilité sociale est de donner votre argent aux entreprises. Non, je parle du prix des actifs comme les actions et les obligations dont le prix ne peut et ne doit QUE monter. Toute baisse est rendue impossible par les politiques monétaires des banques centrales qui ont pour résultat d’empêcher le marché de faire son office à savoir fixer le prix.

En gros donc, tout monte. Tout sauf les salaires… d’où le phénomène d’indéflation que j’évoquais dans l’un de mes papiers. D’un côté les actifs sont en hausse et de l’autre les salaires et le pouvoir d’achat des gens sont en baisse sous la pression de la crise, d’un chômage endémique et de politiques de dumping salarial ou social.

L’inflation pour les uns et la déflation pour les autres. Encore plus et encore moins.

À propos d’encore un peu moins, il ne fait plus très froid aux États-Unis et pourtant l’emploi ne montre pas un dynamisme à toute épreuve, loin de là.

US/Eco : inscriptions hebdomadaires au chômage décevantes

Encore une fois, les chiffres d’une semaine sur l’autre n’ont pas grande importance car ce qui est important, c’est la tendance. Certes, la tendance sur le chômage américain est sans conteste baissière mais les statistiques sont tellement fausses que même Janet Yellen, la « gouverneuse » de la FED, a dit qu’il ne fallait vraiment plus regarder les statistiques de l’emploi… On croit rêver…

Cette semaine, les chiffres ne sont pas excellents puisqu’il y a eu 326 000 nouveaux chômeurs, en hausse de 28 000 par rapport à la semaine précédente. Pas terrible. Le « consensus », c’est-à-dire la moyenne des attentes des analystes des marchés, s’établissait à 310 000 nouveaux chômeurs. Raté. Mais ce n’est pas grave, tout va très bien et tout le monde achète des actions. De toutes les façons, vendre est interdit. Vous n’avez que le droit d’acheter.

Les chiffres, comme le titre de la dépêche l’indique, sont juste décevants, rien de bien grave, on vous l’a dit. Mais ce n’est pas tout.

Europe/PMI-La croissance est restée solide en mai en zone euro

Vous venez de lire le titre surréaliste de la dépêche de l’Agence de Presse Reuters concernant la croissance dans le secteur privé en Europe. Vous venez de lire : la croissance reste solide en mai en Europe. Super. Génial, quelle bonne nouvelle. Comme lire plus de 20 caractères d’affilée c’est fatiguant, 90 % des gens vont retenir « tout va bien croissance solide »… Ouf, et tous ces oiseaux de malheur qui osent dire que ce n’est pas si bon… ils sont « graves » tous ces « pessimistes »… ils cassent le moral de tout le monde, il faudrait les enfermer…

Alors en bon contrarien, je lis les petits caractères (toujours), et plus ils sont petits plus je fais attention. Je vous propose donc de regarder avec moi les chiffres qui permettent d’affirmer que la croissance est restée solide. Allez, venez, c’est drôle et on va bien se marrer.

Bon, ça commence super fort. Dès la première phrase du texte, on se bidonne, écoutez-moi ça (lisez-le à voix haute c’est encore plus drôle) : « La croissance du secteur privé est restée forte en mai, quoique en très légère décélération mais des baisses de prix radicales ont permis de limiter ce fléchissement. »
Hahahahahaha la croissance est forte mais comme elle décélère, on ne vous dira pas qu’elle baisse mais en fait elle baisse ! Et puis elle est très légère la « décélération » car je cite « des baisses de prix radicales ont permis de limiter ce fléchissement »… Vous serez d’accord avec moi, le mot « fléchissement » c’est tout doux, ce n’est pas inquiétant, c’est une « baissounette » de rien du tout ! Non, le plus drôle c’est que la croissance ne s’effondre pas uniquement parce que les baisses de prix ont été radicales hahahaha…. Là, c’est sûr que la croissance en Europe en mai, vue sous cet angle-là, elle a l’air vraiment hyper forte et robuste… et moi je m’appelle Gertrude.

