Une Algérie dans une ambiance délétère, face à un Maroc en état d’apopléxie


madaniya.info

https://www.madaniya.info/wp-content/uploads/2018/10/casbah-alger.jpg

Une Algérie dans une ambiance délétère, face à un Maroc en état d’apopléxie

«La séquence des pères fondateurs de l’indépendance tarde à s’achever. Mais si elle tarde tant à s’achever, alors que les lois de la biologie ont déjà rendu leur verdict, c’est sans doute en raison du fait que le lancinant problème de la dévolution du pouvoir n’a pas encore été réglé, notamment la répartition de la rente pétrolière» . RN

1- Le grenouillage séparatiste de Ferhat Mehenni, le «caniche de BHL».

L’Algérie célèbre ce 1er novembre 2018 le 74ème anniversaire du «Toussaint Rouge», qui marque le soulèvement du peuple algérien et son engagement dans sa guerre d’indépendance, alors que le pays vit dans l’incertitude de la décision de son président Abdel Aziz Bouteflika de solliciter un 5ème mandat présidentiel, plongeant la population sinon en état d’atonie, à tout le moins dans une grande perplexité.

Une séquence qui se déroule sur fond d’une énergique reprise en main de l’appareil militaro-sécuritaire par un président en fin de mandat mais probable candidat sauf accident à sa propre succession, en toile de fond d’une psychose d’une épidémie de choléra, à l’arrière plan d’une guerre larvée entre les diverses factions postulantes au pouvoir,

7 me Président de la République algérienne, M. Bouteflika, à mobilité réduite, est au pouvoir depuis 1999, soit depuis 19 ans. Agé de 81 ans, il est diminué depuis 2013 par un AVC (accident vasculaire cérébral).

En prévision de l’échéance présidentielle de 2019, le président Bouteflika a donné un grand coup de pied dans la fourmilière de la corruption en ordonnant une grande purge dans l’appareil sécuritaire de l’état prenant prétexte de la saisine d’un important lot de 701 kg de cocaïne en Algérie, le 29 Mai 2018: Le tout puissant chef de la police Abdel Majid Hamel a été limogé, de même que le général Menad Nouba, chef de la gendarmerie. La purge a emporté le chef de sûreté de la willaya d’Alger, Nourredine Berrachedi. Des magistrats ont été suspendus, deux procureurs placés sous mandat de dépôt, des enfants de responsables politiques impliqués.

La purge s’est poursuivie en douceur avec le dégagement en douceur trois mois plus tard, en Août, de deux autres officiers généraux: le patron de la Direction centrale de la sécurité de l’armée (DCSA), le général-major Mohamed Tirèche, dit Lakhdar, et le général Boumédiène Benattou, contrôleur général de l’armée, remplacé à ce poste par l’ancien directeur central de l’intendance, le général-major Hadji Zerhouni. Au total une douzaine de généraux ont été dégagés.

Effet d’une relation causale? Quoiqu’il en soit, quatorze personnalités algériennes avaient lancé trois jours plus tôt, vendredi 26 mai 2018, un appel demandant à M. Bouteflika de renoncer à briguer un 5ème mandat. Ce manifeste a quelque peu secoué la torpeur de la vie politique algérienne et redonné de l’intérêt à une compétition dont les résultats sont généralement connus d’avance:

«Votre long règne sur le pays a fini par créer un régime politique qui ne peut répondre aux normes modernes de l’Etat de droit”, (…) “Votre âge avancé et votre dramatique état de santé vous commandent de ne plus vous occuper des charges de l’Etat bien trop lourdes», souligne la missive signée des personnalités suivantes: Ahmed Benbitour, ancien chef du gouvernement actuellement dans l’opposition, Soufiane Djilali, président du jeune parti d’opposition Jil Jadid (Nouvelle génération) et Amira Bouraoui, militante à l’origine du mouvement Barakat (Ça suffit!) qui s’est imposé sur la scène politique en 2014 en incarnant l’opposition à un 4e mandat du président Bouteflika, ainsi que par l’écrivain Yasmina Khadra, l’universitaire Fatiha Benabbou, le sociologue Nacer Djabi, qui avaient également milité contre un 4e mandat pour M. Bouteflika, au pouvoir depuis 1999.

2- L’appel de Londres du 4 juin 2018 de Ferhat Mehenni: Un mauvais remake d’un mauvais film; un pastiche du général de Gaulle dans un comique de répétition

L’incertitude présidentielle a généré une forme de grenouillage séparatiste au sein du mouvement irrédentiste kabyle représenté par l’ancien troubadour de la canzonetta algérienne, réputé pour ses liens avec Bernard Henry Lévy, le philosioniste parrain médiatique des guerres de destruction de la Libye et de la Syrie.

Mauvais remake d’un mauvais film, Ferhat Mehenni, leader du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK) et de l’Anavad (Gouvernement Provisoire de Kabylie), a en effet lancé un appel aux Kabyles les invitant à prendre les armes. Pastichant le Général Charles de Gaulle, dans un exercice qui relève du comique de répétition, le fondateur du MAK a lancé son appel depuis Londres, lieu de l’appel du 18 juin du chef de la France Libre. Son discours est intervenu le 4 juin, deux semaines avant la date symbolique du discours fondateur de la Résistance Française. Un décalage calendaire qui signe dans l’ordre symbolique un ratage manifeste de sa propre vision de la marche de l’histoire.

La sortie du leader de la mouvance indépendantiste Kabyle est intervenue dans un contexte d’une fragilisation de sa base militante, causée par des dissidences au sein de son mouvement ainsi que par la fondation de deux nouveaux mouvements concurrents en Kabylie: l’Union pour la République Kabyle (URK) prônant l’indépendance de la Kabylie et le Rassemblement pour la Kabylie (RPK) revendiquant quant à lui l’autonomie de la Kabylie.

Le RPK a d’ailleurs vertement répliqué au «petit caniche de BHL: «Le sens de discernement nous commande aussi de ne pas occulter les considérations géopolitiques et de rester insensibles au développement et à la prolifération des conflits au niveau régional. Les exemples ne manquent pas dans l’actualité internationale (la Libye, la Syrie, le Sahel.. etc.), et dans notre passé récent (la décennie noire) pour se laisser entrainer dans une aventure orchestrée par des forces obscures dont l’agenda est chargée par des actions de déstabilisation des nations», a affirmé le responsable.

Pour aller plus loin sur la problématique des Algériens et la question identitaire, cf ce lien

Pour aller plus loin sur Ferhat Mehenni et ses accointances:

L’Algérie n’est ni un pays arabe, ni musulman

BHL lance un appel au soutien de Ferhat Mehenni

3- La nécrose des circuits de décision.

L’Algérie vit dans une ambiance délétère, conséquence de l’atonie voire même de la tétanie de la population face à l’incertitude politique qui hypothèque la vie politique nationale, les recompositions géopolitiques qui s’opèrent dans la zone avec l’accroissement de la présence militaire occidentale dans la zone sahélo-saharienne sous couvert de guerre contre le terrorisme; enfin le démembrement du Soudan et les tentatives du pacte atlantiste d’édifier dans la foulée une entité autonome kurde en Syrie, le partenaire historique de l‘Algérie, en compensation du kurdistan irakien.

A cela s’ajoute, le sentiment d’abandon des populations des zones périphériques de la part du pouvoir central; ce qui explique les troubles persistants enregistrés en Algérie depuis 2013 notamment dans le sud du pays, à l’arrière-plan des menées irrédentistes encouragées par le lobby pro israélien en Europe dont la figure la plus illustre n’est autre que le natif de Beni chnouf BHL et son caniche servile Ferhat Mehheni.

Le meilleur service à rendre à l’Algérie, un pays cher au cœur de tous les militants de la cause de libération du Monde arabe, est de lui tenir un discours de vérité.

L’Algérie se meurt par nécrose des circuits de décision à une période charnière de la recomposition géostratégique, sur fond de crise économique lancinante et d’une gangrène djihadiste.

La séquence des pères fondateurs de l’indépendance tarde à s’achever. Mais si elle tarde tant à s’achever, alors que les lois de la biologie ont déjà rendu leur verdict, c’est sans doute en raison du fait que le lancinant problème de la dévolution du pouvoir n’a pas encore été réglé, avec tous les enjeux sous-jacents que cela implique en termes d’influence politique, d’impunité, de répartition de la rente pétrolière.

Pour aller plus loin sur le magma algérien, cf l’article de Ghania Oukazi: Elections présidentielles, l’énigme Hamel.

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5263279

4- De la déstabilisation de l’Algérie.

L’Algérie a été la cible d’une opération de déstabilisation dans la séquence dite du «printemps arabe» (2011-2018). Dans l’oeil du cyclone. Ciblée et encadrée par deux régimes néo islamistes, en Libye –avec le parachutage à Tripoli depuis Kaboul d’Abdel Hakim Bel Hadj, chef des groupements djihadistes afghans de Libye- et en Tunisie, avec la propulsion au pouvoir à coups de pétrodollars monarchiques de Rached Ghannouchi, chef de la branche tunisienne de la confrérie des Frères Musulmans, le parti An Nahda. Avec en surplomb, l’Egypte confrérique de Mohamad Morsi et sur son flanc méridional, l’écharde malienne plantée par le Qatar via Ansar Eddine.

Tout le monde garde présent à l’esprit les propos mémorables de l’oracle Nicolas Sarkozy prophétisant à Moustapha Abdel Jalil, la marionnette libyenne de l’OTAN, «l’Algérie dans un an, l’Iran dans trois ans», de même que les rodomontades du mégalocéphalite du Qatar Hamad Ben Jassem, menaçant l’Algérie d‘expulsion de la Libye Arabe pour s’être opposée à l’expulsion de la Syrie, un pays du champ de bataille qui a mené en tandem avec l’Egypte quatre guerres contre Israël.

La conjuration a échoué du fait d’un comportement digne de cloportes des artisans de cette machination, particulièrement l’exaltation suicidaire des islamistes libyens qui ont procédé à l’assassinat de l’ambassadeur des Etats Unis à Benghazi et à la destruction de l’Ambassade de France à Tripoli, deux pays pourtant artisans majeurs de la chute du régime Kadhafi, d’une part; l’élimination précoce des deux principaux sous traitants de la stratégie atlantiste: Nicolas Sarkozy, dégagé par un vote de défiance populaire aux présidentielles françaises de 2012, et l’Emir du Qatar, destitué par ses parrains américains consternés par sa lévitation erratique.

