Israël est, par définition, une colonie européenne — PALESTINE +


palestineplus.fr

Comment se fait-il que la Palestine, partie intégrante du Moyen-Orient, et morceau de terre habité depuis l’Antiquité par une population orientale ayant adopté, depuis plus d’un millénaire, la culture et la langue arabe, à l’instar de la Syrie, de l’Égypte ou de l’Algérie, soit, en une centaine d’années, devenue un État peuplé de migrants venus […]

via Israël est, par définition, une colonie européenne — PALESTINE +

Israël et le 11-Septembre : la vérité interdite


panamza.com

 

INFO PANAMZA. Consacré aux « joyeux Israéliens » du 11-Septembre, un reportage de la chaîne ABC a fait l’objet d’une autocensure par le média américain. Quant au rapport du FBI, il fut tronqué en grande partie lors de sa déclassification. La preuve par les sources.

 

Les hommes trébuchent parfois sur la vérité,
mais la plupart se redressent et passent vite leur chemin
comme si rien ne leur était arrivé.
Winston Churchill

 

Voilà un sujet hautement tabou en France, comme l’illustre cette capture d’écran d’un tweet de Panamza datant du 11 septembre 2016 et retiré par Twitter à la demande… des autorités françaises.

https://i0.wp.com/www.panamza.com/wp-content/uploads/2018/09/tweet110916-1024x933.png

Ils se nomment Oded Ellner, Yaron Shmuel, Omer Marmari, Paul Kurzberg et Sivan Kurzberg.

https://i2.wp.com/www.panamza.com/wp-content/uploads/2018/09/ABC2002-1024x686.png

Ces cinq Israéliens, âgés d’une vingtaine d’années, ont été arrêtés dans le comté de Bergen à bord d’un van blanc contenant les traces d’un résidu explosif dans l’après-midi du 11 septembre 2001.

Le motif ?

Trois d’entre eux ont été aperçus dans la matinée aux abords de New York en train de photographier et de filmer avec allégresse, avant l’arrivée du second avion, la première tour embrasée du World Trade Center. Signalés à la police et au FBI, ces individus ont été également évoqués en direct par une chaîne de télévision locale qui a diffusé la description de leur véhicule.

Dès le lendemain, The Record –un quotidien de l’Etat du New Jersey- a rapporté l’incident.

En présence du maire Rudolf Giuliani, le patron de la police new-yorkaise, Bernard Kerik, confirma, lors d’une conférence de presse tenue dans la soirée, leur arrestation tout en demeurant évasif sur les détails. Curieusement, il lui sembla pourtant important de préciser, à une question relative aux « possibles ressources » du groupe détenu, l’absence de tout « explosif » retrouvé dans le véhicule.

Quelques jours plus tard, le journal israélien Haaretz a relayé à son tour l’information, se contentant d’évoquer un « comportement énigmatique » et une détention officiellement justifiée par une situation irrégulière de séjour. Entretemps, le New York Times rapporta également cette arrestation sans pour autant préciser, à l’instar de l’agence Associated Press et de Fox News, la nationalité des individus, présentés simplement comme les potentiels complices au sol des terroristes.

Quant au Washington Post, c’est le 23 novembre 2001 qu’il relata cet étrange épisode en précisant que les jeunes gens étaient des ex-militaires israéliens interpellés en possession de boîtes de cutters -ces armes de fortune dont se seraient servis les présumés pirates de l’air. Un élément d’information que le prestigieux quotidien qualifia sobrement de « problématique ».

Les cinq individus interpellés se sont présentés auprès des policiers comme les employés d’une entreprise de déménagement basée dans le New Jersey et dénommée Urban Moving SystemsSon dirigeant, l’Israélo-Américain Dominik Otto Suter, a quitté brusquement le territoire des Etats-Unis en direction de Tel Aviv, trois jours seulement après leur arrestation et sans laisser de remplaçant à son poste.

La veille de son départ, des policiers étaient venus brièvement lui rendre visite avant de repartir en ayant saisi dans les locaux de sa compagnie une douzaine de disques durs. L’homme a visiblement suscité depuis l’intérêt du FBI : dans un document préparé entre octobre 2001 et janvier 2002 par l’agence américaine à propos des réseaux terroristes, son nom figure dans la liste des suspects.

Quant aux cinq employés au comportement étrange, ils seront relâchés après 71 jours de détention : Michael Chertoff, l’homme chargé au Département de la Justice de la traque anti-terroriste, permettra -sous son autorité et après une tractation avec son homologue israélien- à ce que ces individus soient libérés, mis dans un avion et directement expédiés dans leur pays. Le FBI fera savoir par la suite qu’aucune charge relative aux attentats n’a été retenue à leur encontre.

Comment expliquer leur joie à la vue de la Tour Nord enflammée du World Trade Center ?

Le quotidien canadien The Globe and Mail rapporta le 17 décembre 2001 que le FBI avait développé les photos prises par le groupe : sur l’une d’entre elles, Sivan Kurzberg « allume le briquet devant les ruines fumantes dans un geste apparent de célébration ».

Selon leur avocat Steven Noah Gordon, il s’agissait là d’une « attitude peut-être offensante » mais « non criminelle ». Une thèse qui sera relayée et soutenue en juin 2002 par ABC News lors d’une enquête spéciale entièrement consacrée à cette affaire : probablement immatures d’après la chaîne d’information, ces jeunes gens n’auraient disposé d’aucune information antérieure à propos des attentats.

Pourtant, trois mois plus tôt, un magazine influent de la communauté juive new-yorkaise –The Forward– avait révélé qu’un ancien haut responsable américain des services de renseignement affirma, sous couvert d’anonymat, que la compagnie employant ces Israéliens était une antenne sous couverture du Mossad et que deux des cinq hommes -censés « surveiller » les cellules islamistes- figuraient dans une base de données conjointe à la CIA et au FBI au sujet des espions étrangers.

Un avis partagé par un célèbre ex-agent, précisément, de la CIA : longuement interrogé en 2008 par des partisans d’une nouvelle enquête sur le 11-Septembre, Robert Baer, spécialiste du Moyen-Orient, a confirmé l’appartenance au Mossad des Israéliens arrêtés dans le New Jersey. Il va même plus loin : selon lui, ces hommes étaient « positionnés » au préalable pour filmer -dès son commencement -l’attentat contre le World Trade Center.