Bon, l’indice machin chouette ressort à 53,9 contre 54,0 en avril, ce qui est conforme au consensus. Donc ça baisse d’un poil… Et dans le détail, si l’indice des services est de 53,5 contre 53,1 en avril contre 53,0 attendu pour l’indice manufacturier, on recule juste à 52,5 contre 53,4 et un consensus de 53,2…

Du coup, l’analyse de l’économiste de Markit (c’est le nom de l’indice en question) est la suivante selon Reuters (qui a pour instruction de dire que tout va bien) :
« Cela ne change en rien l’image d’une zone euro ayant l’une de ses meilleures poussées de croissance des trois dernières année. Elle est généralisée, à l’exception de la France. »

C’est sûr que là, nous sommes confrontés manifestement à une poussée de croissance phénoménale avec en réalité un léger « fléchissement » de cette même croissance et dont l’effondrement reste mesuré grâce uniquement à des « baisses de prix radicales »… Il n’y a pas qu’une poussée de croissance en Europe… il y a aussi une grosse poussée de connerie !

Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« A vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement http://www.lecontrarien.com.

Source Eurostat ici

Source Chômage aux USA ici

 

Source Reuters PMI en Europe…

 

Le Portugal lève 1,6 milliard d’euros en vendant son plus gros groupe d’assurance à la Chine

LISBONNE, 21 mai – Le Portugal a levé environ 1,6 milliard d’euros (environ 2,18 milliards de dollars américains) en vendant 80 % de Caixa Seguros, le plus gros groupe d’assurance du pays, au Chinois Fosun International, ont rapporté les médias portugais mercredi. Grâce à la valeur montante du groupe, le gouvernement portugais a pu empocher plus… read more.

 

Goldman Sachs vend son activité de teneur de marché au courtier IMC Financial Markets

C’est un article de La Tribune qui reparle de vente par Goldman Sachs de son activité de marché achetée pour 6,5 milliards de dollars en 2000 et que Goldman vient de revendre pour 30 pauvres petits millions de dollars, ce qui soit dit en passant est une belle moins-value historique de plus de 99 %… read more.

 

L’Oréal est classé deuxième employeur préféré en Europe (enquête Universum)

PARIS, 21 mai – Le groupe français de produits cosmétiques L’Oréal est considéré comme le deuxième employeur préféré pour les étudiants en commerce et management en Europe, selon le classement Universum 2014, publié ce mercredi sur le site de cette entreprise internationale spécialisée dans la marque employeur. Le classement Universum 2014 est établi selon les résultats… read more.

 

L’Unedic ne voit pas le chômage baisser d’ici à 2017

Bon, l’inversion, cela ne semble pas être pour tout de suite quoi qu’en dise le mamamouchi de l’Élysée. Cet article des Échos nous apprend donc que l’Unedic, qui gère les « sous » pour indemniser les chômeurs, ne voit rien venir d’ici 2017. « En se basant sur les hypothèses de croissance du consensus des économistes (+0,8 %… read more.

 

Comment protéger ses économies d’une politique européenne vorace ?

Protéger son épargne en Europe L’Europe a vécu sa plus grande crise économique depuis les années 30 et peine encore à conduire les réformes entreprises depuis 2008 pour s’en sortir. Une croissance très faible, une inflation trop lente, un euro trop fort, des économies à plusieurs vitesses, un rapprochement avec la Russie en berne… Les… read more.

 

La collecte de voitures de collection devient un investissement prometteur en Europe

BRUXELLES, 21 mai – La collecte de voitures classiques, avec une longue histoire en Europe, est devenue une tendance d’investissement au cours des dernières années, en particulier après la crise financière de 2008 à 2012. « Si vous regardez le marché, le marché est très fort, un marché continuellement croissant », a déclaré Jan Christiaen, propriétaire d’un magasin… read more.