Dernier et non le moindre facteur, l’expertise algérienne en la matière, seul pays doublement victorieux d’une guerre de Libération Nationale et d’une guerre contre le terrorisme (1990-2000), sans soutien extérieur. Avec en superposition, un bouleversement de la donne stratégique mondiale marqué par le retour en force de la Russie sur le théâtre méditerranéen et la présence accrue de la Chine en Algérie qui en a fait son navire amiral dans son contournement de l’Europe; Russie et Chine, deux pays membres permanents du Conseil de sécurité, font office de pare-feux à un éventuel nouvel embrasement.

Dans la précédente séquence, la guerre civile algérienne avait coïncidé avec l’implosion de l’Union soviétique et le triomphe du djihadisme planétaire matérialisé par l’intronisation des Talibans pro wahhabites au pouvoir en Afghanistan, comme pour signifier de manière patente la victoire contre l’athéisme et de l’idéologisation de la guerre sur une base religieuse.

Un djihadisme triomphant qui s’est propagé sur les flancs de l’Empire soviétique pour en achever le démantèlement, en Tchétchénie et en Yougoslavie particulièrement en Bosnie.

Pour aller plus loin sur ce point, cf à ce propos http://www.renenaba.com/al-qaida-derriere-les-attentats-de-paris-en-1995-selon-l-ancien-messager-de-ben-laden/

Toutefois, sur le plan algérien, la présence de 60.000 soldats américains de confession juive sur le sol saoudien, la terre de ses commanditaires, à proximité des Lieux Saints de l’Islam (La Mecque et Médine), dans le cadre de la coalition internationale anti Saddam, en 1990-1991, a placé, dans un pays au nationalisme chatouilleux, en porte à faux Abbassi Madani, chef du Front Islamique du Salut (FIS) et obéré le discours pseudo révolutionnaire du chef de file de la contestation islamique algérienne, le discréditant durablement, le projetant vers le Golfe en exil.

Le djihad a pris une dimension planétaire conforme à la dimension d’une économie mondialisée par substitution des pétrodollars monarchiques aux caïds de la drogue dans le financement de la contre révolution mondiale.

Le basculement de l’Algérie dans la guerre civile dans la décennie 1990 est apparu rétrospectivement comme l’acte de représailles à sa fonction de plateforme opérationnelle des mouvements de libération d‘Afrique, «La Mecque des Révolutionnaires» d’Afrique, selon l’expression d’Amilcar Cabral chef du PAIGC, le mouvement indépendantiste de la Guinée portugaise (Guinée Bissau et Cap Vert), dans le prolongement de la destruction de l’autre plateforme révolutionnaire dans le versant oriental du Monde arabe, le Liban, carbonisé par une guerre civile de 15 ans (1975-1990), dont la capitale Beyrouth abritait 18 mouvements de libération dont les Palestiniens, mais aussi la Rote Armée Fraktion, l’ASALA (Armée Secrète Arménienne pour la Libération de l’Arménie), Le Front de Libération du Sud Yémen occupé (FLOSY), le Front de Libération de l’Erythrée, les Kurdes du PKK et l‘Armée Rouge Japonaise.

5 – L’équation du Sahel

L’armée algérienne a déployé près de 80 000 soldats à se frontières méridionales afin de contenir le flux migratoire propulsé par des mafias transnationales vers l’Europe, via l’Algérie qui héberge dans le sud du pays près de 500.000 migrants supposés être en transit. Une telle présence massive constitue une bombe à retardement du fait des interférences qu’elle peut générer sur l’équilibre démographique national.

L’Algérie est ainsi donc en «sursis de stabilité» deux décennies après la « décennie noire» en ce que sa stabilité perdure en l’état, grâce à la grande instabilité du Maroc, un pays affligé d’un fort taux de chômage urbain de l’ordre de 40 pour cent chez les jeunes.

Si l’Algérie se meurt par nécrose des circuits de décision, une lente gangrène qui gagne progressivement les rouages de l’État, nul toutefois ne songe désormais sérieusement à la déstabiliser par crainte de l’effet domino dont le plus grand bénéficiaire serait AQMI, alors que la France veille à s’assurer de la coopération d’Alger au sein du G5 Sahel, la structure ad hoc mise sur pied par Paris pour combattre le terrorisme dans la zone sahélo-saharienne.

Au sommet africain de Nouakchott, en juillet 2018, Le président Emmanuel Macron a accusé en termes à peines voilées l’Algérie d’être responsable de l’échec de son plan Sahel. L’armée algérienne répugne en fait à combattre les Touaregs maliens en raison du fait qu’une importante population touareg est déployée dans le giron saharien de l’Algérie et que le pays refuse à faire office de «hostspot», lieu de filtrage de l’émigration sub saharienne, une fonction de garde chiourme des Occidentaux, qu’elle juge insultante à son honneur au regard de son histoire anti coloniale.

L’arrimage de l’Algérie au G5 Sahel tarde à se finaliser en ce que l’Algérie répugne aux alliances du fait de son histoire. Le corpus doctrinal de l’Algérie a en effet été forgé en fonction de sa projection géostratégique. Une constante de la diplomatie algérienne depuis son indépendance, qui a valu à ce pays d’être considéré comme un pays phare de tiers monde à l’instar du Vietnam et de Cuba avec sa diplomatie multilatérale, initiée précisément par le tandem Boumédiène Bouteflika, lors d’une décennie prodigieuse (1970-1980).

Au point que dans le pré carré africain de la France, l‘Algérie supplée par moment l’ancienne puissance coloniale dans son rôle d’intermédiation comme ce fut le cas avec le conflit du septentrion malien.

6– Le Sahel, un eldorado pour les compagnies militaires privées.

Le Sahel tend d’ailleurs à devenir un nouvel eldorado pour les compagnies militaires privées.

Près de 7.500 membres des forces spéciales américaines sur un total de 60.000 sont engagés dans 90 pays pour y mener des actions clandestines. 1.200 sont à l’oeuvre dans trente pays africains, sous l’autorité de l’AFRICOM, basé à Stuttgart (Allemagne) (Cf à ce propos «Prolifération méconnue de bases militaires US» de Claude Angeli- Le Canard Enchainé, 13 juin 2018).

En complément à L’AFRICOM, 21 entreprises américaines s’affichent comme prestataires de service militaire en Afrique du Nord et au Sahel. Sans compter les entreprises de soutien aux opérations d’autres pays (MINUSMA, Barkhane…). Des dizaines d’autres compagnies ont progressivement occupé la zone. Leurs missions vont de la fourniture de repas à l’intervention armée. Elles sont françaises, britanniques ou ukrainiennes et se partagent un budget annuel de plusieurs dizaines de millions de dollars.

Pour aller plus loin sur ce thème, ce lien A quoi servent les bases françaises en Afrique

http://www.afrik.com/chronique-afrique-debout-a-quoi-servent-les-bases-militaires-francaises-en-afrique-1ere-partie

Le Sahel en l’an 2050 comptera 1,9 milliards habitants soit autant que l’Europe, Les Etats Unis, l’Amérique latine et l’Océanie réunis. Avec 6.500 km de frontières avec sept pays du Sahel (Libye, Mali, Maroc, Niger, Tunisie, Sahara Occidental), l’Algérie y occupera une position centrale. Sa stabilité relève d’un impératif catégorique pour les pays occidentaux en ce qu’il constitue un passage obligé des flux migratoires à destination de l’hémisphère Nord.

A titre comparatif, le Japon affecte 27 pour cent de ses investissements à son voisinage immédiat des pays de l’ASEAN, contre 3 pour cent à l’Europe pour le Sahel, selon les précisions fournies par Abdel Aziz Rahabi, ancien ministre et ancien ambassadeur algérien, lors du colloque de l’UFAC (Union des Universitaires Algériens et Franco algériens), dont la 5ème session s’est tenue à Marseille le 7 avril 2018, sous le thème «Méditerranée: enjeux pour la paix dans la diversité»(1).

M. Rahabi a été l’ancienne cheville ouvrière auprès de Lakhdar Ibrahim, l‘émissaire de la Ligue Arabe aux négociations inter-libanaises de Taef (Arabie Saoudite, 1989), qui mirent fin à la guerre civile libanaise.

Cette parcimonie explique sans pour autant la justifier l’instabilité du flanc méridional de l’Europe au delà des explications culturalistes qui masquent mal une survivance d’une forme d’ethnographisme coloniale. Ce qui explique la sur-réaction psychologique des faits arabes et musulmans dans l’opinion occidentale, particulièrement française, au-delà aussi et surtout de la prégnance d’un comportement néocolonialiste occidentale dans l‘approche des problèmes du Monde arabo africain.

En dépit de l’aléa politique, l’Algérie compte néanmoins non parmi les plus sûrs mais parmi les plus sécurisés du Monde. Pour aller plus loin, cf sur ce point le sondage Gallup 2017 https://fr.scribd.com/document/355627928/L-Algerie-parmi-les-pays-les-plus-securises-au-monde-selon-l-institut-Gallup#from_embed

7 – Des rapports entre l’Algérie en atonie et le Maroc «partimonialisé» au seuil de l’apopléxie.

Si l’état de santé du président Abdel Aziz Bouteflika hypothèque quelque peu la vie politique de l’Algérie, la santé et les absences du Roi Mohamad VI en font autant pour le Maroc.

Pendant les quatre premiers mois de l’année 2018, le roi du Maroc a passé moins de vingt jours dans son pays. Ses absences fréquentes et prolongées alors que la contestation populaire ponctue la vie politique interne du royaume, paralysent partiellement le pays et créent une situation intenable sur le long terme, car le chef de l’État marocain détient presque tous les pouvoirs. Au point que se pose de manière lancinante la question de son abdication en faveur de son fils, âgé de 15 ans. De surcroît, le royaume chérifien, un pays «patrimonialisé» est au bord de l’apopléxie, «en manque d’oxygène», pour reprendre l’expression d’un analyste marocian, Hassan Allaoui, en proie à une ébullition permanente, conséquence de l’autoristarisme royal, du de l’arbitraire, du népotisme et de la corruption qui y règne.

Pour compenser son absence, Le roi a fait acte d’autorité à son retour, ordonnant une vaste purge de l’appareil sécuritaire marocain et du corps préfectoral, à qui il a fait assumer la responsabilité des défaillances ayant abouti au mécontentement populaire et à l’instabilité politique.

Pour aller plus loin sur ce sujet, ce lien:

https://orientxxi.info/magazine/maroc-l-inconcevable-abdication-de-mohamed-vi,2450

Le Maroc manque d’oxygène par Hassan Allaoui

http://www.economie-entreprises.com/le-maroc-manque-doxygene/

La précarité politique au Maroc et l’expansion des groupements islamistes dans la zone sahélo-saharienne ont une valeur dissuasive pour toute tentative de déstabiliser l’Algérie.