Une affirmation corroborée maladroitement par l’un des cinq Israéliens : à leur retour au pays, fin novembre, trois d’entre eux furent invités par un talk show afin de raconter leur mésaventure.

Bien qu’ils aient démenti faire partie d’un quelconque service secret, Oded Ellner a reconnu pour sa part -comme l’illustre cet extrait d’un documentaire américain réalisé par Marc Levin– que leur « but » consista  bel et bien à « documenter l’évènement ».

Pourquoi manifester alors une telle jubilation?

Selon le journaliste d’investigation Christopher Ketcham, les Israéliens en détention avaient affirmé au FBI qu’ils étaient simplement persuadés que l’attaque terroriste contre le World Trade Center -identifiable dès l’impact du premier avion selon eux, bien que la plupart des citoyens new-yorkais envisageaient alors un accident- serait en définitive « une bonne chose pour Israël », car elle rapprocherait l’opinion publique américaine de l’Etat hébreu.

 « Les Palestiniens sont le problème »

En 2004, la britannique Channel 4 diffusa un reportage exclusif après avoir retrouvé la trace de trois d’entre eux. Ils continuent de nier toute appartenance au monde de l’espionnage tandis qu’un ex-agent du Mossad, Juval Aviv, reconnaît (à 5’55) que leur ancienne compagnie, Urban Moving Systems, était effectivement une base opérationnelle des services secrets israéliens.

 

Malgré ces témoignages concordants, quatre des cinq Israéliens n’ont pas hésité à déposer plainte, le 13 septembre 2004, contre l’ancien secrétaire à la Justice, John Ashcroft, pour leur avoir fait subir, selon eux, un traitement abusif. Cette procédure judiciaire visant également à faire cesser la rumeur d’une implication israélienne dans les attentats s’est finalement conclue, le 30 août 2010, par un non-lieu pour vice de forme : les avocats des plaignants avaient négligé l’envoi d’une lettre certifiée dans le délai imparti.

Si l’on en juge par l’examen de documents officiels partiellement déclassifiés en 2005, cette demande de réparation pourrait bien rétrospectivement s’apparenter à une sinistre farce. A titre d’exemple, le rapport de police -relatif à l’arrestation des cinq Israéliens et divulgué sur Internet en 2011- confirme des informations rapportées jadis par de rares médias tout en dévoilant également de nouveaux éléments.

L’arrestation fut musclée : les Israéliens ont été physiquement contraints à sortir du véhicule avant d’être plaqués au sol. Le recours à une brigade spécialisée dans les explosifs a paru nécessaire. Plus loin dans le texte, une découverte originale dans le sac d’un des passagers est mentionnée : une chaussette dans laquelle sont dissimulés « 4700 dollars en cash ».

Le chauffeur du véhicule, Sivan Kurzberg, prononça à l’attention des policiers cette déclaration stupéfiante : « Nous sommes Israéliens. Nous ne sommes pas votre problème. Vos problèmes sont nos problèmes. Les Palestiniens sont le problème ».

Comment expliquer un tel message politique délivré par de prétendus déménageurs alors que vient de se produire un gigantesque attentat imputé, dans un premier temps, aux « terroristes palestiniens du FDLP » ?

Ne comptez pas sur ABC News pour résoudre ce mystère.

Le 21 juin 2002, l’éminente chaîne d’information a diffusé un reportage présenté par l’animatrice sioniste Barbara Walters et caractérisé par sa volonté manifeste d’édulcorer l’affaire.

Présentation du sujet dans le journal télévisé par le journaliste John Miller, un homme aujourd’hui haut-gradé dans la police new-yorkaise du renseignement…  :

Particularité de cette enquête (à décharge vis-à-vis d’Israël) dont la conclusion aseptisée sera contredite par le rapport du FBI, partiellement déclassifié trois ans plus tard (et disponible -via Panamza- dans le lien situé en bas de page) : la vidéo qui comportait des entretiens avec plusieurs protagonistes de l’incident n’est plus disponible dans les archives d’ABC.

Un enquêteur a contacté la chaîne comme en témoigne, ci-dessous, leur correspondance par…


L’intégralité de cet article est réservée aux abonnés : panamza.com

 

Israël ouvertement allié de Daesh


leboucemissaire.com

https://i2.wp.com/leboucemissaire.com/wp-content/uploads/2018/09/The-problem-is-Real.jpg

Rien de nouveau pour ceux qui s’intéresse à ce qui se passe au Moyen-Orient, mais l’information est désormais reprise ouvertement par la presse mainstream. Ce que l’on se tuait à dire et répéter dès 2011 (moi et de nombreuses autres personnes sur les réseaux sociaux) qui nous faisait paraitre pour des complotistes hallucinés est désormais ouvertement admis. Quand est-ce que la masse des gens va enfin se rendre compte que l’existence de l’état imposteur d’Israël a des raisons qui dépassent l’entendement. Rien de rationnel dans sa création ni dans son implantation géographique. Il va falloir attendre que le mashiah, le messie juif tant attendu, apparaisse en personne à Jérusalem, capitale «éternelle» d’Israël ( merci Trump ) en détruisant Al Qods pour le comprendre ? Quand ?



“La journaliste Elizabeth Tsurkov, également chercheuse au Forum Regional Thinking, un think tank israélien, affirme que l’État hébreu a secrètement armé et financé au moins douze groupes rebelles syriens, opérant dans le sud de la Syrie de 2013 à juillet 2018. Déjà, en mars 2015, un rapport des observateurs de l’ONU dans le Golan, adressé au Conseil de sécurité, révélait l’existence d’«échanges » entre Israël et la rébellion syrienne, entre novembre 2014 et mars 2015.”


Aujourd’hui nous savons que les fameux printemps arabes étaient en réalité les prémices de ce que sera l’été israélien prévu dans les textes israélites couronné par l’arrivée du fameux Messie. Mais chut, c’est de l’antisémitisme de le dire… Surtout, en ce jour anniversaire des « attentats » du 11 septembre qui n’était en rien un inside job comme aime à le répéter les lâches , tels que ceux du site Reopen 911, qui ne peuvent désigner les véritables responsables. Mossad Job serait plus en phase avec la réalité. Si malgré tout la réalité vous est difficile à accepter, qu’elle a un arrière-gout de vaseline il vous suffit de regarder Hanouna, manger Mac Do,aller au stade, jouer au loto, fumer Marlboro, buver Coca, gobez vos somnifères et avalez votre alcool et vous serez heureux.