Depuis le lancement de la séquence dite du «printemps arabe», le nombre des groupements islamistes est passé de cinq à cinquante en Afrique. L’Algérie joue un rôle majeur dans la neutralisation de cette prolifération terroriste dans son hinterland, en consolidant discrètement le pouvoir tunisien post nadawiste, de même que le Mali, se posant par moments comme un médiateur régional.

En parallèle, le Maroc est embourbé par une tension sociale extrême (soulèvement du Rif), un taux de chômage urbain de l’ordre de 40 pour cent et des décennies d’absolutisme monarchique.

La décision de Rabat de rompre ses relations diplomatiques avec l’Iran, le 2 mai 2018, sous le faux prétexte du soutien du Hezbollah libanais au Front Polisario, a répondu au souci du Royaume d’acter dans l’ordre symbolique l’alignement du Maroc à l’axe constitué par les deux grandes théocraties du Moyen orient, Israël et l’Arabie saoudite, en voie de constitution, dans la perspective d’une éventuelle confrontation avec l’Iran afin de compenser la déroute militaire de l’OTAN en Syrie, celle des pétromonarchies au Yémen et d’occulter le retrait des Etats Unis de l’accord sur le nucléaire iranien.

Ce faisant, le Maroc cherche à atténuer le courroux occidental et à amortir l’impact de la révélation selon laquelle le royaume chérifien est apparu comme étant le plus grand exportateur du terrorisme islamique vers l’Europe, (Attentat de Madrid 2004 qui a fait 200 morts, l’assassinat de Théo Van Gogh, les attentats de Bruxelles en 2015, de Barcelone en 2017 et de Trèbes près de Carcassonne, le 23 mars 2018).

Cela ne se proclame pas publiquement surtout dans les médias français réputés qui pratique à l’égard du trône marocain, (diplomatie de la Mamounia oblige), un journalisme de révérence et de prosternation. Mais cela se chuchote dans les cabinets calfeutrés des chancelleries et cela joue en faveur de l’Algérie.

La Jordanie (Machreq) et le Maroc (Maghreb, deux royaumes sans ressources énergétiques, compensent leur absence de royalties, par une alliance clandestine ancienne avec Israël. Cette diplomatie souterraine est génératrice de dividendes en termes stratégiques et médiatiques, infiniment plus lucratives pour les deux royaumes que les pétro dollars. Pour mémoire, le Maroc est le lieu de villégiature préféré de Bernard Henry Lévy et de Dominique Strauss Khan, deux arabophiles notoires. Et ceci pourrait expliquer cela.

Il est de notoriété publique que le Maroc pratique une normalisation rampante avec Israël, qui octroie au monarque un sauf-conduit auprès des puissances occidentales, l’absolvant de toutes les turpitudes de son pays. Les récentes révélations sur la connivence entre Israël et le Maroc faites par Ronen Bergman dans son ouvrage Rise and Kill: «The Inside Story and Secret opérations of Israel’s assassination» ne sont pas faites pour améliorer l’image du Royaume.

La rupture avec l’Iran apparaît ainsi comme un acte éminemment démagogique, qui n’en constitue pas moins l’indice d’une recomposition politique en prévision d’une éventuelle confrontation régionale entre Israël et les contestataires à l’ordre hégémonique israélo américain dans la zone, après le désastre de l’alliance islamo atlantiste dans la guerre de Syrie et la débandade de l’opposition off shore syrienne pro monarchique.

8- La course aux armements

La tension persistance entre l’Algérie et le Maroc, à l’arrière-plan du contentieux de la question du Sahara occidental grève le budget des deux pays. Sur fond de crise diplomatique, l’Algérie et le Maroc se livrent en effet une course effrénée pour rendre hermétiques leur frontière commune.

Le Maroc a annoncé le lancement d’un satellite de surveillance des frontières et l’Algérie s’emploie à ériger un mur d’isolation électronique, et les deux pays sont engagés dans une course à l’acquisition de missiles balistiques longue portée, à fort pouvoir détonateur.

L’Algérie et le Maroc occupent la première place du continent africain sur le plan de l’armement. De 2007 à 2015, l’Algérie a dépensé près de onze milliards de dollars pour moderniser son armement, faisant l’acquisition principalement auprès de la Russie de chasseurs bombardiers, de frégates, des Hélicoptères et de l’artillerie, tandis que le Maroc consacrait durant cette même période 4, 7 milliards de dollars pour l’acquisition des armes des Etats Unis et des pays européens.

Ci joint pour le lectorat arabophone, le rapport du Congrès américain sur ce sujet.

Sur le plan balistique

Le rapport penche en faveur de l’Algérie, qui dispose de 176.000 missiles balistiques longue portée, à fort effet destructeurs, contre 72.000 au Maroc. Le classement établi par la revue américaine «Global Fire Power» donne le positionnement suivant:

  • Russie: 3.793.000 missiles
  • Corée du Nord: 2.400.000
  • Chine : 1.770.000
  • Egypte : 1.481.000
  • Iran : 1.475.000
  • Etats Unis : 1.331.000

suivis du Vietnam de la Turquie et de l’Ukraine.

Outre l’Egypte (1481), la Syrie se classe au 2ème rang parmi les pays arabes avec 650.000 missiles balistiques suivie des pays suivants:

  • Yémen : 423.000
  • Arabie saoudite : 322.000
  • Algérie : 176.000
  • Libye : 100.000
  • Jordanie : 88.000
  • Maroc : 72.000
  • Irak : 59.000

À moyen terme, la querelle de succession présidentielle sera immanquablement réglée. L’Algérie devra alors se tourner résolument vers l’avenir pour mobiliser ses capacités à la conquête de nouveaux horizons.

Se fixer comme objectif de rejoindre le groupe du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud), c’est à dire les chefs de file du groupe s’employant à construire un monde multipolaire, à l’effet de mettre un terme à six siècles d’hégémonisme occidental, et de renouer ainsi avec le rôle pilote de l’Algérie dans le combat pour la libération de l’Afrique et du Monde arabe, particulièrement la cause palestinienne, à qui fait cruellement défaut le soutien d’un pays arabe de poids.

Pour aller plus loin sur l’Algérie

A propos du conflit du Sahara occidental

1 – L’Association des Nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) est composée des dix pays suivants: Birmanie, Cambodge, Laos, Malaise, Indonésie, Japon, Philippines, Singapour, Thailande, Vietnam.

En 2013, elle représentait:

  • 620 millions d’habitants (environ 8,8 % de la population mondiale)
  • 2.400 milliards de dolars de PIB
  • 76 milliards US$ d’investissements étrangers (2010)

Fondée en 1967 à Bangkok (Thailande) par cinq pays dans le contexte de la guerre froide pour faire barrage aux mouvements communistes, l’ASEAN constitue désormais un espace pour régler les problèmes régionaux et peser en commun dans les négociations internationales.

Un sommet est organisé chaque année au mois de novembre. Son secrétariat général est installé à Jakarta (Indonésie).

En 2013, elle représentait:

  • 620 millions d’habitants (environ 8,8 % de la population mondiale)
  • 2.400 milliards de dollars de PIB
  • 76 milliards US$ d’investissements étrangers (2010)

Source

Un aspect international méconnu de la guerre d’Algérie…


Le regard et l’implication d’Israël dans le conflit

https://i2.wp.com/casbah-tribune.com/wp-content/uploads/2018/06/2018-06-23_182324.png

©Roland Lombardi sur le plateau du JT de RT France
* Docteur en Histoire, Roland Lombardi est consultant indépendant en Géopolitique, analyste au sein du groupe JFC Conseil et chercheur associé à l’IREMAM (Institut de Recherches et d’Études sur le Monde arabe et musulman) de l’Université Aix Marseille. Dernière publication : Gaz naturel, la nouvelle donne ? (co-aut., éd. PUF, 2016

23/06/2018

Résumé

La France et Israël trouvent dans les combats qu’elles mènent contre le nationalisme arabe, de nombreuses analogies. C’est ainsi que la France, elle aussi très isolée sur le plan international, trouve dans l’Etat hébreu, un fidèle soutien, notamment à l’ONU mais aussi un véritable frère d’armes sur le terrain. Allié privilégié dans l’affaire de Suez, Israël s’est aussi impliqué directement dans le conflit algérien. Tout en s’occupant de la protection et de l’encadrement de l’importante communauté juive d’Algérie, Israël, travaillant de concert avec les services spéciaux français, va fournir à son allié, d’importants renseignements concernant le FLN, quand ses propres agents ne combattront pas, les armes à la main, directement les nationalistes algériens.

L’idylle entre la France et Israël au début des années 1950

Dès le début des années 1950, Israël et la France s’engagent dans une coopération étroite qui évolue rapidement vers une véritable alliance politico-militaire.

Militairement, les livraisons d’armes lourdes et en tout genre (avions, chars AMX 13, hélicoptères, canons…) vers l’Etat hébreu s’intensifient et c’est auprès de la France que l’Etat hébreu acquiert toute l’ossature de son armement.

La coopération se consolide et se concrétise aussi sur le terrain : les recherches communes dans le nucléaire militaire se développent. Un comité conjoint de planification stratégique est mis en place pour la protection des intérêts communs en Méditerranée et en Mer rouge ; les officiers supérieurs israéliens suivent des cours à l’Ecole de guerre et des formations dans les centres d’entraînement, les parachutistes de Tsahal profitent de l’expérience acquise en Indochine par les paras français. Des manœuvres navales conjointes sont organisées, des programmes aériens communs sont élaborés et surtout, les services de renseignements travaillent en étroite collaboration notamment en Algérie, comme nous le verrons plus loin …

Ainsi grâce à cette alliance, Israël réussit à se désenclaver militairement et diplomatiquement tout en commençant à se doter d’un arsenal impressionnant pour l’époque.

La France, quant à elle, tout en participant à une entreprise que beaucoup jugent alors morale, trouve un nouveau débouché pour son marché d’exportation d’armes et surtout, maintient l’équilibre des forces face aux nationalistes arabes du Caire…

De plus, l’insurrection algérienne accélère ce rapprochement avec les Israéliens.

Car, à partir de 1954, la France est confrontée au FLN, mouvement d’indépendance algérien très fortement soutenu par Nasser et la Ligue arabe. Suivant l’adage « l’ennemi de mon ami est mon ennemi », la France et Israël coopèrent face au leader égyptien et à son influence dans le monde arabe et aussi, bien sûr, en Algérie. De la crise de Suez, où des intérêts stratégiques croisés poussent les deux Etats à agir de concert contre Nasser en 1956, en passant par l’échange d’informations importantes sur les activités clandestines des indépendantistes algériens, l’entraide entre la France et Israël atteint des niveaux sans précédent dans les annales des relations internationales.

Le Mossad contre le FLN !