« Israël nous a soutenus de façon héroïque », soulignait en juin 2017 Moatasem al-Golani, porte-parole de Forsan al-Jolan, faction rebelle de plusieurs centaines de combattants, dans une interview au Wall Street Journal . « Nous n’aurions pas survécu sans l’aide d’Israël. »


Dans un autre registre mais toujours avec l’idée maitresse d’occire un maximum de musulmans, l’état usurpateur de la Terre sainte  et son clone “islamique” l’Arabie Satanique,    les fameuses théocraties maçonniques, se sont synchronisées il y’a quelques semaines dans leur œuvre sanguinaire. Pendant que la bête de la Terre ravageait Gaza tuant femmes et enfants de préférence voilà que sa sœur ainée wahhabite, pour ne pas être en reste, tapissait de bombes le Yémen tuant des dizaines d’enfants. Sans doute l’alignement des planètes imposait une action simultanée et rapide pour répondre au besoin sacrificiel de leurs divinités. Deux nations censées être ennemies, alors qu’elles n’ont toujours eu en réalité qu’un seul et même objectif : tuer  des musulmans, systématiquement, encore et encore, quoi qu’il arrive. Il est parfaitement logique que l’entité sioniste soutienne les groupes terroristes puisqu’ils sont issus de la même matrice idéologique et doté du même ADN.Seul le vêtement change pour leurrer les naïfs Occidentaux et autres laïcards lobotomisés chaque jour davantage. La preuve est éclatante, là, sous nos yeux.

Tueurs à gages israéliens en Malaisie


bastayekfi.wordpress.com

par Gideon Levy, Haaretz, 26/4/2018.
Traduit par Fausto Giudice, Tlaxcala
OriginalHired assassins in Malaysia

 

gal_18395[1]

Un État qui envoie des escadrons de la mort à l’autre bout du monde n’est pas quelque chose dont on peut être fier. En fin de compte, il s’agit de tueurs à gages.

Il y a environ deux mois, un certain incident a secoué le monde. Serguei Skripal, un ancien espion russe qui a agi comme agent double pour la Grande-Bretagne, a été empoisonné avec sa fille Yulia dans un parc de Salisbury. La Grande-Bretagne a été prompte à rejeter la faute pour cet acte sur  la Russie, et 16 pays, dont les USA, ont expulsé des douzaines de diplomates russes comme punition pour la tentative d’assassinat. La rage a été soulevée par l’idée d’une tentative assassinat – l’Occident est extrêmement sensible à la vie humaine – mais encore plus par l’idée que la Russie avait osé l’accomplir sur le sol britannique.

Quelques semaines plus tard, une autre tentative d’assassinat a eu lieu, réussie cette fois. Douze balles ont atteint le Dr. Fadi al-Batsh, ingénieur électricien originaire du camp de réfugiés de Jebaliya à Gaza, dans une rue de Kuala Lumpur, en Malaisie. Les deux assassins circulaient sur une moto; on a d’abord dit que c’était  une BMW. Hier, on a dit que c’était une Kawasaki. Al-Batsh était chargé de cours à l’université et s’occupait, selon ce qui se dit, de développer  des  armes pour le Hamas.

gal_18395[1]

Portrait-robot du suspect d’assassinat de Fadi al-Batsh  publié par la police royale de Malaisie lors d’une conférence de presse au siège de la police à Kuala Lumpur, en Malaisie, le 25 avril 2018. (Royal Malaysia Police via AP)

Tous les yeux se sont tournés vers Israël. Et vous savez quoi ? Aucun État n’a songé à expulser un seul diplomate israélien de son territoire, ni même à dénoncer Israël. En ce qui concerne le monde, rien ne s’est passé, al-Batsh n’a pas été assassiné, la souveraineté de la Malaisie n’a pas été violée. Car comment peut-on comparer un espion russe à un ingénieur palestinien? Ou la souveraineté de la Grande-Bretagne à celle de la Malaisie?

Le deux poids deux mesures du monde a encore fait des heures sup : ce qui est acceptable pour Israël est interdit même à la Russie. La Russie est connue pour ses assassinats brutaux avec du poison; Israël est la seule démocratie, il lui est donc même permis d’empoisonner (le leader du Hamas Khaled Meshal en 1997).

gal_18396[1]

Fadi al-Batsh

Israël a maintenu une ambiguïté factice, mais les clins d’œil, les coups de coude, les allusions, les sourires et les fanfaronnades subreptices ne laissent aucun doute: les petits gars du Mossad avaient encore frappé. Le plus grand fanfaron du gouvernement, Yoav Galant, a déclaré: « Nous traquerons chacun d’eux, même jusqu’au bout du monde. » Israël a été impressionné par cet acte courageux, car il est toujours impressionné par le meurtre d’Arabes, surtout quand il est commis dans les tréfonds. De l’assassinat ciblé d’Abu Jihad devant sa femme et ses enfants, en passant par Cheikh Ahmed Yassin et Yahya Ayyash, aux assassinats ciblés à l’étranger – un ingénieur de drones palestinien  en Tunisie, un scientifique nucléaire à Téhéran, un haut responsable du Hezbollah à Beyrouth, Samir Kuntar à Damas et Mahmoud al-Mabhuh à Dubaï. La Bulgarie est tristement célèbre pour ses assassins au parapluie empoisonné, mais les joueurs de tennis avec des raquettes dans un hôtel de Dubaï étaient des héros.

Tous ces actes sont des meurtres, et leurs auteurs sont des tueurs à gages. On pourrait prétendre qu’ils étaient justifiés, qu’ils ont épargné des vies humaines, ou qu’ils ont puni  ceux qui méritaient de mourir, mais c’étaient des meurtres. Leurs auteurs se promènent parmi nous, certains d’entre eux atteignent des sommets. Certains assassinats ont pu être l’accomplissement de fantaisies insensées par des gens qui en rêvaient depuis leur enfance. Certains étaient inutiles, car chaque victime de meurtre a un substitut, généralement plus extrême. Le reste d’entre eux sont simplement stupides. Assassiner Khalil al-Wazir, Abu Jihad – considéré comme l’ultime audace (dans sa chambre à coucher à Tunis) et impliquant le meurtre d’un des leaders palestiniens importants qui aurait pu devenir un partenaire – était idiot. Moshe Ya’alon se vante de cet acte à ce jour. Israël est fier de lui. C’était un meurtre – une punition, une dissuasion, une prévention ou une vengeance – du type de ceux  perpétrés par des familles criminelles.

Al-Batsh s’occupait probablement de développement d’ armes, mais il est douteux qu’il méritait de mourir à cause de cela. Aucun des fans dans les médias et le public n’a une idée de ce qu’il a vraiment fait et s’il méritait de mourir. Pas question de discuter publiquement de l’affaire : vous pouvez faire confiance au Mossad les yeux fermés.

Des milliers d’ingénieurs israéliens développent des armes plus nocives  et dangereuses que les cerfs-volants du Hamas – méritent-ils de mourir? Est-il légitime pour  les Palestiniens de les assassiner ? Un État qui envoie des escadrons de la mort à l’autre bout du monde n’est pas quelque chose dont on peut être fier. En fin de compte, il s’agit de tueurs à gages.

Dr. Paul R. Pillar : «Le rôle extraordinaire et bien connu d’Israël dans la politique américaine explique cette incohérence» — Algérie Résistance


Dr. Paul R. Pillar. DR. English version here Por traducir, haga clic derecho sobre el texto Per tradurre, cliccate a destra sul testo Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο Mohsen Abdelmoumen : Dans votre livre Intelligence and […]

via Dr. Paul R. Pillar : «Le rôle extraordinaire et bien connu d’Israël dans la politique américaine explique cette incohérence» — Algérie Résistance

Le messie est arrivé


plumenclume.org

Via : LLP

 

http://i1.wp.com/www.lelibrepenseur.org/wp-content/uploads/2018/05/Isra%C3%ABl-Adam-Shamir.jpg?resize=610%2C282

par Israël Adam Shamir


Peut-être bien que le Messie juif est déjà là, même si nous ne l’avons pas vu venir ? Tous les rêves et vœux juifs se sont réalisés à la mi-mai. Enfin, presque tous. Deux grands dirigeants mondiaux ont rivalisé de bienveillance envers les juifs, tandis que les Israéliens ordinaires rigolaient comme jamais en s’entraînant au tir sur des Gazaouis désarmés, ou au moins en applaudissant les meilleurs tireurs. Les Iraniens ont grincé des dents mais n’ont rien fait. Le Congrès US a estimé que les Polonais devaient payer aux juifs un tribut de 300 milliards de dollars.  Et une donzelle excessivement désagréable, [une certaine Netta Barzilai], juive, a été couronnée sur la scène des arts européens. Au passage, elle a assuré que la nouvelle capitale d’Israël, Jérusalem, serait le siège d’un rassemblement international exceptionnel l’année prochaine.

Si vous pensez qu’une retombée quelconque de cette bienveillance pourrait vous échoir et améliorer votre sort, réfléchissez-y à deux fois. Personne ne vous a promis un lit de roses. Le Messie juif, c’est bon pour les juifs, mais les non-juifs auront juste à travailler plus et à se préparer à la vengeance divine. Il y a des débats, pour savoir si ce sont tous les goys qui seront frappés ou si quelques-uns resteront en vie afin de payer pour leur rachat. Quoi qu’il en soit, la bienveillance envers les non-juifs n’est pas un chapitre brûlant dans cet arrangement.

J’avais de grosses appréhensions au début du mois. Le programme semblait effrayant. Les Iraniens s’étaient installés en Syrie, les Russes étaient prêts à équiper la Syrie de leurs meilleurs S300 (un système plus fiable que le nouveau et quelque peu féérique S400). Les Palestiniens envisageaient de manifester pour le 70° anniversaire de leur Nakba, qui tombait juste avant le déménagement de l’ambassade US à Jérusalem et le début du Ramadan. Une guerre avec l’Iran et le Hezbollah, des troubles dans les territoires palestiniens, la perte du droit que Dieu nous a octroyé de survoler et de bombarder tout le monde au Moyen Orient, ces dangers pléthoriques s’étaient accumulés en cette première moitié du mois de mai. J’ai beau être particulièrement critique, l’ultime destruction de la Terre bien aimée ne fait pas partie de mes rêveries intimes.

Les gens prudents marcheraient sur des œufs, et prendraient toutes leurs précautions, car ils préféreraient minimiser leurs risques dans une situation semblable, mais les juifs font tout pour les maximiser, ces risques. Si nous devons avoir des ennuis, mieux vaut que ça se passe tout de suite, pour en finir une fois pour toutes, a dit Netanyahou. Et toutes les choses quelque peu problématiques, l’accord sur le nucléaire iranien qui s’effondre, l’anniversaire de la Nakba, le déménagement de l’ambassade US à Jérusalem, la confrontation en Syrie, le début du Ramadan, tout s’est abattu d’un seul coup. L’Israël a réussi à passer au travers, haut la main. Ouf, on n’a pas eu de grosse guerre.

Palestine 

Certes, il y a eu soixante Palestiniens descendus, juste le nombre de ceux qui avaient été martyrisés lors du massacre de Sharpeville. Mais quelle différence ! L’Afrique du Sud était devenue un État paria du jour au lendemain, et la campagne globale pour démanteler l’apartheid avait commencé sérieusement. Le massacre de Gaza a été blanchi par les médias obéissants et régnants, a fait savoir RT. Cet évènement a prouvé une fois de plus que les médias de masse et les réseaux sociaux qui font le tour du monde sont bien tenus en main par les juifs, une main invisible mais ferme. Gouvernements, partis, diplomates pouvaient rouspéter, et ils ne s’en sont pas privés, mais le public en général a été tenu à l’écart du dit massacre.