Des réunions régulières ont donc lieu entre les responsables des services de renseignements des deux nations qui permettent d’échanger des informations cruciales et sensibles, notamment au sujet du soutien que l’Egypte apporte aux nationalistes algériens1.

Outre ces échanges de renseignements, est aussi mise en place une coopération étroite sur des projets très secrets concernant l’exécution en commun d’actions subversives, consistant à organiser, par exemple, des actes de sabotage et d’autres opérations spéciales non conventionnelles2.

Comme on le voit, alliés dans leurs politiques étrangères, la France et l’Etat hébreu collaborent énormément dans le domaine du renseignement. Israël jouant directement un rôle important dans la lutte contre le FLN algérien, à l’étranger certes (implication évoquée des services israéliens dans les épisodes de l’Athos et même dans l’enlèvement de Ben Bella3) mais aussi, chose méconnue jusqu’ici, sur le sol même de la colonie française.

Tous les témoignages évoquent par ailleurs une parfaite et une réelle harmonie entre le Mossad israélien et le SDECE, les services secrets français, mais aussi avec les services du contre-terrorisme des Renseignements généraux et de la sécurité intérieure français. Et même si, par exemple, la consultation des archives des Renseignements généraux des départements d’Algérie de l’époque, nous apprend que les ressortissants israéliens sont nombreux et bien sûr très surveillés par les autorités françaises, ces agents paraissent bénéficier d’une totale liberté de mouvements4. Ainsi, très présents en Algérie pendant le conflit, ils recueillent de nombreuses et d’importantes informations sur les activités des nationalistes algériens. Informations dont ils font bien sûr profiter pleinement les autorités françaises et qu’ils récoltent notamment grâce à l’importante communauté juive, dont, notons-le au passage, nombre de ses membres sont arabisants et parfois très proches de la communauté musulmane.

Henri Jacquin, un officier des renseignements français, affirme d’ailleurs que les informations recueillies par les services israéliens dans l’importante communauté juive d’Afrique du Nord et qui sont par la suite communiquées aux Français, sont souvent plus « fraîches » que celles des services français5.

Les services israéliens s’illustrent aussi dans la formation et l’encadrement des milices juives d’autodéfense et font parfois même le coup de poing en participant directement à des opérations de contre-terrorisme.

C’est ce que révèle une information citée par deux éminents universitaires, le Français Benjamin Stora6 et l’Israélien Mikaël Laskier7, parue dans le détail le 25 mars 2005, dans un article intitulé « Comment le Mossad a armé les juifs de Constantine en 1956 » du journal israélien Maariv8.

L’ancien agent du Mossad, Avraham Barzilai, en poste en 1956 en Algérie, révèle dans le détail une opération des services israéliens consistant à entraîner et armer des groupes composés de jeunes juifs de Constantine pour faire la guerre au FLN et notamment une opération de représailles lancée sur ses ordres et menée par des hommes de sa cellule après un attentat à Constantine, le 12 mai 1956.

Rappelons au passage que la communauté juive d’Algérie, à l’époque la plus nombreuse communauté juive dans le monde arabo-musulman (130 000 personnes environ), est très ancienne et présente sur le territoire algérien, bien avant la conquête française. Devenus citoyens français à part entière depuis le décret Crémieux de 1870, les Juifs d’Algérie s’identifient de façon croissante à la métropole9. Et ce malgré leur retour humiliant et forcé à la condition d’indigène durant la période de la Seconde Guerre mondiale et du régime de Vichy.

Lorsque la guerre d’Algérie commence en 1954, les Juifs d’Algérie sont donc Français depuis quatre générations. Même si la plupart d’entre eux vote à gauche, la majorité choisit clairement l’Algérie française. D’ailleurs, ils en paient le prix le plus fort puisque de nombreuses personnalités de la communauté, du notable jusqu’au petit coiffeur, sont assassinées par le FLN comme la plus emblématique d’entre elles, Cheikh Raymond, né Raymond Leyris (beau-père d’Enrico Macias) qui est assassiné par le FLN d’une balle tirée dans la nuque, au cœur même du quartier juif constantinois. Musicien spécialiste de musique arabo-andalouse, joueur virtuose d’oud, il fédérait pourtant les communautés car il était un personnage aimé et respecté tant par les Juifs que par les Musulmans qui l’appelaient « Cheikh Raymond » en signe de respect.

Après les revirements du général de Gaulle dans sa politique algérienne, beaucoup approuvent les actions de l’Organisation armée secrète (OAS), organisation politico-militaire créée par des militaires et des Européens d’Algérie au début de l’année 1961 et qui s’oppose par le terrorisme et par la force à la « politique d’abandon » de l’Algérie par le pouvoir gaulliste.

Ainsi, « dans la rancœur et la colère contre la France, les juifs vont peu à peu grossir les rangs de l’OAS 10».

C’est Jacques Soustelle qui résume le mieux ce phénomène. Acteur majeur de cette période, Soustelle est un universitaire et un ethnologue de renom, gaulliste de la première heure, gouverneur général de l’Algérie de 1955 à 1956, ministre du général de Gaulle, il démissionne d’ailleurs de son poste gouvernemental à cause de son désaccord avec le chef de l’Etat au sujet de l’Algérie. Il rejoint alors l’OAS et la clandestinité. Or, au sujet des Juifs d’Algérie, Soustelle fait remarquer que « la population juive (130 000 sur 1 million de non musulmans) a toujours été, en Algérie, orientée « à gauche ». Elle votait radical et surtout socialiste tant à Alger qu’à Oran. Or, l’antisémitisme frénétique de la clique panarabe du FLN, acoquinée avec les survivants de l’hitlérisme regroupés autour de Nasser, a obligé cette population israélite à organiser son auto-défense, un peu à la manière et selon l’inspiration de l’Irgoun Zvaï léoumi, et l’a amenée à fournir à l’OAS des cadres et des militants de valeur11. »

Israël, l’Algérie et de Gaulle…

Pour les Israéliens, comme pour les défenseurs de « l’Algérie française », le retour du général de Gaulle représente un espoir. N’oublions pas que de Gaulle est rappelé en 1958 à la suite de la crise politique découlant principalement des évènements en Algérie et surtout, grâce à un coup de force à Alger le 13 mai 1958. Dans un premier temps, il est un héros, l’homme fort tant attendu, le seul capable de garantir une issue heureuse à quatre années de conflit et ce, par le maintien de la présence française en Algérie et l’anéantissement du nationalisme algérien. Mais, à partir de 1959, de Gaulle choisit l’autodétermination pour l’Algérie. Pour les Européens d’Algérie et pour une grande partie de l’armée, qui a porté de Gaulle au pouvoir, c’est alors une véritable trahison. Commence une quasi guerre civile entre les pro-« Algérie française » et les autres, les « bradeurs ».

Pour les Israéliens, ces changements radicaux du chef de l’Etat français, n’augurent rien de bon. Les responsables israéliens sont tout à fait conscients que l’abandon de l’Algérie par la France signifierait alors un bouleversement radical de la politique française en Méditerranée, au Proche-Orient et surtout vis-à-vis de l’Etat hébreu. C’est d’ailleurs bien ce que souhaite Maurice Couve de Murville, ministre des Affaires étrangères, principal conseiller du général dans l’affaire algérienne, farouche opposant à « l’Algérie française » et réputé ne pas être un ami d’Israël. Pour lui, la fin de la guerre d’Algérie et le retrait de la France d’Afrique du Nord seraient le point de départ pour relancer la traditionnelle « politique arabe » de la France, au risque de sacrifier ses relations avec l’Etat hébreu.

Face aux attentats du FLN et de l’OAS, face à cette guerre franco-française dans la guerre, certains responsables politiques, conscients de l’irrévocabilité du choix du Général de Gaulle et souhaitant éviter des drames aux Européens d’Algérie désormais appelés « Pieds noirs » et aux Musulmans francophiles une fois l’indépendance algérienne acquise, cherchent une autre voie, une solution autre que celle de l’Algérie française ou de l’Algérie algérienne. C’est l’option de la partition, ou encore de l’« israélisation », de la création d’un « Israël pied-noir » ou encore, comme le disait de Gaulle lui-même, d’un « Israël français ».

Cette nouvelle voie va être étudiée très sérieusement et théorisée notamment par Alain Peyrefitte, alors jeune secrétaire d’Etat à l’Information et surtout un des confidents du général de Gaulle. C’est à la demande de ce dernier, qu’il se penche sur le sujet et écrit, en 1961, un rapport qui devient un essai intitulé Faut-il partager l’Algérie ? Ce plan peut se résumer ainsi : seraient regroupés entre Alger et Oran tous les Français de souche, avec tous les musulmans qui se sont engagés du côté français. Puis seraient transférés dans le reste de l’Algérie tous les musulmans qui préfèrent vivre dans une Algérie dirigée par le FLN. La France garderait un libre accès au Sahara, qui deviendrait un territoire autonome par rapport aux deux premiers. Enfin, Alger pourrait être partagée, comme Berlin ou Jérusalem : la Casbah d’un côté, Bab-el-Oued de l’autre, une ligne de démarcation au milieu. Pour Israël, cette éventuelle solution peut paraître tout aussi séduisante.

En effet, surpris lui aussi, puis déçu et tout aussi inquiet du revirement du Général de Gaulle dans l’affaire algérienne, l’Etat hébreu peut aussi voir dans une partition, la perspective d’une certaine continuité de la stratégie française au Maghreb.

Cette sorte de Rhodésie à la française présenterait l’avantage de maintenir une présence « européenne » en plein cœur d’un Maghreb hostile, obligeant la France à abandonner ses projets de nouvelle politique arabe. De fait, seraient perpétuées la traditionnelle alliance militaire et la fructueuse coopération avec l’Etat hébreu… tout en lui apportant, des fournitures en pétrole et en gaz non négligeables…

David Ben Gourion vient d’ailleurs, en personne, lors d’une de ses visites à Paris, conseiller et essayer d’influencer le Général de Gaulle pour suivre l’option de la partition. C’est de Gaulle qui l’avoue personnellement à Alain Peyrefitte quand ce dernier vient lui faire l’exposé de son plan : « En somme, vous voulez faire un Israël français. C’est ce à quoi voulait me pousser Ben Gourion, quand il est venu me voir. Mais il m’avait bien averti : « ça ne marchera que si vous envoyez en masse d’autres colons français, s’ils s’installent définitivement, et s’ils s’engagent comme soldats pour combattre ! » 12» Finalement, le Général de Gaulle rejette ce plan et reste bel et bien décidé à se débarrasser du « fardeau » algérien. Quant à l’OAS, avec l’énergie et la violence du désespoir, elle fait tout pour s’y opposer…

Israël et l’OAS

Officiellement, les relations entre de Gaulle et Ben Gourion, qui s’estiment mutuellement, restent courtoises et amicales. Officieusement, la nouvelle direction prise par le Président français en Algérie contrarie profondément les dirigeants israéliens. L’OAS le sait très bien. C’est la raison pour laquelle, dans sa recherche éperdue de soutiens étrangers, l’organisation tente d’approcher les Israéliens. Ceci n’est pas étonnant quand on sait que certains chefs de l’organisation comme les Généraux Challe et surtout Jouhaud (qui a été un des principaux conseillers lors de la création de l’aviation militaire israélienne) avaient été très proches, dans le passé de par leurs hautes fonctions dans les états-majors, avec des militaires de l’Etat hébreu. D’autres, comme Jean-Jacques Susini, un des fondateurs de l’OAS qui peut être considéré comme l’idéologue de l’organisation, est un fervent admirateur de l’épopée sioniste. Ne rêve-t-il pas de faire de l’OAS une Haganah pied noire ?