Le système mondial de l’information de masse a beaucoup changé depuis 1960. Il y a une incroyable abondance d’information, on assiste à une véritable inondation qui nettoie tout. Les gens pensent seulement à ce qu’on leur raconte le jour même, et les campagnes de masse sont produites par les médias et les groupes de réflexion, elles ne produisent rien par elles-mêmes. On bassine les gens jour après jour avec par exemple l’Holocauste, ou les atrocités d’Assad, ou l’ingérence de Poutine, de sorte que cela leur reste présent à l’esprit. Au moment où on passe à un autre sujet de campagne, les alertes et le problème sombrent dans l’oubli, totalement, comme l’affaire Skripal a été oubliée aussitôt qu’elle a eu fini de se déployer. Maintenant, Skripal a été mis au vert par les Services secrets britanniques, et c’est quelque chose qu’on ne mentionne nulle part, en dehors de cette publication-ci.

Et le massacre de masse à Gaza est déjà en train de passer à la trappe. Ils voulaient rappeler au monde qu’ils sont enterrés vivants dans la tombe qu’est Gaza, et maintenant les voilà morts. Les gens de Gaza sont enfermés là depuis 70 ans ; ces douze dernières années ont été les pires, car  la Bande de Gaza se retrouve assiégée par Israël depuis qu’ils ont voté pour le Hamas. Gaza est pratiquement invivable, car Israël a bombardé sa centrale électrique, ses équipements pour l’assainissement, son port et son aéroport. Ils ne peuvent même pas pêcher, parce que les garde-côtes tirent machinalement sur les bateaux de pêche. Ils peuvent voir leurs maisons et leurs champs raflés simplement parce qu’ils ne sont pas juifs, et ils ne peuvent même plus y accéder. Expulsions, expropriations, emprisonnement de trois générations, et le siège par-dessus, voilà un péché juif tout à fait unique.

Peut-être que l’Holocauste aura été une punition divine pour le traitement juif de Gaza, dans la mesure où pour Dieu, la séquence temporelle ne compte pas. Dans la Torah, il n’y a pas d’évènements antérieurs ou postérieurs, בתורה מאוחר ואין מוקדם אין, enseigne le Talmud, et c’est vrai. On peut être puni pour des péchés pas encore commis, et s’ils ne doivent pas être commis finalement, la punition elle-même s’en trouvera annulée. Si les juifs ne torturaient pas Gaza, il n’y aurait pas d’Auschwitz.

Gaza est une noble place malgré la dévastation. Dans bien des pays, les enfants des dirigeants deviennent milliardaires. La fille du président de l’Angola est la femme la plus riche d’Afrique : elle est le seul fournisseur d’accès à la téléphonie mobile dans ce pays exportateur de diamants. Mais il y a une autre tradition, celle des enfants de dirigeants qui sont les premiers à aller à la guerre. C’est la tradition de Gaza. Parmi ceux qui ont été descendus par les as de la gâchette israéliens, il y avait trois enfants de dirigeants de Gaza.

Le fils de l’ex-premier ministre de Gaza, Ismaël Haniyeh, Maas, s’est retrouvé parmi les blessés graves. Ahmed al-Rantisi, fils d’Abd el Aziz al-Rantisi, fondateur du Hamas, a été tué. Son père, qu’on appelait le lion de Palestine, avait été assassiné par les juifs en 2004 ; un hélicoptère armé avait tiré un missile sur sa voiture dans le centre de Gaza, le tuant lui et ses gardes-du-corps, et blessant les passants. Et son fils vient de prendre sa suite. Izz al-Din al-Sammak, fils de Musa al-Sammak, dirigeant du Hamas, a été tué, et il n’avait que quatorze ans.

Au total, plus d’une centaine de garçons et de jeunes hommes, la fleur de la Palestine, ont été moissonnés dans ces manifestations pacifiques d’avril et mai. Un objectif de cette frénésie de meurtre était de montrer que la résistance non-violente est futile. C’est plus excitant de tuer un opposant armé, si on est bien mieux armé soi-même. Quand on tue quelqu’un qui est sans armes, évidemment ce n’est pas une partie de cricket, mais c’est le genre de considération qui n’a jamais retenu un juif.

La raison à cela réside dans le doute sérieux sur l’humanité des non-juifs, qui se trouve installée au centre de la Weltanschaunng religieuse juive. Un bon Israélien qui condamne les tueries de Gaza est très probablement un végétarien qui s’oppose aussi au meurtre des animaux. Ce genre de braves Israéliens sont souvent anti-mâles, et préfèrent faire usage d’un nom féminin, comme l’association Zochrot  [centrée sur la compassion]. Ces gentils Israéliens sont en général anti autochtones, et soutiennent l’immigration sans limites des Africains en Palestine. Les gens de cette espèce ne sauraient être nombreux, et effectivement, ils ne le sont pas.

Et quant aux autres juifs, ils ont retenu la leçon du protagoniste de Matrix, Neo (Keanu Reeves) à qui on avait appris à ignorer les dangers évidents, en tant que maya, un mirage créé par la Matrix, si bien qu’il sautait du haut des gratte-ciel et qu’il esquivait les balles. Les juifs ont apparemment une attitude comparable dans leur rapport au réel. Un jour cela ne marchera pas, ce qui les étonnera beaucoup, mais cette fois-ci, ça a marché.

Le transfert de l’ambassade US avait été décrit comme la raison principale du bain de sang. Et de fait, c’est dans la ligne de ceux qui fraternisent autour du mot d’ordre  « @ Trump au trou». Cette décision qui déborde de méchanceté a fait beaucoup de bien, car elle a ruiné la fiction soigneusement nourrie des US comme intermédiaires honnêtes. Très peu de Palestiniens se sont émus de la décision de Trump, quelques douzaines de gens ont manifesté contre, à Jérusalem et ailleurs, tandis que la manifestation monstre ne s’adressait pas à Trump, comme décrite ci-dessus. Ce n’est pas Trump qui a décrété le siège de Gaza, ce n’est pas Trump qui a chassé les Palestiniens de chez eux, ce n’est pas Trump qui a perpétué la Nakba, la catastrophe palestinienne. Trump a saboté les tactiques machiavéliques du Département d’État et il a rendu la tâche bien difficile aux faire-valoir arabes qui veulent marcher dans les pas de Washington, ce qui n’est pas une mauvaise chose.