Quoiqu’il en soit, les contacts sont nombreux entre les activistes de l’OAS et les Israéliens. Par exemple, le colonel Château-Jobert, un des responsables de l’OAS dans le Constantinois, va jusqu’à l’ambassade d’Israël, à Paris, afin d’obtenir, sans succès, le renfort de volontaires israéliens13 ! Jean-Jacques Susini, dernier chef de l’OAS, nous confirme d’ailleurs ces démarches : « Nous cherchions des appuis extérieurs et n’importe quelle aide était la bienvenue. Oui bien sûr, certains de nos amis ont essayé d’approcher les Israéliens, mais en vain. Israël aurait pu faire beaucoup. Mais on peut les comprendre les Israéliens… Il est délicat, pour un Etat, même si on partage la même vision, de soutenir une organisation, disons, subversive…14 »

En effet, la réserve de l’Etat hébreu est compréhensible. Même si l’abandon de l’Algérie risque de lui coûter beaucoup, Israël ne peut se permettre de froisser davantage de Gaulle, déjà trop enclin à mettre un terme à l’idylle franco-israélienne, d’autant plus que d’importantes livraisons d’armes françaises pour l’Etat hébreu (notamment des Mirage III pour 1960-1961) sont encore en attente.

Même si l’OAS démontre sa détermination et son efficacité (surtout en Algérie) et qu’elle peut sembler atteindre ses buts jusqu’en janvier 1962, il est raisonnable de rester prudent, neutre et en retrait en attendant l’issue finale de cette guerre franco-française. Il ne faut surtout pas sous estimer de Gaulle et ses capacités à surmonter cette épreuve…

Certes, les Israéliens pouvaient être et le furent sûrement, sensibles au combat des Européens d’Algérie, qui leur rappelait sans nul doute leur propre lutte clandestine avant la création de leur Etat. Mais le pragmatisme a certainement prévalu devant l’importance des enjeux.

Néanmoins, il demeure des faits troublants, concernant notamment Jacques Soustelle. Comme nous venons de le voir plus haut, à la suite de son désaccord avec de Gaulle et son départ du gouvernement en février 1960, Jacques Soustelle est poursuivi pour atteinte à la sûreté et à l’autorité de l’Etat à cause de ses déclarations en faveur du maintien de l’Algérie au sein de la République française. L’ancien ministre rejoint alors l’OAS et fait à présent partie des instances dirigeantes. Un mandat d’arrêt est alors lancé contre lui, ce qui le pousse à partir à l’étranger (notamment en Italie) et à vivre dans la clandestinité jusqu’en 1968, date à laquelle il est gracié.

Comme le mentionne Bernard Ulmann, dans une biographie qu’il lui a consacrée, « le Mossad, la centrale de renseignements d’Israël, conservait des relations suivies avec certains activistes, à commencer par Jacques Soustelle, ex-« collègue », bien connu des services de Tel-Aviv pour ses sympathies pro-sionistes15». Par ailleurs, Itshak Shamir, l’ancien homme d’Etat israélien, qui était dans sa jeunesse un des chefs du Lehi, un groupuscule ultranationaliste et terroriste refusant d’interrompre la lutte à outrance contre les troupes britanniques durant les années 1940, déclare dans un entretien à Charles Enderlin16, qu’il a rencontré Jacques Soustelle en 1966, lorsque ce dernier était encore en exil. Itshak Shamir, quant à lui, a été membre du Mossad de 1955 à 1965… Pour Jean-Jacques Susini, enfin, il ne fait aucun doute que « lors de son séjour en Italie, une partie de la sécurité et de la logistique de la clandestinité de Soustelle étaient assurée par les Israéliens !17»

Ces appuis extérieurs comme tous les appuis dont les membres de l’OAS ont pu bénéficier, à un moment ou à un autre, relevaient sûrement moins de gouvernements ou de services étatiques que de groupuscules, de particuliers, de sympathisants ou encore de simples relations personnelles ou d’amitié.

Il n’est alors pas étonnant qu’un tel ami de l’Etat hébreu, qui était pourtant devenu un ennemi déclaré du Général de Gaulle, reçoive une aide bienveillante venant d’Israéliens. Agents officiels en mission ou anciennes relations personnelles agissant par amitié ou simplement par loyauté envers un homme qui a toujours défendu les intérêts israéliens en France et dans le monde, qui peut savoir ? Malheureusement, nous n’avons aucune trace disponible pour affirmer quelles étaient la véritable nature et l’origine de ce soutien.

Pourquoi une telle position israélienne concernant l’Algérie ?

Pour Israël, l’indépendance de l’Algérie allait signifier la fin d’une époque, puisque son alliance avec Paris ne se justifie, en premier lieu, que par l’existence d’ennemis communs. La fin de la guerre d’Algérie et le rétablissement de relations diplomatiques de la France avec la majeure partie des pays arabes dès l’issue du conflit ont de quoi inquiéter l’Etat hébreu… En effet, pour Israël, la France et surtout son maintien en Afrique du nord, revêtaient une importance capitale.

Symboliquement d’abord. Car les symboles ont souvent plus d’importance qu’on ne le croit dans une guerre, surtout dans ce type de conflit. En effet, une victoire du FLN sur une puissance comme la France aurait été – et l’a été en définitive – perçue dans le monde arabe, et surtout par les Palestiniens, comme un exemple et un espoir dans la lutte contre le sionisme et Israël.

Diplomatiquement, la France, puissance européenne, restait une nation influente puisqu’elle était notamment un des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU. De plus, si l’Algérie restait française, se créait alors un deuxième point de fixation de colère dans le monde arabo-musulman, ce qui bien sûr, aurait « soulagé » et « dévié » quelque peu la pression arabe sur l’Etat hébreu. Encore une fois, si l’Algérie restait française, tout changement de politique en Méditerranée et au Levant de la part de la France, était tué dans l’œuf et il n’y aurait jamais eu de politique pro-arabe française, ou du moins dans le sens que vont l’initier, avec d’ailleurs les succès très mitigés que l’on sait, de Gaulle et surtout son ministre des Affaires étrangères, Maurice Couve de Murville, « l’homme qui faisait souffler un air glacial sur les relations franco-israéliennes18 »…

Grand producteur d’armes conventionnelles et premier fournisseur d’Israël en armement et matériel de très haute technologie, la France avait fait aussi de grandes avancées dans le domaine nucléaire (savoir qu’elle partageait avec Israël19). De plus, sur le plan purement militaire et stratégique, la présence de cet important allié, de son armée et de ses services de renseignements expérimentés et aguerris en Algérie, offrait d’autres perspectives tout aussi intéressantes. Conformément, à sa politique dite de « deuxième » ceinture, Israël voyait d’un très bon œil cette alliance de revers et cette présence militaire européenne en plein cœur du Maghreb et surtout « derrière » l’hostile Egypte de Nasser.

Une Algérie française représentait aussi un atout géostratégique pour Israël par l’immense espace aérien de la colonie française. En effet, « coincé » géographiquement du fait de l’exiguïté de son territoire, l’Etat hébreu aurait sûrement profité, comme il le fera plus tard avec les espaces aériens américains et turcs (après des accords bilatéraux), d’une totale liberté de survol, par exemple, de l’espace saharien à des fins d’entraînement.

Enfin, économiquement, une Algérie française aurait été aussi, pour Israël, un tremplin économico-commercial, mais aussi diplomatique vers l’Afrique noire (chose dont l’Etat hébreu s’est finalement aisément passée puisque son implantation commerciale et économique, mais aussi diplomatique sur le continent africain a été un succès). Mais surtout, n’oublions pas que la France était sur le point de devenir une puissance pétrolière et gazière grâce au Sahara, cet immense espace stratégique offrait lui aussi des possibilités inestimables dans les domaines de la recherche nucléaire mais aussi spatiale. Tous ces avantages qui, du fait des liens très étroits entre les deux nations, auraient bien sûr inévitablement profité à l’Etat hébreu, lui qui est dépourvu de ressources naturelles.

L’Etat hébreu, qui avait compris que le sort de l’Algérie dépendait essentiellement de la volonté du Général de Gaulle, avait cru voir en lui, du moins au début et comme beaucoup de Français, le seul homme d’état français capable, de par sa stature et son prestige, d’imposer au monde un choix honni par l’opinion internationale mais qui aurait surtout été plus en adéquation avec ses propres intérêts…

Il n’en fut rien. Israël a donc cru, un moment, à un futur français pour l’Algérie auquel la grande majorité des Français ne voulait plus croire !

Enfin, les choix inattendus et décevants pour l’Etat hébreu du Général de Gaulle obligèrent Israël à revoir sa stratégie, son positionnement et à s’adapter rapidement à cette nouvelle donne du « jeu » de la France en Méditerranée, tout en recherchant le plus vite possible un nouvel allié puissant…

D’abord, à l’instar des prises de contact réussies avec la Tunisie et le Maroc indépendants, les Israéliens tentent d’approcher certains modérés du GPRA et du FLN afin de normaliser de futures et éventuelles relations entre Israël et l’Algérie indépendante20. En vain.

Parallèlement, Israël essaie de faire bonne figure auprès du Général de Gaulle, pourtant enclin, comme on l’a vu, à mettre fin à la symbiose des relations franco-israéliennes. Selon Yuval Neeman, ancien Ministre israélien et ancien Président de l’agence spatiale israélienne, les services spéciaux israéliens ont eu vent, en 1961, d’un des nombreux projets d’assassinat du Général par l’OAS. L’attaché militaire en poste à Paris, Uzi Narkiss avertit alors discrètement Alain de Boissieu, gendre et aide de camp de de Gaulle. Le complot est déjoué et ses auteurs arrêtés21.

Des accords commerciaux sont même signés jusqu’en 1964 mais le coeur n’y est plus. Pour Yehuda Lancry, ancien ambassadeur israélien à Paris : « Israël a longtemps considéré la France comme un sein maternel, omniprésent et inépuisable. Mais cet État nourrisson a été brutalement sevré par De Gaulle ».

L’officialisation de la rupture se fait en mai-juin 1967, peu avant la guerre des Six jours, lorsque de Gaulle menace d’embargo Israël si l’Etat hébreu déclenche le premier les hostilités (ce qui s’est produit). Le divorce est prononcé enfin, quand, le 27 novembre 1967, lors d’une conférence de presse, le général évoque alors « un Etat d’Israël guerrier et résolu à s’agrandir » et présente les Juifscomme « un peuple d’élite, sûr de lui-même et dominateur».

Dans l’intervalle et dès, 1962, le revirement français pousse Israël à rechercher au plus vite, par exemple, l’appui des Etats-Unis. Il peut compter pour cela sur les juifs américains et sur le nouveau regard de Washington à propos du rôle que peut jouer finalement l’Etat hébreu dans la région22.

Les Etats-Unis deviennent alors pour Israël, « la France des années 1950 en mieux » et sont désormais le meilleur soutien économique, le principal fournisseur d’armes et le seul ami et allié politique important de l’Etat hébreu.

Quant à la France et à l’Etat hébreu, la fin de la guerre d’Algérie peut être considérée comme la grande ligne de partage du temps dans leurs relations. Car entre les deux nations, rien ne sera alors plus jamais comme avant …

Par Roland Lombardi

* Docteur en Histoire, Roland Lombardi est consultant indépendant en Géopolitique, analyste au sein du groupe JFC Conseil et chercheur associé à l’IREMAM (Institut de Recherches et d’Études sur le Monde arabe et musulman) de l’Université Aix Marseille. Dernière publication : Gaz naturel, la nouvelle donne ? (co-aut., éd. PUF, 2016)

1 RAZOUX P., Tsahal, nouvelle histoire de l’armée israélienne, p. 134.

2 BAR-ZOHAR M., Shimon Peres et l’histoire secrète d’Israël, p. 11.

3 Pour l’interception par la Marine française du navire l’Athos au large d’Oran et transportant des armes pour le FLN et l’enlèvement de Ben Bella voir PORCH Douglas, Histoire des services secrets français, t. 2, p. 127 ; BLACK Ian et MORRIS Benny, Israel’s secret Wars : A History of Israel’s intelligence services, p. 173 ; WALL Irvin M., les Etats-Unis et la guerre d’Algérie, p. 87.

4 Archives d’Aix, FR ANOM, 91/3 F128.

5 JACQUIN Henri, La guerre secrète en Algérie, p. 164.

6 STORA B., Les trois exils Juifs d’Algérie, pp. 152-153

7 Cf. LASKIER Michaël, Israël et le Maghreb, de la fondation de l’Etat à Oslo, University Press of Florida, 2004.

8 Cet évènement fut repris en Algérie, notamment dans Le Quotidien d’Oran, le 26 mars 2005, avec le titre suivant : « le Mossad a combattu le FLN ».

9 D’ailleurs, au grand dam des plus fervents sionistes qui voyaient dans cette importante communauté un réservoir potentiel pour l’Etat hébreu, presque la totalité des juifs d’Algérie gagne la France lors de l’indépendance.

10 STORA B, op. cit., p. 163.

11 SOUSTELLE Jacques, L’espérance trahie, p. 247-248.

12 PEYREFITTE A., C’était de Gaulle, p. 85.

13 FLEURY G., Histoire secrète de l’OAS, p. 619.

14 Entretien avec Jean-Jacques Susini le 24 avril 2009, cité dans LOMBARDI R., Israël au secours de l’Algérie française, p. 105.

15 ULMANN B., Jacques Soustelle, p. 366.

16 ENDERLIN C., Shamir, p. 290.

17 Entretien avec Jean-Jacques Susini le 24 avril 2009, cité dans LOMBARDI R., Israël au secours de l’Algérie française, p. 107.

18 BEN-ZOHAR Michel, Shimon Peres et l’histoire secrète d’Israël, p. 184.

19 Pour Israël, l’acquisition de l’arme nucléaire représente un bond géostratégique qualitatif très important et absolument décisif dans son rapport de force avec les Etats arabes qui l’entourent et dont aucun, encore aujourd’hui, ne détient cette arme.

20 Cf. LASKIER Michaël, Israël et le Maghreb, de la fondation de l’Etat à Oslo, University Press of Florida, 2004. Le professeur israélien nous apprend que les Algériens (très marginaux dans l’appareil décisionnel du FLN), qui avaient pris contact avec des Israéliens des milieux progressifs, furent tous arrêtés et l’Algérie indépendante prit rapidement une position clairement anti-israélienne.

21 Le Nouvel Observateur, n°2101 du 10 février 2005.

22 THOMAS G., Histoire secrète du Mossad, de 1951 à nos jours, p. 135. Abraham Feinberg, riche mécène juif du Parti démocrate, intervint directement auprès du président Kennedy… Mais c’est à partir de la fin de l’année 1963 que survient (fort opportunément puisque c’est à ce moment que l’alliance française faiblit brusquement) le changement notoire et positif de l’attitude des Américains à l’égard d’Israël. En effet, le nouveau président démocrate Lyndon Johnson est un ami de l’Etat hébreu, qu’il perçoit notamment comme un allié précieux dans la lutte mondiale contre le communisme.



 

 


Car entre les deux nations, rien ne sera alors plus jamais comme avant …

Au contraire, je pense qu’ils ne se sont jamais aussi bien entendu jusqu’à aujourd’hui !

Les sayanim travaillent à temps plein maintenant, plus besoin de se cacher.

Du Punique au Maghribi Trajectoires d’une langue sémito-méditerranéenne


Image associée

ENSET – Oran

Abdou Elimam

Résumé :

Voici une série d’interrogations nouvelles où nous prenons appui
sur l’éclairage historique pour reconstituer un pont édifiant entre la langue
de Carthage (le punique) et les formes d’arabe maghrébin contemporain.

Trois voies possibles de recherche s’ouvrent alors:

1. Le maghribi (ou maghrébi, comme l’avaient appelé aussi bien Fergusson que Marçais, bienavant nous) présenterait, de nos jours, un substrat punique substantiel.
Substrat sémitique, soulignons-le. Ce qui permet de relancer la perspective
scientifique d’une reconsidération des poids et influence de l’arabe
classique sur les formes contemporaines du maghribi.

2. Reconsidérer le profil sociolinguistique du Maghreb en faisant intervenir trois paramètres essentiels : formations langagières vernaculaires vs. langues à vocation
internationale ; langues dont l’acquisition repose sur des mécanismes natifs
vs celles dont l’apprentissage est le fruit exclusif de l’institution scolaire ; langues ne jouissant pas ou peu de reconnaissance institutionnelle vs celles dont les
statuts juridiques sont force de loi.

3. Repousser le concept de diglossie, au profit de celui d’un bilinguisme d’où les vernaculaires ne sont plus exclus.

La francophonie au Maghreb se pérennisera de la prise en compte de ces rapports
dialectiques ré-examinés.

Mots-clés: maghribi, diglossie, langue vernaculaire

 

 

Introduction/présentation
Notre papier se fixe pour objectif de relater la situation d’une langue à la
fois majoritaire dans le corps social et minorée par l’institution étatique.
Cette forme linguistique dont la cohérence d’ensemble l’impose comme un
système linguistique majeur. Cette langue qui, dès le IX ème siècle était déjà
dotée d’un système graphique singulier (« al-Xatt al-maghribi »). Cette langue
qui a vu naître une littérature prestigieuse («adab az-zadjal ») dès le X ème
siècle, en Andalousie, et qui a su la propager, en Afrique du nord, sous les
appellations de «melħoun», «âami»; voire de «chaâbi» et que Ibn Khaldoun
sut glorifier. Cette langue que Charles Ferguson, en son temps, appela le
«maghrebi», suivant en cela le grand orientaliste français, W. Marçais. Cette
langue que les orientalistes, précisément, ont étiquetée « dialecte arabe »,
sans précaution méthodologique rigoureuse. Créant, de ce fait, une confusion
entre les épithètes : «arabe » et «sémitique » – comme si l’on pouvait dire, par
exemple, que l’hébreu est un « dialecte arabe » ! Une étude récente (d’abord
en 1997, puis reprise en 2003 : A. Elimam , « Le maghribi, alias ed-darija », Ed.
Dar El-Gharb, Algérie) montre clairement que le substrat punique représente
environ 50% de l’actuelle langue vernaculaire majoritaire du Maghreb. Cette
langue qui a fait la gloire de Carthage et que le prince numide, Massinissa,
pratiquait en toutes circonstances, a été bien vivace avant l’arrivée de l’Islam
en terre du Maghreb – jusqu’au Vème siècle, elle était bel et bien attestée comme
« néo-punique ». L’arrivée de cette sorte de « islamo-arabophonie », langue
sémitique également, va favoriser un processus d’individuation linguistique qui,
au IX ème siècle, esquissera cette forme, encore vivace, qu’est le maghribi.
Malheureusement, les indépendances des pays du Maghreb, au lieu de sonner
l’heure de l’émancipation des langues natives, ont minoré ces langues au profit
d’une arabisation dont personne ne parvient à déterminer l’ancrage effectif.
Même si Tamazight commence à trouver une protection juridique en Algérie et
au Maroc, le maghribi, pour sa part continue de se voir marginalisé.