L’Iran

L’Iran, c’est un grand pays très éloigné, et il n’y a pas de raison pratique pour qu’Israël se querelle avec ces gens-là. Mais l’Iran est le dernier et le seul pays au Moyen Orient qui ne soit pas assujetti par l’hégémonie juive. Netanyahou a fait de son mieux  pour que les US se jettent sur l’Iran avec un appât style Colin Powell. Les juifs ont pris le pas sur Trump pour faire sortir son pays de l’accord nucléaire signé par six puissances, et après cela, au moment le plus tendu, Israël a bombardé des bases dites iraniennes en Syrie : et il ne s’est rien passé. Les Iraniens, indignés et consternés, continuent d’être soumis aux lois de la Matrix, et ils ne vont pas se mettre à sauter du haut des gratte-ciels ou à contrattaquer, pour avoir à affronter la fureur de Trump. Car ce président pour les juifs est un éléphant domestiqué.

Le meilleur cadeau que le tout-Puissant ait fait aux juifs en cette saison, ce sont les boules fragiles comme du pain azyme du président Trump. Le Peuple élu l’a pris par les pétoches de bien des façons. Il a été surpris avec une femme de petite vertu, juste comme le président Clinton, et il a eu raison de redouter d’avoir à démissionner. En cet instant de gros malaise, il a décidé de se mettre à la merci des juifs, et de faire ce qu’ils lui demandaient.

Il a déchiré l’accord nucléaire avec l’Iran, exactement ce que lui demandait Netanyahou. Il a promis d’en rajouter avec des sanctions contre l’Iran jusqu’à ce qu’ils se rendent et remplacent leur régime par un autre plus amical avec l’Israël. Puis il s’est exécuté, conformément à la promesse qu’il avait faite de déménager l’ambassade US à Jérusalem. Grand bien lui fasse…

Je n’aimerais pas être à la place de Trump. La façon juive d’apporter un secours à un dirigeant relève de la torture par l’eau : le dirigeant est autorisé à survivre, mais c’est tout. La logique juive marche comme ceci : si nous le sauvons, il va nous oublier et négliger nos souhaits ; il vaut donc mieux le sauver, mais le laisser patauger dans les périls. C’est ce qui est arrivé au président US. Les juifs, et même des Israéliens, se sont stratégiquement installés entre Stormy l’allumeuse et le Cohen de Trump ; ils tiennent les étages supérieurs du bureau du procureur général Mueller et des positions solides au Congrès. Comme dans un simulacre de noyade, Trump reste menacé de couler, et il est bien obligé de satisfaire aux vœux de ses persécuteurs.

Israël va continuer à provoquer l’Iran, en espérant déclencher une guerre américano-iranienne. Cela va de soi. Si Trump est malin, il ne va pas frapper l’Iran. En fait, il devrait s’en prendre à la Gestapo de Mueller. Tant que Rohani est président de l’Iran, l’Iran ne va sans doute pas riposter aux provocations israélo-US, mais la position de Rohani est précaire. Les Iraniens ont le sentiment que Kim le Roi du Nord a mieux su gérer la menace américaine, et ils peuvent changer de gouvernement et se mettre à emprunter la ligne Kim. C’est Israël qui, en tant que base avancée de l’Empire US, peut se retrouver sous la menace.

Le meilleur, dans la politique iranienne de Trump, c’est qu’il a brisé le lien qui semblait impossible à rompre entre les US et l’Europe. Là où Obama cherchait à colmater les divergences, Trump a élargi la brèche, et même les Européens dociles sont arrivés à la conclusion qu’ils doivent être un peu plus indépendants de Washington. Cela peut amener une déconnexion entre les banques US et européennes, et permettre aux Européens de désobéir aux sanctions US contre l’Iran et contre la Russie. Ce processus n’est pas près de s’achever, mais il est en route. L’Iran, la Russie et les affaires européennes en seront les bénéficiaires, tandis que les US se retrouveront hors-jeu.

La Turquie

La voix la plus forte pour s’élever contre la brutalité israélienne a été celle du président de la Turquie, Erdogan. Il a renvoyé l’ambassadeur israélien, a rappelé son propre ambassadeur, et a organisé une rencontre entre dirigeants des États musulmans pour se mettre d’accord sur la façon de traiter le problème israélien. L’indépendance par rapport à Israël était la marque de fabrique d’Erdogan depuis longtemps : il avait affronté Shimon Peres à Davos il y a des années, et la tentative de putsch récente contre lui avait aussi un certain soutien du côté d’Israël.

Si on est contre l’Israël, il faut aussi être contre les US, qui sont le plus grand État juif. Cela convient à Erdogan. C’est à cause de son animosité que pas un avion américain n’a décollé de la base turque de l’OTAN pour bombarder la Syrie. La bataille turque contre les séparatistes kurdes a fait échouer le projet US de rester en Syrie par tous les moyens, et maintenant on a des indices solides pour penser que Trump tente de fermer le robinet du financement de l’enclave rebelle dans le Nord-Ouest de la Syrie, autour de la malheureuse Idlib. L’Israël pourrait bien se retrouver face à une Syrie unifiée et reconstruite, perspective qui n’a rien pour lui plaire.

La Russie

Le président russe Vladimir Poutine aurait pu lancer un bâton dans les roues des Israéliens. Il est lourdement investi en Syrie, il a besoin des troupes iraniennes là-bas, parce que sans elles, il faudrait qu’il envoie l’infanterie russe pour déloger les rebelles islamistes des ruines des villes syriennes. Il avait été humilié par les US lorsqu’ils avaient attaqué des bases syriennes et des villes alors que les Russes étaient à leurs côtés. Son chef de cabinet avait annoncé que la Syrie aurait ses S-300, après quoi il a maudit les transgresseurs israéliens et américains.

Les Israéliens ont reçu la menace sans sourciller. Le ministre israélien de la défense Avigdor Lieberman a annoncé que les Israéliens dégageraient les S-300 (et jusqu’aux S-700, a-t-il ajouté) s’ils les trouvaient sur leur chemin. Et Netanyahou a fait un geste politique fort : il s’est envolé vers Moscou et a passé toute la journée du 9 mai avec le président russe.

Le 9 mai, c’est le Jour de la Victoire des Russes ; c’est devenu le jour férié le plus important et le mieux observé sous Poutine, tandis que les vieilles fêtes soviétiques se voyaient abandonnées au profit de la mise en place des nouvelles.