1. Echos d’histoire des langues natives

suite…

gerflint.fr

« Pauvre Algérie qui, de Mecque des Révolutionnaires, est devenue repaire de forbans. »


To translate, click right on the text Por traducir, haga clic derecho sobre el texto Per tradurre, cliccate a destra sul testo Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο Comme je l’ai souvent affirmé, l’Algérie continue à patauger […]

via Ould Kaddour, Ould Abbes, Tahkout, personnages répugnants du règne calamiteux des Bouteflika — Algérie Résistance

LA MARTINGALE ALGÉRIENNE


  Image associée

Ouvrage : LA MARTINGALE ALGÉRIENNE Réflexions sur une crise

Auteur : Abderrahmane Hadj-Nacer

Année : 2011

 

 

PROLOGUE
J’écris, au seuil de la soixantaine et à vrai dire j’éprouve au quotidien un sentiment d’humiliation permanente. Cette humiliation, je la ressens d’abord en tant que citoyen algérien mais surtout, surtout en tant qu’ancien cadre c’est-à-dire, en tant que partie prenante de ce qui aurait dû, normalement, constituer l’élite de l’Algérie. Pourtant à mon âge, on devrait pouvoir commencer à jouir des fruits de ce que l’on a planté ; être satisfait de son travail, bien vivre dans sa maison et être rassuré sur l’avenir de ses enfants. Seulement, ce qui au premier plan domine, c’est un grand sentiment de frustration. Et je ne suis pas le seul dans ce cas : cette sensation finalement, je la partage avec la majorité je n’ose écrire la totalité — de la population. En cela, réside un aspect paradoxal de notre pays. Ce sentiment est légitimement ressenti par les plus défavorisés, ou même par ceux qui se sentent exclus par le système, mais il est également partagé par ceux que l’on nomme les décideurs et même, plus surprenant encore, par les rentiers. C’est une des singularités de l’Algérie, que les personnes disposant du pouvoir de décision, du moins en apparence, et qui bénéficient du fonctionnement du système, soient sans cesse en train de le critiquer. Une situation absurde !
À mon âge donc, et considérant ma formation et les fonctions que j’ai occupées, je devrais plutôt livrer ici-même un livre d’économie. Non pas un de plus puisque, s’agissant de l’Algérie, ce serait en fait un parfait manuel d’anti-économie. Cet ouvrage listerait de façon exhaustive tout ce qu’un pays pourvu de richesses pétrolières ne doit pas faire, car il est évident que la manne financière générée par les hydrocarbures, et censée accélérer le développement du pays, s’est transformée en frein, encourageant la corruption et les comportements de recherche de rente au détriment de l’entreprenariat et de la création de richesses. Il est clair aussi que si les Algériens ne parviennent pas à tirer profit des ressources exceptionnelles de leur sous-sol — pour ne parler que de cela — c’est parce que les institutions démocratiques de contrôle et de contre-pouvoir qui obligeraient les responsables politiques à rendre des comptes ne fonctionnent pas. Mais refermons rapidement cette parenthèse puisqu’il ne s’agit pas ici d’un livre d’économie.
Et ce n’est pas davantage un essai à vocation philosophique ou anthropologique mais bien l’expression de quelques réflexions libres, hors de toute contrainte théorique ou politique, au personnel, au singulier. Alors, pourra-t-on dire, quelle est l’utilité d’un tel essai ?
Ce que je sais, c’est mon choix d’une prise de parole à la première personne, estimant peu courageux le retranchement derrière la distance formelle qu’imposerait une approche académique classique.
Dans ce livre, je vais aussi revenir sur des notions de base alors que les enjeux de ce XXI »` siècle sont ailleurs. Car si le rythme du progrès technologique continue de s’accélérer, il est probable que le débat sur la singularité connaisse lui aussi une croissance exponentielle. Rares sont ceux qui contestent qu’il s’agit là de l’une des idées les plus marquantes de ce début de XXIème siècle. Elle fait en effet le lien entre des thèmes

essentiels et sujets à controverse : Dieu, la crise énergétique, le génie génétique ; et des concepts de science-fiction particulièrement stimulants pour l’imagination : l’intelligence artificielle, la réalité virtuelle, l’ingénierie moléculaire. Grâce à la singularité, la frontière entre le penseur fantasque et le chercheur scientifique crédible s’estompe. Mais comment nous préparer à participer à ce débat ? Comment être présents au siècle ?
Finalement, ce qui fonde cet ouvrage, et cela bien au-delà de l’intuition, c’est que l’Algérie — ou Maghreb central ou bien encore Thamezgha — est, pour la première fois depuis le néolithique, dans une situation humaine et géographique où elle peut influer sur son propre destin. Cette prise de conscience, éclairée par l’Histoire dans sa longue durée, ne peut pourtant se faire que par la transmission et par l’explication des raisons qui nous ont conduits là où nous en sommes. Et c’est l’un des objectifs de ce livre que de bien cerner les mécanismes socio-historiques qui ont conduit l’Algérie à s’enliser et ses enfants à vivre en permanence avec, dans la bouche, un goût amer.
Je suis d’une génération qui a vécu à cheval entre la fin de la domination française et l’exaltation d’un pays à bâtir. Et, dans mon environnement familial, j’ai été élevé dans l’idée que l’indépendance de l’Algérie n’était qu’une étape avant l’avènement du grand Maghreb.

Je suis né à Soustara, à la Casbah d’Alger, et bien que nous ayons très tôt déménagé au Ruisseau, dans ma tête, je suis resté un enfant de la Casbah, jusqu’à mon entrée à l’école, en 1957. J’ai alors découvert qu’aux yeux des autres, je n’étais pas un Algérois mais un Mozabite. De la même façon j’ai découvert qu’à l’école, il y avait des Français et aussi des Kabyles, des Arabes, des Chaouis,… C’était étrange cette dichotomie entre le discours à la maison et la réalité sociale du moment. Dans mon cas, cela induisait une difficulté de comportement puisque être mozabite signifiait forcément devenir commis d’épicerie alors que pour moi, à cette période, le terme Mozabite n’avait pas une grande signification, même si mon père portait, et porte toujours, le costume musulman ou arabe, qui peu à peu est devenu mozabite, puisque les autres l’ont abandonné ! Tout simplement.
Dans ma famille régnait un grand climat patriotique nourri des débats qui se tenaient dans le salon fréquenté par Ahmed Bouda, Sâad Dahleb, des membres de l’association des Oulemas… Et puis, je suis à la fois l’arrière-petit-fils de Cheikh Tefayech, savant ibadite, et le petit-fils du dernier Cadi ibadite de la ville de Constantine, avant qu’elle ne tombe aux mains des Français. Mon père signait dans « Alger Républicain », mon oncle a écrit un grand nombre d’ouvrages nous laissant en héritage une immense bibliothèque. Tout ce monde, qui configurait mon entourage, était agité par l’idée de Patrie et de liberté. Mon cousin germain Moufdi Zakarya — poète, auteur de l’hymne national Kasamen ; un des fondateurs du PPA dont il a été Secrétaire Général et non Président par décision du BP de l’époque car un lbadite, un minoritaire, ne pouvait l’être —, connaissait la prison. De façon plus en prise avec cette aspiration maghrébine, mon autre cousin Cheikh Salah Benyahia, avec deux autres « Mozabites », fut parmi les cinq membres fondateurs du vieux Destour tunisien. Dans cet environnement, j’étais avec les uns, Algérois, Algérien et Maghrébin alors qu’aux yeux des autres, mes camarades, je devais correspondre à une définition étroite, étriquée, stéréotypée du Mozabite. Le petit voisin kabyle de l’immeuble mitoyen devait certainement vivre une situation similaire.

Je m’y arrête pour dire ce qui m’a construit et me fait prendre la parole aujourd’hui. Et j’en parle tout autant que de cet autre moment de la formation de ma personnalité qu’a été l’adolescence et que je veux évoquer.
En 1964, Alger était une ville internationale. Alger était la fête, l’espoir. Nous étions convaincus que nous allions rapidement devenir un pays leader, développé, moderne où il faisait déjà très bon vivre. Les gens affluaient de toutes parts. Les nouveaux prophètes, nous assurant de ce devenir, venaient d’Orient, d’Occident, du Sud, du Nord. Au lycée, nos professeurs étaient à l’image de ce kaléidoscope. Notre lycée, El ldrissi, était tout ensemble un lycée populaire et pilote. Nous disposions d’enseignants de grande qualité. Certains cours n’étaient pas assurés mais d’autres étaient de très bon niveau. Certains professeurs étaient des stars internationales, bien évidement de gauche. L’un d’entre eux, le professeur de philosophie et de français M.T.M., sur fond de lutte idéologique, lors de la première remise de copies m’attribua un 15 pour ma dissertation sur le sujet « qu’est-ce que la bourgeoisie ? » en insistant sur le fait que je devais transmettre cette note à la personne qui avait fait le travail. Ce qui, à ce moment-là, m’avait semblé être d’un humour douteux s’est reproduit la fois suivante, la fois d’après, et plus choquant encore ce fin aussi le cas avec d’autres enseignants pour qui pourtant, j’avais une admiration illimitée. Il m’a fallu un trimestre pour comprendre qu’il m’était signifié que j’étais le fils de mon père, ce père Président de l’Association des parents d’élèves, qui avec sa tenue vestimentaire ne pouvait qu’incarner la « réaction » contre le progrès. Ce père qui écrivait dans « Alger Républicain » et qui, de son point de vue, était un partisan du progrès. Pour la deuxième fois, je me trouvais assigné à l’identité du petit Mozabite, à présent réactionnaire après avoir été prédestiné à l’épicerie. Cet épisode était pourtant plus grave que celui de l’enfance car mes interlocuteurs étaient des adultes et même des modèles pour l’adolescent que j’étais, en quête de figures positives pour affronter un père doté d’une forte personnalité.
Ces deux exemples, ces deux étapes constituent des moments importants de la formation de l’être adulte que je suis devenu, en quête permanente de réponses à ces questions qui nous taraudent tous et toutes sur l’identité collective et individuelle. Si je ne devais choisir qu’un genre musical pour m’accompagner sur une île déserte, ce serait le chââbi (aujourd’hui je suis toujours Algérois, de Soustara, quartier historique d’Alger dont l’équipe emblématique est l’USMA, même si j’ai un faible pour le Mouloudia, le plus vieux club de football de la ville)… Et pourtant grâce, et à cause, du regard des autres, je me suis réapproprié la part de mozabite qui est en moi. Et j’ai beaucoup appris, et notamment que le M’Zab, à une échelle réduite, est le conservatoire de traditions, de culture, de beaucoup d’éléments de l’identité algérienne. Ce qu’on a souvent moqué a permis la sauvegarde pendant des siècles de formes d’organisation, de modes de vie, de rituels qui ont disparu ailleurs. Ils sont pourtant d’une grande utilité pour comprendre la situation actuelle de l’Algérie et imaginer, en partant de notre histoire, des issues aux impasses actuelles.
Les décideurs algériens se situent autrement.
Leur rapport au politique peut être perçu aujourd’hui comme la quête de « La » martingale.
Je retiens ici deux des sens du mot MARTINGALE:Je m’y arrête pour dire ce qui m’a construit et me fait prendre la parole aujourd’hui. Et j’en parle tout autant que de cet autre moment de la formation de ma personnalité qu’a été l’adolescence et que je veux évoquer.
En 1964, Alger était une ville internationale. Alger était la fête, l’espoir. Nous étions convaincus que nous allions rapidement devenir un pays leader, développé, moderne où il faisait déjà très bon vivre. Les gens affluaient de toutes parts. Les nouveaux prophètes, nous assurant de ce devenir, venaient d’Orient, d’Occident, du Sud, du Nord. Au lycée, nos professeurs étaient à l’image de ce kaléidoscope. Notre lycée, El ldrissi, était tout ensemble un lycée populaire et pilote. Nous disposions d’enseignants de grande qualité. Certains cours n’étaient pas assurés mais d’autres étaient de très bon niveau. Certains professeurs étaient des stars internationales, bien évidement de gauche. L’un d’entre eux, le professeur de philosophie et de français M.T.M., sur fond de lutte idéologique, lors de la première remise de copies m’attribua un 15 pour ma dissertation sur le sujet « qu’est-ce que la bourgeoisie ? » en insistant sur le fait que je devais transmettre cette note à la personne qui avait fait le travail. Ce qui, à ce moment-là, m’avait semblé être d’un humour douteux s’est reproduit la fois suivante, la fois d’après, et plus choquant encore ce fin aussi le cas avec d’autres enseignants pour qui pourtant, j’avais une admiration illimitée. Il m’a fallu un trimestre pour comprendre qu’il m’était signifié que j’étais le fils de mon père, ce père Président de l’Association des parents d’élèves, qui avec sa tenue vestimentaire ne pouvait qu’incarner la « réaction » contre le progrès. Ce père qui écrivait dans « Alger Républicain » et qui, de son point de vue, était un partisan du progrès. Pour la deuxième fois, je me trouvais assigné à l’identité du petit Mozabite, à présent réactionnaire après avoir été prédestiné à l’épicerie. Cet épisode était pourtant plus grave que celui de l’enfance car mes interlocuteurs étaient des adultes et même des modèles pour l’adolescent que j’étais, en quête de figures positives pour affronter un père doté d’une forte personnalité.
Ces deux exemples, ces deux étapes constituent des moments importants de la formation de l’être adulte que je suis devenu, en quête permanente de réponses à ces questions qui nous taraudent tous et toutes sur l’identité collective et individuelle. Si je ne devais choisir qu’un genre musical pour m’accompagner sur une île déserte, ce serait le chââbi (aujourd’hui je suis toujours Algérois, de Soustara, quartier historique d’Alger dont l’équipe emblématique est l’USMA, même si j’ai un faible pour le Mouloudia, le plus vieux club de football de la ville)… Et pourtant grâce, et à cause, du regard des autres, je me suis réapproprié la part de mozabite qui est en moi. Et j’ai beaucoup appris, et notamment que le M’Zab, à une échelle réduite, est le conservatoire de traditions, de culture, de beaucoup d’éléments de l’identité algérienne. Ce qu’on a souvent moqué a permis la sauvegarde pendant des siècles de formes d’organisation, de modes de vie, de rituels qui ont disparu ailleurs. Ils sont pourtant d’une grande utilité pour comprendre la situation actuelle de l’Algérie et imaginer, en partant de notre histoire, des issues aux impasses actuelles.
Les décideurs algériens se situent autrement.
Leur rapport au politique peut être perçu aujourd’hui comme la quête de « La » martingale.
Je retiens ici deux des sens du mot MARTINGALE:

En statistique, c’est-à-dire en calcul stochastique, une martingale désigne un processus aléatoire et dynamique dans lequel le calcul consiste à parvenir à des probabilités plus exactes que celles des bookmakers.
Une martingale est aussi une technique permettant d’augmenter les chances de gain à la roulette, tout en respectant les règles du jeu. Le terme jouit d’un mystère et d’une fascination auprès des joueurs eux-mêmes qui pensent ainsi maîtriser des techniques secrètes mais efficaces pour se jouer du hasard. De nombreux candidats au jeu cherchent « LA » martingale qui permettra de battre la banque à la roulette.
Dans la réalité, les martingales ne sont que le rêve de leurs auteurs. À l’étape actuelle de l’histoire de l’Algérie, les maîtres du jeu ne parviennent plus à respecter des règles qu’ils ont eux-mêmes établies.
Et si, malgré tout, nous décidions d’y voir clair ?
Comment expliquer les contradictions actuelles du système de gestion en Algérie si ce n’est en revenant à ce qui, partout ailleurs et en tout temps, a fait ses preuves. Je pense ici à ce qui m’apparaît, en premier lieu, comme étant la manifestation d’un État mature, c’est-à-dire l’existence d’institutions pérennes qui s’imposent aux individus. Quelle que soit la culture, la religion, la période historique, l’existence de telles institutions n’est pas concevable sans qu’elles soient portées par la dialectique autorité/ discipline.
Je n’insinue nullement une organisation fasciste de la population. Car le fascisme ou l’autoritarisme, sont précisément la négation d’une discipline et d’une autorité car elles ne peuvent s’exercer sur le long terme que lorsqu’elles sont admises et légitimées par les populations. Parvenir en groupe à ce niveau d’organisation suppose la conjonction, la réalisation de ce que j’appelle les 3 « A » : Accumulation, Anticipation, Arbitrage.
Le matheux que j’ai été considère que parvenir à ce triangle gagnant, au sommet duquel je place des institutions qui reposent sur le couple autorité / discipline, n’est possible qu’à condition que soient réunies les trois « A ».
Cet échafaudage repose sur quatre équations qu’il s’agit d’implémenter à la lumière des expériences historiques récentes à travers le monde et dans notre pays :
UN, il n’y a pas de développement durable sans conscience de Soi, sans connaissance de l’anthropologie et de la sociologie d’un pays, mais aussi de son histoire et de sa culture, et sans respect de la nature. DEUX, il n’y a pas de gouvernance, selon les standards d’efficacité, sans l’existence d’une élite nationale.
TROIS, il n’y a pas d’économie performante sans démocratie, c’est-à-dire sans légitimation par la population.
QUATRE, enfin, il n’y a pas de liberté, fut-t-elle économique, sans un État fort.

C’est pour ne pas affronter ces postulats, qui relèvent finalement du bon sens, que les dirigeants algériens courent toujours derrière la martingale gagnante. Ils le font dans le but d’ignorer des règles qui, au demeurant, s’imposent d’elles-mêmes progressivement dans la société, dans une dynamique activée par la généralisation de l’éducation et de l’accès à l’information. Ce refus entêté est la raison centrale expliquant le basculement dans l’informel tant de la vie économique que de la vie politique, donc, en fait, de tout le fonctionnement social. L’émergence en cours d’individus aspirant à l’exercice de la citoyenneté, conduit le pouvoir politique à y répondre en renvoyant en permanence la société à des formes de gestion de la vie sociale obsolètes et opaques, comme le clan, la région, les `arouchs, la tribu, le Saint protecteur… C’est aussi pourquoi le partage de la rente, et son corollaire la soumission à un clan ou à un individu, se substitue au contrat social qui s’exprime notamment dans l’impôt. Aux droits fondamentaux, il est substitué différents droits de passage et de cuissage.
Je veux m’attacher à exposer et défendre la combinaison que l’histoire et la raison opposent à la vaine martingale. J’y tiens car une nation qui ne tolère aucune critique, qui se complaît dans un sentiment de supériorité, une nation qui doit sans cesse être flattée, une nation qui n’affronte pas la vérité et dont les dirigeants croient qu’ils bénéficient d’une forme d’exonération morale et d’une sagesse particulière, une• nation dénuée d’humilité est promise à des calamités sans ho. À ce stade de mes propos, je sens qu’il me faut intégrer cette propension de mes compatriotes à douter qu’une initiative puisse être libre, désintéressée, personnelle sans liens occultes et dimensions de complot. C’est pourtant le cas de cet essai. Il ne répond à aucun agenda politique ni à aucune commande particulière. Il n’est pas un élément, parmi d’autres, d’une quelconque stratégie politique. En un mot, il n’engage que moi. Cependant, si je me décide à exposer des idées qui auraient très bien pu être cantonnées à quelques cercles fermés où l’on est habitué à refaire le monde et, surtout, le pays sans grande prise de risques, c’est bien sûr avec l’espoir d’interpeller tout ce que notre pays compte comme intelligence, et d’inciter à la réflexion et au débat. Dire que le monde évolue et se transforme à une vitesse inimaginable, est un lieu commun. D’énormes recompositions le remodèlent : qu’il s’agisse de l’émergence des BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine) ou des CIVETS (Colombie, Indonésie, Vietnam, Égypte, Turquie et Afrique du Sud), ces futurs géants de demain.
Peut-être sommes-nous d’ores et déjà entrés dans une autre phase, celle où prend fin l’âge des Nations et où commence celui des Cités. Le XXIème siècle ne sera pas forcément dominé par un G.2 USA et Chine, et ne sera pas forcément non plus multipolaire autour d’Inde et autre Brésil émergents. En cette époque où tout semble incontrôlable, les villes plus que les États sont en train de se transformer en îlots de gouvernance qui serviront de base à la mondialisation de demain. L’époque, les découvertes technologiques et l’accroissement de la population ont grandement accéléré l’avènement de cette nouvelle vie urbaine. Et ce qu’ils dessinent, ce n’est pas un « village planétaire » mais un réseau de différents villages. Dans ce contexte, aucune nation ne pourra sans doute espérer survivre sans disposer d’au moins un point d’ancrage urbain florissant. Au stade actuel, la mondialisation permet à certaines métropoles d’être moins dépendantes de l’État. Nombre d’entre elles pourraient un jour défier les pays qui leur ont donné naissance. Le nouveau monde n’aura plus grand-chose de commun avec le système d’équilibre des pouvoirs du XIXème, ou celui des grandes puissances du XXème siècle.

Combien sommes — nous à caresser ce rêve pas si fou d’une Algérie qui compterait enfin, elle aussi, dans la marche et la transformation du monde ? Il ne tient qu’à Elle. Mais l’Histoire n’attend pas, ne nous attendra pas.

PREMIÈRE PARTIE

Les équations de base

suite…

la martingale algerienne

Bricolage, navigation à vue, corruption : consommez algérien !


« Pendant ce temps, les pingouins saoudiens wahhabites, ces chameliers illettrés, véritables barils de pétrole sur pattes… »

Algérie Résistance

Boutef6

Le président Abdelaziz Bouteflika lors de la visite de Laurent Fabius. DR.

to translate, click right on the text

por traducir, haga clic derecho sobre el texto

per tradurre, cliccate a destra sul testo

щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Pas un jour ne se passe en Algérie sans qu’éclate un scandale lié à la mauvaise gestion des affaires de l’Etat, dénonçant la gabegie et l’anarchie érigées en mode de gouvernance. Les simulacres de procès de corruption de l’autoroute Est-Ouest et El Khalifa ont démontré à quel point la Justice est loin d’être indépendante et n’est plus que l’otage d’un pouvoir politique dépourvu d’agenda, uniquement tournée vers la fumée blanche ou noire d’El Mouradia ou, plus précisément, de la résidence présidentielle médicalisée de Zéralda. Ces procès n’ont eu lieu que pour amuser la galerie sans intention de combattre réellement le…

Voir l’article original 6 542 mots de plus

%d blogueurs aiment cette page :