Le choix de ce jour férié n’était pas naturel : la guerre est un évènement lointain pour une grande majorité de Russes. Leurs alliés dans la guerre sont leurs adversaires à présent, les US comme la Grande Bretagne. La Seconde Guerre mondiale a été privatisée par les juifs, au moins dans l’opinion publique occidentale. Pour les Occidentaux, c’était une guerre pour les juifs et contre les ennemis des juifs. Il y a peu de références à la guerre où l’on ne retrouve pas une mention de l’Holocauste. Conscients de ces déficiences dans le récit dominant, les dirigeants soviétiques ne faisaient pas beaucoup de tapage autour du Jour de la Victoire.

Poutine avait besoin d’un jour férié pour unir le peuple, dans sa construction de la nation, pour coopter la majorité prosoviétique sans faire des groupes anti-soviétiques des antagonistes. Il avait choisi le Jour de la Victoire pour en faire un grand évènement, malgré ce qui pouvait clocher.

L’arrivée de Benjamin Netanyahou ce jour-là tombait bien, un vrai cadeau du Ciel, pour Poutine. Il tenait là l’homme qui allait pouvoir interpeller le Sénat US, savoir s’y prendre avec le président US, il arrivait, en chair et en os, Monsieur Juiverie mondiale personnifiée, pour venir appuyer le récit officiel russe sur l’histoire. Bibi a agrafé son ruban de Saint Georges orange et noir, l’insigne des patriotes russes et des loyalistes dévoués à Poutine, il a pris une affiche avec le portrait d’un héros de guerre (juif) et a marché aux côtés de Poutine lors de la parade du Régiment Immortel. Poutine, reconnaissant, a reconnu l’Holocauste et a fait une déclaration d’amitié avec le peuple juif.

Netanyahou a payé son hôte en retour avec un tir de missile sur la Syrie, presque aussitôt. C’est un procédé typiquement israélien : lors de chaque rencontre au sommet avec les Russes, bombarder ses alliés afin qu’ils sachent bien à qui ils ont affaire. Ils ont bombardé la Syrie au moment où le jet du ministre de la Défense russe, Shoygu, était encore en plein ciel, entre Moscou et Tel-Aviv où il se rendait.

Poutine a avalé la couleuvre, et a promis de se retenir de fournir des S-300 à la Syrie, malgré les paroles de son chef de cabinet. Peu après, Israël attaquait la Syrie en force ; selon Israël, ils s’en prenaient à des bases iraniennes ; selon les Iraniens, il n’y avait rien de tel, il n’y a aucune base iranienne ni troupes iraniennes là-bas. Quoi qu’il en soit, cette agression israélienne est restée sans réponse.

Depuis ce néfaste 9 mai, les médias russes traitent Israël avec une grande prudence. Même le massacre de Gaza n’a pas été l’occasion de beaucoup de condamnations dans les médias russes, quoique le ministère des Affaires étrangères russes ait condamné cet acte brutal. L’agence officielle d’État RIA a témoigné que les soldats israéliens avaient tiré sur des « individus particulièrement agressifs ». La deuxième agence de presse, TASS, a réduit au minimum ses rapports sur le massacre.

Les Russes au pouvoir n’aiment pas beaucoup l’Iran et les Iraniens, m’a dit un ami iranien. Alors que l’Iran aimerait acheter tout ce que les Russes cherchent à vendre, les Russes traînent des pieds. Le volume du commerce entre la Russie et l’Iran est du même ordre de grandeur que le commerce entre la Russie et le chétif Israël, soit moins de deux milliards de dollars par an. Israël a énormément de soutiens parmi les élites russes, les Russes vont visiter Israël par milliers, tandis que l’Iran est un partenaire non désiré.

Bref, les juifs ont surmonté leurs problèmes à la mi-mai 2018, et se sont fait reconnaître comme entité politique de poids à l’échelle de la planète Terre, au même niveau que les deux superpuissances, et par leur capacité de contrôle mental sur des milliards de gens. Le massacre de Gaza a fourni la preuve qu’ils peuvent tuer en toute impunité. Et pourtant, jusqu’à maintenant, les juifs ont toujours dépassé les bornes et attiré des calamités sur eux. Aucune raison de douter que cela n’arrive cette fois aussi. Nous allons y revenir, à propos de l’assaut juif contre la Pologne et en matière d’esthétique européenne, dès le prochain article.

Traduction: Maria Poumier

 

« Vous frappez et vous lui demandez du papier » !


leboucemissaire.com

https://i0.wp.com/leboucemissaire.com/wp-content/uploads/2018/02/al-qods.jpg

Pendant que l’état imposteur d’Israël massacre les autochtones palestiniens (59 morts, plus de 2 400 blessés) parce que musulmans, le khazar lituanien d’origine, faux sémite, Benjamin Netanyahou fait la poule !!!! Visiblement l’eurovision c’est plus important que la vie des Palestiniens. Il fait la poule pendant que ses « soldats » tuent les Palestiniens comme des lapins. Cette crapule, qui était venue le 1er novembre 2012 suite aux attentats de Toulouse attribué faussement à Mohamed Merah, en avait profité pour chanter devant les membres du gouvernement français « Am Israël Hai » le peuple d’Israël vivra. Quelle honte. Quelle humiliation. La France, une nation souveraine ? Alors que tout le monde sait que ce sont des agents du Mossad qui ont tué les militaires français et les enfants de l’école juive. Les assassinats à moto sont une des spécialités du Mossad. Ses agents se sont largement fait la main sur les scientifiques iraniens ces dix dernières années. Visiblement seuls les Français sont amnésiques ou ne veulent pas voir la réalité en face. La France est la seule nation au monde où il est possible de tuer ses soldats sur son propre territoire, mais pas rancunière elle recevra le président de la nation des assassins de ses soldats qui, comble de l’insulte, viendra lui faire chanter un hymne à la gloire de sa nation criminelle !

Honte ! C’est le mot-devise qui devrait remplacer celle maçonnique « liberté, égalité, fraternité ».

Bibi le criminel était venu trainer ses guêtres ensanglantées sur les bords de la Garonne avec pour prétexte de dénoncer le terrorisme qui sévit partout. C’est drôle quand cela vient de cette nation criminelle, qui vole, déporte et spolie les Palestiniens depuis maintenant 70 ans. Le premier terroriste c’est Benjamin Netanyahou et son régime théocratique qu’est l’état judaïque d’Israël et du levant. Il faudra combien de morts pour qu’enfin les lâches qui gouvernent ce pays le comprennent enfin ? J’oubliais qu’ils ne sont pas là pour comprendre, mais pour se soumettre à l’état imposteur des Terres saintes. On ne mord jamais la main qui vous tient en laisse.

Honte à la France de supporter et de recevoir ce criminel. Honte à la France de n’avoir pour seule réaction à ce massacre d’innocents chez eux dans leur pays spolié par des immigrés criminels européens depuis 70 ans de simplement condamner les violences des forces armées israéliennes contre les manifestants”. Des violences ? Moi qui pensais que tuer des gens sans défense s’apparentait plus à des crimes, des massacres et des assassinats. Visiblement pour le président français cela relève simplement de la violence. Quand je vois un combat de MMA là oui, je vois de la violence, mais quand je vois un sniper tuer un homme désarmé avec souvent une balle dans le dos je ne vois que l’assassinat le plus vil et lâche qui puisse exister. Mais il est vrai que Macron est l’employé d’Attali qui est lui-même l’employé de la nation fictive qui squatte la Palestine. Donc…

Cerise sur le gâteau ensanglanté de ce sinistre 70 anniversaires du cancer qui dévore le Moyen-Orient : la déclaration de l’ambassadrice d’Israël en France Aliza Bin Noun. Cette Hongroise d’origine née en Roumanie, nous offert une déclaration venue d’une autre galaxie. Elle affirme « La situation dans la Bande de Gaza (est due) au régime terroriste du Hamas qui y gouverne, et qui est reconnu comme une entité terroriste par l’Union européenne et par la France. Au lieu de développer la Bande de Gaza, le Hamas développe des infrastructures et des missiles pour détruire Israël ».

Le Hamas gouverne effectivement la bande de Gaza sans doute parce qu’il a été élu selon vos propres recommandations dites démocratiques chère Madame Bin-Noun. À ce propos quel est votre véritable nom ? Il serait intéressant de le connaitre.Bin Noun ce n’est pas très hongrois. Le Hamas[1] terroriste ? Pas plus que le régime israélien. Pour info le sionisme a été classé comme mouvement raciste par l’ONU en 1974 avant de le révoquer en 1991 sous le poids de pressions et de pleurnicheries incessantes (comme à l’accoutumée). Mouvement raciste pour ne pas dire terroriste bien évidemment. Noter la subtilité de langage. Mais votre racisme a conduit au terrorisme dès le début afin de fonder votre fausse nation dite biblique. Les pères fondateurs de votre régime sioniste les Jabotinsky, Itzak Shamir, Menahem Begin et les organisations que sont l’Irgoun, le Betar ou le nom moins célèbre groupe Stern sont tous terroristes dans le véritable sens du terme. Un petit rafraichissement ne vous fera pas de mal. Et si on veut être complet on peut aller jusqu’aux Sicaires, les pères fondateurs du terrorisme, des bons juifs, de Judée, des vrais Sémites pour le coup, qui ont initié cette pratique scélérate. Enfin est-il utile de rappeler que la force occupante est Israël et que les Palestiniens ont le droit d’aspirer à récupérer leur pays, leurs terres et leurs maisons, à se défendre et de ne pas se laisser tuer. Les gazaoui ont-ils le droit de manifester ou doivent-ils se taire et se laisser enfermer dans leur prison à ciel ouvert à tout jamais ? Qui occupe et spolie la Palestine ? Vous leur avez volé leurs maisons, leurs terres et les tuez en permanence et vous pensiez qu’ils allaient se laisser exterminer sans rien dire ?

Finalement le discours nauséabond de Bin-Noun ou le comportement schizophrénique de Netanyahou relève de la pure crapulerie et inversion accusatoire. Victor Ostrovsky, l’ancien agent du Mossad le résume parfaitement dans son excellent livre « By way of déception ».

https://i1.wp.com/leboucemissaire.com/wp-content/uploads/2018/05/20180515_025108-1.jpg


[1] Je reste dubitatif et très méfiant à l’égard du Hamas (tout comme de l’OLP et du Fatah) même si je leur reconnais de combattre courageusement et efficacement sur le terrain la nation fictive israélienne. Je reviendrai plus en détail sur le mouvement Hamas dans un prochain article, incha Allah.

Très Tsahal temps pour le Sionistan… — jbl1960blog


L’empire anglo-américano-christo-sioniste a ouvert les paris au Moyen-Orient PILE = On perd ! Et FACE = Y gagnent ! Comme d’hab, quoi !… Les psychopathes aux manettes perdent les pédales ; Guerre impérialiste au Moyen-Orient : Riposte sur le Golan… Sévère mise en échec de l’entité sioniste (Al Manar) Golan occupé : Israël frappé au cœur […]

via Très Tsahal temps pour le Sionistan… — jbl1960blog

Reese Erlich : «Trump va probablement provoquer une escalade dans diverses guerres» — Algérie Résistance


https://mohsenabdelmoumen.files.wordpress.com/2018/05/reese-erlich-1.jpg?w=5184&h=3456

Reese Erlich. DR. English version here Por traducir, haga clic derecho sobre el texto Per tradurre, cliccate a destra sul testo Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο Mohsen Abdelmoumen : Quelle est votre analyse à propos du retrait […]

via Reese Erlich : «Trump va probablement provoquer une escalade dans diverses guerres» — Algérie Résistance

Donnie Mains d’Enfant joue de la Trumpette de Jericho… — jbl1960blog


Car c’est au pied du Mur qu’on voit le mieux… Le Mur… ~~~~►◄~~~~ Guerre impérialiste au Moyen-Orient : L’entité sioniste morfle… On lui donne un sucre d’orge… empoisonné ?… Les sionistes perdent du terrain et vite, la manœuvre de Donnie « mains d’enfant» pour reconnaître Jérusalem comme « capitale d’ Israël» est-elle un enfumage de plus pour compenser […]

via Donnie Mains d’Enfant joue de la Trumpette de Jericho… — jbl1960blog